Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prose

 

Auteur: A. Dust

Beta-reader(s): Cristinampm

Status: Complète

Série: City Hunter

 

Total: 1 chapitre

Publiée: 21-11-20

Mise à jour: 21-11-20

 

Commentaires: 3 reviews

» Ecrire une review

 

GeneralRomance

 

Résumé: Un matin ordinaire pour un couple (peu) ordinaire ...

 

Disclaimer: Les personnages de "Matin ordinaire" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Astuces & Conseils

Qu'est-ce que je peux faire sur ce site?

 

Le but de HFC est de donner autant de pouvoir que possible aux créateurs, c'est-à-dire que les auteurs peuvent mettre en ligne leurs fanfictions, modifier le texte et ajouter des chapitres eux-mêmes, sans passer par la webmistress. De même, les artistes peuvent mettre en ligne leurs fanarts qui sont affichés automatiquement. Pour cela, il suffit de s'inscrire et de se connecter pour gérer son compte. Seules l ...

Pour en lire plus ...

 

 

   Fanfiction :: Un matin ordinaire

 

Chapitre 1 :: Un matin ordinaire

Publiée: 21-11-20 - Mise à jour: 21-11-20

Commentaires: Bonjour bonjour ! Un petit OS pour se mettre de bonne humeur ... Enfin, j'espère que ça vous plaira.

 


Chapitre: 1


 

 

 

 

 

Ce matin-là, Kaori fut réveillée par une main qui se posait doucement sur sa hanche et la voix de Ryo qui lui glissait à l'oreille :  

- "Rhabille-toi. On va avoir de la visite. Ils sont déjà dans le couloir ..."  

 

Elle soupira :  

- "Oh nooon ... Encore !"  

Ca faisait la troisième fois cette semaine. Elle jeta un rapide coup d'œil au cadran du réveil. 6:34.  

 

Son réveil ... c'était une petite chose qu'elle avait réussi à déménager de sa chambre à celle de Ryo après moultes discussions mouvementées et ... écrasantes ... pour le crâne de son obstiné compagnon.  

 

Lors de leur dernière dispute à ce sujet, elle avait finalement réussi à le convaincre qu'il ne pouvait pas dormir et se lever quand bon lui semblait et qu'il devait enfin faire face à certaines obligations. Et que, quand on n'est plus un adolescent, à une certaine heure, bahhh, on se lève et puis c'est tout ! Ce à quoi il avait tenté d'argumenter qu'il avait toujours vingt ans.  

 

Elle n'avait rien répliqué, se contentant de lui montrer les quatre ou cinq cheveux blancs qui étaient récemment apparus sur sa tempe droite. Il avait finalement abdiqué en soupirant. La réalité avait eu plus de poids que la massue ...  

 

Cependant, certains matins, Kaori devait bien l'avouer, elle aurait bien aimé pouvoir passer sa colère sur ce petit cube en plastique noir qui lui rappelait, jamais au bon moment, ô combien sa nuit avait été courte et ô combien elle aimerait encore se blottir dans les draps (et les bras) qui composaient son lit. Ce matin était un de ces matins là. Un matin où elle aurait tout donné pour une grasse matinée. Pour transformer ce matin ordinaire en matin extraordinaire.  

 

Ce matin, elle aurait bien eu envie de profiter de la somnolence feinte de Ryo, allongé à ses côtés pour parcourir son corps de ses mains, le frôlant délicatement du bout des doigts, faisant apparaître des superbes frissons sur son dos. Elle adorait constater le pouvoir de ses doigts sur sa peau. Un petit geste si simple mais si fantastique.  

 

Elle pourrait repousser délicatement le drap qui recouvrait le torse de son mari (pas officiel mais l'officieux qui suffisait amplement) et ...  

 

A ce moment-là, plusieurs possibilités ...  

 

Soit ... Elle pouvait en profiter pour le taquiner, pour l'embrasser dans le cou tout en lui pinçant gentiment les fesses pour le réveiller définitivement et le laisser ensuite mener la danse ....  

 

Soit ... Elle aurait pu laisser sa main se glisser derrière elle, à la recherche de la partie réactive et masculine de son anatomie pour le caresser. Elle pourrait peut-être même se retourner et disparaître sous les draps pour le prendre délicatement dans sa bouche pour faire grimper son désir et le faire gémir. Elle devait bien l'admettre, elle adorait l'entendre soupirer de plaisir sous ses caresses. C'était une des choses qui n'avait pas faibli au cours de ses dernières années.  

 

Soit ... Elle aurait pu aussi l'enfourcher et achever de le réveiller en se frottant doucement leurs intimités l'une contre l'autre tout en admirant le torse puissant de Ryo ... Oui, c'était aussi une possibilité ... Quoique ... ça aurait quelque peu ressemblé à leur étreinte de la veille et elle n'aimait pas les répétitions. Avec le temps, elle était devenue exigeante. Ou plutôt perfectionniste.  

 

Soit ... OUIIII !!! La voilà la bonne idée ... Elle aurait aussi ...  

 

Le vagabondage de ses pensées fut stoppé net par un contact brusque de la main de Ryo sur sa fesse gauche. PAF.  

- "Hey ! Mais ça va pas la tête ?" chuchota-t-elle en se retournant vivement, tout en frottant son postérieur.  

- "Tu rêvasses, là. Bouge-toi, ils seront bientôt arrivés en haut." dit-il, amusé.  

 

Oui, ce matin ordinaire aurait facilement pu devenir un matin extraordinaire ... Mais sa bonne idée resterait un projet ... qui ne se réaliserait pas aujourd’hui, ça, elle en était sûre. Elle se dit qu'elle ne manquerait pas de se rappeler en temps voulu et elle rangea son idée dans la liste des milliards d'autres choses qu'elle rêvait de faire.  

 

Elle attrapa rapidement sa chemise de nuit qui gisait au pied du lit depuis la veille au soir avant de répliquer, tentant de masquer sa frustration :  

- "Oh ... Oui, c'est bon, ça va, ça va ... Je m'habille ... En même temps, si tu n'avais pas la fâcheuse manie de me déshabiller quand on se couche ... Je me demande pourquoi j'achète encore des chemises de nuit, moi ..."  

 

Ryo rit doucement.  

- "Je me demande aussi ... A croire que tu as la tête dure, Sugar Boy ..." dit-il en enfilant son caleçon avant d'ajouter, un sourire au coin des lèvres :  

- "Au fait, tu pensais à quoi ?"  

- "Heuuu, à rien pourquoi ?" répliqua-t-elle, levant le nez en l'air.  

- "Kaori ... Je te connais !"  

- "Mais, non ! A quoi veux tu que je pense, espèce d'idiot, je viens de me réveiller ?"  

- "Je sais pas ... Moi quand je me réveille, je pense à des tas d'trucs ..." susurra-t-il en faisant progresser ses doigts sur le drap en direction des fesses de sa femme (pas officiellement mais l'officieusement lui suffisait amplement depuis longtemps).  

 

PAF. Un contact brusque et sec sur sa main lui fit stopper son avancée.  

- "Héééé !!!" souffla-t-il, en secouant sa main endolorie qui commençait déjà à se teinter de rouge.  

- "Quoi ? Ne me dis pas que tu SOUOUOUOUOUffres le martyre, non plus !" murmura-t-elle en levant les yeux au ciel.  

- "Maiiiis heuuu, pourquoi tu me tapes ? J'ai rien fait !"  

- "Tu allais faire un truc que je n'aime pas du tout ! Et ne me mens pas, tu sais que je sais quand tu mens ... Allez, ouste, secoue-toi !" ajouta-t-elle à voix basse tout en lui jetant son oreiller à la figure. "Et après tu dis que c'est moi qui rêvasse !"  

 

Il s'allongea à sa place habituelle, le dos vers le mur, les yeux rivés sur la porte. Il ouvrit les bras pour qu'elle vienne s'installer. Quand elle fut contre lui, il lui murmura à l'oreille :  

- "Tu pensais à quoiiiiiii ?"  

- "Mais à rien, j'tai dit ..." répondit-elle, exaspérée.  

- "Tu as les joues roses ... Tu pensais à quoi ?" insista-t-il.  

- "Tu lâcheras pas l'affaire, hein ?"  

 

Il rit silencieusement :  

- "Non ... Et en plus, tu sais que je sais quand tu mens ..."  

 

Alors, sans véritablement dire la vérité, elle répondit :  

- "Je rêvais d'une bonne douche ..."  

 

Changeant volontairement de sujet pour échapper à la prochaine remarque moqueuse de Ryo, elle demanda tout bas :  

- "Ils vont nous faire le coup souvent, tu penses ? Ça devient une habitude ... On devrait peut-être sévir à l'occasion ..."  

- "Mmmm, t'inquiète. On va gérer ..." répondit-il en tapotant son oreiller pour s'y installer plus confortablement.  

- "Quelle tactique cette fois ?" demanda Kaori, en se mettant elle aussi en position.  

- "L'attaque a toujours été la meilleure défense, non ?"  

- "Et si on tentait plutôt la chasse à l'affût ..." suggéra-t-elle.  

- "O.K. Tactique numéro trois, alors ..." répondit-il, ponctuant son accord par un clin d'œil.  

 

Elle se recoucha, faisant semblant de dormir, de même que Ryo qui avait passé une main sous son oreiller.  

- "N'empêche. Ils s'améliorent. Bientôt, on les entendra même plus dans les escaliers ..." murmura-t-il, les yeux fermés.  

 

Le parquet grinça dans le couloir.  

- "Tiens, toujours cette latte." souffla Ryo. "Tu vois, j'ai bien fait de ne jamais la réparer celle-ci. Ca sert, des fois, d'être flémard, tu vois ..."  

- "Je rêve, c'qui faut pas entendre !!! N'empêche ... Toi non plus, tu n'as jamais réussi à l'éviter celle-ci ... pourtant ... ça m'aurait économisé des massues et des pièges pour calmer tes envies de visites nocturnes ..." murmura-t-elle en riant.  

- "Peut-être qu'inconsciemment, je voulais ..."  

- "Chuuuut !!!"  

 

Ils perçurent mieux les bruits de pas. Deux personnes venaient de s'arrêter devant leur chambre. Kaori vit très nettement les ombres de leurs pieds à travers l'interstice inférieur de la porte. Elle se tendit, serrant très fort l'autre main de Ryo, celle qui s'était naturellement posée sur sa hanche, sous les couvertures, comme quand ils dormaient, l'un contre l'autre, alors que son dos était calé contre son torse. Elle retint sa respiration quand elle entendit des chuchotements emplis de fierté, des rires étouffés et la porte qui s'ouvrait doucement.  

 

La première silhouette se glissa dans la pénombre de la chambre. Kaori ouvrit légèrement un œil et, à travers ses cils, elle distingua la première silhouette qui faisait signe à l'autre d'entrer, ce qu'elle fit sur la pointe des pieds après avoir hésité un instant.  

 

Kaori lâcha la main de Ryo sous le drap pour lui laisser le champ libre et lui permettre d'agir rapidement. Elle sentait l'adrénaline monter en elle et faire battre plus vite son cœur. Sa gorge se serra de plus en plus et elle sentit ses mains devenir moites et froides sous la tension. Elle sentit le corps de Ryo contre le sien se tendre également. Contre son dos, elle percevait les battements de cœur de son homme : ils s'intensifiaient. Son souffle aussi s'était modifié et effleurait à peine son oreille.  

 

Parfaitement immobiles, les deux nettoyeurs attendaient que leurs assaillants se rapprochent d'eux pour s'élancer. Elle entendait leur conversation étouffée :  

- "Tu es sûr de ce que tu fais ?"  

- "Maiiis ouiiii, je te dis ..."  

- "Et si ?"  

- "Mais, non ! Je te dis que c'est bon. Cette fois-ci, c'est la bonne. On va les avoir !"  

- "Tu sais que si on se fait choper, on va ..."  

- "Fais-moi confiance ! "  

- "Mais ..."  

- "Tais-toi, maintenant ! Si t'as pas le courage, va-t’en !" chuchota la première silhouette d'une voix teintée d'exigence.  

 

La deuxième silhouette haussa les épaules et se rapprocha un peu du lit, toujours sur la pointe des pieds.  

- "Pas encore assez près ... " songea Kaori. Il fallait attendre encore un peu. Seulement deux mètres cinquante.  

 

Elle commençait à avoir du mal à respirer calmement, attendant avec impatience le moment fatidique de l'assaut, suspendue aux réactions corporelles de Ryo qui lui donneraient le signal. Ils avaient toujours été sur la même longueur d'ondes dans ce genre de situation. Ce ne serait pas aujourd'hui qu'ils dérogeraient à la règle. Elle était confiante. Mais là, la tension était telle qu'elle commençait à vraiment avoir envie d'en découdre et s'en réjouissait même à l'avance.  

 

Les deux silhouettes se rapprochèrent du pied de leur lit :  

- "Ils dorment, on dirait."  

- "Tu vois, je te l'avais dit ... C'est le meilleur moment pour attaquer. Ils ont baissé la garde ..." répondit la silhouette dans un souffle plein de fierté et de confiance.  

 

Après un moment de silence, celui qui dirigeait les opérations ajouta :  

- "Prends de ce côté, je prends de l'autre ..."  

- "Tu es sûr ?"  

- "Mais oui. Arrête de jouer la poule mouillée ..."  

 

Les yeux fermés, elle perçut leurs mouvements autour du lit alors qu'ils se positionnaient. Puis leur immobilité. Ils étaient arrivés au bon endroit. A peine une vingtaine de centimètres du bord du lit. Elle pouvait entendre la respiration de son attaquant devenir plus forte et plus rapide avant qu'il ne soupire profondément. Elle n'était pas la seule à être tendue ...  

 

Quand soudain, elle perçut un infime changement dans le corps de Ryo. Un souffle légèrement plus court que les autres, sa main qui se crispa, ses abdominaux qui se contractèrent et :  

- "A l'attaaaaaaque !"  

- "Haaaaa !"  

 

Les assaillants sursautèrent et Kaori en profita pour saisir à pleines mains celui qui se trouvait à sa portée, le faisant basculer sur le lit.  

- "Kaori, le cou! Moi, je m'occupe des pieds !"  

- "NOOOOOONNNN, Pitié !"  

- "Pitié ? Tu implores la pitié ? Pas quand on vient me réveiller !!!" s'écria Ryo en continuant de plus belle, tenant sa fille par les pieds.  

- " Haaaaaa !!!! Pas çaaaa ! Non, non, s'il-te-plait, Papaaaaaa !"  

- "Arrêêêêteuuuu ! Maman !" s'écria le petit dernier alors que Kaori parsemait son cou de gros bisous bruyants.  

 

Et deux petites voix s'écrièrent : "Pas les guilliiiiiiis !!!"  

 

Puis quatre éclats de rires s'élevèrent, mêlant leurs tintements dans une musique indescriptible.  

 

Oui, ce matin aurait pu être ordinaire. Il aurait pu ... mais il ne le fut pas.  

 

Deux petits êtres malicieux l'avait transformé en matin extraordinaire. Et ça valait bien toutes les grasses matinées du monde. 

 


Chapitre: 1


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de