Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prose

 

Auteur: Shan In XYZ

Beta-reader(s): Chibiusa

Status: En cours

Série: Angel Heart

 

Total: 11 chapitres

Publiée: 03-06-06

Mise à jour: 14-03-10

 

Commentaires: 35 reviews

» Ecrire une review

 

DrameAction

 

Résumé: Et si ce n'était pas Kaori qui était morte dans l'accident mais Ryô...

 

Disclaimer: Les personnages de "Angel Heart" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Astuces & Conseils

Comment changer le format/couleur de sa fanfiction?

 

Pour changer le format de certaines sections de vos fanfictions, il suffit d'utiliser les tags suivants. - <b>Texte en gras</b> - <i>Texte en italique</i> -

<div align="center">Texte centré</div>
- <font face="Courier New, Courier, mono">Texte en police Courrier ...

Pour en lire plus ...

 

 

   Fanfiction :: Les anges de Kaori

 

Chapitre 10 :: Chapitre 10

Publiée: 07-10-08 - Mise à jour: 07-10-08

Commentaires: Salut tout le monde ;) Désolée pour le retard, je me suis enfin remis à cette fic et c'est en venant la poster que je me suis rendue compte que ça faisait plus d'un an que je l'avais laissé... Punaise, le temps passe vite, j'avais pas trop de temps mais je pensais pas que j'avais laissé passer un an. Enfin, voilà la suite, j'espère que ça vous plaira. Un grand merci à Chibi pour sa correction. Bonne lecture et à bientôt ;)

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


 

Les deux adolescents sirotaient leur limonade, accoudés au comptoir près de Mick, mais ce dernier voyait bien qu’ils n’avaient pas l’esprit tranquille car leur regard ne quittait pas les deux femmes assises un peu plus loin.  

 

- Vous avez fait quoi, comme boulette, pour les mater avec un tel intérêt ? demanda Mick en jetant un regard vers les deux femmes en grande conversation.  

- Rien qui vous regarde, fit Falcon d’un ton qui n’incluait aucune réplique.  

- C’est marrant, mais vous, je sens bien que vous n’êtes pas seulement un simple cafetier. Vous n’auriez pas un revolver ou un fusil de planqué derrière votre comptoir, fit le blondinet tout en se penchant par-dessus le comptoir afin de vérifier.  

- Non, seulement un bazooka, lui rétorqua Umibozu en l’envoyant valdinguer d’un coup de plateau. C’est dingue, on dirait son jumeau, aussi chiant que lui, ajouta-il pour lui-même, avec une note d’agacement.  

- Qui ça, lui ? insista l’américain en sautant sur son tabouret.  

- Saeba, qui d’autre ?  

- Ah oui, c’est vrai que vous l’avez connu, un ami à vous ?  

- Certainement pas, un enquiquineur de première comme lui, je ne fréquente pas ce genre d’individu.  

- Et pourtant vous veillez sur sa charmante partenaire…  

- Kaori n’est pas comme lui et qu’est ce que j’y peux si elle a eu la malchance de ne pas trouver mieux que lui !  

- C’est cela, on va dire que je vais vous croire, Monsieur le tenancier de café, mais admettez que j’ai des doutes, pas étonnant qu’ils n’y aient aucun client dans votre établissement, avec votre allure, les clients doivent se barrer en courant dès qu’ils ouvrent la porte.  

- Ce n’est certainement pas votre problème en tout cas, conclut Falcon.  

- Bon, j’ai compris, t’as pas envie de causer. Alors les mioches, vous avez peur que maman vous fâche parce que vous avez fait une grosse bêtise ?  

- Si on veut, disons qu’on s’est mêlé d’une chose qu’on aurait peut-être pas dû, répondit A-Xiang.  

- Et Miss Belles Gambettes vous a pris la main dans le sac, c’est ça, fit-il tout en se penchant en arrière tel un contorsionniste afin d’avoir une meilleure vue sous la jupe de l’intéressée. Il était en pleine contemplation quand deux couteaux se plantèrent dans les pans de sa veste le coinçant contre le bar et qu’une massue vint s’écraser sur sa figure d’obsédé.  

- En plein dans le mille, comme d’habitude ! Elles n’ont pas perdus la main, t’as eu raison de venir mon pote, comme je suis plus là pour qu’elles s’amusent ça leur rappelle le bon vieux temps, fit la voix de Ryô sortant du jeune garçon.  

- Eh mais c’est quoi ces nanas, d’où ça sort ce machin, fit Mick en repoussant la massue. En plus, elles ont bousillé mon costard tout neuf !!!  

- Faudra t’y habituer si tu comptes rester dans les parages.  

- Je ne sais pas trop, j’avais dans l’idée de bosser avec mon ancien coéquipier mais malheureusement t’es mort et tu te retrouves là dedans, fit-il en tapant sur la tête de Xin-Hong. Je ne vais pas faire équipe avec un morveux.  

- Eh oh, c’est qui, que vous traitez de morveux ? intervint l’intéressé. Et puis d’abord, l’équipe que nous formons avec A-Xiang est très efficace, on n’a pas besoin d’un vieux pour nous gêner !  

- Un vieux, non mais il se fout de moi, fit Mick en levant les yeux aux ciels. Dis donc, petit, t’as une idée de la personne à qui tu t’adresses là ?  

- Un obsédé dans le même genre que l’autre !  

- C’est possible qu’on ait ça en commun mais moi je suis le numéro un dans le milieu.  

- Ah bon ? Quand ça, pendant la guerre ?  

- Espèce de petit merdeux, je vais te faire voir si je…  

- Ca suffit, intervint A-Xiang. Ce monsieur ne nous connaît pas, Xin Hong, et nous, non plus, ne le connaissons pas, il dit peut-être la vérité.  

- Peut-être, fit Mick comme insulté. Parce que vous vous croyez plus forts que moi, les mioches ?  

- Visiblement, ce monsieur n’a pas cru un traître mot de ce qu’on lui a dit sur nos identités toute à l’heure.  

- Tu parles de l’histoire farfelue que vous êtes des anciens tueurs de la mafia taïwanaise, fillette. Effectivement, vu votre âge, j’ai de bonnes raisons d’en douter ! Et puis arrête de m’appeler « monsieur », j’ai l’impression d’être plus vieux que je ne le suis !  

- Et comment vous appelez vous, au fait ?  

- Mick Angel, numéro un du milieu et chéri des femmes du monde entier, indiqua-t-il d’un ton très sérieux alors que les deux ados tombaient à la renverse.  

 

Décidemment, c’était flagrant que ce Angel, était la copie conforme de Saeba, un nettoyeur complètement obsédé qui ne pensait qu’à sauter sur tout ce qui portait un jupon, mais A-Xiang se dit qu’il pourrait peut-être devenir leur allié, après tout Ryô l’était bien et il fallait à tout prix régler l’histoire de Toyama sans que Kaori ou même Saeko ne soient blessées.  

 

- Alors, gamine, impressionnée ? fit Mick voyant qu’elle l’étudiait avec la plus grande attention.  

- Sans plus… fit-elle tandis qu’il se prenait un corbeau sur le crâne.  

- Mais je suis quelqu’un de craint dans le milieu !  

- Tout comme nous ou encore Monsieur Falcon, répliqua-t-elle.  

- Le gros, je veux bien, mais vous, vous sortez à peine du jardin d’enfants.  

- A l’âge d’être au jardin d’enfant, on nous apprenait déjà à se servir d’une arme et à tuer ! Nos réputations sont sûrement parvenues jusqu’à vos oreilles, mais vous ne pensiez sûrement pas que nous étions si jeunes et qui sait, si on avait mis un contrat sur votre tête, vous ne vous seriez jamais méfié de gamins comme nous !  

- Tu n’as pas tort… Mais faut vraiment être tordu pour transformer des enfants en machine à tuer.  

- Demandez à votre ami, Ryô, il connaît, il a pas vraiment eu trop le choix lui non plus.  

- D’accord, admettons, vous êtes bien qui vous avez dit et désormais vous êtes… comment elle a dit déjà, ah oui City Angels. Mais votre patronne a l’air plutôt mécontente après vous d’après ce que je vois.  

- Ca, c’est parce qu’on s’est mêlés d’une affaire qu’elle voudrait régler toute seule.  

- Ah, mais je croyais que le bras armé de City Hunter c’était Ryô.  

- C’est là qu’est tout le problème fit A-Xiang en baissant le ton, Ryô ne veut pas que Kaori risque sa vie pour une vengeance.  

- Une vengeance ?  

- Oui, l’assassin de Hideyuki Makimura est de retour.  

- Makimura, le frère de Kaori, l’ancien partenaire de Ryô, c’est ça ?  

- Vous suivez très bien, Monsieur Angel.  

- Donc ce Hideyuki a été assassiné mais l’assassin n’a pas été arrêté et là il vient narguer sa frangine ?  

- Pas exactement, il a écrit à Saeko.  

- Saeko ?  

- Belles gambettes, si vous préférez !  

- Ah d’accord, alors, il en a après cette femme, mais pourquoi ?  

- Parce que l’assassin était amoureux de Saeko et qu’il a tué son rival.  

- Son rival ! Attendez, le frère de Kaori, c’était le mec à Saeko ?  

- Pas exactement, ils ne se sont jamais rien dit mais ils s’aimaient.  

- Pff, c’est compliqué votre histoire. Et le mec n’a jamais été arrêté.  

- Non, apparemment il a disparu de la circulation et pourtant Ryô et Saeko l’ont cherché.  

- Je pense bien que Ryô ne voulait pas laisser le meurtre de son partenaire impuni mais votre Saeko, elle faisait quoi, elle cherchait à venger son mec ?  

- Hideyuki Makimura était son partenaire quand il était encore dans la police, elle a mené l’enquête officielle !  

- La police…. Vous êtes en train de me dire, que la nana qui parle avec la moitié encore en vie de City Hunter est une flic !  

- Oui, elle est même commissaire, maintenant !  

- Je le crois pas, je suis tombée sur une bande de malades du cerveau. On est tous plus ou moins proche du milieu, voir même de la mafia et vous me dites que cette nana est de la police, comme si de rien n’était ?  

- Vous croyez quoi, Monsieur Angel ? Pourquoi croyez-vous que la police ne s’est jamais approchée de trop près de celui qui faisait le ménage à sa place dans les bas quartiers ? Comment la police avait-elle des infos sur certains trafiquants ou meurtriers et les retrouvait plus facilement ?  

- La femme flic bossait avec lui, je comprends, elle fermait les yeux car il avait des méthodes, qu’elle ne pouvait pas employer !  

- Exactement et elle a remué ciel et terre pour retrouver les voleurs du cœur de Ryô mais sans succès, enfin avant que Xin Hong ne décide de rappliquer dans le coin avec un cœur qui lui disait que c’était ici qu’il devait vivre, auprès de Kaori.  

- Et toi, gamine ?  

- Moi, l’organisation m’avait ordonné d’éliminer Xin Hong, mais c’était mon ami. Alors, on a oublié notre passé et on est maintenant les enfants de Kaori.  

- Rien que ça ! Je pense que vous passez sur certains détails mais bon l’essentiel est dit n’est ce pas, jeune fille ?  

- On rentrera, peut-être, dans les détails plus tard. Pour l’instant, Toyama a déjà fait sauter un immeuble ce qui veut dire que Kaori et Saeko sont en danger !  

- De quoi ? firent ensemble Falcon et Mick.  

- Désolée, Monsieur Falcon, fit A-Xiang avec une grimace, on a un peu oublié de vous raconter car Saeko nous a chopés sur les lieux.  

- Vous avez assisté à l’explosion ? demanda Falcon.  

- Oui, mais on n’a pas eu le temps de sauver les gens qui y travaillaient, j’ai juste eu le temps d’empêcher Saeko d’y rentrer avant que ça explose, fit-elle avec une moue embêtée.  

- C’était l’immeuble où il travaillait dans le temps je suppose ? fit Falcon. Va falloir qu’on règle son compte à ce mec !  

- Et si possible sans que Kaori ne soit obligée de se salir les mains fit la voix soudainement profonde de Xin Hong. Il est hors de question que ma femme risque sa vie et tue quelqu’un ! fit Ryô d’un ton sec.  

- T’inquiète pas mon pote, on est des pros, ce Toyama peut compter les jours qu’il lui reste à vivre, tu peux compter sur mon aide, fit Mick.  

- Dans ce cas, vous filez tous d’ici discrètement avant qu’elles ne s’en rendent compte, fit Ryô en indiquant les deux femmes qui discutaient toujours et on va mettre en place un plan d’attaque !  

- T’es sûre que c’est une bonne idée, Ryô, elles vont être en colère, fit A-Xiang.  

- Je préfère les voir en pétard, que mortes !!  

- Sur ce coup, vieux frère, je te comprends, je ne connais pas Kaori depuis longtemps mais je n’aimerais pas qu’il lui arrive malheur.  

- Dis donc, l’amerloque, t’avises pas de draguer Ma Femme, sinon je te colle une balle entre les deux yeux, compris !  

- Du calme, du calme, je ne souhaite la protéger que parce que justement elle était la femme de mon pote, rien de plus !  

- Ya intérêt sinon tu sais très bien à quoi tu t’exposes ! Maintenant on décampe !  

- Oui chef, fit Mick en se levant tout en constatant qu’A-Xiang avait déjà disparu ainsi que Falcon.  

 

 

Toute cette petite bande de comploteurs se retrouva dans le parc le plus proche et A-Xiang raconta en détails ce qui s’était passé chez l’ancien employeur de Toyama. Ryô raconta l’histoire depuis le début afin que tout le monde sache bien à quel genre d’individu ils avaient affaire.  

 

Ils décidèrent ensuite de la marche à suivre pour coincer l’assassin et s’en débarrasser avant qu’il ne décide de faire plus de dégâts et que quelqu’un d’autre n’y laisse la vie.  

 

 

 

 

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de