Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prose

 

Auteur: souben

Beta-reader(s): Libellule

Status: En cours

Série: Cat's Eye

 

Total: 4 chapitres

Publiée: 25-12-04

Mise à jour: 01-08-05

 

Commentaires: 18 reviews

» Ecrire une review

 

General

 

Résumé: Alors, comme on dit il y a une première fois à tout, et bien là c'est ma première fanfiction.
Pour trancher aussi par rapport aux autres fanfictions, j'abuse du dialogue, pour donner un tempo vif et plaisant à l'histoire.
On peut voir cette fanfiction comme une fin alternative au dessin animé, une sorte d'épisode 74 en somme.
Juste un petit mot pour terminer : Bonne lecture à toutes et tous

 

Disclaimer: Les personnages de "Un nouveau départ" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.
Pour éviter certains désagrements avec les noms des personnages, voici une correspondance ( VO => VF/VI)
Rui => Sylia/Kelly
Hitomi => Tam/Sheila
Ai => Alex/Tati
Nagaishi => Durieux/Marloss
Kacho => Chef Bruno/Capo
Toshio => Quentin/Matthew
Mitsuko => Assaya/Alice

 

Astuces & Conseils

Pourquoi n'y a-t-il pas de version HTML des fics NC-17?

 

Comme il est impossible de vérifier qui lit ces fics comm ...

Pour en lire plus ...

 

 

   Fanfiction :: Un nouveau départ

 

Chapitre 1 :: La fin de la BRB

Publiée: 25-12-04 - Mise à jour: 19-07-05

Commentaires: ******
PROLOGUE :
L'anime Cat's Eye se termine en fin non-aboutie, Toshio poursuit toujours Cat's Eyes après la pièce de théâtre sans comprendre le sous-entendu d'Hitomi. Alors voilà, la fin proposée permet ; soit de continuer la trame du dessin animé telle quelle et jusqu'à un final où toutes les œuvres de Heintz sont récupérées ; soit de poursuivre l'histoire en une nouvelle série.
C'est cette seconde alternative que je vous propose dans un cycle de fan-fiction, où le personnage central serait Toshio. Ce dernier quitte la police avant d'être licencié et s'installe à son compte en montant sa propre agence de détective privé et expert en sécurité d'œuvre d'art.
Cela lui permet entre autre d'avoir comme clients des musées et autres propriétaires d'œuvres de Heintz et surtout de poursuivre sa quête de l'identification de Cat's Eye. Ainsi l'histoire peut prendre un nouveau départ.
******
Comme à chaque départ, on quitte toujours un endroit, voilà ce qui arrive à Toshio. Notre cher policier va perdre son travail. Pourquoi ? Et bien lisez...

 


Chapitre: 1 2 3 4


 

Par une après-midi de fin Janvier dans un musée, un homme assis sur la banquette, rongé par les soucis regarde le vide devant lui, s'écroule en arrière de tout son long et regarde au plafond. Perdu dans ses pensées, l'homme n'a pas vu venir la lycéenne en uniforme qui, quittant son groupe, s'est positionnée juste au-dessus de l'homme.  

 

— Ben alors Toshio qu'est ce tu fais là ? c'est bien tôt pour une fin de journée, tu travailles là ?  

— Et toi Ai, t'as vu l'heure ? normalement t'es pas en cours ?  

— Si, mais on est en sortie au musée, on étudie le post-impressionnisme. Et comme travail, le professeur nous a dit de choisir une œuvre dans le musée et de l'analyser.  

— Ah d'accord… mais alors pourquoi tu me parles ? si ton prof me voit avec toi, qu'est ce qu'il va penser ?  

— En ce moment je pense à toi. pourquoi tu fais cette tête ? J'aime pas quand t'es comme ça, Cat's eye a encore fait des siennes ?  

— M'en parle pas ! S'écria Toshio.  

 

Ai lui mis la main sur la bouche et s'assied à côté de lui et dit :  

 

— Alors Cat's eye a encore frappé c'est ça ?  

— A toi, je vais te le dire, c'est pire que ça, je crois que je vais quitter Hitomi, partir loin et me refaire une vie.  

— Hein ?! Tu parles sérieusement là ? Ou c'est un gag, explique-toi là, je comprends pas …  

— Tu devrais retourner à tes toiles, cela ne te concerne pas… remarque, d'un autre côté les toiles font partie de ma vie.  

— Attends ! ce qui concerne Hitomi, concerne aussi Rui et moi, alors t'en as trop dit et pas assez dit.  

 

Sur ce Toshio se recouche sur les banquettes et regarde à nouveau le plafond. Ai fait de même et Toshio reprend :  

 

— Tu vois Ai, sais-tu pourquoi il y a une zone plus claire au plafond juste au-dessus de nous ? Je vais te le dire ; car on est pile sur le lieu du premier vol de Cat's eye et…  

 

Toshio ne peut pas terminer sa phrase car un des gardiens du musée s'approche avec un regard haineux tout en dévisageant Toshio comme un lolicon et en leur demandant de quitter le musée en prétextant que ce lieu de culture n'est pas une plage pour faire la sieste.  

 

— Allez Ai ! je te paie un café et ce grincheux nous collera plus.  

— Ok pas de problème Toshio, mais c'est moi qui choisis.  

 

Assis l'un en face de l'autre devant une collation, Toshio, perdu dans son subconscient, mire le fond de sa tasse pleine. Quand soudain il est rappelé à la réalité par Ai. :  

— Pourquoi tu veux tout claquer ?  

— C'est simple, au début du mois de Janvier, on a reçu une note venant directement du ministère, disant qu'ils vont fermer la BRB pour de bon. Et sous quels motifs ? mais c'est évident, ils estiment que la BRB a déjà coûté trop cher aux contribuables pour un piètre résultat. Pour eux on aurait déjà dû mettre Cat's eye sous les verrous sachant qu'on a réussi à mettre la quasi-totalité des grands bandits derrière les barreaux. Résultat, au ministère il y a une rumeur qui court comme quoi la BRB serait complice avec Cat's eye.  

Bref c'est pas le problème, Kacho a fait sa demande de mutation pour le service de la circulation… Paraît que le directeur de ce service part à la retraite fin février. Mitsuko a demandé à réintégrer son ancien service à la criminelle. Et pour moi ben, j'ai rien, il faut bien que quelqu'un paie, alors on me met tout sur le dos et je vais être licencié fin février.  

Mais pour couronner le tout, pour bien nous achever ils ont recruté une équipe de bras cassés qui n'y connaît rien à l'affaire, et qui va reprendre le dossier Cat's eye depuis le début. Ils auront pour unique mission d'arrêter ce maudit trio de voleurs. Le pire c'est qu'on ne fera pas partie de cette nouvelle équipe et qu'on doit organiser la transition pendant le mois de février.  

 

— Hein ? Mais c'est du délire ! je ne sais pas… écris au président, ressaisis-toi Toshio !  

— Non, la décision est irrévocable, pourtant j'avais promis que j'épouserai Hitomi le jour où j'arrêterai Cat's eye, en me retirant le dossier, ils me retirent toute ma vie. La nuit commence à tomber tu devrais rentrer, il se fait tard. Au fait, pour ton exposé pour ton école, si tu veux, ce soir tu passes au poste car on a une toile en dépôt en ce moment.  

— Et toi qu'est ce tu vas faire ?  

— Je ne sais pas… reprendre mon appareil photo et me lancer dans le journalisme d'investigation, qui sait ! en tout cas je vais faire la tournée des bars cette nuit pour reprendre contact avec mes vieilles connaissances. Mais avant tout, à part le dossier Cat's eye, il reste encore un dossier à classer, le N°2, le cas de Monsieur Satori, un diplomate bénéficiant de l'immunité diplomatique. Alors viré pour viré, je m'en fous de partir avec les petits-fours, je m'occupe de lui et ensuite au revoir tout le monde.  

Bon j'ai du boulot, si t'as besoin de moi je suis au bureau, je dois y aller.  

 

Sur ce Toshio sort un billet, le dépose sur la table, déchire à moitié le ticket de caisse posé sous la tasse sans même vérifier le montant, se lève et s'en va avec Ai sur ses talons, sans se préoccuper de la monnaie.  

 

************
 

 

Quelques temps plus tard, Ai arrivant au café de ses sœurs s'exclama :  

 

— Les filles ! Les filles ! Vite c'est horrible, on est mal, et Toshio encore plus !  

— Qu'y a-t-il encore Ai ? et en plus tu rentres bien tard !  

— Toshio est viré et c'est définitif, j'étais avec lui.  

— Hein ?! Lâche Hitomi, pendant que Rui abandonne sa tasse et lance à Ai un regard inquiet.  

 

— Oui, il bosse au poste ce soir et c'est plus que sûr. Va le voir pour les détails, il s’agit d’un ordre du ministère et toute l'équipe de la BRB est démantelée.  

— Si c'est comme ça moi j'y vais et lui extorquer tous les détails.  

— Bon, c'est pas tout ça, mais j'ai un exposé à faire sur le post-impressionnisme pour demain… Dis moi Rui, à part les toiles de papa, on en a d'autres ou pas ?  

— Ben oui Ai, j'ai acheté l'an dernier avec Monsieur Nagaishi un tableau de Magritte, c'est parfait pour toi, il va te plaire, il est dans ma chambre.  

 

En colère, à cause de ce qu'elle a entendu, Hitomi laisse Rui s'occuper des derniers clients pendant qu'elle prépare un repas pour Toshio. En le lui apportant elle pourra discuter avec son ami de toute cette histoire. Pendant ce temps-là, Ai dans la chambre de Rui commence à faire son devoir.  

 

************
 

 

Au commissariat plongé dans le noir, seule une faible lumière combat les ténèbres, Toshio, assis à son bureau parmi toute une liasse de documents, cherche à comprendre le mode de vie et les goûts de son objectif, Monsieur Satori. Arrivé à saturation de lire toutes ces lignes manuscrites, il se penche en arrière et se demande comment faire pour gagner sa vie et comment annoncer la chose à Hitomi. Puis, pris d'une soudaine pulsion, il se dit :  

 

— Cat's eye c'est mon dossier, et il est à personne d'autre, s'ils veulent tout reprendre à zéro, ils n'ont pas besoin des pièces qu'on a rassemblées. Je vais les embarquer chez moi, elles me seront plus utiles à moi.  

— Tu veux prendre quoi pour mettre où ? Hein Toshio-chan ?  

— Quoi ? Comment t'es rentrée Hitomi, j'avais pourtant fermé derrière moi…  

— Faut croire que non, je comprends mieux pourquoi t'as pas encore attrapé Cat's eye.  

— M'en parle pas, je suis foutu à cause de ce dossier, on m'a mis à la BRB car j'étais le meilleur inspecteur de la ville et au ministère, ils pensaient qu'en me confiant le dossier cela serait vite bouclé. Et voilà deux ans ont passé, Cat's eye est dans la nature, on me vire car j'ai pas atteint mon objectif.  

— Mais là tu bosses sur Cat's eye non ?  

— Pas du tout ! sur l'autre dossier qui reste en suspens, Monsieur Satori, un diplomate véreux. Je vais me le faire et après sayonara tout le monde.  

— Comment ça, tu abandonnes Cat's eye ?  

— Jamais ! même si je suis plus policier, avant de partir je vais prendre le dossier Cat's eye. Ça leur fera les pieds à ces bleus qui vont reprendre le tout. Si je pars, le dossier part avec moi car je suis attaché à ce dossier.  

— Mais c'est du vol ça ! Pour un flic t'as bien changé.  

— Je vais simuler un incendie, et en profiter pour prendre la documentation.  

— Très intelligent…  

— Au fait Hitomi, je ne pourrai pas tenir ma promesse vis-à-vis de toi, alors pour l'instant je préfère ne plus te voir, merci pour le repas.  

— Quoi ? Si c'est comme ça reste dans ton rêve, je te laisse à tes papiers !  

 

Hitomi part en colère en se disant :  

— Il manque pas d'air l'animal, et pendant tout ce temps je compte pour du beurre pour lui, toujours Cat's eye en tête. Ha s'il savait…  

 

************
 

 

Toshio se réveille dans son petit appartement miteux de cinq tsubos, il fait froid en ce début du mois de février, et se dit dans sa tête :  

 

— Réveillé pour réveillé autant partir au boulot ! même si j'ai ma lettre à la fin du mois c'est pas une raison pour pas bosser, en plus faut que je pique le dossier Cat's eye, et j'ai une planque à faire, j'espère qu'Hitomi me comprendra. Je vais passer au café voir s'il y a quelqu'un.  

 

Juste avant de rentrer dans l'office de police, sur le trottoir d'en face, il regarde l'enseigne et constate  

 

Ouverture de 10h à 22h
 

 

Déçu, il s'apprête à traverser la rue quand il entend des volets s'ouvrir…  

 

— Tiens Toshio ! Comment vas-tu ? Mal apparemment car il est trop tôt… D'habitude t'arrive à l'ouverture. Attends Hitomi dort encore, Ai ronfle, on va prendre le petit-déjeuner ensemble.  

— Euh… Oui… Volontiers Rui, dit Toshio complètement troublé par la beauté fatale du buste de Rui en contre-plongée, insérée dans une nuisette en dentelle.  

 

Toshio juste remis de cette vision enchanteresse, entend la porte du café s'ouvrir, Rui dans la même tenue se tenant dans l'ouverture de la porte lui dit de rentrer.  

 

— J'arrive ! tu dois avoir froid comme ça non ?  

— Non ça va, j'ai l'habitude, tu prends quoi avec ton café ? Installes toi au bar, c'est plus sympa.  

— Je suis pas difficile, je prends ce qu'il y a. En temps normal, je suis toujours sur le pouce alors je prends vite un café, bon je vais m'asseoir là, près de la cafetière.  

 

Rui reverrouille la porte derrière Toshio, passe derrière le bar, met en route le café, et dit :  

 

— Tiens Toshio, je vais te faire quelque chose de complet, ainsi tu pourras te permettre de sauter le repas du midi, œuf, riz, brochette ça te dit ?  

— Rui, là tu me gâtes, t'as un truc à me demander, non ?  

— Loin de là, c'est pas ça, mais normalement je suis seule, Hitomi et Ai se réveillent plus tard, alors considère que t'es mon invité d'honneur.  

— Qui pourrai de contrarier, ça me fait plaisir de voir quelqu'un d'aussi bonne humeur à cette heure.  

— Mais je suis comme ça moi. Sinon, avec Hitomi ça va ? L'autre jour elle était en colère, elle est rentrée en pleurant et s’est enfermée dans sa chambre.  

— C'est pas ça, juste que je vais être renvoyé de la BRB à la fin du mois, et j'aurais pas résolu l'affaire Cat's eyes. Je ne pourrai pas honorer ma promesse vis-à-vis d'Hitomi. Alors comme je ne sais pas ce que je vais faire après, j'aimerais mettre de la distance entre nous deux, elle l'a pas compris, et de colère elle est partie. Ah ! Ce Cat's eye si je l’ arrêtais pour de bon, tout serait plus simple.  

— Tu crois ça, si si je te disais qui est vraiment Cat's eye, que ferais-tu ensuite ? T'aurais déjà rempli ta vie et tu t'encroûterais, ton existence n'aurait plus de sens, tu risquerais de t’ennuyer, non ?  

— Attends ! tu sais qui est Cat's eye ?  

— Bien sûr que non, sinon je te l'aurais dit depuis longtemps, mais pense à ce que je t'ai dit. Allez tiens le riz et les brochettes sont prêts ; met une nappe sur le bar pendant que je nous sers.  

— Ok ok  

— Au fait, si tu quittes la BRB, pourquoi y aller et t'investir autant ?  

— Conscience professionnelle, et pour tout avouer, je vais voler le dossier sur Cat's eye et poursuivre mon enquête, comme ça ma vie aura toujours un sens et je garde la possibilité d'exécuter ma promesse avec Hitomi.  

— Oui mais pour vivre, t'auras plus de travail.  

— Pour ça, c'est pas un problème toutes les agences de sécurité et de vigile aiment les anciens flics. Car ils savent tirer, mais surtout connaissent la loi. Au pire je reprendrai mon appareil photo et je ferai du journalisme, j'étais plutôt bon à l'université.  

— D'accord, n'oublie pas de manger pendant que c'est chaud.  

— Merci Rui  

— Toshio mange pas si vite, t'as le temps, je vais te servir un café.  

 

— Merci, et Toshio se dit dans sa tête tu parles, je mange vite, devine pourquoi ? je mange en tête-à-tête avec Rui en nuisette ? Je tiens plus là, et le bouquet serait qu'Hitomi nous voit là ensemble, déjà que…  

 

— Toshio ! Regarde t'as un grain de riz sur la joue, bouge pas je vais l'enlever.  

— Quoi ?  

 

Rui tenant d'une main une tasse vide et de l'autre la cafetière pleine, ne trouve rien de mieux que de s'appuyer les coudes sur le bar pour se pencher voluptueusement en avant vers Toshio et d'un coup de langue bien placé lèche le dit dit grain de riz situé sur la pommette de Toshio.  

 

— Hem hem, très intéressant tout ça…  

— Attends Hitomi c'est pas ce que tu crois.  

— Ben voyons Toshio ! Il est même pas 10 heures, t'es déjà au café ! T'as dormi ici ou quoi ? Et je crois ce que je vois moi !  

— Et t'as là depuis combien de temps sœurette ?  

— Suffisamment longtemps… Si tu veux tout savoir !  

— Je vais t'expliquer Hitomi  

— T'as rien à m'expliquer, c'est moi qui vais t'expliquer quelque chose ! Et toi Rui, j'aurais deux mots à te dire, grande sœur ou pas, compris ? Quant à toi Toshio tu viens avec moi !  

— Hein comment ça ?  

— Tu le fait express, dit Hitomi, en giflant Toshio.  

— Mais ça fait mal qu'est ce que je vais encore dire aux collègues moi.  

 

— Haaa… C'est quoi ce bruit dès le matin les filles, dit Ai en descendant les escaliers menant au café.  

— Demande à Toshio, il te le dira, n'est ce pas Rui ?  

— Vous battez pas les filles, je vais au boulot...  

— Lâche ! Tu fuis, lance Hitomi.  

 

Toshio essaye d'ouvrir la porte pour sortir, mais elle est verrouillée.  

 

— Ah ! Oui ! Toshio ! La porte est fermée jusqu'à 10 heures, et comme on est toutes là, Hitomi va te demander des explications hi hi hi !!! Va y avoir du sport, n'est pas Rui ?  

— Parfaitement, et déjà qu'est ce que tu fais ici à cette heure-ci ? S'écrit Hitomi.  

— Ben, je me suis levé de bonne heure et j'ai voulu prendre un café, il n'y avait pas de lumière, mais la porte était ouverte et je suis rentré et Rui était là. On a juste pris le petit-déjeuner ensemble entre amis c'est tout…  

— Entre amis, tu vas pas me faire croire ça, je marche pas Toshio, et toi Rui pourquoi tu rigoles ?  

— Parce que je l'adore le Toshio-chan dans des situations pareilles il est à croquer.  

— Toshio je te rappelle que tu es fiancé à moi, pas à Rui, ni Ai.  

— Quel grand dommage… Glisse Ai  

— Toi Ai chut ! Répondant en chœur ses sœurs.  

— Secondo pourquoi t'es ici d’aussi bonne heure ?  

— Parce que j'arrivais pas à dormir, je pensais à toi et à d'autres choses aussi.  

— Vas-y explique toi !  

— Voilà, fin février je vais être remercié de la BRB et ne sachant quoi faire après, je ne veux pas que je sois un raté par rapport à toi, c'est pour ça… pour pas avoir honte, je voulais t'éviter jusqu'à ce que je trouve autre chose.  

— Mais tu sais Toshio, si c'est que pour ça on peut t'accueillir comme serveur au café, comme ça tu seras avec Hitomi.  

— Je suis désolé Rui, mais j'ai vu le résultat au bout de trois jours, vous vous êtes crêpés le chignon à cause de moi, et ça je ne le supporterais pas. Bon il y en a qui m'ouvre ou pas, sinon le chef va encore crier.  

— Toshio, juste une chose pourquoi tu veux voler le dossier Cat's eyes ?  

— C'est simple Hitomi, une promesse est une promesse ; et même si on me retire mon métier, on me retirera jamais l'Amour de ma vie.  

— Bien balancé Toshio ! Tu vois tu peux quand tu veux…  

— Ai ! disent ses sœurs.  

— Et comment tu vas faire, juste par curiosité ?  

— J'ai un plan, un bon plan. Je vais envoyer le dossier petit bout par petit bout à "interpole" car Cat's eye a sévi à Paris en France. Ce genre de courrier transite la nuit et est mis dans des enveloppes spéciales. Mais avant que le courrier parte réellement, je vais l'intercepter et stocker les pièces du dossier dans une cache du commissariat. Celle qu'un voleur a creusée 10 ans auparavant dans les toilettes. Une fois que le dossier sera complet, je vais profiter du 10 février car on fait un exercice incendie, suffit de déclencher une alarme peu avant ou après, et profiter de la confusion pour sortir le dossier. D'ailleurs il me reste un petit détail à régler et tout est parfait.  

 

— Ah bon ! Lequel ? crache le morceau Toshio !  

— Et bien c'est simple Ai, si le dossier est volé, je vais être le suspect numéro un. Et donc ils vont fouiller chez moi. Alors j'ai pensé que vous pouvez le prendre en dépôt le temps que le tout se tasse, ça dépend de vous.  

— Pourquoi pas ! dit Rui à la grande surprise de ses sœurs, vous en pensez quoi les filles ?  

— Oui oui ! moi je marche avec Rui et toi Hitomi ? , dit directement Ai en percutant que c'est un cadeau tombé du ciel, car elles vont pouvoir faire un double de toutes les données, possédées par la BRB, sur elles.  

— Je vous suis car quoi que je dise, on m'écoutera pas.  

— Bon j'ai du boulot qui m'attend moi, une de vous trois pourrait m'ouvrir.  

— Mais bien sûr Toshio et reviens quand tu veux, dit Rui en ouvrant et laissant une bise au fiancé d'Hitomi au passage, n'échappant au regard de sa sœur.  

 

 


Chapitre: 1 2 3 4


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de