Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prose

 

Auteur: Noa

Status: En cours

Série: Cat's Eye

 

Total: 14 chapitres

Publiée: 17-10-03

Mise à jour: 09-08-04

 

Commentaires: 6 reviews

» Ecrire une review

 

General

 

Disclaimer: Les personnages de "Une troisième chance" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Astuces & Conseils

Comment corriger une erreur de placement de chapitres?

 

Quand vous rajoutez des chapitres à une histoire et que vous avez plusieurs histoires en cours, il peut arriver que vous rajoutiez un chapitre d'une histoire à une autre histoire. ...

Pour en lire plus ...

 

 

   Fanfiction :: Une troisième chance

 

Chapitre 4 :: Chapitre IV

Publiée: 17-10-03 - Mise à jour: 17-10-03

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 7 9 10 11 12 13 14


 

Les Cat’s eyes sévissaient toujours dans la ville de Tokyo, ce qui provoqua la colère du patron de police auprès de Isamu qui celui-ci resta impuissant pour l’affaire Cat’s eyes. Quand à Isamu de son coté il en avait assez de se faire prendre pour un mauvais flic. De plus celui-ci avait d’autres problèmes à régler et qu’il était doté d’un grand sens de la fierté. Pour se faire distinguer des autres policiers il lui fallait résoudre une affaire puisque avec Cat’s eyes il allait d’échec en échec.  

 

Isamu :[ je commence vraiment à en avoir marre de cette affaire je vais faire une pause pendant quelques moments, elles se débrouilleront sans moi sans problèmes.]  

Le chef : réunion général tout le monde dans l’amphi.  

 

Tout les inspecteurs allèrent à l’amphi.  

 

Le chef : bien écoutez moi. L’inspecteur Asatani et moi-même avons décidé de créer un nouveau service, celui-ci à été crée spécialement pour arrêter une fois pour toute les Cat’s eyes.  

Isamu : ce qui ne faut pas entendre.  

Le chef : Tu as un problème contre la création de ce service ?  

Isamu : oui et je pense que je ne suis pas le seul.. chef.  

Mitsuko : pourtant vous faites parti de ce service inspecteur Ikari.  

Isamu : c’est pas vrai, vous m’avez même pas demandé mon avis !! Et si je refuse ?  

Le chef : Tu es le mieux qualifié, il n’y a que toi qui les connais le plus.  

Isamu : pourtant je vous ai fait une demande chef !!  

Le chef : je sais et j’en ai tenu rigueur. Bon. Le nouveau service sera installé dans le bâtiment d’à coté.  

Un agent : quoi !!!!  

Isamu : pourquoi on ne reste pas ici ?  

Le chef : ne vous emballez pas ceci n’est qu ‘a titre d’essai. Bon cette réunion est clause. Vous pouvez retourner à vos occupations, les personnes adhérentes à ce service recevront un courrier.  

 

Tous les inspecteurs partirent chacun de leur coté.  

 

Le chef : Isamu je voudrai te voir.  

Isamu : bien chef.  

 

Quelques minutes plus tard au bureau du chef.  

 

Isamu : vous voulez me voir ?  

Le chef : oui, installes toi, voilà pour ta proposition je t’es obtenu une fonction particulière.  

Isamu : laquelle ?  

Le chef : voilà tu es autorisé à circuler en tant que motard de la police que si cela est nécessaire à ton enquête.  

Isamu : je vois, mais le problème c’est que vous m’avez mis dans ce service.  

Le chef : ne t’inquiet pas ce servie n’est qu’à titre d’essai je te l’ai dis.  

Isamu : bien quant est ce qu’on déménage ?  

Le chef : c’est déjà fait.  

Isamu : je vois. Permission de partir ?  

Le chef : accordé.  

 

Il parti, sa colère monta de plus en plus en lui. Il parti donc au caf é pour essayer de se calmer. Mais pendant ce temps Ai était toute seule au café et attendait l’arrivé de ses sœurs, plus loin un homme venait de dévaliser une banque, celui-ci arriva à s’échapper et se réfugia au café Cat’s eyes.  

 

Ai : c’est fermé revenez plus tard.  

Le brigand : je ne coirs pas.  

 

Celui –ci lui montra son flingue. Alors que pendant ce temps là la police se stationna devant le café.  

 

Ai : ho nan ces pas vrai. (ba si hihi)  

Le brigand : tu vas gentiment me suivre.  

Ai : heu ok.  

 

Isamu de son coté vit les policiers devant le café.  

 

Isamu : que ce passe t’il ?  

L’agent de police : une prise d’otage.  

Isamu : quoi !!!! [il manquait plus que ça]. Combien de personnes ?  

L’agent de police : un otage et un voleur.  

Isamu : ok je m’en charge.  

L’agent de police : bien inspecteur.  

 

Le brigand sorti avec Ai comme otage, l’arme sur sa tempe. Isamu s’approcha prudemment.  

 

Le brigand : fait pas un geste ou je lui explose la cervelle.  

Isamu : ok mec calme toi. [ou sinon c’est moi qui t’explose la cervelle].  

Le brigand : laissez moi, je vais tirer.  

Isamu : ok ok que veux tu ?  

Le brigand : je veux juste que vous me laissez partir.  

Isamu : ok alors lâche l’otage et tout ira bien.  

Le brigand : vous me prenez pour un imbécile !!!  

Isamu : si tu tires les agents de polices t’abattront.  

 

Soudain Ai pu se défaire de son agresseur .  

Ai : ISAAMUUU !!!  

 

Le brigand se prépara à tirer sur Ai, quand Isamu se mit devant elle comme un bouclier humain, le ravisseur tira et toucha la jambe de Ai puis prit la fuite.  

 

Isamu : Ai tu vas bien ?  

Ai : ma jambe, ma jambe.  

Isamu : appelez une ambulance !!!!  

 

Quelques heures plus tard Ai se trouvait à l’hôpital pour soigner sa jambe. Rui et Hitomi dès qu’elles ont appris la nouvelle accours pour voir leur petite sœur. Isamu était assit au font de la salle où était Ai.  

 

Rui et Hitomi affolées: Ai tu vas bien ?  

Ai : hé pas de panique je vais bien ce n’est juste qu’une petite égratignure  

Hitomi : mais qu’est ce qui c’est passé ?  

Ai : c’est une longue histoire.  

Rui : où est Isamu ?  

Ai : ici  

 

Elles se retournèrent. Il était assit là ne disant rien, les yeux pointé vers le sol.  

 

Hitomi : que c’est il passé Isamu, tu étais là pourquoi ma sœur a été touchée ?  

Isamu : c’était pas prévu, jamais ta sœur aurai du être touchée.  

 

Il se leva et se dirigea vers Ai.  

 

Ai : touché, je te signal que toi aussi tu as faillis être touché même tué (tout en s’énervant).  

Hitomi : quoi ? attend c’est quoi cette histoire ?  

Isamu : rien  

Ai : RIEN !! (tout en s’adressant à ses sœurs) comme il n’avait pas d’arme, il c’est mit devant moi comme un bouclier humain.  

Rui : il à fait quoi !?!  

Ai : si le malfaiteur aurai su viser il l’aurai tué.  

Hitomi : Isamu qu’est ce qui t’as pris ?  

Isamu : j’ai simplement fais mon boulot.  

Rui : qui est : te faire tuer ?  

Isamu : non de protéger les gens, d’où je viens cette pratique est courante.  

Ai : et bien pas ici, qui te protège toi ?  

Isamu : (tout en dirigeant vers la porte) ça c’est mon problème.  

Hitomi : quoi ? Isamu c’est de l’inconscience.  

Rui : Hitomi a raison. Tu…  

Isamu : Baltak !!! Votre avis ne me touche guerre.  

 

Et parti.  

Hitomi : et merde, je commence à en avoir assez il faut toujours qu’il part quand la discussion devient sérieuse.  

Rui : calmes toi Hitomi, pour lui c’est normal tu as entendu ?  

Hitomi : ouais  

Ai : bon et moi je peux rentrer, je hais les hôpitaux.  

Rui : oui oui le médecin a dit que tu pouvais partir, allez prépare toi.  

Ai : ok chef.  

 

Quelques heures plus tard au café Cat’s eyes. Isamu entra dans le café.  

 

Isamu en se dirigeant vers Hitomi : je…je suis désolé pour tout à l’heure.  

Hitomi : moi aussi.  

Isamu : mais il faut que tu essais de comprendre, je ne suis pas un humain et encore moins un japonais, je n’ai pas les mêmes coutumes que vous ni les mêmes pensés.  

Hitomi : oui mais…  

Isamu : je suis né sur une planète où les habitants n’on pas les mêmes façons d’agir que vous les …terriens.  

Hitomi : je vois.  

Isamu : je peux comprendre que …certains de mes agissements …ne vous semble pas adéquate mais…  

Hitomi : oui, je crois que je te regardais comme enfin tu sais…  

Isamu : un humain, certes physiquement je ressemble à un humain, mais mes yeux ainsi que mes noyaux sont là pour prouver le contraire.  

Hitomi : ouaou quel révélation.  

Isamu : quoi ?!  

Rui : elle a raison.  

Isamu : heu ha bon. Heum. Hitomi ?  

Hitomi : moui.  

Isamu : heu…je..je..  

Hitomi : (tout en souriant) vas droit au but Isamu.  

Isamu : je…je…je voudrai t’inviter à dîner [heu c’est pas ça que je voulais dire mais ça fera l’affaire].  

Hitomi : avec plaisir ça faisait longtemps.  

Isamu : oui c’est vrai, je passe te chercher à 20h00 ?  

Hitomi : ok.  

Isamu : bien, bon allez je dois aller au boulot, salut tout le monde.  

Les 3 sœurs : salut.  

Rui : il c’est surpassé aujourd’hui.  

Hitomi : oui.  

 

Le soir venu. Isamu était sur son 31.  

 

Isamu : bonsoir tout le monde.  

Ai : mmm quel élégance.  

Rui : Ai tu n’as pas des devoirs à faire ?  

Ai : oui j’y vais.(avec une motivation que nous avons tous pour allez au lycée lol)  

Isamu : Hitomi est elle prête ?  

Rui : oui, c’est vrai.  

Isamu : de quoi ?  

Rui : tu es très élégant ce soir.  

Isamu : merci.  

Hitomi : me voilà.  

Isamu : le...comment dites vous ? ha oui le carrosse est prêt.  

 

La soirée entre nos deux amoureux se passa à merveille. Pendant le repas Isamu lui expliqua toute l’histoire concernant le nouveau service. Isamu raccompagna Hitomi comme un gentleman chez elle.  

 

Isamu : as tu passée une bonne soirée ?  

Hitomi : magnifique, ça faisait longtemps ..  

Isamu : oui je sais, à cause du travail on se voit de moins en moins.  

Hitomi : oui c’est vrai.  

Isamu : Hitomi, heu..j’ai fais une demande au chef pour mon statut et…  

Hitomi : tu vas changer de grade ?  

Isamu : pas vraiment en fait je serai inspecteur mais je serai aussi ..disons que j’aurai aussi le statut de motard.  

Hitomi : cela ne m’étonne pas tu aimes tellement la moto qu’est ce qui t’intrigues ?  

Isamu : et bien ce qui m’intrigue c’est que j’ai pris cette décision seul sans t’en parler alors que nous sommes un couple, j’aurai du t’en parler avant.  

Hitomi : heum oui enfin …  

Isamu : Hitomi , je…je..  

 

Isamu s’approcha lentement de Hitomi, celle-ci commença à rougir.  

 

Hitomi : tu ..tu quoi ?  

 

Isamu se rapprocha de plus en plus de Hitomi et l’embrassa tendrement, au début elle était étonnée puis ensuite elle le suivit dans son étreinte. Après quelques  

minutes.  

 

Hitomi : hum he bien c’était une superbe soirée.  

Isamu : oui en effet, et bien bonne nuit.  

Hitomi : bonne nuit Isa.  

Isamu : Isa (petit rire) c’est mignon.  

Hitomi : oui.  

Isamu : bon.  

Hitomi : bon.  

 

Puis Hitomi mit ses mains sur les joues de Isamu et l’embrassa à son tour. Après quelques minutes Isamu parti chez lui et Hitomi faisant de même.  

Vous avez lu !!!! c’est inédit nan ???  

 

Le lendemain matin Isamu rejoint ses collègues devant le musée Johoku, un homme à été trouvé mort, tué par balle.  

 

Isamu : je croyais que je devais m’occuper que des affaires Cat’s eyes ?  

Le chef : oui je sais, mais je pense que tu devrai voir cela.  

Isamu : qu’est ce qu’il ya ?  

Le chef : le conservateur du musée à fait feu sur cette homme, on ne peut pas l’arrêter, ici c’est sa propriété.  

Isamu : je vois la légitime défense.  

Le chef : tu devrai voir le corps.  

Isamu : ok.  

 

Ils s’approchèrent du corps qui était sous un drap blanc. Quand un agent souleva la drap.  

 

Isamu : mais c’est l’homme d’hier matin. (avec un petit sourire) alors comme ça ce con c’est fait trouer par ….un conservateur de musée !!  

Le chef : un peu de respect Isamu.  

Isamu : ok chef, pourrai-je voir Action-man.  

Le chef : oui tu le trouvera dans le musée.  

 

Un fois dans le musée.  

 

Isamu : bonjours monsieur ?  

Le conservateur du musée : Matachi.  

Isamu : bien heum ça vous arrive souvent de jouer à la guerre Monsieur Matachi ?  

Mr Matachi : je n’ai fais que me défendre, cette homme était sur ma propriété.  

Isamu : ce qui vous donne le droit de jouer au sniper ?  

Mr Matachi : je vous l’ai dis, et puis je n’ai pas de compte à rendre avec vous.  

Isamu : vous avez raison, mais je suis épaté, vous avez par l’air d’avoir regretté ce que vous avez fait Mr Matachi. N’abusez pas de ce pouvoir.  

Mr Matachi : est ce une menasse.  

Isamu : non un conseil, bonne journée Mr.  

 

Puis fit signe à ses collègues pour quitter le musée.  

 

Isamu : ce mec est un malade.  

Le chef : je sais.  

Isamu : il va croire qu’il est tout puissant, si ça continu il va tirer sur n’importe qui.  

Le chef : tu dramatise trop, bon retourne au bureau.  

Isamu : bien chef, je vais attendre bêtement que les Cat’s eyes nous lance encore une invitation, pendant que des meurtres, des violes, des enlèvements se produisent dans cette ville.  

Le chef : très marrant, va à ton bureau si tu ne veux pas perdre ton boulot.  

Isamu : ok.  

 

Pendant ce temps là au café Cat’s eyes.  

 

Rui : et bien cette fois ci ça va être doublement dangereux.  

Ai : ce mec tire sur tout ce qui bouge.  

Rui : oui, il faudra que tu fasses attention je n’ai pas envi de perdre une sœur tu m’entend Hitomi ?  

Hitomi : oui, je sais et je tiens trop à la vie pour me faire tuer par ce fou (rire).  

Rui : bien, alors respect le plan à 100%.  

Hitomi : bien chef.  

Rui : ho arrêtez toutes les deux de m’appeler chef.  

Ai et Hitomi : bien chef.  

 

Et se mirent toutes les trois à rire.  

 

Isamu : et bien ça rigole bien ici.  

Rui et Ai : bonjours Isamu.  

Isamu : Tèk..heu salut.  

Hitomi : salut toi.  

Isamu : salut, tu vas bien ?  

Hitomi : merveilleusement bien.  

Isamu : c’est vrai que c’est une belle journée.  

 

Ils se regardèrent en silence comme deux jeunes amoureux.  

 

Ai : allo ici la terre.  

Isamu : hum oui ?  

Ai : t’as sûrement entendu parler du pauvre type qui c’est fait descendre ?  

Isamu : pauvre type !!! tu parles c’est la bâtard qui t’a tiré dessus.  

Hitomi : Isamu ! personne ne mérite ce destin.  

Isamu : tu es trop sensible Hitomi, mais soit.  

Rui : heum Isamu ?  

Isamu : oui ?  

Rui : tu allais dire quelques chose avant de nous saluer tout à l’heure ?  

Isamu : heu … oui, pourquoi ?  

Rui : c’est ta langue natal ?  

Isamu : oui, la langue de mon peuple. Tèk ma tèk ça veux dire : respect, salutation. Je savais pas que les langues anciennes t’intéressais ?  

Rui : j’adores toute les choses anciennes.  

Isamu : je vois. Bon je dois y aller c’était juste pour faire un salut. Bye tout le monde.  

Les trois sœurs : à bientôt.  

 

Quelques heures plus tard la police reçu une carte de visite de Cat’s eyes.  

 

Isamu : elles ont pétées un casque, le musée de Johoku, elles vont se faire tirer comme des lapins.  

 

Il frappa son bureau (ho le méchant il lui a rien fait ce pauvre bureau L) et prit son téléphone.  

 

Isamu : oui c’est moi, ramène toi au sous sol. Et maintenant.  

 

Quelques minutes plus tard au sous sol.  

 

Ai : heu t’aurai pu me donner rendez vous dans un autre endroit nan ? A moins que monsieur a une idée derrière la tête ?  

Isamu : heu c’est pas le moment de rigoler Ai, vous me faites quoi là ?  

Ai : oui je sais mais ce musée privé possède un tableau très important dans la collection de papa.  

Isamu : et pourquoi ?  

Ai : Isamu, nous faisons cela non seulement pour attirer l’attention de papa mais aussi parce que nous pensons que dans chacun de ses œuvres il y a un indices pour pouvoir aider notre père.  

Isamu : je peux comprendre, mais les ennemis de ton père sont très puissant et dangereux.  

Ai : Isamu.  

Isamu : ok comment allez vous faire pour ce soir ?  

Ai : on va la jouer fine.  

Isamu : ok, j’irai vous voir tout à l’heure alors.  

Ai : ok, allez je me casse. (rire)  

Isamu : ok, à toute.  

 

Chacun parti de son côté, Ai chez elle et Isamu au service de la circulation.  

 

Isamu : bonjour tout le monde.  

Ken : hé salut Isamu tu vas bien ?  

Isamu : ho oui j’ai une superbe nouvelle.  

Myuki : bonjour inspecteur, une bonne nouvelle ?  

Isamu : oui j’ai obtenu la permission pour le statut de motard.  

Tout le monde : bravo  

Isamu : sous la condition si cela concerne mon enquête.  

Ken : mais c’est comme même super.  

Isamu : oui parfois on pourra devenir coéquipier.  

Ken : ça c’est génial on va faire un malheur sur les routes (rire)  

Isamu : c’est claire. Bon allez moi j’y vais c’était juste pour vous dire cette nouvelle.  

Myuki : bonne journée Isamu.  

Isamu : merci à vous tous aussi.  

 

Quelques heures plus tard Isamu alla au café Cat’s eye durant sa pause. (comme toujours).  

 

Isamu : Re bonjours tout le monde.  

Rui : tiens voici notre inspecteur préféré.  

Isamu : (lol) mouais.  

Hitomi : il y a quelque chose qui ne va pas ?  

Isamu : le sang va sûrement couler ce soir.  

Hitomi : pourquoi ?!!  

Isamu : Cat’s eyes à décidé de venir prendre un tableau au musée de Johoku là où il y a le tireur fou.  

Hitomi : et la police ne peux rien faire ?  

Isamu : c’est une propriété privé la police n’a aucun droit.  

Rui : ce soir tu ne fera rien ?  

Isamu : je n’ai pas dis cela, je serai présent ce soir.  

Hitomi : Ton chef sera d’accord ?  

Isamu : oui, parce que je sais comment pouvoir arrêter ce mec.  

Ai : comment ?  

Isamu : ça c’est mon problème.  

Hitomi : Isamu ne fais pas n’importe quoi.  

Isamu : t’inquiet, mais ce qui m’énerve le plus c’est que je vais devoir me servir d’une arme.  

Rui : attends là tu veux dire que tu ne t’es jamais servi d’une arme ?  

Isamu : si une fois.  

Hitomi : UNE FOIS !!!  

Isamu : sur Final fantasy nous ne servons d’armes à feu sauf qu’en cas d’extrême urgence et encore il n’y a que la police de Utaï ville ou les autres policiers des villes modernes.  

Rui : oui c’est vrai, sur cette planète les armes blanches sont les reines, les armes à feu sont interdites.  

Hitomi : oui mais ici aussi et pourtant on trouve des armes à feu un peu partout.  

Isamu : c’est exact, mais sur fantasia on est pas des lâches comme les racailles de cette planète.  

Hitomi : que veux tu dire ?  

Isamu : sur Fantasia le sens de l’honneur est très respecté, il n’y a pas d’honneur lorsque l’on porte une arme à feu bien au contraire. La seule fois où nous nous sommes servi d’armes à feu, c’était contre des ennemis robotisé donc pas humain.  

Hitomi : attends une minute si je m’en souviens bien tu m’a dis la dernière fois que tu était dans la police de Utaï ville c’est bien cela ?  

Isamu : Oui.  

Hitomi : si j’ai bien compris la seule fois que vous vous êtes servi d’armes à feu c’était contre des robots ?  

Isamu : c’est exacte.  

Hitomi : alors il y a un truc qui me chiffonne contre les humains vous utilisiez quoi comme armes ?  

Isamu : en réalité notre base ne s’occupe pas directement des malfaiteurs humains.  

Rui : heu pour quelle raison ?  

Isamu : pour la bonne raison que je faisais parti de la police mobile de Utaï.  

Ai : attends ne me dis pas que tu faisais parti de la police robotisé ?  

Isamu : la patrouille des Labors.  

Ai : ho j’y crois pas, quel était ton poste ?  

Isamu : pilote de Labors.  

Hitomi : tu étais pilote !!!  

Isamu : oui.  

Hitomi : ouaou je suis épatée.  

Rui : on en apprend tout les jours avec toi.  

Ai : quel grade étais tu ?  

Isamu : sergent. Je ..je pilotais le AV-98 Ingram 003  

Ai : alors là je suis verte.  

Isamu : je prendrai bien un autre café Rui si..  

Rui : je te l’apporte.  

 

Il but son café et après quelques minutes de bavardages quelconque, il parti pour se préparer. Quelques heures plus tard Hitomi et Rui étaient sur place prête pour leur routine habituelle. Au début tout se passa bien, elles rentrèrent tranquillement dans le musée, prirent le tableau puis sortirent du musée sans aucune difficulté lorsque soudain un coup de feu retenti.  

 

Mr Matachi : ne bougeait plus.  

 

Nos deux sœurs se cachèrent derrière des dalles verticales en béton.  

 

Hitomi : où est il je ne le vois pas ?  

Rui : je n’en ai aucune idée.  

 

Soudain Isamu qui n’attendait que le signal (un coups de feu) fit son entrée, il se planqua lui aussi derrière une de ces dalles.  

 

Isamu : Matachi rends toi !!!  

Mr Matachi : il n’en est pas question, vous ne sortirait pas vivant de ma propriété.  

Isamu : ne fais pas l’imbécile !!!  

 

Les coups de feu retentissaient toujours. Nos héros étaient obligé de se cacher. Isamu jeta une pierre, Matachi tira et atteignit avec succès sa cible, cela à permit à Isamu ainsi qu’au deux sœurs de repérer le tireur qui était en haut du bâtiment.  

 

Hitomi : si ça continu comme ça on va se faire tuer.  

Rui : oui, il va falloir penser à un nouveau plan et vite.  

Hitomi : j’ai une idée.  

 

Elle prit une carte Cat’s eye et écrivit quelque chose puis la lança en direction de Isamu.  

 

Isamu : mais... « je vais lui servir d’appât surgissez au même moment. Il ne saura pas sur qui tirer et vous aurez peut être le temps de vous occuper de lui... » [c’est dangereux mais je pense qu’on a pas trop le choix.]  

 

Rui : Hitomi !!!  

Hitomi : il n’y a pas d’autre moyen Rui.  

 

Soudain Hitomi se leva et commença à courir au même moment Isamu se leva pointant son arme vert le tireur, celui ci tira dans tout les sens ne sachant plus qui viser, Isamu continua à avancer sans se soucier de la balle qui le frôla à la joue.  

 

Isamu : [nombre de mort 0]  

 

Isamu tira donc sur le malfrat, la balle toucha son épaule, la douleur était telle qu’il lâcha son fusil qui tomba au sol. Hitomi pendant ce temps là se cacha derrière une dalle. Isamu lui resté debout, il n’était pas très loin de Rui qui celle-ci remarqua qu’a aucun moment Isamu n’avait flanché.  

 

Rui : [c’est incroyable il respire normalement, il ne tremble même pas, c’est comme si il n’avait pas eu peur, que pour lui tout cela était une habitude, il a continué d’avancer sans avoir peur de se faire toucher, j’ai l’impression qu’il est plus fort que ce qu’il veut le montrer...étrange]  

 

NB : la scène que je viens d’écrire se passe pendant quelques secondes.  

 

Le malfaiteur était toujours en haut, il avait du mal à encaisser la balle (je le comprend). Les sirènes de la police retentissaient au loin. Quand soudain Isamu s’adressa au sœurs Kisugi avec un air sérieux qui étonna nos deux jeune fille.(vous savez un air sérieux comme Til’k dans stargate SG1 J).  

 

Isamu : je dois vous dire honnêtement cat’s eye, que je préfère le moment quand nous faisons équipe ensemble pour arrêter ce genre d’individu que vous poursuivre, mais cela n’est que mon opinion.  

 

Cela interpella nos deux sœurs, que par le ton employé que par les paroles. Quelques minutes plus tard il reçu une carte cat’s eye.  

 

Isamu : hum.. « nous aussi cher inspecteur », vous devriez partir mes collègues ne vont pas tarder à arriver.  

 

Sur ces mots Rui et Hitomi partirent immédiatement. Une fois arrivé chez elles.  

 

Hitomi : et bien on a eu chaud cette fois ci…qu’as tu Rui tu es restée silencieuse pendant tout le long du trajet.  

Rui : heu non rien je réfléchissais c ‘est tout.  

Hitomi : il m’a épatée ce soir Isamu, pas toi ?  

Rui : oui c’est vrai.[plus ce qu’il nous voulait nous le montrer…j’ai l’impression qu’il nous cache quelque chose]  

 

 

FIN DU CHAPITRE  

 

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 7 9 10 11 12 13 14


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de