Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prose

 

Auteur: Noa

Status: En cours

Série: Cat's Eye

 

Total: 14 chapitres

Publiée: 17-10-03

Mise à jour: 09-08-04

 

Commentaires: 6 reviews

» Ecrire une review

 

General

 

Disclaimer: Les personnages de "Une troisième chance" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Astuces & Conseils

Je voudrais lire les fanfictions NC-17.

 

Si vous avez plus de 18 ans, vous devez: - vous inscrire - vous connecter - utiliser le lien réservé à cet effet pour m'envoyer un email certifiant que vous êtes majeur et que v ...

Pour en lire plus ...

 

 

   Fanfiction :: Une troisième chance

 

Chapitre 9 :: Chapitre IX

Publiée: 26-10-03 - Mise à jour: 26-10-03

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 7 9 10 11 12 13 14


 

L’homme : Alors quel est votre prix.  

 

Isamu : Je vais être généreux avec vous, je vous le fais gratuitement.  

 

L’homme : QUOI !! Mais pourquoi ?! Où est le piège ?  

 

Isamu : Il y en a aucun.  

 

L’homme : Tout d’abord vous êtes le premier à répondre à mon offre et ensuite vous acceptez de tuer Cat’s eyes gracieusement. Pourquoi ?  

 

Isamu : Et vous pourquoi voulez vous les faire éliminer ?  

 

L’homme : Elles empiètent sur mon territoire, à cause d’elle j’ai perdu beaucoup d’argents et des hommes à moi se sont fait coffrer. Les Cat’s eyes sont pour moi comme l’est une épine dans la patte du tigre qui l’empêche de chasser. Et vous pourquoi vous voulez les tuer sans aucune récompense.  

 

Isamu : Leur père Michael Heinz est en vérité mon ennemi. A cause de lui mes parents sont morts.  

 

L’homme : Je vois vengeance personnelle.  

 

Isamu : Tout à fait, il a prit ma famille, je lui prendrai la sienne.  

 

L’homme : Vous êtes un professionnel Escaflowne vous ne ferez pas d’erreur ?  

 

Isamu : Vous devriez faire attention à ce que vous dites, je suis maître en la matière lorsqu’il s’agit de tuer. D’ailleurs je ne sais pas faire autre chose.  

 

L’homme : Je voudrai tout de même vous demander une faveur.  

 

Isamu : Laquelle ?  

 

L’homme : Je voudrai être là lorsque vous les tueriez.  

 

Isamu : Vous n’avez pas confiance en moi ?!!  

 

L’homme : Heu mais non, c’est juste que je voudrais les voir mourir.  

 

Isamu : Entendu, je vous contacterai le moment venu. Je dois partir.  

 

L’homme : Bien, on se reverra lors de leur jugement dernier.  

 

Isamu : Oui.  

 

 

 

Et parti.  

 

 

 

Isamu : [Maintenant je vais devoir trouver une arme pour ce genre de travail]  

 

 

 

Le lendemain au bureau.  

 

 

 

Le Chef : Cat’s eyes ne sais pas encore manifestées c’est bizarre.  

 

Isamu : Hm…  

 

Le chef : Tu as l’air préoccuper Isamu. Oh oui tu dois être comptant que la seconde brigade s’installe à Tokyo. Peut être que ton ancien patron voudra te reprendre.  

 

Isamu : Pourquoi vous voulez vous débarrasser de moi ?  

 

Le chef : Heu non non pourquoi de telle pensées ?  

 

Isamu : Chef….  

 

Le Chef : Moui ?  

 

Isamu il ferma les yeux : Avez vous confiance en moi ?  

 

Le chef : oui bien entendu.  

 

Isamu : Il faut que je vous parle.  

 

 

 

Pendant ce temps au café Cat’s eyes.  

 

 

 

Misato tout en baillant : Je suis crevé à ne rien faire, c’est déprimant.  

 

Rui : A ce point là ?  

 

Misato : Y’a pas d’action dans cette ville.  

 

Hitomi : Mais pourtant tu as réussi à éviter un bain de sang dans une prise d’otage dans une banque !!  

 

Misato : Ba par chez nous c’est quelque chose de banal, je me demande comment Isamu fait pour supporter cela lui qui aime tant jouer avec la mort.  

 

Hitomi : Je te demande pardon ?  

 

Misato : Heu…et bien…disons que quand il été jeune Isamu était assez intrépide.  

 

Rui : C’est drôle je ne suis pas étonnée.  

 

Hitomi : ….  

 

Misato : Je te rassure Hitomi, Isamu n’est pas un kamikaze.  

 

Hitomi : Je l’espère.  

 

Rui : Tient quand on parle du loup.  

 

Hitomi : Ou plutôt du dragon.  

 

 

 

Isamu entra.  

 

 

 

Isamu : Bonjour tout le monde.  

 

Hitomi et Rui : Bonjour.  

 

Misato : Hé alors quoi de neuf ?  

 

Isamu : Rien d’intéressant. Comment va Ai ?  

 

Rui : Elle avait une petite mine en partant ce matin mais heureusement ta sœur était là pour l’accompagner.  

 

Isamu : Oui hier elle était assez inquiète.  

 

Rui : Elles sont inséparables ces deux la.  

 

Isamu : Bon Misato on doit y aller.  

 

Misato : Ok. A plus tard les filles.  

 

Rui : A plus tard.  

 

Hitomi : Fait attention à toi Isamu.  

 

Isamu étonné : Heu oui si ….tu veux.  

 

 

 

Une fois au bureau.  

 

 

 

Isamu : Je lui ai envoyé une lettre……. par l’intermédiaire de Konno.  

 

Misato : Tu n’as pas pu t’en empêcher.  

 

 

 

Au commissariat numéro 5 à Hong kong.  

 

 

 

Un policier : Tenez lieutenant Kumagami un gamin ma donné ce courrier qui vous est destinée.  

 

Le lieutenant Kumagami pris l’enveloppe et l’ouvrit lorsqu’elle la lie un sourire apparaît sur son visage.  

 

 

 

« Bon baise de Tokyo  

 

Isamu »  

 

 

 

Elle la pressa contre son cœur et ferma les yeux.  

 

 

 

Le policier : Vous allez bien lieutenant ?  

 

Takeo tout en souriant : Oui je vais bien.  

 

 

 

De retour au Japon. Nova attendait son frère au café Cat’s eyes.  

 

 

 

Nova : Tiens où sont Ai et Hitomi ?  

 

Rui : Elles sont parties faire des cours.  

 

Nova : Ha ok .  

 

 

 

Nova semblait gênée, Rui l’avait remarquée mais n’osait pas encore l’aborder sur ce sujet.  

 

 

 

Rui : Alors comment se passent les cours ?  

 

Nova : heu hé bien comme ci comme ça. Ya des hauts et des bas. Parfois c’est facile et parfois c’est difficile.  

 

Rui tout en souriant : Je vois.  

 

Nova baissant les yeux : Enfin la routine quoi.  

 

Rui : Tu as l’air gênée Nova ?  

 

Nova rougissant : Moi !!!? Nan, pas du tout, pourquoi serai-je gênée ?  

 

Rui : Je ne sais pas à toi de me le dire.  

 

Nova : C’est juste que c’est la première fois qu’ont se retrouvent toute seule toute les deux et je dois l’avouer que je suis intimidée.  

 

Rui tout en laissant échapper un petit rire d’étonnement : Intimidé ?!! Je t’intimide ?  

 

Nova : Oui, ne le prend pas mal surtout.  

 

Rui : pourtant on se connaît nous deux, bon il est vrai qu’on n’a jamais véritablement discuté ensemble.  

 

Nova : Oui c’est vrai mais pour être honnête on ne sait pas beaucoup de choses sur nous deux et…  

 

Rui : Alors faisons connaissance.  

 

Nova rougissant et baissa les yeux : D’acc ….d’accord.  

 

 

 

Rui sourit  

 

 

Rui : Alors Mademoiselle Nova Ikari qui êtes-vous ?  

 

Nova plus détendue : Hé bien je viens de Nibelheim mais je suis née à Utaï.  

 

Rui : Continue.  

 

Nova : A la mort de mes parents, j’ai été adoptée par une femme que je considère comme ma propre mère.  

 

Rui : Comment s’appel t-elle ?  

 

Nova : Clara Garden.  

 

Rui : C’est un joli prénom, elle doit beaucoup te manquer ?  

 

Nova : Oui, mais grâce à la magie d’internet je peux lui parler pratiquement tous les soirs. Elle m’a tout donné, tous ce qu’une jeune fille de mon âge avait besoin. C’est une femme formidable et pleine d’amour.  

 

 

 

Nova se pencha un peu sur le comptoir, elle regardait Rui dans les yeux tout en lui souriant, parfois elle détournait son regard derrière celle-ci pour à nouveau la regarder.  

 

 

 

Nova : Tu sais ma vie là bas était comme toutes les autres, j’allais au collège, le soir je travaillais pour avoir de l’argent de poche, j’aidais ma mère au ménage, nous sortions ensemble faire les magasins dans les grandes villes du continent. Jusqu’au jour où j’ai su que j’avais un frère et que celui-ci était vivant.  

 

Rui : Oui j’imagine ce que tu as pu ressentir.  

 

Nova : Oui j’étais heureuse car tu vois ma mère adoptive est humaine et je ne savais pas grand chose concernant mon peuple. Sachant que j’avais un frère donc un être comme moi j’ai ressenti comme un boom dans mon cœur.  

 

Rui : Comment votre rencontre s’est-il passé ?  

 

Nova : Quand je l’ai vu la première fois, il m’a beaucoup impressionnée, il avait beau avoir 18 ans c’était déjà une force de la nature et je dois avouer que j’ai eu un peu peur mais il m’a souri et quand il m’a pris dans ses bras j’ai su qu’une nouvelle vie allait commencer.  

 

Rui : C’est vrai que ton frère est impressionnant.  

 

Nova : Oui c’est une montagne de muscles. Et toi Rui ?  

 

Rui : Moi, hé bien je suis fille d’une mère japonaise et d’un père occidental.  

 

Nova laissant échapper : Oh ce qui explique ces beaux yeux bleus.  

 

Rui surprise par ces paroles : Oui merci.  

 

Nova rougissant : Heu de ..de rien.  

 

 

 

Isamu entra.  

 

 

 

Isamu : Bonsoir tout…il regarda le café….Rui.  

 

 

 

Isamu regarda sa petite sœur puis Rui tout en souriant, il s’approcha de Nova pour lui faire une accolade et lui faire un bisou sur le front.  

 

 

 

Isamu : salut toi. Alors ces exams?  

 

Nova : Je crois les avoir tous réussi.  

 

Isamu : Bien.  

 

Nova : Qu’est ce que tu foutais tu es en retard.  

 

Isamu : Désolé, je devais faire une cours. On y va ? A moins que je vous ai dérangé dans votre discussion ?  

 

Nova troublée : Non non on parlait de ci et de ça.  

 

Isamu : Ok alors en route, merci Rui.  

 

Rui : Mais de rien.  

 

Et partirent. Un peu plus tard dans la soirée Isamu nettoyait une arme.  

 

 

 

Nova : Ouha c’est quoi comme marque ?  

 

Isamu : Hé ne touche pas, je ne veux pas que tu te salisses les mains en portant cette chose. Et pour ton renseignement ces un desert eagle.  

 

Nova : Et toi alors ?  

 

Isamu : Moi ces déjà trop tard, depuis la m…..laisse tombais.  

 

Nova : Ce n’est pas ton arme de service.  

 

Isamu : Tu n’as pas de leçons à apprendre ?  

 

Nova : Mais ?  

 

Isamu : Ne discute pas s’il te plaît.  

 

Nova : Compris.  

 

 

 

Pendant ce temps la, Ai était dans sa chambre essayant de sécher ses larmes pour pouvoir faire ses devoirs lorsque Rui frappa à sa porte.  

 

 

 

Rui : Ai je peux entrer ?  

 

Ai séchant ses larmes pour ne pas que Rui voit qu’elle pleurait : Oui vas-y ?  

 

Rui voyant que Ai avait pleuré : Ma petite sœur.  

 

 

 

Elle s’assit à côté d’elle sur le lit et la pris dans ses bras.  

 

 

 

Rui : Ma puce.  

 

 

 

Ai se remit à pleurer.  

 

 

 

Ai : Je n’y arrive pas, c’est trop dur.  

 

Rui : Je sais, il faut que tu laisse passer le temps.  

 

 

 

Hitomi vint à son tour dans la chambre de Ai pour s’asseoir à côté de celle-ci. Maintenant Ai ce retrouvait entre ces deux sœurs.  

 

 

 

Hitomi : Ai.  

 

 

 

Elle pris également Ai dans ses bras.  

 

 

 

Ai : Ce n’est pas juste ont étaient tellement bien tous les deux, au point que nous sommes vraiment engagés.  

 

Hitomi et Rui : Vraiment ?!!  

 

Rui : Que veux –tu dire par vraiment engagés ?  

 

Ai : ….heu …hé bien heu….tu sais bien ?  

 

 

 

Hitomi et Rui se regardèrent et comprirent que leur petite sœur n’était plus si petite que ça.  

 

 

 

Rui : Mais …mais…tu n’a que 16 ans !!  

 

Ai : 16,5 ans.  

 

Hitomi : d’accord d’accord mais..heu ..vous avez prit des…des….  

 

Ai : bien sur qu’oui qu’on a prit des précautions !!!  

 

Rui : Ne t’énerve pas Ai. C’est juste qu’on ne s’y attendait pas ta sœur et moi.  

 

Hitomi : Vraiment pas.  

 

Rui : Excuse nous Ai mais …..puis lui fit un sourire maternelle….c’est qu’on ne te voit pas grandire.  

 

Hitomi : Et oui pour nous tu es toujours notre toute petite sœur nous demandant encore de l’aide pour faire ses lacets.  

 

 

 

Les trois sœurs rirent.  

 

 

 

Ai : Je vous aime toutes les deux.  

 

Hitomi et Rui : Nous aussi.  

 

 

 

Et se serrèrent chacune contre les autres pendant une bonne partie de la soirée. Le lendemain Nova vint chercher comme dans son habitude Ai pour aller au lycée laissant ainsi Rui et Hitomi toute seule.  

 

 

 

Hitomi : Bien, qu’as-tu prévue pour le musée de ce soir ?  

 

Rui : Justement j’allais t’en parler.  

 

 

 

Elles vont dans le salon. Rui sorti une carte.  

 

 

 

Rui : Voilà. Ce musée est en fait un ancien entrepôt.  

 

 

 

Elle montra l’ancienne carte de l’entrepôt.  

 

 

 

Rui : Comme tu peux le remarquer cette entrepôt est relié à un égout.  

 

Hitomi : oh nan !! Pas encore les égouts.  

 

Rui : Et si, ce musée appartient à un certain Kise Takada un agent de la pègre et qui ne nous aime pas du tout.  

 

Hitomi : Mais pourquoi ?  

 

Rui : Dans le passé nous avons à plusieurs reprise fait arrêter quelques-uns de ses hommes mais la police n’a jamais pu remonter jusqu'à lui.  

 

Hitomi : Donc il va falloir faire attention.  

 

Rui : Oui c’est pour cela que je n’ai pas laissé de carte à la police ni à notre cher monsieur Takada d’ailleurs.  

 

Hitomi : Oui je crois que sur ce coup nous devons rester prudentes.  

 

Rui : Donc voici notre plan.  

 

 

 

Hitomi et Rui y passèrent quelques heures à élaborer un plan parfais pour l’escapade de ce soir. A midi Isamu vint boire son café comme dans son habitude.  

 

 

 

Isamu : Bonjour tout le monde.  

 

Rui : Bonjour Isamu.  

 

Hitomi : Salut. Alors le boulot ?  

 

Isamu : Et bien bizarrement on a pas de nouvel des Cat’s eyes.  

 

Hitomi : Elles sont peut être en vacances.  

 

Isamu pas convaincu : Oui probablement.  

 

Hitomi : mais sinon à part les Cat’s eyes ?  

 

Isamu : Oh et bien la routine, deux, trois cambriolages d’amateur dont on a arrêté les voleurs, ces crétins pendant qu’on les poursuivait se sont eux même paumé dans un cul de sac.  

 

Hitomi : C’est pas malin ça.  

 

 

 

Elle fronça les sourcils tout en fermant les yeux et mi ses mains sur sa taille.  

 

 

 

Hitomi : mais il y en a d’autres non plus qu’ils ne le sont pas.  

 

 

 

Isamu se senti visé.  

 

 

 

Isamu : [Aille] Heu Hitomi tu ….tu m’en veux toujours pour la dernière fois ?  

 

Hitomi : Disons que je ne l’ai pas encore digéré.  

 

Isamu : Désolé. Je dois y aller.  

 

Hitomi : NON !! A chaque fois qu’on a une discussion sérieuse tous les deux tu te défile.  

 

Isamu d’un ton ferme : On aura tout le temps pour parler de ça plus tard.  

 

Hitomi : Et quand ?!!  

 

 

 

Isamu parti.  

 

 

 

Hitomi : Il m’énerve, il m’énerve.  

 

Rui : Doucement Hitomi, laisse-lui le temps et puis toi aussi tu lui cache quelque chose d’important.  

 

Hitomi : Oui mais ce n’est pas pareils !!  

 

 

 

Et se mis à faire la vaisselle comme dans son habitude lorsqu’elle est énervée.  

 

 

 

Rui désespérée : Mais qu’est ce que je vais bien faire de vous deux.  

 

 

 

Un peu plus tard dans l’après-midi. Isamu reçu un coup de fil.  

 

 

 

Isamu : Inspecteur Ikari à l’appareil.  

 

Ai : Isamu c’est moi Ai.  

 

Isamu : Salut, tu m’appel pourquoi ?  

 

Ai : Salut, pour te dire que ce soir on part pour un musée.  

 

Isamu : Quoi ?!! Mais on a pas reçu de carte ?!!  

 

Ai : Par sécurité, on en a pas envoyé car nous allons dans un musée appartenant à Kise Takada et ce type veux notre peau alors on se fait toute petite.  

 

Isamu : Humm pas très rassurant ça, il va falloir que tu me fasses connaître votre plan dans toute son exactitude, je ne tiens pas à en perdre une ce soir.  

 

Ai : J’attendais que tu me dises cela. On se rejoint au lac ?  

 

Isamu : Ok, fais en sorte d’emmener le maximum de document pour que je puisse mémoriser en profondeur les moindres recoins.  

 

Ai : Entendu. A plus.  

 

Isamu : Ok.  

 

 

 

Ai raccrocha.  

 

 

 

Isamu tout en faisant un sourire malicieux : [les 3 petits chatons courent tout droit dans la gueule du dragon]. (Et sa rime !!!).  

 

 

 

Il composa sur son téléphone un numéro.  

 

 

 

Isamu : Oui c’est moi, ce soir je ne veux aucun de vos gardes dans votre musée, le jour du salut de Cat’s eyes est venu…….. Bien…….. merci.  

 

 

 

Et raccrocha.  

 

 

 

Isamu : [Et si je me trompais ? Ce n’est peu être pas la bonne solution ? Non, pas de place pour la pitié ou la romance]  

 

 

 

Celui-ci parti donc rejoindre Ai au lac. Elle était assise en hauteur.  

 

 

 

Ai : Ha te voilà.  

 

Isamu : Excuse pour le contre temps. Tu vas mieux ?  

 

Ai : Oui……….. J’ai de la chance d’avoir deux magnifiques grandes sœurs, ma meilleure amie et mon chevalier servant.  

 

Isamu amusé : Oui j’ai garé mon cheval blanc pas très loin d’ailleurs.  

 

Ai : Non je ne plaisante pas, grâce à toi, chaque jour je me sens en sécurité.  

 

 

 

Ai se laissa tomber pour être rattrapée par Isamu puis elle se pressa contre lui.  

 

 

 

Ai : Tu es mon ange gardien, notre ange gardien. Je n’ai plus peur avec toi, que cela soit pour moi ou mes sœurs. Et tu ne nous quitteras jamais.  

 

 

 

Elle serra de plus en plus Isamu contre son corps et celui-ci se laissa faire.  

 

 

 

Isamu : Amour….  

 

Ai : J’aime quand tu m’appel ainsi.  

 

 

 

Isamu souri.  

 

 

 

Isamu : je le savais.  

 

Ai : C’est juste que parfois quand tu me le dis, j’ai le sentiment que ce mot a un double sens dans ta bouche.  

 

 

 

Isamu mit ses mains sur les épaules d’Ai et la regarda tout en lui souriant  

 

 

Isamu : Tu es ma meilleure amie, on se comprend tous les deux.  

 

Ai un peu déçu : Juste ami ?  

 

Isamu :…..Tu n’avais pas des plans à me montrer ?  

 

Ai : heu….oui oui.  

 

 

 

Elle pris les plans.  

 

 

 

Ai : Tiens les voilà.  

 

Isamu : Ok.  

 

Ai : Nous préconisions de venir par les égouts.  

 

Isamu : Ok. Jusque là ça marche.  

 

 

 

Elle lui expliqua tout le plan.  

 

 

 

Isamu : Parfais, Rui comme toujours c’est bien creusé la tête.  

 

Ai : Oui je dois le dire, elle trouve toujours le moyen de cueillir le fruit sans l’abîmer.  

 

Isamu : Bien, on ferait mieux de ne pas rester ensemble trop longtemps on pourrait nous voire.  

 

Ai : Oui tu as raison.  

 

 

 

Isamu se rapprocha de Ai et lui confia quelque chose à l’oreille, Ai étonné et ne comprenant pas pourquoi Isamu lui disait cela, le regarda intriguer mais n’insista pas. Chacun parti de son côté.  

 

 

 

Le grand soir venu.  

 

 

 

Les trois sœurs Kisugi parcourir les égouts et arrivèrent à destination. Après être entré dans le musée chacune parti de son côté pour chercher le tableau. Elles communiquent chacune par radio.  

 

 

 

Hitomi : C’est bizarre il n’y a aucun gardiens.  

 

Rui : Maintenant que tu me le dis.  

 

Ai : Vous croyez que c’est un piège ?  

 

Rui : Je crois bien que oui.  

 

Hitomi : Alors qu’est ce qu’on fait ?  

 

Rui : On suit le plan, on n’a pas le choix.  

 

Hitomi et Ai : Entendu.  

 

 

 

Après une dizaine de minutes.  

 

 

 

Hitomi : J’ai trouvé le tableau !!  

 

Rui : Bien on se rejoint au hall et ensuite on déguerpit d’ici.  

 

 

 

Une fois toutes réunies dans le hall.  

 

 

 

Ai : Ouf plus que la sortie et on aura réussi.  

 

Une voix : Je ne pense pas que vous puiseriez arriver jusque là.  

 

 

 

Les trois sœurs surprises se mettent en garde.  

 

 

 

La voix : Oh pas la peine de faire les gros bras vous ne pouvez rien contre moi.  

 

Rui : Cette voix me dis quelque chose.  

 

Hitomi : Que voulez-vous ?  

 

La voix : A votre avis.  

 

Rui : C’est Takada qui vous envoi ?  

 

La voix : Gagné.  

 

Ai : Et bien montrez-vous !!  

 

La voix : D’accord.  

 

 

 

Isamu apparu pointant son arme sur les filles, il était habillé tout en noire et porté une veste en cuire et ne souriait pas. Les sœurs ne s’attendaient pas à cela est restèrent hébétées. (je l’ai comprend)  

 

 

 

Hitomi : Is….Isamu !!  

 

Isamu tout en souriant : Bonjour chérie.  

 

Rui : Isamu c’est quoi cette histoire ?  

 

 

 

Isamu passa un coup de fil.  

 

 

 

Isamu : Je les tiens vous pouvez venir.  

 

 

 

Puis raccrocha.  

 

 

 

Isamu : C’est ironique tout de même le flic et la voleuse.  

 

Ai : Je ne comprends plus rien la.  

 

Hitomi : Moi non plus, Isamu je vais t’expliquer.  

 

Isamu : Il n’y a rien à expliquer, vous êtes les filles de Michael Heinz et vous volez ses œuvres pour le retrouver.  

 

Rui : Depuis quand le savais-tu ?!!  

 

Isamu : Depuis le premier jour !!! Enfin quoi Rui tu ne t’es jamais demandé pourquoi je suis venu dans ce foutu pays ? Tu ne croyais tout de même pas que je serai venu à cause d’une promesse, que j’allais quitter Takeo pour une promesse.  

 

Hitomi : Si elle te voyait, elle te…  

 

Isamu : TAIS TOI !! Il pointa son arme vers elle.  

 

 

 

Un homme vint rejoindre Isamu.  

 

 

 

Rui : Monsieur Takada je présume ?  

 

Takada : Je suis de même enchanté Cat’s eyes.  

 

Misato : ON NE BOUGE PLUS !!!! Pointant son arme en direction d’Isamu.  

 

Isamu : Misato, sa va ?  

 

Misato : Je savais que tu manigançais quelque chose mais là. JETTE TON ARME JACkPOT ne m’oblige pas je t’en supplie.  

 

Isamu souriant : Tu n’aurais pas du Misato.  

 

 

 

Isamu dirigea son arme vers Misato et tira une fois, Misato s’écroula inerte au sol, du sang coulait de sa poitrine. Les trois sœurs étaient choquées.  

 

 

 

Les trois sœurs : MISATO !!!  

 

 

 

Elles voulurent la rejoindre.  

 

 

 

Isamu : On ne bouge pas !!!  

 

Hitomi les larmes aux yeux : Pourquoi…….à ta propre amie.  

 

Isamu : Les sentiments et la pitié sont deux grands défauts qui conduit toujours à la mort.  

 

Takada : Vous avez fais du bon travail Escaflowne.  

 

Isamu : Merci.  

 

Rui : Je ne peux pas croire que tu fais ça pour de l’argent !!!  

 

Isamu : Gagné, je ne fais pas ça pour de l’argent.  

 

Ai : ALORS POURQUOI ? Je …je te faisais confi…..  

 

 

 

Ai s’arrêta toute seule.  

 

 

 

Isamu : Vous demanderez ça à votre enfoiré de père !!!!  

 

Takada : Haaa la bonne odeur de la vengeance personnelle.  

 

Hitomi : Alors nous deux c’était que du faux ?  

 

Isamu : Disons que chacun se servait de l’autre pour arriver à ses fins.  

 

Hitomi : SALAUD !!!!  

 

Takada : Trêve de parlote tuez les, Escaflowne.  

 

Isamu : Oui mais une dernière chose.  

 

Takada : Laquelle ?  

 

 

 

Isamu pointa son arme sur Takada.  

 

 

 

Isamu : Vous êtes en état d’arrestation monsieur Takada.  

 

Takada : QUOI ?!!!  

 

 

 

Les filles étaient d’autant plus surprises.  

 

 

 

Isamu : Et oui tout cela n’était que supercherie.  

 

Takada : Mais le flic sur le seul, je vous ai bien vu lui tirer dessus et le sang ?  

 

 

 

Misato se leva.  

 

 

 

Misato : Arf enfoiré t’as visé le cœur !!!  

 

Isamu : Ba elle va bien pour une morte.  

 

Takada : Je ne comprends plus rien. Et elles, se ne sont pas les Cat’s eyes ?  

 

Isamu : Nan, ce sont des amies qui ont bien voulut jouer la comédie pour moi. Vous ne croyez tout de même pas que vous allez nous échapper longtemps monsieur Takada. Misato passe-lui les menottes.  

 

 

 

Misato exécuta.  

 

 

 

Misato : Je l’emmène à la voiture.  

 

Isamu : Bien, merci. Sinon ça va ?  

 

Misato : Impec jackpot.  

 

 

 

Et parti avec Takada menotté.  

 

 

 

Isamu : Je suis désolé, vraiment désolé.  

 

Ai : J’en ai mis du temps pour comprend, tu m’a fais vraiment peur idiot.  

 

 

 

FLASH-BACK  

 

 

 

Isamu s’approcha de Ai et lui confia quelque chose à l’oreille.  

 

 

 

Isamu : Il faudra que tu me fasse cent pour cent confiance.  

 

 

 

FIN DU FLASH-BACK  

 

 

 

Rui : Mais tous ce que tu as dis ?  

 

Isamu : Disons que j’ai déformé la vérité. Je connais depuis longtemps votre père.  

 

Rui : EST-IL VIVANT !!!??  

 

Isamu lui souriant : Oui. Votre père est venu se réfugier chez mes parents quand j’avais 6 ans. Il y est resté 2 ans. La dernière fois que je l’ai vu, c’était il y a environ 3,5 ans, c’est d’ailleurs grâce à lui que j’ai retrouvé ma sœur, c’est lui qui nous a rassemblé. Avant que nous nous quittions, je lui ai fait la promesse de protéger ses filles.  

 

Rui : Mais pourquoi ne pas nous l’avoir dis dans une autre situation.  

 

Isamu : Il y a quelque jour je faisais des recherches sur Takada quand j’ai trouvé qu’il faisait appel, par l’intermédiaire d’un site pirate, à des tueurs pour ce débarrasser des Cat’s eyes. Alors j’y ai répondu espérant qu’il avait un lien avec les ennemies de votre père. Mais il n’en été rien, c’était juste pour le profit qu’il voulait votre peau alors j’ai élaboré un plan pour lui faire croire que je voulais vraiment vous tuer. J’ai mis Misato sur le coup pour dans un premier temps me crédulité de Takada en faisant semblant de la tuer et dans un second temps pour vous dire toute la vérité et ne plus me cacher.  

 

Rui : Misato connaît aussi notre père ?  

 

Isamu : Oui.  

 

 

 

Hitomi ne disait mot depuis tout à l’heure.  

 

 

 

Isamu : Hitomi, ce que j’ai dis tout à l’heure sur Takeo et moi, la promesse et tout c’était juste pour que Takada ne se doute de rien. Je ne pensais pas un mot de ce que j’ai dis.  

 

 

 

Hitomi avança vers Isamu et lui infligea un coup de point au visage, Isamu encaissa le coup et recoula par le choc.  

 

 

 

Isamu : Je l’ai mérité.  

 

 

 

Le souffle d’Hitomi était rapide et fort, elle regardait Isamu avec colère et des larmes coulaient sur ses joues. Cela troubla Isamu. Même presque l’effraya de voir Hitomi le regardé avec cette colère, une colère qui n’est pas de haine mais une colère d’une femme blessée.  

 

 

 

Isamu : Hitomi.  

 

Hitomi : Ne me touche pas !!!! Ne me touche pas.  

 

Isamu : Je comprends que tu m’en veuille.  

 

Hitomi : Pourquoi tu ne pars pas la rejoindre puisque tu l’aime tant.  

 

Isamu : Quoi ? Mais je t’ai dis que c’était faux !!!  

 

Hitomi : Tu t’en fous complètement de moi !!!!  

 

Isamu : CE N’EST PAS VRAI !!! Hitomi nan ce n’est pas vrai.  

 

Hitomi : Je me casse.  

 

 

 

Hitomi parti.  

 

 

 

Isamu : Hitomi attend !!!  

 

Rui : Laisse, elle est en colère.  

 

Isamu : Mais…  

 

Rui : Elle vient de recevoir un choc, laisse-lui le temps d’encaisser. Tu aurais pu choisir un autre moyen.  

 

Isamu : Je voulais vous donner un petit avant goût de ce qu’il vous attend en provoquant les ennemies de votre père, ce ne sont pas des rigolos et ils sont très dangereux.  

 

Ai : Mais tu l’es connais ?  

 

Isamu : Nan et c’est ça le problème. Bon …je vais rejoindre Misato et mettre ce type derrière les barreaux, il va falloir jouer le jeu les filles.  

 

Rui : Bien.  

 

 

 

Isamu parti, Rui et Ai en fit de même. Une fois arrivé au poste le chef s’étonna de la prise d’Isamu et de Misato.  

 

 

 

Le chef : Mais qu’est ce que c’est cette histoire ?  

 

Isamu : Voici sur quelle affaire j’étais chef. Vous vous rappelez de notre discussion ?  

 

 

 

FLASH-BACK  

 

Isamu : Chef il faut que je vous parle.  

 

Le chef : Je t’écoute.  

 

Isamu : Hé bien voilà je suis sur une grosse affaire, je ne peux pas vous en dire plus mais je vous demande juste de me faire confiance.  

 

Le chef : hum…..bien mais n’échoue pas car je ne pourrai pas te couvrir en cas d’échec.  

 

 

 

FIN DU FLASH-BACK  

 

Le chef : Oui, alors c’était sur Takada et vous avez des preuves ?  

 

Isamu : Pleins chef.  

 

Le chef : MAIS C’EST FORMIDABLE !!! Grâce à toi et à Misato la BRB remonte la tête haute hahahaha. Mais au fait comment as-tu fais ?  

 

Isamu : Et bien voilà, il y a quelques jours j’ai pu intercepter un message que Takada avait mis sur un site pirate.  

 

Le chef : Ce message disait quoi ?  

 

Isamu : Il disait qu’il y aurait une gros récompense pour l’homme qui tuera les Cat’s eyes. Alors j’ai combiné un plan avec les sœurs Kisugi et Misato.  

 

Le chef : Quoi !!!?  

 

Isamu : N’ayez craint j’ai tout fait en sorte pour qu’elles ne risquent rien. Ensuite je lui ai fais croire que j’allais tuer les Cat’s eyes qui n’étaient pas en fait les vrai et je l’ai arrêté. Et donc nous nous retrouvons avec préméditation de meurtre et surtout comme Takada ne se doutait de rien nous pouvons perquisitionner chez lui sachant que nous allons trouver d’autres preuves sur ses autres affaires car ses hommes ne savent pas qu’il est ici et donc ils ne se débarrasseront pas des preuves.  

 

Le chef : Tu m’épate là. Tu as fais du bon boulot. Demain j’irai féliciter les filles de t’avoir aidais.  

 

Isamu : Bien entendu vous aurez mon rapport sur votre bureau demain à la première heure.  

 

Le chef : Parfais, toi et Misato vous avez votre soirée.  

 

Isamu et Misato : Merci chef.  

 

 

 

Isamu et Misato étaient dans la rue.  

 

 

 

Misato : Je suis vannée, je rentre chez moi.  

 

Isamu : Oui, repose-toi bien.  

 

Misato : Toi aussi.  

 

Isamu : Ouais.  

 

 

 

Misato partie chez elle et Isamu se dirigeait vers le café Cat’s eyes.  

 

 

 

 

 

 

 

Fin du Chapitre  

 

 

 

14 pages en deux jours dont un non-stop. VOUS VOULEZ MA MORT !!! Lol je plaisante. Le 10ème chapitre est en route et toujours avec pleins de rebondissement.  

 

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 7 9 10 11 12 13 14


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de