Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prose

 

Auteurs: Melusine , indya , misato , Mikomi

Status: En cours

Série: City Hunter

 

Total: 6 chapitres

Publiée: 13-11-03

Mise à jour: 18-03-04

 

Commentaires: 26 reviews

» Ecrire une review

 

HumourAction

 

Résumé: L histoire de trois soeurs, voleuses mais aussi un peu gafeuses qui seront confrontées au numero 1 du Japon.

 

Disclaimer: Les personnages de "Signe Cat s Black" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Astuces & Conseils

J'arrive à me connecter, mais je n'arrive pas à accéder à la section gestion.

 

D'abord, vérifiez que votre browser accepte les cookies (Dans Internet Exporer, allez dans Outils>Options Internet>Confidentialité). Free a changé sa configuration et du coup, maintenant le système de login fonctionne avec des cookies. Si ça ne marche toujours pas, rafraîchissez d'abord la page de gestion et réessayez. Connectez-vous à nouveau et décon ...

Pour en lire plus ...

 

 

   RRS :: Signé Cat’s Black

 

Chapitre 1 :: Trois Soeurs

Auteur: Melusine

Publiée: 13-11-03 - Mise à jour: 13-11-03

Commentaires: Bon voila, le projet Cat’s Black prend enfin forme et vie. Depuis le temps qu’on en parlait. C’est fait. Beaucoup doivent se demander mais qu’est ce que c’est ? Et beaucoup d’autres ne se posent même pas la question. Cat’s Black c’est avant tout le délire de trois nanas qui ne peuvent vivre sans Hojo Fan City. C’est trois nanas, qui un beau soir d’août se sont rencontrer et on commencer à délirer comme les trois grosses débiles qu’elles sont. C’es trois filles sont Indya, Me et Mélusine. Nous avons donc décidé de faire de nos fabulations, une fic pour que d’autres partagent nos moments de rires et de délires. Certains pourront dire « Mais c’est quoi ces trois filles complètement narcissiques qui écrivent sur elles-mêmes ???? » Je répondrais juste que nous n’écrivons pas sur nous mais sur les personnages que l’on aurait pu être s’il n’y avait pas de tabou, de moral et d’interdits. Non, je vous rassure ce ne sont pas des histoires cochonnes (Quoique, avec Me, il faut se méfier). Tout cela heureusement ou malheureusement reste de la fiction. Cette fic ne nous appartient pas plus qu’elle n’appartient à quelqu’un d’autre et elle n’est pas non plus notre exclusivité. Beaucoup, je pense on su sans aucun problème rentrer dans notre délire, les premières étant Miko, NJ et Noiny (Pardon Noiny) et j’en oublie très certainement. Je voudrais avant toute chose remercier NJ qui nous a permit d’envahir le Tagboard pendant des heures et des heures, au point de le faire sauter le pauvre. Oui parce que c’était bien effectivement une invasion. Enfin voila, je voulais juste dire que cette histoire sera écrite à 3 ou 4 mains et peut-être plus qui sait. (Miko, si ça t’intéresse, tu peux être la quatrième main, vu qu’on n’en a pas trop parlé je ne voulais pas trop m’avancer) Ah ! Oui ! Je voulais aussi dire qu’on ne sait absolument pas où va nous mener cette histoire. A vrai dire, il n’y a aucun plan établi concernant le récit en lui-même. Chacune de nous, tout comme le lecteur découvrira l’histoire au fur et à mesure des MAJ et devra continuer selon ses propres envies ou peut être même selon les envies des lecteurs (S’ils laissent des reviews. Niarc, niarc, niarc) Mais une chose est sûre, le récit se passera dans le monde de City Hunter. On ne peut pas vivre sans Ryo. Et je pense que confronter ses personnages à Ryo et Kaori est d’autant plus drôle surtout avec un obsédé sexuel (je ne vous apprend rien je sais bien) et une hystérique du marteau. J’espère juste que vous aimerez ce qui va suivre. Cela sera sûrement tirer par les cheveux parfois, peut-être même impossible ou encore pas très logique mais nous vous demandons juste de vous ouvrir à cette histoire et d’enter dans la danse comme on dit. Sur ce, Bonne lecture à tous et à toutes. Et je me suis vraiment amusée à écrire ce chapitre. PS : Ouvrez bien les yeux ! HFC est une grande famille maintenant, une très grande famille de plus de 100 membres. Tous ont contribué à faire de HFC ce qu’il est aujourd’hui ! NJ la première ! (MERCI ENCORE NJ, on ne te le répétera jamais assez !) Il nous est paru normal que vous aussi vous participiez un peu, alors OUVREZ LES YEUX !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6


 

Il était une fois trois femmes qui ne se connaissaient pas. Rien d’étonnant à cela, me direz-vous !  

Certes, mais ces trois inconnues étaient trois sœurs qui ne connaissaient pas l’existence des autres.  

Chacune menait sa propre vie dans des pays différents. L’une, l’aînée, dirigeait un empire aux Etats Unis. Elle adorait le pouvoir et à l’âge de cinq ans sa seule ambition avait été de diriger le monde. Mais fort heureusement pour elle, ses parents adoptifs craignant de voir leur petite fille mal tournée, lui firent suivre une thérapie qui calma très vite ses ardeurs de dirigeante. Mais il faut croire que cela ne lui avait pas trop mal réussi puisqu’elle avait réussi à gagner des millions grâce à ce genre d’attitude.  

En Europe, la benjamine ne vivait que par l’alcool. Elle adorait commencer la journée avec un petit verre de champagne, continuer bien évidemment le déjeuner avec une Bacardi au melon (c’est très très bon) et finir la soirée avec un cocktail fait maison. Vous l’aurez compris, il n’y avait pas beaucoup de moment où elle avait l’esprit complètement clair. Son unique rêve était de devenir actrice et être adulé. Elle répétait à qui voulait l’entendre qu’elle était « canon » (ce sont là ses mots et pas les miens) Mais la pauvre se faisait de très très belles illusions. Et ce tout autant au niveau de son supposé talent que de son pseudo charme.  

Et la cadette enfin, qui vivait dans un des pays d’Asie, menait une vie tout à fait normale, ou du moins qui paressait tout à fait normale en surface. Elle occupait une place assez importante dans la communauté mais ce que les gens ne savaient pas, c’est que cette « madame tout le monde et madame je suis parfaite » avait des occupations assez insolites dès la nuit tombée. En fait tout a commencé lorsqu’à l’age de 15 ans, celle-ci avec un groupe d’amis, appelèrent au fil du hasard les gens qui se trouvaient dans le bottin. La jeune adolescente trouvant l’expérience très stimulante, décida de recommencer une fois seule. Mais vous l’aurez compris, elle ne se contenta pas de simples blagues inoffensives. Non, elle appelait les personnes âgées et se faisait passer pour leurs défunts époux et épouses ou encore téléphonait à des jeunes enfants en se faisait passer pour le croquemitaine et tous autres monstres en ce genre.  

Elle fut bientôt connue par les services de police comme étant « le fou du téléphone ».Elle comptait à son actif 17 crises cardiaques et 124 hurlements et cris d’enfants. Et cela faisait bientôt maintenant 6 longues années que cela durait.  

 

 

Voilà trois femmes que tout séparait, sauf peut-être les quelques problèmes qui les caractérisaient. Il faut croire que le sang ne ment pas.  

Vous voulez sûrement savoir quel est leurs noms et bien les voici, la première se prénommait Indya, la seconde Mélusine et enfin la dernière et peut-être la plus dangereuse était Me.  

Je dis que tout les séparait mais il y avait une seule chose qu’elles avaient en commun et c’était un dénommé Hojo. Un sombre auteur de manga qui avait connu le succès dans les années 80 et qui aujourd’hui était tombé dans l’anonymat. (Si vous connaissez, c’est que vous êtes vraiment calé).  

Cet homme, dont les livres ne se vendaient plus, pour ne pas dire pas, s’était reconvertie dans le vol à grande échelle, châteaux, musées, galeries, banques…. Et j’en passe. Mais il était bien avisé et n’intervenait jamais en personne. Non, il utilisait un groupe de trois femmes. Vous voyez où je veux en venir.  

Pendant 5 ans, il avait travaillé avec trois jeunes femmes mais celles-ci désiraient aujourd’hui se reconvertir et profiter un peu de l’argent qu’elles avaient réussi à amasser. La première NJ s’était lancé dans la construction de sites Internet à travers tout le World Wide Web. Elle avait acquis la certitude que dans 10 ou 20 ans, les gens n’auraient plus besoin d’ordinateur pour se connecter à Internet mais qu’une puce directement intégrée dans le cerveau humain pourrait donner un accès direct au Web et donc à ses propres sites qui seront les premiers à permettre une telle chose. (Euh ! là tu me fais un peu peur NJ). La seconde, Ginie, s’était consacrée à l’écriture d’un nouveau genre très peu connu, du nom de Fan fiction, qui se révéla être la nouvelle poule aux œufs d’or pour tous les éditeurs. Elle avait déjà écrit 70 Fan fictions et son dernier best-seller «Entre Ciel et Terre» se trouvait en tête des hits. Mais je suis sûre que vous connaissez sûrement au moins l’un de ses livres.  

La dernière Sophie était devenu PDG d’une agence de garde du corps. Mais il faut dire qu’elle ne travaillait pas beaucoup. Elle passait ses journées à être connectée à Internet et changeait toujours de sujets lorsqu’on lui demandait son âge. Qu’est ce que vous voulez, il y a des gens comme ça.  

Il fallait donc que Hojo trouve donc trois autres « agents » pour faire le travail de ses trois protégées qui étaient sur le poing de le quitter.  

Il fit appel à une de ses anciennes maîtresses, une certaine Kairi et lui demanda s’il voyait qui pourrait faire l’affaire. Kairi travaillait pour son propre compte mais elle savait que c’est à elle qu’on demanderait de former les trois nouvelles recrues. Elle pensa aussitôt à trois sœurs que l’on avait séparé et envoyé au quatre coin du monde. Elle en parla aussitôt à Hojo et précisa qu’elles se trouvaient toutes les trois au même moments au Texas pour une affaire quelconque.  

Hojo vit là un signe de la providence, trois femmes, trois sœurs. Mais ce qu’il ne savait pas encore c’est que c’était aussi et surtout trois sources de problème. Mais laissons cela pour l’instant.  

 

 

 

 

 

Les trois sœurs furent donc contactées et on leur demanda donc de se rendre au Japon. Mais il est évident qu’on ne leur donna pas la vraie raison de ce voyage. On dit à l’aînée, qui avait actuellement fait faillite qu’elle pourrait diriger à elle seule toute une firme et qu’elle aurait carte blanche pour faire ce qu’elle voulait. Elle serait seul maître à bord. Vous pensez bien qu’elle accepta tout de suite en particulier après qu’elle ait tout perdue. On promit à la seconde qu’elle pourrait se servir à volonté dans la cave de Hojo. Elle accepta sans aucune hésitation, l’esprit déjà embrumé par quelques verres d’alcool. Et pour la troisième… et bien on ne lui promit rien. Elle avait été découverte par la police et il fallait qu’elle quitte au plus vite le pays. L’offre tombait à pic.  

J’oubliai de vous dire que Hojo était un homme très près de ses sous. D’ailleurs c’était encore Kairi qui jouait le rôle du comptable. Il n’envoya pas d’argent aux jeunes femmes pour le voyage, prétextant qu’il verrait ainsi comment elle pouvait se débrouiller sans aucune aide extérieure. (Mon œil, oui !)  

Il faut dire que par l’effet du hasard ou encore effet des liens du sang, elles trouvèrent toutes une solution pour le voyage. En fait, elles trouvèrent toutes LA MEME solution pour le voyage. Etant toutes fauchées, elles n’avaient pas de quoi se payer le voyage.  

C’est ainsi qu’elles décidèrent de voyager clandestinement dans la soute à bagages d’un avion en partance pour le Japon.  

 

 

 

Indya, profitant encore de sa renommé déclinante certes mais bien existante parvint par on ne sais quel miracle à approcher l’avion sans que personne ne vienne lui demander ce qu’elle faisait là.  

Elle portait sur elle toute ses bijoux et ses fourrures et criait d’une voix nasillarde et haut perchée pour qu’on la prenne pour ce qu’elle n’était plus. C’est-à-dire une femme riche et influente.  

- Laissez place ! Laissez place ! ... Que de monde dans ces avions !  

Elle aurait peut-être même peu voyager en première classe et ce tout frais gratuit… n’oubliez pas elle est censé être l’une des plus grosses fortunes des Etats-Unis, alors personne n’ose lui demander quoique ce soit... Je disais donc qu’elle aurait pu voyage en première classe (oui, elle avait réussi à pénétrer dans l’avion) mais quand son regard croisa celui d’un des passagers, elle sut que cela lui serait impossible. Elle venait de reconnaître Ayumi. Ayumi était l’une des anciennes associées d’Indya mais se vouant une haine farouche, les deux jeunes femmes avaient préféré s’en tenir là. Mais elles savaient toutes deux que si leur chemin venait à se croiser, il en serait tout autrement.  

Indya se leva immédiatement de son siège et se dirigea précipitement vers l’arrière de l’avion. Elle n’avait pas besoin de se retourner pour voir qu’Ayumi n’était pas loin. Mais heureusement les nombreux passagers ne permettaient pas une avancé rapide pour cette dernière. Indya se retrouva dans une cabine et fort heureusement, elle trouva immédiatement la trappe qu’elle recherchait. Et c’est sans aucune hésitation qu’elle se glissa au travers.  

Mais, elle n’entendit pas Ayumi dire :  

- Nous nous reverrons Indya, tu peux me croire !  

 

Non loin de là, à l’extérieure de l’avion, une des hôtesses attendait que les derniers passagers aient fini de s’installer. Personne ne semblait faire attention à elle. Tant mieux ! Se dit-elle.  

- Allez, allez, on bouge son derrière ! Sinon l’avion va partir sans nous ! Cria-t-elle à l’attention des derniers passagers qui montaient dans l’appareil.  

Ceux-ci jetèrent un regard médusé vers cette hôtesse qui criait comme une poissonnière et à l’haleine chargée. Et elle ne semblait pas non plus tenir debout.  

Voyant qu’on l’observait, Mélusine se demanda si elle n’en faisait pas un peu trop. Après mûre réflexion elle se dit que non, elle n’en faisait pas trop. Elle était une comédienne née, elle avait ça dans le sang. Et de toute façon, elle le saurait si elle en faisait trop. Mais bon sang, qu’est ce qu’ils pouvaient être lents !  

Il fallait qu’elle se précipite vers le chariot des bagages et qu’elle saute dedans dès que le dernier passager serait rentré.  

Il fallait juste qu’elle attende. Elle était parfaite sa composition l’était aussi.  

 

Dans la soute à bagages, les agents ne firent pas attention à une valise qui tomba sur les autres. Pas plus qu’ils n’entendirent les cris étouffés et enragés de la jeune femme qui se trouvait à l’intérieur.  

 

 

Quelques minutes plus tard, la voix du commandant Lucky (de la commandante, devrais-je dire) se fit entendre et annonça le décollage de l’appareil.  

Lucky ne fit pas attention au surplus d’oxyde de carbone qui se trouvait dans la soute à bagage. Elle pensait au prochain dîner qu’elle aurait avec son amie Eriko et son mari Harry et deux de leurs amis, un certain Ryo et une certaine Kaori.  

 

 

Le voyage promettait d’être long pour nos trois sœurs.  

 

 

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de