Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prose

 

Author: Kaori_2

Status: Completed

Series: City Hunter

 

Total: 32 chapters

Published: 19-11-04

Last update: 09-08-06

 

Comments: 62 reviews

» Write a review

 

General

 

Summary: Résultat du défi de Kelly.

 

Disclaimer: Les personnages de Jurrassic Park le retour sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

I'm almost 18. Can I get access to the NC-17 section?

 

No. Legally, you are not major, before you are 18 years old. I don't care if it's in a day or a week. Make your request when you are actually 18.

 

 

   Fanfiction :: Jurrassic Park le retour

 

Chapter 24 :: Après la pluie...la chaleur

Published: 28-07-06 - Last update: 28-07-06

Comments: voilà c'est tout pour aujourd'hui. la suite courant de la semaine prochaine. Bonne lecture

 


Chapter: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32


 

La matinée était déjà bien avancé lorsque la petite troupe laissa derrière elle la petite cavité qui les avaient abrité jusqu’à maintenant. Kaori était toujours allongé sur la civière de fortune. Elle avait beau avoir voulut essayer de se lever mais cela lui fut refuser clairement par Ryô, Mitsuko et Kazue. Elle était confuse de la situation et de toute façon elle avait encore de la fièvre, beaucoup mais nettement moins qu’avant… Ceci dit la présence continuelle de fièvre inquiétait toutefois les médecins. Tous étaient silencieux tandis qu’ils marchaient dans la forêt en direction de la tour.  

 

On n’entendait que le gazouillement des petits oiseaux présent. Le chemin était devenu plat et facile, cependant afin d’éviter les zones exposées, ils décidèrent de faire un détour et se retrouvèrent au milieu d’un marécage. C’est Shinji qui ouvrait la marche avant même qu’il ne soit décidé qui allait tâter le terrain, il s’était proposé d’emblée. La vase arrivait à mi-genou et les mouvements étaient lents. Au bout d’un moment, où la hauteur de la vase avait augmenté et arrivait à mi-cuisse, (Ryô et Mick soulevaient alors davantage la civière pour que Kaori ne soit pas englouti), le silence fut rompu par une espèce de gros bourdonnement. On aurait dit le bruit d’un gros avion cargo volant à basse altitude. A la recherche d’un appareil quelconque chacun s’arrêta et leva les yeux au ciel, mais rien…  

 

Le bruit se rapprochait pourtant inexorablement et s’amplifiait. Les vibrations de l’air étaient devenues palpable.  

 

« Là ! » S’exclama alors Kaori en indiquant de son bras valide la source du bruit.  

 

C’était le vol d’une libellule dont le corps à lui seul devait mesurer 1 mètre à 1 mètre cinquante et dont l’envergure des ailes était conséquente.  

 

« Belle bête. »Chuchota Ryô.  

« Jamais vu une libellule de cette taille. »Fit Mick impressionné.  

 

La libellule passa son chemin sans se préoccuper le moins du monde de nos amis restaient en contemplation.  

 

« Heu… S’il vous plaît… Les gars… Ryô, Mick… Elle est froide. »Fit Kaori dont la tête surnagé avec peine.  

 

Aucun des deux porteurs ne réagit. Ce ne fut qu’en entendant le clapotis de l’eau dans laquelle elle se débattait maintenant qu’ils réagirent alors et soulevèrent vivement la civière.  

 

« Désolé Kaori. » Dirent-ils d’une seule voix en la sortant de l’eau.  

 

Son visage était recouvert de vase. Elle toussa un long moment expulsant l’eau qui s’était introduit dans sa gorge. Elle reprit peu à peu son souffle tandis qu’ils avaient repris leur avancée. Kaori sentait sa gorge la brûler… Au milieu du marécage, ils rencontrèrent de nouveau une libellule. A vrai dire ce n’était pas une, mais deux libellules faisant une valse amoureuse. C’était féérique même si l’endroit ne s’y prêtait pas.  

 

« Dites ne recommencez pas¨ » Souffla Kaori la voix éraille sentant que la civière s’abaissait de nouveau.  

 

Cette fois elle fut entendue plus rapidement et la marche reprit de nouveau son cours. Ce ne fut qu’au sortir du marécage qu’une halte fut faite. Kazue alla trouver Miki qu’elle trouvait fatiguée, Mitsuko s’occupa de vérifier en premier la jambe de Kaori tandis que Ryô lui nettoyait le visage.  

 

« Encore désolé pour tout à l’heure. » Dit-il en lui essuyant le front.  

« Ryô ! « Commença-t-elle.  

« Oui ? »  

« Vous étiez deux. »  

 

Elle le fit sourire et ce sourire, pourtant si simple, lui fit un bien fou. D’un côté comme de l’autre les infirmières étaient rassurées sur l’état général des blessures bien que chacune d’entre elles avait une légère fièvre. On chercha dans les affaires restantes des vêtements secs en priorité pour Kaori et pour refaire une nouvelle civière. Le froid et l’humidité du marécage avaient néanmoins ravivaient les douleurs de chacun. Bon gré mal gré ils quittèrent les abords du marécage. Cependant plus loin une pause fut de nouveau faite. Après le froid et l’humidité c’était à la chaleur de se manifester. Pourtant ils ne restèrent guère longtemps car les moustiques, de taille normale, se faisaient nombreux et nul n’avait envie de se faire picorer vivant. Ce fut sous une chaleur écrasante qu’ils reprirent leur marche.  

 

Une cavité bien ombragée fur finalement découverte et cette fois la halte fut plus longue, beaucoup plus longue. Un courant d’air frais et humide se faisait ressentir si bien qu’il fut vite défini qu’il y avait une autre issue. Bien que la prudence fût de rigueur dans la situation présente, deux personnes se firent volontaires pour aller jeter un coup d’œil. Ce furent Umibozû et Mick, malgré la que Miki et Kazue furent récalcitrantes  

 

…  

 

Cela faisait à peine dix minutes qu’ils parcouraient la grotte dans une semi-obscurité et pourtant cela leur sembla une éternité. Les parois étaient humide et le sol glissant par endroit. Les deux compères furent bientôt habitués à la pénombre. (Note de K2 : Surtout façon de parler pour Umibozû). L’humidité se fit de plus en plus sentir tandis qu’une brise semblait leur caresser le visage. Et qui disait brise disait forcément, ou éventuellement autre sortie, Malgré cette plongée dans les ténèbres cette brise leur fit un effet de lumière, d’espoir.  

 

Bien plus tard, parmi les couinements des chauves-souris dont le vol faisait écho à leur pas…  

 

« Attention la tête. » Fit la voix grave d’Umibozû.  

 

Mick tourna la tête vers lui, intrigué lorsque soudain  

 

BONG  

 

« Ha…Tatatatatata. » Se retint Mick tandis qu’il s’était plié en deux subitement.  

« Je t’avais prévenu. »Rétorqua Umibozû en le relevant.  

«Oui ben la prochaine fois… un peu plus tôt. » Répondit-il une main sur son front.  

 

Soudain…  

 

« C’est moi ou il fait plus sombre d’un coup ? » Demanda Mick dont la voix trahissait une légère anxiété.  

‘Ca doit être le choc’ songea Umibozû avant de rétorquer :  

« Comment veux-tu que je le saches ? »  

 

Un corbeau en tenue de Cro-Magnon croassa derrière Mick.  

 

Ce fut à tâtons et en ralentissant leur allure qu’ils arrivèrent finalement au deuxième bout de la caverne après avoir traversé un ‘labyrinthe’ de stalactites et de stalagmites. Le problème fut l’ouverture. Elle était à même le sol et juste assez large pour faire passer Umibozû. En plus il fallait ramper sur deux trois mètres.  

 

Mick sentit le soleil sur le visage mais…D’une petite voix il demanda :  

 

« Nous sommes dehors n’est ce pas ? »  

« Oui. » Répondit Umibozû calmement notant dans cette question que Mick n’avait pas encore recouvert le vue.  

« A en croire le bruit nous ne sommes pas loin d’une cascade et je dirais même d’un village. » Dit-il ensuite  

« Comment peux-tu le savoir ? » Demanda Mick perplexe.  

« Le bruit du vent n’est pas le même par endroit. IL se brise sur des surfaces différentes… Et puis ne t’inquiète donc pas tu le verras par toi-même à un moment ou à un autre… »  

« … » Fit Mick silencieux.  

« Fallait pas être brute avec ce pauvre stalactite. » lui lança ensuite Umibozû.  

« Comment ça brute ? C’est pas moi la grosse brute espèce de mammouth défraîchi. »  

« Qui traites-tu de mammouth défraîchi, espèce de macaque bruyant. » Répondit Umibozû menaçant.  

 

Tandis qu’ils se regardèrent tel deux lézards prêts à fondre sur leur ennemi, un pieu vint se placer entre eux… Tout de suite leur querelle puéril s’effaça laissant place à leur sérieux et à leur concentration  

 

« 1,2 »Commença Mick.  

« 3 » Fini Umibozû d’emblée.  

« Amis ou ennemis ? »  

« Ca faut voir… Intimidés en tout cas. »  

« Peut-être souhaitent-ils moins de bruit ? »  

« Alors arrête de respirer. »  

« Parle pour toi. »  

 

A ce moment précis Umibozû attrapa un pieu qui effleure quand même et on ne peut plus légèrement la tempe gauche de Mick.  

 

« Merci. »Murmura-t-il bon gré mal gré. Il n’avait pas senti le danger.  

« Y a pas de quoi. » Répondit Umibozû qui renvoya le pieu à son propriétaire dont la queue de cheval fut coincée entre le pieu et l’arbre derrière lui.  

 

Ni une ni deux ses deux autres collègues prirent la poudre d’escampette. Seul le tireur demeura sur place, saisie d’effroi, les cheveux bloqués.  

 

« On va voir ? » Demanda Umibozû.  

« Yeah. »Répondit Mick  

 

Les deux hommes descendirent de leur perchoir en suivant un chemin imaginaire. IL était clair que même s’ils ne le voyaient pas le chemin qu’ils suivaient était souvent fréquenté par des bipèdes. En arrivant près de leur prisonnier, ils notèrent qu’il n’avait pas de mauvaise intention. D’un coup sec Umibozû retira le pieu et délivra de ce fait le personnage qui avait l’air plutôt jeune.  

 

« Qui es-tu ? » Demanda Mick en regardant sur sa droite.  

« Mick plus à gauche… »Lui fit remarquer Umibozû le plus doucement possible.  

 

Le personnage ne répondit pas, interloqué. Il connaissait pourtant ce langage, il en était sur.  

«On va essayer autrement… Who are you? »  

 

La question demeura sans réponse.  

 

« Peut-être ne nous comprend il pas, ou peut être ne parle-t-il pas. »  

« … Peut être… »  

« Attends j’ai une autre idée. »Fit Umibozû  

« Toi ? »  

« Mick ? »Menaça Umibozû.  

« Umibozû. »Rétorque ce dernier d’un ton ironique.  

 

La personne devant eux les dévisagea. Que voulaient ces inconnus si… bruyant. Ne leur avait-on pas interdit de produire le moindre son ?  

 

« On l’embarque ? » Demanda Mick.  

« Je ne sais pas trop je… » Commença Umibozû avant de se taire.  

 

Mick aussi avait senti la menace. Sans plus attendre ils empoignèrent le bonhomme par un bras chacun.  

 

‘Pas bien gros’ pensèrent-ils ne même temps. Tandis qu’ils prirent le chemin qu’ils venaient d’emprunter.  

 

Peu après résonna un cri qui les figea sur place. Ils étaient à l’intérieur in-extremis. Ils reconnurent ce cri sans peine c’était celui de vélociraptor.  

 

« Sale bête. »Maugréa Mick entre ses dents tandis qu’ils retournaient ver leurs amis.  

 

Etonnement la personne avec eux semblait plus apte à se déplacer dans la grotte qu’ils ne l’étaient. La personne ne lâcha pas leurs mains. Elle se sentait en sécurité.  

 

 


Chapter: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de