Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prose

 

Author: Eden

Status: To be continued

Series: City Hunter

 

Total: 7 chapters

Published: 10-04-19

Last update: 18-05-19

 

Comments: 23 reviews

» Write a review

 

RomanceAction

 

Summary: Une nouvelle cliente, une nouvelle affaire... Et le passé n'en finit pas de nous rattraper...

 

Disclaimer: Les personnages de "In Memoriam..." sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

I'm almost 18. Can I get access to the NC-17 section?

 

No. Legally, you are not major, before you are 18 years old. I don't care if it's in a day or a week. Make your request when you are actually 18.

 

 

   Fanfiction :: In Memoriam...

 

Chapter 1 :: Une nouvelle cliente...

Published: 10-04-19 - Last update: 10-04-19

Comments: Youpi !!! J'ai réussi !! Allez bonne lecture en espérant que je n'ai pas perdu la main et Bizzzz à tous !! Et si l'envie vous en dit, n'hésitez pas à laisser un petit commentaire !! ^^

 


Chapter: 1 2 3 4 5 6 7


 

La pluie tombait à grande eau en ce début septembre, prémices d’un automne qui pointait doucement son nez. Le ciel orageux semblait comprendre la douleur de cette jeune femme, aux longs cheveux d’ébène qui se tenait fière et droite dans sa longue robe aux couleurs sombres, trempée de n’être pas protégée par le déluge des cieux. Elle se trouvait devant la tombe de la personne qu’elle venait en ce jour maussade, honorer. Tombe qui n’avait que de symbolique étant donné que le corps de la personne visitée n’avait jamais été retrouvé. Déposant avec douceur le bouquet qu’elle tenait dans ses bras, elle laissa enfin libre court aux larmes de douleur et de tristesse qui faisaient écho à la douleur sourde de son cœur. Cela faisait si longtemps qu’elle n’était plus venue au Japon… Bien trop longtemps…  

 

« Je te jure que je retrouverai celui qui t’a fait cela… Je jure de te venger… » pensa-t-elle sentant la colère, la révolte et la haine la submerger.  

 

Sans un geste de plus, elle délaissa la mémoire du défunt qu’elle était venue rendre visite, et se fondit dans la foule de cette ville qui ne dormait jamais vraiment ; Tokyo…  

 

 

- Ryo ! Je sors à la gare voir si nous avons un travail ! Pendant ce temps tâche de te lever et de te tenir prêt ! s’écria Kaori en tambourinant à la porte de la chambre de son partenaire qui semblait vouloir passer sa journée au lit. Tu m’entends Ryo ! Gare à toi si à mon retour tu n’as pas bougé !  

 

Et elle partit, pestant contre le nettoyeur qui ces derniers temps faisait tout pour la mettre hors d’elle. Regardant le ciel, elle emporta avec elle un parapluie et s’élança d’un bond pas vers le tableau de la gare de Shinjuku, priant les cieux, qu’un travail se présente enfin à eux.  

 

Dans son lit, Ryo consentit enfin à ouvrir un œil et baillant aux corneilles, se leva pour trouver sur la table de leur salle à manger, un petit déjeuner digne de ce nom. Il esquissa un sourire devant tant de générosité de la part de Kaori. Même sans énormément d’argent elle se débrouillait toujours pour lui concocter un festin de roi, souhaitant toujours qu’il y trouve son compte.  

Plusieurs mois avaient passé depuis le mariage de Miki et Falcon, et même s’il avait un peu ouvert son cœur en dévoilant ses sentiments lors de l’enlèvement de Kaori, leur relation n’avait pas évolué d’un iota. Et pourtant il savait que Kaori n’attendait que cela. Et, même s’il savait que cela la faisait souffrir, jamais elle ne lui faisait le moindre reproche, ou ne lui mettait la pression pour que la situation évolue. Non, elle attendait tout simplement… Et Ryo se maudissait de ne pas y arriver, de ne pas avoir les codes pour déverrouiller le cadenas de son cœur.  

Et pourtant face à tant de dévouement, il faudrait bien qu’un jour il prenne son courage à deux mains… Un jour… Le gargouillement de son estomac le sortit de ses pensées, et s’installant confortablement, commença à manger savourant les sentiments que la jeune femme y avait distillés à chaque bouchées qu’il dégustait.  

 

Devant le tableau des messages, Kaori avait le sourire aux lèvres. Enfin une demande ! Prenant note du numéro de téléphone, elle ne perdit pas une seconde de plus et appela leur cadeau du ciel.  

Lorsqu’une voix féminine répondit à l’autre bout de la ligne, Kaori se raidit, cela n’allait pas être de tout repos avec son obsédé de partenaire, néanmoins elle parla de sa voix la plus professionnelle.  

 

- Kaori Makimura à l’appareil, vous avez demandé un XYZ ?  

- Oh merci de me recontacter si rapidement. Je m’appelle Naomi Tavares, je réside actuellement à l’hôtel Shinjuku Granbell, si nous pouvions nous y retrouver pour discuter de ma demande ?  

- Bien sûr, dans une heure si cela vous va, le temps de chercher mon partenaire.  

- Je vous y attendrai.  

 

Lorsqu’elle raccrocha, Kaori savait au son de la voix de sa cliente que celle-ci devait être très jolie. Depuis le temps elle avait développé une sorte de sixième sens pour ces choses-là. Néanmoins, il ne leur était pas possible de faire la fine bouche. Poussant un soupir de résignation, elle retourna chez elle pour prévenir Ryo.  

 

- Ryo ! Dépêche-toi, nous avons une cliente à rencontrer.  

- Une cliente ? fit le nettoyeur les yeux remplis d’étoiles et d’images censurées pour les moins de dix-huit ans.  

- Ryoooooo, interpella Kaori sa massue déjà dans ses mains. Tâche de rester professionnel.  

- Calme-toi voyons, je suis déjà en pleine concentration, répondit Ryo la bave lui coulant légèrement de la commissure des lèvres.  

- Ah oui, alors concentre-toi autrement ! et sans plus de cérémonie, elle l’envoya s’encastrer dans le mur d’en face.  

 

Une heure plus tard, notre duo de choc attendait, dans le salon de l’hôtel réservé aux visiteurs, que leur cliente descende de sa chambre, après s’être annoncé à l’accueil.  

Lorsqu’elle apparut, Ryo voguait sur un petit nuage tellement l’apparition était enchanteresse et Kaori maudissait le fait qu’elle soit si jolie, se disant que cela allait encore lui coûter beaucoup d’énergie.  

 

- Naomi Tavares je présume, fit la jeune femme. Je suis Kaori et voici mon parte…  

 

Kaori n’eut pas le temps de terminer sa phrase que ce dernier était déjà en train de s’appliquer à soulever la jupe mi-longue de sa cliente pour observer ses jambes fuselées.  

 

- Ryooooo ! gronda Kaori, et sans plus attendre, le châtiment de la massue tomba, écrabouillant un Ryo tout penaud de n’avoir pas pu aller jusqu’au bout de ses investigations. Se raclant la gorge, Kaori tenta de reprendre bonne figure face à sa nouvelle cliente complètement décontenancée. Veuillez excuser Ryo qui comme vous avez pu le constater, perd tout contrôle face à une jolie femme.  

- J’avais entendu parler de vos exploits, mais je n’imaginais pas cela à ce point-là, répondit Naomi avec un rire gêné.  

- Et si vous nous expliquiez ce qui vous amène à demander nos services, poursuivit Kaori s’installant à nouveau dans son fauteuil pendant que sa cliente prenait place en face d’elle, Ryo ligoté au sien pour ne plus qu’il puisse bouger.  

- Voilà, mon père était un grand général d’armée, il y a quelques mois alors qu’il était au Japon pour une mission d’ordre secrète, il a été tué par des rebelles. Et…  

- Et vous voudriez retrouver les assassins de votre père pour le venger, termina Ryo.  

- Mais pourquoi ne faites-vous pas appel à la police, demanda Kaori. S’il travaillait pour le compte de l’armée.  

- C’est que cette affaire était classée top secret. Jamais le ministère de la défense n’acceptera de me donner les éléments nécessaires pour connaître toute la vérité. Surtout qu’il semblerait qu’il y ait une histoire de trafic de drogue derrière toute cette affaire. Mon père était en mission commandée en Amérique du Sud, j’y ai d’ailleurs grandit là-bas avec ma mère qui était originaire de Colombie.  

 

A ces mots, Kaori se tourna vers Ryo, elle savait ce que l’évocation de l’Amérique du Sud représentait comme démons intérieurs pour son partenaire. Celui-ci restait de marbre, écoutant simplement la jeune femme leur exposer les faits. Mais elle n’avait aucun mal à s’imaginer quelles images pouvaient défiler devant ses yeux. Celles d’un pays en guerre, d’un jeune garçon élevait au milieu des morts et des armes.  

Presque instinctivement, elle prit la main de Ryo dans la sienne sous la petite table basse à l’abri des regards indiscrets, pour lui dire « je suis avec toi ». Ryo ne fit aucun mouvement mais garda la petite main si frêle et douce simplement dans la sienne comme pour ne pas sombrer dans ses vieux cauchemars.  

 

- D’où votre métissage, fit remarquer Kaori sans perdre le fil de leur conversation et dont la peau halée de la jeune femme lui conférait un charme fou.  

- C’est exact. Je suis arrivée au Japon pour faire la lumière sur la mort de mon père. Et pour enfin confondre celui qui a osé l’assassiner de sang-froid. Par ailleurs depuis mon arrivée, j’ai l’impression d’être surveillée, j’avoue ne pas me sentir très en sécurité. Alors si en plus…  

 

Mais Naomi ne put finir sa phrase, que Ryo bondit de son fauteuil en hurlant ;  

 

- Couchez-vous ! protégeant sa nouvelle cliente de son corps, une rafale de coups de mitraillette vint s’abattre dans leur direction.  

 

Quand un silence de mort retentit dans le salon de l’hôtel, les rares clients qui s’y trouvaient n’osaient plus bouger. Se relevant doucement, l’arme à la main, Ryo aida la jeune femme à en faire de même. Celle-ci n’était plus très stable sur ses pieds, tant l’effroi la faisait trembler, et dût se cramponner quelques secondes au nettoyeur.  

Se tournant vers sa partenaire, il soupira intérieurement de soulagement qu’elle n’ait pas été blessé.  

 

- Tout va bien ? demanda-t-il à Kaori.  

Celle-ci hocha la tête époussetant ses vêtements remplis de poussière et de débris de verre et de mobilier saccageaient par les tirs de leurs assaillants.  

- Maintenant il est clair, que votre venue au Japon ne plaît pas à tout le monde, reprit Ryo rangeant dans son holster son arme.  

- Alors vous allez m’aider ? demanda Naomi encore toute secouée.  

- Bien sûr, mais allez chercher des affaires de rechange, vous ne restez pas ici.  

 

Se dirigeant vers les ascenseurs pour faire sa valise, Ryo et Kaori l’attendirent dans la cohue et la panique générale des clients et des membres du personnel de l’hôtel qui s’activaient à vérifier qu’il n’y avait pas de blessés.  

 

- Cette histoire ne me dit rien qui vaille, murmura Kaori qui ne savait que trop combien les vestiges du passé pouvaient coller à la peau. Ryo, si le gouvernement est impliqué tu devrais en toucher deux mots à Saeko. Peut-être qu’elle aura des informations à nous donner.  

- Mhm, répondit-il le regard grave et l’ensemble de son corps tendu à outrance.  

 

Arrêtant leur mini devant leur immeuble, Kaori aida Naomi à s’installer dans leur appartement. Après avoir changé les draps du lit de la chambre d’ami, elle vérifia d’un rapide coup d’œil l’ensemble de la pièce pour s’assurer qu’il n’y manquait rien.  

 

- Voici votre chambre. Je vais préparer le déjeuner, prenait votre temps pour vous installer.  

- Merci c’est vraiment gentil.  

 

Au moment où Kaori ressortait de la chambre de Naomi, elle aperçut Ryo qui s’apprêtait visiblement à sortir.  

 

- Ryo, l’interpella-t-elle.  

- Je vais chez Saeko, répondit Ryo en terminant d’enfiler sa veste. Arriveras-tu à garder un œil sur Naomi ?  

- Oui, pas de problème, répondit-elle prenant son travail très au sérieux.  

- Plus vite nous connaîtrons nos ennemis, mieux ça vaudra. Je n’en ai pas pour longtemps.  

- Ryo… murmura Kaori sans trop savoir ce qu’elle souhaitait vraiment lui dire. Tous les évènements de cette dernière heure tournaient encore dans sa tête. Entre l’attentat, l’histoire de Naomi. Cette affaire s’annonçait riche en émotions.  

 

Ce dernier lança un regard à sa partenaire, et avec un timide sourire qui voulait lui dire « ne t’inquiète pas », il sortit laissant les deux jeunes femmes pour le moment en sécurité.  

Roulant à vive allure, Ryo ne semblait pas faire attention au paysage urbain qui défilait devant ses yeux. A vrai dire, depuis la fusillade, Ryo n’avait plus dit grand-chose, se murant dans une rage intérieure qui lui vrillait à présent le cœur. Il avait eu tellement peur pour Kaori, et pourtant c’était Naomi qu’il avait protégé de son corps. Car la cliente avant tout… Tel était leur travail. Mais si la situation devait devenir plus compliquée qui choisirait-il de protéger ? Même si Kaori connaissait les risques du métier, il n’était pas certain de son choix définitif. Et pour la première fois, il était prêt à mettre en péril sa réputation pour non pas un choix de raison, mais celui des sentiments. Car la perdre elle, serait le condamner lui aussi. Ce fut avec réconfort, qu’il s’arrêta devant l’immeuble de Saeko. S’il y avait des informations à glaner pour une fois, elle seule, pouvait les lui donner. Et il fallait résoudre cette histoire et vite, d’autant plus avec les fantômes qui ne manqueraient pas de lui courir après…  

 

 


Chapter: 1 2 3 4 5 6 7


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de