Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: Mercury80

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 78 capitoli

Pubblicato: 21-01-21

Ultimo aggiornamento: 16-04-21

 

Commenti: 28 reviews

» Ecrire une review

 

Romance

 

Riassunto: AU : Quand le coeur entre dans le monde des affaires...

 

Disclaimer: Les personnages de "Roi de pique, dame de coeur" sont la proprit exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

How can I become a Beta Reader?

 

Just log in and change your Beta reader's profile, by agreeing to become one. Fill in the form to give some pieces of informations, like your strengthes (eg: grammar, spelling,...) or weaknesses (eg: continuity,...). Indicate if you accept all kinds of fics or refuse some, like NC-17 fics. You can also put what languages you are confortable with (eg: French, English, ...)

 

 

   Fanfiction :: Roi de pique, dame de coeur

 

Capitolo 38 :: Chapitre 38

Pubblicato: 01-03-21 - Ultimo aggiornamento: 01-03-21

Commenti: Bonjour, voici la suite de l'histoire. Bonne lecture et merci pour vos commentaires^^

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78


 

Chapitre 38  

 

Passant les bras travers les lamelles des stores californiens, Kaori ouvrit les fentres et sentit le soleil chauffer lgrement ses mains. Elle sattarda lgrement avant de les retirer et continuer la prparation de la pice. Elle soupira en pensant toutes les contraintes qui rglaient maintenant leurs vies, au fait quil y avait beaucoup moins de monde qui arrivait jusquau dernier tage, Ryo dplaant parfois ses runions aux tages infrieurs pour lui assurer une scurit maximale. Ce jour-l, la runion avait lieu leur niveau, faute de salle suffisamment grande ailleurs. Elle avait t touche en le voyant hsiter, rflchir faire la runion en deux fois mais elle lui avait propos doccuper son bureau pendant la runion pour tre labri des regards. Les mouvements seraient rglements et il ny aurait que lui qui aurait la clef de la pice o elle se trouvait.  

 

Dix minutes avant le dbut de la runion, elle sortit de la salle et rejoignit Asami.  

 

- Je vais dans ma cage., plaisanta-t-elle, prenant son ordinateur et ses dossiers.  

- Dommage que la porte soit pleine, jaurais pu tenvoyer des cacahutes., la taquina son amie, voyant son regard sombre malgr le sourire quelle affichait.  

- Ah ah trs drle Bon, on se voit tout lheure., soupira Kaori.  

- Tu sais quoi? Je vais nous commander un bon repas., lui proposa Asami.  

 

Kaori la regarda avec envie et lui sourit, reconnaissante de ses tentatives pour lui remonter le moral.  

 

- Jadorerais mais les consignes sont strictes: que des plats maison avec des produits quon a nous-mmes achets., rpondit la rouquine, actionnant la poigne du bureau aprs avoir toqu.  

- Mais pourquoi?, stonna sa collgue.  

- Eviter lempoisonnement., lui expliqua la jeune femme, la laissant songeuse.  

- La salle est prte., informa-t-elle son compagnon.  

 

Elle sinstalla la table basse, prenant place sur le sol. Elle ne prta pas attention Ryo qui vint sasseoir derrire elle.  

 

- Ca va?, lui demanda-t-il, la faisant sursauter.  

- Tu mas fait peur., lui fit-elle savoir, une main sur le cur.  

- Dsol. Tu es tendue en ce moment, ce que je peux comprendre., lui dit-il de suite, la voyant prte objecter ou lui rpondre vertement.  

 

Effectivement, la rplique pas trs sympa qui allait jaillir de sa bouche mourut ses mots et elle poussa un long soupir la place. Quand il posa les mains sur ses paules et les massa dlicatement, elle ferma les yeux et se laissa aller contre lui.  

 

- Je suis navre, Ryo. Je ne dois pas tre facile vivre en ce moment. Jai limpression dtouffer entre mes examens qui approchent, les mesures pour ma scurit et le fait dtre toujours enferme. En plus, tu subis toi-mme ces contraintes et a me rend dingue., avoua-t-elle.  

- Sans compter Asami qui doit vivre avec galement et Mick qui se dmne pour assurer une scurit maximale, mon frre et Saeko qui sont la recherche du Renard dArgent Je nen peux plus de tout cela soupira-t-elle.  

- Je voulais te faire la surprise mais, ce soir, on sort., lui apprit-il  

- La bonne blague On va sur le palier?, rpliqua-t-elle dun ton acerbe.  

 

Elle lentendit rire sa rpartie qui navait pour elle rien dhumoristique. Dans les conditions actuelles, elle savait quils niraient nulle part. Elle se retint cependant de lui dire, lui laissant le droit de la faire rver, et essaya de se dtendre.  

 

- Non, on va au Cats Eye., lui apprit-il.  

- Je ne connais pas., avoua-t-elle.  

- Cest un nouveau caf qui ouvrira dans quelques temps dans une maison qui ressemble un chalet., linforma-t-il.  

- Chez Miki et Falcon? Alors on sort vraiment mais le Renard?, stonna-t-elle.  

- Figure-toi quils ont eux aussi blind les fentres. Il parat quelles rsistent mieux aux typhons. Les travaux ne sont pas finis mais ils nous proposent de passer la Saint-Valentin ensemble. Quen penses-tu?, linterrogea-t-il.  

- Que cest une bonne ide, si a ne met personne en danger., admit-elle.  

- Tu seras entoure par deux inspecteurs de police, un baroudeur et un spcialiste de la scurit. Moi, je donnerai mon corps sil le faut., la taquina-t-il, son regard restant malgr tout srieux.  

- Donne-moi ton corps mais pas pour ma vie., lui dit-elle, penchant la tte en arrire.  

- Alors fais en sorte de ne pas tre en danger parce que je le donnerai malgr toi., lui rpondit-il.  

 

Elle le savait, il lavait dj fait le soir de Nol lorsquil lavait mise labri et stait mis en rempart entre les balles et elle. Ca lui avait laiss deux cicatrices qui lui rappelaient chaque fois quelle aurait pu le perdre et la raction tait la mme chaque fois quelle y pensait. Son cur se serrait et  

 

- Pas de larmes, Sugar. On nen arrivera pas l, daccord?, lui murmura-t-il.  

 

Elle acquiesa et sentit ses lvres se poser sur son front, fermant les yeux un instant.  

 

- Tu es forte, Kaori. Je conois que tu sois fatigue mais tu es forte. Ce ne sera bientt quun mauvais souvenir., lencouragea-t-il.  

- Oui, tu as raison. Dsole de ne pas savoir faire front., sexcusa-t-elle nouveau.  

- Pour quelquun qui sen prend plein la tte depuis des mois, tu ten sors pas mal. Allez, au boulot maintenant., lui enjoignit-il, se levant pour aller sa runion.  

 

Pendant prs de trois heures, elle se retrouva enferme dans le bureau de son compagnon et se plongea dans le travail pour oublier un peu. Quand enfin la porte souvrit, Ryo et Asami apparurent bavardant gaiement. Comme il sinstallaient ses cts, Kaori rangea ses dossiers quelle mit de ct soigneusement pendant quils sortaient de quoi djeuner.  

 

- La runion sest bien passe?, les interrogea-t-elle.  

- Oui, trs bien. Les bilans sont presque finis, les prvisions boucles, chacun a ses grandes missions de lanne et je viens de nommer ma directrice permanente au service juridique., lui apprit-il.  

- Kazue devait tre heureuse., pipa-t-elle, heureuse pour son amie.  

- Je ne tavais mme pas dit que ctait elle., bouda-t-il faussement.  

- Elle faisait laffaire alors pourquoi aller voir ailleurs?, rpondit-elle en haussant les paules.  

- Cest toi qui me las rpt plusieurs reprises.  

- Ah a, les confidences sur loreiller, samusa Asami.  

- On se parle beaucoup mme., se dfendit Ryo.  

- Jespre que vous ne faites pas que cela. Il y a dautres choses faire que parler., les taquina-t-elle, voyant sa collgue rougir.  

 

Ryo claqua la langue de dsapprobation avant de se laisser aller sourire.  

 

- Ne tinquite pas pour nous, nous savons nous distraire., lui assura-t-il, mutin.  

- Nest-ce pas, Sugar?, ajouta-t-il, samusant de la gne de sa compagne.  

- Oui, oui., pipa-t-elle du bout des lvres.  

- Je Je vais ranger mes affaires., leur apprit-elle, se levant, ordinateur en main.  

- Reste, on va changer de sujet., lui proposa Asami.  

 

Kaori lobserva et accepta, se rasseyant.  

 

- Alors, tu en es o de lhistorique de la socit? Ca fait un moment que tu y es., lui demanda-t-elle.  

- Jai bientt termin. Jai Jai fait pas mal de recherche et javoue que les dernires mesures mont empche daller aux archives comme avant pour trouver les documents dont javais besoin. Javoue que je suis mme impressionne que vous ayez autant de documents hors contrats et documents comptables., avoua la rouquine.  

- Mon grand-pre tait conservateur et aimait prendre des notes de ses entretiens. Mon pre a gard cette petite manie quand il sest aperu que a pouvait parfois tre utile lors de ngociation. Ca vite certains impairs. Jy ai dj eu recours aussi pour apprendre qui javais faire., admit Ryo.  

- Moi, a maide connatre le parcours de chacun., lui dit-elle.  

- Je pense que jaurais fini dici la fin du mois ou peut-tre pour la fin de mon stage, tout dpend comment javance dans mes rvisions.  

- Tes examens sont dbut mars, cest cela?, linterrogea Asami.  

- Oui, dans quinze jours et ma soutenance dans trois semaines. Je passe dans les premiers., leur apprit-elle.  

- Ca fait un peu bizarre de se dire que le cycle tudes se termine., lcha-t-elle, un peu anxieuse.  

 

Pour elle, a signifiait un nouveau dbut. Ds que le procs serait pass et le danger cart, elle chercherait un emploi. Elle aurait aim commencer avant mais elle nallait pas imposer de nouvelles contraintes au service de scurit.  

 

- Tu vas rechercher du travail?, lui demanda sa collgue, jetant un regard son patron juste ct.  

- Oui, ds que le procs sera fini., rpondit la jeune femme.  

- Tu pourrais me remplacer., suggra Asami.  

- Te non Je nai pas ton exprience. Ce poste est beaucoup trop lourd pour moi, je risquerais de mettre mal la position de Ryo., se dfendit Kaori.  

- Je ne pense pas. Tu en penses quoi, toi Ryo?, linterrogea son assistante de toujours.  

- Tu nas pas envie de faire le mme pari que ton grand-pre? Moi, je sortais peine des tudes quand il ma embauche et on a fait toute la route ensemble., lui rappela-t-elle.  

- Je le ferais sans hsiter. Je pense quelle en a les comptences mais ce nest pas son choix de carrire et je respecte sa dcision., rpondit-il.  

- Je veux travailler dans une association ou une entreprise familiale., ritra la jeune femme, ne se sentant pas la hauteur quon lui vantait.  

 

Asami se leva et ramassa ses restes du djeuner, rflchissant posment. Elle ne voulait pas imposer son point de vue mais faire comprendre Kaori ce qui tait une vidence pour elle et peut-tre lamener sur un nouveau sentier de rflexion. Ctait une jeune femme sense et comptente qui manquait parfois de confiance en elle mais Ryo et elle formaient une quipe, une trs bonne quipe. Il y avait une connexion entre eux qui allait bien au-del de la sphre prive.  

 

- Tu mtonnes, Kaori, tu viens de passer plus de quatre mois travailler sur lhistoire de la socit. Nas-tu donc rien retenu?, lui demanda-t-elle, un sourcil lev.  

- Jai appris beaucoup de choses, beaucoup plus que je ne pensais dailleurs., se vexa Kaori, ce qui fit sourire sa collgue.  

- Alors tu as bien d te rendre compte que tu tais dans une entreprise familiale., lcha-t-elle avec un sourire satisfait face au regard de la jeune femme.  

 

 

Elle nattendit pas plus longtemps et sortit du bureau, laissant le couple seul.  

 

- Elle a marqu un point, je pense., murmura Ryo, dgageant une mche de cheveux dans son cou.  

- Tu voudrais que je travaille ici?, lui demanda-t-elle voix basse.  

- Je ne serais pas contre, bien au contraire. On bosse bien ensemble., lui affirma-t-il.  

- Je ne sais pas Je pourrais changer davis mais jai peur quon finisse par se taper sur les nerfs., admit-elle.  

- Tes-tu dit une seule fois que tu en avais marre de me voir?, linterrogea-t-il, amus.  

- Non. Je me suis souvent demande comment je pourrais continuer travailler avec toi sans te voir nu chaque fois que tu passes devant mes yeux ou si on rompait mais pas ce cas-l., lui rpondit-elle, lui adressant un lger sourire.  

- Kaori je vais briser la rgle une fois., la prvint-il avant de se pencher sur elle et de lembrasser, la faisant basculer dos au sol en la retenant.  

 

Il dvora ses lvres, gliss entre ses cuisses quil caressait doucement alors quelle parcourait son dos. Ils sabandonnrent ainsi pendant quelques minutes avant de se sparer et de sobserver.  

 

- Je nimagine pas ma vie sans toi et je rverais de tavoir comme partenaire de travail en plus de partenaire de vie mais, si tu penses tre plus heureuse en dehors de la socit, je ne ten empcherai pas., lui assura-t-il, caressant son visage.  

- Je sais. Tu me respectes. Je ne peux pas te promettre daccepter mais je peux te promettre dy rflchir., concda-t-elle.  

- Ce serait si dramatique de travailler pour moi?, lui demanda-t-il, son humeur sassombrissant.  

- Non. Ca na rien voir avec toi. Cest moi. Javais un projet de vie avant de te connatre et tout a t chamboul. Jai juste besoin dun peu de temps pour rflchir et voir ce qui me pousse continuer sur cette voie. Peut-tre que cest moi qui suis dans lerreur., nuana-t-elle, posant une main sur sa joue.  

- En revanche, je tiens te signaler que je suis en jupe, que je sens trs bien quelque chose contre moi et que ce serait certainement trs gnant pour nous deux dtre vus dans cette position., lui fit-elle remarquer, un regard mutin plong dans le sien.  

- Je me sens bien ainsi., la taquina-t-il.  

 

Il lembrassa une nouvelle fois avant de se relever et de lui tendre la main pour laider. Elle lissa sa jupe. Sentant ses mains sur ses fesses, elle tourna la tte, un sourcil lev.  

 

- Je taide. Tu nas pas encore dyeux derrire la tte., se dfendit-il, coquin.  

- Je la retiens cette excuse-l., samusa-t-elle.  

 

Elle ramassa ses dossiers et ressortit du bureau, les posant sur le sien.  

 

- Tiens, vois pour dplacer ce rendez-vous. Ils viennent dannuler., lui demanda Asami, lui tendant un papier.  

- Je vais prvenir  

 

Un bris de verre attira son attention suivi immdiatement dun cri de douleur puis dune dtonation. Entendant un gmissement ses pieds, Kaori baissa les yeux et se jeta terre en voyant sa collgue allonge au sol, une tche de sang maculant le haut de son chemisier. Sans attendre, elle posa les mains et compressa la blessure alors quun pot de fleurs explosait sous un nouvel impact de balles non loin, de nouveau suivi du bruit dune dtonation. Les deux gardes prsents se prcipitrent aussitt sur elles et lun la prit par la taille, lloignant de la fentre, alors que lautre tranait Asami au mme endroit. Elle comprima de nouveau la plaie, leffroi la prenant.  

 

- Dans ton bureau!, hurla le garde du corps en voyant Ryo arriver la porte.  

- Les filles?, demanda-t-il, anxieux.  

- Asami est blesse, Kaori va bien., lui rpondit son employ.  

- Reste dans langle mort. Cest un sniper. Il doit tirer avec une lunette vise thermique., linforma-t-il.  

- Je prviens une ambulance, Mick et la police., fit le dirigeant, tentant de garder son calme.  

- Ka Kaori, murmura Asami, le front couvert de transpiration.  

- Chut, ne parle pas. Garde tes forces., lui rpondit la rouquine, gardant les mains appuyes sur la blessure.  

- Tu me gardes ma place Je compte sur toi, balbutia-t-elle.  

- Tout ce que tu voudras mais tu reviens, compris? Asami Asami!, lappela Kaori, affole.  

 

Elle vit deux doigts chercher le pouls de son amie puis la voix du garde du corps lui dire quelle tait encore en vie, juste vanouie. Le temps lui parut interminable avant de voir arriver la cavalerie. Des policiers envahirent lespace et deux se postrent la vitre brise, tentant de voir le sniper. Les ambulanciers dment quips pntrrent dans le hall et se dirigrent vers la victime quils prirent en charge rapidement et vacurent par lascenseur en moins de dix minutes, stabilise mme si son tat tait jug grave. Dans les deux minutes qui suivirent, ce fut le couple qui fut extrait de lendroit pour regagner un niveau plus abrit o Mick les retrouva.  

 

- Vous navez rien?, sinquita-t-il, plissant en voyant le sang sur le visage et les habits de sa jeune amie.  

- Tu es blesse?, lui demanda-t-il, approchant et lexaminant.  

- Non Cest cest le sang dAsami, balbutia-t-elle, les larmes perlant sur son visage.  

- Viens, on va aller nettoyer tout cela., lui proposa Ryo, lui aussi encore sous le choc.  

 

Il passa un bras autour de sa taille et lentrana vers les toilettes, suivi par un garde du corps, qui se posta face la fentre mme si elle tait brouille et sur une autre face de limmeuble que celle qui avait t frappe. Ryo ouvrit lun des robinets et le rgla une temprature agrable, la forant mettre les mains sous leau qui courait, le liquide transparent se teintant de rouge aussitt. Il attrapa ensuite des serviettes en papier et les humidifia, les passant sur son visage pour effacer les traces dhmoglobine qui avait commenc scher.  

 

- Pourquoi elle?, demanda-t-elle soudain.  

- Ce ntait pas elle qui tait vise mais toi. Elle cest juste une victime collatrale. Il sen fout de savoir qui il tuera ou touchera du moment quil ta, toi., lui dit-il, voulant la dculpabiliser.  

- Cest inhumain., souffla-t-elle.  

- Ces gens-l nont pas dtat dme. Tu as du sang sur ta veste et ton chemisier. Je ne peux rien y faire., sexcusa-t-il.  

- Ca va aller. Je voudrais aller lhpital voir Asami., lui apprit-elle.  

 

Il la regarda mal laise. Il ressentait le mme besoin mais ce ntait absolument pas prudent de lexposer nouveau au danger. Il ne poserait mme pas la question Mick ou Hide.  

 

- Non, Kaori. Cest impossible. Ce serait prendre un trop grand risque et je my refuse., lui opposa-t-il.  

- Mais  

- Il ny a pas de mais. Lhpital brasse trop de monde et il est impossible de tout contrler. Tu sais que cet homme peut se dguiser. Il peut prendre nimporte quelle apparence pour essayer de tapprocher et il est prt tout pour le faire, mme tuer dautres personnes. On na pas le droit de prendre ce risque., lui expliqua-t-il sans hausser la voix malgr la tension qui lhabitait.  

- Oui, cest vrai Cest juste que je suis tellement inquite., bredouilla-t-elle.  

- Je sais, je ne suis pas fch mais je ne peux pas accder ta demande. En revanche, je tlphonerai lhpital ds quon sera rentrs pour avoir des nouvelles et je contacterai son fils. Je moccuperai delle. Ne tinquite pas. Viens, on va voir si on peut rentrer., lincita-t-il, passant un bras autour delle nouveau.  

 

Sortant des toilettes, elle vit tous les visages se tourner vers eux et eut presque un mouvement de recul, se sentant oppresse. Elle baissa la tte et tenta de se faire toute petite. Elle navait pas conscience que le mme phnomne avait eu lieu avant quils y entrent, tant encore sous le choc des vnements qui venaient davoir lieu. Sans relle surprise, ils trouvrent Hide et Saeko qui les attendaient dans le bureau de Mick.  

 

- Je nai rien., murmura-t-elle quand son frre approcha.  

- Heureusement., souffla-t-il, soulag, en la prenant dans ses bras.  

- Vous avez encore lenqute?, stonna Ryo.  

- Oui, jai fait appel mes relations personnelles pour quon ne soit pas dessaisis malgr les liens de parent. Comme jai expliqu mon pre, on nen est pas chercher qui est coupable puisquon le sait. Il ny a donc pas de problme dobjectivit., rpondit Saeko, posant un regard protecteur sur la sur de son compagnon.  

- Tu peux nous raconter ce que tu sais, Kaori?, lui demanda son frre.  

 

Elle scarta et acquiesa, acceptant la chaise que lui tendit Ryo au moment mme o Mick revenait.  

 

- Tiens, Kazue ma donn a pour toi., lui dit-il, lui tendant un gilet.  

- Merci., murmura-t-elle, commenant par retirer sa veste avant de tenter de dboutonner son chemisier.  

- Laisse-moi faire., fit Ryo, prenant ses mains tremblantes et les reposant sur ses genoux.  

 

Il neut mme pas demander, les trois autres hommes dans la pice avaient dtourn le regard avant quil eut fini denlever le dernier bouton. Il lui retira son chemisier et laida enfiler le gilet quil reboutonna jusquen haut.  

 

- Tu dois avoir plus chaud, non?, lcha-t-il pour leur signifier quil avait fini.  

- Oui., acquiesa-t-elle, relevant les yeux et lui souriant lgrement, reconnaissante.  

- Tout sest pass trs vite en fait., commena-t-elle, puisant sa force en lui avant de regarder son frre.  

- Je venais de sortir du bureau de Ryo lorsque Asami ma intercepte pour me demander de reprogrammer un rendez-vous qui venait de sannuler. Elle allait prvenir Ryo et tout ce dont je me souviens, cest du bruit de la vitre casse et le cri de douleur et la dtonation qui est arrive aprs Pourquoi elle est arrive aprs? Ctait une deuxime balle quon entendait? Il avait rat son premier coup?, sinterrogea-t-elle, verbalisant les questions qui lavaient interpele sur le coup.  

- Le tireur devait tre plus dun kilomtre, ce qui nest pas tonnant vu lemplacement de la Midtown et le fait que vous soyez au cinquante-quatrime tage., linforma Mick.  

- Jai vu Asami terre et je me suis agenouille pour lui porter secours avant que les gardes ne nous mettent labri., acheva-t-elle.  

- Et la deuxime dtonation?, linterrogea Saeko.  

- Quelle deuxime dtonation?, lui retourna Kaori.  

 

Les deux inspecteurs se regardrent, pas vraiment surpris quelle ne lait pas entendue. Tout stait pass tellement vite quelle devait tre sous le choc.  

 

- Celle qui a frapp le pot de fleurs., linforma Hide.  

- En fait, si tu navais pas port secours Asami, tu serais certainement blesse toi aussi., ajouta-t-il, refusant de lui dire quaprs avoir vu les bandes vidos, ils en avaient dduit que la balle laurait certainement touche en plein cur, le tueur ayant pu ajuster son tir avec la vue dgage quil avait russi obtenir grce au premier tir.  

- Elle naurait pas d tre blesse. Tout a, cest de ma faute., culpabilisa Kaori.  

- Non, ce nest pas de ta faute. Cest celle de Tanaka et du Renard dArgent. Tu nas rien fait, Kaori., la contra Ryo.  

- Dis-moi quil va payer, Hide., gronda-t-il, se tournant vers son ami.  

- Jy compte bien. Il va plonger. On fera tout pour que a arrive., lui promit-il.  

 

Les deux hommes soutinrent le regard de lautre pendant un moment avant dacquiescer.  

 

- Rien dautre?, poursuivit Saeko.  

- Non, rien., rpondit Kaori.  

- Vous feriez mieux de rentrer alors., leur conseilla-t-elle.  

- On sait o vous trouver si besoin.  

 

Ryo ne se le fit pas dire deux fois et, dun signe de tte son garde du corps, il lui fit comprendre quils levaient le camp.  

 

- Mick, il faut faire remplacer toutes les fentres du dernier tage. Blind, je ne veux plus que a arrive. Je couvre le surcot. Et je pense quil faudra teindre les ordinateurs., lui demanda-t-il, avant de sortir.  

- Je vais grer., acquiesa-t-il.  

 

Ils sen allrent, regagnant anxieusement lappartement. Sans mot dire, Kaori partit dans la salle de bains prendre une douche comme pour chasser lodeur qui lentourait. Elle avait encore la sensation de la peau colle par le sang et voulait sen dbarrasser. Le jet deau chaude suivi du savon qui glissait sur son corps ramenant une certaine normalit, elle repensa la journe. La vie tait pleine dironie parfois: ils venaient juste de parler de ses projets de carrire, de son intention de rflchir la possibilit quelle puisse finir par travailler pour Ryo au fait quelle resterait tant quAsami ne pourrait pas revenir. Ce ntait pas une promesse en lair quelle lui avait faite. Elle resterait tant que ncessaire. Elle esprait de tout cur que sa collgue, son amie, sen remette et puisse poursuivre une vie normale. Se sentant un peu mieux, elle ressortit de la salle de bains entoure dun peignoir et retrouva Ryo qui raccrochait.  

 

- Ctait lhpital. Le fils dAsami a autoris les soignants me donner de ses nouvelles. Elle est opre. Je rappellerai en fin de journe., linforma-t-il.  

- Elle va sen sortir?, sinquita-t-elle.  

- Ils ne savent pas le dire. Tu Tu devrais aller dormir un peu., lui conseilla-t-il, voyant sa fatigue.  

 

Elle nobjecta pas mais tendit la main vers lui, sentant sa fbrilit. Il la prit et ils se rendirent tous deux dans la chambre, y somnolant enlacs une bonne heure.  

 

- Je vais prvenir les autres quon ny va pas ce soir., fit-il soudain.  

- Non. Tu las dit toi-mme: le caf est sr alors allons-y. Ne le laissons pas gagner en nous obligeant nous terrer., lui opposa-t-elle.  

- Je nai pas le cur mamuser sans savoir pour Asami mais a ne nous fera pas de mal dtre entours ce soir et nos amis non plus., lui expliqua-t-elle.  

- Sauf si tu juges la menace trop importante bien sr, nuana-t-elle.  

- Hide et Mick mont assur que non. La caf est un endroit sr pour toi., lui assura-t-il.  

- Alors allons-y. En plus, cest notre premire saint-Valentin., lui dit-elle.  

 

Il lui offrit un sourire chaud et ils se levrent, se prparant pour cette sortie. La route vers le Cats se fit dans un silence tendu, leurs doigts enlacs pour juguler la peur dune attaque en pleine rue. A peine arrivs, ils se prcipitrent dans le btiment, accueillis par Mick qui referma la porte derrire eux.  

 

- Bonsoir tout le monde!, les salurent-ils.  

- Bienvenue au Cats Eye., sexclama Miki, heureuse de voir toute la bande runie.  

- Ca rend bien. Les travaux avancent bien, on dirait., affirma Kaori.  

- Oui, cest super. Falcon y passe ses journes et, moi, je le regarde faire. Cest peine si jai le droit de mettre le petit doigt de pied dans les lieux., plaisanta-t-elle.  

- On devrait pouvoir emmnager dici une dizaine de jours. Et vous?, les interrogea-t-elle.  

- On fait face une contrainte technique et une fuite dans le toit. Les travaux ont t retards de quinze jours., lui expliqua la rouquine.  

- Mince. Allez, quinze jours, ce nest pas le bout du monde., lencouragea-t-elle.  

- Allez, faisons la fte!, lana-t-elle.  

 

Elle sortit une bote quelle tendit son homme, bientt imite par ses deux amies qui offrirent le mme genre de cadeau leur compagnon.  

 

- Une bote de chocolats? Merci Kazue., fit Mick, un peu surpris.  

- Deux secondes, Mesdames. On a oubli de briefer notre ami sur les traditions., dit Ryo, attirant son ami lcart.  

- Je texplique, tu coutes, tu discutes pas., lui imposa le dirigeant.  

- Au Japon, le jour de la Saint-Valentin, les femmes offrent un bote de chocolat llu de leur cur. En rponde, le White Day, dans un mois tout pile, tu lui offriras une bote de friandises, biscuits ou autres pour lui dire que tu rponds ses sentiments. Pig?, lui demanda-t-il.  

- Donc les sous-vtements sexy, pipa lamricain.  

- Oublie ou emballe tes chocolats dedans., concda-t-il.  

- Vous tes bizarres, lcha Mick avant de retourner auprs de sa belle.  

- Merci, honey. Jadore le chocolat., la remercia-t-il dune bien meilleure manire.  

 

Ryo retourna auprs de sa belle qui lui offrit un regard dsol.  

 

- Je les ai faits moi-mme mais je ne suis pas trs doue pour les chocolats., admit-elle, voyant les formes informes des sucreries.  

- Je men fiche. Ils me plaisent rien que pour cela., lui rpondit-il, lenlaant et lembrassant.  

- Ca te drange si je toffre la plaque de chocolats pour les faire dans un mois., lui demanda-t-il, un sourire malicieux aux lvres.  

- Cest ce quon appelle un travail dquipe, non?, rpliqua-t-elle.  

- Oui tout fait.  

 

Au mme moment, la porte souvrit et laissa passer le couple dinspecteurs.  

 

- On vient juste de commencer., les informa Miki.  

- Vous avez bien fait. On revient de lhpital., annona Hide, se dfaisant de son imper.  

- Alors?, linterrogea Kaori.  

- Lopration vient de se terminer. Asami est vivante et, si elle passe les prochaines quarante-huit heures, a devrait aller, mont-ils dit. Ils ont pu extraire la balle. Ce salaud avait os laisser un message. Il tait crit pour ma Valentine dessus ainsi que sur celle qui a frapp le pot de fleurs. Il avait prvu de tirer deux balles ds le dpart., expliqua linspecteur.  

- Certainement parce quil ne pouvait pas voir lintrieur., intervint Mick.  

- Oui, avec la lunette vision thermique, il pouvait distinguer les silhouettes fminines des masculines mais pas laquelle tait Kaori. Il devait abattre les deux., confirma Umibozu.  

 

La neutralit du ton ainsi que lapparente banalit des paroles prononces pour ces hommes fit froid dans le dos de Kaori. Elle sentit son compagnon se coller dans son dos comme pour la protger et sapaisa sa prsence.  

 

- Buvons Asami et la Saint-Valentin! Sant!, lana Miki, ne voulant pas plomber lambiance.  

- On na pas de vol prvu demain, Miki. Tu ne trinques pas avec nous?, stonna Ryo.  

- A vrai dire, boss, je vais devoir restreindre mes dplacements venir. Nous allons avoir un bb!, annona-t-elle aprs un lger coup doeil son homme.  

- Flicitations vous deux!, sempressa de dire Hide, bientt suivi de tout le groupe.  

 

Comme les autres femmes, Kaori avana et treignit sa nouvelle amie, lgrement envieuse de la chance quelle avait mais sincrement heureuse pour elle avant tout. Ctait une bonne nouvelle en cette journe de tension, la preuve que la vie continuait.  

 

- Ca va, Kaori?, linterrogea Ryo quelques minutes plus tard alors quils taient un peu lcart.  

- Oui. Pourquoi a nirait pas?, lui retourna-t-elle avec un sourire lger.  

- Je ne sais pas A cause de lannonce de Miki peut-tre., suggra-t-il, la voix lgrement tendue.  

- Le bb Je suis heureuse pour eux. Ca fait longtemps quils sont ensemble aprs tout., rpondit-elle.  

- Tu penses que je risque de changer davis?, sassombrit-il.  

- Non, je dis juste que leur couple est fait et quapparemment agrandir leur famille faisait partie de leurs projets., rpliqua-t-elle patiemment.  

- Et je sais que a ne fait pas partie des ntres. Je ne te cache pas que jaurais aim mais je te prends tel que tu es., lui affirma-t-elle, lattrapant par sa cravate et lattirant elle pour lembrasser.  

 

Il passa les bras autour delle et rpondit son baiser, y imprimant tout ce quil ressentait. Il ne cessait de stonner de la force des sentiments quelle faisait natre en lui et tait reconnaissant au destin de lavoir place sur sa route, esprant que ce ntait pas pour la lui reprendre aussi vite. Leur baiser ne passa pas inaperu et ils se firent siffler, se sparant en souriant et rejoignant les autres.  

 

La soire allait bon train et, malgr leurs penses proccupes, le couple fit face avec le sourire. Les groupes se faisaient et dfaisaient au gr des conversations. Les filles passaient rgulirement en cuisine chercher les plateaux pour aider les deux propritaires qui les accueillaient, les faisant circuler entre les convives. Profitant dun moment un peu plus calme, Kaori se mit la fentre, pour une fois quelle le pouvait, et observa les voitures passer tous feux allums dans la nuit, le peu de passants qui dambulaient encore, et tenta de voir quelques toiles dans le ciel noir.  

 

La seule quelle vit fut celle qui clata sur la vitre, lorsquune balle la frappa juste au niveau de son front. Elle eut un premier mouvement de recul, les yeux rivs sur limpact de balle sur la vitre. Toute la journe lui revint comme un flash suivie de tous ces mois de restriction de libert, de contraintes imposes, de peur, de morts frles pour elle, lui et ceux qui les entouraient et la colre flamba. Elle revint prs de la fentre, se posta exactement au mme endroit et lui fit la seule chose qui lui passa par la tte, part celle de foncer dehors et lui hurler dessus: elle mit son poing face la fentre et dplia son majeur.  

 

- Va te faire voir, du con. Tu peux aller en enfer, tu peux me pourrir la vie, tu ne mauras pas! Jirai tmoigner ce procs. Tu mentends, Renard de mes deux! Tu ne mauras pas! Tout ce que tu verras, ce sont les beaux bracelets de la couleur de ton pelage!, cria-t-elle face la fentre sous le regard atterr de toutes les personnes prsentes.  

- Putain, il ma foutu la rage, ce con!, leur dit-elle, se tournant vers eux et les rejoignant, lair de rien.  

- Tes sr que ce ntait que du jus dorange dans son verre?, pipa Mick Ryo.  

- Cent pour cent affirmatif. Cest ma Kaori qui ressort, celle qui ne doit pas faire de courbette pour faire joli dans le beau monde., reconnut Ryo.  

- Ouais ben, cest pas son meilleur ct, ce langage fleuri, soupira Hide, dsabus mais aussi fier de ce revirement chez sa frangine.  

- Jaime bien son ct bad boy., sourit son ami.  

- Quand on dit que lamour rend aveugle, il doit rendre sourd galement., se navra linspecteur.  

- Ah non, cest autre chose qui rend sourd, il parat, se moqua Mick.  

- La ferme, Angel!, firent les deux hommes en chur.  

 

Ils partirent dun rire franc tous les trois avant de se sparer.  

 

- Je te dois une fentre, Umi. Je suis dsol., sexcusa Ryo, tenant sa belle par la taille.  

- Moi, ce qui me dsole, cest que je venais juste de les nettoyer., gronda le gant.  

- Jai un stock davance larrire alors tinquite, luda-t-il.  

- Tu as un stock Mais pourquoi?, stonna le dirigeant.  

- Bah avec toi, je mattends tout: groupie cervele, mari jaloux, paparazzi, dclina Umi.  

- Sauf que cest pas de ma faute!, sinsurgea Ryo.  

- Ouais, je dois admettre mais on ne sait jamais., le taquina son ami trs srieusement malgr tout.  

- Bon, merci pour la soire malgr tout., maugra le businessman pour la forme.  

 

Ils se salurent dune poigne de mains virile et, tout comme ils taient arrivs, ils foncrent vers la voiture dont la porte les attendait dj ouverte.  

 

- Ca va, Kaori?, linterrogea Ryo, encore inquiet de son changement soudain dattitude.  

- Oui. Tu pourrais appeler lhpital pour avoir des nouvelles?, lui demanda-t-elle.  

 

Anxieux lui-mme, il appela de suite, un bras pass autour des paules de sa compagne, love contre lui.  

 

- Elle dort. Tout va bien., lui apprit-il, deux minutes plus tard.  

- Alors, on samuse provoquer les tueurs professionnels maintenant? Ce ntait peut-tre pas trs judicieux., lui fit-il remarquer.  

- Ctait plus fort que moi. Je nen peux plus de voir ma vie rgie par des malfaiteurs. Il prend pour les autres., sexpliqua-t-elle.  

- Dsole, tu devais tattendre mieux de ma part., sexcusa-t-elle.  

- Ca surprend mais a me rappelle quil faut que jvite de tnerver., plaisanta-t-il, la faisant sourire.  

- Plus srieusement, jaime ton ct fort et volontaire mais ne te sens pas mal quand tu me montres tes doutes et tes peurs. Ils sont lgitimes, Kaori. Tout le monde craquerait dans une situation comme la tienne., lui dit-il tendrement.  

 

Elle leva les yeux vers lui et sentit son cur se gonfler damour.  

 

- Tu causes bien, Monsieur Saeba., lui rpondit-elle, mue.  

- Je laisse parler mon cur., rpliqua-t-il, amus.  

- Tu ne le diras ni mes concurrents ni mes partenaires de travail. Je dois passer pour un abominable PDG dune grande entreprise sans cur et uniquement guid par largent., ironisa-t-il.  

- Motus et bouche cousue., promit-elle.  

- Et ce PDG ignoble pourra saccommoder dune oie blanche comme secrtaire?, linterrogea-t-elle.  

 

Il lobserva, surpris un instant, puis un sourire tira ses lvres.  

 

- Tu vas continuer travailler pour moi? Tu veux bien?, lui demanda-t-il, tentant de contrler sa joie naissante.  

- Au moins jusquau retour dAsami et, qui sait, a pourrait me faire rflchir., admit-elle.  

- Tout ce que tu voudras. Mais fais-le pour toi avant tout. Moi, jai vraiment envie de continuer notre collaboration mais si ce nest pas ce que tu veux, commena-t-il.  

- Je sais, Ryo. Je ne prendrais pas le risque de nous perdre pour un travail. On en reparlera., lui promit-elle.  

- Ca me va., approuva-t-il, dposant un baiser dans ses cheveux, le cur un peu plus lger. 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78


 

 

 

 

 

   Angelus City 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de