Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autore: A. Dust

Beta-reader(s): Cristinampm

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 36 capitoli

Pubblicato: 24-11-20

Ultimo aggiornamento: 16-04-21

 

Commenti: 65 reviews

» Ecrire une review

 

Romance

 

Riassunto: Elle est japonaise. Il est amricain. Elle sauve. Il tue. Elle soigne. Il assassine. Elle se bat contre la mort, lui, il la dfiait tous les jours. Une femme, un homme, une rencontre, deux existences qui se croisent, jusqu' ce que ... Cette histoire devrait tre classe NC-17 (certains passages lemon) mais n'ayant pas les accs cette section je ne peux pas y publier. Toutes mes excuses.

 

Disclaimer: Les personnages de "Yes or no" sont la proprit exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

I would like to read the NC-17 fanfictions.

 

You have: - to sign in - to log in - to use the link put for ...

Read more ...

 

 

   Fanfiction :: Yes or no ?

 

Capitolo 1 :: Les choses peuvent changer trs vite

Pubblicato: 24-11-20 - Ultimo aggiornamento: 29-11-20

Commenti: Bonjour toutes et tous ! Vous l'aurez compris, cette fois, je m'intresse la rencontre de Kazue et Mick, en essayant de raconter l'historie "entre les lignes" des derniers tomes de CH puis en suivant mon autre histoire, "Pagne, porte-jarretelle et Magnum 357". Alors, je prcise tout de suite, pas d'inquitude pour celles et ceux qui n'ont pas lu le manga ou ma fiction, j'ai tout fait pour que cela reste comprhensible par tous, et Cristina a veill au grain, soyez-en assurs. Bonne lecture

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36


 

Le soleil commenait se lever. Je regardai ma montre d'un geste automatique. Cela faisait au moins quatre fois que je le faisais en moins de deux minutes. Le temps n'avait pas beaucoup chang en si peu de temps. Je soupirai.  

 

5h47 ...  

Trop tard pour aller se coucher. Trop tt pour se lever. Je laissais mon regard se perdre dans le feuillage des cerisiers du jardin. Le temps des fleurs tait pass depuis longtemps mais la couleur verte des feuilles m'avait toujours apaise, bien plus que le rose et le blanc dont ils se couvraient au printemps.  

 

Accoude au rebord de la fentre ouverte par laquelle entrait une douce brise d't, je pris une autre gorge de caf. J'allais en avoir besoin pour affronter cette nouvelle journe qui commenait ... ou plutt qui continuait.  

 

Une heure entre deux mondes. Entre deux ralits. Entre deux lumires. Entre le jour et la nuit. Entre le dedans et le dehors. Entre ici et la vraie vie.  

Un moment d'espoir o la plupart des gens se disent qu'une nouvelle journe commence permettant de corriger les erreurs de la veille ou, au moins de ne pas les ritrer, o de faire mieux ...  

 

Sauf que ... cette question dpendra toujours de quand commence une journe. Pour moi, elle ne fait que continuer. Comme souvent d'ailleurs. Cela faisait quelques annes maintenant que le cours de mon temps se rglait sur d'autres pas, sur d'autres cadrans et d'autres aiguilles. D'autres espoirs, d'autres repres.  

 

J'avais tellement l'habitude de jongler avec mon temps et mon sommeil que j'avais acquis la capacit de dormir n'importe o et n'importe quand. Sauf ... cet instant prcis. En cet instant prcis, je n'avais aucune envie de dormir. Et je n'y arriverais pas, mme si je le voulais. Mes penses tourbillonnaient dans ma tte et quand j'avais ferm les yeux tout l'heure, les images n'avaient cess de revenir me hanter.  

 

5h48 ...  

Je soupirai profondment en songeant que, il y avait quelques heures seulement que Miki et Falcon s'taient unis devant nous tous. Tous leurs amis taient runis autour d'eux pour une belle crmonie, romantique souhait et qui avait fait verser quelques larmes aux plusieurs femmes qui taient prsentes. Moi y compris.  

 

Quand Miki avait lanc son bouquet vers notre petit groupe, j'avais tendu les mains, faisant semblant de ressentir la mme excitation que les autres femmes prsentes, impatientes de recevoir les fleurs, prsage de mariage futur ... Mais ...  

 

Mais personne n'avait attrap le magnifique bouquet blanc de Miki. Une dtonation avait retenti et la belle marie toute blanche s'tait croule et sa robe s'tait imbibe de rouge dans un contraste hypnotisant. J'tais habitue voir du sang, j'en avais ponges des blessures, des plaies bantes et des hmorragies de toutes origines. Sauf que ...  

 

Sauf que ... Le sang ne s'tait pas rependu sur un drap d'hpital ou sur un champ strile. Non. Il tait en train d'imbiber une superbe robe de marie. Une robe que Miki avait elle-mme cousue et brode avant de demander l'homme de sa vie en mariage. Une preuve d'amour incommensurable. Une preuve d'amour qui se teintait de sang.  

 

Mon instinct et mes reflexes avaient immdiatement pris le pas sur l'horreur de cette vision. Le Doc et moi avions rapidement mesurs l'tendue des dgts. La blessure n'tait pas mortelle mais il fallait oprer rapidement pour viter une infection et stopper l'hmorragie. Mes pas m'avaient ports vers la voiture o nous avions gards nos trousses de secours.  

- "Avec la petite bande que nous frquentons, la prcaution n'est pas vaine." avait maugr le Doc quand nous tions passs le rcuprer quelques heures plus tt avec la petite Fiat que Kaori avait prte Mick pour l'occasion.  

 

J'avais alors taquin mon mentor, lui rptant qu'on allait un mariage, pas un combat entre yakusas et que tout allait bien se passer. Quelle ironie ... A croire qu'il avait des antennes, des intuitions ou des rves prmonitoires ... ou les trois en mme temps.  

Et que je n'en avais aucune ...  

 

En retournant vers la chapelle et la salle d'opration que nous allions improviser, j'avais alors crois Mick et son regard inquiet. Je m'tais laisse aller une seconde et j'avais lch prise un instant, serrant la main gante qu'il m'avait tendue avec motion entre mes doigts que j'avais trangement sentis fbriles.  

- "Do your best and everything gonna be all'right. (Fais de ton mieux et tout ira bien.)" m'avait-il murmur tout en dposant un baiser lger sur ma tempe. La rfrence ma chanson prfre de Bob Marley m'avait fait sourire malgr mon anxit. Elle ne m'avait alors plus quitte et c'est avec la rythmique particulire du reggae dans la tte que j'avais enfil une blouse jetable, mes gants et mon masque. C'tait tellement incongru que cet tat de fait m'avait fait sourire. En mme temps, tout tait incongru aujourd'hui et rien n'allait ensemble : la marie et sa robe ensanglante, une sale d'opration dans une chapelle, sauver mon amie avec Bob Marley dans la tte ...  

 

5h49 ...  

J'avais encore quelques minutes devant moi et je remplissais nouveau ma tasse de caf. Noir. Sans sucre. Je le respirai longuement avant d'en avaler une grande gorge.  

 

Ce n'tait pas la premire blessure par balle que j'avais soigne. Loin de l. Mais c'tait la premire fois qu'une balle avait transperc une amie, enfin, une amie ... une jeune femme que je connaissais peu finalement mais que j'apprciais beaucoup et que j'esprais compter parmi mes amies. Mme si je ne l'avais rencontre que quelques mois auparavant, Miki avait t adorable avec moi. Elle m'avait carrment prise dans ses bras en sautant de joie quand Mick avait annonc, au caf Cat's Eye, que nous tions fiancs. J'avais prcis que, techniquement, nous n'tions pas vraiment fiancs puisqu'il n'tait pas question de mariage entre nous. Elle avait alors souri en dcouvrant le visage dpit de mon homme et avait ri de bon cur en disant quelque chose du genre : "Les choses peuvent changer trs vite !"  

 

C'tait quand j'avais reu son carton d'invitation son mariage que j'avais compris pourquoi elle avait dit a : son union avec Falcon aurait lieu le lendemain.  

- "Effectivement, les choses peuvent changer trs vite, Miki." avais-je murmur avant de demander Mick de tlphoner au caf pour confirmer notre venue.  

 

Et puis ... Et puis cette dtonation avait fait vol en clat son magnifique bouquet blanc et Miki s'tait croule. Cette image revenait en boucle devant mes yeux.  

 

5h50 ...  

Oui, j'en avais referm des plaies ... des plaies par balles, par armes blanches ou par objets contendants. Ce n'tait pourtant pas ma spcialit au dpart. J'avais brillamment russi mes tudes de mdecine et je m'tais spcialise en immunologie. Parce que cette spcialit m'avait semble tre la base de la mdecine. Le point de dpart pour tout comprendre et tout soigner ... Cette pense me fit sourire.  

 

Ici, pour soigner, il fallait surtout du fil et des antibiotiques et parfois, les oprations s'enchanaient pour recoudre les dgts causs par la violence des rglements de compte entre clans rivaux. Parfois, le Doc et moi n'tions pas trop de deux pour stopper les hmorragies et nettoyer les plaies. Mais, curieusement, nous nous compltions et, peu peu, nous arrivions agir sans mme changer un mot.  

 

Ici, dans cette Clinique, pas de prise de position. Le serment d'Hippocrate l'tat brut. Soigner sans distinction de race, de sexe, d'appartenance un clan. Jamais un soin ne sera refus sous prtexte que le patient n'a pas d'argent ou pas d'identit ou qu'il est coupable de quelque chose ou de rien du tout. Juste les soins. La mdecine comme elle devrait tre pratique. Comme je voulais la pratiquer au dbut de mes tudes mais dont j'avais perdu l'objectif au fil du temps.  

 

Ici, j'avais retrouv le plaisir et la jouissance absolue de vaincre la mort alors que tous les pronostics nous donnaient perdants. Je devais le reconnatre, cet aspect-l de ma vie et de mon travail me remplissait de joie et d'un sentiment de puissance que j'adorais. Je n'aurais jamais ressenti cette monte d'adrnaline dans un service d'hpital ou dans un laboratoire climatis. Au dbut, je l'avais regrett et puis maintenant que les annes avaient pass, je ne regrettais plus rien. Je faisais de la vraie mdecine. De la "mdecine de jungle urbaine" comme disais le Doc. J'tais utile.  

 

Je n'tais pas trs riche, et je ne le serai sans doute jamais mais, je n'tais pas plaindre : j'aurai toujours un toit sur la tte car le Doc ne me laisserait jamais tomber. Nous tions une famille. Une petite famille un peu bizarre mais une famille quand mme, alors que la mienne me manquait cruellement. Je songeai d'ailleurs qu'il serait temps que je prenne des nouvelles de ma petite sur.  

 

5h52 ...  

Alors que nous tions en train de prparer Miki pour l'oprer, des hommes arms taient entrs et avaient enlev Kaori, une autre amie. Enfin, une amie ... Elle ne l'avait pas t tout de suite. Longtemps, je l'avais considre comme une rivale. Une rivale qui m'empchait de me rapprocher d'un homme que j'avais trouv trs attirant, Ryo Seaba, et dont elle tait la partenaire. Et ensuite, une rivale car elle avait t le premier amour de Mick.  

 

Je souris. Je savais bien que je ne parviendrai jamais effacer cette pointe de jalousie qui naissait dans mon cur chaque fois que je pensais a. Mais je ne pouvais pas non plus lui refuser mon affection. Kaori tait un tre part, une belle me dans ce monde dur et violent et, malgr notre ancienne rivalit, je tenais elle. Et elle avait t prise en otage par des mercenaires.  

 

Mick s'tait lanc leur poursuite en sautant par la fentre mais il n'avait russi qu' coller un metteur la voiture des ravisseurs. Ryo et Falcon les avaient poursuivis et nous avions entendu au loin le bruits sourds des dtonations de leur combat pendant que nous menions le ntre, scalpel, clamps et fils la main. A chaque nouvel clat que nous avions entendu au loin, nous avions serr un peu plus les mchoires, le Doc et moi. Et puis le silence tait revenu, encore plus lourd et plus inquitant que le bruit des armes.  

 

C'tait une demi-heure plus tard que nous avions annonc aux invits restants que Miki tait hors de danger. J'avais alors cherch les yeux de Mick qui m'avaient silencieusement dit qu'il ne savait toujours rien. J'avais quitt les embrassades et des cris de soulagement de Kasumi, Seako et Reka et j'tais sortie de la petite chapelle pour aller m'assoir sur les marches du perron, guettant le moindre nuage de poussire qui annoncerait l'arrive de mes amis, tout en me prparant mentalement une nouvelle opration.  

 

J'avais alors senti Mick s'assoir mes cts et me prendre doucement par les paules. Je m'tais laisse aller, posant la tte contre son torse. Entendre les battements de son cur m'avait redonn espoir. Il avait mme murmur :  

- "Comme j'ai dit Saeko tout l'heure : Ryo ne laissera jamais mourir une femme avec qui il n'a pas encore couch ..."  

 

Je m'tais redresse vivement, frappant son paule du plat de la main :  

- "Miiiiick ! Tu ne penses donc qu' a ? Mais, c'est pas vrai !"  

 

Il avait clat de rire :  

- "Roooo, it's okay, sweetheart. You know what I mean ..." (hooo, a va, chrie. Tu sais bien ce que je veux dire ...)  

 

J'avais ri avec lui.  

- "Oui, je sais ... Il serait temps d'ailleurs qu'il lui dise, non ?"  

 

Il m'avait attir contre lui nouveau.  

- "Je ne te le fais pas dire ..."  

 

Au bout de quelques instants de silence, Mick murmura :  

- "Tiens, j'entends quelque chose ..."  

 

J'avais tendu l'oreille :  

- "Je n'entends que les oiseaux, moi ..."  

 

Il m'avait regard, un sourire aux coins des lvres, ses yeux bleus teints de fiert :  

- "Oreille de pro, ma chrie, oreille de pro ..."  

 

Quelques longues minutes plus tard, la jeep de Falcon avait fait danser la poussire au bout du chemin en terre. Aprs un drapage contrl, sa voiture s'tait immobilise quelques mtres de nous. Comment ce type aveugle pouvait-il conduire ? Je n'avais toujours pas trouv de rponse cette question que je me posai depuis que je l'avait rencontr quelques mois plus tt.  

 

Puis, travers le nuage de poussire, j'avais distingu une, deux, puis trois silhouettes qui taient sorties de la voiture. Falcon, Ryo et Kaori. Ils taient l, tous les trois. Je m'tais prcipite vers chacun d'eux, examinant rapidement si tout allait bien. Pas de sang, pas de plaie, juste quelque bleus et gratignures qui ne ncessitaient pas mon intervention.  

 

J'avais alors laiss la colre et mon angoisse se librer et je m'tais plante devant Falcon, croisant les bras comme lui et je lui avais lanc en plein visage :  

- "Ta femme va bien, si a t'intresse ... Elle aurait pu mourir sans toi, alors que tu allais sauver les femmes des autres ..."  

 

Ryo explosa de rire :  

- "Justement ... C'est parce qu'il a flipp qu'il est parti ..."  

- "Quoi ?"  

 

Ryo poursuivit :  

- "Tte de Poulpe a peur de se faire gronder s'il joue les poux pleurs et qu'il ne va pas se battre ! En gros, on se demande qui porte la culotte ..."  

 

Les bras toujours croiss, Falcon lui avait rpondu dans un grognement :  

- "Certainement pas toi, pour ce que j'ai pu en voir ..." Puis, il se tourna vers moi, se baissant ma hauteur pour mettre ses lunettes de soleil face mes yeux :  

- "Merci, Docteur Natori, ... pour Miki ..."  

 

Gn, le gant s'tait soudain redress et m'avait alors donn une grande tape dans le dos me propulsant sans mnagement dans les bras de Mick qui s'tait fait alors un plaisir de m'embrasser devant tout le monde. Plaisir que j'avais largement partag pour une fois, moi qui avais toujours t mal l'aise lors de dmonstrations sentimentales en public.  

 

5h55 ...  

Je me tournai un instant vers la silhouette endormie sur le canap de mon bureau. Mick ronflait lgrement. Cela lui arrivait quand il avait trop bu. Je souris.  

 

Nous avions fait la fte ds que Miki avait t installe dans sa chambre la Clinique. Elle tait rveille et Mick avait dcid de sortir son cadeau de mariage. Une caisse de champagne et d'une demi-douzaine de bouteilles de whisky. Il s'tait fait une joie de partager ces "trsors" avec ses amis alors il avait insist, malgr nos protestations, affirmant que c'tait pas tous les jours qu'Umi allait se faire passer la bague au doigt et que a devait s'arroser comme il se doit pour porter chance aux jeunes maris.  

- "Dj que la nuit de noces aura lieu ici ..." avait-il ajout en regardant, d'un air suffisant la chambre dans laquelle nous nous trouvions.  

 

J'avais failli rpliquer que beaucoup de choses s'taient dj passes dans cette chambre et que, finalement, ce n'tait peut-tre pas un si mauvais prsage mais j'avais prfr me taire. Notre amour tait n ici mais Mick avait aussi souffert dans cette chambre. Et pas qu'un peu. Nos regards se croisrent : certaines choses ne devaient pas tre partages, mme avec des amis.  

 

Finalement, il avait eu raison, l'homme de ma vie. Dcompresser tous ensemble nous avait fait le plus grand bien. Mick, Ryo et Umi avaient bien sr fini par se chamailler comme des gamins pour savoir qui tait vraiment responsable de cette crmonie dsastreuse, qui tait le vrai sauveur ... Les laissant faire, nous nous tions toutes regardes, Miki, Saeko, Reka, Kasumi, Kaori et moi et nous avions toutes clat de rire.  

 

Au cours de la soire, j'avais remarqu, sans le vouloir, que Ryo se dbarrassait consciencieusement de son whisky, certainement pour garder les ides claires, alors que Kaori en tait sa quatrime ou cinquime coupe de champagne, et, en juger par les illades qu'elle lanait Ryo, l'alcool la rendait audacieuse.  

 

Apparemment, les choses allaient aussi changer entre eux. Il tait plus que temps ... J'avais alors pens ce que Miki avait dit : "Les choses peuvent changer trs vite ..."  

 

5h57  

Je fermai et rouvris une nouvelle fois les yeux. Je voyais encore mon scalpel entailler les chairs de Miki alors qu'elle tait inconsciente.  

 

Je ne saurais toujours pas dire quelles plaies taient les pires. Jusqu' ce jour, je pensais que c'tait les blessures infliges au katana. Je me trompais. C'est celles qui taient infliges aux personnes qu'on connait et qu'on apprcie. Qu'on aime. C'tait a, les pires. Et pourtant, cliniquement, elles ne sont pas les plus laides ou les plus compliques refermer. C'est juste qu'elles sont les plus difficiles oublier.  

 

5h58  

Je m'approchai doucement du sofa qui me servait aussi de lit de temps autre, pour relever la couverture lgre que j'avais tendue sur Mick quand il s'tait endormi. Je m'agenouillais devant lui et cartai une mche de son visage. Il tait paisible. J'avais encore du mal m'habituer le voir ainsi. Ses cauchemars et ses crises de manque avaient longtemps perturb son sommeil ... et le mien. Je l'observais quelques minutes, repensant notre parcours chaotique.  

 

"Les choses peuvent changer trs vite ..." Cette petite phrase anodine mais pleine d'espoir rsonnait nouveau dans ma tte.  

 

Effectivement, mme pas une heure auparavant, Mick s'tait agenouill devant moi, me tenant la main entre les siennes. Il m'avait alors pos la question :  

- "Do you want to marry me ?" (Veux-tu m'pouser ?)  

 

A ce moment-l, je n'avais pas su quoi rpondre et il avait insist :  

- "So, Yes or No ?" (Alors, oui ou non ?)  

 

Je n'tais mme pas sre que sa demande soit une vraie demande, c'est pourquoi j'avais rpondu, en me forant rire :  

- "Tu as trop bu, Monsieur Angel. Va te coucher ... On reparlera de a quand tu seras sobre .."  

 

Et je l'avais conduit vers mon canap pour l'y allonger alors que je me servais ma premire tasse de caf tout en me repassant le film de notre rencontre, de la naissance de notre "nous"...  

 

Si Mick me reposait la question maintenant, je saurais quoi lui rpondre. Et ma rponse serait trs diffrente de celle que j'aurais donne quelques jours, voire quelques heures plus tt ... "Les choses peuvent changer trs vite."  

 

Effectivement.  

 

Sur le coup, j'eus presque envie de le rveiller pour le lui dire ma rponse et me ravisai. Ce n'tait vraiment pas une bonne ide. J'attendrai qu'il me repose la question. L, je saurai quoi lui dire.  

 

6h00 ...  

L'heure de prendre mon tour de garde et de relayer le Doc.  

 

Je me tournai vers Mick, allong paisiblement sur le sofa de mon bureau.  

Je l'aimais.  

Bien sr que je l'aimais, depuis notre premire rencontre. J'en tais sre maintenant. Je l'aimais profondment, perdument, viscralement ... Mais est-ce que cela suffisait pour l'pouser ? Devais-je faire l'impasse sur mes convictions ?  

 

Je refermai doucement la porte et m'en allai dans le couloir la recherche du Doc pour qu'il me fasse son rapport de cette courte nuit.  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36


 

 

 

 

 

   Angelus City 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de