Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: Mercury80

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 78 capitoli

Pubblicato: 21-01-21

Ultimo aggiornamento: 16-04-21

 

Commenti: 28 reviews

» Ecrire une review

 

Romance

 

Riassunto: AU : Quand le coeur entre dans le monde des affaires...

 

Disclaimer: Les personnages de "Roi de pique, dame de coeur" sont la proprit exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

What is NC-17 fanfiction?

 

A NC-17 fanfiction is strictly forbidden to minors (17 years old or less). It can contain violence and graphically explicite sexual scenes. We try to set limits to the content of R fanfictions, but we don't have time to read evrything and trust the authors on knowing the boundaries. So if you read something that doesn't seem correctly rated, please contact me.

 

 

   Fanfiction :: Roi de pique, dame de coeur

 

Capitolo 1 :: Chapitre 1

Pubblicato: 21-01-21 - Ultimo aggiornamento: 21-01-21

Commenti: Bonjour, me voici avec une nouvelle histoire. Une fois n'est pas coutume me concernant, je vous emmne dans une AU et une trs longue puisqu' ce jour, je n'ai pas encore fini de l'crire et qu'elle comporte dj 76 chapitres qui ne sont pas les derniers... J'espre que vous me supporterez travers ce voyage. Alors je vous emmne dans le monde des affaires sur une ide de Val, lectrice de MH. Pour ceux qui le craignent, ce n'est pas un remake de 50 nuances. Pour a, il y avait Alma que je n'ai pas publie ici. Alors voil, pour ceux qui l'osent et que les AU ne rebutent pas, j'espre que vous vous plairez dans cette histoire. Bienvenue bord du vol M80. Bonne lecture et merci pour vos commentaires^^

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78


 

Chapitre 1  

 

Un grognement accueillit la vision qui se prsenta eux, la Midtown Tower, troisime plus haut building de la ville, connu pour tre le sige dun nime grand groupe mondial.  

 

- Bon, tu as fini ton cinma?, simpatienta Hideyuki, fronant les sourcils.  

- Non! Je tai dit que je ne voulais pas et tu ma force venir!, soffusqua la jeune femme ses cts.  

 

Le jeune homme se radoucit et regarda sa jeune sur dun air comprhensif. La prenant par le coude, il la guida vers le gratte-ciel de verre et dacier qui refltait les derniers rayons du soleil couchant et la fit entrer, se dirigeant vers laccueil.  

 

- Ecoute, je sais que ce ntait pas le stage de tes rves mais tu nas pas dautre choix, Kaori., lui rappela-t-il.  

- Je voulais faire mon stage en association!, bouda-t-elle.  

- Je sais mais je ny suis pour rien si celle que tu avais trouve a ferm ses portes du jour au lendemain pour cause de fraude, lui expliqua-t-il.  

- Je narrive pas croire que lon ait pu dtourner largent destin aux enfants en difficult. Cest tellement injuste!, se fcha-t-elle nouveau, attirant lattention de lhtesse.  

 

Habitu, Hideyuki nota leurs noms sur le registre, le but de la visite et la personne visite aprs un bref bonjour. La jeune femme leur tendit deux badges visiteurs et leur indiqua les ascenseurs mme si ce ntait pas utile.  

 

- On pourrait prendre les escaliers, non?, proposa la rouquine.  

- L o on se rend, ascenseur. A moins que tu veuilles monter plus de cinquante tages pieds, se moqua-t-il gentiment delle.  

 

Elle ouvrit les yeux ronds comme des soucoupes et nopposa aucune rsistance lorsquil la poussa dans la cabine. O est-ce quil lemmenait? Il lavait juste appele en cours daprs-midi, lui avait demand, enfin plutt impos, de le rejoindre au commissariat vtue dun tailleur mais, devant partir en runion, ne lui avait pas fourni plus dexplication. Ctait dans son bureau quil lui avait expliqu quils avaient rendez-vous dans une entreprise sans lui en donner le nom et, sils navaient pas t l, face tous ses collgues, elle laurait certainement plant. Soupirant, elle observa les chiffres dfiler sur lcran un instant puis se tourna vers son frre.  

 

- Tu vas me dire o on est et qui on va voir?, lui demanda-t-elle abruptement.  

- On est Tokyo et on va voir ton matre de stage., lui rpondit-il avec un sourire ironique.  

- Hide!, le rabroua-t-elle vertement.  

- On est au sige de lentreprise Saeba et tu vas rencontrer le dirigeant, Monsieur Saeba, qui a un stage te proposer., expliqua-t-il.  

- Quoi?! Lentreprise Saeba? Lune des plus grosses socits au monde? Et je vais bosser pour le superboss?, lcha-t-elle, contenant mal son irritation.  

- Cest une plaisanterie ou quoi? Hide, tu sais trs bien que je refuse de travailler pour des socits qui exploitent les honntes gens et leurs patrons qui prfrent garder leur fric pour se faire construire des piscines ou des villas je-ne-sais-o o ils niront que deux fois dans leurs vies., cracha-t-elle, furieuse.  

- Tu sais au moins de quoi tu parles?, lui rtorqua-t-il.  

- Je men fous. En plus, je suis sr que ton Monsieur Saeba, cest un sale type ventripotent qui fume le cigare, boit des whiskys hyper classes et se tape toutes les nnettes qui passent dans le coin juste parce quil a du fric et que son seul rel intrt dans la vie, cest de suivre le cours de ses actions le matin au rveil assis sur une pile de billets, de prfrence verts!, rpliqua-t-elle, irrite.  

 

Face au regard furieux quil lui adressa, chose si rare de sa part, elle se calma instantanment.  

 

- Je ne tai pas leve ainsi, Kaori Makimura!, la tana-t-il.  

- Je ne tai pas appris juger les gens sans les connatre qui plus est sur des prjugs! Alors jeune fille, tu vas me faire le plaisir de te montrer polie et souriante parce que, si je peux me permettre, et je me le permets, tu nas pas vraiment le choix. Tu dois commencer ton stage lundi, cest--dire dans trois jours, et que, sans cela, tu ne valideras pas ton diplme et gcheras deux ans de ta vie., lui rappela-t-il.  

- Ce nest pas lentreprise de tes rves mais ce ne seront que six mois de ta vie o tu auras vendu ton me au diable. Tu ten remettras., conclut-il.  

 

Kaori observa son frre et referma les lvres quelle avait entrouvertes de surprise. Jamais il ne stait emport ainsi. Il tait toujours si placide gnralement que a lavait stupfaite. Elle se rendit compte galement quelle avait un peu dpass les limites tant sa colre tait grande davoir t prive du stage pour lequel elle avait fait des pieds et des mains parce que la cause lui tenait cur mais surtout pour tous ces enfants lss par ces abus financiers.  

 

- Je te demande pardon, Hide. Jessaierai de bien me comporter., lui promit-elle, repentante.  

- Je comprends ta dception, Kaori, mais laisse une chance ce poste. Ca pourrait ttre profitable., lui demanda-t-il alors que les portes souvraient sur le cinquante-quatrime tage.  

- Je ne vois pas en quoi mais je ferai un effort., concda-t-elle, ce qui amusa Hideyuki.  

 

Sa petite sur avait un caractre fort. Elle savait se montrer aussi irascible que douce, pouvait se montrer une militante acharne et offrir une paule pour pleurer nimporte qui le lui demanderait. Un mtre soixante-dix de contradictions qui navait cess de le proccuper pendant toutes ces annes et le ferait encore pendant celles venir.  

 

Ils avancrent vers le bureau o une secrtaire rangeait des dossiers consciencieusement.  

 

- Bonsoir Asami., la salua Hideyuki la grande surprise de sa sur.  

- Bonsoir Hideyuki, vous pouvez y aller. Il est en conversation tlphonique mais a doit se terminer., leur dit-elle.  

- Merci, bonne soire, Asami.  

- Bonne soire., lui rendit-elle.  

- Bonne soire, Madame., balbutia Kaori, dstabilise.  

 

Elle neut pas le temps dinterroger son frre sur cette nouvelle donne quil la poussait vers la porte dun bureau, louvrant et la laissant passer devant lui. Un court instant, Cinquante Nuances de Grey flasha dans sa mmoire et elle vit la scne de larrive dAnastasia dans le bureau de Christian, simaginant se vautrer par terre et donner des ides bizarres au chef dentreprise Sauf quelle naurait pas la chance de se retrouver avec un beau gosse dans la fleur de lge mais avec un vieux barbon gros ventre et quelle navait aucune envie de se retrouver dans un dlire de domination. Elle frissonna de dgot et jeta un regard critique sur la pice, se faisant une premire impression.  

 

Rprimant un soupir, elle neut aucune envie de spculer sur le cot du mobilier: tout devait tre hors de prix. Rien ne tranait, tout tait sa place, certainement savamment tudi, du diplme suspendu dans un coin de la pice aux couvertures de magazines affichant en grosses lettres le nom de lentreprise. La seule chose qui paraissait manquer tait la photo du bonhomme, pensa-t-elle subrepticement tout comme il manquait dans la pice.  

 

- Assieds-toi., lui fit son frre, lui indiquant une place sur un divan.  

 

Noir, le divan, nota-t-elle avec une grimace. Got du dcorateur ou du propritaire des lieux? Elle rebalaya lendroit des yeux et ny trouva aucune plante verte, aucun objet personnel part le diplme. Le bureau tait dpourvu de cadre photo ou dautres bibelots plus intimes Ctait un endroit froid, impersonnel  

 

- Il est o le superboss? Tu le connais?, chuchota-t-elle.  

- Oui, sois patiente. Il est juste l, prs de la fentre., lui indiqua-t-il.  

 

Elle releva les yeux et tressaillit quand elle croisa un regard sombre et perant pos sur elle. Appuy nonchalamment la fentre dans un coin plong dans lobscurit, il terminait sa conversation tlphonique tout en la regardant. Elle se retint de gigoter sur son sige, nerveuse, alors quelle avait la dsagrable impression dtre dtaille de la tte aux pieds. Elle ne put cependant matriser le lger fard qui teinta ses pommettes avant de finalement russir casser lancrage visuel en baissant les yeux et les posant sagement sur ses mains.  

 

Elle en tait quitte pour le vieux barbon bedonnant. Elle tait tombe sur Mister Beau-Gosse. Celui-l tait beaucoup moins rebutant mais dautant plus dangereux. Pour le peu quelle en avait vu cause du faible clairage, il tait grand, muscl, charismatique. Bref, il avait tout pour plaire. Reprenant contenance, elle se jura de ne pas tomber dans le clich de la secrtaire qui samourache de son milliardaire de patron. De toute faon, elle ntait l que pour six mois, le temps de son stage. Aprs, elle prendrait ses cliques et ses claques et, diplme en poche, se trouverait un travail dans une association ou une entreprise dont les valeurs lui conviendraient.  

 

- Lets do that. Come back to me ASAP. See you, bye. (Faisons cela. Reviens vers moi aussi vite que possible. A plus, au revoir), entendit-elle soudain.  

 

Elle releva le visage et vit Mister Beau-Gosse avancer vers eux, jetant au passage son oreillette sur son bureau. Hide se levant, elle limita, lissant son pantalon pour calmer sa nervosit.  

 

- Salut lami. Ca faisait longtemps., laccueillit Mister Monsieur Saeba, se reprit-elle.  

 

Elle avait promis Hide de se montrer polie alors autant essayer de le faire en pense galement.  

 

- La faute qui? Je ne suis pas celui qui parcourt le monde longueur danne. Tu sais o me trouver quand tu es l., rpliqua son frre avec un sourire amical.  

- Jaimerais bien mais cest difficile de se poser. Ta sur, je suppose., fit le businessman, se tournant vers elle.  

- Oui, Kaori. Kaori, je te prsente Ryo, mon ami et ton futur matre de stage., les prsenta Hide.  

- Bonsoir, monsieur Saeba., le salua-t-elle poliment, avanant vers lui la main tendue.  

 

Amus, il prit la main dans la sienne et la serra doucement. Il lavait bien observe depuis quelle tait entre dans la pice, sattardant peu sur celui quil connaissait depuis des annes. Il avait not son regard scrutateur sur son environnement et vu la note de dsapprobation dans son regard. Il se demandait ce qui la gnait dans cet environnement. Il avait tudi les traits de son visage quelle ne cherchait pas vraiment matriser, son attitude gnrale, la gestuelle de ses mains, la faon dont elle avait serr les jambes puis ses yeux staient attards sur les lignes de ses lvres, son pch mignon chez une femme. Enfin, il avait crois son regard et senti cette connexion qui avait eu lieu pendant quelques secondes. Il ne pouvait quadmettre que, mme si elle tait un peu trop jeune son got, il tait en prsence dun joli brin de femme qui allait bientt clore ds quelle pouserait la vraie vie en sortant des bancs de lcole.  

 

- Enchant Kaori. Premire consigne: ne me donne pas du Monsieur. Appelle-moi Ryo comme le fait Asami avec qui tu travailleras en troite collaboration., lui dit-il.  

- Bien Monsieur., rpondit-elle, recevant un regard svre de sa part.  

- Euh, je veux dire: bien Ryo., balbutia-t-elle.  

- Bon alors quest-ce qui tamne jusqu moi?, linterrogea-t-il, prenant place dans un fauteuil et les invitant sasseoir leur tour.  

 

Kaori regarda son frre qui lincita parler dun signe de tte.  

 

- Javais trouv un stage dans une association mais jai appris hier quelle fermait pour cause de dtournement., avoua Kaori, serrant les poings de colre.  

- Etant en deuxime anne de secrtariat, je dois absolument commencer un stage lundi pour valider mon diplme., expliqua-t-elle.  

- Donc ton frre ma tlphon pour faire jouer ses relations?, lui demanda-t-il, la scrutant du regard, impassible.  

 

Il la vit redresser le menton firement, plissant les lvres de mpris contre une telle supposition.  

 

- Non! Ce nest pas aussi simple. Jai pass toute la journe dhier et la matine tlphoner toutes les associations de la ville et les entreprises que je visais pour dcrocher un stage mais mais je nai rien trouv., admit-elle, visiblement due.  

- Je lui avais dj propos dappeler au moment o elle cherchait son stage puis encore hier mais elle voulait se dbrouiller seule., intervint Hide.  

- Daccord. Dis-moi pourquoi je devrais te prendre?, lui demanda Ryo.  

- Je reois des candidatures la pelle alors pourquoi toi plutt quune autre?  

 

Il vit la colre flasher dans son regard donnant un aspect flamboyant la couleur noisette de ses yeux. Ses lvres taient pinces comme si elle cherchait les verrouiller pour ne rien laisser sortir et, en juger le regard inquiet dHide sur elle, si elle parlait, il en prendrait pour son grade. Lide lamusa mais il nen laissa rien paratre.  

 

Va te faire voir avec tes millions fut la premire rponse qui lui vint en tte mais elle la rprima difficilement tout comme laccs de colre qui allait avec ainsi que les jolis adjectifs qualificatifs qui clatrent comme des bulles dans son esprit du genre arrogant, prtentieux, pdant, gocentrique Elle se fora plaquer un sourire sur ses lvres avec bien des difficults avant de rpondre:  

 

- Mises part mes comptences linguistiques et dactylographiques qui, je pense, sont souvent mises en avant par tous les candidats, je peux vous promettre de ne pas men laisser conter par nimporte qui qui souhaiterait vous joindre, tre en mesure de rembarrer vertement ceux qui le mriteraient et darrondir les angles avec toute personne mcontente de ne pouvoir vous joindre directement en plus deffectuer un travail efficace et rigoureux., rpondit-elle dune voix pose.  

- Donc tu nas pas peur de te retrouver face quelquun dont la position est plus importante que la tienne?, la piqua-t-il.  

- Toute est question de relativit, Ryo., rpliqua-t-elle philosophiquement.  

 

Tac dans tes dents, mon coco, pensa-t-elle, rprimant un sourire satisfait mais ne pouvant empcher son regard de parler pour elle. Elle fut donc lgrement surprise de voir le coin de ses lvres se relever.  

 

- Trs bien. Alors si je te demande ce que tu penses de mon bureau, que me rpondrais-tu?, linterrogea-t-il, se penchant en avant, les bras sur les genoux.  

 

Kaori embrassa le regard du dcor une dernire fois avant de regarder lhomme droit dans les yeux. Elle allait devoir faire une croix sur son stage mais, tant pis, elle avait sa conscience.  

 

- Le dcorateur dintrieur a fait du bon travail pour vous faire passer pour quelquun de froid et austre que rien nintresse part sa petite entreprise et son fric., rpondit-elle sans faillir.  

 

Dsole, Hide, je ne pouvais pas faire autrement, sexcusa-t-elle mentalement auprs de son frre qui lcha un grognement de frustration. Elle ne quitta pas un seul instant le regard de son interlocuteur, souhaitant ainsi lui montrer quelle assumait son propos du haut de ses dix-neuf ans et de sa position dinfriorit. Si elle le pouvait, elle taclerait lescabeau sur lequel il tait mont rien que pour lui montrer ce qutait linfriorit, tiens.  

 

- Daccord. Tu tayes ton propos, sil te plat?, linvita-t-il, se laissant aller dans le fauteuil, un sourire aux lvres.  

 

Il samusait comme rarement. Sa petite entreprise pesait juste quelques milliards de dollars et employait des milliers demploys dans le monde mais tout tait question de relativit, se moqua-t-il, reprenant son expression. Il lavait bien cherch aprs tout. Ctait intrigant voire jouissif dune certaine manire de se voir au travers des yeux dune gamine, gamine aux formes apprciables, nota-t-il alors quelle se levait, et qui ne semblait pas impressionne par sa notorit ni sa position dans la socit, ce qui tait rare.  

 

- Vos magazines-l, ils talent en grand la renomme de votre socit mais vous napparaissez nulle part., lui fit-elle remarquer.  

- Je naime pas faire la une des magazines. Jen ai dj bien assez avec les paparazzis., luda-t-il, une lueur de mpris dans le regard.  

- Peut-tre mais en attendant, cest bien vous qui la dirigez cette entreprise, pas un drode vous ressemblant appliquant des schmas prprogramms base de lignes de codes et de lois mathmatiques auxquelles la plupart des mortels ne comprennent rien. Il y a de lhumain dans vos dcisions, non? Sinon mon frre ne serait pas votre ami., rpliqua-t-elle, se tournant vers lui.  

- Je vois le propos. Ensuite., linvita-t-il continuer, se levant son tour puisquelle partait vers le fond de son bureau.  

 

Elle sarrta devant le cadre affichant son diplme de lUniversit de Stanford obtenu cinq ans plus tt et il simmobilisa juste derrire elle, sentant son parfum lger taquiner ses narines.  

 

- Cest un vrai., souffla-t-il alors quelle lexaminait attentivement.  

 

Elle ne put sempcher de tressaillir en se rendant compte quel point il tait proche delle.  

 

- Je Je nen doute pas mais vous tes revenu tout bronz et un peu plus lger financirement ou les bancs de luniversit vous ont vraiment connu?, lui demanda-t-elle, tournant peine le visage vers lui.  

- Kaori Makimura!, strangla Hideyuki, approchant de sa sur, outr.  

 

Ryo lui fit signe de rester o il tait, lui adressant un regard amus. Elle navait pas froid aux yeux, assumait ses ides et ctait frais et rafrachissant alors que la plupart des gens le brossait dans le sens du poil pour obtenir ses faveurs.  

 

- Stanford tant en Californie, je suis revenu bronz, allg financirement puisque jy ai fait mon premier investissement qui sest avr un chec monumental et, oui, jai cir les bancs de lcole parce que je connaissais les responsabilits qui mincombaient par la suite., lui rpondit-il calmement.  

- Pour tout tavouer, je ne voulais pas lafficher mais le dcorateur en a parl mon pre qui ne ma pas laiss le choix. Jai russi ce que ce soit nanmoins le seul., ajouta-t-il.  

- Parce que vous avez dautres diplmes?, stonna-t-elle.  

- Aurais-je russi timpressionner?, rpliqua-t-il.  

 

Elle ouvrit la bouche et la referma, consciente que toute rplique acerbe serait malvenue et totalement injustifie.  

 

- Un point pour vous., lui concda-t-elle gracieusement.  

- Merci., rpondit-il obligeamment.  

- Je pense quon peut en rester l pour la dmonstration., lui proposa-t-il.  

- A moins que tu naies des choses dire sur ma personne, suggra-t-il dun air de dfi.  

 

Hideyuki lobservait attentivement et Kaori secoua ngativement la tte, prfrant se taire que de rpondre au challenge. De toute faon, elle navait pas encore bien cern le personnage et se serait avance de manire bien trop imprudente. Qui plus tait, ctait lami de son frre qui elle avait promis dtre polie et souriante. Elle stait certainement dj assez faite remarquer son got, pensa-t-elle, regagnant sa place dun geste galant de Ryo.  

 

- Tu nas rien dire, Kaori?, lui demanda son frre, un sourcil lev.  

- Non, que voudrais-tu que je dise?, lui demanda-t-elle, stonnant de son regard amus.  

- Je ne sais pas: o est le vieux barbon ventripotent qui fume des cigares et boit des whiskys hors de prix en comptant ses liasses de billets par exemple?, la taquina-t-il.  

 

Ryo la vit rougir comme une tomate cette question et, en juger le sourire amus de son ami, il sagissait dune plaisanterie entre eux.  

 

- Pour le whisky, je plaide coupable mais pour le reste, du tout. Je ne fume pas, je ne compte pas mes billets longueur de journe ni ne passe mon temps scotch mon cran dordinateur pour voir dfiler les zros de mon compte bancaire et je fais du sport rgulirement et pas quen chambre., prcisa-t-il, narquois, satisfait de la voir grimper de quelques tons supplmentaires.  

 

Gne, Kaori trouva cependant la ressource de se lever et de lui adresser un regard sentencieux.  

 

- Ce que vous faites de vos soires ne me regarde pas. Jai cru comprendre que vous ne vous tiez pas vus depuis longtemps alors je vous laisse. Bonne soire., fit-elle dun ton pinc avant de se diriger vers la sortie.  

- Kaori!, linterpela Ryo alors quelle ouvrait la porte.  

 

Elle nen avait pas envie mais, par loyaut pour son frre, elle se retourna, lair ferm, prte se faire rabrouer.  

 

- A lundi huit heures. Vois avec Asami pour les dtails si elle est encore l, sinon a attendra lundi., lui apprit-il.  

 

Surprise puis soulage de ne pas avoir tout fichu par terre, elle laissa un sourire lumineux clairer ses traits.  

 

- Merci. A lundi, Ryo., le salua-t-elle, refermant la porte derrire elle.  

- Sacre bout de femme que tu as l, lami. Je ne mimaginais pas quelle tait dj si grande., fit-il remarquer Hide.  

- Oui, elle a grandi et elle a un caractre bien tremp. Je lui demande dapprendre se matriser mais ce nest pas toujours vident. Jespre quelle ne te causera pas de souci., sinquita le frre.  

- Ne tinquite pas. Elle a lentiret de la jeunesse. Ca se calmera avec le temps. On a t jeunes tous les deux Enfin, jai t jeune. Toi, tas toujours t vieux., le taquina Ryo, sattirant un regard noir de son ami.  

- On va boire un verre?, lui proposa-t-il.  

- Je dois ramener Kaori., rpondit Hideyuki.  

- Elle est grande, non? Elle peut prendre le mtro., lui opposa le businessman.  

 

Hide regarda son ami, se demandant lge quil donnait sa sur. Devait-il sinquiter? Il connaissait ses petits penchants pour la gente fminine et tait tiraill entre son envie de faire confiance son ami et celle de protger Kaori.  

 

- Elle est encore mineure, Ryo. Elle est sous ma responsabilit., lui rappela-t-il.  

- Bon daccord Je dois bien avoir encore le numro de Saeko quelque part., fit-il, sortant son tlphone portable et composant le numro.  

 

Un lger sourire aux lvres, il ne quittait pas des yeux lhomme face lui alors quil appelait la femme pour laquelle ils se battaient depuis le lyce et qui en jouait bien dailleurs.  

 

- Saeko, mon amour Toujours aussi amoureuse de moi ce que je vois. On va boire un verre tous les deux? Oui. Trs bien, je rserve une chambre au Sun city. A vingt heures au bar., fit-il, narquois.  

- Tu as eu le droit des mots damour?, se moqua Hideyuki.  

- Si dans tes rves et tu vas tter de mes couteaux en font partie, oui, mais elle a accept le verre., rpondit Ryo, hilare.  

- Bon, tu connais le lieu et lheure. Libre toi de nous rejoindre., lui proposa-t-il plus srieusement.  

- A tout lheure, Ryo., le salua Hide, acceptant implicitement linvitation.  

 

Il retrouva sa sur en pleine lecture dun dossier, assise dans lun des fauteuils du hall, et, dun signe de tte, lui indiqua quils partaient.  

 

- Tu ne mnageras jamais mes nerfs, toi, samusa-t-il.  

- Dsole Je ne voulais pas quil se croit tout permis avec ses airs snobs., sexcusa-t-elle.  

- Kaori Ne juge pas trop vite. Ryo est quelquun de bien., dfendit-il son ami.  

- Si tu le dis, pipa-t-elle.  

- Es-tu quand mme soulage davoir trouv un stage?, sinquita-t-il.  

- Oui, bien sr que oui. Jai discut un peu avec Asami. Elle a lair trs gentille et comptente. Tu as peut-tre raison. Jen tirerai certainement quelque chose, peut-tre plus quun stage photocopies., admit-elle.  

- Ca fait longtemps quAsami travaille l. Ecoute-la et sois patiente. Si a ne te plat pas, dis-toi que six mois, cest peu dans une vie. Peut-tre que tout cela te donnera envie de continuer tes tudes un an de plus., soupira-t-il.  

 

A cette vocation, le visage de la jeune femme se ferma au grand dsespoir de son frre.  

 

- Tu sais trs bien que je ne veux pas. Je veux travailler., lui opposa-t-elle.  

- Mais tu obtiendrais certainement un meilleur travail avec une qualification supplmentaire., lui opposa-t-il.  

- Mais je ne veux plus tudier., reprit-elle, bute.  

- Ce que tu peux tre bourrique, lcha-t-il, exaspr.  

 

Le reste du trajet jusquau commissariat o tait gare la voiture dHideyuki se fit dans le plus grand silence, chacun mditant de son ct.  

 

- Je ne comprends pas ton enttement ne pas vouloir poursuivre tes tudes. Tu as de bonnes capacits. Je voudrais que tu en profites. Mais soit, fais comme tu le sens. Jespre que tu ne le regretteras pas plus tard., soupira-t-il alors quils faisaient le trajet vers leur appartement.  

- Tu tu nas jamais eu de regrets? Je veux dire, tu as d toccuper de moi la mort de papa. Tu avais peut-tre dautres projets., lui demanda-t-elle, les yeux baisss.  

- Non jamais, tu es ma sur, ma famille. Jaurais eu des regrets laisser les services sociaux nous loigner lun de lautre mais pas de te garder mme si a na pas toujours t facile. Profite de ta vie, Kaori., lui suggra-t-il.  

- Tu es jeune, belle et intelligente. Profite.  

- Tu devrais songer suivre tes propres conseils, tu sais., lui retourna-t-elle, touche.  

- Tu nas plus toccuper de moi temps plein. Jai grandi, Hide. Je peux voler de mes propres ailes., ajouta-t-elle.  

- Je sais. Cest juste un peu dur de ne plus voir en toi la petite fille., lui avoua-t-il.  

 

Ils montrent jusqu leur appartement o ils dnrent rapidement.  

 

- Eriko ma demand de passer chez elle ce soir. Ca te drange? Tu veux que je reste ici avec toi?, lui demanda-t-elle en faisant la vaisselle.  

 

Hideyuki la fixa un moment perdu dans ses penses, repensant linvitation de son ami quil sapprtait dcliner malgr le fait que, sil ny allait pas, Saeko serait seule avec lui.  

 

- Non, vas-y. Je sors aussi de mon ct., finit-il par rpondre, changeant davis  

- Tu restes dormir chez elle ou tu rentres?, linterrogea-t-il.  

- Je pense que je vais rentrer mais, si ce nest pas le cas, je laisserai un message sur le rpondeur. Ca te va?  

 

Il acquiesa et, peu aprs, chacun partit de son ct.  

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78


 

 

 

 

 

   Angelus City 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de