Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: Mercury80

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 33 capitoli

Pubblicato: 21-01-21

Ultimo aggiornamento: 24-02-21

 

Commenti: 12 reviews

» Ecrire une review

 

Romance

 

Riassunto: AU : Quand le coeur entre dans le monde des affaires...

 

Disclaimer: Les personnages de "Roi de pique, dame de coeur" sont la proprit exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

The link to ask for access to the NC-17 section sends an email with the wrong email address.

 

That's because you haven't configured Outlook correctly. It uses the default email. In that case, send me an email with the correct email address and put in the subject "NC17-ID:" + your ID. And respect all the other instructions.

 

 

   Fanfiction :: Roi de pique, dame de coeur

 

Capitolo 5 :: Chapitre 5

Pubblicato: 25-01-21 - Ultimo aggiornamento: 25-01-21

Commenti: Bonjour, voici la suite de l'histoire. Bonne lecture et merci pour vos commentaires^^

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33


 

Chapitre 5  

 

Kaori raccrocha et dglutit pniblement. Ctait le grand saut et elle devait avouer quelle avait le vertige rien que dy penser. Elle se rappela tout ce quAsami lui avait enseign en une dizaine de jours et releva le menton. Elle pouvait le faire. Elle pouvait pallier son absence imprvue. Elle ouvrit lagenda et vrifia tout ce qui tait prvu. Runion sur runion, elle en connaissait un qui allait tre ravi Sans tarder, elle alla prparer la salle pour la premire.  

 

- Cest pas vrai. Le rtroprojecteur ne fonctionne pas, grommela-t-elle.  

 

Elle changea les piles de la tlcommande, retenta mais a ne marcha toujours pas. Elle rappuya sur le bouton plusieurs fois sans succs et abdiqua. Elle retourna son bureau et appela le service technique.  

 

- Bonjour, cest Kaori la direction gnrale. Le rtroprojecteur de la salle de runion est en panne. Il faut le remplacer, sil vous plat., demanda-t-elle poliment.  

- Cest not. On viendra dans la journe., lui rpondit-on avant de raccrocher.  

 

Elle regarda le combin et sentit la colre monter. Quelle impolitesse Elle recomposa le numro.  

 

- Oui.  

- Le rtroprojecteur, cest pas dans la journe. Cest maintenant! Et si vous pensez que je plaisante, je peux descendre et vous montrer que je suis trs srieuse., lui assna-t-elle.  

- Eh! Cest pas vous qui  

- Qui quoi?, demanda Ryo de son ton le plus ferme.  

 

Il avait pris le tlphone des mains de sa stagiaire en la voyant fche peine arriv. Il entendit un blanc au tlphone puis:  

 

- On arrive tout de suite, Monsieur Saeba., entendit-il.  

- La prochaine fois, je prfre ne pas avoir intervenir.  

- Oui, Monsieur., bredouilla son interlocuteur.  

- Jaurais prfr que tu ninterviennes pas., lui fit remarquer Kaori, les sourcils froncs aprs quil eut raccroch.  

- De rien, je ten prie., rpondit-il, moqueur.  

- Je naurai plus le faire la prochaine fois. Ils auront compris le message et, bizarrement, pour leur scurit, je pense quil valait mieux que jintervienne. Qui sait ce que tu aurais pu faire l-bas?, la taquina-t-il.  

- Moi? Rien du tout. Je suis la gentillesse incarne, tu oublies?, rpliqua-t-elle, malicieuse.  

- Il y a un proverbe qui dit quil faut toujours se mfier de leau qui dort. Jai comme dans lide quil sappliquerait trs bien toi aussi., pensa-t-il tout haut avant de rejoindre son bureau.  

 

Se demandant ce quil entendait par l, elle le regarda gagner son bureau et fermer la porte. Lascenseur souvrant, elle se dirigea vers les deux hommes qui arrivrent avec un chariot et les dirigea vers la salle de runion.  

 

- La runion commence dans un quart dheure. Ce sera fait?, leur demanda-t-elle.  

- Oui. On fera le ncessaire., lui assura lun des deux, lanant un regard inquiet derrire elle.  

 

Elle se retourna mais ne vit personne. Ils devaient certainement apprhender de voir apparatre le big boss. Souhaitant tre son poste pour les premires arrives de participants, elle se dpcha de prendre les dossiers et daller voir Ryo.  

 

- Oui, on se voit ce soir. Dix-neuf heures dans le hall du Hilton. Moi aussi, jai hte de te voir Maya. A ce soir., fit-il avant de raccrocher.  

 

Le cur serr, Kaori se recomposa une attitude neutre et approcha du bureau. Il avait une vie et elle devait tre bien remplie mme avec des femmes plus ges et plus intressantes quelle.  

 

- Pour ce soir, on va devoir raccourcir notre entrevue., lui indiqua Ryo.  

- On peut carrment annuler. Ca te laissera le temps de finir ta journe tranquillement., lui proposa-t-elle dun ton neutre.  

 

Elle ignora son regard perplexe et posa les dossiers sur le plateau.  

 

- Ce sont tous les dossiers pour les runions de la journe dans lordre. La premire commence dans dix minutes. Asami a tlphon. Elle est malade, couche au fond de son lit. Elle espre que a ira mieux dici la fin du week-end pour pouvoir revenir lundi. Il y a des incidents la frontire orientale turque. Je tai fait un topo pour expliquer les enjeux et refaire un point sur les deux filiales qui sont situes non loin., lui expliqua-t-elle.  

- Je voudrais que tu viennes la deuxime runion. Tu peux te librer?, lui demanda-t-il.  

 

Elle lobserva, se posant mille questions sur cette Maya. Elle sentait la jalousie, a ne pouvait tre que cela, monter et se demandait si elle serait capable de la contrler. Elle ne pouvait pas risquer de perturber une runion ni de sy montrer absente.  

 

- Tu as tout autant de runions lundi. Je dois les prparer. Je ne pourrai pas tout faire et ce week-end, jai promis mon amie dtre disponible pour des essayages. Je ne pourrai donc pas travailler pour compenser le temps pass en runion aujourdhui., rpondit-elle trs professionnellement.  

- On remettra cela. Commande-nous manger pour ce midi si tu nas rien de prvu. Ce sera le seul moment o on pourra dbriefer.  

- Ce sera fait. Il faut que jaille vrifier que le service technique a fini., lui apprit-elle, se retirant.  

- Kaori, tu es sre que tout va bien?, linterrogea-t-il alors quelle tait la porte.  

- Oui, oui. Je stresse un peu pour la journe, cest tout., rpliqua-t-elle sans mme se retourner.  

 

Elle sortit de l et se dirigea vers la salle de runion o les deux hommes venaient de remballer lancien rtroprojecteur.  

 

- Voil, cest fait. On est dsols, Mademoiselle. On navait pas compris lurgence., sexcusa lun des deux.  

- Ce nest pas grave. Le principal, cest que la runion puisse avoir lieu dans de bonnes conditions., fit-elle avec un sourire.  

 

Ils la salurent et sortirent au moment o les premiers intervenants arrivaient.  

 

- Toujours aussi radieuse, Kaori., la flatta Choei, lhomme qui lavait une fois invite djeuner.  

- Merci. Je vous en prie, prenez place. La runion commencera ds que tout le monde sera l., lui indiqua-t-elle.  

- Je vais aller saluer Ryo avant., lui fit-il savoir, se dirigeant vers son bureau.  

- Vous perdriez votre temps et le sien. Il est occup, alors allez prendre place avec les autres, sil vous plat., lui demanda-t-elle dun ton ferme, sinterposant entre lui et la porte.  

- Voyons, ce nest quune salutation amicale., la cajola-t-il.  

- Qui aura lieu dans la salle de runion, Choei., lui dit-elle, accompagnant ses paroles dun regard dtermin.  

- Vous savez que vous tes trs jolie. Nous pourrions peut-tre aller dner ensemble ce soir., lui proposa-t-il, charmeur.  

- Je ne suis pas disponible pour occuper vos soires, cher Monsieur, et jai dautres choses faire que de rpondre vos sollicitations personnelles en journe. Alors rejoignez les autres, je vous prie., lui ordonna-t-elle.  

 

Le visage de lhomme se ferma.  

 

- Tu nes quune petite stagiaire ici alors reste ta place, compris?, lui assna-t-il.  

- La petite stagiaire est l pour faire son travail comme vous et mon travail est de vous dire daller dans cette salle avec les autres pour assister la runion que vous retardez., lui apprit-elle, matrisant difficilement sa colre.  

 

Bien quengage dans cette dplaisante conversation, elle avait bien vu dfiler les arrivants et savait quelle devait aller prvenir Ryo que la runion pouvait commencer mais elle savait aussi quelle devait empcher lhomme de rentrer dans le bureau vis sous peine que la runion prenne beaucoup plus de retard.  

 

- Tu vas me parler sur un autre ton. Vu ta place et ma place, tu me dois le respect!, rtorqua-t-il, furieux, tentant de la contourner.  

- Vu votre place, je mattendais un peu plus de retenue dans votre faon dagir, Monsieur le Directeur du service juridique., se dfendit-elle.  

- Cest quoi ce boucan?! Kaori, la runion ne peut pas commencer? Qui attend-on encore?, demanda Ryo, les sourcils froncs de la porte de son bureau.  

- Nous attendons que Monsieur le Directeur du service juridique consente bien vouloir rejoindre ses collgues dans la salle de runion plutt que de faire un forcing dans ton bureau., rpondit-elle, ne quittant pas limportun du regard.  

- Ryo, je voulais te parler., fit Choei dun ton obsquieux.  

- Je nai pas le temps. Jai une runion tenir que tu viens de mettre sacrment en retard, ce qui va retarder les runions qui doivent suivre. Rejoins les autres, je te prie., lui ordonna le dirigeant.  

 

Serrant les dents, lhomme tourna les talons et rejoignit le groupe dj en place.  

 

- Je suis dsole., pipa Kaori, mal laise.  

- Tu nas pas ltre. Tu tes trs bien dfendue. Cest pour cela que je ne suis pas intervenu plus tt. Moi aussi, japprends., lui dit-il, lui adressant un clin doeil avant de rejoindre les autres participants dans la salle de runion.  

 

Il observa toutes les personnes autour de la table et entama la runion. Il ferait une piqre de rappel Choei la fin mme si a devait le retarder un peu plus mais il ne pouvait lui permettre davoir avec Kaori une attitude quil navait pas avec Asami tout simplement parce quelle tait jeune et uniquement de passage. Il avait entendu toute la conversation, la porte tant reste lgrement entrouverte. Il navait dj pas apprci quand il avait voulu linviter djeuner ds le premier jour mais lentendant recommencer, il stait lev, prt intervenir, se retenant de le faire en se rappelant sa raction avec le service technique. Il devait apprendre lui faire confiance. Il ntait pas Hideyuki. Il navait aucun droit sur elle. Il avait t fier de voir quelle ne se dmontait pas et accomplissait sa tche mais, quand le ton tait mont, que son poing avait commenc le dmanger aux paroles dsagrables voire menaantes de son directeur, il navait pu sempcher de sortir de sa cachette en faisant tout pour ne pas la dcrdibiliser. Elle devait aussi faire sa place aprs tout.  

 

Kaori se plongea dans les dossiers pour la runion du lundi, ajustant les graphiques, rsumant les diffrents rapports reus, organisant les informations tel quAsami lui avait expliqu, permettant une lecture plus rapide. Elle traita les urgences, organisa les dplacements venir de Ryo et consultait le courrier quand la runion se termina. Reposant les enveloppes, elle ferma consciencieusement sa session et enfila loreillette, prte aller grer la salle avant lautre runion prvue vingt minutes plus tard. La porte se referma derrire le flot mais elle vit Ryo debout face Choei, le visage srieux, et se demanda de quoi ils pouvaient bien parler.  

 

- Ton attitude de tout lheure a t inadmissible. Tu ne te permettrais jamais ce genre de choses avec Asami., lui reprocha Ryo.  

- Je voulais juste te saluer. Il ny a rien de mal cela. Ton pre apprciait., lui rpondit Choei avec un regard peu amne.  

- Mon pre avait sa faon de grer les choses, jen ai une autre. Jai t clair ds le dpart et Asami et Kaori ne font quappliquer mes consignes. Donc tiens-toi pour dit que ce quelles disent, cest moi qui le dis., lui rappela-t-il.  

- Et surtout ne tavise plus de rabaisser Kaori de la sorte ni de linviter djeuner ou dner. Je nai pas envie davoir une accusation pour harclement sexuel dans mon entreprise., lui conseilla le dirigeant.  

- La belle excuse Tu veux te la garder pour ton exclusivit plutt., ricana lautre.  

- Choei, encore une remarque de ce genre et je te mets la porte. Cest inadmissible pour quelquun dans ta position., lavertit Ryo.  

- Ton pre ne te laissera pas faire., gronda son interlocuteur.  

- Au cas o tu ne laurais pas encore compris, mon pre ne dirige plus cette socit. Je ne te retiens pas plus longtemps., lui dit-il dun ton sec, allant jusqu la porte et louvrant, linvitant partir.  

 

Le directeur du service juridique le dvisagea un instant puis sen alla, fch. Aprs stre assur quil avait bien pris lascenseur, Ryo se dirigea vers les fentres et les ouvrit pour faire entrer lair frais dont il avait besoin pour se calmer.  

 

- Je peux entrer?, entendit-il derrire lui.  

- Oui, vas-y., murmura-t-il.  

 

Kaori entra et, voyant les fentres dj ouvertes, gra le reste, tentant de se faire le plus discrte possible. Elle finit par ramener les dossiers quelle disposa autour de la table alors que Ryo navait toujours pas boug de l o il tait, observant Tokyo qui stendait leurs pieds. Hsitant, elle finit par aller vers lui.  

 

- Ca va?, senquit-elle doucement.  

- Je peux appeler tout le monde et dcaler la runion sil le faut., lui proposa-t-elle.  

 

Elle tressaillit sous le regard quil posa sur elle, se demandant ce qui pouvait le rendre aussi srieux. Ryo lobserva, se demandant pourquoi il ragissait autant quand a la concernait. Prenait-il la responsabilit dHide lorsque Kaori lui tait confie? Etait-ce de lamiti ou plus? Sil partait du principe que ctait plus, que pouvait-il en faire? Peut-tre tait-ce mieux de le mettre sur le compte de lamiti Il poussa un long soupir frustr.  

 

- Ecoute sil faut arrondir les angles avec Choei, je peux faire leffort daller djeuner ou dner avec lui. Un repas, ce nest pas grand-chose. Si avec une heure de mon temps, a peut passer, je peux le faire., lui proposa-t-elle.  

- Ne vends jamais ton corps ou ton me pour ce travail, Kaori. Un Choei attend beaucoup plus de toi quun simple repas. Noublie jamais cela., lui dit-il dune voix douce.  

 

Il dut se rfrner pour ne pas porter la main son visage et le caresser. Il avait envie de sa douceur.  

 

- Mais vous avez eu une discussion la fin et je doute quelle ait t amicale., lui opposa-t-elle.  

- En effet. On discutait des diffrences managriales entre mon tuteur et moi. Cest difficile de prendre la suite en imposant sa faon de faire. Lui et moi navons jamais eu la mme vision des choses et cest compliqu de leur faire accepter le changement. Tu crois que je commets une erreur en voulant changer les choses?, lui demanda-t-il.  

 

Il se surprit lui-mme aprs avoir pos la question. Elle tait la premire avec qui il en parlait vraiment. Il ne voulait mme pas se demander pourquoi. Savoir quelle lui rpondrait honntement tait une justification suffisante pour lui.  

 

- Je pense quon ne fait pas derreur quand on ne balaye pas tout simplement par esprit de contradiction. Je sais de quoi je parle puisque jen reviens., plaisanta-t-elle.  

- Tu es intelligent, Ryo. Tu as une vision des choses plutt humaine. Tu sais faire les bons choix. Pourquoi nas-tu pas suivi la manire en place?, lui demanda-t-elle.  

- Elle ne me convenait pas. Je la trouvais trop froide, directive. Tout se jouait sur le pouvoir des uns et des autres. Ce ntait pas des quipes qui collaboraient mais des subalternes qui se tiraient dans les pattes quand ils ne se tenaient simplement pas lcart. Moi, je voudrais quils aient le sentiment que cette entreprise, cest un peu la leur et pas seulement parce quelle les rmunre. Je pense quon a tous y gagner., rsuma-t-il.  

- Continue laisser parler ton cur. Il savre un trs bon businessman., le taquina-t-elle.  

 

Il lobserva et lut de lapprobation dans son regard, ce qui le soulagea.  

 

- Rappelle-moi de tembaucher quand tu auras fini tes tudes. Je te mettrai l, dit-il, tapotant son paule droite.  

- Tu seras la petite voix de ma conscience.  

- Je risque dtre un peu lourde pour ton paule., rit-elle.  

- Je te mettrai sur mes genoux alors., rpondit-il dune voix suave.  

 

Leurs regards saccrochrent un moment comme hypnotiss et ne se sparrent que lorsquelle entendit les portes de lascenseur souvrir.  

 

- Je dois y aller., murmura-t-elle, sentant ses pommettes chauffer.  

- Vas-y, je reste ici., lui rpondit-il mi-voix, contemplant ses lvres.  

 

Il la regarda partir et, se tournant vers la fentre, se frotta la nuque, se demandant ce quil lui avait pris dun coup. Poussant un soupir, il referma les fentres et se positionna en tte de table, ouvrant rapidement le dossier pour se remettre en tte le sujet. Les trois personnes attendues entrrent dans la salle, surprises de le trouver dj l les attendre.  

 

- Dsol pour le retard., sexcusrent-elles.  

- Vous ntes pas en retard. La runion prcdente vient juste de se terminer., dit-il, faisant un signe de tte Kaori en la voyant fermer la porte en silence.  

 

La runion se passa sans encombres. Ryo aurait aim avoir Kaori dans cette prsentation et voir sa raction au projet qui se mettait en place. Ctait un projet confidentiel quil avait lanc deux ans auparavant mobilisant une quipe rduite quil grait directement. Quand il avait vu cette runion planifie, il savait quil la voulait mais elle navait pas pu parce quelle avait dautres tches prparer. Soudain, il se leva sans un mot sous le regard bahi des trois personnes prsentes et sortit de la salle de runion.  

 

- Viens., dit-il son assistante, se plantant devant son bureau.  

- O?  

- A la runion. Je ty veux. On a presque fini mais je veux que tu le vois et que tu me dises ce que tu en penses., lui expliqua-t-il.  

- Jai du travail., lui opposa-t-elle.  

- Moi aussi alors vite de me faire perdre mon temps., rpliqua-t-il.  

 

Elle aurait pu soffusquer si, dans le mme temps, son regard navait pas t malicieux. Elle ferma sa session et le suivit. Il referma la porte derrire elle et linvita sasseoir, reprenant sa place do il pourrait mieux lobserver.  

 

- Haneki, sil te plat, fais un expos rapide de notre projet Kaori. Kaori, ce que tu vas voir l est lun des secrets les mieux gards de la bote. Je compte sur ta discrtion., lui apprit Ryo.  

 

Elle acquiesa et se tourna vers le jeune homme qui lui indiqua de regarder lcran.  

 

- Alors, voici notre usine de Sapporo. Nous y produisons des composants lectroniques revendus certaines filiales pour utilisation dans le domaine mdical, de la tlphonie, de lautomobile et autres. Lusine a t construite il y a soixante ans maintenant et lappareil de production a t modernis plusieurs reprises., commena le jeune homme.  

- Il faut que tu saches que tout est parti de l-bas avec mon grand-pre et dix salaris quand lutilisation de composants lectroniques sest rpandue. Aujourdhui, ce sont trois-cent-cinquante employs qui y travaillent., intervint Ryo.  

- Le projet sur lequel Ryo nous a demand de plancher est de trouver une manire de moderniser lusine afin den rduire les cots en terme dnergie et dhumain., reprit Haneki.  

 

Amus, Ryo vit Kaori serrer le rebord de la table sen blanchir les jointures. Il simaginait bien que, dans sa tte, elle simaginait dj voir le nombre de personnes rduit aprs cette rorganisation comme ctait souvent la ralit cache derrire ce mot.  

 

- Ecoute jusquau bout avant de me sauter la gorge., lui demanda-t-il.  

- En fait, lusine consomme normment dlectricit et deau. Lobjectif est de devenir presque indpendant sur llectricit et de rduire la consommation en eau par deux minimum. En terme humain, lobjectif est de rduire les problmes de troubles musculo-squelettiques lis au travail rptitif, aux ports de charge, dapparition de handicaps lis notamment aux nuisances sonores et de rendre les conditions de travail plus agrables puisqu part une extension faite il y a vingt ans, le btiment a support laugmentation de population, rendant lendroit quelque peu exigu. Voil quelques images du btiment actuel et des conditions de travail., lui indiqua Haneki, faisant dfiler plusieurs diapos.  

 

La jeune femme serra les dents en voyant les ouvriers tasss les uns sur les autres dans un endroit certes propre mais visiblement en pleine activit.  

 

- Je sais que ce nest pas beau voir mais, ce nest pas pour me ddouaner, nous ne sommes pas les pires. Je veux que a change., pipa Ryo, lisant ses penses sur son visage.  

- Voil o nous en sommes du projet aujourdhui. Une partie des tches serait robotise, lhomme intervenant pour alimenter la chane et contrler le travail effectu. Ainsi le taux dabsentisme pour cause de maladie et de turn-over diminueraient., annona le jeune ingnieur.  

- Les gains de productivit seraient alors non ngligeables puisquil ny aurait pas recruter et former en permanence de nouvelles personnes. Cela ncessite de la formation nanmoins., dclara Kaori.  

- Oui, cest lun des axes dinvestissement. Le btiment serait entirement rnov pour rpondre des standards cologiques. Pour nous, il doit tre autosuffisant si on omet la consommation des machines. La luminosit doit tre optimale tout moment de la journe et il doit pouvoir tre ar lt et ne pas souffrir trop du froid en hiver. La consommation des machines serait, elle, assure par un ensemble de dispositifs alternatifs: panneaux solaires, nergie olienne. Pour leau, nous recyclerions leau consomme mais cest la partie sur laquelle nous devons encore travailler pour trouver une solution viable satisfaisante., conclut-il, affichant la dernire diapo de la prsentation montrant un btiment dapparence neuve dans un cadre verdoyant.  

- Ca, ce nest pas pour laffichage. Cest une ide de ce que je veux que les employs voient en arrivant le matin, un cadre agrable dans lequel ils se sentent bien. Ils passent la majorit de leurs journes chez nous. Il faut leur rendre lendroit plaisant., ajouta Ryo, la regardant droit dans les yeux, se balanant lgrement sur sa chaise, son menton appuy entre son pouce et son index.  

 

Il attendait avec impatience et un soupon de nervosit son opinion. Ctait son projet et il y tenait mais avait-il eu le bon regard en le mettant en uvre? Quelque part, son regard elle viendrait conforter sa position et il ne pouvait quattendre quelle se prononce.  

 

- Donc les gains dnergie et de salaires seraient la compensation des investissements effectus. Pourquoi ne pas mettre en uvre ds aujourdhui ce qui est dj faisable?, demanda-t-elle.  

- Nous estimons que la mise en place de ces changements ncessitera un arrt de la chane de production dun mois pour le plus gros des travaux., rpondit Haneki.  

- Je suis prt faire les investissements ncessaires et payer mes salaris ne rien faire pendant un mois mais, si on morcelle les travaux, je ne pourrai pas. Cest tout ou rien., admit Ryo.  

- Je comprends., pipa Kaori.  

 

Elle sentait le regard de son chef sur elle et se sentait extrmement nerveuse.  

 

- Cest un projet trs ambitieux. Si vous le menez terme, tout le monde y gagnera et ce sera bien plus que bien mme., dclara-t-elle finalement avec un lger sourire.  

- Excusez-moi de ne pas trouver de mots plus adapts parce que a, cest un travail vraiment admirable., ajouta-t-elle.  

 

Aux trois sourires qui lentourrent, elle sut quelle avait trouv les bons mots. En revanche, quand elle regarda Ryo, elle croisa juste son regard sombre et tressaillit, se demandant si elle tait passe ct de la plaque. Il finit par se lever et la runion prit fin. Les quatre participants sen allrent et Kaori ouvrit les fentres pour arer et prpara de nouveau la salle pour la runion en dbut daprs-midi. Elle regagna ensuite son bureau au moment o le livreur amena leur repas. Un peu anxieuse de retrouver Ryo ne sachant pas sil avait apprci ses conclusions ou non, elle frappa et entra dans son bureau. Comme il tait au tlphone, elle posa le sachet sur la table basse et dballa les paquets.  

 

- Tu as vraiment aim mon projet? Tu penses vraiment que cest une bonne ide?, entendit-elle soudain derrire elle.  

 

Elle se retourna et se retrouva face Ryo dont le regard indfinissable la jaugeait.  

 

- Je ne pense pas que ce soit une bonne ide, Ryo. Cest une excellente ide., corrigea-t-elle.  

- Vraiment?, insista-t-il.  

- Vraiment. Je ne tai pas mnag jusque ici. Je ne commencerai pas maintenant, surtout si cest pour te faire un compliment., lui dit-elle trs srieusement.  

- Tu es la premire qui jen parle en dehors de mon quipe., lui apprit-il.  

- Mais ton tuteur?, lui demanda-t-elle, touche.  

- Jai essay mais il ne ma pas laiss aller au bout., admit-il, dtournant le regard, la mchoire serre.  

 

Il sentit soudain une main se poser sur sa joue et tourner son visage, retrouvant son sourire.  

 

- Cest un beau projet et jespre que vous trouverez vite la solution pour leau., lui affirma-t-elle.  

 

Se rendant compte de lintimit de son geste, elle voulut retirer sa main, mortifie, mais il len empcha, posant la sienne dessus. Personne ne lavait jamais touch ainsi, dans un geste de pur douceur, sans aucune attente autre que dtre l pour lui et il sentit une certaine chaleur lenvahir. Il fit un pas vers elle puis un deuxime, sarrtant presque contre elle. Il prit sa main et la posa dans son cou avant de prendre la deuxime et den faire de mme. Cela la fora sappuyer contre lui. Il la regarda droit dans les yeux en sentant ses formes de jeune fille en fleur pouser les siennes. Il avait dj connu de nombreuses femmes, les avait tenues pour la plupart nues entre ses bras mais il ne se souvenait pas avoir ressenti de telles sensations quen la sentant elle contre lui. Il ferma lespace en passant les bras autour delle, les croisant dans le bas de son dos.  

 

- Je me disais que tes talons taient superflus mais, finalement, pas tant que a, murmura-t-il, baissant les yeux vers ses lvres, presque la mme hauteur que les siennes.  

 

Il en avait envie, tellement envie mme sil savait quil faisait une erreur, quil mettait en pril une belle amiti vieille de presque quinze ans pour une fille qui en avait peine cinq de plus mais il ne pouvait sen empcher, ctait plus fort que lui. Il baissa la tte et sentit son souffle chaud qui sacclrait sur ses lvres, son cur qui saffolait contre le sien, le lger tremblement de son corps, ce qui lenivra un peu plus.  

 

Kaori le regarda approcher, les yeux carquills. Ca ne pouvait pas arriver. Un homme comme lui ne pouvait pas vouloir lembrasser elle. Non, ce ntait pas possible et pourtant Elle se rappela tous les moments depuis leur rencontre et son esprit se figea quand elle repensa au matin mme.  

 

- Non!, gmit-elle, tournant le visage et sentant ses lvres se poser sur sa joue.  

 

Elle aurait pu en pleurer tant elle avait eu envie de ce moment.  

 

- Kaori?, murmura-t-il, la voix emplie dincomprhension.  

- Maya Tu vois Maya ce soir. Je ne suis pas de ces filles-l, Ryo., souffla-t-elle avant de sortir de ses bras, sentant le froid lenvahir.  

- Finalement, je nai pas faim. Jai une tonne de travail qui mattend. On dbriefera quand tu auras fini de djeuner., dit-elle, sortant de son bureau.  

 

Il la regarda sen aller, se demandant ce que Maya venait faire dans laffaire. Quand il comprit, il voulut aller sexpliquer avec elle mais le tlphone sonna et, grognant, il alla dcrocher. Tout en conversant avec son interlocuteur, il tournait en rond dans son bureau comme un lion en cage. Sarrtant devant les paquets ouverts encore tides, il en prit un, son prfr daprs ses souvenirs, et sortit de son bureau.  

 

- Tu dois manger., lui conseilla-t-il, le posant face elle.  

 

Pour ne pas essuyer un refus, il sen alla sans attendre et referma la porte derrire lui. Ecoutant la conversation de manire lointaine, son esprit concentr sur ce qui aurait pu arriver, il saisit un paquet et picora galement. Il aurait aim lembrasser, goter ses lvres, jouer avec sa langue voire plus encore. Il ferma les yeux. Oui, il aurait aim mais il aurait commis une grave erreur. Il passa une main lasse sur son visage. Aurait-ce vraiment t une erreur? Hide ne voulait certainement pas dune relation phmre entre lui et sa sur mais, si a devenait srieux, serait-il aussi ferm?  

 

- Je te rappellerai., fit-il, coupant la conversation en plein milieu.  

 

Sans mme sans rendre compte, il tourna les yeux vers Shinjuku et sa mairie, haute de cinquante-et-un tages. Srieux jusque l?, se demanda-t-il avant de se reprendre. Il devait cesser l de divaguer. Ce ntait pas le lieu et certainement pas le moment. Kaori tait mineure et avait la vie devant elle pour penser a. Comme pour reprendre pied avec la ralit, il attrapa son tlphone.  

 

- Excuse-moi, jai eu une urgence., se justifia-t-il, rappelant son correspondant prcdent.  

 

Une demi-heure plus tard, Kaori venait le chercher pour la runion de dbut daprs-midi. Il acheva son appel et partit en runion. Ils se croisrent peine de laprs-midi, nayant ainsi pas le temps de se parler. Quand les deux runions furent termines, que Ryo se fut enferm dans son bureau, Kaori alla dbarrasser la salle. Elle ramassa les verres et carafes, alla tout nettoyer avant de remettre en place. Elle essuya la lentille du vidoprojecteur puis remit le cache, rangea tout le matriel puis referma les fentres. Voyant lheure avancer, elle commena ranger ses affaires, frustre de ne pas avoir les heures quelle escomptait avec lui mais, aprs ce qui stait pass le midi, ctait peut-tre mieux ainsi, se dit-elle. Elle ferma les yeux un bref instant, revivant ces quelques instants, lestomac nou. Elle aurait voulu se jeter une bassine deau froide pour faire taire cette chaleur qui sinsinuait en elle et semblait lui murmurer des incantations magiques, lenvotant, semblant vouloir lamener faire ce quil fallait pour la revivre de nouveau.  

 

- Tu as fini ta journe?, lui demanda Ryo qui venait de sortir de son bureau.  

 

Elle fut un peu surprise de le trouver en chemise sans sa veste. Ce ntait pas habituel pour lui mais mme ainsi, il tait trs sexy. A ce moment-l, rien que pour la pense, elle se serait bien colle une gifle. Sexy, depuis quand pouvait-elle dire de son patron quil tait sexy? Certes cette chemise bleu sombre rehaussait son teint hl, se coordonnait la couleur nuit de ses yeux mais Elle se retint de grogner de frustration. Ryo tait sexy, un point, cest tout. Il fallait savoir appeler un chat un chat. Il tait beau en crever, devait tomber les filles la pelle dont cette Maya et elle et en mettre presque autant dans son lit mais elle ne ferait pas partie de ses coups dun soir, ctait la seule chose quelle se promettait.  

 

- Oui. Il te faut quelque chose?, senquit-elle professionnellement.  

- Non. Tu annules donc vraiment notre entretien de ce soir?, lui demanda-t-il, impassible.  

- Tu as rendez-vous. Cest mieux ainsi, non? Aprs tout, tu as dj pass ta journe en runion, pipa-t-elle, prenant son manteau et sa sacoche et se dirigeant vers lascenseur.  

 

Elle avait besoin de sloigner, de ne plus tre sous le feu de ce regard scrutateur. Ce fut donc avec soulagement quelle le vit disparatre dans son bureau. Deux minutes aprs, les portes de lascenseur souvrirent et elle sengouffra dedans, sappuyant contre la paroi et fermant les yeux en poussant un long soupir. Le bruit des portes bloques dans leur mouvement lui fit les rouvrir et elle vit Ryo entrer peine essouffl, un lger sourire aux lvres, et se poster face elle.  

 

- Tu devrais mettre ta veste: il sest mis pleuvoir., lui conseilla-t-il, ne sachant quoi lui dire.  

 

Elle poussa un long soupir de frustration lide de devoir marcher sous la pluie et coina sa sacoche entre ses jambes mais elle tomba. Quand elle vit quil lui tendait la main, elle hsita puis lui confia son bagage, enfilant rapidement son manteau.  

 

- Cest lautomne. On va devoir shabituer., pipa-t-il, lui rendant le porte-document noir.  

- Oui. Dans quelques semaines, ce sera Nol., murmura-t-elle, rveuse.  

- Tu aimes Nol?, linterrogea-t-il.  

- Oui, beaucoup. Dommage que nous ne soyons que deux, Hide et moi., fit-elle, une lueur triste dans le regard.  

- Pardon, joubliais, sexcusa-t-elle, se rappelant que Ryo navait plus personne part son tuteur.  

 

Elle neut cependant le temps de finir sa phrase car les portes de lascenseur souvrirent, laissant passer deux autres personnes qui sintercalrent entre eux. Finalement, moins dune minute plus tard, la cabine arriva au rez-de-chausse. Sortirent les deux derniers arrivs puis Kaori qui se tourna vers son matre de stage.  

 

- A lundi, Ryo.  

- A lundi. Kaori!, linterpela-t-il.  

 

Elle se retourna, un sourcil interrogateur lev.  

 

- Je suis du que les leons de Saeko aient dj port leurs fruits., lui dit-il avec un lger sourire.  

- Moi aussi mais cest peut-tre mieux ainsi., rpondit-elle.  

 

Ce fut nouveau les portes qui les loignrent lun de lautre et chacun vaqua ses occupations, lautre restant dans ses penses. 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33


 

 

 

 

 

   Angelus City 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de