Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: Indiana

Status: Completa

Serie: City Hunter

 

Total: 1 capitolo

Pubblicato: 31-10-10

Ultimo aggiornamento: 31-10-10

 

Commenti: 9 reviews

» Scrivere una review

 

RomanceSongfic

 

Riassunto: Une histoire d'amour hors norme ... qui a débuté dans le secret et qui se termine un soir d'orage ...

 

Disclaimer: Les personnages de "Notre histoire d'amour" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

Why isn't there HTML file of the NC-17 fanfictions?

 

Since it's impossible to check who's reading those fanfictions in the HTML format, the fanfictions NC-17 are only available in php version.

 

 

   Fanfiction :: Notre histoire d'amour

 

Capitolo 1 :: Notre d'histoire d'amour

Pubblicato: 31-10-10 - Ultimo aggiornamento: 31-10-10

Commenti: Bonjour à tous ! Alors avant que vous ne m'adressiez vos doléances en tout genre, je tenais à m'excuser de ne majer que très rarement ! Je me rends bien compte que vous attendez certaines majes depuis des mois mais on ne se refait pas, je tapote à mon rythme et dans un soucis de respect des lecteurs, je ne maje jamais un chapitre dont je ne suis pas entièrement satisfaite ! Ceci étant, je travaille à ce que mes fics avançent tout de même ! En ce qui concerne cet OS, je pense qu'il va plaire à certaines et que d'autres vont apprécier mais avec une légère retenue ... Pourquoi ? Parce que le couple diffère des attentes générales mais c'est un choix que j'ai fais volontairement dans l'optique d'exploiter à fond ce que le maître nous a offert ! Il est facile de tomber dans un cercle sans fin car à trop vouloir voir nos souhaits se réaliser on peut finir par loucher sur les mêmes idées ... On tourne en rond ... J'ai donc décidé de me servir de ce qui est latent pour vous proposer autre chose ! Ca plaît ou ça ne plaît pas mais en tout cas ce texte aura le mérite d'exister ! Je tiens aussi à remercier ma bêta Catzen qui a fait un travail de fourmi et qui m'a supporté durant notre collaboration. Sur ce, je vous souhaite à tous une bonne lecture et je vous dit à bientôt ! P.S : La chanson utilisée est une chanson à deux voix, les paroles en gras sont celles de l'homme, celles en italique de la femme et les paroles en gras + italique logiquement les deux voix ensemble.

 


Capitolo: 1


 

- La chanson est "Notre histoire d'amour" extraite de la BO de Pocahontas -  

 

Une vague de chaleur étouffante s'était installée depuis des semaines sur le pays du Soleil Levant : l'air était chaque jour un peu plus lourd que la veille, les gens se retrouvaient piégés par la chaleur ambiante, oppressés par une moiteur constante. Ils sortaient vêtus comme en été alors que le printemps venait juste de débuter, courant dans la rue comme des bêtes traquées par un ennemi invisible, profitant des rares endroits d'ombres qu'offraient les espaces verts ou s'engouffrant dans les magasins climatisés dès qu'ils le pouvaient.  

 

Les journées semblaient mortes tant les personnes fuyaient la chaleur et le macadam brûlant alors que les nuits ... quand une légère fraîcheur gagnait l'atmosphère ... la ville revivait ... les quartiers se remplissaient de monde, les cris, les rires, les échos de voix fusaient dans tous les sens ...  

 

La vie reprenait ses droits sur le climat : les districts animés de la capitale japonaise devenaient encore plus bruyants et trépidants, les restaurants affichaient complets tandis que les terrasses étaient saturées ...  

 

Mais parfois, les soirées se chargeaient aussi en électricité car qui disait temps d'été disait orages d'été ... des orages secs éclataient assez fréquemment faisant fuir une partie des consommateurs nocturnes, faisant se réfugier les autres dans leurs habitations ...  

 

Le ciel se fendait alors d'éclairs lumineux tandis que l'immensité desséchée s'emplissait de chaque coup de tonnerre, le comble étant que ces orages éclataient sans qu'aucune goutte de pluie ne touche le sol ! En définitive, ces "accès de colère célestes" ne servaient à rien de concret ... hormis le fait qu'immanquablement, ils faisaient fuir la population bruyante des rues et que la ville retrouvait alors une quiétude toute relative.  

 

Elle n'avait jamais aimé les orages ... cela lui faisait peur de voir le ciel se déchirer ainsi comme si les cieux pouvaient engloutir la fragile vie humaine ... elle veillait donc à ne jamais trop s'approcher des fenêtres quand un orage éclatait. Et pourtant, ce soir, elle était assise sur le rebord d'une fenêtre ouverte ... un pied balançant dans le vide comme pour défier la gravité et le regard rivé sur ce phénomène météorologique qu'elle redoutait ...  

 

Finalement, elle trouvait la situation risible tant son cœur ressemblait à ce temps exceptionnel ... aimant ardemment, s'en trouvant asséché pour finir par imploser dans un fracas intérieur.  

 

Elle soupira ... cette situation n'aurait jamais dû se produire ... ils n'auraient jamais dû explorer cet inconnu si dangereux ... ils auraient dû rester dans la voie qui leur avait été donnée ... ils n'auraient pas dû écouter ce désir impossible ...  

 

Et pourtant l'impossibilité avait un goût savoureux ...  

 

Dans un immeuble voisin, un homme venait d'arriver à la même déduction ... il savait que les relations humaines était une grande énigme ... que les interactions entre humains étaient parsemées de bien trop d'inconnues pour pouvoir être cernées.  

 

La complexité des interprétations y jouait d'ailleurs pour beaucoup ...  

 

Entre ces deux êtres, on pouvait déceler des signes trahissant une grande amitié ... une complicité fraternelle ... un recul gêné dû à des sentiments plus tendres ... des rivalités ... de la crainte ou de la peur ... de la joie ... même de la colère ...  

 

Chaque sentiment était exacerbé en fonction des protagonistes ... deux hommes ... deux femmes ou bien plus compliqué, un homme et une femme ... en fonction de leur relation ... amicale, amoureuse, professionnelle ...  

 

Si on déplaçait ces incompréhensions dans un milieu bien spécifique ... celui des nettoyeurs ... les non-dits devenaient immédiatement des interdits et chaque action était lourde de conséquences ...  

 

Et il en avait fait l'amère expérience ... car il avait enfreint un interdit primaire ... un interdit qu'il avait accepté depuis le début mais qui aujourd'hui l'avait trop tenté ... la tentation l'avait emporté sur la raison ... son cœur sur son esprit ... son amour sur son amitié ...  

 

Il soupira ... il avait mal agi ... il le savait ... mais il n'arrivait pas à regretter quelque chose ...  

 

Il avait vécu intensément chaque instant de cet interdit ... comme si justement le fait que cela soit contre nature renforçait son envie et son plaisir ... il se rappelait de chaque instant passé en sa compagnie ... des souvenirs au goût amer mais qui étaient pour lui les plus doux des souvenirs.  

 

Ils avaient fauté ... ils avaient emprunté ce chemin annexe ... au tracé si tortueux et au but si délectable ...  

 

De rage et de frustration, il repoussa les draps moites qui entouraient son corps et tout en douceur, il quitta le cocon de la chambre ... il descendit doucement dans le salon ... saisit un verre qui traînait pour le remplir d'alcool ... puis se dirigea lui aussi vers une fenêtre entrouverte de la pièce ... un orage venait d'éclater dans le ciel nippon ... il sourit ... elle devait certainement être recroquevillée sur elle-même ... regardant avec des yeux apeurés les éclairs ...  

 

Il aimait les orages car à chaque fois, elle venait se coller contre lui ... elle tremblait toujours ... et lui la serrait aussi fort qu'il le pouvait, embrassant ses cheveux en lui murmurant des mots réconfortants. Parfois, elle sanglotait comme si ce déchaînement céleste lui rappelait violemment qu'elle faisait quelque chose d'interdit ... elle s'éloignait alors de lui ... bafouillait deux trois mots ... se rhabillait en vitesse et sortait de la chambre. Il ne l'avait jamais suivie ... il préférait attendre ... un nouvel éclair ... un nouveau coup de tonnerre et elle revenait. Les yeux rivés sur le sol, elle revenait s'allonger à ses côtés et ils laissaient à nouveau leur passion l'emporter sur leur raison ...  

 

Il sourit et avalant une gorgée de whisky, se laissa bercer par la douceur de ses souvenirs ...  

 

Si notre histoire d'amour n'avait jamais existé  

 

Il était une hypothèse dont il était sûr ... leur histoire d'amour aurait pu ne jamais exister ... elle aurait dû ne jamais exister ! C'était par définition impossible ... impensable ...  

 

Dans mes rêves nuit et jour je t'aurais inventé  

 

Et pourtant, il était convaincu que cet inconnu ... il l'aurait exploré dans chacun de ses songes. S'il n'avait pu voir et toucher ses courbes ... il les aurait inventées, il les aurait dessinées ... Leur histoire d'amour il en avait rêvé comme un fou, il se l'était imaginé et comme une délivrance, son imaginaire avait rejoint la réalité.  

 

Mais ma vie avec ta vie comme un beau roman trop court  

 

Car à présent et malgré le fait qu'ils aient enfreint un interdit primordial, leurs vies étaient liées à jamais. Par le secret bien entendu mais aussi par un sentiment plus fort qui faisait battre son cœur au même rythme que celui de son aimée. Sa vie lui appartenait ... il en était conscient et l'acceptait sans mal ...  

Leur histoire ne pouvait pas être une de ces idylles insipides ... non ... ses sentiments étaient trop profonds ... elle était son ange, son héroïne ... oui ... c'était cela ... leur histoire était un roman ... un roman magnifique mais trop bref ... une beauté éphémère ... comme ces orages qu'elle craignait tant. La passion d'un instant ... la force d’une apparition .... d'une révélation ...  

 

Cette nuit sont réunies dans notre histoire d'amour  

 

Une nuit avait suffit à créer leur histoire d'amour : il pensait qu'on ne pouvait parler d'amour qu'après des années de vie communes, que le coup de foudre n'existait que dans les contes de fées ... ceux où un prince tombait fol amoureux d'une servante ... et puis la réalité avait pris un tournant rocambolesque ... un mortel était tombé amoureux d'une déesse ... une ombre aimait une lumière ... et tout cela en une nuit, une simple nuit ... une nuit pour une vie ...  

 

Dans ce monde empli de peur, de haine et de pleurs  

 

Il eut un rire léger ... ils avaient choisi de vivre un amour interdit, ce qui en soi n'était pas chose aisée mais en plus, ils tentaient cette difficile expérience dans un monde peu propice aux sentiments ... le Milieu n'était vraiment pas un endroit où l'amour pouvait éclore sans crainte ...  

 

Pourquoi veulent-ils donc toujours faire la guerre à notre amour ?  

 

Ils ne devaient pas être ensembles, ce n'était pas ce qui avait été prévu, ce n'était pas dans le scénario. Ils venaient de s'éloigner de la ligne de conduite ... et devaient poursuivre leur improvisation dans l'ignorance de leur entourage.  

 

Mais ma nuit avec ta nuit brûleront jusqu'au petit jour ...  

 

Le corps de l'homme en frissonna et sa main se resserra autour de son verre : comment oublier la passion de leur amour ? Le feu qui s'emparait de lui quand il la tenait dans ses bras ? Ce désir qui battait à ses tempes, brûlant et incandescent ... l'impossible en devenait magique ...  

 

Dans l'incendie de notre histoire d'amour  

 

Au final, il voyait son amour pour elle comme un incendie ... qui avançait inexorablement, qui grandissait à chaque seconde, qui s'intensifiait sans cesse ... mais ce feu ne l'avait jamais blessé ... la flamme était douce, chaleureuse et il n'avait qu'une envie : l'entretenir à jamais !  

 

L'homme eut un rire franc, il en devenait presque romantique ! Doucement, il reposa son verre sur le comptoir et se dirigea vers la fenêtre pour l'ouvrir. Dehors, les éléments se déchaînaient de plus en plus : l'orage avait gagné en intensité, le ciel en rosissait de colère tandis que des lueurs diaphanes apparaissaient un peu partout au-dessus de la ville. Il prit appui sur le rebord de la fenêtre pour mieux voir l'immeuble en face du sien ...  

 

Il scruta une certaine fenêtre en sentant une amère rancune poindre en lui ... car son histoire d'amour n'était pas celle qu'il aurait souhaité ... il aimait une femme, se savait aimé d'elle mais le problème était qu'elle ne lui était pas promise ...  

 

Il savait qu'elle aimait cet homme depuis tellement de temps ... qu'elle ne vivait que pour lui depuis sa plus tendre jeunesse ... Aussi il ne s'était pas étonné que quand ce dernier lui avait enfin rendu les mêmes sentiments, elle s'était sentie pousser des ailes. Amoureuse et comblée, elle l'avait éclipsé de sa vie, l'avait relégué à son rang originel ... à son rang d'ami ... lui qui l'avait fait se révéler en tant que femme retournait dans l'ombre ... il n'aurait plus le droit de la toucher, plus le droit de partager ces fugaces instants où ils s'accordaient une pause romantique entre deux obligations ... entre deux repas ...  

 

Sa décision ... il l'avait acceptée ... il ne voulait que son bonheur ... et si ce bonheur devait se construire sans lui, il l'acceptait ... il en souffrait mais il s'était juré de ne jamais aller contre sa volonté.  

 

Le temps et les travers récurrents de son aimée avaient fait le reste ... elle avait recommencé à se confier à lui, recommencé à lui faire confiance ... il s'était d'abord contenter de cette situation ... et puis les souvenirs étaient revenus à la surface, l'interdit les avait à nouveau tenté ...  

 

Une dispute, une fuite, des larmes, un baiser, une nuit ... et le sort en était jeté ... le confident était redevenu l'amant ...  

 

Il se rappelait sa gêne quand elle avait ouvert les yeux le lendemain matin : elle avait bondi hors du lit, se confondant en excuses, le priant de ne rien dire à son compagnon, lui jurant qu'elle ne dirait rien à sa fiancée ...  

 

Il avait souri ... sa fiancée ? Il était certes fiancé à une femme quasi parfaite mais comment aurait-il pu lutter contre les inclinaisons naturelles de son cœur ? Il ne supportait plus de renier son cœur au profit de sa raison ... il voulait vivre la vie que ses sentiments lui dictaient.  

 

Avait-il été égoïste en agissant ainsi ? Avait-il eu tort d'écouter son cœur ? Aurait-il dû feindre qu'il ne l'aimait pas, qu'entre eux cela n'avait été que physique et la laisser repartir vers un autre ?  

 

Aujourd'hui encore ces questions lui donnaient des migraines : comment une seule et unique nuit pouvait engendrer tant de doutes ? Y avait-il des regrets parmi toutes ces choses ? De la peine ? Ou alors le sentiment salvateur à une situation sans nuages ?  

 

Il n'était pas si fier de lui car il savait que cette situation faisait souffrir deux personnes et pourrait, si cela se compliquait, en atteindre deux de plus ... Il n'avait pas le droit de jouer avec les sentiments de sa fiancée : elle qui l'avait soutenu, épaulé, aimé lorsqu'il en avait eu le plus besoin et lui que lui offrait-il en retour ?  

 

L'homme frappa violemment le rebord de la fenêtre : il se sentait si désemparé ... tellement misérable ... qu'il n'en supportait plus son reflet dans le miroir. Il n'avait commis qu'une seule erreur ... tomber amoureux de la mauvaise personne ... Il soupira de nouveau en se passant la main dans les cheveux avant que son regard ne soit attiré par une silhouette assise sur le rebord d'une fenêtre ...  

 

En un instant, son rythme cardiaque s'accéléra, ses mains devinrent moites et son regard se fit caressant ... c'était elle ... elle ... objet de ses désirs et de ses tourments ... Il savoura les contours flous de cette apparition, se rassurant à la vue de cette douce esquisse.  

 

Le nettoyeur ne tint subitement plus en place : il voulait la rejoindre ... attirer son attention ... crier sur les toits qu'elle était la femme de ses rêves ! Au risque de se faire prendre, au risque de tout perdre ...  

 

- Ce que tu risques de perdre pour l'instant, c'est ta tête ! se fustigea-t-il dans un murmure  

 

Un sourire sans âme se dessina sur ses lèvres alors qu'il fermait doucement les yeux pour s'isoler dans un songe où il pouvait aimer sans crainte.  

 

Dans l'autre immeuble, une jeune femme tourmentée avait elle aussi fermé les yeux pour s'enfermer dans un monde sans problème. Sa respiration était saccadée car désormais elle pleurait ... comme chaque soir depuis que son cœur était partagé entre deux hommes ...  

 

Elle vivait avec l'homme qu'elle aimait depuis toujours mais elle avait cédé à la tentation ... à la facilité ... avec celui qu'elle n'aurait jamais dû aimer. Elle n'en avait pas le droit et pourtant ...  

 

Mais malgré le sentiment de culpabilité qui la saisissait à la gorge, elle ne parvenait pas à éprouver du regret ...  

 

Si notre histoire d'amour n'avait pas eu ton visage  

 

D'un revers de la main, elle essuya la larme qui roulait sur sa joue : elle aimait ce visage dur ... ce regard à la fois aiguisé sur le terrain et tendre quand il lui disait qu'il l'aimait ... son sourire franc ... son corps musclé ... marqué par les épreuves de la Vie ... elle aimait sentir son odeur sur sa peau ... ce parfum d'homme ancré dans chaque parcelle de son être ... elle aimait la chaleur de leurs étreintes ... la douceur de leurs baisers ...  

 

Elle se mit à rire comme une enfant ... quiconque l'aurait entendu dire ça lui aurait affirmé qu'elle était folle amoureuse ... ce qui était faux ... elle était amoureuse d'un homme mais pas de  

celui-ci ... elle n'avait pas le droit d'aimer deux hommes à la fois ... elle ne pouvait réellement l'aimer ... lui ...  

 

J'aurais refermé la page de ma vie pour toujours  

 

Malheureusement et bien qu'elle ne l'admette pas entièrement, elle l'aimait ... Elle aimait cet homme et d'un amour aussi nouveau qu'impossible ... Souvent après s'être abandonnée à lui, elle le regardait dormir, en se disant que sa place était ici et que pour rien au Monde elle n'aurait voulu passer à côté de ces instants ...  

 

Cette pensée lui fit rouvrir les yeux, était-ce elle qui avait imaginé cela ... non c'était faux ... son esprit lui jouait des tours, la fatigue la faisait divaguer ... elle n'était pas amoureuse ... à moins qu'il ne soit déjà trop tard ...  

 

Mais ma vie et ta vie comme un beau roman trop court  

 

Car malgré ses réticences, les faits étaient là ... leurs existences ne faisaient plus qu'une depuis un moment déjà ... leur liaison était un roman fragile abîmé par les épreuves mais cruellement captivant et sans conteste trop court.  

 

Sont réunies dans notre histoire d'amour  

 

Leurs vies s'étaient faîtes happer par un sentiment contre lequel, ni elle ni lui n'avait pu lutter ... d'ailleurs elle savait qu'elle n'aurait pas eu la force de lutter ... qu'elle n'avait jamais voulu lutter ...  

 

Ce coup-ci, son visage se fendit d'un sourire léger pour quelqu'un qui regrettait ce qu'elle avait fait, elle semblait avoir rendu les armes bien vite ! Le grotesque de la situation en était risible !  

 

Comme pour chasser la chaleur que cette gêne fugace venait d'inscrire sur ses joues, la jeune femme tourna la tête vers l'extérieur et en une fraction de seconde, son regard fut happé par les prunelles qui la scrutaient depuis un moment. Elle se retrouva prisonnière de ces pupilles, incapable de se détacher de ce regard magnétique ... son cœur se mit à battre plus fort, le désir s'insinuant au creux de son être comme un délicieux poison ... ses mains devinrent moites et sans qu'elle ne puisse lutter, son esprit s'alanguit dans une torpeur sensuelle ...  

 

De l'autre côté de la rue, l'homme se mit à sourire de cet air charmeur qui ne le quittait jamais mais ce coup-ci, il ne jouait pas de rôle ... il désirait ardemment la séduire, la faire sienne ... goûter encore à cet interdit aux courbes si délicieuses ...  

 

Pourtant nos jours sont remplis de soleil  

 

Il avait beau se dire que chaque instants passés en sa compagnie étaient de la pure folie ... il ne pouvait renier ce qu'il ressentait ... cette chaleur qu'elle faisait entrer dans sa vie ... ce soleil qu'elle faisait irradier dans son existence ... leur jours étaient aussi lumineux que l'astre créateur ... et il ne voulait pas que cela cesse ...  

 

Nos nuits illuminées d'étoiles  

 

Elle avait beau se dire que chaque instant passé en sa compagnie était de la pure folie ... elle ne pouvait renier ce qu'elle ressentait ... cette magie qu'il faisait entrer dans sa vie ... ce ciel parsemé d'étoiles qu'il lui faisait voir chaque fois qu'elle s'abandonnait à lui ... elle se sentait vivre sous ce ciel aux mille éclats ... et elle ne voulait pas que cela cesse ...  

 

Dans ton regard je vois briller une étincelle qui fait vivre notre rêve d'idéal  

 

Il leur suffisait de regarder l'autre pour voir briller cette promesse ... une promesse d'idéal ... la promesse d'une vie différente de ce à quoi ils étaient destinés ... une étincelle de liberté, de changement ... d'amour  

 

Pourquoi l'amour parfois fait- il si mal ?  

 

Toujours liés par le regard, les deux amants ressentirent cette douleur habituelle ... celle qui les accompagnait au quotidien ... la brûlure de l'amour mélangée à l'amertume de l'impossible ... un pincement au cœur qui se faisait toujours sentir quand ils se retrouvaient ... comme pour leur rappeler constamment que ce qu'ils faisaient n'était pas normal ... qu'ils n'agissaient pas bien ...  

 

Ce sentiment de culpabilité il l'avait apprivoisé, il s'en accommodait ... laissant la passion de leurs étreintes tout balayer ... mais ce soir, il ne le supportait pas ... la voir si proche de lui et pourtant si loin ... drapée dans de la soie blanche ... tel un ange ... et lui ... coincé entre ces quatre murs ... non ... il ne supportait plus cette situation ...  

 

C'est pourquoi mû par une volonté différente, il lui fit signe ... leur premier signe non clandestin ... tout un symbole ... de sa main, il lui montra la rue déserte ... il voulait qu'elle l'y rejoigne ... un dénouement allait se jouer là-bas ... leur histoire allait se jouer dans cette rue ... sur cette frontière terrestre qui les séparait ...  

 

Sans attendre de réponse, il quitta son poste d'observation : il saisit un pantalon qui traînait dans un coin et entreprit de quitter sa prison sans réveiller la femme endormie dans la chambre.  

 

De l'autre côté de la rue, la jeune femme venait juste de comprendre ce qu'il se préparait à arriver ... alors c'était en cette soirée d'orage que tout allait se décider ... que l'affaire allait éclater au grand jour ... pourquoi maintenant ? Elle le savait ... parce que tout devenait ingérable ... parce la situation leur échappait ... ils en avaient perdu le contrôle ... se retrouvaient pris au piège de leurs sentiments ...  

 

Elle ne supportait plus ces cachotteries et ces non-dits ... elle aspirait à une vie calme ... auprès de l'homme qui saurait la choyer ...  

 

Elle descendit du rebord de la fenêtre puis gravit silencieusement les marches la menant à l'étage : la porte de sa chambre s'ouvrit doucement sur l'homme endormi dans son lit. Elle s'approcha du lit et prit son déshabillé qu'elle enfila ... son reflet lui parvint de la glace ... sur l'instant, elle se prit à douter que se soit bien elle ... avec ce regard triste mais décidé ... cette pâleur sans nom ...  

Un soupir s'éteignit dans sa gorge ... il fallait qu'elle le fasse ...  

 

Avant de quitter la chambre, elle déposa un tendre baiser sur la tempe de son compagnon qui grogna quelque peu puis elle s'élança vers la sortie ...  

 

Mais notre histoire d'amour ...  

 

Elle ne savait plus s'ils avaient toujours une "histoire d'amour" ...  

 

Même si le temps nous sépare ...  

 

Lui était certain qu'ils étaient encore liés par quelque chose d'indescriptible mais il était conscient qu'ils ne pouvaient pas continuer de vivre ainsi ... un amour caché ... douloureux ... il leur fallait se jouer constamment du temps ... le temps les séparait sans cesse ...  

 

... meurt un peu plus chaque jour ...  

 

Elle sentait la mort de leur idylle qui s'approchait ... c'était une condition latente depuis le début ... l'interdit les avait toujours contraints à la rapidité ... leur histoire ne pouvait être qu'éphémère ...  

 

… je garderais toujours l'espoir ...  

 

Il ne voulait pas se perdre dans des prévisions pessimistes ... ce qui lui importait était cet espoir récurrent ... celui de croire que tout ceci ne c'était pas fait sans raison ... qu'ils étaient destinés à vivre autre chose ...  

 

... un instant vers l'infini ...  

 

Dès qu'ils avaient commencé à se voir régulièrement, elle avait compris qu'elle devait faire d'un instant l'infini ... car tout ce qu'ils vivaient se devait d'être bref pour rester possible ... ils ne devaient jamais se faire prendre ... elle devait s'imposer des horaires pour l'aimer ... ne l'aimer que d'une heure à une autre ...  

 

... que tu m'attends quelque part ...  

 

Alors peut-être qu'ils ne vivraient pas une longue histoire d'amour dans ce bas monde ... mais un jour ... quelque part ... il la retrouverait ... et alors rien ni personne ne l'empêcherait de l'aimer ...  

 

... mon cœur qui s'enfuit  

 

Elle avait beau se dire qu'il fallait relativiser ... son cœur connaissait déjà l'issue de cette confrontation ... il savait ce qui allait se passer et elle aussi ... elle ne voulait pas vivre cela ... elle voulait s'enfuir pour oublier qu'elle avait un jour aimé ...  

 

... dans notre histoire  

 

Où qu'ils aillent ... Quoiqu'ils fassent ... Ils savaient qu'ils étaient à jamais liés ... par leur histoire ... une romance aussi brève que le jour mais aussi magnifique que la nuit ...  

 

Dans un synchronisme trop parfait, les portes de leurs deux immeubles claquèrent au même moment et en même temps qu'un violent coup de tonnerre ... il accrocha son regard pour une ultime fois ... elle se perdit dans ces yeux ...  

 

Le temps se figea un instant avant que miraculeusement des gouttes ne se mettent à tomber sur le bitume brûlant ... une, deux trois ... puis une véritable averse ... Après des jours d'une âpre sécheresse, le ciel consentait enfin à délivrer sa bénédiction ... avait-il compris ce qui se passait en bas ? Peut-être ...  

 

Cette pluie salvatrice fut leur signal de départ ... ils commencèrent à avancer l'un vers l'autre ... au ralenti ... sous la pluie battante. Leurs vêtements se firent transparents, révélant le corps de leur opposé ... corps qu'ils ne connaissaient que trop bien ... leurs pas étaient lourds, chargés de sens ... la conclusion approchait ... et le chaos céleste en accompagnait chaque instant.  

 

Pourtant nos jours sont remplis de soleil ... nos nuits illuminées d'étoiles  

 

Ils se trouvaient désormais à moins d'un mètre l'un de l'autre ... ils continuaient à s'approcher doucement ... comme pour se rappeler chaque détail ... pour graver à jamais dans leur mémoire le souvenir de cette rencontre ...  

 

Il la désirait plus que jamais ... elle ... dont le corps ressortait sous cette lingerie détrempée ... mais il savait qu'en ce moment, il jouait un rôle bien plus important que celui de l'amant éperdu ...  

 

Aussi quand ils se trouvèrent enfin proches, il ne se jeta pas sur elle comme à son habitude ... il ne céda pas à sa passion coutumière ... non ... il se contenta de passer une main légère sur sa joue pour finir par la poser tendrement au creux de son cou ...  

 

Elle venait de comprendre ... c'était ainsi que tout allait se conclure ... dans cette rue ... sous cette pluie ... un soir d'orage ... c'était mieux ainsi ... qu'ils en restent là tant que le point de non-retour n'avait pas était atteint et pourtant son cœur ne voulait pas se satisfaire de ça ...  

 

Sachant que c'était leur dernière étreinte, elle ne put s'empêcher de se jeter contre le torse de son amant et de s'y accrocher avec ferveur, comme si la fin du monde les guettait ...  

 

Dans ton regard bleu comme le bleu du ciel  

 

Jamais plus, elle ne sentirait ce regard bleu se poser sur elle ... il le ferait certainement après mais pas de la même façon ... pas avec cette tendresse qu'elle y voyait le matin à leur réveil ... c'était fini ...  

 

Je vois briller mon idéal  

 

Son idéal de vie venait de la quitter ... elle y avait aspiré mais devait se rendre à l'évidence ... les choses se terminaient ainsi ... dans une fin aussi belle que leur liaison ...  

 

Nos rêves de bonheur sont éternels  

 

L'homme passa les bras autour de cet ange qu'il ne pourrait jamais plus serrer ainsi ... de désespoir il la plaqua contre lui ... comme pour la faire disparaître en lui ... il la laissait partir mais ses rêves ... mais leurs rêves resteraient à jamais gravés dans son cœur ...  

 

Eternels  

 

Ces espoirs de lendemains meilleurs étaient éternels ...  

Il sentit que sa dulcinée était en train de le repousser doucement ... leur torture avait assez duré ... ils devaient en finir ... alors chastement il s'éloigna d'elle, ne lui tenant plus que la main ...  

 

Si notre histoire d'amour  

 

Elle serra ses doigts dans sa paume ... puis délicatement relâcha ce dernier bout de lui qu'elle possédait encore ...  

 

Si notre histoire d'amour  

 

Il la regarda tendrement ... lui sourit un peu pour masquer sa peine ...  

 

N'est qu'un beau roman trop court  

 

Leur belle histoire venait de trouver sa fin ... une séparation en guise de rebondissement final ... personne n'y aurait cru même pas eux ...  

 

Nos cœurs l'ont écrit  

 

Une histoire peut-être brève mais que deux cœurs amoureux avaient écrit à l'unisson ... avec une passion inégalée ...  

 

Dans un même cri  

 

Ils reculèrent de trois pas ... tranquillement de peur de s'effrayer par un geste trop brusque ... des larmes perlèrent aux yeux de la jeune femme tandis qu'une main venait cacher sa bouche tremblante ...  

 

Le nettoyeur sentit son estomac se tordre à la vue de ce spectacle ... mais il ne tenta rien pour la consoler ... non il ne pouvait se permettre de se remettre en danger ... de les remettre en danger pas maintenant ...  

 

A force de reculer, ils se retrouvèrent à leur porte respective ... la pluie continuait de tomber avec force comme pour finir de laver les dernières traces de ce qui venait de se jouer dans cette ruelle anonyme ...  

 

Le visage ravagé par les larmes ... la jeune femme adressa un dernier baiser à celui qui désormais ferait parti de son passé ... à celui qui lui avait fait croire en ce sentiment qu'elle avait oublié ... à celui qui faisait partie de son cœur ... à jamais ...  

 

Lui ... la regardait ... impassible ... enfin c'est ce qu'il s'essayait à lui faire croire ... à lui aussi d'ailleurs ... mais la fin était là ... leur fin était là ... définitive ...  

 

Après un dernier regard et d'un commun accord silencieux, ils rentrèrent chacun dans leur immeuble et tandis que l'orage n'en finissait pas, deux portes se refermèrent sur une histoire ...  

 

Et pour toujours ... c'est notre histoire d'amour ...  

 

Deux corps endoloris par la peine s'appuyèrent contre un mur ou une porte ... lui donna un coup de poing rageur contre le bitume froid de sa cage d'escalier tandis qu'elle se laissa glisser lourdement contre la porte, secouée par des sanglots ...  

 

Ainsi tout était terminé à jamais ... ils avaient mené la partie à son terme ... mais ni lui ni elle n’aurait pu prévoir que cela se finirait aussi douloureusement ...  

 

Difficilement, ils regagnèrent chacun leur vie ... sans que rien ne perce jamais sur cette liaison ...  

 

La jeune femme regagna son appartement lentement avec une démarche peu assurée ... sa lingerie goûtait encore sur le parquet quant elle atteignit la porte d'entrée. Mais alors qu'elle allait se saisir de la poignée, le panneau de bois s'ouvrit sur un homme seulement vêtu d'un caleçon ... elle laissa un instant son regard errer sur la perfection corporelle de son homme puis leurs regards s'accrochèrent et elle ne put que se remettre à pleurer ...  

 

- Kaori ? Mon ange ? Qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi es-tu trempée ? Ne me dis pas que tu étais dehors ! Kao ... parle-moi ...  

- Ryô ... je suis tellement désolée ... tu ne méritais pas ça ... pardonne-moi ...  

 

Kaori se jeta contre le torse de son partenaire et le serra de toutes ses forces tandis que Ryô la plaquait contre lui ... le nettoyeur ne la questionna plus ... ni ce soir ni jamais ... il savait déjà tout ... il était au courant de tout ...  

 

De l'autre côté de la rue, l'amant de Kaori venait lui aussi de regagner son domicile ... il s'était débarrassé de son pantalon trempé sur le plancher de son living, avait jeté son caleçon dieu seul sait où et avait désormais regagné sa chambre ...  

 

- Mick ? l'interpella une voix féminine. Qu'est-ce qui se passe ?  

- Rien ... Kazue ... il ne se passera plus rien ... plus jamais rien ...  

 

 


Capitolo: 1


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de