Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autori: stef50 , TOKRA

Beta-reader(s): Nodino

Status: Completa

Serie: City Hunter

 

Total: 6 capitoli

Pubblicato: 14-10-11

Ultimo aggiornamento: 14-01-12

 

Commenti: 24 reviews

» Scrivere una review

 

General

 

Riassunto: Ryo continue à draguer à tort et à travers. Kaori ne le supportant pas lui administre un sérum éloignant les femmes. Malheureusement rien ne se passe comme prévu. Suite d'attirance fatale.

 

Disclaimer: Les personnages de "Fatale attirance" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

I activated my account, but I still don't have access to the NC-17 section.

 

Account activation and access to the NC-17 are not linked. You can have an activated account, but to have access, you have to make another request.

 

 

   Fanfiction :: Fatale attirance

 

Capitolo 1 :: Le début de la fin du mokkori ?

Pubblicato: 14-10-11 - Ultimo aggiornamento: 14-10-11

Commenti: Bonsoir tout le monde ! Voici la suite d'attirance fatale. J'espère que cette histoire vous plaira autan que la précédente. Merci à mon binôme et à notre béta City. Bonne lecture !

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6


 

La nuit agitée et bruyante du quartier de Shinjuku avait laissé place au calme et à la tranquillité des quartiers avoisinants. Ce silence fut cependant brisé par les rugissements d’une ombre traînant derrière elle un rouleau, accroché à une corde, et par les hurlements qui s’échappaient de ce dernier.  

 

- Noooooooooooon !!!!!!!! Laisse-moi Kaori ! Pitié !!!!!  

 

- Je t’avais prévenu Ryo ! Maintenant, tu peux dire adieu à ta réputation et, cette fois-ci, c’est définitif !!!!!  

 

 

 

Mais pourquoi Kaori tirait-elle Ryo au bout d’une corde et de quoi le menaçait-elle me demanderez-vous ?  

 

 

Flashback  

La journée précédente avait pourtant commencé sous les meilleurs auspices… Le soleil était au rendez-vous, les oiseaux chantaient le retour du beau temps…Et pour fêter le retour des belles jambes qui se découvraient, Ryo s'était organisé un emploi du temps spécial pervers : sortie au parc pour chasser les miss Mokkori en mini-jupes, petite visite au Cat’s pour asticoter Falcon et draguer Miki et, pour finir en apothéose, après-midi à la piscine pour repérer les plus beaux spécimens en bikini. Malheureusement, rien ne s’était passé comme prévu. Dès sa sortie de l’appartement, Kaori l’avait propulsé contre une voiture, ce qui avait eu comme conséquence de sérieusement blesser son précieux mokkori.  

 

Ce qui avait suivi avait marqué Ryo à jamais… Pour le soigner, elle l’avait emmené d’urgence chez le Doc, mais ce vieux détritus s’était trompé d’injection et avait transformé notre malheureux héros en véritable objet de désir pour les hommes, et en repoussoir à femmes ! Pour prouver son amour de la gente féminine, il avait même été obligé d’embrasser sa partenaire ! Cette dernière pensée le faisait encore trembler.  

 

Mais, maintenant que les effets de ce produit s’étaient dissipés, il devait faire face un autre problème : Kaori avait pris de l'assurance et avait décidé de lui faire avouer son amour par n'importe quel moyen. Elle avait même utilisé un affreux stratagème pour le faire flancher : ce matin, n’ayant pas obtenu la réponse qu’elle espérait, elle lui avait administré une substance violette et, avec l’aide de Mick, lui avait fait croire que son pire cauchemar recommençait. C’est ainsi qu’il s'était enfui pour trouver refuge chez Erika, comme la première fois.  

 

Il se rappelait très bien comment il avait couru à en perdre haleine jusqu’au Lotus Noir quand il avait cru de nouveau être infecté. Mais il s’était bien vite aperçu que personne ne le pourchassait. Il avait alors compris : ils s’étaient joués de lui ! Comment avait-il pu les croire aussi facilement ? Mais, pour lui, il avait été hors de question de rentrer : Kaori et Mick devaient sûrement bien se moquer de lui, et il avait sa fierté ! Quelques bunnies et un peu de saké l’aideraient à oublier ce traquenard. Il avait donc passé toute la journée dans un cabaret à boire et à draguer.  

 

Mais, le soir, les choses s’étaient corsées. Sa partenaire avait surgi dans le cabaret où il passait agréablement le temps et, sûrement à cause du lieu et de l’atmosphère qui y régnait, il avait trouvé son ange très attirante, voire même excitante… Alors, pour ne pas succomber, il avait embrassé la bunny qui était assise près de lui. Mais ce que Ryo ne savait pas, c’est que sa partenaire détenait une seconde seringue. Quand elle l'avait vu, la bouche collée aux lèvres de cette sangsue, elle avait vu rouge. La veille, il l’avait embrassée, elle ! Ce n’était pas un simple bisou sur la bouche fait à la va vite. Non ! Elle avait eu un vrai long baiser, comme au cinéma, elle en était même restée pantelante après l’échange. Elle avait alors cru que Ryo accepterait enfin ses sentiments envers elle. Et là, il se permettait de bécoter la première venue en piétinant cet espoir à peine éclos. Ça, c’était trop lui demander ! Il voulait être irrésistible, eh bien il le serait… mais pour les hommes ! Cela avait été la dernière pensée cohérente de Kaori avant qu’elle ne prenne la seringue et qu’elle ne courre vers Ryo. Malheureusement, il y avait tellement de monde entre elle et cet abruti qu’elle avait trébuché et piqué par erreur un autre homme à la cuisse.  

 

-Oups ! Je suis désolée ! lui avait-elle dit en se frottant la tête.  

 

Mais elle n'avait eu le temps de rajouter autre chose qu’une vague d’hommes se dirigeait déjà vers ce pauvre gars. Elle s'était empressée d’assommer son partenaire et de l’attacher, afin qu’il ne courre pas lui aussi après ce malheureux qui, à coup sûr, allait passer la pire nuit de sa vie.  

 

Et c’est ainsi qu’elle se retrouvait à tirer son partenaire saucissonné vers la clinique du Doc, pour lui administrer une injection qui changerait à jamais la vie de nos deux nettoyeurs, même s’ils l’ignoraient encore.  

 

Fin du flashback  

 

 

Durant tout le trajet, Ryo tenta de faire céder sa partenaire, afin de sauver la mise de son fidèle compagnon. Après l’injection il ne servirait plus jamais à rien, alors il était prêt à tout. Il lui promit de travailler pour des hommes ou de renoncer à ses précieuses revues, mais rien n'y fit. Kaori était furieuse et ne lui pardonnerait pas aussi facilement cet écart de conduite. Il se sentait comme un condamné qu’on amènerait à la potence.  

Au même moment, à la clinique du Doc, Kazué s’apprêtait à partir. Elle était encore exténuée après les récents événements et avait hâte de rentrer chez elle. D'ailleurs, en y repensant, elle se demandait si elle avait bien fait de donner des seringues à Kaori pour « dompter » son étalon de partenaire. Même si la première ne contenait qu’un placebo, elle n’était pas sure du contenu de la seconde. Le Doc avait tendance à mal ranger les différents produits dans les placards. Il faudrait vraiment prendre le temps de ranger tout ce fourbi, et aussi penser à préparer une série d’antidotes à tous ces différents sérums qu’il préparait et entassait après les avoir oubliés. Quant à cette deuxième seringue, s'il s'agissait bien de celle prévue pour Erika, eh bien tant pis pour Ryo ! Et cela servirait aussi d'avertissement à Mick. Ils verraient ainsi que leurs menaces n’étaient pas des paroles en l’air et ils y réfléchiraient à deux fois avant de draguer à tout va. Sur cette dernière pensée, elle s'apprêtait à quitter le labo quand, soudain, elle entendit un drôle de bruit. Elle tendit l’oreille et crut d'abord entendre un animal effrayé. Elle sortit rapidement et se retrouva alors devant le couple City Hunter.  

 

- Bonjour tous les deux !  

 

- Salut Kazué ! Tu tombes bien, j’ai un service à te demander !  

 

- Vous avez des soucis ? C’est pour ça que vous êtes si matinaux ? s’inquiéta Kazué.  

 

- Pitié Kazué !!! Sauve-moi des griffes de cette furie ! Elle veut tuer mon mokkori !!!! hurla Ryo, désespéré aux larmes.  

 

- Quoi ?  

 

Kaori expliqua rapidement la situation et Kazué, se remémorant ses dernières pensées, l’invita à traîner son partenaire jusque dans la salle de consultation. Le Doc avait dit à son assistante qu’il avait un séminaire et qu’il ne serait pas là avant plusieurs jours. En fait, il avait pris ses jambes à son cou après les différents événements de la veille. Il savait que Ryo voudrait le tuer pour cet « accident » et, selon lui, il était encore trop jeune pour mourir. Mais puisqu'il n'était pas là, elle se chargerait elle-même de cette piqûre. Et c’était mieux comme ça : elle n’aurait pas à s’occuper d’un Doc fou d’amour pour Ryo. La dernière fois l’avait suffisamment fatiguée.  

 

- Ne bougez pas, je vais chercher tout le nécessaire !  

 

- Ok Kazué ! Bouge d’un poil toi et je tue ton mokkori !!!! fit Kaori en foudroyant du regard son partenaire qui en resta pétrifié.  

 

-Ouuu…ouu…oui Maîtresse !  

 

Kazué eut soudainement peur en voyant des éclairs sortir des yeux de Kaori. Elle eut même un peu pitié pour ce pauvre Ryo. Mais il l'avait bien cherché ! Et puis, il valait mieux qu’elle se dépêche pour ne pas avoir à subir à son tour les foudres de son amie.  

 

Elle se dirigea en toute hâte vers la réserve, prépara précipitamment le matériel et ouvrit le meuble pour y chercher le produit de l’injection.  

 

- Mais où Doc a-t-il mis le flacon ? Normalement, il devrait se trouver là !  

 

Après quelques minutes de recherches au milieu du bazar du Doc, elle trouva enfin un flacon où était inscrit « Préparation spéciale Erika ». Elle prépara rapidement l’injection et retourna auprès du couple City Hunter.  

 

 

 

- Voilà ! Kaori, il va falloir que tu maintiennes Ryo pour l’empêcher de bouger !  

 

« Dringgg ! Dringgg ! » La sonnerie du téléphone les coupa net dans leur élan.  

 

- Oh, le téléphone ! Je reviens tout de suite ! dit l'infirmière en posant la seringue sur une petite table.  

 

- Pas de problème Kazué ! Et toi Ryo, tu res… !  

 

En parlant, Kaori avait tourné la tête et venait de découvrir le japonais, qui avait réussi à se détacher et essayait, en ce moment même, de prendre la poudre d’escampette.  

 

- Où comptes-tu aller toi ! murmura Kaori calmement.  

 

Ryo n’aimait pas le ton de la voix de sa partenaire. La sentence allait être terrible cette fois. La sueur coulait à grosses gouttes sur son visage. Il tourna la tête lentement vers elle pour voir ce qu’elle mijotait et la vit, seringue à la main, prête à jouer de nouveau aux fléchettes contre lui. Ni une ni deux, Ryo prit ses jambes à son cou et essaya de s’enfuir le plus vite possible. Comment faire pour lui échapper ? Kaori se tenait entre lui et la porte. Avisant qu’elle tenait encore la corde, il se dit qu’avec un peu de chance il pourrait réussir à s’en servir contre elle. Mais alors qu’il fondait sur la dite corde pour tirer dessus et déséquilibrer son adversaire, celle-ci la tira à elle puis, d’un mouvement vif du poignet, la renvoya vers lui. Lorsque la corde s’enroula autour des pieds du nettoyeur, elle tira dessus brusquement et lança simultanément la seringue. Sous le choc, il tomba sur les fesses, ce qui fit pression sur le piston, et Ryo s’injecta lui-même le sérum.  

 

- AH AH AH !!! jubila la jeune femme, alors, fini de courir après les femmes !! Si tu te comportes bien, je demanderai à Doc ou Kazué de te faire un antidote ! Tu as bien compris Ryo ? Ryo ?  

 

Quelque chose n’allait pas, Ryo restait prostré, recroquevillé sur lui-même. Peut-être qu’elle était allée trop loin ? Mais à quoi pensait-elle, il n'avait eu que ce qu’il méritait ! Ce ne devait être que les premiers effets du sérum. Elle fut cependant surprise quand il se releva, l’air de rien, et elle se sentit étrangement mal à l’aise devant le regard qu'il lui lança.  

 

- Ryo… tu vas bien ?  

 

- Mais bien sûr que je vais bien ! répondit le nettoyeur, tout en se dirigeant calmement vers la porte... pour la fermer à clé.  

 

- Si tu veux te venger, j’ai les moyens de t’en dissuader ! déclara Kaori en brandissant une massue.  

 

- Une femme aussi belle ne devrait pas manier une arme ! Des mains si fines et si gracieuses ne devraient servir qu’à caresser ou être embrassées ! susurra Ryo en s’approchant dangereusement d’elle.  

 

Kaori ne savait pas quoi penser. Son partenaire la draguait ?! Il voulait sûrement l’amadouer pour obtenir plus vite un antidote. Mais Ryo dégageait une telle sensualité qu’elle en était troublée et plus il se rapprochait d’elle, plus le poids de la massue baissait, jusqu'à disparaître complètement.  

 

- Que dirais-tu de jouer au docteur avec moi Kaori ?  

 

La situation avait changé trop rapidement. C'était incompréhensible ! Il y avait à peine cinq minutes, c’était elle qui pouvait faire de Ryo tout ce qu’elle voulait et là elle était comme hypnotisée par son partenaire, ses paroles, ses lèvres qu’elle fixait intensément, espérant les caresser des siennes. Mais la magie du moment fut brisée par la voix de Kazué qui martelait la porte de ses poings.  

 

-Kaori ! Ryo ! Pourquoi la porte est-elle fermée à clé ? Ouvrez !  

 

Kaori revint à elle. Ryo dégageait un tel charisme qu’elle avait oublié pourquoi ils étaient là. Elle l’aplatit sous une massue et s’empressa d’ouvrir la porte.  

 

Quand Kazué entra dans la pièce, elle trouva l’ambiance particulière. Ryo était détaché et regardait intensément sa partenaire. Quant à celle-ci, elle avait les joues légèrement rougies et paraissait totalement perdue. Elle se dirigea vers la table où elle avait laissé la seringue mais ne la trouva pas. Kaori la regarda et lui expliqua :  

 

- Ryo a essayé de s’enfuir, j’ai donc dû lui faire l’injection moi-même !  

 

- Ah bon ? Tu lui as déjà fait l'injection ? C’est bizarre, je ne ressens rien d’inhabituel... La dernière fois j’éprouvais du dégoût rien qu’en le regardant !  

 

- Le Doc a dû changer un peu la formule du sérum. Il vaut mieux qu’on rentre avant qu’une horde d’hommes ne pénètre ici pour courir après Ryo !  

 

- Oui, tu as raison Kaori ! Si Ryo a des symptômes différents de la dernière fois, appelle-moi !  

 

- OK Kazué ! Bye et merci pour ton aide !  

 

Kazué regarda nos deux héros partir. Elle n’arrivait pas à mettre le doigt sur ce qui clochait, mais elle avait comme un étrange pressentiment. Ryo ne semblait en rien affecté par l’idée d’être redevenu l’idole des hommes…Que s’était-il donc passé ? La tête pleine de questions, l'infirmière retourna dans la salle mise à mal par les deux nettoyeurs et replaça le flacon dans le placard. Alors qu'elle refermait la porte sur les diverses fioles colorées, l'étiquette de celle contenant le sérum injecté à Ryo commença à doucement se détacher, laissant apparaître une nouvelle inscription.  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de