Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autori: Lexine , Angelheart

Beta-reader(s): Lexine

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 9 capitoli

Pubblicato: 24-03-05

Ultimo aggiornamento: 30-04-05

 

Commenti: 47 reviews

» Scrivere una review

 

DrameRomance

 

Riassunto: Un homme tient à prendre sa revanche et refait surface du passé de Ryô, à l'époque où il tait en Amérique du sud. Pour l'atteindre ils ont pour cible une seule personne. Kaori court un danger de chaque instant.

 

Disclaimer: Les personnages de "Les escadrons de la mort" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

What do the ratings mean?

 

- G: General Audience. All ages admitted. This signifies that the fanfiction rated contains nothing most parents will consider offensive for even their youngest children to see or hear. Nudity, sex scenes, and scenes of drug use are absent; viol ...

Read more ...

 

 

   Fanfiction :: Les escadrons de la mort

 

Capitolo 1 :: Chapitre 1

Pubblicato: 24-03-05 - Ultimo aggiornamento: 24-03-05

Commenti: Me revoilà avec une nouvelle fic. YES !!! Dites moi ce que vous en pensais, si j'ai fais des progrès et tout et tout pliz. Mici à ma beta d'amour. Bisous à tout le monde^-^

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

Dans une cave, humide et froide, où régnait une atmosphère étouffante et pesante, un homme, dans le coin de la pièce, semblait être plongé dans une mure réflexion. C'était un grand brun aux yeux vert, typé portoricain, avec beaucoup de charme et de charisme. Vêtu comme les mafiosos, il avait joint ses mains à hauteur de sa bouche et soufflait dessus afin de les réchauffer.  

Sur la table, seul meuble de la pièce, étaient disposés une bouteille d’alcool et un cendrier, où fumait une cigarette.  

Ce silence, qui obstruait l’air quasi irrespirable, fut interrompu par la venue d'un autre homme. Celui-ci sortit de l’ombre. La faible bougie éclaira son visage. Un visage balafré, repoussant et laid.  

 

-« Qu’est ce qu’on fait patron ? »  

-« Ce qu'on aurait du faire il y a longtemps. Il prit une bouffée de sa cigarette. Tuer Ryô Saeba ! »  

 

 

Dans l’appartement de City Hunter, Kaori semblait être en pleine forme. Par cette douce matinée ensoleillée, sa voix douce et mélodieuse se mêlait divinement bien avec l’air des derniers titres à la mode. Les oiseaux l'avaient rejoint dans ses performances vocales et cette bonne humeur atteignit les oreilles du pervers n°1.  

Il se leva et se dirigea vers le salon quand le plus beau des tableaux se dressa devant ses yeux. Il s’adossa contre le mur pour pouvoir admirer encore un peu ce petit être qui l’avait sortit de l’ombre et qui lui avait donné envie de vivre.  

C’était fou comment ce petit bout de femme avait pu l’apaiser de cette façon. Elle avait réussi l’impensable, humaniser le cœur d’un tueur.  

Tout le monde aimait cette jeune femme pleine de vie nommée Kaori. C’était bien là le problème. La véritable raison pour son refus de prendre des hommes comme client, était qu’à chaque fois c’était pareil. Il tombait amoureux d’elle et ça, lui, ne le supportait pas. Il était jaloux et avait beaucoup de mal à l’admettre. Et comme toutes les bonnes choses ont une fin, c’est avec regret qu’il endossa le rôle de ‘ briseur d’ambiance ’.  

 

-« Ah ! C’est quoi tout ce vacarme ! »  

-« Tu es levé ? »  

 

Elle alla éteindre le petit poste et servit un café à son partenaire. C’est avec un sourire à faire fondre un iceberg qu’elle lui demanda s’il avait bien dormi.  

 

-« Ouais jusqu'à que tu te mettes à chanter »  

-« Tu viens de dire quoi ? »  

-« Euh ! … Moi ? rien. »  

-« Je préfère. Au fait, je vais faire des courses avec Eriko, tu veux que je t’achète quelque chose ? »  

« Si tu veux » lança-t-il avant de se diriger vers la salle de bain pour aller se doucher.  

 

 

Au centre commercial :  

 

« Allez ! Viens ! » Eriko suppliait une énième fois Kaori d’entrer dans un de ses magasins fétiches, histoire de rendre plus féminine son amie.  

« Non ! On a déjà acheté beaucoup trop de choses aujourd’hui »  

« Mais c’est pas grave ! J’ai de l’argent ! »  

« Peut-être mais moi pas ! »  

« Je t’en prêterai si tu veux ! Mais viens ! S'il te plaît ! »  

« Je sens que je vais le regretter » Eriko était encore plus têtue que Kaori, elle obtint donc ce qu’elle désirait.  

 

Quelques instants plus tard, Eriko essayait encore une fois de faire acheter à Kaori une robe de soirée. La coriace partenaire de City Hunter prit comme prétexte qu’une telle robe l’empêcherait de se mouvoir correctement. Et que, si une attaque survenait, elle ne pourrait pas se défendre convenablement. Mais la véritable raison était qu’elle avait peur que son partenaire la rabaisse une fois de plus avec les remarques acerbes et méprisantes dont il avait le secret.  

Cependant, elle accepta de l’essayer pour le plus grand bonheur des vendeuses et de sa meilleure amie. En effet, celles-ci avaient été émerveillées par la beauté et la grâce qui avait émanées de Kaori lorsqu’elle était sortie de la cabine d’essayage. Toutes les personnes présentes n'avaient aucun doute. Kaori était une femme, et une très belle femme qui plus est. Elle n’avait rien à envier à Saeko ou à Miki, mais elle ne s’en rendait pas encore compte. Hélas.  

 

La robe, elle, était rouge et d'une brillance à faire pâlir le plus beau des diamants. Elle avait également une fente sur le côté. Celle-ci laissait entrevoir le magnifique galbe des jambes de sa propriétaire. Elle possédait, également, un décolleté qui devinait le dessin de sa poitrine sans pour autant être trop aguicheur. En clair, une robe sexy, tout en étant raisonnable, qui la mettait en valeur sans la rendre provocante. Une robe faite pour elle.  

 

Après maintes négociations, Eriko put enfin obtenir de Kaori qu'elle achète la robe sans pour autant être sûre qu’elle la porterait un jour.  

 

 

Sur le chemin du retour, un homme essaya de s’emparer du portefeuille de Kaori. Mais c’était sans compter sur les réflexes de celle-ci. Réflexes qu’elle avait acquis depuis qu’elle s’entraînait avec Miki. Le voleur se retrouva sous une énorme massue la main en dehors pour que Kaori puisse reprendre son bien.  

 

Non loin de là, un homme observait la drôle de scène. Il sortit son portable et composa un numéro.  

-« Chef, on la tient » dit-il simplement.  

Un sourire machiavélique se dessina sur ce visage balafré qui regardait toujours Kaori s’éloignant de plus en plus de son champ de vision.  

 

 

A l’appartement, Ryô, affalé sur le canapé, tenait dans ses mains son magazine préféré. Enfin, c’est ce qu’on aurait pu croire si on ne le regardait pas plus attentivement. En effet, celui-ci avait le regard perdu. Il pensait à Kaori. A toutes ces années passées auprès d’elle à la taquiner, à la mettre en colère… Ces moments de complicité qui n’appartenaient qu’à eux…  

Un tremblement le sortit de ses pensées et, c'est ainsi qu'il se douta de l'arrivée prochaine de sa furie. Cependant, une drôle d’impression lui traversa l’esprit. Il venait de sentir une drôle de présence. Ce n’était pas celle d'un voleur mais une autre, bien présente, sûrement celle d’un professionnel. Il sentait que quelque chose allait se passer et de grave pour couronner le tout. Il était mal à l’aise et s’assura que Kaori rentra bien dans l’immeuble avant de se remettre dans sa position préférée.  

 

-« Je suis rentrée »  

-« Alors ? Tu m’as acheté quoi ? » Fit-il en sautillant partout.  

Il était plus sage de ne pas effrayer sa partenaire et puis si ça se trouve ce n’était pas lui qui était visé. Enfin c’est ce qu’il essayait de se faire croire même s'il savait que la réalité le décevrait encore et toujours de par sa réponse évidente.  

-« Oups ! J’ai oublié ! »  

-« QUOI ? Snif ! T'es michante avec moi… De toute façon, personne ne m’aimes » pleurnicha-t-il en se mettant à faire des petits cercles imaginaires avec son doigt comme un enfant.  

-« Si tu veux la prochaine fois tu viendras avec moi et tu choisiras toi-même ton cadeau. » Rétorqua Kaori telle une mère à son enfant.  

-« Ouais ! Tout ce que je veux comme cadeaux ? » Demanda-t-il avec son âme d'enfant.  

-« Tout ce que tu veux »  

 

Kaori ne savait pas encore mais la venue de Ryô avec elle allait peut-être lui sauver la vie.  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de