Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: Tiffany

Beta-reader(s): Sabi

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 13 capitoli

Pubblicato: 02-06-05

Ultimo aggiornamento: 07-11-07

 

Commenti: 79 reviews

» Scrivere una review

 

RomanceAction

 

Riassunto: Ce qui était au départ un simple bras de fer va devenir le commencement d'un mois plein d'aventures et d'émotions.

 

Disclaimer: Les personnages de "Un petit bras de fer " sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

What does HFC mean?

 

It's the name of the web site. HFC = Hojo Fan City.

 

 

   Fanfiction :: Un petit bras de fer

 

Capitolo 1 :: Instant de réfléxions

Pubblicato: 02-06-05 - Ultimo aggiornamento: 02-06-05

Commenti: Merci beaucoup à ma super beta Sabi qui à donné un grand coup de pouce à ce chapitre. Bonne lecture. N'oubliez pas de me laisser plein de reviews

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13


 

Un homme était accoudé à la rambarde, il réfléchissait aux évènements qui s'étaient produits ces derniers temps. Il avait peur, peur de perdre son soleil, sa vie, son ange. Mais aussi de s'engager dans une relation. Comme il aurait aimé que se soit l'une de ces femmes avec qui il passait la nuit et qui le lendemain s'en allait sans avoir eu le temps de vraiment s'attacher à lui. Tout aurait été plus simple. Mais avec elle, rien ne l’était, elle ne lâchait pas aussi facilement.  

 

Elle s'incruste, elle s'installe et sans s'en rendre compte, du jour au lendemain on remarque que l'on est dépendant, qu'on ne peut pas vivre sans elle. D'ailleurs il n'était pas le seul à avoir succombé au charme de sa ravissante partenaire. L'une des raisons pour lesquelles il n'acceptait pas (ou très rarement) les affaires venant des hommes, est qu'ils tombaient amoureux de son ange à lui.  

 

Bien des fois, il avait été sur le point de se trahir, tout cela à cause d'un regard, d'un geste qui en disait long sur les intentions des hommes en question. C'était tellement égoïste de sa part et il en était conscient mais il n’y pouvait rien, il ne voulait pas l'engager totalement dans son monde fait de souffrance et de mort. Mais il ne voulait ou plutôt ne pouvait pas la laisser partir. Elle était son rayon de soleil, son souffle de vie, celle qui avait fait du nettoyeur qui ne connaissait ni la pitié ni la souffrance, une sorte de justicier redresseur de tort.  

 

Et lui tout ce qu'il savait faire, c'était la rendre malheureuse. Il connaissait très bien la nature exacte des sentiments qu'elle avait envers lui et c’était peut-être ça qui lui faisait peur. Mais maintenant c’était décidé, et plus question de reculer, il ferait avancer leur relation. Il n'aimait pas la voir pleurer et pourtant elle l'avait beaucoup fait ces sept dernières années. Chaque fois qu'il lui envoyait une de ses remarques blessantes, chaque fois qu’il sortait le soir pour ne rentrer que très tôt le matin, chaque fois qu'il draguait les clientes et les passantes dans la rue (pour faire plus court, tout ce qui porte une jupe et a une belle paire de jambes). Il détruisait un peu plus le lien unique qui le reliait à sa belle. Et cette fois, il avait bien pensé la perdre, il devait bien s’avouer que ce n’était pas passé loin. Des gouttes d'eaux commençaient à tomber sur lui mais il ne s'en souciait pas le moins du monde. Il pensait à elle.  

 

- « Kaori, mon ange... » murmura-t-il.  

Ryo sortit une cigarette, l'alluma et la porta à ses lèvres.  

Il sourit en imaginant la réaction de son Sugar boy. C'était l'une de ses qualités, elle était surprenante.  

Elle pouvait aussi bien être en colère un moment et douce la seconde d'après, ou encore totalement indifférente et l'instant suivant couveuse. L'air de rien, ça ne lui déplaisait pas qu'elle s'occupe uniquement de lui, ni le fait de recevoir ses coups de massues. Ca lui prouvait qu'elle tenait toujours à lui. Mais plus il y repensait, plus il trouvait son attitude égoïste.  

Il ne la laissait pas entrer totalement dans son monde, ni être sa partenaire en tout point mais il ne la laissait pas non plus reprendre une vie normale. Il n'y pouvait rien, dès qu'un homme s'approchait un peu trop près de SA Kaori, il ne se contrôlait plus, il ne pouvait pas s'empêcher d'être jaloux, c’était plus fort que lui.  

 

L'amour, quel étrange sentiment.  

Il vous envahit tout doucement mais peut aussi vous amener à faire des choses dont vous ne vous pensiez pas capable. Il peut être doux, passionné, il peut vous prendre au moment le plus inattendu comme au détour d'une rue ou encore pour quelqu'un que vous connaissez depuis l'enfance.  

Quand on détient quelque chose, on n'y prête jamais attention, vous l'avez et cela vous semble normal de l'avoir mais dès qu'elle vous échappe, ce n'est qu'à ce moment que l'on se rend compte à quel point on avait de la chance de l'avoir et lui, plus que personne, était bien placé pour le savoir car il avait failli perdre la femme qu'il aimait au court de leur dernière affaire et depuis, il s'était remis en question. (NDB : Il était plus que temps mon vieux ! NDA : mieux vaut tard que jamais ma p’tite Sabi)  

 

Quelle était la décision qui la ferait le moins souffrir ? Quitter le milieu et en même temps, le quitter ou rester et vivre auprès de lui ? Il était peut-être préférable qu'elle parte, elle l'oublierait vite, se trouverait un mari et fonderait une vrai famille. Mais lui avait-il vraiment envie qu'elle l'oublie ? Et puis elle avait quand même son mot à dire, après tout, elle était la première concernée.  

 

Comment avait-elle pu le supporter toutes ces années ? Il ne le saurait probablement jamais mais il l'en remerciait. Il avait tout fait pour qu'elle parte, mais elle n'en faisait qu'à sa tête. Elle et son caractère de tête brûlée lui en avaient fait voir de toutes les couleurs.  

Il l'admirait pour toutes les fois où elle avait été enlevée, où elle tenait tête à ses adversaires. Parfois, la confiance qu'elle plaçait en lui, lui faisait peur. Saurait-il se montrer à la hauteur de cette estime ?  

 

Toujours les mêmes questions qui restaient sans réponses mais pour le moment, il n'était pas d'humeur à se creuser la tête davantage. Il écrasa ce qu'il restait de sa cigarette et en alluma une deuxième.  

 

Comment réussissait-elle à préserver son innocence malgré la noirceur du monde dans lequel ils vivaient ? Ca aussi il se l'était déjà demandé à maintes reprises. Elle était si généreuse, si gentille toujours prête à aider les autres. Elle était aussi très naïve, ce qui n'était pas un atout vu le métier qu'ils faisaient. Bien qu'il lui disait le contraire, elle était à ses yeux, la plus belle femme qu'y puisse exister et pour rien au monde il n'aurait changé de partenaire.  

-« Kaori, si tu savais... », dit-il d'une voix presque inaudible.  

 

Tout le monde était ou semblait être au courant des sentiment de Ryo à son égard, seule la principale intéressée les ignoraient. Elle était persuadée qu'il ne voyait en elle que la petite soeur de son défunt meilleur ami et qu'il se devait de veiller sur lui. Si elle savait qu'à chaque fois qu'elle versait des larmes à cause de lui, Ryo menait un véritable combat contre sa conscience. Le nettoyeur était partagé entre deux solutions : la laisser pleurer et souffrir de voir sa bien aimée dans un tel état à cause de lui ou la prendre dans ses bras et la consoler. (NDB : Se serait bien Ryo, oui ! NDA : Euh Sabi... on parle de Ryo là ! )  

 

De toute façon, sa décision était prise, il préférait mourir en ayant pleinement profité de chaque instant passé auprès d'elle que de partir avec des regrets. Cette affaire lui avait ouvert les yeux. Il ne voulait plus jamais vivre une épreuve comme celle-ci, plus jamais !!!  

Le plus drôle, c'était la façon dont tout cela avait commencé, autour d'un bras de fer, un simple bras de fer et ceux qui aurait dû être un mois de pur bonheur pour l'un des deux c'était transformé en un mois riche en action et en émotion pour les deux membres de City Hunter.  

 

 

P.S. : Si vous voulez savoir la suite rendez-vous au prochain chap. (NDB : bien sûr qu’on attend la suite et au boulot, plus vite que ça, maintenant, après la réflexion, l’action madame. NDA : Je m’y mets tout de suite Chef !!! )  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de