Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated R - Prosa

 

Autore: Lovenicky

Beta-reader(s): Eden

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 8 capitoli

Pubblicato: 28-01-06

Ultimo aggiornamento: 24-05-06

 

Commenti: 70 reviews

» Scrivere una review

 

RomanceRomance

 

Riassunto: Ryo et Kaori ont une nouvelle cliente qui pretends que son manoir est hanté...Ils vont s'installer la-bas quelques jours...Mais la peur de rencontrer des esprits va vite se transformer en jeux amoureux entre nos deux partenaires....

 

Disclaimer: Les personnages de "De la peur a l'amour" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

What can I do in this site?

 

The goal of HFC is to enable authors to have complete control on their work. After signing up for a new member account, you can log in and add/modify your own fanfictions. In the same way, artists can upload their fanarts. Only fa ...

Read more ...

 

 

   Fanfiction :: De la peur à l'amour

 

Capitolo 1 :: Une affaire de fantôme

Pubblicato: 28-01-06 - Ultimo aggiornamento: 28-01-06

Commenti: Salut les filles!!!! Comme promis, voici ma nouvelle fic!!! J'espere qu'elle vous plaira encore plus que la dernière, et tout cas je vais tout faire pour vous faire vibrer!!!! J'attends vos reviews!!!! Kiss ma EDEN de choc, je t'adore ma bébé...

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8


 

-« Une maison hantée ? C’est une plaisanterie ?  

-Ca n’en à pas du tout l’air….  

-Effectivement ça n’en est pas une…Malheureusement.  

Les deux nettoyeurs de l’équipe City Hunter se regardaient les yeux grands ouvert, surpris par la demande de leur nouvelle cliente, une jeune et jolie écrivain d’une trentaine d’années, qui se trouvait en face d’eux, dans leur salon.  

Ryo la dévisagea attentivement…Elle n’avait pas l’air folle…  

-Ecoutez, repris la cliente une certaine Mary Tadaka, j’ai beaucoup entendu parler de vous et je sais que vous êtes celui…enfin, ceux qu’il me faut.  

Kaori la regarda d’un air suspicieux. Si cette femme croyait pouvoir séduire Ryo elle se mettait le doigt dans l’œil !  

-City Hunter ne combat que les assassins et les truands, pas les soi-disant fantômes ! dit-elle avec une pointe d’agressivité.  

Mary Tadaka resta surprise de cette réaction.  

-Excusez nous, dit alors Ryo, il faut que je parle à ma partenaire, nous en avons pour une minute…  

Il attrapa la main de celle-ci et la traîna jusque dans le couloir.  

Une fois hors de la pièce elle se tourna comme une furie.  

-Ne me dis pas que tu veux accepter !? Cette fille prétend qu’il y a des esprits frappeurs chez elle, c’est une malade mentale ! Elle nous confondrait pas un peu avec ghostbusthers !?  

-Ce qui te gêne c’est qu’elle est très jolie…commença Ryo.  

Son visage se décomposa en trente secondes lorsqu’il vit sa partenaire dégainer une énorme massue spéciale « Moi, jalouse ? » Vif comme l’éclair il fila dans le salon mais Kaori était la reine du vol de massue et elle envoya son arme géante à travers la pièce…La massue attrapa Ryo derrière le crâne et l’écrasa contre, ou plutôt dans le mur d’en face… (NDA : Et oui ça commence bien !)  

Mary se figea et son visage passa du rose au bleu. « Mais ils sont complètement fous… » se dit-elle alors qu’une grosse goutte coulait sur son front…  

-Heu, dit-elle en se levant. Je crois que j’ai compris, je vais m’en aller…  

Ryo s’extirpa du mur en un dixième de seconde.  

-Attendez Mary ! Je suis l’homme qu’il vous faut, ne partez pas.  

-RYO !!! Hurla Kaori en ramassant sa massue.  

Il fit un bond vers elle et lui souffla à l’oreille :  

-Je te signale que tu te plains toujours de ne pas avoir de client et en plus on n’a pas un sou à la banque !  

Elle se calma sur le coup. C’est vrai Ryo avait raison…Ca faisait presque 1 mois qu’ils n’avaient eut aucun client… Mais cette femme qui faisait les yeux doux à Ryo ne lui inspirait pas confiance, mais alors pas du tout ! Et ces histoires de fantômes ne tenaient pas debout…Malgré tout elle s’adressa à la cliente un peu plus posément.  

-Pour combien de temps voudriez vous qu’on travaille pour vous ?  

-Oh, je ne sais pas, répondit la jeune femme avec une lueur d’espoir dans les yeux, mais je vous paierai le prix qui vous conviendra bien sûr !  

Voyant que Kaori hésitait encore malgré tout elle rajouta :  

-Je sais que mon histoire paraît improbable, mais c’est la vérité ! J’ai vraiment besoin de vous, je ne peux même plus dormir la nuit je suis morte de peur !  

« Finalement, elle n’a pas l’air de mentir, se dit Kaori. Elle a vraiment l’air d’être terrorisée… »  

-Très bien, répondit-elle, en priant pour ne pas le regretter. Nous acceptons.  

Ryo poussa un cri de joie et bondit vers Mary.  

-Je vais veiller sur vous jours et nuits, ne vous inquiétez pas Mary….  

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase que la massue de Kaori l’enfonçait dans le parquet…  

-Si vous aviez peur des fantômes, méfiez vous bien plus des êtres humains dans son espèce…dit-elle à Mary. Une libellule hasardeuse passa devant celle-ci.  

-Très bien… murmura-t-elle dépitée. Oh, j’y pense…  

Elle plongea sa main dans son sac et leur tendit un plan pour rejoindre sa maison, qui se trouvait au fin fond d’une forêt à deux heures de route de Tokyo.  

-C’est assez compliqué pour trouver, l’endroit est isolé…  

-Pas étonnant que vous ayez peur la nuit, commenta Kaori en détaillant le plan. Pourquoi ne pas déménager ?  

La jeune femme eut un regard triste.  

-Cette maison appartenait à mon arrière grand-mère et j’y ai grandit…Jamais je ne partirai…  

-Avez-vous une idée de qui peut être le « fantôme » qui vous veut du mal ? Demanda Ryo le plus sérieusement du monde.  

-Non, je ne sais pas, répondit Mary. Il a fait son apparition il y a un mois et je ne sais pas ce qu’il me veut…Il me demande juste de partir sinon, il me tuera…  

Kaori frissonna.  

-Je reconnais que c’est effrayant…  

-En tout cas je vous remercie d’avance de votre aide…Je dois partir mon chauffeur m’attend en bas. Je vous attends demain en début d’après-midi ?  

Elle leur fit un dernier signe de la tête et sortit.  

 

Une fois leur cliente partit, Ryo se dirigea vers la porte.  

-Où vas-tu ? demanda Kaori.  

-Je descends au stand de tir…Pourquoi, tu as besoin de moi ?  

A cette question son cœur se serra.  

Elle aurait tellement voulu répondre oui…  

Si seulement il pouvait savoir ce qu’elle ressentait pour lui…  

Il remarqua la lueur d’hésitation dans ses yeux et s’approcha d’elle. Elle frémit en sentant son parfum épicé…  

-Qu’est-ce que tu as Kaori ? Tu veux me dire quelque chose ?  

-Heu…Non, non pas du tout…Tu crois à cette histoire de fantômes ?  

Il sourit et le cœur de Kaori fondit comme neige au soleil... Bien sûr, il savait qu’elle ne voulait pas dire ça. Toutefois il répondit.  

-Je crois plutôt que quelqu’un veut faire partir Mary de chez elle en lui faisant croire que la maison est hantée…Reste à savoir qui et pourquoi…Tu n’as rien d’autre à me dire ? dit-il en se rapprochant un peu plus. Il était vraiment intimidant, car il était toujours très sûr de lui….  

Elle sentit un malaise l’envahir.  

-Pas du tout pourquoi tu me demandes ça ?  

Il la regarda fixement quelques secondes puis, comme s’il sortait d’un rêve, il se détourna et ouvrit la porte.  

-A tout à l’heure alors… »  

 

Elle resta toute bête au milieu du salon.  

Quelque fois il avait cet air lorsqu’il la regardait... « Se pourrait-il qu’il partage ne serait-ce qu’un peu mes sentiments ? se demanda-t-elle. Oh, n’importe quoi, Ryo n’en a rien à faire, je ne lui plait pas et c’est tout… »  

Malgré tout elle gardait toujours l’espoir qu’un jour son partenaire esquisse un tout petit geste pour lui montrer qu’il tenait à elle, même rien qu’un peu…Parfois elle surprenait un regard, mais dès qu’il sentait qu’elle le voyait, il faisait l’idiot ou bien il tournait la tête…  

Rester comme ça dans l’incertitude était un supplice pour elle, car en vivant avec lui c’était difficile de ne pas tomber de plus en plus amoureuse…Et à chaque fois qu’ils avaient une nouvelle cliente elle avait peur de le perdre…  

 

 

 

 

Le lendemain, ils se mirent en route vers midi. Le soleil n’était pas au rendez vous et il faisait froid. Kaori pelotonnée dans un grand pull rouge ramena ses jambes vers elle pour se réchauffer.  

 

-« Tu aurais pu faire réparer le chauffage ! Reprocha-t-elle à Ryo une fois sur la route.  

-Je le ferai quand j’aurai assez d’argent ! répondit-il au quart de tour. Mais comme tu refuses toutes les jolies clientes…  

-C’est faux ! La preuve j’ai accepté cette fois !  

-Oui, parce que notre compte en banque est dans le rouge c’est tout…  

Elle réalisa soudain, qu’ils se disputaient tout le temps à cause de la même chose : les jolies filles.  

Ca devenait de plus en plus difficile pour elle de cacher ses sentiments et elle supportait mal qu’il pense toujours aux femmes. Et elle ? C’était bien une femme non ? Et puis, même si elle manquait de féminité, elle était jolie…  

-Dis moi Ryo, demanda-t-elle alors.  

-Hum ?  

-Si je n’étais pas ta partenaire, tu me trouveras jolie ? (NDB : oulala voilà la question tant attendue vas-y Ryo répond franchement sinon massue !!!).  

Surpris par sa question, il fit un écart sur la route. Ce fut infime mais Kaori nota malgré tout cette réaction et écarquilla les yeux. Elle l’avait troublé !  

Il lui lança un regard courroucé.  

-La question ne se pose pas puisque tu ES ma partenaire.  

Pour une fois elle ne ressentit pas de colère, probablement parce qu’elle venait de se rendre compte qu’elle lui faisait quand même un peu d’effet…  

-Oui, c’est vrai, répondit-elle d’un air détaché. Je suis ta partenaire et rien de plus…Et puis je sais que je ne suis pas ton genre…  

Elle guetta sa réaction. Il ne répondit pas mais elle le connaissait comme si elle l’avait fait et elle remarqua cette étrange lueur au fond de ses yeux…  

 

 

Deux heures plus tard ils se garaient devant un grand manoir de style ancien.  

Un domestique les accueillit sur le perron.  

-Mr et Mrs Saeba, dit-il sans savoir de ce qu’il venait de provoquer dans le cœur de Kaori.  

Ryo fit un bond en arrière.  

-HEIN ?!! C’est pas ma femme, c’est…C’est juste mon associée !!  

-Oui !! Nous sommes juste…des associés ! Ajouta Kaori à contre cœur.  

-Oh, pardon, je vous prie de m’excusez, reprit le domestique. Je vous en pris pardonnez moi cette erreur et veuillez bien me suivre, madame Tadaka vous attend dans la salon…  

 

Ryo et Kaori lui emboîtèrent le pas dans l’immense demeure. L’intérieur était absolument fantastique, tout droit sortit d’un conte de fée…La pièce principale avait la taille d’une salle de bal et de grands escaliers en bois partaient de son centre et s’étiraient jusqu’au étages supérieurs. Tous les murs étaient recouverts de tapisseries anciennes qui montaient jusqu’au plafond. Un grand lustre très luxueux était suspendu au dessus de leurs têtes.  

Le domestique les fit entrer dans un salon à l’ambiance chaleureuse.  

Un feu crépitait dans une grande cheminée. Devant elle, deux grands fauteuils et un canapé entouraient une table basse où du thé et des petits fours attendaient.  

En les apercevant, Mary, se redressa.  

 

-Bonjour, lança-t-elle en souriant. Je vous attendais ! Asseyez vous je vous en prie.  

Ils prirent place sur le confortable canapé de cuir brun.  

Le domestique leur servit le thé, puis se retira après avoir fait une révérence à la maîtresse de maison et ses invités.  

-C’est vraiment très beau chez vous, dit Kaori en regardant autour d’elle.  

-Merci, répondit, Mary. Je suis ravie que ça vous plaise…  

-Parlez nous un peu plus amplement de ces apparitions, demanda alors Ryo.  

-Oui, répondit Mary l’air inquiet. En faite, il est revenu cette nuit. C’était horrible, il vient toujours à la même heure.  

-Minuit je suppose, commenta Ryo incrédule.  

Il n’avait vraiment pas l’air effrayé contrairement à Kaori qui se demandait déjà la nuit qu’elle allait passer. Elle ne croyait pourtant pas aux esprits frappeurs mais l’ambiance de la maison était assez impressionnante…  

-Oui, à minuit. Il…n’a pas vraiment de forme, c’est plutôt comme un voile de fumée blanche…C’est surtout sa voix qui me fait peur. Une voix d’outre tombe…  

Kaori attrapa le bras de Ryo sans s’en rendre compte. Il lui lança un regard moqueur, et elle le lâcha immédiatement.  

-Vous ne connaissez pas cette voix ? Poursuivit-il.  

-Non, je ne crois pas…Mais j’ai très peur monsieur Saeba. J’ai même fait venir un exorciste mais rien ne marche…Vous êtes mon seul espoir !  

On frappa à la porte. Une femme d’une soixantaine d’années entra et prévenu Mary que quelqu’un la demandait au téléphone.  

Celle-ci se leva et fit sonner une clochette. Le domestique apparut.  

-Trevor, veuillez conduire mes invités dans leurs chambres s’il vous plait.  

Elle se retourna vers eux et leur sourit.  

-J’ai du travail cet après-midi donc je vous laisserai faire le tour du domaine avec Trevor. Je vous retrouve ce soir pour le dîner ?  

 

Elle quitta la pièce et les deux partenaires suivirent de nouveau Trevor jusqu'à leurs chambres. Ils montèrent les immenses escaliers et arrivèrent dans un long et sombre couloir dont les murs étaient recouverts de tableaux. Le bruit de leurs pas était étouffé par l’épais tapis qui longeait le sol.  

Le domestique stoppa devant une porte au fond du couloir.  

-Votre chambre…  

Kaori eut un moment de surprise et regarda Ryo.  

Celui-ci entra dans la chambre et se retourna vers Trevor.  

-Il n’y a qu’un seul lit ? Demanda-t-il nonchalamment.  

-Heu…Oui, monsieur, c’est une chambre pour deux…  

-Mais…Mary n’a pas prévu deux chambres ? Questionna Kaori surprise.  

-Je suis désolé, repris le domestique confus. Madame Tadaka a ordonné que vous soyez logés dans cette chambre tous les deux…  

-Mais il doit bien y avoir une autre chambre, insista-t-elle de plus en plus mal à l’aise. La maison est immense…  

-Je suis désolé, répéta Trevor.  

-Ce n’est pas grave, coupa Ryo, on verra ça ce soir directement avec Mary. Merci Trevor.  

-Je vous attends dans la hall dans une heure pour vous faire visiter le manoir, dit ce dernier plus détendu. A tout à l’heure.  

Il disparut au fond du couloir.  

-C’est quand même étrange que Mary ne nous ai réservé qu’une chambre, elle sait pourtant que nous ne sommes pas ensemble, commenta Kaori perplexe.  

-Ca te fait si peur de dormir avec moi ? demanda Ryo de but en blanc.  

Elle releva les yeux vers lui, surprise de cette question inattendue.  

Il avait encore cette expression étrange dans le regard et ne la lâchait pas des yeux, attendant sa réponse…  

 

 

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de