Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG - Prosa

 

Autore: grifter

Beta-reader(s): Saintoise

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 25 capitoli

Pubblicato: 24-03-06

Ultimo aggiornamento: 29-12-09

 

Commenti: 464 reviews

» Scrivere una review

 

ActionRomance

 

Riassunto: Kaori, Ryo, un officier de police...Ryo va t il laisser Kaori filer le parfait amour avec un autre que lui ?

 

Disclaimer: Les personnages de "Coeur Indécis" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo. Sauf Sheena, Ryan Reynolds, Myriam, Jillian, Kobayashi et Iwakuni Yamaguchi qui sont de moi.

 

Tricks & Tips

How to make an interactive story?

 

Here's a helpful link. Tutorial

 

 

   Fanfiction :: Coeur Indécis

 

Capitolo 1 :: Vernissage

Pubblicato: 24-03-06 - Ultimo aggiornamento: 24-03-06

Commenti: Je fais une courte pause sur Ange à la dérive et donc lance cette fic ci entretemps. Le titre de la fic est de ma béta.:)Gros bisous ma grande et merci de ton aide. :)J'espère que vous aimerez.

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25


 

Tokyo, quartier de Ginza, la Galerie Graffica, onze heures du soir ; la soirée organisée à l’occasion du vernissage du peintre Juna Sonezaki battait son plein.  

 

Cette artiste peintre, très en vogue au Japon ces derniers temps célébrait ainsi son grand retour sur le devant de la scène après une longue traversée du désert. Sur le marché de l’art, ses oeuvres pointillistes s’arrachaient comme des petits pains et sa dernière exposition semblait plus que prometteuse aux yeux du gratin artistique.  

 

L’orchestre égrenait des airs de Wynton Marsalis tandis que quelques couples évoluaient sur la piste de danse improvisée. Un buffet dressé près du bar ne désemplissait pas. Les flashs des paparazzis crépitaient autour des invités qui se prêtaient bien volontiers au jeu.  

Parmi la foule, il y avait de nombreux invités triés sur le volet, et, à l’autre bout de l’immense salle, deux jeunes femmes en grande discussion attiraient les regards.  

 

L’une d’elle vêtue d’un long fourreau noir se nommait Eriko. Amie de longue date de Juna ainsi qu’un de ses mécènes les plus influents, elle avait tout naturellement été conviée à la soirée. Elle attirait beaucoup l’attention de la gente masculine, mais cela ne la dérangeait pas, elle en avait l’habitude.  

 

Quant à la jeune femme qui l’accompagnait, elle répondait au nom de Kaori Makimura. Cette dernière, enchantée à l’idée de pouvoir assister à l’un des événements mondains de Tokyo ne s’était pas faite prier pour accepter. Mais à la vue de la tenue choisie tout spécialement pour elle par son amie, elle avait bien failli se raviser.  

En effet, les jeans et les vêtements amples constituaient sa garde robe quotidienne et porter une robe aussi moulante et décolletée que celle qui l’habillait actuellement, n’était pas pour la mettre à l’aise, bien au contraire. Depuis qu’elle l’avait enfilée, elle avait constaté que le regard des hommes sur elle avait changé, il s’était fait plus brillant, plus chaud et intéressé. Kaori, tentait tant bien que mal d’ignorer tous ces yeux fiévreux rivés sur elle et qui détaillaient ses courbes, en se concentrant sur les toiles exposées devant elle.  

Malgré tout, elle appréciait d’être là. Passer un peu de temps avec Eriko lui permettait de se laisser complètement aller sans se soucier d’avoir à être constamment sur ses gardes comme son métier l’exigeait.  

 

Eriko feignait de ne rien remarquer de son côté, mais au fond d’elle-même se trouvait ravie que Kaori soit le centre d’attention des invités. Après tout, avec son partenaire, elle était toujours reléguée au second plan, et passait donc le plus souvent inaperçue.  

 

Mais pas ce soir. Ce soir, Kaori Makimura pouvait avoir tous les hommes qu’elle voulait.  

-A ta santé Kaori ! Déclara Eriko en entrechoquant son verre de champagne avec celui de son amie.  

 

Cette dernière la gratifia d’un superbe sourire et avala une gorgée du liquide pétillant avant de se pencher vers son oreille et de lui glisser :  

-Tu as eu une excellente idée de m’amener avec toi à cette soirée ! Voilà bien longtemps que je ne m’étais pas autant amusée ! Il faudra remettre ça plus souvent !  

-Mais avec grand plaisir ! Je suis ravie que tu aies pu te libérer aussi rapidement. Ryo ne voulait pas t’accompagner ?  

-Tu parles ! Ce soir il y a l’élection de miss Monde, tu le vois rater le défilé des maillots de bains ? Hors de question ! Monsieur vote en plus ! Quoi que je me doute que l’intelligence ne fasse pas partie de ses critères de sélection, une jolie poitrine et une paire de fesses rebondies voilà ce qui le motive !  

-Ah les hommes ! Reprirent-elles en chœur tout en s’esclaffant.  

 

Une petite jeune femme brune aux longs cheveux et aux lunettes rondes qui discutait avec un couple à quelque distance, joua des coudes pour se frayer un chemin jusqu’à elles.  

 

-Ah Juna, permets-moi de te présenter mon amie Kaori dont je t’ai si souvent parlé, dit-elle tout en s’effaçant devant Kaori qui tendit chaleureusement la main à l’hôtesse de la soirée.  

 

-Rabattu les oreilles serait le terme plus approprié tu ne trouves pas ? Lui rétorqua-t-elle du tac au tac avec un clin d’œil complice. Enchantée de vous connaître enfin en chair et en os. Eriko n’avait pas menti, vous êtes sublime !  

 

Kaori sentit le rouge lui monter au visage face aux compliments des deux jeunes femmes. Désireuse de changer de sujet, elle aiguilla donc la conversation sur les chefs-d’œuvre exposés derrière les vitrines.  

 

-Moi de même, Juna. Votre travail est vraiment magnifique, j’adore vos toiles et je constate que je ne suis pas la seule à en juger par le nombre de personnes présentes ici ce soir.  

 

Juna parcourut rapidement la salle du regard puis finit par confesser :  

 

-Vous savez, tous ces gens ne sont que des pique-assiettes, ils ne voient que l’opportunité de manger et de boire à l’oeil. Entre nous, ils savent que les magazines couvrent l’événement et comptent bien avoir leur photo dans les journaux demain.  

 

Elle avait dit cela d’un air las et désabusé. La vie s’était chargée de lui apprendre que seuls les véritables amis répondaient présents lorsqu’on croulait sous les problèmes.  

Eriko avait été de tous les projets de Juna et méritait plus que quiconque sa place ici ce soir.  

Un groupe de journalistes accaparèrent bientôt l’artiste et elle s’éclipsa avec eux, non sans avoir recommandé aux jeunes femmes de profiter de la soirée au maximum.  

 

-Une autre coupe, ça te tente? Questionna Kaori en désignant du regard le buffet à l’autre bout de la salle.  

-Oui, bonne idée ! Ce champagne est fameux ! Avoua Eriko qui en était déjà à sa troisième coupe et commençait à ressentir les effets de l’alcool. Une douce chaleur s’emparait progressivement d’elle. Elle se sermonna mentalement de boire autant alors qu’elle n’avait pas vraiment eu l’occasion de faire une sortie avec Kaori depuis quelques temps. -Juste une petite dernière, se dit-elle, après tout, avec la semaine que j’ai eu, ça ne pourra me faire que du bien et me détendre.  

Eriko revenait tout juste d’un long et pénible voyage en Corée du Sud où elle avait présenté sa dernière collection qui avait remporté un franc succès.  

 

Ayant réussi à atteindre le buffet tant convoité, Kaori avait entrepris de remplir deux coupes et venait de découvrir les canapés jusque-là inaccessibles. Toute la soirée, une meute de paparazzis avait campé devant pour capturer les meilleurs clichés possibles de la réception, masquant ses délicieux toasts de sa vue.  

 

-Mmmh je sens que je vais me régaler ! Ah Ryo ! je me doute de ce que tu dois être ne train de faire en ce moment, mais tu aurais mieux fait de m’accompagner, tu aurais fait un festin de roi !  

 

Encombrée par ses assiettes et les coupes, elle tenta de rejoindre Eriko mais c’était plus facile à dire qu’à faire. Devant elle un couple à l’air suffisant et hautain lui barrait le passage, gesticulant et piaillant comme s’il se trouvait seul au monde et ignorant superbement la jeune femme.  

Cette dernière ne pouvait pas leur signaler sa présence et ne pouvait pas non plus rester plantée comme un piquet trop longtemps sans peur de faire basculer tout ce qu’elle portait.  

Le couple continuait cependant de plus belle sans guerre se soucier d’elle.  

N’y tenant plus, elle parvint finalement à les contourner mais ne réalisa que trop tard l’obstacle dans lequel elle venait de buter. Un serveur venait de couper sa route et elle se retrouva déséquilibrée vers l’avant. Le précieux liquide contenu quelques secondes auparavant dans sa coupe alla se répandre sur la veste en vison d’une vague Comtesse.  

 

Attirées par les vociférations tonitruantes de cette dernière, Juna et Eriko convergèrent de concert vers l’attroupement qui se formait peu à peu autour de la pauvre Kaori.  

Plus que gênée, elle tentait poliment de s’excuser mais sans succès. Juna se précipita sur une serviette et entreprit d’éponger de son mieux la veste de la Comtesse. Peine perdue, le mal était fait et hélas, était irréparable.  

-Regardez moi ça ! Mais regardez moi ça ! Une veste de ce prix, si ce n’est pas malheureux ! Criait la propriétaire du vêtement à l’auditoire. Puis elle se tourna vers Kaori et leva la main avec la ferme intention de gifler la jeune femme pour son outrecuidance.  

 

Avant qu’elle n’ait pu mettre son projet à exécution, une ombre se positionna devant Kaori s’interposant ainsi entre les deux femmes.  

Kaori qui avait baissé les yeux de honte ne se rendit pas compte immédiatement de l’arrivée de son sauveur. Ce n’est que lorsqu’elle entendit une voix masculine s’élever, tachant de cacher une colère mal contenue, qu’elle releva la tête.  

- Où vous croyez vous Madame ? Ce n’est pas parce que quelqu’un trébuche, et renverse un verre que ça vous donne le droit de le gifler !  

 

Le ton était dur, voire cassant. Et la stature de l’homme forçait le respect.  

 

-Dites donc vous je ne vous ai pas sonné que je sache ! Se plaignit la harpie. Occupez-vous de vos affaires !  

-Eh bien il se trouve que ce sont justement mes affaires, je me présente Officier Ryan Reynolds et cette jeune personne m’accompagne.  

-Vous êtes officier de police ? Vous ? Me prendriez-vous pour une idiote ?  

-Pour cela tranquillisez vous, vous vous en chargez très bien toute seule (ndb : ça, c’est envoyé !). Voilà ma plaque pour preuve de ce que j’avance.  

 

La vue de la plaque acheva de clore le bec de la harpie qui tout en maugréant, arracha son manteau des mains de Juna avant de disparaître, les journalistes sur ses talons.  

 

- Madame la Comtesse, revenez je vous en prie, tout ceci n’est qu’un accident malencontreux. Madame la Comtesse ! Implora Juna tant bien que mal, en emboîtant le pas à la Comtesse suivie d’Eriko.  

 

Kaori, médusée par la scène qui venait de se dérouler sous ses yeux se retourna pour faire face à son sauveur providentiel.  

Un coup d’œil rapide mais discret lui confirma sa première impression : cet homme n’avait en rien l’air d’un enfant de chœur. Il avait le teint hâlé qui faisait ressortir ses prunelles bleu azur et sa chevelure châtain clair. Ses muscles saillants emprisonnés ainsi que l’aura qui se dégageait de tout son être ne pouvaient laisser indifférent. Etre interrogé au poste par cet homme ne devait pas être une partie de franche rigolade ! Kaori s’imagina l’espace d’un instant celui ci immobiliser à main nue un suspect et le questionner de manière musclée.  

Pourtant le regard chaud et le sourire séducteur qu’il lui adressa achevèrent de la désarçonner (ndb : comme je la comprends). Il se dégageait de cet homme un je ne sais quoi qui vous pousse instinctivement à lui faire confiance avant même de le connaître.  

 

Non, ce type ne peut pas me trouver à son goût, se dit-elle alors, impossible !  

 

Il se décida enfin à prendre la parole :  

 

-Alors ?  

-Alors quoi ? Lui répondit elle amusée.  

Le sourire du policier s’élargit et il posa la question qui lui brûlait les lèvres :  

-Alors, allez-vous me dire votre nom ou bien dois-je le deviner ?  

Et là, sur un coup de tête, mue par un besoin irrépressible de lui dévoiler son identité, elle lâcha :  

-Kaori, Kaori Makimura. Merci de votre aide tantôt.  

-Plaisir partagé ! Rabattre le caquet de cette vieille taupe m’a beaucoup amusé, croyez-moi. Et puis clamer haut et fort que je suis le cavalier de la plus jolie femme de cette soirée n’est pas des plus désagréables, je dois bien l’avouer.  

Ces propos firent rougir Kaori qui aurait volontiers disparue dans un trou de souris si elle l’avait pu.  

 

Sur ses entrefaites, Eriko les avait rejoints.  

-Je ne sais pas si je devrais vous remercier, Officier Reynolds, d’avoir osé dire tout haut ce que tout le monde pensait tout bas !  

-Comme je le disais à mademoiselle Kaori, ce fut un plaisir. Maintenant si vous voulez bien m’excuser, mon ami au bar requiert ma présence. Excellente fin de soirée à vous deux et qui sait à très bientôt j’espère.  

 

Sur ce, il les quitta, laissant une Kaori pivoine et une Eriko des plus joviales.  

 

-Tu as une touche si tu veux mon avis, ma chère. Il est plutôt pas mal et ça te changera de Ryo qui ne fait pas attention à toi.  

-Tu plaisantes j’espère ?  

Et, désireuse de clore la discussion, Kaori prit congé de son amie :  

-Il se fait tard, je vais rentrer, tu embrasseras Juna pour moi, d’accord ? A demain !  

 

Passant devant le vestiaire, elle récupéra son manteau pendant que le voiturier lui hélait un taxi.  

Sentant un regard sur elle, Kaori se retourna.  

Au fond de la salle, assis au bar tout en sirotant un cocktail, l’officier Reynolds ne la quittait pas des yeux.  

Kaori lui fit un signe et lui adressa un timide sourire avant de monter dans le taxi et de disparaître dans la nuit.  

 

 

 

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de