Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated R - Prosa

 

Autore: grifter

Beta-reader(s): Rivière

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 4 capitoli

Pubblicato: 06-04-06

Ultimo aggiornamento: 01-08-06

 

Commenti: 54 reviews

» Scrivere una review

 

ActionDrame

 

Riassunto: Une vague d'attentas frappe la capitale nippone et le gouvernenment fait appel à nos amis pour lutter contre les terroristes. cette fic sera assez sombre et plutôt centrée sur le personnage de Ryo que de Kaori.

 

Tricks & Tips

I haven't received the activation email.

 

If you didn't receive the activation email, you probably entered an incorrect email address or you are using Caramail (that refuses automatic emails). In this case, contact me using the email address you put in your profile or one that you want t ...

Read more ...

 

 

   Fanfiction :: Dommage collatéral

 

Capitolo 1 :: Déflagration

Pubblicato: 06-04-06 - Ultimo aggiornamento: 06-04-06

Commenti: Je sais, je sias vous vous dites : c'est pas vrai elle commence une autre fic et elle en a déjà deux pas finies! :( promis je n'en lance pas d'autre. bon j'espère que vous aimerez quand mêm un peu. J'attends vos feedbacks positifs ou négatifs. Meric à ma petite béta Rivière pour son aide. cette fic est sa première ne tant que béta :) Bonne lecture et bises :)

 


Capitolo: 1 2 3 4


 

Marché d’Ameyoko au nord de Tokyo, le long de la voie de chemin de fer, Kaori pénètre dans une échoppe vivement recommandée par Reika.  

Un tintement annonce son entrée et une femme d’âge mûr s’avance au devant d’elle en s’inclinant légèrement. Kaori lui répondit d’un signe de tête appuyé et commence à parcourir les différents rayons. La jeune nettoyeuse est à la recherche d’un cadeau original pour Kazue dont l’anniversaire tombe tout juste dans une semaine.  

La boutique regorge de trésors: vieilles boîtes à musique, paravents, lampes orientales, tapisseries, toute sorte de dentelles, un assortiment impressionnant de jouets et poupées en bois ainsi que d’anciens flacons de parfums ouvragés entre autres. La jeune femme s’extasie devant la profusion d’objets insolites et hétéroclites rassemblés là. Elle se persuade que si elle ne trouve pas son bonheur dans cette caverne d’Ali baba, elle ne le trouvera jamais.  

 

Voyant que sa cliente semble avoir du mal à se décider, la vendeuse vient à sa rescousse.  

 

-Puis je vous aider Madame? Cherchez vous quelque chose de précis? S’enquière cette dernière.  

-Eh bien, oui en effet.Je cherche un cadeau qui sorte de l’ordinaire.C’est pour l’anniversaire d’une amie.  

-Quel âge a-t-elle si je puis me permettre ?  

-La trentaine.  

-Vous cherchez plutôt un bijou, un bibelot… ?  

-Un bijou, pourquoi pas ? Quelque chose d’assez discret mais élégant tout de même.  

-Bien, je pense avoir ce qu’il vous faut.Attendez un instant que je remette la main dessus.  

Farfouillant parmi ses boîtes, la vendeuse en extirpe bientôt un long écrin qu’elle pose sur le comptoir, laissant à son acheteuse le soin de l’ouvrir.  

-Je vous laisse regarder à votre aise, prenez tout votre temps.  

Et sur ce elle s’éclipse à l’autre bout du magasin pour s’occuper d’une autre cliente.  

Kaori, gagnée par la curiosité, s’empresse d’ouvrir l’écrin. A la vue de ce qu’il contient, elle ne peut réprimer un sourire. Bingo, voilà qui plaira à Kazue à coup sûr ! Une multitude de bijoux anciens : camées, broches en tous genres et de toutes tailles, bagues délicatement ciselées, longs rangs de perles et boucles d’oreilles assorties s’entassent dans un joyeux désordre. Kaori saisit plusieurs pièces qu’elle inspecte longuement.  

 

La vendeuse revint sur ses entre faits.  

-Vous trouvez un bijou qui conviendrait à votre amie ?  

-Asssurement ! Ils sont tout simplement magnifiques ! Exactement ce que je cherchais !  

Après avoir admiré plusieurs bagues, le regard de Kaori se pose sur une splendide broche en forme de papillon Morphos aux ailes ciselées et serti en son centre d’une améthyste entrelacée d’un saphir.  

L’ayant saisi et accrochée à son haut, la broche était du plus bel effet.  

Visiblement Kaori a fait on choix.  

-Excellent choix Madame !  

-Combien coûte elle ?  

La vendeuse lui indiqua un prix que Kaori juge raisonnable.  

-Bien, je la prends. Pourriez vous me l’emballer s’il vous plaît ?  

-Bien entendu Madame.  

 

La jeune femme paie, remercie la vieille dame et quitte la boutique, munie de son précieux cadeau qu’elle met au fond de son sac à mains avant de se rediriger vers la station de train.  

Onze heures approchent, il lui faut encore faire les courses pour le repas.Elle jette un rapide coup d’œil à sa liste. Il ne lui manque plus que les épinards, le mirin et le dashi.  

« Je devrais tout trouver dans les parages se dit-elle ».  

Déambuler dans les allées du marché parmi les étals regorgeant de nourriture aiguise son appétit. Quelques mètres plus loin, les cris d’un vieux monsieur vantant sa marchandise la pousse à s’arrêter.  

 

Voyant la jeune femme s’approcher, le vendeur bombe le torse fièrement avant de déclarer :  

-Les meilleurs manjus du quartier ! Venez goûter pour vous rendre compte !  

-Bonjour Monsieur.C’est vrai qu’ils ont l’air succulent, je crois que je vais me laisser tenter  

-Bonjour Madame, tenez goûter moi ça, et dites moi si je mens.  

Il lui met dans les mains un petit gâteau de riz aux haricots rouges encore chaud et attendit son verdict.  

Kaori s’empresse de le porter à ses lèvres et de l’avaler.  

-Mhh vous avez raison, un vrai délice ! Je vais vous en prendre une dizaine.  

-Madame est gourmande la taquine le vieux monsieur tout en lui tendant son achat et rangeant sa monnaie.  

-Oui, mais mon partenaire l’est encore plus, alors si je n’en prend pas assez, il aura tout englouti avant que j’ai pu en goûter un seul !  

-Merci de votre achat et bonne journée !  

-Merci, à vous également !  

 

Trouver les trois autres ingrédients s’avère plus rapide que prévu, elle les trouve chez la vendeuse attenante.  

Kaori, fait demi tour et prend la direction du métro.  

 

Elle ne se trouve plus qu’à quelques mètres, que des cris de panique s’élèvent derrière elle.  

La jeune femme se retourne vivement et se fige à la vue de ce qui se passe un peu plus loin.  

Au milieu de la foule des passants qui courent dans tous les sens à la recherche d’un abri, un homme se tient debout, une charge explosive placée bien en évidence sur son torse.  

Le sang de Kaori ne fait qu’un tour. Impossible de trouver un abri en pleine rue à cette distance pour échapper à la déflagration.  

Non ! Je ne veux pas finir comme ça ! Pas sans me battre !  

 

On dit que lorsqu’on est sur le point de mourir, votre vie défile en une seconde devant vos yeux.  

Kaori revoit en flashs le visage de tous ses amis, de son frère et de ses parents. Sa dernière pensée est pour son partenaire.Ryo. Elle ne lui avouerait jamais ses sentiments en fin de compte. Quelle ironie du sort !  

Soudain, plus aucun son en lui parvient et une lumière aveuglante suivie d’un puissant souffle chaud provoqué par la déflagration arrive à toute vitesse sur elle.Elle se retrouve projetée contre le mur comme une poupée désarticulée.  

 

Tranquillement assis devant sa tasse de café noir, Ryo, était loin de se douter du danger que Kaori courrait.  

Comme d’habitude il se livrait à son passe temps favori consistant à faire enrager Miki et Falcon.  

-Ryo tiens toi tranquille, y en a marre maintenant ! C’est la seconde cliente que tu fais fuir depuis que tu as franchi la porte ! Le menaça Miki en brandissant une massue.  

-Je n’y suis pour rien si elles sont folles de mon corps athlétique !se plaignit-il.  

-Quel corps athlétique ? Falcon, lui, a un corps athlétique, toi en revanche à part courir après les filles je trouve que tu te laisses aller dernièrement question entraînement.  

-Quoi ? Ce monstre ? Tu oses comparer le corps du plus beau mâle du Japon avec ce Monsieur Univers de pacotille ? Ma pauvre Miki tu n’as vraiment aucun goût !  

C’en était trop pour Falcon! Sans crier gare, il balança la machine à café à la tête de son ami qui, ne s’y attendant pas et qui la reçue en pleine tête. Il en dégringola de son tabouret.  

 

Un couple qui venait de pénétrer au Cat’s assista à toute la scène.Horrifié de l’accueil réservé aux clients, il fit immédiatement demi-tour sans demander son reste.  

 

-Vous voyez, vous faîtes fuir les clients sans mon aide, couina le nettoyeur en se relevant.  

Les deux hommes allaient en venir aux mains quand Miki proposa une trêve :  

-Falcon, tu veux bien allumer la télé, s’il te plaît, c’est l’heure des infos. Ca nous changera des inepties de Ryo.  

Ce dernier, jugeant qu’il était temps de partir, lâcha une dernière remarque :  

-Bon, puisque c’est comme ça, je préfères rentrer déclara t-il en enfilant sa veste. Salut la compagnie !  

 

Alors qu’il allait franchir la porte, le journaliste d’HNK annonça un flash spécial :  

« Nous sommes en direct du marché d’Ameyoko où un kamikaze vient de se faire sauter il y a une heure en pleine rue au beau milieu des commerçants, tuant ainsi des dizaines de personnes à cette heure d’affluence. Nous ignorons à l’heure actuelle le nombre exact des victimes mais nous ne manquerons pas de vous tenir informés. Pour l’instant cet acte n’a pas été revendiqué. Pour vous permettre de joindre la cellule de crise, voici le numéro à votre disposition si vous êtes à la recherche d’un membre de votre famille. Les blessés ont été transportés à l’hôpital le plus proche.  

Nous reprenons le cours de notre journal avec cette information concernant…. »  

 

Le sang du nettoyeur ne fit qu’un tour. Il se raidit instantanément en entendant la nouvelle.  

Kaori ! Pourvu qu’elle ne soit pas parmi les victimes, supplia t-il mentalement.  

Elle lui avait fait part de son intention de s’y rendre pour les courses et pour dénicher un cadeau pour Kazue.  

En une fraction de seconde le nettoyeur décampa.  

 

-Quelle horreur ! Vraiment c’est une attitude de lâches ! Déclara Miki en se tournant vers son mari.  

A cet instant elle se rendit compte que Ryo avait disparu.  

-Qu’est ce qui lui prend ? Se demanda Miki, il a réagi comme s’il était concerné.  

-Peut être est ce le cas ? Qui te dis que Kaori ne se trouvait pas sur les lieux lui rétorqua le mercenaire.  

-Oh, mon dieu, j’espère de tout mon cœur que non !souffla la jeune femme horrifiée à la pensée qu’elle venait peut être de perdre son amie.  

-Attends avant de t’en faire.Si ça se trouve elle est bien tranquillement chez elle à se demander ce que cet imbécile fabrique. Si il y a quelque chose, nous le saurons bien assez tôt.  

 

Mais au fond de lui, il savait pertinemment que la réaction de Ryo ne pouvait signifiait qu’une chose : quelqu’un de sa connaissance faisait très probablement partie des victimes. Restait à savoir qui ?  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de