Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: cdm98

Status: Completa

Serie: City Hunter

 

Total: 1 capitolo

Pubblicato: 04-05-06

Ultimo aggiornamento: 04-05-06

 

Commenti: 7 reviews

» Scrivere una review

 

Action

 

Riassunto: Coupe du Monde 2002 en Corée. Le city Hunter a à effectuer la protection d'un grand joueur ... Pour les mecs..mais les filles sont les bienvenues...

 

Disclaimer: Les personnages de "COUPE DU MONDE" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

I activated my account, but I still don't have access to the NC-17 section.

 

Account activation and access to the NC-17 are not linked. You can have an activated account, but to have access, you have to make another request.

 

 

   Fanfiction :: COUPE DU MONDE

 

Capitolo 1 :: Tous en Corée

Pubblicato: 04-05-06 - Ultimo aggiornamento: 09-05-06

Commenti: Coupe du Monde 2002 en Corée. Le city Hunter a à effectuer la protection d'un grand joueur ... meme si c'est du foot, les filles sont les bienvenues.

 


Capitolo: 1


 

ACTE UN  

 

Ryo a failli s’en étrangler. Le croissant au beurre est passé de travers…pour une fois qu’il se lève tôt (Il n’est même pas encore midi…ah si, ça y est…) il faut que Kaori lui assène un tel coup !  

« -Vas y répète, j’ai du mal entendre ??? ». Ryo arbore ça tête d’abruti congénital. Il ne comprend rien à ce que lui dit sa coéquipière.  

- Je te dis que j’ai accepté un travail en or…Et c’est toi qui t’y colles. Je te rappelle qu’après avoir foiré notre dernier rendez-vous tu m’as promis d’accepter le premier boulot qui se présente !  

- Oui mais là faut pas exagéré ! Si on t’avait demandé de protéger un caniche tu aurais accepté aussi ?  

- Parfaitement ! Et si tu rechignes encore une fois je te présente monsieur 500 tonnes. Ça te dit ? Kaori a déjà joint le geste à la parole. A bout de bras, une énorme massue…Celle là si elle tombe de toute sa hauteur ça risque de faire du bruit.  

- Ok, ok, ok, calme toi. C’est qui ce type tu m’as dit? Et à quoi il joue ?  

- David Beckham espèce d’ignare. C’est la plus grande star de soccer de la planète. (ndla : là-bas le football ils appellent ça le soccer….)  

(NDLA : pour ceux qui n’auraient pas encore tilté, avec qui il est marié BECKHAM ???)  

- Pff. Du soccer. En voilà des gens qui ont du temps à perdre. Vingt deux bonhommes qui courent après un ballon pendant deux heures pour qu’à la fin il n’y ait même pas un point de marqué ! Faut vraiment rien d’autre avoir à faire. Y a même pas de nanas dans leur truc ! En plus je les ai vus une fois : quand ils marquent un point…  

- On dit un but !  

- Ouais ben quand ils marquent un but ils se jettent tous les uns sur les autres. Je me demande si…  

PAF !  

- tu ne l’as pas vu venir celle-là hein ??? Je t’avais prévenu, arrête de râler !  

Je confirme, 500 tonnes c’est chatouille quand même pas mal !!!! Maintenant en plus de sa tête d’ahuri Ryo se balade avec une bosse de 20 centimètre de haut sur le crâne, deux dents en moins, et un œil poché. On dirait qu’il a croisé les gangs avec Mike Tyson, sauf qu’il a encore ses deux oreilles … ;-).  

 

- Bon d’accord faut que tu ailles en Corée, mais c’est quand même pas si loin.  

- Je t’ai déjà dit que j’étais interdit de séjour là-bas.  

- Et ça t’a déjà arrêté peut être ?  

 

Trente minutes. C’est seulement après ce délai que la discussion s’arrête. Ryo n’a pas le choix, il a promis. Garde du corps d’un joueur de football pendant la coupe du monde il y a quand même plus ingrat comme travail. Tous frais payés, avec la possibilité de voir les matchs gratuitement, passe « back stage »…(NDLA : moi j’aurais assassiné pour ça !)  

Pourtant Ryo, ça n’a pas l’air de le fasciner. Il a la tête des mauvais jours comme quand on demande au gamin d’aller sortir les poubelles : « et avec le sourire s’il te plait… » !  

Même Zizou, il ne le connaît pas, c’est pour dire ! Tout ce qu’il sait c’est qu’il va devoir jouer la nounou d’une star du ballon rond pendant trois semaines dans un pays où il est fiché comme ennemi public numéro un. Nounou de star il en a déjà soupé et ça ne l’enchante guère : caprices en tout genre, dédains, attitude détestable…tout ce qu’il ne peut supporter !  

 

Kaori l’attend dans la Panda.  

« Mais qu’est ce qu’il fait encore !!! Il va nous faire rater l’avion. Il le fait exprès. J’ai l’impression que ça va encore saigner »  

Sur ces mots une espèce de vieux bonhomme, chevelure grisonnante , grosse moustache bien épaisse, barbe de père noël, le dos voûté s’appuyant sur une canne s’approche de la voiture et s’apprête à monter à bord. Ce sont sûrement la paire de lunettes à triple foyer qui ont trompé Kaori…  

« -Non mais ça va pas grand père, vous vous croyez où ???  

- A l’aéroport s’il vous plait jeune homme. Rétorque le papy d’une voix chevrotante.  

- Non mais il n’est pas bien l’ancêtre ??!!…  

On ne sait pas trop ce qui a déclenché l’ire de Kaori : le fait qu’il prenne son auto pour un taxi ou qu’il la confonde avec un petit gars ? Toujours est-il que malgré l’âge avancé de son interlocuteur Kaori a dégainé la massue de compétition.  

-Celui là il ne se relèvera pas, pense t elle. C’est directement au cimetière que je le l’envoie !  

La massue commence sa course mortelle (mais comment fait elle dans la panda ???). Alors que l’impact est imminent le grand père d’un geste vif et précis esquive et saute sur la banquette arrière…  

-Mais arrête Kaori, tu vois bien que c’est moi…  

-…  

Cette fois c’est elle qui affiche une mine loin de l’intellectuelle ! La surprise est totale. Mais comment Ryo s’y est il pris ? Elle est tombée dans le panneau comme une débutante. Comme coéquipière du plus grand professionnel elle se pose là…  

-Mais quelle abrutie je fais…j’aurais du le reconnaître… se dit elle. Mais elle ne peut pas perdre la face, il faut qu’elle retombe sur ses pattes (NDLA : vous connaissez les femme, même dans l’erreur faut qu’elle ait raison !)  

-Espèce d’abruti, j’ai failli avoir une crise cardiaque avec tes imbécillités. Tu peux pas prévenir non ???  

- Ben si je t’avais prévenu je n’aurais jamais pu tester mon déguisement.  

-C’était un test tout ce cinéma ??? Tu n’es vraiment pas net comme garçon.  

-Quel aurait pu être le meilleur test ?? Si même toi tu ne me reconnais pas, personne ne le pourra !!!  

Oui ben il a raison sur ce coup là. Zut, il n’y a rien à répliquer là !!!! Kaori a perdu cette manche, mais elle compte bien se rattraper…  

 

Le court voyage qui les mène vers l’aéroport se passe dans le plus grand silence. Il faut bien avouer que Ryo n’est pas à l’aise. Il a beau être un grand professionnel, ce qu’il ne maîtrise pas, il n’aime pas. Et l’avion, il ne maîtrise pas du tout.  

Kaori trouve son attitude assez inquiétante. Que mijote t-il ?? Ce n’est pas son habitude d’être si taciturne. En plus elle vient de doubler un joli cabriolet avec à son bord deux jolies jeunes femmes courtement vêtues et ça ne l’a même pas fait sourcilier. Vraiment étrange…  

 

« -Vol pour Séoul n° 540012 porte 17 terminal E. Embarquement immédiat. » (NDLA : je n’ai pas eu la chance de prendre l’avion au japon alors c’est totalement au hasard que je cite la porte et le terminal !! ;-))  

Ryo est partagé : d’un coté l’angoisse de prendre l’avion lui tord l’estomac, et de l’autre les hôtesses d’embarquement son tellement…appétissantes.  

Heureusement pour Kaori malgré les velléités de l’étalon, les chevaux restent gentiment au box, la peur au ventre. « J’aurais du l’emmener plus souvent en avion » se dit elle.  

« -Messieurs Dames, votre carte d’embarquement s’il vous plait…Merci…deuxième rangée, siège 36 et 37. »  

Même là, il n’a pas bougé d’un pouce. Dans le couloir exigu de l’appareil il a frôlé l’hôtesse pourtant plantureuse et pas une incartade, rien. Un miracle pense t elle.  

« -Super, juste à côté des toilettes… » grommelle t-il.  

C’est incroyable : l’avion est bondé de jolie fille et Ryo ne bronche même pas. Il reste les yeux rivés au sol, bien dans son personnage de grand père…  

 

Ça y est, tout le monde est en place. L’appareil est en ligne. Le pilote met les gaz. Un vrombissement se fait sentir à travers tous les sièges. Pourtant il n’avance pas d’un pouce. En réalité c’est normal. Le pilote pousse les gaz à fond et quand la poussée est optimum il lâche les freins. Kaori regarde par le hublot. C’est marrant une piste de décollage en plein milieu de l’océan (NDLA l’aéroport est construit sur un polder).  

«- T’as vu Ryo il y a même des mouettes !!  

- hum hum… »  

Cette réponse pour le moins laconique l’interpelle. Le ton est légèrement …constipé dirons-nous.  

Elle tourne la tête pour le regarder en face. Elle veut constater de visu qu’il est bien réceptif.  

Alors là, elle s’attendait à tout sauf à ça.  

Ryo est rivé au siège. On pourrait même dire empreint dans le siège tellement il y est enfoncé. Ses deux mains serrent les accoudoirs avec une telle force qu’il en déforme le plastic. Son visage est tétanisé, les yeux grands ouverts derrière ses lunettes factices. Pas un clignement de paupière, rien. Un rictus de terreur fige définitivement son visage.  

Kaori ne peut s’empêcher d’éclater de rire. Le chevalier sans peur et sans reproche qu’elle croyait avoir comme coéquipier est pire qu’une fillette à bord d’un avion. Toujours bon à savoir…  

Ça y est le pilote a libéré le monstre….les 12 tonnes de poussée de l’airbus A320 se font particulièrement sentir sur le siège de Ryo tant celui-ci est rigide. Son visage se déforme au cours de l’accélération jusqu’à un sourire béa. Le genre de sourire qu’on arbore juste avant de mourir quand on voit la lumière au bout du tunnel.  

« Je vois ma vie, dit il, je vois ma vie… »  

Le pire peut être c’est quand l’A320 s’arrache du sol. De tétanisé il passe à l’état totalement inverse, sans plus aucune consistance, totalement cotonneux, liquéfié. Il glisse carrément de son siège. Heureusement que la ceinture possède une attache centrale entre les jambes, sinon on l’aurait retrouvé sous le siège de devant.  

Kaori n’en a pas perdu une miette. Elle a bien fait d’emporter son caméscope numérique. Elle aura une monnaie d’échange au cas où…  

 

L’appareil se stabilise… il a fini son ascension.  

« Mesdames et messieurs, nous voulons à une altitude de 12 000 mètres, la température extérieure est de moins 40°C. Nous atterrissons à Séoul dans 40 minutes. »  

 

Tiens, Ryo reprend des couleurs. Il se redresse. Il a presque l’air bien…  

« -Mademoiselle s’il vous plait est ce que je pourrais hum hum hum ??  

-Pardon je n’ai pas bien compris la fin de la phrase.  

-J’ai dit est ce que je pourrais hum hum hum ??  

- ??? »  

Visiblement il y a trop de bruit dans la cabine. L’hôtesse n’arrive pas à entendre la demande de Ryo. Il lui fait signe de s’approcher plus. Mais rien n’y fait, la fin de la phrase est toujours aussi inaudible. Elle décide de se pencher sur Ryo pour s’en approcher afin que le son soit plus clair. Grosse erreur ! Il a réellement bien récupéré. Le fait que l’avion soit stabilisé l’a complètement libéré. Il profite de ce geste imprudent de sa victime pour se jeter sur sa proie.  

Le cri strident de l’hôtesse aura tôt fait de réveiller Kaori de sa torpeur contemplative. Personne ne sait comment elle a bien pu passer ça à la douane, toujours est il que le 500 tonnes s’abat avec force sur le crâne du prédateur.  

L’instant d’après il est ficelé sur un strapontin dans la soute à bagages. Il a beau essayé de se dégager, les hôtesses ont bien serré les liens. Un vrai saucisson ! Ce qui le gène le plus c’est le bâillon !! Il ne peut même pas se plaindre. On dirait un Pitt Bull qui essaye de dévorer sa laisse.  

Autant vous le dire tout de suite, il n’y arrivera pas.  

L’atterrissage se passe sans encombre et c’est une statue terrorisée que Kaori récupère sur le tapis à bagage, encore tout ligoté sur son trône ! (NDLA : j’adore l’image).  

 

 

ACTE DEUX  

 

L’hôtel est plus que classieux. Il est hallucinant tout simplement.  

Du marbre partout, des colonnes style romain, des tentures pourpres brodées d’or, des tableaux de maître…et tout ça juste dans le vestibule d’entrée !  

Ryo ne sait plus où regarder. Tout brille, il en est ébloui. Pour une fois qu’il s’émerveille sur autre chose que sur une jeune fille…Kaori, elle, reste insensible à tout ce faste. Pour l’instant elle se concentre sur son rendez vous. Elle aura tout le temps plus tard pour jouer les touristes….  

- Que puis je faire pour vous jeune homme ??  

Ça commence bien ! Encore un qui va avoir l’honneur d’être présenter à Mjöllnir (marteau mythique de Thor, dieu nordique, fils d’Odin : Un peu de culture ça ne fait pas de mal.)  

Mais ce n’est pas le moment. Surmontant son enivrante colère Kaori reprend cordialement, et avec le sourire même :  

-Mademoiselle ! J’ai rendez-vous avec Monsieur Beckham.  

- Excusez moi, mais moi c’est monsieur…Auriez vous des problèmes de vue ??? »  

Alors là il ne vas pas y échapper !!! Déjà qu’il l’a prise pour un garçon en plus il est stupide.  

Le bruit assourdissant d’un crâne qui explose un comptoir en marbre (un peu aidé il est vrai d’une masse de 500 tonnes) stoppe net toutes les allées et venues dans le hall de l’hôtel. Les regards sont forcément tous fixés sur le pauvre majordome encastré dans les débris de sa console. Kaori récupère simplement son arme discrète et lance : « une mouche !!! »  

 

« mefieu Begham f ’est dans le fetit falon au fond… » parvient tout de même à articuler le réceptionniste. Forcément sans les dents c’est plus dur…  

 

Le petit salon n’est pas mal non plus. Enfin « petit salon » c’est vite dit. On pourrait y loger une équipe de football complète.  

Au fond, un canapé fait le tour complet de la pièce. Les pieds sur la table basse un homme, crâne rasé, tatouages proéminents, bijoux à profusion, profite des largesses de la direction de l’hôtel : champagne à volonté, petits fours apéritifs, caviar de la caspienne…  

-ça ne peut pas être lui, lance Ryo, celui là c’est un voyou de bas étage…Il a tout à fait le look d’un dealer.  

Une claque derrière la tête lui aurait fait le même effet : David Beckham est abasourdi…on ne lui avait jamais faite celle-là !!  

Reprenant sa constance il se relève et d’un geste royal invite ses convives à s’asseoir en face de lui.  

-bon je n’ai pas que ça à faire, alors allons droit au but : je ne vous connais pas, je me fous complètement de savoir qui vous êtes et ce que vous faites, tout ce que je sais c’est que vous me payez pour que je vous protège pendant votre exhibition de ballon. Alors à partir de maintenant ce sont mes règles.  

-Déjà ce n’est pas une vulgaire exhibition de ballon mais de la coupe du monde de football, l’évènement le plus important de la planète et ensuite ce n’est pas moi qu’il vous faudra protéger !  

- …  

Alors là, il les a scotchés ! Les deux coéquipiers se regardent consternés. Leur mine en dit long sur la surprise.  

-ah oui ? Alors qui ?  

Heureusement que Ryo est habitué à se genre de Deus ex machina sinon ils auraient bien eu l’air malins avec leur bouche bée devant le champion de foot.  

-Ma femme Victoria.  

-Et qu’est ce qui vous fait croire qu’elle est en danger ?  

-Une lettre de menace, signée d’Al Qaida…mais s’il vous plait, restez discret sur cette menace. Ma femme s’inquiéterait trop. Tenez, là voici d’ailleurs qui entre.  

Ryo se retourne lentement, ne laissant transparaître aucun empressement. Il ne doit pas éveiller la vigilance du mari !  

Bon sang de bon sang…c’est elle sa femme ??? Mais c’est … Posh des Spice Girls !!!!  

D’un bond il est à ses cotés. Il sautille comme une gosse devant une glace au chocolat, d’ailleurs il en bave autant !  

Sans même se retourner il lance : c’est d’accord, c’est d’accord… j’accepte le job.  

D’un coup d’un seul il se redresse, l’air extrêmement grave et sérieux.  

-A une condition toute fois.  

-Laquelle ??  

Ryo enlève d’un geste son déguisement de grand père et crie :  

-Ze veux un autographe !!!! En reprenant sa tête d’adolescent immature !  

 

Celui là il ne perd rien pour attendre…Tu vas voir quand le client ne sera plus là…  

 

David était déjà sceptique quand il a vu un ancêtre se présenter devant lui comme étant le meilleur garde du corps en activité, mais d’un autre coté ça le rassurait vu la beauté rare de sa compagne. Mais là d’un coup, il est moins sûr…Cependant la sécurité de son épouse passant avant tout il est bien nécessaire de faire confiance à ce pro.  

 

La sortie du salon de Victoria et de David est accompagnée d’un bruit sourd et d’une secousse sismique.  

- Tient le sol a tremblé pense t’on ??? Mais quoi de plus normal en Corée ??  

Bizarrement la sortie de Ryo est plus longue que celle de Kaori. Cette dernière a déjà quitté la pièce depuis de longues minutes (avec un air satisfait qui parle de lui-même) quand Ryo pousse enfin la porte. On se demande bien pourquoi il cache sa tête sous sa veste.  

Il se dirige directement vers l’ascenseur.  

 

Le premier match de l’Angleterre doit l’opposer à la Suède à Séoul (NDLA : le match s’est en réalité déroulé au japon mais pour ma FICTION il se déroule à SEOUL !).  

Ryo accompagne Victoria dans ses moindres déplacements. Il n’aime pas du tout être au match, au milieu de cette foule dans laquelle n’importe quel cinglé peut se cacher. Même le vendeur de hot dog est soupçonnable… il a vraiment une mine patibulaire. Mais voilà, Victoria à faim. Il fallait vraiment qu’elle l’appelle celui-là ???  

- Un hot dog à la moutarde s’il vous plait…  

- De suite...  

Alors que le vendeur attrape le dévideur de moutarde exagérément gros Ryo a cet éclat dans les yeux qui dit : danger ! En une fraction de seconde le vendeur se retrouve avec le canon d’un python dans les côtes, glissé sous sa blouse blanche à rayure rouge si caractéristique.  

-Pas de blague… il y a quoi dans ton pot de moutarde ? Je t’observe depuis tout à l’heure et je ne t’ai pas encore vu t’en servir…  

-Mais c’est normal, madame est la première européenne que je sers, et il n’y a bien que les européens pour manger de la moutarde…  

-Alors pourquoi ton pot est si gros ???  

-Le match….c’est Angleterre – Suède monsieur…Pas Angleterre Japon…On pensait qu’il y aurait bien plus d’européens que ça…  

 

En plus c’est logique ce qu’il dit…et puis si ça avait été un vrai tueur, il ne se serait pas fait dans le pantalon !!!  

«- allez tire toi…et n’oublie pas la moutarde pour le hot dog… »  

 

Ryo a vraiment du mal à se concentrer. Victoria et lui sont maintenant installés dans une loge, à une sorte de balcon. Juste en dessous, le cop suédois. Au moins si un terroriste d’Al Qaida y est il sera vite repéré. Chez les suédois, le port de la barbe est plutôt rare…Par contre en parlant de balcon, les supportrices elles, elles n’en manquent pas. Ça a le don de le rendre fou.  

Ah la suède...  

Rien à signaler sur ce match. David sort à la 63ème minute (authentique) et aucune tentative d’agression n’est à signaler. Pourtant le regard de Ryo est attiré par la tribune présidentielle : à la sortie de David deux hommes, loin d’être attifés en supporter de football, quittent les gradins. Avec leurs costumes trois pièces et leurs chaussures en cuir brillant ils ont plutôt l’air de maffieux qu’autre chose. Mais ça n’a pas de sens… On n’attend plutôt des barbus en djellaba non ??? Bon d’accord, les islamistes ne sont pas tous habillés comme ça, mais de là à se déguiser en mafiosi…  

 

A l’hôtel Ryo allongé sur le dos sur son lit observe le plafond. En fait il se repasse le film de l’après midi. Il n’y a rien à faire, ces deux ritals ne cadrent pas dans le décor. Il y a autre chose.  

Ryo passe la nuit à ressasser les évènements mais la solution n’apparaît pas. Bah après tout, il s’en fait sûrement pour rien. Et puis il y a une belle journée en perspective : shopping au centre de Séoul avec Victoria. David est bloqué au centre d’entraînement avec son équipe… Victoria pour lui tout seul !!!!  

Mais cette journée va vite virer au cauchemar. N’oublions pas que Victoria est une star en Asie, et surtout en Corée. Chacun de ses déplacements provoque un mouvement de foule extraordinaire. Ryo passe son temps à fuir le flot d’admirateurs prêts à l’écraser pour approcher la star.  

Malgré tout il est resté à l’affût toute la journée et…rien. Pas le moindre barbu ni le moindre mafioso à l’horizon…Cette histoire commence à sentir le moisi…  

 

Aujourd’hui l’Angleterre doit rencontrer l’Argentine (encore une fois : authentique !). Les deux ennemis héréditaires vont s’affronter. Ce match sent le souffre et ce n’est pas pour rassurer Ryo. Tant d’excitation malsaine, tant d’animosité…Comment va-t-il réussir à se concentrer sur d’éventuels agresseurs quand toute une foule crie à la haine ?  

 

Le début du match est tendu. Sur le terrain comme dans les tribunes. Ryo scrute les gradins…rien pour l’instant. Il va pouvoir se détendre deux minutes.  

Deux marmots sont en train de se chamailler devant lui. Visiblement le match ne les intéresse pas plus que ça. L’un des deux, sûrement les plus vieux, convoite la barbe à papa de son jeune compère. Mais il n’y à rien à faire, le jeunot est vigilent. C’est alors que Ryo surprend le plus vieux passer sa main dans le dos de l’autre et de lui tapoter l’épaule. Un truc vieux comme le monde. Mais le plus jeune se fait avoir et tourne la tête pour voir qui pouvait bien le toucher ainsi. L’autre en profite aussitôt et mort à pleine dents dans la friandise.  

Cela fait bien marrer Ryo. Le coup de la diversion. Trop fort le gamin.  

Diversion ???  

BON SANG, c’est ça. La lettre c’est une diversion, pour que Ryo se concentre sur Victoria. Les agresseurs ont dû avoir vent de l’engagement de Ryo et ils ont décidé de l’égarer sur une piste qu’il prendrait avec plaisir !  

Mais alors la véritable cible ??? C’est David… et cet imbécile est au centre d’un stade entouré de presque quatre vingt mille personnes dont la moitié prête à le tuer juste pour le fait qu’il soit anglais (NDLA je les comprends un peu…).  

C’est la 42ème minute de jeu déjà. Mauricio Pochettino renverse Owen dans la surface argentine (authentique). L’arbitre italien Pierluigi Collina n’hésite pas un seul instant : il siffle un penalty qui ne manquera pas de faire couler de l’encre. En bon capitaine, David Beckham se présente pour tirer.  

L’action se passe juste sous le balcon où Victoria et Ryo se trouvait, devant le virage sud. Mais Ryo n’est déjà plus là. Il a commencé à descendre les tribunes. Son inquiétude augmentant il ressent le besoin de se rapprocher de son client.  

Il n’y connaît vraiment pas grand-chose au football mais quand il voit l’arbitre mettre de nouveau la main à la poche il comprend.  

Alors que le reste du monde semble se mouvoir au ralenti, comme si le temps se figeait, Ryo bondi par-dessus la grille qui le sépare du terrain et parcours les quelques mètres jusqu’à l’arbitre en un éclair. Le service d’ordre n’a même pas le temps de réagir. Le python posé sur la tempe l’arbitre ne peut finir son geste. Son arme de poing miniature n’aura pas eu le temps de servir heureusement.  

Le match ira à son terme (NDLA 1-0 pour l’Angleterre).  

L’arbitre italien avouera par la suite son implication dans une affaire de paris truqués…  

 

Après cette mésaventure Ryo est soulagé : la cible est identifiée et il va pouvoir pleinement se concentrer dessus : c’est David qu’il doit protéger maintenant. De toute façon Victoria était inaccessible…  

 

ACTE TROIS  

 

Heureusement que son déguisement est plutôt bon, parce qu’avec son exploit d’hier il est passé en gros plan sur les écrans du monde : un papy sauve l’Angleterre avait titré le Sunday Times.  

Mais là, il va falloir changer de tactique. Comment faire pour protéger David sans attirer l’attention ? Surtout pendant les matchs ! Ses talents de transformistes risquent de ne pas être suffisants.  

La chance est avec lui. Le masseur de l’équipe a été cette nuit victime d’une grave intoxication alimentaire au riz cantonais (sûrement les lardons…). Ryo n’aura qu’à prendre sa place, David va intervenir dans ce sens.  

Le moins que l’on puisse dire c’est que ça ne l’enchante pas. Si encore ça avait été l’équipe féminine, mais non.  

Au moins il aura toujours David à l’œil.  

Une fois l’entraînement de ce matin terminé le premier client à se présenter à sa table de massage est Sol CAMPBELL, un black d’1m90 pour 91 kg, des cuisses de la taille d’un jarret de bœuf.  

- Et vas y franco, faut me les faire sortir ces toxines…  

 

Vas-y franco, vas-y franco, il en a de bonnes l’animal. Il me faudrait une pelle mécanique pour le pétrir celui là. J’suis pas boulanger moi !  

Bon ben quand faut y aller… Ryo essaye de planter ses pouces dans la chair de l’arrière central mais il n’y a rien à faire, c’est plus dur que du béton. En plus il n’arrive même pas à faire le tour d’un de ses mollets, même avec les deux mains : ils sont aussi gros que ses cuisses !  

« Élever au bon grain le bestiau »…  

Aux grand maux, les grands remèdes. Ryo a vu faire ça une fois où il a fréquenté un salon de massage asiatique...disons alternatif. Il va essayer de le marteler tout le long du mollet avec la tranche de ses mains. « Ça attendrira peut être la viande », pense t il.  

Placement latéral et profonde concentration. Le mouvement doit être bien en rythme, suffisamment saccadé pour générer une légère réaction du muscle, mais pas trop non plus pour ne pas avoir l’effet de contraction.  

Et c’est parti. Ryo à l’impression de masser un bloc de granit. La douleur remonte le long de son bras jusque dans l’épaule. Et l’autre bœuf, là il ne réagi même pas.  

Tu vas voir moi, je vais t’en faire du petit bois du mastodonte ! Ryo commence à appuyer ses coups de plus en plus.  

 

Ça y est il réagi :  

-Arrête, arrête !!!  

Ah je savais bien qu’il ne pourrait pas résister à ma puissance légendaire…  

-Arrête, tu me chatouilles…  

Mais c’est vrai en plus, ce tas de muscles en a les larmes aux yeux tellement il rigole !  

Dans son effort pour se retirer des griffes de Ryo, Sol s’est tortillé dans tous les sens, de sorte que la serviette…  

C’est seulement maintenant que Ryo s’en rend compte…  

-ARGHH, mais qu’est ce que c’est que ça ??? Un animal !!! Un python !! Au secours, faut le tuer. Et n’écoutant que son courage Ryo saisi le balai qui se trouve à coté de la table et frappe de toute ses force sur la tête de l’animal.  

 

« Sol Cambell est forfait pour le prochain match »…communiqué laconique et résigné de la fédération anglaise de football à la presse.  

Finalement avec beaucoup de glace et de courage, il tiendra sa place contre le Nigeria…  

 

Le match de ce soir ne présente aucun en jeu pour les adversaires déjà éliminés (véridique encore !).  

Ryo prend place sur le banc. Heureusement que son physique n’est pas très éloigné de l’ancien kiné de l’équipe, personne n’y a rien vu. En plus une ou deux retouches de maquillage, un postiche et le tour est joué. Un vrai sosie.  

 

Cette coupe du monde 2002 est une révolution dans sa présentation. C’est la première fois que des pom-pom girls encouragent les équipes. Lors des 2 premiers matchs Ryo ne les avait même pas remarquées, il était bien trop occupé à surveiller Victoria. Mais là c’est juste sous son nez qu’elles viennent exécuter leur danse rituelle : donne moi un R, donne moi un Y donne moi un O… RYO….Fallait pas l’inviter comme dirait l’autre.  

La pyramide déjà chancelante de cheerleaders n’avait vraiment pas besoin de cela. La ligne du bas qui soutient tout le reste, afin d’être bien stable, est constituée de 7 filles penchées vers l’avant, le dos plat, jambes tendues. 5 autres montent alors sur ce premier niveau, etc, sur le principe d’un château de carte.  

Malheureusement la manœuvre est exécutée à quelques mètres à peine du banc de touche de l’équipe d’Angleterre, face à un Ryo à la tête digne d’un dessin animé de Tex Avery (le loup), les yeux écarquillés et exorbités, la langue pendante sur 30 centimètres. Trop c’est trop. Les jupettes sont évidemment trop courtes, et quand elles se penchent en avant, vue de dos c’est effet garanti !  

Dans un élan incontrôlé le kiné d’un soir s’envole littéralement sur la demoiselle juste devant lui, la plus pulpeuse de l’arrière train et donc celle dont la jupette remonte le plus. Il flotte véritablement dans les airs et avance à la brasse.  

C’est sans doute son 6ème sens féminin qui l’a avertie mais toujours est il qu’elle tourne la tête en arrière à se moment précis.  

Sa stupéfaction laisse vite place à la réaction. Elle se retourne d’un bon et assène un front kick (coup de pied de face) à notre agresseur. Il n’a vraiment pas de chance : la seule qui fait de la boxe française (c’est sûrement pour ça qu’elle a l’arrière train aussi généreux… ;-) hum !!!)  

Par contre n’oublions pas sa position : ligne de base de la pyramide, pile au centre. 4 niveaux dépendent de cet emplacement…enfin dépendaient. Trois secondes exactement elles ont tenu sans elle. Et c’est parti pour la chute en cascade. Vous avez déjà essayé avec un château de cartes ??? Ben là c’est avec des cartes de 60 kg ! Sacré Ryo, il n’a même pas eu le temps de s’enlever. 500 kg de barbaque qui lui déboule sur le râble. Même si ce sont des morceaux de choix, l’équipe d’Angleterre de pom pom girls, ce n’est pas non plus l’équipe de Suède. Enfin bref…  

Après l’hilarité générale provoquée par cette maladresse le match peut enfin commencer.  

Tout se déroule normalement. A la 25ème minute de jeu le ballon sort en touche de l’autre coté du terrain et s’arrête au pied d’un stadier, bizarrement tourné vers le terrain et non vers les tribunes. Il shoote dans ce ballon stationné devant lui. Son empressement étonne même les commentateurs du match. Mais ce qui surprend Ryo c’est plutôt le son qu’a fait le coup dans le ballon. Malgré les 40 milles spectateurs qui hurlent dans tous les sens et à plus 50 mètres de distance c’est ce son qui l’interpelle. L’œil de l’aigle va servir une nouvelle fois : ce stadier, ses chaussures… ce sont des chaussures de villes, des italiennes même.  

Bon dieu, c’est lui. Prendre en compte tous les paramètres, repérer tout le périmètre… là ! À 20 mètres du premier, sur sa droite un autre en chaussure italienne.  

David veut jouer vite la remise en jeu. Il s’approche pour effectuer lui-même la touche. C’est l’occasion qu’ils attendaient.  

Il faut intervenir.  

Maintenant !  

Ryo s’arrache de son siège d’un geste vif et précis et entame une course folle à travers le terrain de jeu. Cette fois l’arbitre est alerté par le bruit des spectateurs. Il se pose devant Ryo en brandissant un carton rouge ! Quel idiot celui là ! Pour toute réponse Ryo ôte prestement son arme de son holster et la pointe en pleine course en direction de cet homme en noir. C’est marrant mais l’homme en noir maintenant il est tout blanc…enfin tout pâle. Ryo tire. Il compte bien sur l’effet de la peur de l’arbitre. Effectivement, terrorisé à l’extrême il flanche complètement et s’affale sur le terrain. Un ralenti de la trajectoire de la balle (Bullet time) montre qu’elle passe juste au dessus de son crâne et continue sa course…jusqu’au premier agresseur. Ce dernier avait profité de la confusion pour sortir son coutelas de derrière son dos et s’apprêtait à asséner un coup mortel à David. La balle fait éclater la lame du couteau en trois morceaux et étourdi l’assaillant.  

Dans le même temps Ryo est passé au dessus de notre arbitre mort de peur et arrive déjà sur le second agresseur. Même armé d’une hache il n’aurait aucune chance face à Ryo, alors avec un canif…L’uppercut qu’il ramasse dans la mâchoire lui fracasse la maxillaire inférieure et lui rentre toutes les dents du bas dans le palet. Un coup aura suffit pour ce cave…  

Le premier a repris ses esprits et se jette à corps perdu sur Ryo (perdu c’est le mot qui convient !).  

Ne jamais se lancer dans le vide comme ça, jamais. Le contre est terrible : un coup de pied retourné qui le reprend de volée, digne d’une reprise à la Papin, qui fera se lever tout le stade. Standing ovation pour ce geste technique. Par contre l’assassin lui il ne se relèvera pas pour applaudir, c’est sur. D’ailleurs il ne se relèvera pas tout court.  

 

Après 20 minutes d’arrêt pour ranimer l’arbitre, le match va à son terme sur un pathétique 0-0. Les joueurs n’étaient plus dans le match c’est sûr…  

 

L’interrogatoire des deux brigands met un terme à la mission de Ryo. Pas d’autre menace…  

 

 


Capitolo: 1


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de