Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated R - Prosa

 

Autore: moonlight2707

Status: Completa

Serie: City Hunter

 

Total: 6 capitoli

Pubblicato: 19-08-07

Ultimo aggiornamento: 22-03-08

 

Commenti: 58 reviews

» Scrivere una review

 

DrameFantasy

 

Riassunto: Kaori, après une térrible bévue, décide de partir. Mais ce qu'elle ne sait pas, c'est qu'en faisant cela, elle vient de signer son arrêt de mort! Ryo, avertit par quelqu'un de très spécial, fera alors tout pour sauver celle qu'il aime d'une mort certaine.

 

Disclaimer: Les personnages de "Ne me laisse pas reposer en paix" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

What do the ratings mean?

 

- G: General Audience. All ages admitted. This signifies that the fanfiction rated contains nothing most parents will consider offensive for even their youngest children to see or hear. Nudity, sex ...

Read more ...

 

 

   Fanfiction :: Ne me laisse pas reposer en paix!

 

Capitolo 1 :: Rupture et Rencontres.

Pubblicato: 19-08-07 - Ultimo aggiornamento: 20-03-08

Commenti: Salut à tous me revoici avec une nouvelle fic! Ne vous inquiètez pas, je n'abandonne pas 'l'espoir se perd au fil du temps"!! Non c'est juste que cette idée me trottait dans la tête. Je vous souhaite une très bonne lecture tout en espèrant que cela vous plaira. Faites moi part de vos impressions! Enjoy!!^^

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6


 

Il faisait noir, très noir. Pourtant ce n'était pas la nuit. C'était juste l'orage qui se préparait.  

Emmenant avec lui l'escadron de pluie et ses soldats, les éclairs.  

Le jour venait à peine de commencer et il se présentait déjà comme pourri par avance.  

 

Dans l'immeuble de City Hunter, nom le plus redouté du Milieu, il faisait tout aussi noir et l'orage avait déjà éclaté.  

Aucunes lumières n'étaient allumées.  

Un homme était assis, et une femme debout. Tous les deux dans la pénombre.  

Cette fichue pénombre qui les entourait tous deux, depuis quelques temps déjà.  

La jeune femme tenait à bout de bras, deux grosses malles.  

Elle pleurait et pourtant l'homme ne sembla pas prêter attention à ses lamentations.  

Il restait impassible, regardant droit devant lui.  

Il ne la regardait même pas.  

Elle parlait, il l'écoutait.  

Mais ne répondait pas.  

Elle tourna les talons et se dirigea vers sa sortie de secours.  

Il ne fit aucun geste pour la retenir.  

 

Puis la porte claqua, laissant Ryo Saeba, dans le plus grand désarroi.  

Ca y est, elle était partie…  

Elle venait enfin de quitter, ce monde qui ne lui appartenait pas.  

Elle avait tout emporté. Comprenant qu'elle ne pourrait plus faire marche arrière et revenir.  

"C'est mieux ainsi" pensa t'il l'air triste.  

-Elle est partie de ce monde auquel je la retenais prisonnière, murmura le nettoyeur.  

Puis il se leva et se dirigea vers la cuisine.  

Ouvrit la porte du réfrigérateur et en sortit un nectar qui lui ferait oublier momentanément ce qui s'est passé.  

Il décapsula sa bouteille et se dirigea vers le canapé.  

Il se rassit et regarda à travers la vitre, la pluie qui battait son plein sur la ville.  

-Pardon de ne pas avoir réussi à tenir ma promesse, Maki, dit-il en regardant le ciel obscur.  

Il but un peu de sa bière et se souvint de la raison pour laquelle tout n'était plus pareil…  

 

**Flash back**  

 

Un coup de feu retentit.  

Il résonna à travers un vieil entrepôt désaffecté.  

Un corps tomba lourdement.  

Et une flaque de sang grossissait à vu d'œil.  

Le nettoyeur le plus craint du Japon se retourna vivement.  

Derrière lui se trouvait, étendu, le corps de l'homme qui voulait sa mort quelques heures plus tôt.  

Et à quelques mètres de lui se trouvait, son ange, qui tenait entre ses mains le Magnum qui avait appartenu à son défunt frère.  

Une fumée s'échappa du canon.  

Elle avait tiré.  

Et vu l'état du type allongé par terre, elle avait fait mouche.  

 

La première question qui parvint à l'esprit quelque peu sonné du nettoyeur, était: Pourquoi?  

Il toussa, par l'enfer, le gaz lacrymogène qu'avait balancé le gars faisait toujours autant d'effet.  

Il se dirigea vers le corps, retira le masque à oxygène du pauvre type, et prit son pouls.  

Pas de doute il était mort.  

Tué par…-même dans son esprit il avait du mal à le dire.  

Il regarda sa douce moitié dans les yeux.  

Même elle, avait du mal à le croire.  

Elle tenait maladroitement de sa main gauche, un mouchoir en soie, pour se protéger de l'attaque nocif du gaz, qui planait encore dans l'air.  

Il lui avait dit pourtant…Il lui avait dit quand son assaillant avait balancé le gaz, de partir.  

D'aller dehors.  

Qu'il réglerait cette affaire lui-même.  

Même si à cause de ce stupide gaz, tous ses sens étaient anesthésiés.  

Il voulait la protéger.  

Elle lui avait désobéi. Même si elle lui avait, semble-t'il, sauvé la vie, elle lui avait quand même désobéi.  

Et le pire, était qu'elle avait tué un homme, certes pas un innocent, mais elle avait quand même ôté la vie de quelqu'un.  

Elle venait de franchir le semblant de barrière qu'il avait construit pour qu'elle ne puisse jamais entré dans son monde.  

Il se souvint alors de la promesse qu'il avait faite au frère de celle-ci.  

"Toujours protéger Kaori"  

Il se souvient aussi de la promesse qu'il s'était faite à lui-même cette nuit là:  

"Ne jamais entrainer cet ange tombé du ciel dans ce monde, si noir, auquel il appartenait."  

La fumée du Magnum venait enfin de disparaître.  

Il la regarda encore une dernière fois dans les yeux, puis partit.  

Ouvrit la porte de l'entrepôt et se retrouva face à l'astre lunaire.  

Il lui laissa la voiture.  

Lui avait besoin de marcher seul, pour réfléchir…  

Il avait fini par rentrer à l'appart'.  

S'était dirigé, tel un zombie dans sa chambre.  

Et s'était couché, tout habillé, dans son lit.  

Sans fermer l'œil de la nuit.  

 

Elle, elle était rentrée, aux aurores…  

 

**Fin du Flash back**  

 

Que ressentait-il depuis ce fameux jour?  

De la colère? Un peu.  

De l'amertume? Très certainement.  

En tout cas, ce qu'il savait c'est qu'il ne lui en voulait pas.  

Non.  

Elle avait fait ce qui semblait être juste. Donc il ne lui en voulait pas.  

Non. La personne qu'il détestait le plus à ce moment là… c'était lui-même.  

Par sa faute, elle s'était salie les mains.  

Et la meilleure chose qu'il ai trouvée par la suite était de l'ignorer.  

Peut-être pour mieux la faire partir?  

 

Oui.  

 

Depuis ce jour, il l'a évité.  

Elle l'a évité.  

Ils se sont évités.  

Cela faisait une semaine qu'ils vivaient dans cette toute nouvelle cadence.  

Et elle avait finit par craquer avant lui…  

 

Il porta une nouvelle goulée de sa bière à sa bouche. Tout en regardant les lourds nuages noirs s'amonceler.  

De sa main gauche, il tâtonna, sans vraiment regarder, la petite table basse, juxtaposée au fauteuil.  

Il trouva enfin l'objet de sa quête.  

Sans détacher son regard, il pointa le long objet contondant sur la mini chaine-ifi, entreposée au dessus du buffet, et appuya sur play.  

Une douce musique s'éleva.  

Il posa sa nuque tout contre le fauteuil et ferma les yeux…  

 

*Leave me out with the waste  

Laisse moi avec ce gâchis  

This is not what I do  

Ce n'est pas ce que je fais  

It's the wrong kind of place  

C'est le mauvais endroit  

To be thinking of you  

Pour être en train de penser à toi  

It's the wrong time  

C'est le mauvais moment  

For somebody new  

Pour quelqu'un de nouveau  

It's a small crime  

C'est un petit crime  

And I've got no excuse  

Et je n'ai aucune excuse  

Is that alright with you?  

Est-ce que c'est bien?  

Give my gun away when it's loaded  

Me débarrasser de mon arme quand elle est chargée  

Is that alright with you?  

Est-ce que c'est bien?  

If you don't shoot it how am I supposed to hold it  

Si tu ne me la lances pas comment suis-je supposé l'attraper  

Is that alright with you?  

Est-ce que c'est bien ?  

Give my gun away when it's loaded  

Me débarrasser de mon arme quand elle est chargée.  

Is that alright with you?  

Est-ce que c'est bien?  

With you.  

Pour toi  

 

**  

 

Elle serra tout contre sa poitrine l'une de ses malles.  

Dire qu'elle était dévastée était un euphémisme.  

La pluie commença à tomber lourdement, mais elle en avait cure.  

Au contraire cette pluie s'harmonisait parfaitement avec son humeur.  

Elle avait décidé après mûres réflexion de le quitter.  

De tourner la page comme on dit.  

Au bout de huit longues années, il était temps!  

Elle regarda derrière elle, et vit l'imposant immeuble.  

Là où elle avait vécu les plus beaux moments de sa vie.  

Ses pleurs redoublèrent.  

 

'Kaori va m'attendre dehors.'  

Cette phrase…  

Oui.  

Tout commença par cette phrase…  

 

**Flash Back**  

 

Minuit.  

A peine étaient-ils entré dans le vieil entrepôt, où un mariole venait encore les défier, qu'un imposant nuage de fumée les enveloppa.  

Le nettoyeur, se tourna vers elle.  

-Kaori va m'attendre dehors.  

-Quoi? Mais pourquoi?  

-Ce con a balancé du gaz lacrymo' alors attends moi dehors. Je vais régler cette affaire au plus vite.  

-Pas question, Ryo, je reste!  

-Va m'attendre dehors Kaori! répéta t'il entre ses dents.  

Il n'avait visiblement pas l'air de plaisanter.  

Elle tourna les talons et partit.  

Mais c'était sans compter son fichu caractère.  

Elle revint sur ses pas.  

Et c'est là, à ce moment, que son cœur manqua un battement.  

Derrière l'homme dont elle est amoureuse, se trouvait un type encagoulé, dans ce qui semblait être un masque à gaz, armé!  

Elle sortit de sa poche, son mouchoir en soie et le plaqua contre son nez.  

Puis elle sortit son arme.  

Oui, c'est sur, elle aurait pu avertir Ryo que l'homme qui veut sa mort se trouve juste derrière lui.  

Mais un geste, un cri de sa part et ça aurait signé l'arrêt de mort de son partenaire.  

Alors elle devait…  

"Faire mouche!!" hurla son esprit.  

Et elle tira…  

 

Malgré l'épais nuage de fumé, la balle atteignit parfaitement sa cible.  

Et le corps de cet homme s'écroula à terre.  

La jeune femme, vit son partenaire se retourner vivement.  

Il la regarda…et semblait complètement perdu.  

"Surement à cause du gaz et…de ce que j'ai fait." Pensa-t'elle amèrement.  

Elle l'entendit s'éclaircir la gorge, puis le vit se diriger vers l'homme à terre.  

Retirer son masque à gaz et tâter son pouls.  

Au vu de l'expression qui se peignit à cet instant sur le visage de l'homme qu'elle aimait, elle venait de sacrément faire mouche.  

 

Cette pensée ne lui inspirait aucunement la joie.  

 

Tout d'abord elle venait de tuer quelqu'un…c'était sa première fois et elle n'en ressentit aucune fierté.  

Ensuite après avoir croisé le regard du nettoyeur, elle se sentit vraiment honteuse.  

Il semblait extrêmement déçu…  

Enfin après l'avoir bien regardé, il détourna son regard et partit.  

C'est alors que les jambes fuselées de la jeune nettoyeuse, ne la supportât plus.  

Et elle s'écroula par terre.  

Anéantie, elle était tout simplement anéantie.  

Abandonnant arme et mouchoir, elle se recroquevilla sur elle-même.  

Et se mit en position fœtale.  

Son corps était parcouru de tremblements.  

Et elle se permit enfin de pleurer…  

 

Elle ouvrit un œil, puis l'autre.  

Elle reconnut tout de suite l'endroit où elle se trouvait.  

Bien qu'elle espérait que ce qu'il venait de se passer ne soit qu'un mauvais rêve.  

La jeune femme se releva lentement, et c'est alors qu'elle vit l'œuvre de son méfait…  

Kaori eut un haut-le cœur et vomit.  

Elle ne put en supportait d'avantage.  

Après s'être ressuyée la bouche avec son mouchoir en soie, elle ramassa son arme et s'enfuit en courant de cet endroit de malheur.  

Elle vit que l'aube venait de faire son apparition. Ce qui était très étrange car elle avait l'impression d'avoir été dans cet entrepôt depuis plus longtemps que ça.  

Mais non.  

Puis elle finit par apercevoir la mini, là où son partenaire et elle l'avait garé auparavant.  

La jeune femme grimpa à l'intérieur et démarra en trombe…  

 

**Fin du Flash Back**  

 

A partir de ce moment rien ne fut plus comme avant entre eux…  

Elle passa tout son temps à l'éviter. Et il fit exactement la même chose.  

Bien sûr il n'était plus question pour elle d'aller le réveiller chaque matin.  

Ni d'aller voir au tableau des messages, voir s'il y avait un client.  

De toute façon à quoi bon?  

 

Elle se remit à pleurer tout en serrant un peu plus sa malle tout contre elle.  

La pluie commença à se mélanger avec ses larmes.  

Quand soudain…plus rien!  

Elle leva ses yeux au ciel et vit un toit en toile rouge juste au dessus d'elle.  

Elle se retourna et vit un homme avec un long imper marron qui tenait à bout de bras, au dessus d'elle, un parapluie rouge.  

-Vous ne devriez pas sortir sous cette pluie, mademoiselle, lui conseilla l'homme à l'imper.  

-Je…euh…merci, dit simplement Kaori tout en désignant du regard le parapluie.  

-Il n'y a pas de quoi, lâcha-t'il.  

Puis il enchaina:  

-Quelque chose ne va pas, mademoiselle?  

Kaori s'essuya les yeux avec sa manche puis lui répondit tout en essayant de se composer un sourire:  

-Non, je vais bien.  

N'étant visiblement nullement convaincu, il sortit un mouchoir de sa poche et le lui tendit.  

-A d'autre! Je vois que vous n'allez vraiment pas bien. Rester dehors comme ça sous la pluie…Aussi je vous propose de venir prendre le petit déjeuner avec moi dans un café et vous pourrez me raconter ce qui vous met dans cet état.  

La jeune femme sembla quelque peu réticente.  

"J'accepte ou pas?" pensa t'elle tout en dévisageant l'inconnu.  

-Acceptez et vous verrez qu'en racontant ses malheurs à un inconnu on finit par être plus soulagé. Sinon comment croyez-vous que les psys ont beaucoup de succès? plaisanta-t'il.  

Kaori finit par rire.  

Bien que la blague fût nulle, elle se sentit déjà plus soulagée.  

-Enfin je vois un sourire sur ce joli visage, dit l'homme à l'imper tout en prenant la deuxième valise, qu'elle avait emportée, par terre.  

Puis ils partirent…  

 

**  

 

Ryo appuya sur le bouton "stop" de la télécommande.  

Il pensait pouvoir se détendre avec une chanson.  

Et bien c'était peine perdu.  

Cette chanson reflétait tellement bien ce qu'il avait vécu avec son ange, qu'il se sentit le moral encore plus dans les chaussettes.  

Il but une dernière gorgée de sa boisson alcoolisée et la balança par terre.  

La bouteille fit un fracas épouvantable.  

Il se leva -en prenant soin d'éviter les débris- et se mit à faire les cent pas.  

Il prit un bibelot entreposé sur une étagère, et le balança.  

Comme la bouteille, l'objet se brisa.  

Il réitéra l'opération en jetant un chandelier en fer forgé.  

Celui-ci ne se brisa pas, mais fit un bruit étourdissant en rencontrant le sol.  

Il prit un autre objet, sans le voir, et voulut le balancer.  

Quand il fut stoppé net par ce qu'il tenait.  

C'était un cadre-photo…de lui et Kaori…  

Au temps des jours heureux…  

Il prit plus délicatement le cadre et caressa la photo de son ange.  

-Kaori…fit-il tendrement.  

 

'Ryo?' fit une voix.  

Le nettoyeur n'arrivait pas à y croire. C'était la voix de Kaori!  

'Ryo tu es là? répéta la voix.  

Il ne prit même pas le temps d'analyser la situation.  

*S'il l'avait fait il se serait aperçu de deux choses.*  

Il fonça vers la porte d'entrée pour lui ouvrir.  

*La première étant que bien qu'elle se soit fait la malle, elle avait quand même prit ses clés, par habitude sans doute.*  

Le nettoyeur posa sa main tout contre la poignée froide de la porte.  

*Et la deuxième étant…*  

Il finit par actionner cette fichue poignée, et tomba nez à nez avec…personne.  

*Que la voix ne venait pas de derrière la porte…*  

Déçu, il referma tout doucement la porte et se laissa choir tout contre celle-ci.  

-Qu'est ce que tu croyais, pauvre con? se dit-il.  

Quand soudain il aperçut juste devant lui, près de la fenêtre, une étrange lueur blanche.  

"Surement un éclair " pensa t'il.  

Mais cette étrange lueur revint à la charge encore plus intensément. Elle ne venait même pas de l'extérieur!  

Intrigué, il releva un peu plus la tête, pensant avoir été victime d'une hallucination.  

Mais non, la lueur blanche apparut une troisième fois et on aurait dit…que quelque chose en sortait!  

Ce n'était pas un simple éclair!  

Aveuglé, le nettoyeur mit une main devant ses yeux.  

Ce n'en était même pas un!  

Quand soudain, la lueur aveuglante disparut.  

Il enleva sa main et ce qu'il vit le remplit d'effroi.  

En plein milieu de la pièce se trouvait…quelque chose de translucide auréolé d'une lumière blanche.  

Cette espèce de chose flottait dans les airs.  

Tel un…  

"Fantôme" se dit Ryo Saeba complètement abasourdie.  

Dire qu'il était interloqué serait un euphémisme.  

Il se releva tout doucement, ne voulant en aucun cas, montrer sa présence.  

Quand tout d'un coup, l'apparition, se retourna.  

Ce qui fit stopper net le nettoyeur, non pas que cette étrange apparition l'avait vue et que donc il était 'grillé', mais plutôt que cette 'chose' sorti d'on ne sait où, était le portrait craché de la femme qu'il aime.  

Elle était le portrait craché de SA Kaori.  

-Je t'en supplie Ryo, fit le fantôme qui avait exactement la même voix qu'elle. Je t'en supplie sauve moi!  

*…mais d'ailleurs.*  

 

A suivre…  

 

*Pour info c'est une chanson de Damien Rice intitulé "9 crimes".  

Très belle chanson que je vous conseille d'écouter, tant elle est magnifique  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de