Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: Indiana

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 8 capitoli

Pubblicato: 27-12-07

Ultimo aggiornamento: 15-11-09

 

Commenti: 65 reviews

» Scrivere una review

 

RomanceHumour

 

Riassunto: Bénévole pour une association,Kaori se retrouve accompagnatrice d'un jeune homme sourd. Mais voilà son ami a un caractère bien trempé qui fait rapidement des étincelle avec celui de la jeune femme. Que va t-il se passer entre ces deux-là? Comment Ryô va t'il prendre ce nouveau partenariat ? Et si le nouvel ami de Kao avait plus de problèmes qu'il ne veut bien le dire ?!

 

Disclaimer: Les personnages de "Ecouter son bonheur" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

What does HFC mean?

 

It's the name of the web site. HFC = Hojo Fan City.

 

 

   Fanfiction :: Ecouter son bonheur

 

Capitolo 1 :: Une rencontre explosive

Pubblicato: 27-12-07 - Ultimo aggiornamento: 17-04-09

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8


 

Deux jeunes femmes marchaient d'un pas rapide dans les rues nippones : tout du moins une de ces jeunes femmes marchait à vive allure traînant derrière elle son amie. Une amie qui d'ailleurs n'avait pas vraiment envie de suivre l'autre, jugeant que l'heure était trop matinale et que le jour choisi était inadapté. Mais elle avait beau tempêter, critiquer chaque parole de la meneuse, elle n'obtenait en retour que des grognements incompréhensibles. La pauvre jeune femme qui ne voulait pas venir soupira bruyamment et soudain stoppa net sa progression :  

 

- Eriko, il faut que nous nous arrêtions deux minutes ! J'ai besoin de souffler un peu !  

- Écoutes Kaori, répondit la styliste, je ne crois pas que tu es vraiment besoin de souffler ! Dis-plutôt que tu ne veux pas m'accompagner ?!  

- Mais non, je t'ai promis de venir avec toi et je tiendrais ma promesse. Mais je pensais que tu choisirais un autre jour que le samedi et une heure légèrement plus tardive, tu es sûre que la directrice de l'association voulait te voir aujourd'hui ?!  

- Sûre et certaine ! clama Eriko ravie. Elle veut me confier un protégé à elle alors je ne veux pas être en retard ! Et puis relativise un peu, d'habitude tu te lève tôt et comme on dit le monde appartient à ceux qui se lève tôt !  

- Oui mais le plaisir appartient à ceux qui restent au lit ... ne put s'empêcher d'ajouter Kaori pour elle même  

 

La nettoyeuse s'étonna de sa réaction et ce fut avec un sourire qu'elle conclut que Ryô commençait réellement à déteindre sur elle : il fallait dire que le fait de côtoyer quotidienne n'avait pas eu que des effets bénéfiques sur elle. Elle pourtant si intransigeante, si sérieuse , avait du dès le début de leur partenariat , apprendre à faire des concessions , à aborder la vie de manière plus détendue. Il était évident que cet homme avait radicalement changé sa vision de la vie , lui offrant une existence particulière qu'elle n'échangerait pour rien au monde. Eriko remarqua que son amie était plongée dans ses réflexions : elle y vit une occasion à ne pas manquer, et saisissant le bras de Kaori, elle reprit sa marche de course.  

 

Sans que la jeune nettoyeuse de s'en rende réellement compte, elles étaient déjà devant l'association. Cette association avait pour but de mettre en contact des personnes dites "normales" avec des personnes handicapées, que se soit par un handicap moteur ou un handicap mental. La jeune styliste s'était inscrite voilà plusieurs mois, pour devenir l'accompagnatrice d'une personne handicapée. La veille la directrice l'avait appelé pour lui dire qu'elle lui avait trouvé une personne à aider.  

 

Eriko poussa doucement la porte: elles entrèrent dans un grand salon d'attente, meublé avec de grands canapés vert acide. Une petite table couverte de divers magazines et un bureau déserté de son occupant complétaient l'ameublement de la pièce. Une porte s'ouvrit sur la droite des jeunes femmes : une femme d'une soixantaine d'années en passa le seuil et vint saluer les nouvelles arrivantes.  

 

- Bonjour mesdemoiselles, je suis la directrice de ce petit espace. Que puis-je pour vous ?  

- Bonjour madame ! Je suis la jeune femme que vous avez eut au téléphone, Eriko Kitahara et voici ma meilleure amie, Kaori Makimura.  

- Très bien ! Ce que l'on va faire c'est qu'Eriko vous allez me suivre dans mon bureau tandis que vous Kaori vous attendrez votre amie ici.  

 

Pendant que Kaori s'installait sur un des divans de la salle, Eriko emboîta le pas de la directrice vers le fond du local. La jeune styliste referma la porte derrière elle sous le regard moqueur de son amie qui feuilletait un magazine. La porte de l'association s'ouvrit très peu de temps après la disparition d'Eriko : Kaori releva la tête pour croiser le regard marron mutin d'un jeune homme, de grande taille et d'une trentaine d'années. Le nouveau venu remarqua aussi la présence de la jeune femme, à laquelle il envoya un salut en inclinant la tête. Salut auquel Kaori répondit de la même manière. Le jeune homme s'installa en face de la nettoyeuse, se saisit lui aussi d'un magazine et en entreprit une lecture qu'il voulait captivante. Kaori rit doucement face au comportement de son nouveau voisin : elle se dit que malgré le semblant d'assurance que voulait se donner cet homme, il était à l'évidence plus mal à l'aise qu'elle. Le jeune homme saisit son sourire car il releva la tête, et lança charmeur :  

 

- Veuillez m'excuser mademoiselle , je manque à tous mes devoirs ... permettez-moi de me présenter : Eliot Potters, j'ai 33 ans, je suis cadre dans une grande société et détails non négligeable, je suis célibataire.  

- Kaori Makimura, j'ai 26 ans, je suis l'assistante d'un détective et je ne suis pas intéréssée ! répondit du tac au tac la jeune femme  

 

Le jeune eut d'abord un air étonné pour finalement partir d'un grand éclat de rire. Il se passa un main dans les cheveux, et reposa son livre sur la table.  

 

- Eh bien Kaori, on peut dire que vous n'avez pas froid aux yeux !  

- Je suis bien obligée aux vues des pitoyables avances que vous me faîtes !  

- Deuxième remarque ironique en moins de deux minutes, je vous félicite ! Je suis désolé de vous avoir fait du rentre-dedans ainsi, la plupart du temps ça marche mais apparemment pas avec vous. Au fait que faîtes vous ici ?!  

- Je suis venue avec l'une de mes amies.  

- C'est bien dommage, je pensais que vous étiez l'une des bénévoles. lâcha Eliot  

- Eh bien non, je suis juste venue en touriste ! Mais en quoi cela est dommage ?!  

- Je vais vous expliquez : la directrice m'a prévenu ce matin qu'elle avait trouvé une personne qui pourrait s'occuper de mon meilleur ami. En fait, il possède un caractère bien trempé alors je pensais que vu votre sens de la répartie et votre ironie vous auriez pu faire un beau duo !  

- Ah! Mais ne vous inquiétiez pas si c'est mon amie qui va rencontrer le votre, je suis sûre que tout se passera au mieux ! enchaîna Kaori qui commençait à s'intéresser à la conversation  

 

- Je l'espère ... voyez-vous mon ami est atteint de surdité mais je pense qu'il peut-être considéré comme handicapé des émotions ! Il aime s'enfermer dans un monde qui lui appartient, et moi j'ai peur que cela lui cause plus de tord que son handicap ! J'ai tout essayé pour lui trouver quelqu'un qui lui ferait reprendre goût à la vie mais Monsieur à dénigré toutes mes tentatives. Il s'est montré odieux voire blessant avec toutes les personnes que je lui ai envoyé ! Je sais pertinemment que son handicap est un fardeau lourd à porter mais de là à en devenir aigri ... c'est mon meilleur ami et accessoirement mon patron alors que sa société est un avenir et notre amitié aussi, je suis venu ici en dernier recours !  

- Je comprends ... mais pourquoi votre ami refuse t-il toutes ces personnes ?!  

- Oh, il a ses raisons mais je ne les connais hélas pas ! finit tristement le jeune homme  

 

La porte qui s'était refermée sur la jeune styliste et la directrice se réouvrit, coupant la conversation de Kaori. Eliot, en parfait gentleman, se leva et salua les arrivantes. La directrice fit un pas en sa direction, le pria de la rejoindre et entama les présentations :  

 

- Eriko, je vous présente le meilleur ami de l'homme que vous allez aider, Eliot Potters.  

 

Eliot s'approcha de la jeune femme, lui fit un baisemain en règle, puis se releva avec un sourire charmeur et un tant soit peu charmé. Kaori qui avait assisté à l'échange, sourit devant tant de galanterie et de séduction passive. Il était évident qu'Eliot devait faire tourner plusieurs têtes mais son charme servait plus à se faire accepter par les autres que pour une séduction en règle.  

 

Le jeune cadre informa Eriko qu'il avait réussi à arranger un rendez-vous entre elle et son ami, dans un des immeuble de la société et cela dans une quinzaine de minutes. Bien qu'elle fut assez heureuse de rencontrer son nouvel ami, Eriko se retrouva tout de même légèrement prise de court par ce rendez-vous. Mais elle n'eut pas réellement le temps de protester, que déjà Eliot s'était emparé de son bras et l'entraînait vers la sortie. La directrice leur fit un salut rapide de la main et s'en retourna dans son bureau, tandis que les trois personnes quittaient le local. Eliot marcha en tête dans la rue, suivit par une Eriko surexcitée et une Kaori qui s'inquiétait légèrement. Eliot lui avait dit que son ami était un peu sauvage et elle avait peur qu'Eriko prenne mal les réflexions qu'il pourrait lui faire. La jeune femme avait l'habitude avec Ryô mais Eriko n'avait jamais était confrontée à cela ... C'est peut-être pour cette raison qu'elle l'accompagnait, bien que sa présence soit légèrement inutile.  

 

Ils arrivèrent en vue d'un immense gratte-ciel, aux multiples baies vitrées, toutes resplendissantes de propreté et qui reflétaient le soleil. Eliot passa le premier, tint la porte à ses compagnes et leur demanda de l'attendre ici le temps qu'il aille voir la sécurité. Elles s'exécutèrent et purent alors admirer la décoration du hall de l'immeuble : la vaste pièce était meublée par de magnifiques fauteuils en cuir, par des tables en bois exotiques qui portaient des compositions florales sublimes ou des corbeilles de fruits bien garnies. Les murs du fond étaient occupés par quatre cabines d'ascenseur qui s'ouvraient et se fermaient à tout va.  

 

Il y avait bien évidemment un grand bureau où s'activaient trois secrétaires, décrochant les téléphones, mettant en attente certains, répondant aux visiteurs. Toutes cette agitation fit tourner la tête de la nettoyeuse : bien sûr dans son métier, l'agitation était monnaie courante mais celle-ci était particulièrement stressante. Eriko quant à elle semblait perdue dans la contemplation d'une plante verte mais Kaori savait bien qu'elle devait sûrement penser à sa prochaine entrevue. Elliot revint rapidement et entraîna les deux jeunes femmes vers un ascenseur dissimulé par un panneau de bois, ils entrèrent et le cadre sélectionna le bouton "terrasse".  

 

L'engin s'éleva tranquillement et atteint bien rapidement son but : les trois personnes pénétrèrent dans un appartement moderne, d'un propreté rutilante, et décoré avec un goût tout particulier. La jeune styliste qui, de par son métier affectionnait le beau, s'attarda sur chaque recoin de la pièce. Kaori aurait aimé en faire autant mais depuis le début elle avait senti que quelqu'un les observait, tapi dans un des renfoncements de la pièce. Soudain une boule de poil surgit de nulle part sauta sur Eliot, et entreprit de lui lécher abondamment le visage.  

 

- Sugar, arrête mon grand! rit le jeune homme en repoussant les avances de l'animal. Mais dis-moi où se cache ton maître ?!  

 

Le chien se tourna vers la cuisine aménagée, s'y précipita et en sortit son maître.  

 

- Arrêtes Sugar, j'ai dit stop! cria celui-ci  

 

Kaori avisa le nouvel arrivant : le jeune homme devait avoir le même âge qu'Elliot, avait la même carrure avec des épaules mieux dessinées, son visage était coupé droit mais un sourire faisait défaut à ses lèvres, ses cheveux n'étaient pas coiffés et s'amusaient à créer de multiples épis. Ses yeux quant à eux, étaient verts avec des reflets ambrés, malheureusement ce ne fut pas leur couleur qui étonna Kaori mais plutôt leur manque d'éclat, leur manque de vie. Leur propriétaire semblait bien plus attaché à une vie sans émotion qu'à une vie gaie. Elliot s'approcha de son ami, lui donna une tape amicale dans le dos et le présenta aux deux femmes :  

 

- Voilà, je vous présente mon meilleur ami, Jay Carlson. Jay, je te présente Kaori Makimura et Eriko Kitahara. C'est Eriko qui va être ta nouvelle accompagnatrice !  

- Pour ce que j'en ai à faire ! cracha Jay  

 

Kaori eut un mouvement de recul : cet homme était vraiment méchant, comme si son handicap lui faisait se complaire dans une amertume incessante. Elle regarda Eriko qui elle aussi avait accusé le coup : sauf que Kao la connaissait, la jeune styliste voulait réussir et elle réussirait à apprivoiser cet homme. D'ailleurs elle demanda à Eliot, si elle pouvait voir Jay en privé pour essayer de nouer un lien avec lui. Le cadre acquiesça de la tête et avec l'aide de son ami à quatre pattes, poussa Jay et Eriko vers le balcon.  

 

Il rejoignit ensuite Kaori dans le living, où il l'invita à s'installer en attendant que les deux autres aient finit leur prise de connaissance. Le jeune homme entama une conversation polie avec Kaori et parvint même à arracher quelques sourires à la jeune femme mais alors qu'ils commençaient à parler de choses plus divertissantes, la baie vitrée se réouvrit avec fracas sur une Eriko en pleurs. La jeune styliste combla la distance entre elle et Kaori pour se jeter dans les bras de son amie. La nettoyeuse accueillit Eriko dans ses bras pour la calmer en lui demandant la cause de ses larmes .  

 

- C'est Jay ... il est horrible! articula Eriko entre deux sanglots  

 

Il n'en fallut pas plus pour que Kaori voit rouge, elle relâcha Eriko et d'un pas décidé regagna la terrasse. Elle y trouva Jay assis sur une chaise longue, se tenant la tête entre les mains. Elle vint se placer juste devant lui : une aura destructrice s'élevant d'elle. Le jeune homme, voyant deux jambes s'installaient devant lui , releva la tête et regarda la nouvelle venue. Kaori passa outre le regard étonné que lui adressa son interlocuteur :  

 

- Écoutez moi bien, Monsieur Carlson, vous croyez peut-être que le fait d'être sourd vous donne une suprématie sur les autres ?! Mais pour moi vous n'êtes pas différent des autres personnes que je côtoie ! Et c'est pour cela que si vous blessez mon amie, je me dois d'intervenir ! Vous ne vous rendez pas compte que votre ami essaye de vous aider de son mieux, que ma meilleure amie a fait de son mieux pour vous plaire ?! Et ne croyez pas qu'elle soit payée pour être ici ! Non ! Elle est bénévole ! Et pour cela prend sur son temps comme sur le mien d'ailleurs ! Alors que vous soyez sourd ou pas, que soyez riche ou pauvre vous n'avez pas le droit de faire pleurer une jeune femme qui veut vous venir en aide ! Maintenant si cela vous plaît de rester dans cet état d'esprit, grand bien vous fasse mais ne venez pas vous plaindre ensuite que vous êtes seul ! Sur ce, je vous salue et espère ne plus jamais avoir à revoir un mufle de votre espèce !  

 

Fière de son monologue, Kaori tourna les talons et retrouva Eriko qu'Eliot était parvenu à calmer un peu. Elle lui dit qu'il était temps qu'elles partent, elles saluèrent Eliot qui s'excusa du désagrément causé. Mais alors qu'elles allaient emprunter à nouveau l'ascenseur, une voix grave les arrêta :  

 

- Jamais personne n'avait osé me parler ainsi ...  

 

Les trois personnes se retournèrent d'un bloc pour voir Jay sur le seuil de la fenêtre, tenant son chien par une laisse. Eliot se retourna vers Kaori qui haussa les épaules, Jay eut alors le premier sourire que ses interlocuteurs aient vu :  

 

- Mademoiselle Makimura pensait certainement qu'elle pouvait me crier dessus sans que je sache ce qu'elle était en train de dire ?!  

 

Kaori baissa légèrement les yeux : oui, elle s'était soulagée la conscience en pensant qu'il n'entendrait pas mais comment diable avait-il pu comprendre ce qu'elle avait dit. C'est alors qu'Eliot se frappa le front :  

 

- Ah oui, j'ai oublié de vous dire que Jay est sourd mais qu'il sait lire sur les lèvres!  

 

L'aveu de cette capacité, fit virer Kaori au rouge pivoine qui honteuse se mit une main sur la bouche comme pour effacer les mots qui en étaient sortis. Ce coup-ci, Jay eut un rire franc qui d'ailleurs étonna son ami.  

 

- Allons ne prenez pas cet air si désolé! Tout à l'heure vous n'aviez pas l'air gênée de me remettre en place et je dois vous avouez que ça m'a fait du bien que quelqu'un ait enfin ce courage. Depuis que je suis sourd, je me comporte comme un enfant gâté et jamais personne ne m'avait rien dit. Et vous qui ne me connaissez que depuis quelques instants, vous me renvoyez déjà dans les cordes. Bizarrement, cela ne m'a pas dérangé mais plutôt intrigué, car j'imagine que la vie avec vous doit être mouvementée.  

 

Kaori écoutait Jay parler, il avait une excellente diction, savait contrôler le volume de sa voix et les intonations de ses phrases. Même s'il ne s'entendait pas, il savait s'exprimer avec une assurance particulière.  

 

- C'est pourquoi j'accepte ce partenariat, poursuivit Jay, mais à la condition que se soit vous Mademoiselle Makimura qui soyez mon accompagnatrice !  

 

La jeune femme fit passer son regard de Jay à Eliot, d'Eliot à Eriko et d'Eriko à Jay. Elle n'était pas venue ici dans le but de devenir accompagnatrice de quoique se soit et voilà que ce jeune homme fort séduisant lui proposait le poste. Elle ne voulait pas que son amie prenne mal la décision mais apparemment Eriko semblait ravie de cette proposition, aux vues des clins d'œil appuyés qu'elle faisait à la nettoyeuse. Il ne fallait pas non qu'elle oublie son premier travail et surtout son partenaire !  

 

Kaori savait que Ryô apprécierait moyennement qu'elle passe ses journées avec un autre, et qu'elle n'ait plus le temps de s'occuper du ménage ou de ses repas. Oh et puis pour une fois, il pourrait très bien se débrouiller seul, il était capable de se prendre en main le temps qu'elle aide Jay.  

 

Elle n'était pas sa bonne et en plus, il était certain qu'il ne s'apercevrait pas de la différence ! Et puis elle devait le reconnaître, elle mourrait d'envie de savoir ce qui se cacher sous le masque de Jay !  

 

Après d'intenses réflexions, elle regarda son nouvel ami et se rapprochant de lui, présenta une main ferme que le jeune homme s'empressa de serrer avec fougue.  

 

- Étant donné notre future collaboration, je pense que le plus simple sera que tu m'appelles Kaori et que tu me tutoies.  

- Parfait Kaori ! Je suis ravi de faire ta connaissance ! lui répondit le jeune homme avec un grand sourire  

 

Les deux autres spectateurs de la scène avaient des avis bien différents sur cette collaboration : Eriko anticipait déjà la réaction de Ryô qui allait certainement bondir en apprenant à quoi Kaori allait passer ses prochaines journées.  

 

Quand à Eliot, il ne savait pas si Kaori savait dans quoi elle venait de s'engager. Il avait bien peur qu'elle ne soit dépassée par la situation : le danger faisait fuir les plus téméraires à ce que l'on disait, il espérait donc que tout allait bien se passer ...  

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de