Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: Indiana

Status: Completa

Serie: City Hunter

 

Total: 1 capitolo

Pubblicato: 07-07-08

Ultimo aggiornamento: 07-07-08

 

Commenti: 15 reviews

» Scrivere una review

 

RomanceSongfic

 

Riassunto: Et si une chanson pouvait décider d'un destin ...

 

Disclaimer: Les personnages de "Wherever you will go" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

How to make an interactive story?

 

Here's a helpful link. Tutorial

 

 

   Fanfiction :: Wherever you will go

 

Capitolo 1 :: Le choix d'une vie

Pubblicato: 07-07-08 - Ultimo aggiornamento: 07-07-08

Commenti: Bonjour tout le monde! Eh bien voilà une petite one-shot dont j'ai eu l'idée il y a tout juste deux heures !lol En tout cas, c'est ma première idée contreverse : en fait, je suis partie du petit délire que j'ai entamé avec Saoria sur le rôle de Mick dans City Hunter. Moi je défendais le fait qu'il était et resterait un "second" pour toujours mais je crois que j'ai légèrement changé d'avis et cette fic en est la conséquence. J'ai voulu donné à Mick sa chance...enfin vous verrez! J'espère malgré tout j'espère que l'idée vous plaira et que je ne perdrais pas trop de mes fidèles soutiens en route!lol J'embrasse chacune d'entre vous, vous qui me soutenez avec ferveur, qui m'envoyez de super petits mails sur ma boîte (retour de l'hommage ma Paty...), vous êtes le meilleur des soutiens possible! Je peux vous assurer que cela fait chaud au coeur! Je vous adore! Ah oui, et au sujet de ma prochaine maje (on m'a réclamé celle de "Que les temps changent") elle devrait arriver après demain...enfin si tout va bien...lol Allez j'arrête mon baratin, je vous souhaite une bonne lecture (ayez pitié de moi), je vous embrasse et ne saurez trop vous demander de laisser des com's!

 


Capitolo: 1


 

Dans la fraîcheur de la nuit grandissante, un homme marchait dans les rues nippones. Ne prêtant guère attention à son environnement extérieur, il avançait le regard rivé sur les pavés et les mains enfoncées dans les poches de son pantalon. Les passantes se retournaient à sa suite, laissant glisser leur regard avide sur la carrure imposante de cet éphèbe : la blondeur de ses cheveux soulignaient avec finesse le bleu profond de ses yeux tandis que ses lèvres serrée lui donnait un côté viril et énigmatique. Quand il parvint aux abords des quartiers chauds, il se fit héler par de nombreuses entraîneuses qui n'avaient qu'une hâte: le faire entrer dans leurs cabarets et profitait tant de son portefeuille que de son physique. Mais le marcheur les ignora royalement, les renvoyant d'un coup de tête ample : en d'autres occasions, il leur aurait certainement accordé tout ce qu'elles auraient désiré mais sa vie était alors bien trop compliquée. Il continua sa route pour finalement s'arrêter près d'un immeuble en brique rouge bien connu: se tapissant dans une ruelle adjacente, il alluma une cigarette et en expira profondément la fumée. Une fenêtre des étages supérieurs attira son regard : il y distingua une silhouette élancée, derrière le carreau, une ombre féminine aux courbes voluptueuses qui se mouvait avec douceur dans l'habitation. Une fois n'est pas coutume, à cette vue son cœur rata un battement et une douce euphorie emplit progressivement tout son être. Pourquoi fallait-il qu'elle soit la seule sur cette planète à lui faire cet effet ? Pourquoi fallait-il que se soit la partenaire de son meilleur ami ?  

Devant ce terrible constat, la douceur qu'avait pris son âme se transforma en mélancolie et finalement en une tristesse plus que coutumière. Il glissa contre le mur rugueux en bitume et laissa son corps s'avachir sur lui-même. Il avait les yeux fermés quand soudain son sixième sens de nettoyeur les lui fit réouvrir subitement. Il tourna la tête vers la personne qui venait de s'agenouiller à ses côtés : son cœur comprit plus vite que son esprit qui se trouvait avec lui. Elle était là: celle par qui tout avait commencé, celle qui avait su redonner à son cœur l'envie d'aimer, celle qui occuper ses rêves les moins sages, celle qui illuminait sa vie au jour le jour. Son regard se perdit dans celui de la jeune femme : il sentit une tendresse enivrante s'instaurait en lui qui se renforça quand la main de l'apparition se posa sur son épaule. Il regarda ce petit bout d'elle qu'elle avait consentit à lui offrir puis il laissa son regard remonter le long du bras de la jeune femme. Elle était vêtue d'un débardeur blanc sobre mais qui mettait en valeur le galbe de sa poitrine. On pouvait deviné par transparence la finesse de ses sous-vêtements, provoquant un léger désir chez lui, effet renforcé par la simplicité de la couverture qu'elle avait jeté sur ses épaules et qui le retombaient sur les avant-bras. Le jeune homme eut malgré lui le souffle coupé par le naturel et la séduction contenus dans ce petit bout de femme, lui pourtant connu comme babille ne parvenait plus à trouver ses mots face à elle. La jeune nettoyeuse sentit le malaise de son ami et bien que n'en comprenant pas la cause, se décida à l'en sortir:  

 

- Mick ? Je peux savoir ce que tu fais ici ?  

 

Il la regardait avec avidité: elle semblait vraiment préoccupée par sa présence en ces lieux. Il aimait tant voir cette lueur inquiète dans les yeux noisettes de son amour, il aimant tant voir que cette étincelle lui était destinée. Il voulait lui dire qu'il l'aimait plus que sa vie mais sa raison comme la logique des choses l'en empêcher cruellement . Il refréna encore une fois ses ardeurs et répondit d'une voix qu'il voulait détachée:  

 

- Je venais voir Ryô...est-il là ?  

- Ryô ?! Ici ?! rit la jeune femme. Tu as vu l'heure ? Il doit être encore en train de se vautrer entre les atouts d'une lapine quelconque!  

- Kaori...tu es dure avec lui.  

- Non, je suis réaliste. Mais ne parlons plus de cela, veux-tu. Tu ne devrais pas être rentré chez toi ?  

 

Chez lui ? Non, l'américain n'avait plus de chez lui depuis des jours déjà. Il sourit tristement à Kaori: comment lui expliquer que lui et Kazue avait rompu ? Comment lui expliquer qu'ils avaient rompus car sa fiancée savait qu'il entretenait encore de trop tendres sentiments pour la jeune femme. Il savait pertinemment que Kao le prendrait mal ou alors se sentirait mal vis à vis de lui comme vis à vis de Kazue. Il ne pouvait vraiment pas la placer dans une position aussi délicate, il préféra en conséquence jouer la carte de l'apparente décontraction:  

 

- Oh tu sais, Kazue avait beaucoup de travail ce soir et moi je voulais sortir. Alors elle m'a dit d'y aller sans m'inquiéter pour elle.  

- Mick... gronda la jeune femme. Je sais que Kazue est chez vous, je l'ai vu dans votre salon...j'en déduis que tu es en train de me mentir effrontément et qu'il a du se passer quelque chose de grave pour que tu en arrives là. Allez viens on rentre et on va discuter de tout ça autour d'un bon café.  

 

Mick hésita un instant: devait-il suivre son coeur qui lui hurler de se saisir de la main tendue de Kaori ? Ou devait-il écouter sa raison qui lui intimait de fuir tout de suite ? Il ne savait plus de quel côté se ranger: jusqu'là il s'était convaincu d'avoir agi au mieux en s'effaçant devant Ryô, en le laissant vivre son amour avec Kaori. Puis il avait trouvé lui aussi un semblant d'amour avec Kazue, il ne pouvait nier avoir aimé cette femme mais il ne pouvait non plus nier que Kaori resterait à jamais son premier amour, celle pour qui son cœur battait plus que de raison. Alors peut-être allait-il faire une erreur mais aujourd'hui plus rien n'allait l'en dissuader. Il prit la main de Kaori entre ses doigts et lui insuffla un légère pression pour s'assurer que c'était bien sa main que celle de la jeune femme avait quemandé. Elle lui sourit doucement et l'entraîna vers l'appartement.  

 

Quelques minutes plus tard, ils se retrouvaient attablés devant une tasse fumante de café et Kaori attendait patiemment que son meilleur ami veuille bien entamer son récit. Ce dernier, ne semblait pourtant que peu enclin à lui fournir de quelconques indications sur sa dispute avec Kazue. La nettoyeuse but une gorgée rapide du liquide brûlant et demanda:  

- Alors dis-moi pourquoi tu erres dans les rues tandis que ta fiancée est chez vous ?  

Mais le jeune homme ne répondit pas, se contentant de serrer avec force ses mains. Ce geste de profond tourment n'échappa pas à Kaori qui poursuivit :  

- Tu sais que tu peux avoir confiance en moi. Je suis ton amie et celle de Kazue. Tu peux me parler de ce qui te tourmente!  

- Je sais mais cette histoire est si compliquée...rooh et puis que tu le saches ou non, ne changera pas grand chose. J'ai fais une énorme gaffe, il y a quelques jours avec Kazue...pour faire simple, alors que nous étions...euh comment dire...en pleine "action" et bien je lui ai dit que je l'aimer ... mais j'ai employé un autre prénom que le sien....  

- Tu veux dire que tu l'as appelé par un autre prénom ?  

- C'est ça.  

- Mais Mick c'est ignoble! cria Kaori. Comment peux-tu appeler la femme que tu aime par un autre prénom ? Surtout au moment de.. enfin de.. tu vois quoi. Je suis sûre que tu as du l'appelé Daisy ou Lola ou une autre des surnoms de tes lapines favorites!  

- Je ne l'ai pas appelé comme une des hôtesses ! se défendit Mick. Je l'ai appelé par le prénom d'une de ses amies...  

- Quoi ? Mais c'est encore pire! Encore un coup de Saeko ou de Reika, je parie!  

- Non une de ses amies plus proches...  

- Miki ?!  

- Non.... une autre... lâcha l'américain honteux.  

- Je ne vois pas... non mais ce n'est pas possible...tu ne peux pas avoir...euh, tu l'as appelé comme moi ?  

 

Mick fit un signe affirmatif de la tête tandis que Kaori, choquée, se levait en vitesse et entamait les cents pas dans la pièce. Elle posa sa main sur sa bouche et commença à marmonner des phrases incompréhensibles. Elle martelait le sol avec ses talons comme pour signifiait à son ami la gravité de la situation. Il était vrai que Mick s'était montré toujours charmant avec elle mais de là à parler d'amour, elle ne l'aurait jamais cru. Comment devait-elle réagir face à cet aveu ? Sur le coup, elle reconnaissait s'être sentie flattée mais maintenant elle ne savait plus comment faire pour parvenir à gérer cette situation.  

 

- Mais pourquoi ? tenta t-elle d'une petite voix. Pourquoi moi ?  

- Kaori... écoutes, il vaut mieux que certaines choses restent de l'ordre du confidentiel.  

- S'il te plaît ... le supplia la nettoyeuse  

- Kaori, je ne veux pas perdre ton amitié à cause de cette histoire. Je considère notre relation comme trop précieuse, je te considère comme trop précieuse pour risquer de tout perdre de cette manière.  

- Il faut que je saches, Mick, je t'en prie...  

 

Mick avisa son amie: ses beaux yeux s'étaient embuaient de larmes qu'elle retenait au prix d'un effort considérable. Cette vue lui déchira le cœur: elle devait certainement se sentir fautive et lui ne supporterait pas de la voir verser des larmes par sa faute. Il se racla la gorge et reprit :  

 

- Tu n'es pas sans savoir que j'ai toujours eu pour toi, tous les égards possibles. Mais ce que tu dois ignorer c'est que ces égards venaient du fait que je t'aimais plus que ma vie. Dès que je t'ai vu, j'ai su... j'ai su que je ne pourrais aimer que toi, que je ne pourrais désirer que toi. Je voulais crier sur les toits que tu étais la plus belle chose qui m'était arrivé, que tu étais la femme qui avait ravi mon cœur mais voilà on ne fait pas toujours ce que l'on veut dans la vie.... Ryô était là, tu l'aimais, il était mon meilleur ami et je savais qu'il t'aimait aussi alors je me suis effacé. J'ai préféré vous laisser vivre cet amour si pur qui était le votre.. ..  

J'ai rencontré Kazue et j'ai cru pouvoir transposer mon amour pour toi, sur elle. Je ne vais pas te mentir, j'y suis parvenu durant longtemps mais malgré tout, tu venais toujours hanter mes rêves et mes pensées. Je les chassais rapidement mais ton image restait gravé dans mon esprit et dans mon cœur, quoique je fasse tu était toujours présente en moi. Alors je m'isolais, m'enivrais dans un délire alcoolisé pour oublier, pour oublier que je te verrais chaque jour de ma vie sans pouvoir te toucher, sans pouvoir goûter tes lèvres et surtout en étant le spectateur muet de ta souffrance. De cette souffrance que te causait l'indifférence de ton partenaire mais je n'en peux plus Kaori... je n'en peux plus...  

 

- Mick ... souffla Kaori, émue.  

- Oui, je n'en peux plus de te voir dans cet état. Je t'aime Kaori...je t'aime comme un fou...j'ai envie de te rendre heureuse, de t'aimer comme tu le mérites, de voir ton sourire à mon réveil, de sentir ton corps contre le mien, de te faire mienne chaque nuit de ma vie... et ça Kazue l'a compris. Elle m'en a voulu mais finalement je pense qu'elle a vu qu'elle ne pouvait lutter contre les inclinaisons de mon cœur. C'est pourquoi je suis parti de l'appartement et que je déambule dans les rues... je n'ai pas de lieu d'attache, pas de but puisque le seul but de ma vie est de t'aimer, puisque mon seul domicile ne pourra être que celui que je partagerais avec toi ...  

 

Après cette déclaration plus qu'enflammée, Kaori resta interdite: aucun homme ne lui avait jamais offert un tel discours, et elle n'avait jamais cherché à en recevoir un. Depuis son adolescence, elle n'avait d'yeux que pour Ryô et même si elle avait apprécié la galanterie de Mick, elle n'avait jamais envisagé qu'ils puissent , un jour ou l'autre, avoir une relation plus approfondie. Et pourtant, son cœur semblait troublé par les yeux bleus tourmenté de son ami, par la profondeur et la douceur de ce regard qu'il posait sur elle. Elle laissa couler son regard sur les lèvres de l'américain et se surprit à penser qu'elles étaient d'une douceur attirante. Mais sa conscience la ramena dans le droit chemin : Mick était le fiancé d'une de ses meilleures amies et elle devait tout faire pour qu'il retourne auprès de Kazue. Elle se rassit doucement et lança tranquillement :  

 

- Mick, tu comprends que je sois dans une situation difficile : je n'ai jamais imaginé que tu puisses tant tenir à moi et j'en suis flattée. Sincèrement. Mais tu sais que nous ne pouvons pas rester ainsi ... il faut que tu rejoignes Kazue et que la vie reprenne son cours normal...  

 

- Normal ? fit Mick en la coupant. Je ne pourrais jamais avoir une vie normale ici... il est vrai que je pourrais rejoindre Kazue et essayais de me faire pardonner mais pourquoi faire ? Pour vivre une vie morne et triste car je serais à tes côtés sans vraiment l'être ? Car je devrais faire semblant de ne pas voir le regard énamouré que tu couleras sur Ryô ? Je devrais être ton meilleur ami, celui qui supporteras tes confidences douloureuses, qui te consoleras et qui finalement te verras retourner dans les bras de l'homme qui te fait souffrir ? C'est à ça que ressemblera ma vie si je restes ici. Kaori, je ne peux plus vivre ainsi. Je ne veux plus vivre ainsi. J'ai décidé de partir et de me reconstruire ailleurs...  

- Partir ?! Mick, tu ne vas tout quitter sur un coup de tête ?!  

- C'est la meilleure des décisions que je pourrais prendre. Je ne sais pas encore où j'irais mais je sais qu'il faut que je quittes cette vie.  

- Je ne pourrais rien faire pour te faire changer d'avis ? essaya Kaori qui ne retenait plus ses larmes.  

- Non... tu peux seulement m'accorder une dernière faveur...enfin si tu veux bien...  

- Vas-y...  

- J'aimerais que tu me permettes de t'embrasser...une fois... pour que je puisse à jamais garder le souvenir de ses lèvres que j'ai tant convoité...  

 

Prise de cours par cette demande, Kaori ne parvint pas à parler mais elle n'en eut pas vraiment le temps car Mick se saisissait déjà de son visage. Il l'inclina en coupe et très rapidement posa ses lèvres sur celle de Kao. Surprise, cette dernière garda les yeux ouverts mais finalement les referma tandis que ses mains venaient se poser sur le torse de l'homme. Le baiser échangé resta dans le domaine de l'effleurement car Mick se retira volontairement: il s'éloigna de Kaori mais vint appuyer son front contre celui de la jeune femme, en fermant les yeux. Le nettoyeur aurait tant aimé approfondir son étreinte avec elle mais il avait peur de ne pouvoir s'arrêter à ce simple contact. Il avait donc décidé de se retirer tant qu'il était encore maître de lui-même. Ses mains quittèrent lentement le doux visage de son aimée et dans un dernier sourire il lui murmura :  

 

- Merci pour ce merveilleux cadeau, bel ange...  

 

Avant que Kaori ne puisse répondre, il avait quitté l'appartement de City Hunter et s'enfonçait dans la nuit pleine, sans un bruit. La nettoyeuse resta un moment à regarder le pans de bois qui venait de se refermer sur le seul homme qui lui avait avoué l'aimer. Machinalement, elle repassa ses doigts sur ses lèvres comme pour savoir si la douceur du baiser de Mick allait rester ancrée à jamais sur elle. Elle resserra la couverture autour d'elle tandis que les larmes commençaient à rouler pleinement sur ses joues. Alors qu'elle se laissait porter par ses sanglots, la porte se réouvrit une seconde fois. Ryô apparut dans l'encadrement: débraillé, des sous-vêtements dépassant de chacune de ses poches et une bouteille de whisky ornant sa main droite. Sa partenaire ne lui accorda aucun regard et couru en direction de sa chambre, secouée par de violents spasmes. Ryô, qui avait pensé éviter la dispute en paraissant plus saoul qu'il ne l'était, se trouva dépassé par la réaction de Kaori: certes, il s'était attendu à recevoir une massue mais certainement pas à la trouver en pleurs dans le living. Sauf qu'il ne pouvait savoir ce qui venait de se passer plus tôt dans la soirée: que c'était une révélation qui avait bouleversé sa partenaire plus que son retour tardif. Délaissant sa bouteille, il s'élança à la suite de la jeune femme mais arrivé devant sa chambre, trouva porte close. Il frappa légèrement mais n'obtenint aucune réponse. Il réitéra son appel plus fermement mais encore une fois n'eut aucun écho. Finalement, Ryô se mit à tambouriner à la porte :  

 

- Kaori, ouvres-moi, il faut que nous parlions!  

- Non, pas maintenant... fit la voix éteinte de sa partenaire. Je t'en prie...pas maintenant...  

 

La faiblesse de la voix de son ange lui tordit les entrailles mais le nettoyeur se résolut à la laisser seule un petit moment. Il retira ses mains de l'ouverture et dit simplement:  

 

- Je te laisse pour l'instant ... dès que tu sentiras que tu es prête, fais le moi savoir ...  

 

Kaori entendit les pas de Ryô s'éloignaient dans le corridor et quand elle sut qu'il avait regagné sa chambre, elle se balança sur son lit et se mit à pleurer toutes les larmes de son corps. Cette soirée marquait un tournant plus que considérable dans son existence: elle avait toujours était persuadée qu'elle ne pourrait aimer que Ryô et cela à jamais. Mais le baiser de Mick l'avait tout chamboulée : quand les lèvres du nettoyeur l'avaient touché, des milliers de frissons avaient couru sur sa peau, des décharges électriques étaient parties du bas de son ventre pour parcourir tous ses membres. Jamais elle ne s'était sentie aussi femme de sa vie, Mick la désirait et l'aimait, il lui en avait donné la preuve mais son coeur était occupé depuis trop longtemps par Ryô pour qu'elle puisse tout abandonner aussi simplement. Elle ne savait plus où elle en était : devait-elle admettre que Ryô ne reconnaîtrait jamais qu'il l'aime et devait-elle rattraper Mick ? Ou alors essayait d'oublier cette soirée et continuait de vivre dans l'ombre de son partenaire ? Elle n'en savait absolument rien. Kaori cacha son visage dans les draps et détournant son regard vers sa fenêtre, elle supplia:  

 

- Je t'en prie Hide, aide-moi ...  

 

Et là sans que rien ne l'ai laissé prévoir, la radio de Kaori s'alluma sur un station quelconque. La jeune femme soupira : depuis quelque temps déjà sa radio avait la curieuse manie de s'allumer sans raison particulière et de se brancher sur une station. Non, en fait cela se produisait dès que Kaori s'enfermait dans sa chambre pour soulager sa peine. Les chansons qu'elle était bien obligée d'écouter lui rendaient toujours le sourire ou lui apportaient la solution à ses tourments. Elle n'aurait su comment expliquer ce phénomène se produisait mais toujours était-il qu'à chaque fois elle trouvait une sortie de secours au travers des mots des chansons. Cette fois encore, la mélodie qui passait sur les ondes allait lui apporter la solution :  

 

So lately, been wondering  

Récemment, je me demandais  

Who will be there to to take my place  

Qui pourrait prendre ma place  

When I'm gone you'll need love  

Quand je serais parti, tu auras besoin d'amour  

To light the shadows on your face  

Pour éclairer les traits de ton visage  

If a great wave shall fall and fall upon us all  

Si une grande vague devait se briser et se brise sur nous tous  

And between the sand and stone  

Alors entre sable et pierre  

Could you make it on your own  

Pourrais-tu te débrouiller seule ?  

 

If I could, then I would  

Si je pouvais, alors je voudrais  

I'll go wherever you will go  

J'irais n'importe où, où tu iras  

Way up high or down low  

Sur un chemin qui monte haut ou descend bas  

I'll go wherever you will go  

J'irais n'importe où, où tu iras  

 

And maybe, I'll find out  

Et peut-être que je trouverais  

A way to make it back someday  

La façon de réparer cela un jour  

To watch you, to guide you  

Pour te voir, pour te guider  

Trought the darkest of your day  

A travers le plus sombre de tes jours  

If a great wave shall fall and fall upon us all  

Si une grande vague devait se briser et se brise sur nous tous  

Then I hope there's someone out there  

Alors j'espère qu'il y aura quelqu'un  

Who can bring me back to you  

Qui pourra me ramener à toi  

 

If I could, then I would  

Si je pouvais, alors je voudrais  

I'll go wherever you will go  

J'irais n'importe où, où tu iras  

Way up high or down low  

Sur un chemin qui monte haut ou descend bas  

I'll go wherever you will go  

J'irais n'importe où, où tu iras  

 

Run away with my heart  

Je m'enfuis avec mon coeur  

Run away with my hope  

Je m'enfuis avec mon espoir  

Run away with my love  

Je m'enfuis avec mon amour  

 

I know now, just quite how  

Je sais maintenant à peu près comment  

My life and love might still go on  

Ma vie et mon amour pourraient encore continuer  

In your heart, in your mind  

Dans ton coeur, dans ton esprit  

I'll stay with you for all of time  

Je resterais avec toi pour l'éternité  

 

If I could, then I would  

Si je pouvais, alors je voudrais  

I'll go wherever you will go  

J'irais n'importe où, où tu iras  

Way up high or down low  

Sur un chemin qui monte haut ou descend bas  

I'll go wherever you will go  

J'irais n'importe où, où tu iras  

 

If I could turn back time  

Si je pouvais remonter le temps  

I'll go wherever you will go  

J'irais n'importe où, où tu iras  

If I could make you mine  

Si je pouvais te faire mienne  

I'll go wherever you will go  

J'irais n'importe où, où tu iras  

I'll go wherever you will go  

J'irais n'importe où, où tu iras  

 

 

The Calling - Wherever you will go  

 

Les dernières notes de la chanson s'éteignirent dans le poste tandis que Kaori relevait la tête prestement. Elle savait ... elle savait enfin qui elle allait suivre, pour qui son cœur battait finalement....  

 

Le petit matin venait de se lever sur Tokyo mais déjà il régnait une effervescence sans pareil dans l'aéroport nippons. Des personnes couraient dans tous les sens, sous le regard éteint d'un jeune homme. Assis dans un des appareils en partance, il regardait par le hublot, le flot de populace qui s'agitait et s'animait dans la fraîcheur du matin. Son vol allait bientôt décoller, direction les States, il espérait quand regagnant sa patrie natale, il parviendrait à se reconstruire une vie. Il allait abandonner ses amis, son ancienne vie de nettoyeur mais surtout son unique amour... Il soupira tristement tandis qu'une jeune femme élancée s'arrêtait à hauteur de son siège. Il la sentit s'asseoir à ses côtés mais il ne tourna pas la tête pour autant. Sa nouvelle voisine se risqua à un début de conversation :  

 

- Where are you go ?  

- Je vais aux États-Unis, répondit machinalement Mick sans lui adresser un regard, et vous ?  

- I'll go wherever you will go ...  

 

Le coeur de Mick s'arrêta un instant et il se retourna vers l'inconnue : il n'en cru pas ses yeux... Kaori se tenait devant lui, un sourire épanoui ancré sur son visage, ses yeux marrons pétillants de gaieté.  

 

- Que fais-tu ici ? balbutia l'américain  

- Disons que j'ai compris que mon avenir n'était peut-être pas avec Ryô...J'ai attendu des années qu'il m'offre ce que tu m'a offert hier soir... J'en ai assez, je veux savoir ce que cela fait d'être aimée réellement par un homme...  

- Et c'est moi que tu as choisi ?  

- Non, non, c'est le commandant de bord! rit Kaori. Mais oui c'est toi, crétin!  

 

Pour confirmer ses dires, la jeune femme prit appui sur l'accoudoir et vint poser tendrement ses lèvres sur celle de son nouvel amant. Ce dernier, qui ne savait plus où donnait de la tête, réagi assez vite et sous son entière direction, ils commencèrent à approfondir le baiser. Ils se séparèrent finalement, un sourire ravi collé sur leurs lèvres. Tout en serrant la main de son ange, Mick lui murmura :  

- I love you darling...  

- I love you boy...  

 

Une hôtesse passa alors pour leur faire signe d'attacher leur ceintures et tandis que l'avion prenait de la vitesse, Kaori se pencha vers Mick et lui demanda :  

- Prêt pour une nouvelle vie ?  

- I'll go wherever you will go...lui répondit t-il en scellant leur union d'un nouveau baiser  

 

Dans un immeuble de briques rouge bien connu, un homme de carrure imposante se tenait assis sur le sofa d'un living. Dans ses mains, une lettre... la lettre d'adieu de son ange ... Il froissa brusquement le papier, prit sa veste et sortit pour s'enfoncer dans la clameur de la ville. Il fallait qu'il aille libérer la colère et la haine qui montaient en lui. Il venait de perdre la seule lumière de sa vie, il aurait du agir mais il n'a pas su comment faire et désormais il se retrouvait seul tandis que la seule femme qu'il ai jamais aimé allait vivre un amour passionné avec un autre homme. Son aura de colère disparut dans les bas fonds de la ville, il redevenait peu à peu l'ange de la mort ...  

Sur le papier, de simples mots tracés d'une mal mélancolique :  

 

" Ryô, je pars ....  

Désolée pour la gêne que je t'ai occasionnée et merci pour la vie que tu m'as offerte...mais tu ne m'as hélas jamais vu comme celle que j'étais.  

Je pense que je t'aimerais à jamais mais je veux vivre et tu ne semble pas vouloir m'offrir la vie à laquelle j'aspire ...  

C'est pourquoi il est grand temps que je vive pour moi et non plus au travers de toi. Je veux juste que tu continues la mission de City Hunter et que tu n'oublies pas qu'avant d'être un nettoyeur, tu es un homme.  

Encore merci pour ton partenaire de mon coeur,  

Kaori "  

 

 

 


Capitolo: 1


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de