Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: Tiffany

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 1 capitolo

Pubblicato: 28-03-09

Ultimo aggiornamento: 28-03-09

 

Commenti: 9 reviews

» Scrivere una review

 

ActionRomance

 

Riassunto: Une dispute éclate entre Ryo et Kaori. Peut-être celle de trop. Alors qu'elle réfléchit à leur avenir, elle se fait kidnappé par Julian qui prétend être le frère de Ryo. A travers lui, elle découvre le passé insoupçonné de son partenaire. Et si Kaori tombait sous le charme de Julian, alors que ce dernier a pour but de tuer son partenaire ? Je crois que j'en ai trop dis.

 

Disclaimer: Les personnages de "Bring me to life" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

What is a Beta Reader?

 

A Beta Reader is a person who agrees to read and correct fanfictions of other authors. ...

Read more ...

 

 

   Fanfiction :: Bring me to life

 

Capitolo 1 :: De l'orage dans l'air

Pubblicato: 28-03-09 - Ultimo aggiornamento: 28-03-09

Commenti: Désolée pour ce titre, je ne suis jamais inspirée pour ça. Voilà, je reviens avec une nouvelle fic. J'essaierai de publier le plus régulièrement possible mais je vous promet rien. Dites-moi ce que vous en pensez. J'espère sincèrement que vous aimerez parce que cette fic est l'une de celles que je préfère parmi mes autres fics. N'oubliez pas les coms. Kiss. Tiffany.

 


Capitolo: 1


 

- Encore une fois tu nous as mis en danger pour rien !  

- J’ai sauvé la vie cette fille ! Je ne vois pas pourquoi tu t’excites sur moi comme ça !  

Ryo empoigna sa partenaire et la plaqua violemment contre le mur.  

- Tu aurais pu te faire tuer !  

- C’est les risques du métier. Je les connais parfaitement.  

- Les risques du métier ? Une partenaire efficace aurait trouvé un moyen de protéger notre cliente sans prendre de risques inutiles cria Ryo, la maintenant toujours contre le mur.  

- Ryo tu me fais mal. Lâche-moi.  

- Tu es vraiment indigne de City Hunter. S’il n’y avait pas cette putain de promesse faîte à Hideyuki, ça fait longtemps que je t’aurais remplacé.  

Kaori se débattit mais impossible de se détacher de cette poigne de fer. Ryo finit par la lâcher. Elle prit sa veste et se dirigea vers la sortie.  

- Où est-ce que tu vas ?  

- Ca ne te regarde pas. A partir de maintenant, arrête de me considérer comme ta partenaire. Oublie cette « putain de promesse ». Tu as gagné, je vais sortir de ta vie. Tu vas enfin avoir ce que tu veux.  

Elle sortit de l’appartement en claquant la porte.  

- Ce n’est pas ce que je veux Kaori murmura le nettoyeur.  

Si seulement il avait le courage de lui courir après et de s’excuser. Car elle n’avait rien à se reprocher. Elle s’était comportée comme une pro.  

 

Quelques jours avant, City Hunter avait reçu une demande venant d’une jeune femme. Elle leur avait demandé de protéger leur fille. En effet, celle-ci était le témoin principal dans une affaire concernant un criminel. Elle avait assisté par accident à un meurtre. Et en attendant le procès, la petite Aiko était la cible de tentative de meurtre.  

City Hunter l’avait protégé jusqu’au jour du procès, c'est-à-dire aujourd’hui. Mais juste avant d’entrer dans le tribunal, elle avait été victime d’une tentative désespérée pour la faire taire. Et cette tentative aurait réussi si Kaori n’avait pas réagi aussi vite. Mais elle s’était mise en danger. Une nouvelle fois. Une fois de trop pour Ryo. En effet, si celle-ci avait échappé à la mort, c’était de peu.  

Il n’avait pas pu supporter l’idée qu’il n’avait pas réussi à la protéger comme il l’aurait dû et, pour calmer sa colère, il s’était défoulé sur elle. Il avait voulu lui faire mal. Comme lui-même avait eu mal en croyant la perdre.  

- Pardonne-moi Kaori. Je ne sais pas pourquoi j’ai fais ça.  

 

Elle non plus ne savait pas pourquoi il avait fait ça. Pourtant, à sa place, elle était sûre qu’il aurait aussi risqué sa vie pour cette petite fille.  

Elle ne savait pas ce qu’elle devait faire. Retourner à la maison et faire ses bagages ? Ou alors le pardonner. Une fois de plus ?  

Elle n’eut pas le temps de se décider car une voiture s’était arrêtée à sa hauteur. Ressentant le danger, elle mis la main à son arme. Lorsque deux hommes descendirent et se dirigèrent vers elle, elle la pointa vers eux.  

- N’avancez pas ou je tire.  

 

Les hommes sourirent. L’inefficacité de la partenaire de City Hunter était connue dans le milieu. Si on voulait l’atteindre, il suffisait de s’en prendre à la jeune dame. Ce qu’ils ne savaient pas, c’est que Kaori s’entraînait depuis quelques mois et qu’elle était devenue une tireuse hors pair. Elle tira dans la jambe de l’un. Voyant l’autre sortir son arme, elle visa la main. Elle aurait pu maîtriser la situation si un homme n’avait pas surgi de derrière et ne l’avait pas donner un coup en traître.  

Elle s’évanouit.  

 

Quand Kaori se réveilla, elle se trouvait dans une cellule sordide. Il y régnait une puanteur indescriptible.  

Elle essaya de se lever mais fut incapable de faire le moindre mouvement. Elle était enchaînée.  

- Qui êtes-vous ? Que me voulez-vous ?  

Un homme apparut derrière les barreaux.  

- A toi, rien. C’est à Ryo Saeba que le chef en veut. D’ailleurs va l’appeler.  

La dernière partie était destinée à l’un de ses « collègues ».  

 

Il revint quelques minutes plus tard, accompagné d’un autre homme qui devait être « Le chef ». Ce dernier était grand, presque aussi grand que Ryo. Et aussi charismatique. Il avait les cheveux châtains et les yeux marron. Il paraissait assez jeune. Plus âgée qu’elle en tout cas et autant que son partenaire.  

- Excusez mes hommes pour leur manque d’hospitalité Mademoiselle Makimura. Je n’étais pas au courant qu’ils vous avaient placée ici dit-il en ouvrant la porte.  

Il s’approcha tandis que Kaori tenta de reculer. Mais elle était déjà contre le mur.  

- Ne vous inquiétez pas, je vais juste vous enlever ces chaînes. Veuillez me suivre la pria-t-il une fois qu’elle fut libérée.  

Kaori se demanda s’il n’y avait pas un moyen de s’échapper.  

- N’y pensez même pas. Cette maison est remplie d’hommes prêts à agir au moindre mouvement suspect.  

 

Elle le suivit donc sans rechigner. Il s’arrêta devant une porte. Il composa un code et la porte s’ouvrit, laissant apparaître une magnifique chambre. Les murs étaient d’un blanc immaculé. Au milieu de la pièce, il y avait un grand lit à baldaquin.  

- J’espère que ça vous plaît parce que c’est ici que vous résiderez.  

- Qui êtes-vous et que voulez-vous ?  

- Je m’appelle Julian. J’ai un petit compte à régler avec Ryo. Jusqu’au jour de notre duel, vous serez ma prisonnière.  

- Votre prisonnière ? Depuis quand les prisonniers sont-ils placés dans des palaces ?  

- Je ne suis pas un barbare pour laisser une aussi jolie femme dans une cellule crasseuse dit-il en passant une main sur la joue de Kaori.  

 

Celle-ci recula. Elle vit son reflet dans le miroir placé dans l’armoire dressée derrière Julian. Ses vêtements étaient sals, elle aussi et elle était totalement décoiffée. Déjà qu’en temps normal, elle n’était pas d’une beauté frappante, mais dans cet état, elle n’avait vraiment rien de jolie.  

- Vous êtes bizarre pensa-t-elle tout haut.  

- On me le dit souvent. Ryo a toujours eu bon goût en matière de femme. Je vois qu’il n’a pas changé dit Julian en se rapprochant d’elle.  

Kaori eut peur soudain de ce qu’il pouvait lui faire. Elle était coincée dans cette pièce avec cet homme de même carrure que Ryo. Elle n’était pas de taille à lui tenir tête. Il éclata de rire.  

- N’ayez pas peur. Je ne vais pas vous violer si c’est ce que vous pensez. Je n’ai jamais forcé une femme à partager mon lit.  

- Comment connaissez-vous Ryo ?  

- Vous n’êtes pas au courant de son passé ? Pourtant vous êtes sa partenaire.  

Kaori sentit les larmes lui monter aux yeux. Il venait de toucher un point sensible. C’est vrai que le nettoyeur ne la faisait pas assez confiance pour lui confier son passé. A moins d’y être contraint. Mais elle essaya de rester forte devant l’ennemi.  

- Vous n’avez pas répondu à ma question.  

- Si vous voulez tout savoir, Ryo et moi sommes frères. Pas frères de sang mais c’est tout comme. On a grandi ensemble, élevés par Kaïbara. Il était ma seule famille, la seule personne en qui j’avais confiance pendant la guérilla.  

- Comment êtes-vous devenu ennemis alors ?  

- Je crois qu’il n’apprécierait pas que ce soit moi qui le mette au courant.  

- Il n’appréciera pas que vous m’enleviez et ça ne vous a pas empêchez de le faire.  

- Vous êtes intelligente et vous avez de la répartie. Ca me plaît chez une femme. Bon je vous laisse vous reposer. Si vous voulez faire votre toilette, il y a une salle de bain qui communique avec votre chambre.  

- Attendez…  

Il partit sans lui laisser le temps de poser les questions qui se bousculaient dans sa tête.  

 


Capitolo: 1


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de