Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated R - Prosa

 

Autore: Tenshi

Status: Completa

Serie: City Hunter

 

Total: 30 capitoli

Pubblicato: 23-08-09

Ultimo aggiornamento: 19-10-11

 

Commenti: 244 reviews

» Scrivere una review

 

GeneralRomance

 

Riassunto: Une nouvelle aventure pour un couple mythique !

 

Disclaimer: Les personnages de "Je t'aime… un peu… beaucoup… à la folie… Mokkori ?!" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

How can I post an interactive story?

 

After logging in, in the section Games, - create a new game - add/modify the pages of this game There are 2 types of pages: - One with multiple choices - One with a question/answer system It is also possible to have a fight page, where a random dice generator appears. - An image can also be added, by giving the full link to it.

 

 

   Fanfiction :: Je t'aime… un peu… beaucoup… à la folie… Mokkori ?!

 

Capitolo 1 :: Une matinée à Shinjuku

Pubblicato: 23-08-09 - Ultimo aggiornamento: 09-01-11

Commenti: Coucou tout le monde ! Cela fait quelques mois que je lis vos histoires toutes plus passionnantes les unes que les autres et j'ai eu envie d'en écrire une à mon tour ! J'espère sincèrement ne pas faire baisser le niveau. Bisous et à bientôt ! Tenshi.

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30


 

Ce matin-là, Kaori s’éveilla d’excellente humeur. Il faut dire que notre sympathique bande d’amis avait vu leur vie s’accélérer et prendre un nouveau départ. Miki était mariée depuis trois semaines et filait le parfait amour avec Falcon. Mick et Kazue étaient tombés amoureux et avaient décidé de vivre ensemble juste en face de l’immeuble de City Hunter. Kaori se réjouissait pour ses amis.

 

Quant à Ryô et elle, la situation restait inchangée… en apparence. Depuis la bataille avec le Général Kreutz où Ryô s’était déclaré à demi-mot, Kaori savait qu’il l’aimait profondément. Et lui n’ignorait rien des sentiments de la jeune femme à son égard. Il continuait de la taquiner jour après jour et elle lui envoyait des massues pour le punir. Ce petit jeu était caractéristique de la relation si particulière qu’ils entretenaient depuis plus de cinq ans déjà. Mais ils étaient heureux comme ça, heureux d’être ensemble tout simplement.

 

Kaori jeta un coup d’œil à son mini réveil en forme de massue : 8h30. Elle décida qu’il était grand temps de se lever. Lorsqu’elle tira les rideaux, la chambre fut inondée de lumière. Un ciel bleu magnifique, pas un nuage : c’était une belle journée d’été qui commençait. En l’honneur de la chaleur, Kaori piocha dans son armoire un joli top bleu marine qui mettait en valeur son teint de porcelaine et sa courte chevelure auburn, et une mini-jupe blanche. Qui sait, Ryô allait peut-être lui faire un compliment, une fois n’est pas coutume… Après une bonne douche, Kaori s’habilla et se dirigea vers la cuisine pour préparer le petit déjeuner de son partenaire, comme chaque matin. Elle goûta chacun des plats d’un air appréciateur : cette fois-ci elle s’était vraiment surpassée !

 

« Ryô, t’as pas intérêt à la ramener ! » pensa Kaori. « Bon, tout est prêt, allons réveiller la bête ».

 

C’était un autre de leurs rituels. Tous les matins, Kaori allait tirer Ryô du sommeil alors qu’en réalité celui-ci ne dormait pas et attendait sa venue avec impatience. Ce moment privilégié permettait à chacun de profiter de l’autre : Kaori admirait le beau visage serein de Ryô et son corps d’Apollon à moitié dissimulé par le drap. Lorsqu’elle se sentait d’humeur audacieuse, elle glissait une main dans ses cheveux et caressait sa joue. Ryô, lui, adorait ces réveils en douceur : la démarche sensuelle de Kaori et son parfum vanillé le mettaient dans tous ses états. C’est pourquoi il s’arrangeait toujours pour l’énerver afin qu’elle ne remarque rien : il faisait glisser le drap, exhibant ainsi sa virilité (généralement en forme !), ou bien il prononçait avec ferveur le prénom d’une autre femme. Et ça marchait à tous les coups !

 

En montant l’escalier, Kaori se promit de ne pas utiliser sa massue : elle avait envie d’être gentille aujourd’hui. Et surtout, elle voulait qu’elle et Ryô prennent un nouveau départ, comme leurs amis. Kaori ouvrit la porte de la chambre de son partenaire et entra sur la pointe des pieds.

 

- Quoi ?! s’exclama-t-elle. Le lit était vide !

 

« Aargh, mais où il est passé encore ? D’habitude, il faut que je le traîne par la peau des fesses pour qu’il sorte du lit ! »

 

Elle remit machinalement de l’ordre dans la pièce tout en continuant de cogiter.

 

« En plus, il est rentré tard hier soir, ivre mort comme d’habitude lorsqu’il sort faire la tournée des cabarets avec Mick… Ah, il veut vraiment me rendre chèvre ! »

 

Soudain elle eut une illumination : « À moins que… Mais bien sûr, ça ne peut être que ça !! »



****

 

Dans le quartier de Shinjuku, Ryô se promenait avec allégresse.

 

- La la la… Mais qu’il fait beau aujourd’hui ! Regardez-moi ça, toutes ces jolies filles en bustier et mini-jupe : je suis au paradis !! Mu hu hu…

 

Les passants se retournaient sur cet homme bizarre qui arborait un rictus baveux et agitait les doigts en tous sens…

 

- Y en a tellement… Je sais pas laquelle choisir… VOUS ! Oui, la demoiselle si sexy ! ça vous dirait d’aller visiter ma chambre ?

 

La jeune fille à la jupe de cuir rouge ultra courte eut une moue indignée.

 

- Non mais ça va pas, sale pervers !

 

BAM ! Elle lui mit un coup de sac en guise de baffe ! Ce qui, bien entendu, ne découragea pas le moins du monde notre Mokkori man…

 

- Ah ah ah ! C’est pas grave, c’est pas grave, y en a plein d’autres ! Allez les filles, ne soyez pas si prudes, le loup d’un coup ne vous veut que du bien !

 

Non loin de là, une jeune maman qui promenait son petit garçon secoua la tête devant cette scène navrante et émit un soupir désapprobateur.

 

- Maman, pourquoi le monsieur il arrête pas de se faire taper ? demanda le garçonnet intrigué.

 

- C’est rien mon chéri, sûrement un spectacle de rue, répondit-elle, embarrassée.

 

- Il est drôle ! fit le petit en riant de bon cœur.

 

Obligé d’avancer pour suivre le rythme de sa mère, il se retourna juste à temps pour voir Ryô entrer dans la gare de Shinjuku.



****

 

A l’autre bout de la ville, une tornade rousse munie d’une massue 100 tonnes estampillée « Tu ne perds rien pour attendre Ryô ! » filait comme une fusée. Elle était tellement pressée qu’elle renversa un écriteau posté devant un café. Une belle jeune femme aux longs cheveux noirs ondulés qui portait un tablier remit la pancarte en place en soupirant. Elle héla l’homme à la stature imposante qui tenait le bar :

 

- Hé Nounours, c’était pas Kaori ça ?

 

L’homme, devenu rouge cramoisi en s’entendant appeler ainsi, répondit :

 

- Oui, j’ai reconnu son aura. Elle est furieuse, apparemment.

 

- Je me demande ce que Ryô a encore fait…

 

- C’est un sombre crétin, voilà tout, rétorqua le barman.

 

- Oui, c’est sûr qu’il ne t’arrive pas à la cheville, mon chéri, dit la jeune femme d’une voix tendre.

 

Miki alla rejoindre le timide Falcon dont la tête s’était mise à fumer.



****

 

Kaori se trouvait déjà loin. Les passants apeurés par cette furie qui vociférait s’écartaient bien gentiment de son passage : ils tenaient à la vie, eux !

 

- Le mufle, le salaud… Je fais des efforts pour lui et il agit comme s’il vivait seul ! Monsieur dévalise les placards, boit comme un trou, vide la bouteille de shampooing… Et moi dans tout ça ? J’en ai ASSEZ !!

 

Elle se mit à imaginer la façon dont elle allait le punir… Mais prise par ses réflexions, Kaori ne vit pas la voiture qui fonçait droit sur elle. 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de