Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: stef50

Status: Completa

Serie: City Hunter

 

Total: 1 capitolo

Pubblicato: 28-08-10

Ultimo aggiornamento: 28-08-10

 

Commenti: 10 reviews

» Scrivere una review

 

GeneralHumour

 

Riassunto: Quand Ryo envoie une remarque désagréable à Kaori, celle-ci ne le supporte plus et décide de se venger

 

Disclaimer: Les personnages de "il ne faut jamais dire à une femme qu'elle est grosse !" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

Can I have my fanfiction proof-read?

 

Yes. You just have to choose one of the beta readers of HFC and contact that person by email. Don't forget to indicate the name of your beta reader when posting your story on HFC. Thanks.

 

 

   Fanfiction :: Il ne faut jamais dire à une femme qu'elle est grosse !

 

Capitolo 1 :: La vengeance de Kaori

Pubblicato: 28-08-10 - Ultimo aggiornamento: 28-08-10

Commenti: Suite aux encouragements "musclés" de Macéma et Toto, je me décide à poster mon OS. Alors s'il vous plait, plus de taloches.

 


Capitolo: 1


 

Il ne faut jamais dire à une femme qu'elle est grosse !  

 

 

Kaori entra dans l’appartement en claquant violemment la porte.  

 

- Comment a-t-il pu me traiter comme ça ? Je ne suis pas grosse !!! Tu vas me le payer Ryô et après ce que je vais te faire, tu demanderas grâce !!!!! HAHAHAHAAAAAAA !!!!!! dit Kaori à l’allure de serial killer.  

 

Kaori passa toute l’après-midi à préparer cette vengeance. Ryô, quant à lui, ne rentra qu’à l’heure du diner. Mais il était d’une humeur massacrante. Kaori avait osé manger le dernier morceau de gâteau au chocolat qu’il s’était réservé. Quand on a un partenaire tel que lui, aussi beau, bien proportionné et bâti comme un dieu, on doit savoir se sacrifier pour son bien. Mais apparemment Kaori ne connaissait pas le sens du sacrifice et Ryô n’avait pu qu’entre apercevoir ce met si délicieux. C’est sur ces pensées que Ryô ouvrit la porte.  

 

Etrange, le calme régnait dans l’appartement. A cette heure-ci de la journée, Kaori devrait être en train de préparer le repas. Mais elle ne semblait pas être dans la cuisine. Il ne se posa pas plus de questions et se dirigea vers le frigo car il avait une petite fringale.  

 

Le nettoyeur hallucinait. Le frigo était vide. Il ouvrit les placards, idem. Mais comment ça pouvait être possible ? Le nettoyeur eut des sueurs froides, il était en plein cauchemar !!! Le désespoir le gagna et il s’effondra en criant un grand « NOOOOOONNNN ! » qui s’entendit dans tout Shinjuku.  

 

Adossée à la porte de la cuisine, Kaori admirait son œuvre, et ses conséquences.  

 

- Pourquoi il n’y a pas de nourriture ? Tu n’as pas fait les courses ? Il faut que je mange pour satisfaire toutes les miss Mokkori qui m’attendent !  

 

- A part ton ego, je ne vois pas ce que tu pourrais satisfaire ! Et puis si il n’y a plus de nourriture, c’est parce que je vais suivre ton précieux conseil. Je me mets au régime et tu vas le faire avec moi ! Et puis çà te feras le plus grand bien après ce que tu as mangé tout à l’heure !  

 

- Je te ferai signaler que je n’ai eu le droit qu’à une petite part de gâteau car un aspirateur a tout mangé !!!! Mais il est normal que tu manges autant, vu la bouée qui te sert de taille !!!  

 

Ryô attendit la sentence qui ne venait pas. Il jeta un regard vers sa partenaire et hurla encore plus à la mort. Kaori avait déposé sur la table deux assiettes contenant des barres orange, verte et blanche.  

 

- Tiens, c’est conseillé pour les régimes !  

 

- C’est quoi ses bâtons colorés dans les assiettes ?  

 

- C’est des crudités Ryô !  

 

- Mais…Mais …Mais je ne suis pas un âne ! Il me faut du consistant comme de la viande et pas des bouts de carottes !  

 

- Tu n’auras que ça Ryô ! Si tu n’es pas content, tu n’as qu’à te coucher !!!  

 

Ryô vit rouge. En plus de le priver d’une nourriture digne d’un étalon, elle se permettait de l’envoyer au lit. Là, c’était trop ! Il se leva et prit sa veste.  

 

- Ben tu vas où Ryô ? Tu n’as même pas touché à ton assiette !  

 

- Je préfère sortir. Avec un peu de chance, je trouverai autre chose que tes bâtonnets !  

 

Il sortit de l’appartement tandis que Kaori jubilait. Son plan fonctionnait à merveille.  

 

Ryô fonça directement dans un de ses cabarets préférés. Il salivait déjà à l’idée de manger un plat énorme et avec de la vraie nourriture en étant entouré de bunnies plus belles les unes que les autres.  

 

Quand il en franchit le seuil, l’atmosphère dans le cabaret changea. Tout le monde cessa de parler et le regarda avec un air horrifié. Même les bunnies, qui en temps normal étaient aux petits soins pour leurs clients, cessèrent tout mouvements. Ryô, qui était dans la direction de tous ces regards, se retourna pour voir si il y avait quelque chose et se rendit compte qu’en fait c’était lui qu’ils regardaient.  

 

- Y’a un problème ?  

 

Personne n’osait lui répondre. Une bunny qui avait pitié lui montra du doigt une affiche.  

 

« Si vous voyez cette personne, passez votre chemin ! Cet homme est atteint d’une maladie grave et contagieuse ! NE PAS LUI DONNER DE NOURRITURE ! Il en va de votre survie ! Dès que cet homme a mangé, il est pris de mokkorimania et veut faire mokkori avec tous les hommes qu’il voit ! »  

 

A la vue de cette affiche, Ryô passa de toutes les couleurs. Lui faire mokkori avec un homme ! Mais qui avait mis cette affiche ? Là, la lumière se fit dans son cerveau : Kaori ! Elle avait décidé de lui pourrir la journée pour cette histoire de régime. Il arracha l’affiche en maugréant à tout ceux qui voulaient bien l’entendre que c’était une mauvaise blague et que seules les femmes avaient le droit à se genre d’attention de sa part. Il sortit du cabaret et remarqua qu’elle n’avait pas posé qu’une affiche mais que tout le quartier en était rempli. Il passa toute la soirée à les arracher.  

 

Trop fatigué pour chercher une épicerie qui n’avait pas vu les « avertissements » sur sa personne, il décida de rentrer chez lui. Il allait devoir lui faire des excuses. Son amour propre allait en prendre un coup, mais c’était préférable à la famine.  

 

C’est avec un air de chien battu qu’il rentra chez lui. Quelle ne fut pas sa surprise te voir Kaori mangeant un repas copieux.  

 

- C’est quoi toute cette nourriture ?  

 

- Ben ça se voit, c’est mon repas !  

 

- Mais tu es au régime !  

 

- T’as vraiment cru que j’allais suivre ton conseil !!!  

 

Kaori pouffa de rire. Comme il pouvait être crédule quand on lui faisait croire qu’on suivait ses conseils.  

 

- Je n’ai pas apprécié que tu me traites de grosse ! Tu t’es bien amusé dans ton cabaret ?  

 

- Tu te moques de moi !!! Je vais avoir du mal à redorer ma réputation !!! Et en plus je n’ai même pas mangé !  

 

- Si tu veux, j’ai encore des crudités ?  

 

- Tu veux rire ! Je veux la même chose que toi !!!  

 

- Mais ça ne tient qu’à toi Ryô ! Si tu me fais des excuses, je veux bien passer l’éponge ! Mais si tu ne veux pas, j’ai d’autres affiches du genre « Comment l’étalon de Shinjuku ment sur la taille de son mokkori » avec des astuces pour tricher sur la marchandise !  

 

- Tu n’oserais pas ?!  

 

- J’ai bien osé pour « ta maladie » !  

 

- Jesuisdésolé ! dit rapidement Ryô.  

 

- Quoi ?  

 

- JE SUIS DESOLE ! T’es contente !!!  

 

- Ben je me contenterai de ça ! Allez vient t’asseoir ! dit Kaori en mettant sur la table une assiette pleins de mets fumants et appétissants.  

 

C’est ainsi que notre couple infernal débuta le repas. Ryo se dit qu’il ne traiterait plus jamais Kaori de grosse… Enfin au moins jusqu’à la fin du repas…  

 

 


Capitolo: 1


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de