Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autori: stef50 , TOKRA

Beta-reader(s): Nodino

Status: Completa

Serie: City Hunter

 

Total: 8 capitoli

Pubblicato: 08-09-10

Ultimo aggiornamento: 28-01-11

 

Commenti: 27 reviews

» Scrivere una review

 

GeneralHumour

 

Riassunto: Comment une simple chasse mokkorienne peut tourner au cauchemar...

 

Disclaimer: Les personnages de "Attirance fatale" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

How to make an interactive story?

 

Here's a helpful link. Tutorial

 

 

   Fanfiction :: Attirance fatale

 

Capitolo 5 :: Une visite nocturne particulière !

Pubblicato: 20-10-10 - Ultimo aggiornamento: 20-10-10

Commenti: Je remercie toutes les personnes qui ont laissé une review et toutes celles qui l'ont lu. Et un grand merci à Super Béta qui a passé beaucoup de temps pour corriger mes bétises. Je vous laisse et profitez bien de cette visite nocturne. *L'auteur part discrètement avant que les massues ne tombent !*

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8


 

Kaori s’était ruée comme une furie dans l’appartement. Elle se dirigea directement vers la cuisine, sans s’occuper de ce qui pouvait se passer autour d’elle. Vu l’air mauvais qu’elle affichait, Kazue jugea préférable de sortir discrètement, sans se faire remarquer. Une chance que Mick soit endormi car il aurait surement fini sous une massue après avoir fait l'imbécile, et elle aurait dû supporter ensuite ses jérémiades pendant des heures. Elle était vraiment trop fatiguée pour ça. Elle préférait de loin rentrer avec sa loque humaine et l’attacher solidement pour passer une bonne nuit. Elle passa donc la porte dans le plus grand silence et rentra chez elle en trainant derrière elle son mokkorien au bois dormant.  

 

 

 

Dans la cuisine, Kaori était encore très remontée contre Ryo. Bon, il était exact qu’elle aurait dû y aller plus doucement avec la massue, mais de là à l’accuser de tous ses maux, il abusait ! En tout cas grâce à ça, il comprendrait peut-être que se faire pourchasser par des pervers n’était pas vraiment agréable. Quand il l’aurait compris, peut-être qu’elle l’aiderait alors à se sortir de ce guêpier…  

 

 

- J’espère que tu nous as fait un repas mangeable Kaori, parce qu’il me faut un remontant après cette journée d’enfer ! dit Ryo en entrant dans la cuisine.  

 

- Si ce que je te fais à manger ne te plait pas, t’as qu’à faire la cuisine toi-même ! Et puis, comme ça, ça me fera des vacances ! répliqua Kaori.  

 

 

-Ecoute, j’ai eu une journée riche en émotions, alors je n’ai pas envie qu’on se dispute ce soir. Et puis, t’étais où pendant que je me faisais pourchasser par tous ces hommes ?  

 

 

- Depuis quand tu veux connaître mon emploi du temps ? Je suis libre de faire ce que je veux de mes journées quand même ! On n’est pas mariés que je sache !  

 

 

- Mais on est partenaires quand même ! Et en tant que tels on doit pouvoir compter l’un sur l’autre, ce qui n’a pas été le cas aujourd’hui !  

 

 

- Ouais, c'est ça...On est partenaires quand ça t’arrange ! Mange et tais-toi, ça vaudra mieux !  

 

 

Le ton sur lequel elle lui avait répondu ne laissait désormais plus planer le moindre doute : elle était très énervée, et vu le regard assassin qu’elle venait de lui jeter, Ryo jugea qu’il était effectivement préférable de se taire. Tant pis pour la morsure de son postérieur, il la soignerait plus tard, tout seul. La vie pouvait être si cruelle parfois…  

 

Le repas se passa dans le calme.  

 

Quand ils eurent terminé de diner, Ryo se rendit à la salle de bain pour se soigner. Il sortit tout ce dont il avait besoin pour se désinfecter, mais il fallait reconnaître qu'il n’était pas très doué, surtout que la blessure était difficilement accessible. Il se baissa, se contorsionna dans tous les sens, mais rien à faire, il n’y arrivait pas. Kaori, qui passait à ce moment-là devant la porte de la salle de bain, l’entendit jurer et entra.  

 

 

Si elle n’avait pas été aussi furieuse contre lui, elle aurait hurlé de rire. En effet, Ryo était dans une position des plus incongrues. Le caleçon baissé, il essayait désespérément de frotter, avec un coton, une marque rougeâtre qui ressemblait à une marque de dentition. Kaori se frappa le front avec la paume de sa main. Cette scène était vraiment affligeante !  

 

 

- Mais qu’est-ce que tu fabriques Ryo ?  

 

 

Ryo se figea en entendant sa partenaire, et il resta quelques secondes à la regarder bêtement, la tête entre les jambes, avant de répondre en pleurnichant :  

 

 

- Euhhhhh ? Mick m’a mordu les fesses et je n’arrive pas à me soigner !!!  

 

 

Les fesses à l'air, la tête entre les jambes et les larmes au bord des yeux... Ah il était beau le plus grand nettoyeur du Japon ne put s'empêcher de penser la jeune femme, tandis qu'une libellule passait derrière elle.  

 

 

- Bon ! Laisse-moi voir !  

 

 

Elle attrapa le coton et l'alcool et entreprit de désinfecter la plaie.  

 

 

 

- Aïeeeeeee ! Mais tu fais maaaaal ! hurla Ryo en se dandinant furieusement pour apaiser la sensation de picotement sur la morsure.  

 

 

- Qui pourrait croire que le grand Ryo Saeba pleure quand on lui désinfecte un petit bobo ! se moqua Kaori.  

 

 

- Maiiiiiissssss ! Tu fais mal ! sanglota Ryo.  

 

 

- Au fait, tu m’as dit que c’était Mick qui t’avait mordu les fesses ! Mais je ne comprends pas, pourquoi a-t-il fait ça ?  

 

 

- Ouaip ! Il a dit qu’il trouvait mes fesses appétissantes !  

 

 

- Quoi ? Mais c’est quoi cette histoire de dingues ? Bon, c’est vrai que Doc t’as sauté dessus tout à l’heure mais pas Mick tout de même ! C’est un homme à femmes ! s’écria Kaori, stupéfaite d’entendre une telle aberration.  

 

 

- Ben faut croire qu’il a changé de bord ! Désolé Kaori, mais maintenant c’est moi qui aurai droit à toutes ses petites attentions !  

 

 

- Hé bien, je te souhaite bien du courage ! Voilà ! Ton derrière est soigné, alors bonne nuit Ryo ! dit Kaori en lui donnant une petite tape amicale sur le pansement.  

 

 

- Aïe ! Mais ça ne va pas ! s’exclama Ryo, surpris par ce geste.  

 

 

- Tiens, ça me donne une idée ! fit Kaori avec un petit rire sadique.  

 

 

- Et quelle idée ? s’inquiéta le nettoyeur qui n’aimait pas ce rire et la regardait avec méfiance.  

 

 

- Eh bien, au lieu de sortir mes massues à tout bout de champ, je demanderai à Mick de te mordre les fesses ! Je pense que ce sera bien plus efficace pour te calmer !  

 

 

- Mais t’es vraiment une grande malade toi ! Je préfère aller me coucher plutôt que d’entendre tes bêtises ! Sur ce, bonne nuit !  

 

 

Et il sortit le plus dignement possible de la salle de bain pour rejoindre sa chambre, heureux que cette maudite journée se termine enfin. Kaori en fit autant en se disant qu’elle pourrait le charrier encore quelques jours avec cette histoire de marques de crocs.  

 

 

 

Quelques rues plus loin, au Cat’s Eye, un couple vivait sa vie tranquillement, du moins en apparence. En effet, après que Ryo ait quitté le café, Miki était rentrée et avait trouvé Falcon sur le sol, évanoui, un chat lui léchant la figure en ronronnant. Et, depuis qu’il s'était réveillé, Falcon ne pensait qu’à une chose : revoir son étalon d’amour.  

 

Il était impatient. Il ne pouvait se résoudre à attendre que Miki se soit endormie pour le rejoindre. Il devait s’arranger pour qu’elle s'assoupisse rapidement. Mais comment ? Il ne pouvait quand même pas l’assommer pour être libre de ses mouvements ! Il réfléchissait à ce souci de timing quand il arbora soudain ce sourire à vous faire trembler de peur, signe qu’une idée géniale venait de germer dans sa tête.  

 

 

- Miki, pourquoi tu ne te reposerais pas ? Je m’occupe du repas !  

 

 

- Mais mon nounours, il faut mieux que je m’en occupe ! Tu as perdu connaissance cet après-midi. Je ne voudrais pas que ça recommence et que tu te blesses sur un ustensile de cuisine ! répliqua Miki, inquiète de l’état de santé de son mari.  

 

 

- Tu me prends pour un empoté, c’est ça ? Et puis je t’ai dit que c’était la faute de ce chat si je me suis retrouvé allongé au sol ! s’énerva Falcon.  

 

 

- Bon je n’insiste pas, fais le repas si ça peut te faire plaisir !  

 

 

Falcon était fier de lui, il avait maintenant la possibilité de mettre son plan à exécution. Il prépara donc le diner en incorporant quelques ingrédients spéciaux dans l’assiette de Miki.  

 

 

- Miam !!! Ca sent drôlement bon ! déclara Miki, émerveillée par l’odeur qui flottait dans la cuisine.  

 

 

- J’ai essayé une nouvelle recette. Tu m’en diras des nouvelles !  

 

 

Ils passèrent à table et le repas fut ponctué par les gémissements de contentement de Miki, qui savourait de bon appétit son entrecôte accompagnée d’une sauce au goût surprenant mais délicieux.  

 

 

- Alors, dis-moi, comment as-tu trouvé ce repas ?  

 

 

- Excellent ! Je ne savais pas que tu avais autant de talent en cuisine mon nounours d’amour !  

 

 

 

Bien, Miki avait terminé toute son assiette, le plan s'était déroulé à merveille. Falcon se mit subitement à bailler pour voir si cela provoquait un écho chez sa femme.  

 

- Tu es fatigué mon nounours ? Ne t’en fait pas, comme tu as préparé le repas, je me charge te faire la vaisselle. Repose-toi un peu en attendant.  

 

Falcon regarda Miki se lever et partir en direction de la cuisine pour faire la vaisselle. Il ne comprenait pas. Il avait utilisé une plante aux vertus soporifiques reconnues pour assaisonner l’assiette de Miki. Elle aurait dû s’endormir avant même la fin du repas mais, au lieu de ça, elle semblait encore plus en forme qu’au réveil ! Falcon se rassura en se disant que l'effet n'allait pas tarder à se faire sentir. Mais ils passèrent le reste de la soirée à regarder la télé sans que Miki ne montre aucun signe de fatigue. Falcon essayait de rester tranquillement sur le canapé, mais il se sentait comme un lion en cage : pourquoi ne s'endormait-elle pas ?? Il allait devenir fou et finir par vraiment l'assommer si ça continuait comme ça ! Mais, alors qu'il commençait à perdre tout espoir, à peine Miki eut-elle mis un pied dans le lit qu'elle tomba comme une masse pour se mettre à ronfler aussitôt.  

 

 

 

 

Enfin ! Falcon pouvait enfin rejoindre son « Grand Amour »! Il se releva et commença à se préparer en silence. Il se vêtit d’une tenue de camouflage puis se rendit dans la salle de bain pour se peindre le visage en noir, avant de partir de chez lui en catimini.  

 

Le mercenaire n’était pas très doué pour faire des visites nocturnes, il avait plutôt l’habitude de les déjouer. Mais son expérience allait l’aider puisqu’il connaissait les astuces pour les éviter. Arrivé dans l'immeuble de City Hunter, il prépara donc, dans un premier temps, des pièges pour que sa victime ne lui file pas entre les doigts. Les portes, les couloirs et toutes les pièces susceptibles de servir de cachette à Ryo y passèrent. Voilà, maintenant Falcon était fin prêt à passer aux choses sérieuses. Se déplaçant sur la pointe des pieds, il se faufila discrètement dans l’appartement puis se dirigea vers la chambre de Ryo. Mais il avait oublié que le charme du nettoyeur avait fait des ravages chez d’autres que lui et il tomba nez à nez avec Mick et Doc, deux autres des trois experts de la visite nocturne.  

 

 

 

- Mais qu’est-ce que vous faites ici vous deux ? chuchota-t-il  

 

 

- C’est plutôt à nous de te poser la question ! Tu fais une visite nocturne ? fit Mick, étonné de voir Falcon avec ses peintures de guerre.  

 

 

- Et vous, vous faites quoi ici dans cette tenue ? insista Falcon qui avait pourtant bien remarqué les signes distinctifs de la visite nocturne : les deux hommes n’étaient vêtus que d’un caleçon et portaient sur la tête un foulard noué au niveau du nez.  

 

 

- Ben nous aussi on fait une visite nocturne à Ryo ! Ça se voit pourtant, nous avons même sorti nos tenues spéciales pour le plus beau des étalons ! souffla Doc qui commençait à baver en imaginant Ryo assoupi et en petite tenue dans son lit.  

 

- Je vois ! Alors il faudra me passer sur le corps d’abord, parce que Ryo est à moi !!! affirma Falcon, en leur faisant barrage de son corps, les bras écartés.  

 

 

- Tu veux rire ! Ryo aime les hommes élégants et qui ont de la prestance, comme moi, pas les gros pachydermes à lunettes ! affirma Mick.  

 

 

-On n’a qu’à lui demander qui de nous il préfère ! proposa Doc.  

 

 

- OK ! Mais ne soyez pas déçus quand il m’aura choisi ! répliqua Mick avec conviction.  

 

 

Les trois hommes se dirigèrent donc vers la chambre de Ryo en se disputant. Mais arrivés devant la porte, une question se posa : qui aurait l’honneur de rentrer en premier dans la chambre ? S’ils se battaient dans le couloir, à coup sûr ils réveilleraient Ryo, et par la même occasion Kaori. Il ne fallait à aucun prix la réveiller, sinon adieu visite nocturne et ils se retrouveraient alors pendus à la fenêtre, empaquetés dans un futon. Après un long moment de réflexion, ils décidèrent de se départager avec une partie de Shi Fu Mi et c’est un Mick triomphant qui pénétra dans la chambre du nettoyeur, suivi de près par les deux autres pervers, qui passèrent péniblement la porte en tentant d’entrer en même temps.  

 

 

Pendant ce temps, Kaori, qui avait soif, venait de décider de descendre à la cuisine pour se désaltérer. Elle sortit de sa chambre et s’avança dans le couloir. Soudain, elle entendit sous la latte du plancher un petit « clic » familier. Et l’enfer commença alors pour elle. Elle courut aussi vite qu’elle le put tandis que le couloir explosait au fil de sa course. Elle prit les escaliers : des pics jaillirent des marches, elle sauta sur la rampe d’escalier pour se laisser glisser jusqu’en bas, mais elle hurla en voyant l’endroit où elle devait atterrir. Bandant tous ses muscles, elle se projeta en avant et retomba en rouler-bouler sur le sol, évitant de justesse le trou béant grouillant de serpents. Mais que se passait-t-il ? Normalement, c’était elle qui plaçait des pièges pour que Ryo ne fasse pas de visites nocturnes à leurs clientes, depuis quand Ryo lui rendait-il la pareille pour l’empêcher d’aller boire un peu ??? Il voulait surement se venger. Mais si c’était le cas, pourquoi maintenant ? Par le passé, Ryo avait déjà eu des raisons de lui en vouloir, et pour des raisons encore pires que la situation actuelle. Kaori eut alors un déclic. Oui, c'était ça ! Il avait surement amené une fille dans sa chambre !  

 

 

 

Dans un état second, Kaori décida de faire demi-tour. Sa colère était si grande qu’elle prit le canapé à bout de bras et le lança dans le trou. Elle regarda, devant elle, les escaliers : elle se sentait dans la peau d’Indiana Jones à la recherche d'un tombeau perdu, alors elle s'élança, armée de sa plus grosse massue, pour éclater violemment les pics saillants qui lui barraient le passage.  

Après qu'elle eut réussi à se frayer un chemin elle la caressa du bout des doigts, c'était une arme de destruction massive vraiment efficace, et elle allait se faire un plaisir de l'utiliser contre son partenaire. Il fallait qu’il s’explique ! Elle aurait compris si Ryo s’était vengé parce qu’elle ne l'avait pas aidé quand tous ces hommes lui couraient après. Elle aurait compris si c’était parce qu’elle s'était moquée de sa blessure. Tout compte fait, il fallait bien reconnaître que non, elle n'aurait pas compris ! Ryo était un pervers idiot, elle l’aurait puni, ne serait-ce que pour avoir songé à se venger ! Mais avoir invité une de ses conquêtes, ici, chez eux, était le pire affront qu’il pouvait lui faire et elle allait le lui faire regretter !! Bien décidée à lui rendre la monnaie de sa pièce, elle ouvrit la porte et se figea sur le seuil en découvrant ce qu'il s'y passait : Mick et Falcon étaient en train de tirer chacun sur un bras de Ryo, tandis que Doc s'agrippait à ses jambes pour tenter de ramener à lui le pauvre nettoyeur écartelé.  

 

 

- C’est mon Ryo ! Alors ne vous avisez pas de poser vos sales pattes sur lui ! s'énervait Doc.  

 

 

- Mais tu rêves vieux fou, Ryo est à moi ! Il me l’a dit tout à l’heure ! affirmait Falcon.  

 

 

- Ryo n’est qu’à moi ! Il porte encore les marques de mes dents ! Vous voyez, ça prouve bien qu’il n’est qu’à moi ! les coupa Mick en retirant le pansement de Ryo pour prouver ses dires.  

 

 

- SILENCE !!!!!! hurla Kaori. Mais vous êtes complément malades tous les trois !? Ryo n’est pas un objet ! Et puis, je voudrais savoir lequel de vous trois est l’idiot qui a posé tous ces pièges CHEZ MOI !!!!  

 

 

Surpris par le hurlement furieux de Kaori, les trois visiteurs lâchèrent brusquement le nettoyeur, qui en profita pour se réfugier derrière sa partenaire.  

 

 

-C'est lui !!! s'écrièrent Doc et Mick en choeur, en montrant Falcon du doigt, tandis que celui-ci jouait avec ses doigts, tout en évacuant par les oreilles le trop plein de pression.  

 

Kaori était affligée, elle avait l’impression d’avoir devant elle trois gamins qui auraient été pris la main dans le sac.  

 

- Alors ? J’attends vos explications !!! tempêta-t-elle, énervée.  

 

 

- Ils sont venus me faire une visite nocturne, Kao chérie ! Sauve-moi !!! haleta Ryo apeuré.  

 

 

Kaori le regarda. Si elle n’était pas venue dans sa chambre, elle l’aurait certainement retrouvé en morceaux le lendemain.  

 

 

- Et pourquoi je te sauverais Ryo ? Je ne vois pas ce que je gagnerais dans cette histoire ? demanda Kaori qui voulait le faire un peu souffrir. Après tout, même si ce n'était pas lui qui les avait posés, c'était de sa faute si l'appartement était truffé de pièges.  

 

 

- Mais je te l’ai déjà dit dans la cuisine Kaori ! On est partenaires, on doit s’épauler dans les moments difficiles !  

 

 

-Eh bien pourtant, ce n’est pas ce que j’ai pu remarquer quand Mick me saute dessus ! En général, toi tu profites de ces moments-là pour courir après les filles !  

 

 

 

Elle avait envie de se faire supplier encore un peu, il lui devait bien ça après ce qu'elle avait vécu dans le couloir par sa faute ! Mais, alors que quelques secondes auparavant il tremblait de tous ses membres et s'accrochait à elle, elle fut surprise de le voir s'éloigner et son visage se renfrogner. Il lui tourna alors le dos et attrapa ses affaires.  

 

 

- Pffff, tu réagis comme Reika et Kazue ! Vous êtes toutes indifférentes à mon malheur ! s’indigna-t-il en commençant à s’habiller.  

 

 

- Pourquoi tu parles de Reika et Kazue ? s’étonna Kaori.  

 

 

- Mais on fait attention à toi Ryo chou ! s’écria Mick.  

 

 

- Laisse tomber toutes ces femmes et viens avec moi ! proposa Falcon.  

 

 

 

- Ne les écoute pas et laisse faire un homme d’expérience comme moi ! renchérit Doc.  

 

 

 

 

Ryo n’écoutait même plus les arguments de chacun. Puisque ce n’était pas des femmes qui le suppliaient de faire mokkori toute la nuit, il n’avait aucune raison de rester ici. Il allait laisser en plan ses « mokkori men »pour tenter de trouver des femmes plus à son goût et qui apprécieraient son charme. Il avait vraiment besoin d'être rassuré sur son mokkori power après tout ça ! Il quitta donc l’appartement sous les cris de désespoir de son nouveau fan club, tandis que Kaori, encore toute pantoise de ce début de nuit, tendait aux trois abrutis en pleurs de quoi nettoyer l'appartement saccagé.  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de