Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG - Prosa

 

Autore: hee-sook

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 9 capitoli

Pubblicato: 20-03-04

Ultimo aggiornamento: 19-05-04

 

Commenti: 19 reviews

» Scrivere una review

 

General

 

Riassunto: Voici ma première fanfic. En espérant que mon style vous plaira (agrémenté d'images). Résumé : Tu as brisé mon cœur, je briserais alors ta vie ! J’ai tellement attendu ce moment pour te dire Que jamais plus tu ne m’abandonneras…. La vérité tu la comprendra en réalisant la perte De ceux qui te sont chers et le mal que tu m’as fait. Ainsi nos deux âmes seront unis pour la vie et la mort Dans la douleur que nous affectionnons malgré nous. Je t’aime et te hais tant, my dear…. ps : cette histoire se déroule en trois épisodes de quatre chapitres chaqun + épilogue : EPISODE 1 Un talentueux informaticien EPISODE 2 La jeune femme au cœur meurtri EPISODE 3 Kaori, ne m’en veux pas ! EPILOGUE Joyeux anniversaire !

 

Disclaimer: Les personnages de "Rancoeur et Amertume" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

How can I count the number of words in my chapter?

 

You can use Microsoft Word. Go to Tools > Statistics.

 

 

   Fanfiction :: Rancoeur et Amertume

 

Capitolo 3 :: Actions et début de vérité

Pubblicato: 26-03-04 - Ultimo aggiornamento: 28-03-04

Commenti: Voici le troisième chapitre ! Quel bonheur, le site refonctionne ! Bonne lecture (vos commentaires et critiques sont toujours bienvenus)...

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

 

 

Tokyo, 25 mars – 9h00  

Une journée ensoleillée  

 

Appartement de City Hunter – Cuisine/salon  

Kaori prépare gaiment le petit-déjeuné sous les yeux admiratifs de Tony qui fait semblant de travailler sur son ordinateur portable. Quant à Ryô il bouquine son fameux magazine.  

« Knock ! knock ! »  

Kaori – Ryô tu peux ouvrir s’il te plait ?!  

Ryô – Je suis occupé !  

Tony – Laissez je vais ouvrir.  

La porte s’ouvrit sans que Tony ne fasse le moindre geste.  

Mick – Bonjour Tony ! Comment s’est passé votre réception ?  

Tony – Pas vraiment intéressante…  

Ryô – Salut Mick ! Je suppose que tu as du nouveau ?  

Mick – Mais non, je voulais seulement voir comment va ma Kaori adorée !  

Ryô – Tu te fous de moi !!!  

Kaori – Mick, tu tombes bien, le petit-déjeuner est prêt.  

Mick – Je ne voudrais raté ça pour rien au monde !  

Ryô – Toujours prêt à s’inviter chez les autres ! « Et puis il faut vraiment être taré pour être enthousiaste à ce point par la bouffe de Kaori ! »  

Kaori – Tu disais ? menaçant de sa massue.  

Ryô – Ah j’ai dis quelque chose ?  

Tous trois s’installent autour de la table.  

Mick – J’ai fait ma petite enquête, « miam, miam » et il semble que votre père ne soitt pas impliqué directement avec les affaires crapuleuses de monsieur Oshito, « miam, miam », mais plutôt à son insu, « miam, miam ». J’ai appris pas quelques informateurs que monsieur Oshito bénéficie d’une collaboration sérieuse avec la mafia locale, « miam, miam », seulement, « miam, miam », je ne sais pas encore laquelle, « miam ».  

Tony – Je me sens néanmoins légèrement soulagé même si il a fortement insisté pour avoir ce fameux programme.  

Ryô – Je pense, « miam, miam », qu’il vaudrait mieux gagner du temps, « miam, miam ».  

 

Mick - Au fait Kaori, qu’en est-il pour notre dîner en amoureux ?  

Kaori – Tu peux toujours courir !  

 

 

 

 

 

Appartement de City Hunter – Toit  

Mick et Ryô d’un accord tacite se retrouvent seul sur le toit.  

Mick – Alors ? De quoi voulais-tu me parler ?  

Ryô – Ca te dis quelque chose « Félicia » ?  

Mick – Ce n’est pas possible ! en ayant une mine déconfite et terriblement triste.  

Ryô – Explique-toi veux-tu ?  

Mick – Peu après ton départ j’ai continué à travailler pour divers clients et parmis eux il y eu Félicia. Son père adoptif lui faisait vivre un véritable enfer au point où elle m’engagea pour le tuer. Elle s’est ensuite éprise de moi car tu sais ô combien mon charme est irrésistible ! Mais je ne pouvais pas la garder et je l’ai sommé de partir. Un peu plus tard j’ai appris qu’elle eut de nombreux problème dans le milieu de la drogue et qu’elle fut tuée comme une malpropre dans une ruelle. Tout était ma faute…Mais comment ?…  

Ryô – Notre cher monsieur Oshito est protégé par Félicia et je comprends maintenant pourquoi elle connaissait si bien City Hunter ! « Et dire que je pensais être célèbre ! »  

 

 

 

Maison du professeur – Entrée  

Un coupé sport rouge s’arrête. Deux sublimes jambes en sortent.  

Le professeur – Saeko ! tout en s’approchant avec un regard vicieux.  

Saeko – Ne vous approchez pas trop près de moi, espèce de vieux pervers !  

Le professeur – Allons, vous savez bien que je vous ferais rien de mal…Aïe !!!dû à un couteau dans sa main balladeuse.  

Saeko – Décidément ! avec lassitude. Je ne sais pas comment vous faîtes Kazue pour le supporter !  

Kazue – C’est une question d’habitude, hi, hi !  

Saeko – Professeur, pour vous faire pardonner de votre comportement vous pourriez analyser ceci ? en tendant un tude à essai contenant plusieurs pillules bleues turquoise. Ce sont les seules « éphémère » que l’on a pu se procurer.  

Le professeur – Kazue, mon ange, va les mettre au labo s’il te plaît ! en lui donnant une tape sur les fesses.  

Kazue – Grrrr !  

Maison du professeur – Laboratoire  

Félicia – Kazué ?  

Kazué – Qui est là ?  

Félicia – Ici !  

Kazue – Mais comment êtes-vous entrée ? et comment connaissez-vous mon nom ?  

Félicia – Tu poses trop de questions mignonne ! Donne-moi ce que tu tiens !  

Kazue – Pas question ! Qui êtes vous !?  

 

Félicia – Ca suffit ! Tais-toi !  

« Clic, Pan ! » Puis se penchant sur sa victime, un visage triomphant elle prit le tube à essai.  

Félicia – Merci.  

Saeko et Le professeur déboulent dans la pièce.  

Saeko, Le professeur – Kazue !  

Saeko – « Et merde, ils ont pris le tube ! »  

 

En centre ville – Quartier des achats  

Tony – Meric de m’avoir fais visité la ville malgré le danger.  

Kaori – Mais c’est mon métier ! avec beaucoup de fierté car il ne s’était encore rien passé.  

Tony – Puis-je vous poser une question ? comme si il y avait réfléchi toute la journée.  

Kaori – Oui bien sûr !  

Tony – Comment se fait-il que vous faîtes ce genre de métier et qui plus est avec ce genre de personnage qu’est monsieur Saeba ?!  

Kaori – Hé bien…  

Tony – Excusez-moi, ne vous forcez pas à répondre.  

Kaori – Merci, Tony.  

Soudain une voiture s’arrête à leur hauteur. Deux hommes cagoulés prennent Tony et laisse Kaori à sa stupeur.  

Kaori – Tony ! sortant de son état second sous les yeux des passants légèrement interloqués.  

Ryô – Quelle sotte tu fais Kaori ! Je te laisse seule et voilà…  

 

Appartement de City Hunter – Salon  

 

La porte d’entrée s’ouvre subitement.  

Kaori – Ryô ! Ryô !  

Ryô – Ca va ne crie pas, je ne suis pas sourd ! (woua, comment as-t-il fait pour arriver avant Kaori ?)  

Kaori – Ryô, Tony vient d’être enlevé !  

Ryô – Hurmfff.  

Kaori – Mais enfin réagi !  

Deux bonnes minutes sans réaction plus tard…  

Ryô – Allons-y !  

Kaori – Mais où ? en clignant les yeux.  

 

« Le Grand Hotel » – Hall de réception  

Ryô – Monsieur O’Neil est ici ?  

Le réceptioniste – Oui monsieur. Chambre 408. Voulez-vous que je vous annonce ?  

Ryô – Non c’est inutile.  

« Le Grand Hotel » – Chambre 408  

Mr O’Neil – City Hunter, je présume. Où est mon fils ?  

Ryô – Hum, il a été enlevé ! avec un regard accusateur vers Kaori.  

Kaori – Non, mais si Môsieur c’était préoccuppé un temps soit peu pour Tony !  

Ryô – Et si tu t’étais rendu compte qu’il était dangereux de sortir !  

Kaori – Je te signale que si tu n’avais pas décidé de disparaître avec Mick on ne serait pas parti seuls !  

Ryô – Et puis je t’avais dis de ne pas sortir !  

Kaori – Dis plutôt que c’est toi qui n’avait pas envie de sortir pour faire visiter la ville à Tony !  

 

Mr O’Neil – Hum, hum ! Puis-je savoir ce que vous comptez faire ?  

Ryô – Attendre.  

Kaori – Comment ça attendre ? Mais Tony est peut-être en danger à l’heure qu’il est !  

Ryô – Et que proposes-tu ? De toute façon nous n’avons pas le choix car nous ne savons pas où il peut-être.  

 

« Dring, dring ! »  

Mr O’Neil – Allô monsieur O’Neil à l’appareil. Oui passez-moi l’appel.  

Un homme – Où est le programme Mr O’Neil ?  

Mr O’Neil – Comment ? Mais je ne comprends de quoi vous parlez ?  

L’ homme – Ne faites pas le malin avec moi, nous avons votre fils. Je vous donne deux heures pour réfléchir ! Après ça adieu, le fiston à son papa !  

Mr O’Neil – Qui êtes-vous ? Mais je ne sais pas où est ce programme !  

« Tuhuuut ! »  

Mr O’Neil – Il a raccroché !  

 

Ryô – Apparement il n’ont pas dû trouver le programme avec votre fils.  

Mr O’Neil – Lors de la réception j’ai dû beaucoup insisté pour qu’il me dise où il l’avais mis mais malheureusement nous nous sommes fâchés et je ne sais vraiment pas où il peut être !  

Ryô – Je crois que nous n’avons pas le choix il va falloir bluffer !  

Kaori – Non, c’est trop dangereux, je suis sûr qu’il y a un autre moyen !  

 

Deux heures plus tard…  

Mr O’Neil – Allô !  

L’ homme (le même qu’avant) – Avez-vous retrouvé la mémoire ?  

Mr O’Neil – Comment va mon fils ?  

L’ homme – Il va bien ne vous en faîtes pas ! Alors vous l’avez ?  

Mr O’Neil – Oui…avec désespoir.  

L’ homme – Très bien. Rendez-vous entrepôt 14 sur le port à 22h et venez seul bien sûr.  

 

 

 

 

 

 

 

Port de Tokyo, quai Est - Entrepôt 14  

L’homme (encore le même) – Ton cher papa est plus coopératif que toi !  

Tony – Vous ne vous en sortirez pas aussi facilement !  

Félicia – Silence impertinent !  

L’ homme – Mademoiselle devrons-nous les tuer tous les deux ?  

Félicia – Tuer seulement le père, on aura besoin du fils pour plus tard.  

Vers 22h…Une mini cooper arrive.  

Ryô – C’est entendu vous ne faites que ce que je vous ai dis ?  

Mr O’Neil – Oui.  

Une fois franchis le seuil de la porte, la lumière des projecteurs innonde la pièce.  

L’homme – Je vois que vous êtes ponctuel ! Où est la marchandise ?  

Mr O’Neil – Dans la malette ! en montrant l’objet à bout de bras. Où est mon fils ?  

L’homme – Comment je ne vous ai pas dis qu’il a été transféré ?  

Mr O’Neil – « Mais ce n’est pas possible ! » Dans ce cas je vous donne pas la malette !  

L’homme – Oh que si vieux bonhomme !  

Mr O’Neil – Dans ce cas venez la chercher vous-même ! en posant l’attachécaise à ses pieds.  

« Une fois posée, le bouton sera enclenché et le compte à rebours de la bombe aura commencé il faudra donc vous éloigner au plus vite. »  

Mr O’Neil – « Sauf que je n’ai plus de raison de m’éloigner puisqu’il n’y a plus d’échange ! »  

De l’autre coté de la pièce…  

Félicia – Allez dépêchez-vous bande de fainéants ! Il faut que toutes ces caisses dégagent ! Quant à vous mon cher Tony vous venez avec moi.  

Se dirigeant vers la sortie de secours, Tony trébucha.  

Félicia – Quel maladroit !  

Ryô se précipita alors vers le bruit qui lui sembla suspect. Soudain un camion sorti de l’entrepôt. Une fois qu’il fut passé Ryô aperçut deux silhouettes.  

Félicia – Ryô c’est trôt tard !  

 

« PAN ! » la balle du pistolet de Félicia n’eut pas l’effet escompté.  

« PAN ! » Ryô eut le temps de la désarmer.  

Tony se relevant fébrilement mais courageusement réalisa qu’il était libre et se mit à courir.  

Félicia réalisant alors son échec, s’enfuit. Ses hommes de main en la récupérant dans la précipitation furent tomber une caisse du précieux chargement.  

Ryô réalisa alors que l’échange n’avait pu avoir lieu mais que la bombe avait dû surement être déclanchée et se dirigea vers l’entrepôt. Il entra dans la pièce. L’homme tenait la malette dans son bras et pointait son arme sur Mr O’Neil.  

« PAN ! » L’homme fut désarmé en un rien de temps et Ryô se précipita sur Mr O’Neil pour l’emmener vers la sortie. L’homme légèrement blessé mais surtout surpris eut un temps de retard et commença à courir dans le sens opposé avec la malette. (mauvais choix, mon gars !)  

« BOUUUUUUMMMMMMM ! ! ! ! ! ! ! » à peine sortis, Ryô et Mr O’Neil furent soufflés par l’explosion mais s’en sortirent avec une belle coupe de cheveux et des égratignures ! 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de