Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autori: stef50 , TOKRA

Beta-reader(s): Nodino

Status: Completa

Serie: City Hunter

 

Total: 6 capitoli

Pubblicato: 14-10-11

Ultimo aggiornamento: 14-01-12

 

Commenti: 24 reviews

» Scrivere una review

 

General

 

Riassunto: Ryo continue à draguer à tort et à travers. Kaori ne le supportant pas lui administre un sérum éloignant les femmes. Malheureusement rien ne se passe comme prévu. Suite d'attirance fatale.

 

Disclaimer: Les personnages de "Fatale attirance" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

My activation link doesn't work.

 

Please forward me the activation email you received. Then, contact me using the email address you put in your profile or one that you want to use instead, and give me your pseudo and password.

 

 

   Fanfiction :: Fatale attirance

 

Capitolo 5 :: Chapitre 5

Pubblicato: 23-12-11 - Ultimo aggiornamento: 23-12-11

Commenti: Bonsoir tout le monde ! Je sais, ça fait un moment que Toto a majé le chapitre 4. J'ai oublié de majer la semaine dernière. Je remercie tout ceux qui ont laissé un petit commentaire. Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année. A bientôt !

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6


 

Kaori était dans un état second : faire l’amour avec Ryo ?! Elle ne pouvait pas faire ça, surtout vu les circonstances. Non pas que l’idée la répugne, loin de là, mais elle imaginait sa première fois plus romantique et avec un partenaire dont les gestes seraient dictés par l’amour, et non par un produit conçu par un charlatan pervers. Kazue avait dû se tromper, il y avait sûrement une autre solution... Il fallait absolument qu’elle trouve un moyen de quitter cette chambre et d’amener son prétendant chez le Doc.  

 

-Regarde ce que j’ai trouvé, ma tigresse ! s’émerveillait le Tarzan urbain.  

 

La tigresse en question tourna la tête au ralenti, bouche grande ouverte, et découvrit Ryo, les bras chargés de gadgets en tout genre, dont elle ne connaissait même pas l’utilité pour certains.  

 

-Je n’ai pas pu me décider devant le distributeur. Alors j’ai pris de tout ! Ça ne va pas Kaori ?  

 

-Si, si !! Laisse-moi juste quelques minutes ! Je vais me rafraîchir un peu et après je suis toute à toi !  

 

-Ne sois pas trop longue mon Sugar Boy ! Sinon, je serai obligé de te rejoindre dans la salle de bain.  

 

-Je fais vite !!!  

 

Kaori s'enfuit rapidement et ferma la porte à clé derrière elle. Une fois à l’intérieur, elle fit le tour de la pièce. Même ici, le thème de la jungle était présent. Les murs de la douche étaient recouverts de fausses plantes dont les branches s’étalaient jusqu’au sol, les lavabos semblaient creusés dans la pierre et une fenêtre était dissimulée par un rideau de lianes. En regardant cette dernière, elle songea un instant à s’enfuir. Vu son gabarit, elle pourrait facilement se faufiler par là et courir loin d'ici... Le problème était que Ryo la retrouverait rapidement. De plus, il serait toujours sous l’emprise de ce médicament. Et si elle ne faisait rien, elle devrait supporter un admirateur très entreprenant pendant un long moment, voire même pour toujours. A moins de le quitter et de s'éloigner de lui à jamais elle serait coincée. Elle avait beau retourner le problème dans tous les sens, elle revenait toujours à la solution soufflée par Kazue : faire l’amour avec l’étalon de Shinjuku... Elle était complètement perdue. Elle s'adossa au mur et posa sa tête dans le creux de ses mains. Que devait-elle faire ? Il fallait qu’elle se reprenne, elle était la moitié de City Hunter bon sang ! Elle se dirigea vers un lavabo pour s’asperger le visage d’eau, puis releva la tête pour faire face au miroir… Il lui renvoyait l’image d’une femme amoureuse, tiraillée entre son envie de fuir et son désir de rejoindre l’homme qu’elle aimait. Soudain, son regard fut attiré par un détail sur le mur derrière elle. Elle se retourna et découvrit une tenue qui devait lui être destinée. Elle s'avança et toucha le tissu, songeuse. Après tout, pourquoi ne pas profiter de la situation ? Ryo lui avait appris à vivre le moment présent et à profiter des cadeaux que la vie lui offrait. Elle ne ferait que suivre ses préceptes...  

 

Pendant ce temps, Ryo s’activait dans la chambre. Tout devait être parfait !  

 

« Kaori ! Kaori ! KAORIIIIIIII !!!!! » entendit-il soudain.  

Tiens … se dit Ryo surpris, voilà que son mokkori perdait patience et qu’il appelait frénétiquement sa partenaire… Mais... cette voix ressemblait étrangement à celle de Kazue ! Pourquoi son mokkori imitait-il la voix de l'infirmière ? Aurait-il envie des deux femmes ?! Étrange, parce que depuis son départ de la clinique il n’avait pas pensé une seule fois à elle. Et puis là, maintenant, ce n’était pas Kazue qu’il désirait plus que tout mais Kaori, qui commençait à se faire désirer plus que de raison d’ailleurs ! Non, ça devait être autre chose. Peut-être que le manque de sexe le faisait délirer et que son esprit tordu se manifestait à travers la voix de Kazue. Il devait trouver une solution au plus vite sinon il ne pourrait pas se concentrer sur ses projets pervers. Il se frappa la tête pour faire taire cette voix mais rien à faire, elle continuait à crier toujours plus fort. Ryo commençait à se dire qu’il était vraiment maudit. Il voulait juste passer un moment tranquille avec sa moitié ! Il ne pouvait quand même pas faire l’amour à son ange avec la voix de Kazue en tête ! Espérant calmer cette folie, il écrasa ses oreilles de ses mains. Silence. Etonné mais heureux d’avoir réussi à se débarrasser de Kazue, il les retira. La voix revint aussitôt. « Rhaaaaaaaaaa » s’écria-t-il en se rebouchant les oreilles. Silence. Reproduisant ces gestes plusieurs fois, il en arriva à la conclusion que cette voix n’était pas le fruit de son imagination et, tout à la joie de constater que sa libido ne l’avait pas rendu fou, il chercha l'origine de cette complainte. Grâce à son ouïe très fine, il localisa rapidement d’où elle provenait et découvrit le téléphone, qui n'avait pas été correctement raccroché. Il prit alors le combiné qui pendait et le porta à son oreille.  

 

-Allo ?  

 

-Ryo ? Où est Kaori ? demanda la voix au bout du fil.  

 

-Elle est partie se faire belle pour moi !  

 

-Attends, il faut que...  

 

-Bon Kazue, j’ai été ravi d’entendre ta magnifique voix mais là tu nous déranges. J’ai plein de sextoys à lui faire tester. Alors à la prochaine !  

 

Et il raccrocha au nez de la pauvre Kazue, qui n’en croyait pas ses oreilles. Nullement intrigué par cet appel, Ryo continua ses préparatifs, heureux de constater qu’il était sain d’esprit. L'infirmière lui avait fait perdre assez de temps comme ça ! De toute façon, il avait mieux à faire pour l’instant. Il commença par tamiser la lumière, défit les draps du lit puis alluma l’interrupteur qui actionnait les bruits de fond. Enfin il allait pouvoir faire l’amour avec Kaori. Il vérifia une dernière fois que tout était parfait et qu’il avait à portée de main ses précieux préservatifs. Il était excité comme une puce et se félicita d’en avoir acheté plusieurs boîtes. Il les prit dans ses mains et les serra contre son cœur, tandis que son visage retrouvait son rictus pervers. La nuit allait être la plus torride de sa vie et Kaori n’aurait que son nom à la bouche.  

 

Mais, alors qu'il sautillait de joie à l'idée des heures à venir, il fut soudain pris d’un vertige. Que lui arrivait-il ? La chambre semblait tourner autour de lui. Puis le visage de Ryo se décomposa et les préservatifs qu’il choyait tant deux secondes auparavant tombèrent doucement au sol. Sa tête fut submergée par un flot de souvenirs. Son cœur s’accéléra et son corps trembla comme une feuille quand un flash-back puissant lui remémora tout ce qui s’était passé depuis qu’il avait quitté la clinique du Doc : la piqûre, les attouchements, le restaurant, le love-hotel… Mon dieu ! Il avait fait des avances à sa partenaire ! Et pire, il l’attendait dans cette chambre avec toutes sortes de gadgets érotiques. Vite, il devait fuir ! Il se rappela alors que ses vêtements étaient dans la salle de bain. Tant pis, il préférait se faire passer pour un exhibitionniste plutôt que de toucher son ange. C’est à ce moment qu’il entendit la porte s’ouvrir. Il se retourna et fut subjugué par ce qui se trouvait devant lui.  

 

Kaori, prenant une profonde inspiration, ouvrit la porte. Elle avait l’impression d'entrer dans la jungle en entendant les hurlements des animaux, et cette lumière diffuse donnait l’effet d’être à l’abri des arbres. Oui, dans cette chambre, elle était à mille lieux de Shinjuku et elle pouvait s'imaginer ne pas être cette Kaori timide et gauche qu'elle connaissait si bien. Elle pouvait le faire, elle pouvait guérir Ryo ! Avançant jusqu'au milieu de la pièce, elle rougit quand elle remarqua que Ryo la regardait avec envie.  

 

-Ma tenue te plaît Tarzan ? murmura-t-elle dans un souffle.  

 

Il n’en revenait pas. Sa timide Kaori qui, à leur arrivée ici, portait des haillons des pieds à la tête s’était transformée en une Jane sauvageonne très sexy. Désormais, il pouvait admirer à loisir le corps de sa partenaire. Il n’était caché que par un soutien-gorge en peau de bête et un tout petit pagne qui entourait ses hanches, dissimulant à ses yeux le dernier sous-vêtement porté. Mon dieu, elle était splendide ! Il oublia sa résolution de sortir de cette chambre et s'avança vers elle. Ses mains entourèrent sa taille fine, rapprochant ainsi leurs deux corps. Le contact fut électrisant et son mokkori se manifesta aussitôt. Finalement, toute cette histoire était une bénédiction pour lui : il n’avait pas besoin de cacher son envie d’elle. Après tout, il était théoriquement sous l’emprise d’un sérum « made in Doc ». Il pouvait donc profiter de cette occasion et, par la suite, il n’aurait qu’à lui expliquer qu’il n’était pas maître de ses actes. Mais à quoi pensait-il ? s'admonesta-t-il, s’il faisait ça, elle ne supporterait pas cet affront et elle partirait loin de lui. Cette réalité le figea : il devait trouver une solution pour ne pas faire souffrir son ange.  

 

Kaori rougit encore plus quand elle sentit ce gonflement au niveau de son ventre. Mais elle fut aussi surprise de constater que Ryo ne bougeait plus. Peut-être que ce sérum avait des effets secondaires, comme des absences ou pire… l’impuissance ? A moins que l’étalon ne sache pas quoi faire ? Ah non ! Il ne pouvait pas lui faire ça, pas maintenant ! Quand elle avait mis cette tenue, elle s’était sentie plus entreprenante et dès qu’elle avait vu ce regard gourmand et passionné, elle avait été attirée par lui comme un papillon par le feu. Arrêter lui était impossible désormais. Elle devait le faire réagir.  

 

Timidement, elle commença par lui caresser le torse en redessinant ses muscles saillants. Enfin elle pouvait toucher sa peau dont toutes les cicatrices, témoins d’un passé douloureux, accentuaient son côté viril. Mais très vite cela ne lui suffit plus, et elle continua de le caresser, cette fois avec les lèvres. Ryo restait de marbre. Pourtant, à la vue de son déguisement déformé par « son fidèle ami » elle ne pouvait douter de l’effet qu’elle produisait sur lui. Mais même s’il ne participait pas, elle ne pouvait plus s’arrêter et elle recommença ses attaques en lui léchant et mordillant le cou. Cette nuit était vraiment étrange ! Il y avait encore quelques minutes à peine, c’était lui qui la harcelait et voilà que, maintenant, c'était elle qui était prête à le violer.  

A force de persévérance, les assauts de sa Jane eurent raison de notre beau Tarzan qui sortit alors enfin de sa léthargie. Il devait avouer que sa partenaire était très douée. Son envie d’elle redoublait d’intensité à chaque caresse et il oublia qu’il devait arrêter ce jeu de séduction. Ainsi sorti de sa passivité, notre étalon commença à effleurer délicatement son dos de ses deux mains puis les descendit plus bas pour agripper ses fesses. La douceur de son grain de peau associée aux baisers de Kaori dans son cou le grisaient plus que de raison. Pris d’une pulsion soudaine, il remonta ses mains au creux de ses hanches et la souleva sans effort, tout en prenant possession de sa bouche. Avec ce baiser sauvage, tous les deux essayaient de combler plusieurs années de frustration. Mais, très vite, cela ne suffit plus à Ryo qui, tout en continuant cette lutte que se livraient leurs bouches, avança vers le lit pour y déposer délicatement son précieux fardeau. Cet échange passionné aurait pu durer longtemps mais le besoin d’air se fit sentir. Ryo en profita pour admirer sa partenaire à loisir. Tout en elle appelait à la luxure : ses lèvres gonflées par le désir, ces petites rougeurs qui étaient apparues sur son visage et sa poitrine qui se soulevait à chaque respiration. Cette fois, il ne pourrait pas se retenir de lui sauter dessus. Il se pencha doucement vers elle et, avant de goûter à nouveau à ses lèvres tentatrices, lui dit d’une voix rendue rauque par l’excitation :  

 

- Tarzan aimer tenue de Jane mais Ryo vouloir aimer Kaori !  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de