Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autore: Miyukichan

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 9 capitoli

Pubblicato: 12-07-04

Ultimo aggiornamento: 20-02-05

 

Commenti: 37 reviews

» Scrivere una review

 

DrameAction

 

Riassunto: Une affaire qui tourne mal … un drame … un mort…une déprime…un mensonge…une trahison !

 

Disclaimer: Les personnages de "Ils m'ont trahie" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

I've signed in, but I cannot get access to the management section.

 

Please check that your browser accepts cookies. Please contact me with the email address you signed up and give me your login, password, ISP and localisation. Thanks.

 

 

   Fanfiction :: Ils m'ont trahie

 

Capitolo 1 :: Une nouvelle surprenante

Pubblicato: 12-07-04 - Ultimo aggiornamento: 12-07-04

Commenti: Me revoilà avec une nouvelle fic. Comme ma beta Beauty est en vacances, je ne peux pas avancer ma première fic alors, je me suis dit autant en commencer une autre. Faut que je m'occupe, quand même. J'ai relevé le défi de Surnoise et attention, c'est une fic assez noire, alors âme sensible s'abstenir ...non pas vrai (mais, j'ai une autre fic en tête, plus hum hum comment dire, plus "chaude" mdr c'est quoi ce vocabulaire Miyuki ! Bah désolée ...je ne trouvais pas d'autres mots...Cette fic, je la réserve pour plus tard.)! En tout cas, j'espère que cela vous plaira...Allez je vous fais de gros bisous et bonne lecture. Et un grand merci à ma petite beta Joyce ( l'accro des "^^")... T'es trop gentille ! (vi vi, j'ai deux betas extraordinaires ....hihi) A bientôt !

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

Cat’s eyes, 11h  

 

 

 

- Allez Miki chérie, fais un câlin à ton Ryo d’amour !!!!!! Dit ce dernier en s’approchant dangereusement de Miki, la bouche en cœur.  

 

- Vas-t-en ! Pesta cette dernière, l’assommant avec une poêle, suivi d’une assiette dans les dents par Falcon, et d’un coup de massue de 1000t « Et ma massue, elle compte pour du beurre » de la part de Kaori.  

 

 

Cette dernière était rouge de colère, ce n’étaient même plus des flammes qui sortaient de ses yeux, mais un vrai incendie. Elle fixa méchamment Ryo, qui ne savait plus où se mettre. Un bout d’assiette dans les dents, il arbora un sourire charmeur qui la fit plus rire que rougir. Pourtant, il pouvait remarquer une légère teinte rose sur ses joues et comprit que la rage de sa partenaire s’était dissipée. Il savait si bien y faire quand cela concernait Kaori. Il trouvait toujours la bonne méthode pour la faire flancher … Un simple regard attentionné, un simple sourire, un simple geste attendrissant, la rendaient complètement folle de lui.  

D’ailleurs, elle l’admettait depuis des années, elle en était devenue accro (moi aussi…^^). Ryo était comme sa drogue, elle était obligée de le voir chaque jour … Les massues n’étaient plus qu’une simple tâche quotidienne, elles étaient devenues chose banale… C’était certain, la seule chose qui lui donnait une raison de vivre, c’était lui … Lui avec son corps d’Apollon, lui avec son air mystérieux et si craquant, lui le dragueur qui ne savait pas draguer, lui, lui et uniquement lui. Malgré le fait qu’elle vive dans un monde sombre, où seules la haine et la violence étaient reines … Son soleil, sa lumière n’étaient qu’une seule et même personne : Ryo. Elle ne pouvait pas s’imaginer vivre sans lui. Si son indifférence la blessait plus que tout, le fait de perdre son coéquipier l’achèverait à tout jamais.  

Elle ne lui en voulait pas de sa froideur, et puis, par moments, il savait être très prévoyant. Il faisait de plus en plus attention à elle, ses réactions étaient peu communes à ce qu’elle avait déjà vu d’habitude. Une fois, il ne lui avait jeté aucun pic durant une journée entière, seuls des sourires taquins, des regards furtifs, répondaient à ses questions. Elle en avait été étonnée, et là, elle savait que sa vie sans Ryo ne serait plus une vie.  

 

Ryo, quant à lui, voyant dans quel état d’intense réflexion se trouvait sa coéquipière, détourna vite le regard et sauta sur Saeko qui venait juste de franchir la porte. Un coup de poing en plein visage arrêta rapidement son avancée. C’était déprimant, affalé sur le sol, il ressemblait à une vulgaire loque en attente d’être repêchée. L’inspectrice s’installa au comptoir.  

 

 

- J’ai besoin de votre aide ! Lâcha-t-elle à voix basse, comme si elle ne voulait pas être entendue.  

 

- Pardon ? fit Kaori s’installant près de cette dernière  

 

- Vous devez m’aider ! dit-elle en regardant Kaori de façon tellement désespérée, qu’elle en fut déstabilisée.  

 

 

La grande Saeko Nogami, si forte, si courageuse, si déterminée, venait de briser son masque. Chacun pouvait voir son état de fatigue … De grosses cernes se dessinaient sous ses yeux, les mains tremblotantes, les yeux à moitié en pleurs, elle faisait peine à voir. Jamais, non jamais, ses amis n’avaient eu l’occasion de la voir dans cet état de détresse … Si elle était ainsi, quelque chose de grave avait dû arriver. Son enquête ne devait pas être tâche facile.  

Ryo mit une main sur son épaule, la faisant sursauter, mais il lui sourit tendrement, ce qui la soulagea. Kaori prit ses mains et, rassurante, lui dit :  

 

 

- Oui, nous allons d’aider, ne t’inquiète pas !  

 

- Je te remercie Kaori, merci à tous !  

 

- Alors si tu nous expliquais ? fit Ryo en prenant place près de sa partenaire  

 

- D’accord. Voilà déjà plus d’un mois que mon père m’a confié une affaire qu’il lui tenait vraiment à cœur. C’est une histoire de trafic de drogue qui sévit depuis peu à Tokyo, rien de très original jusque-là. Le problème, c’est que ce trafic a déjà ravagé les Etats-Unis. Selon des dires, il est mené par une organisation très dangereuse et assez réputée : L’Union des Papillons.  

 

« L’Union des Papillons » pensa Ryo. Il lança un regard à Falcon, qui comprit tout de suite ce qu’il lui demandait en silence. Ce dernier hocha de la tête, ce qui confirma les soupçons de son ami.  

 

- Le problème, c’est que nous ne pouvons rien faire contre eux, les plus hauts dirigeants de cette organisation sont couverts par des diplomates de notre pays. Ils sévissent librement dans le pays alors que personne ne se rend réellement compte du danger qu’il encourt. De plus, ils ne fournissent pas n’importe quelle drogue. Elle provient de l’Amérique Latine, fabriquée de toutes pièces, mais le pire dans tout ça, ce sont ses effets.  

Tout d’abord, rien qu’un simple reniflement de cette drogue a des effets mortels. Au début, elle permet un certain soulagement … une quiétude agréable mais, entre-temps, elle s’introduit dans notre organisme, pour ensuite affecter le sang. Au bout de deux jours, il y a un réchauffement du corps, une montée soudaine de la température, et les vaisseaux sanguins éclatent quelques temps après. Un reniflement permet la mort quasi immédiate… Une quantité minime de cette drogue dans votre sang et vous êtes sûr de ne pas vous en sortir.  

 

- C’est hallucinant ! fit Kaori complètement médusée. Ce n’est pas une drogue mais un poison !  

 

- Tu peux le dire ! Ils ont visé haut !  

 

- Comment se fait-il que personne ne soit au courant ?  

 

- Ils sont très bien couverts, je vous l’ai dit. De hauts politiciens couvrent leur trafic. Comment ? Et qui ? Je ne sais pas et puis du moment qu’ils gagnent un max de pognon, ils s’en foutent des conséquences.  

 

- Mais il a sûrement déjà eu des victimes ?  

 

- Justement, nous n’en avons retrouvé qu’un seul, mais il y a eu des cas similaires aux Etats-Unis. D’ailleurs, ils ne comptent même plus le nombre de leurs morts à cause de cette foutue connerie.  

 

- Comment peut-on reconnaître les premiers symptômes ?  

 

- Il n’y a rien au départ … juste une sensation agréable mais au bout d’une journée déjà, il commence à y avoir des bouffées de chaleur, un assèchement buccal, une augmentation de la température du corps puis l’éclatement des vaisseaux sanguins. L’homme, que nous avons retrouvé au Japon … la seule victime a été transporté d’urgence à l’hôpital. Malheureusement, il était trop tard. La seule chose qu’il ait pu nous dire : Papillons et Takeru Sachi.  

 

-Takeru ! s’exclama Ryo en frappant le comptoir.  

 

- Tu le connais ? Questionna Nogami.  

 

 

Il ne dit mot, il était déchaîné… Son ancien partenaire avait donc refait surface. Falcon l’observa et comprenait toute sa rage, tandis que les autres restaient étonnés par son comportement. Kaori mit alors une main sur le bras de son coéquipier et lui fit un sourire des plus éclatants.  

 

 

- Qui est-ce, Ryo ?  

 

 

Seule Kaori l’avait fait sortir de toute sa haine...la seule qui l’avait fait réagir. Il la regarda intensément et vit dans ses yeux une chose si rare … la pureté … Il avait comme partenaire un ange. Pourquoi l’ange se terrait-il dans les ténèbres ? Pourquoi sa partenaire était-elle si pure ? Pourquoi restait-elle avec un homme de la nuit ? Pourtant, il l’aimait, il en était convaincu, mais chaque jour, chaque nuit, il rêvait de la voir vivre une vie normale. Il avait peur de ne pas pouvoir la protéger, il avait peur qu’elle soit malheureuse à cause de lui. Il ne pouvait lui donner ce qu’elle désirait, il ne la méritait pas … Un ange ne peut pas s’unir avec la mort … Non, l’ange doit s’épanouir dans un monde où règnent tranquillité et amour …Malheureusement, lui, tout ce qu’il pouvait lui apporter, c’étaient la violence et la mort.  

Il baissa la tête et posa une main sur l’épaule à Kaori.  

 

 

- Tu dois partir loin de moi Kaori, c’est trop dangereux ! Surtout après ce que je viens d’apprendre !  

 

- Mais Ryo … fit-elle surprise.  

 

- Il a raison ! Intervint Falcon. Tu es en danger si tu restes avec Ryo.  

 

- Falcon … s’étonna sa femme. Pourquoi dis-tu ça ?  

 

- Takeru est un ancien partenaire de Ryo ! Lâcha ce dernier froidement.  

 

- Je ne le savais pas … répondit Makimura embarrassée.  

 

- Il y a plein de choses que tu ne sais pas, Kaori ! Reprit son partenaire d’un ton glacial.  

 

- Expliquez-nous alors ! Cela pourrait me servir pour mon enquête !  

 

- Ryo ? Interpella son ami nettoyeur.  

 

 

Ce dernier fixa son café et débuta son récit.  

 

 

- Avant même que je ne rencontre Makimura, j’ai fait la connaissance d’un homme : Takeru Sachi. Il m’a sauvé la vie lors d’une affaire qui avait mal tourné. Il a environ le même âge que moi et est aussi puissant que moi. Nous avions les mêmes capacités, j’avais trouvé un adversaire idéal … Nombre de fois, nous nous sommes battus, nombre de fois où aucun de nous n’a remporté le combat. Puis, nous nous sommes associés, on s’entendait comme des frères … Il me disait que nous étions comme des frères d’âmes … Foutaise ! S’emporta-t-il en serrant sa tasse dans les mains.  

Au début, tout se passait bien…Cela a duré plus d’un an et demi. Pourtant, un jour, il m’a trahi. Un vrai coup de couteau en plein dans le dos. Nous étions sur une affaire de traites de femmes blanches et de drogues. L’organisation était, certes, dangereuse mais pas autant que deux nettoyeurs submergés par la rage comme nous. Au moment où j’allais abattre le cerveau de tout ce trafic, il m’a blessé... une balle dans le dos et a sadiquement jubilé de mon agonie. En fait, il devait enquêter sur City Hunter et me connaître par cœur. Il avait pour but de m’anéantir et de trouver mon point faible. Il s’était fait engager par l’organisation … l’Union des Papillons.  

 

- Quoi, tu veux dire que tu l’as déjà rencontré ? S’étonna l’inspectrice.  

 

- Oui, et on aurait pu la démanteler ensemble mais non. On s’est entretués. Nous nous sommes battus, sans qu’aucun de nous deux ne prenne réellement le dessus, exténués, touchés, c’était le moment de vérité. Notre seul mot d’ordre : Tuer ou être tué. J’étais gravement blessé et j’ai eu la force de le toucher mortellement. Il n’a fait que m’effleurer mais c’était comme s'il l’avait fait exprès. Je me suis approché de lui et la seule chose qu’il m’ait dite c’est : Je vole comme les papillons, frère d’âme pour toujours. Ses yeux se sont alors fermés à tout jamais, enfin c’est ce que je cru. Je suis alors parti en vitesse, une explosion a retenti… Voilà comment s’est terminé notre partenariat… Pour le reconnaître, c’est simple, reprit-il, il a un papillon sur la joue gauche…  

 

- Sur la joue ?  

 

- Oui, sur la joue … Falcon, tu peux te renseigner auprès de tes indics !  

 

 

Il acquiesça de la tête alors que Miki et Kaori observaient Ryo tristement. Jamais il ne s’était ouvert à ce point-là. Saeko en était désolée et avait connu une partie de cette histoire, racontée un jour par Hideyuki. Ryo s’était confié à lui … Mais cette fois-ci, le ton de Ryo avait été touchant. Cette dernière laissa ses amis, satisfaite d’avoir pu en parler et attendait, impatiemment, les nouvelles qu’ils allaient trouver.  

 

 

- Tu dois partir, Kaori !! C’est pour ça que tu dois partir ! Répéta le nettoyeur. S’il est toujours vivant, c’est qu’il y a une raison ! En plus, il a repris les rennes de l’Union, c’est du sérieux !  

 

- Je ne te laisserai pas !! City Hunter, c’est toi et moi, tu t’en souviens ! Tu m’avais promis qu’on passerait tous nos anniversaires ensemble! Je ne peux donc pas faire ce que tu me demandes ! Dit-elle déterminée.  

 

- Bien, mais je te le dis clairement, tu n’es pas digne de faire partie de City Hunter. A côté de lui, tu ne seras rien, juste un vulgaire pion et encore … Tu n’es pas une bonne partenaire et ne viens pas pleurer quand il nous arrivera quelque chose ! Finit-il en quittant le café.  

 

 

Kaori resta interdite, et ne put répondre à cette reproche qui lui semblait, même, bien pire qu’une simple critique. Elle, qui avait toujours fait le mieux pour être une coéquipière idéale, il la blessait plus que tout. Elle avait les larmes aux yeux pourtant elle n’allait pas le laisser faire. Elle allait lui montrer que City Hunter, elle en faisait partie à part entière.  

Miki trouvait l’attitude de Ryo déconcertante, cependant elle approuvait ce qu’il venait de dire. Non pas parce que Kaori était une mauvaise partenaire, au contraire, mais qu’elle risquerait d’être en danger. Leur ennemi n’était plus n’importe qui … Quand Ryo avait appris la nouvelle, elle avait vu dans ses yeux une telle fureur, une telle haine. Elle avait peur pour ses amis et priait pour que rien ne leur arrive … pour leur bien et pour le bien de tous.  

 

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de