Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autore: Miyukichan

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 9 capitoli

Pubblicato: 12-07-04

Ultimo aggiornamento: 20-02-05

 

Commenti: 37 reviews

» Scrivere una review

 

DrameAction

 

Riassunto: Une affaire qui tourne mal … un drame … un mort…une déprime…un mensonge…une trahison !

 

Disclaimer: Les personnages de "Ils m'ont trahie" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

What do the ratings mean?

 

- G: General Audience. All ages admitted. This signifies that the fanfiction rated contains nothing most parents will consider offensive for even their youngest children to see or hear. Nudity, sex scenes, and scenes of drug use are absent; violence is minimal; snippets of dialogue may go beyond polite conversation but do not go beyond common everyday expressions. ...

Read more ...

 

 

   Fanfiction :: Ils m'ont trahie

 

Capitolo 3 :: Un secret pesant

Pubblicato: 01-08-04 - Ultimo aggiornamento: 01-08-04

Commenti: Bonjour tout le monde, me revoilà après une petite semaine d'absence ...arf mais j'ai l'impression que ça fait une éternité ! Alors je vous offre une MAJ...ma petite beta adorée Joyce l'a corrigée il y a pas mal de temps...D'ailleurs, je lui fais un gros bisous, elle est extra ! Et puis, je remercie Mimochan pour sa review, tu es trop mimi ! Allez je vous laisse, bisous à tous et bonne lecture ! (je vais finir de lire toutes les fics que je n'ai aps eu le temps de lire, héhé, c'est qu'il y en a) ...

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

Chez Mick et Kazue à la même heure :  

 

 

 

- Je ne pense pas que ce soit une bonne idée ! fit Kazue. Pourquoi serais-je au courant et pas elle ?  

 

- C’est mieux ainsi, si je fais ça c’est pour sa sécurité !  

 

- En es-tu bien sûr ? Ne serait-ce pas plutôt par égoïsme ?! Répliqua-t-elle sur un ton ferme et dur, ce qui blessa profondément Ryo. Il ne le montra pas, mais sa phrase lui avait déchiré le cœur ; comment pouvait-elle lui dire qu’il était égoïste ? S’il agissait ainsi, c’était pour le bien de sa partenaire … Il voulait qu’elle vive heureuse et non avec la peur d’être un jour agressée ou tuée.  

 

- Kazue arrête, tu devrais nous laisser ! Gronda son fiancé.  

 

- Avec plaisir !  

 

 

Elle quitta la pièce, l’atmosphère se faisait de plus en plus lourde. Kazue fut soulagée d’être sortie, elle ne pouvait pas admettre ce qu’ils allaient faire pour résoudre cette enquête. Kaori était devenue une de ses meilleures amies et elle ne pouvait pas les laisser lui faire autant de mal. Pourtant, elle ne pouvait pas non plus faire échouer leur plan. Il y a avait des enjeux importants dans cette histoire… Elle devait se faire une raison et choisir entre son devoir et ses sentiments et elle fit vite le choix. Elle allait rester muette, mais à quel prix ?  

 

 

- Elle ne va rien dire, ne t’inquiète pas !  

 

- Je sais qu’elle ne dira rien !  

 

- Ce que tu nous demandes est tout de même assez difficile !  

 

- Ecoutez, c’est la meilleure idée, que j’ai eu, si je veux mener à bien cette enquête ! Je ne pourrai pas sinon !  

 

- Mais Kao…  

 

- Il a raison, Mick ! Ce Takeru est beaucoup trop dangereux pour risquer la vie de sa partenaire, mieux vaut faire ainsi.  

 

- D’accord ! fit l’Américain, vaincu.  

 

 

Ryo savait qu’il était dur pour son ancien coéquipier d’avaler ce qu’il venait de lui confier, surtout que Kaori était son premier amour, mais s’il ne prenait pas sur lui, tout risquerait d’être fichu en l’air.  

 

 

- J’ai prévenu Saeko, je compte sur vous, les gars !  

 

- Pas de problème !  

 

 

Il quitta ainsi l’appartement de Mick, mais à l’entrée il aperçut Kazue qui lui lança un regard accusateur. Elle détourna la tête, mais au moment où il passa près d’elle, il dit de façon quasi-inaudible :  

 

 

- C’est aussi pour son bien !  

 

 

Elle sursauta à cette phrase, regarda son ami partir, en versant quelques larmes. Pourquoi étaient-ils si compliqués ? Leur vie était si merveilleuse, leur amour si intense, et pourtant rien n’évoluait entre eux … Ils donnaient l’impression d’être seulement et simplement des partenaires.  

 

 

**********  

 

Quartier Shinjuku  

Appartement de City Hunter  

15h  

 

 

 

Kaori s’était habillée en hâte, avait soigné la blessure de sa joue et faisait les cents pas dans le salon. Elle était à la fois terrifiée et sereine. Si elle réussissait à convaincre Ryo de ne pas mener cette enquête, elle serait sûre de le garder près d’elle, toujours sain et sauf. Cependant, elle grimaça quand elle pensa aux milliers de victimes affectées par la drogue. Elle était partagée entre son désir de voir Ryo survivre et son désir de sauver toutes ces personnes innocentes. Cette drogue pouvait faire des dégâts considérables, chez les grands comme chez les petits. Un simple reniflement …  

 

 

- Que dois-je faire ? Se demanda-t-elle. Je ne peux pas lui dire que son pire ennemi m’a menacée… Oh seigneur … Je ne sais pas quoi faire !  

 

 

Elle s’écroula sur le canapé, c’en était beaucoup trop pour elle. En à peine quelques heures, sa vie allait, peut-être, être bouleversée. Mais, d’un autre côté, qui était certain que Ryo allait mourir ? Il allait peut-être réussir à boucler cette affaire ? Mais, combien de fois avait-elle craint qu’il ne meure ? Combien de fois avait-elle prié pour le voir revenir sain et sauf ? Combien de fois ?… Des centaines de fois, des milliers même. Un combat, ce n’était pas le jeu du hasard mais tout dépendait des capacités des uns et des autres. Ce n’était pas la chance qui aidait à remporter une victoire, mais la force et la volonté.  

De plus, Ryo disait que son adversaire avait la même capacité que lui … aussi fort, aussi dur, aussi froid ! C’était un combat à chances égales. Elle avait peur, si elle le laissait résoudre cette enquête, elle n’aurait peut-être plus l’occasion de le revoir.  

 

 

Ryo s’apprêtait à pénétrer dans l’appartement, quand il entendit les sanglots de sa partenaire, ce qui le fit se rétracter. Il n’aimait pas la voir ainsi, elle, si douce et si généreuse… méritait d’être heureuse. Les pleurs gâchaient toute sa splendeur. Il savait qu’il en était la cause, cela le faisait souffrir mais tout devait s’arrêter. Les jours prochains seraient différents, il s’en fit la promesse.  

Il s’adossa à la porte et attendit que ces larmes cessent. Au bout de quelques temps il ne l’entendit plus, mais au moment où il mit la main sur la poignée, une tension meurtrière le traversa. Il pénétra dans l’appartement… Il savait qu’il n’y avait pas d’ennemis, cependant quelqu’un était venu, il en était persuadé. Kaori venait de s’endormir sur le canapé, le visage si angélique… Elle était resplendissante. Elle ressemblait à l’une de ces belles femmes que l’on voyait dans les peintures…douce, pure, innocente et belle. Elles représentaient la légèreté et le bonheur … Elles étaient simples, dessinées sur de magnifiques tableaux. Leurs sourires, leurs regards, leurs visages étaient à jamais gravés dans les toiles. Il aurait aimé en faire de même avec sa partenaire, malheureusement tout ce qu’il savait faire, se résumait à la chagriner.  

Il observa sa coéquipière et remarqua une légère écorchure sur sa joue. Il ne fallait pas chercher plus loin pour s’apercevoir qu’on l’avait agressée. Ryo serra les poings et inspecta le salon ; son regard se figea sur la plante de maison…Il sentait le danger.  

Il ne voulait pas réveiller Kaori pour lui demander des explications, mais le danger qu’il éprouvait était beaucoup trop important pour laisser échapper un tel détail, surtout depuis le retour de son ancien partenaire.  

 

Il s’approcha doucement d’elle et, ne sachant pas par quel moyen la réveiller, il lui caressa tendrement la joue et lui souffla à l’oreille :  

 

 

- Debout ma belle, il est l’heure !  

 

 

La réaction fut vive et spontanée : Elle sursauta, se crispa et cria en se bouchant les oreilles avec les mains :  

 

 

- Non, ne me faites pas de mal ! Je ne suis pas votre belle ! Je vous l’ai dit, arrêtez de m’appeler ainsi !  

 

- Kaori ? S’inquiéta-t-il.  

 

 

Celle-ci ouvrit les yeux de stupeur. Elle mit une main sur sa bouche et rit nerveusement :  

 

 

- Ryo, c’était toi ! J’ai fait un mauvais rêve !  

 

- En es-tu sûre ? Personne n’est venu ici ?demanda-t-il, sachant pertinemment qu’elle lui cachait quelque chose.  

 

- Non non non, pas du tout !  

 

- Tu es une mauvaise menteuse !  

 

 

La réponse fut rapide, Kaori fut envahie d’une colère monstre.  

 

 

- Voilà que tu me traites de menteuse maintenant ! Après m’avoir demandé de partir parce que j’étais indigne d’être City Hunter, tu oses me dire que je suis une menteuse ! S’énerva-t-elle. S’il y avait eu quelqu’un, je me serai défendue !  

 

 

Bien qu’elle jouait légèrement la comédie, toutes ses paroles étaient, néanmoins, justifiées et vraies. Elle pensait réellement ce qu’elle disait : Si son coéquipier ne voulait plus d’elle, ce n’était peut-être pas à cause de ce Takeru, mais parce qu’elle était inutile. Ryo le lui avait déjà fait comprendre plusieurs fois, non ? Il le lui avait même dit… Pourtant elle ne devait pas lui montrer sa peur, elle devait rester indifférente. Son défaut le plus flagrant était sûrement le fait qu’elle était beaucoup trop sentimentale … Rien qu’en la regardant, son partenaire lisait en elle comme dans un livre ouvert. Mais ce dernier répondit à ces reproches, la faisant sortir de ses pensées.  

 

 

- Oui, tu n’es pas City Hunter et oui, tu n’as jamais su te défendre !!!! A quoi cela te sert-il de mentir ? Tu ne me sers à rien à part me créer des problèmes. A chaque fois, je suis obligé de te secourir puisque tu te fais toujours enlever. Tu n’as donc pas compris, Sugar Boy, tu ne peux pas rester dans ce monde, tu n’es pas faite pour ça, tu le sais très bien ! Ta place est dehors avec des gens normaux. Rien ne nous unit excepté la promesse faite à ton frère…  

 

 

Elle lui asséna une gifle magistrale et éclata de plus belle en sanglot. Alors pour lui, c’était la promesse faite à Hideyuki qui les unissait… Juste cette promesse et rien d’autre. Il n’avait donc aucun sentiment pour elle et encore moins de respect, au point de la blesser jusqu’au bout. Se rendait-il seulement compte de ses paroles blessantes ? Elle ne put en supporter davantage et partit en courant dans sa chambre. Savait-il au moins qu’elle gardait au fond d’elle un lourd secret, qui représentait la clé de la porte des enfers et de la vie ? Savait-il que ce Takeru était encore plus cruel qu’il n’aurait pu l’imaginer ? Savait-il qu’elle avait été menacée, et que la seule solution pour sauver celui qu’elle aimait plus que tout, était de le convaincre de ne rien faire ? Lui Ryo Saeba, le grand justicier … était donc si indifférent à son amour.  

Elle s’arrêta sur les escaliers et, sans se retourner vers son partenaire, elle lui dit d’une voix si faible, que Ryo en eut cruellement mal au cœur :  

 

 

- Ryo, je ne veux pas que tu acceptes cette affaire. Fais au moins ça avant que je parte …Si tu me respectes un minimum…écoutes-moi, je t’en prie !  

 

 

Elle reprit sa course. Ce n’étaient plus des larmes qui coulaient de ses yeux mais un véritable torrent. C’était le raz-de-marée. Mais si elle avait vu le regard de son partenaire, son cœur se serait déchiré. Il était triste : sa voix quasi-inaudible, ses pleurs … Il ne le supportait plus. Son cœur s’était brisé en mille morceaux, il aurait tant aimé la serrer dans ses bras et sentir sa douce chaleur contre son corps. Il aurait voulu lui montrer à quel point il l’aimait et lui expliquer que tout ce qu’il disait n’était que foutaise et qu’il tenait plus que tout à elle. Ces paroles blessantes le faisaient autant souffrir qu’elle. Il ne voulait pas voir celle qu’il aimait malheureuse … S’il agissait ainsi, c’était aussi pour son bien,… elle finirait par comprendre… un jour … un jour…  

 

- Je suis désolé Kaori, je ne peux pas … je ne peux pas …finit-il par dire, le cœur lourd.  

 

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de