Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autore: Miyukichan

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 9 capitoli

Pubblicato: 12-07-04

Ultimo aggiornamento: 20-02-05

 

Commenti: 37 reviews

» Scrivere una review

 

DrameAction

 

Riassunto: Une affaire qui tourne mal … un drame … un mort…une déprime…un mensonge…une trahison !

 

Disclaimer: Les personnages de "Ils m'ont trahie" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

How can I change my username?

 

I do not allow people to change their username on their own yet. Maybe later. So if you want to change your username, contact me and give me your old and new username with your password for authentification.

 

 

   Fanfiction :: Ils m'ont trahie

 

Capitolo 5 :: Une intervention qui tourne au drame

Pubblicato: 01-09-04 - Ultimo aggiornamento: 01-09-04

Commenti: Sadique, moi ? Ben non !

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

Quartier Shinjuku  

Appartement City Hunter  

21h  

 

 

 

La journée se passa sans encombres ; Ryo et Kaori faisaient en sorte de ne pas se croiser. Au départ, elle était déterminée à lui parler mais elle prit peur. Elle hésitait sincèrement à lui faire comprendre ce qu’elle désirait. Qu’allait-il faire de toute façon ? Rester dans l’appartement comme un bon petit garçon ? Non, ce n’était pas son genre et quoiqu’elle dise, Kaori savait qu’il n’en ferait qu’à sa tête et terminerait ce qu’il avait commencé. Elle était, néanmoins, décidée à insister. Qu’avait-elle à perdre ? Rien ! Elle se décida, alors, de lui parler à son retour de cette mission.  

Deux heures avant que les 23h ne sonnent, son partenaire passa à l’appartement ; Ni regard ni mot ne furent échangés entre les deux partenaires. Ryo se doucha en vitesse, prit quelques affaires et redescendit dans la salon. Lorsqu’il s’apprêtait à quitter le seuil de la porte, Kaori se dirigea vers la cuisine sans se soucier de lui. Il la regarda partir, les yeux tristes et déçus, et dit faiblement :  

 

 

- Je sais ce que tu penses, mais ne m’en veux pas !  

 

 

Il claqua la porte et descendit tristement les marches… Ces marches qui le séparaient, à présent, de sa bien-aimée…  

 

Kaori tenait le rebord de l’évier, qu’elle serra encore plus fort lorsque la porte claqua. Elle sanglota et regardait nerveusement le fond, qui était rempli d’eau. Elle pouvait voir se dessiner d’infimes vaguelettes, lorsque ses larmes tombaient dans l’eau.  

 

 

- Reviens-moi vite Ryo, je t’en supplie !  

 

 

Elle s’écroula sur le sol, ses forces l’abandonnaient à chaque minute qui s’écoulait. De plus, elle avait un mauvais pressentiment et se remémora alors les paroles de Takeru.  

 

 

- Qu’est ce que j’ai fait ? Pourquoi, je ne l’ai pas retenu ? Non, il va se faire tuer si je ne l’arrête pas !  

 

 

Elle était complètement déboussolée et ne savait plus comment réagir. Elle se leva, alors, et se dirigea vers le salon. Kaori commença à ouvrir la porte mais resta figée. Pourquoi changeait-elle, soudainement, d’avis ?  

 

 

- Non, je dois l’attendre ! hésita-t-elle, les mains tremblantes. Et puis, il ne sera pas seul : Il y a Mick et Falcon !  

 

 

Elle répéta ces deux prénoms dans sa tête comme s’ils étaient la solution à son problème. Elle regarda l’heure : 21h30…Elle s’installa sur le canapé et alluma la télévision dans le but d’y chercher une émission intéressante. Pourtant, bien que ses yeux étaient fixés sur le poste, ses pensées étaient ailleurs …Son regard était vide… La télécommande en main, elle appuyait machinalement…attendant désespérément son partenaire…  

 

 

**********  

 

 

Port de Tokyo  

Entrepôt 18A, 22h30  

 

 

 

- Bon, vous avez compris ? C’est notre seule solution !  

 

- Oui, mais tu sais ce ne sera pas facile.  

 

- J’en suis conscient pourtant c’est la bonne décision !  

 

 

Les trois nettoyeurs observèrent les alentours puis, au bout de 10 minutes, ils entendirent un bruit de moteur. En effet, ils pouvaient parfaitement apercevoir l’arrivée d’un nouveau bateau sur le quai. Ils descendirent, alors, de leur véhicule et écoutèrent la conversation de leurs ennemis.  

 

 

- C’est bon, on décharge tout ! Et ne cassez rien, sinon on risquerait de se faire buter par l’union des…  

 

- Chut, tu sais bien qu’il ne faut pas prononcer son nom ! Il porte malheur !  

 

- Ouais c’est vrai…  

 

 

Les hommes se hâtèrent pour décharger leur cargaison. Ils ne cessaient de guetter les horizons et la peur se lisait dans leurs gestes et regards. Les trois nettoyeurs se mirent à sourire devant tant de maladresse et de crainte. Ils dégainèrent et Ryo tira le premier sur l’un des colis. Un filet de poudre s’étala sur le sol…  

 

 

- Mais, qu’est-ce que tu fous ? Tu gâches tout ! cria un des gardes  

 

- C’ n’est pas moi, on m’a tiré dessus !  

 

- Qui alors ? Je ne vois personne !  

 

- Nous ? ironisèrent les trois amis  

 

 

Ryo sortit de sa cachette suivi de Falcon et de Mick. Certains hommes arboraient déjà un air apeuré et se sauvèrent aussitôt avec les colis. Leur chef, qui n’avait dit mot depuis leur arrivée, ne fit rien pour les retenir, et observa Mick et Falcon partir à leur poursuite. Ceux-ci pénétrèrent dans le hangar 18A, là où tous les truands s’étaient réunis (pas très intelligent). Ryo était seul avec deux hommes armés : le chef de l’organisation et un de ces hommes de main. Le boss n’avait pas l’air effrayé et sourit à son adversaire. Alors que l’autre homme, bien qu’armé, lâcha le paquet qu’il tenait et s’enfuit en hurlant :  

 

 

- C’est … C’est ... City Hunter !!!  

 

- City Hunter, ben voyons ! s’amusa le chef.  

 

 

Ce dernier s’avança vers la lumière afin d’être perçu par le nettoyeur. Ryo écarquilla les yeux et une rage immense l’emporta. L’homme pointa son arme, qu’il tenait par un bras en fer et tira, en plein cœur, sur l’homme en fuite. Ryo regardait cette scène, impuissant…Il comprit, alors, que son ancien coéquipier n’avait pas changé de comportements. Il était toujours aussi impitoyable contre les lâches ou les traîtres. Pourtant Takeru, n’avait-il pas été un traître lui-même ? Il devait alors mourir … Et ça Ryo était prêt à le faire … C’était plus qu’une simple vengeance qui l’animait, c’était un désir de faire taire à tout jamais un homme féroce…Il était encore pire qu’un animal sauvage, il n’hésitait pas à tuer de sang froid pour arriver à ses fins. Tout ce qui comptait pour son ancien coéquipier étaient les profits, les bénéfices. Oh oui, sa drogue devait lui rapporter un max pour qu’il continue sur cette lancée. Lui, si professionnel, n’avait même pas vu que derrière cet homme se cachait un monstre. Et ce fut sa plus grosse erreur … Erreur qu’il ne répètera plus jamais.  

 

 

- Quel plaisir de te revoir Saeba ! Tu n’as donc pas écouté ta partenaire…  

 

- Qu’est-ce que Kaori a à faire là-dedans ?  

 

- Kaori, c’est ainsi qu’elle se prénomme ! Que c’est joli ! Je lui avais dit que tu aurais la vie sauve si tu ne te mêlais pas de mes affaires…mais bien sur le grand City Hunter n’en a fait qu’à sa tête !  

 

 

Ryo réfléchit un instant puis se remémora les paroles de Kaori lorsqu’elle l’avait quitté en pleurs. Elle désirait qu’il lui fasse une faveur avant son départ de City Hunter …Elle voulait juste qu’il ne se mêle pas de cette affaire. Il savait qu’elle était mauvaise menteuse, mais là, il n’avait rien vu venir. Le malade qui se trouvait devant lui avait donc blessé sa coéquipière. Certes, elle n’avait aucune grosse blessure physique mais intérieurement, il savait que Kaori était sensible. Elle avait dû prendre sur elle et utiliser des efforts considérables pour encaisser toutes les paroles de ce fou … Ryo pouvait le dire : elle était une vraie professionnelle.  

 

 

- Je savais bien que quelqu’un était venu ; et tu as osé la menacer, salaud ! fit-il de plus en plus dur.  

 

- Oh, c’est maintenant que tu le découvres ! Elle ne t’a donc rien dit sur ma venue…Tu sais, elle était resplendissante dans son petit peignoir et si j’avais pu, je lui aurai bien enle…  

 

- La ferme !  

 

 

Ryo tira sur son ex-ami, qui réussit à éviter la balle. Ils se faufilèrent chacun dans une cachette. Tels des félins, ils étaient aussi rapides et aussi forts l’un que l’autre. Ce petit jeu dura environ 20 minutes, et leur face à face se fit sur un ponton. Ryo ne pouvait plus reculer, au risque de tomber dans l’eau. Il était pris au piège … Pris au piège comme un vulgaire débutant. Il pesta contre lui-même.  

Takeru lâcha un rire machiavélique et pointa son arme sur Ryo, qui en fit autant.  

 

 

- Il ne me reste plus qu’une balle, comme toi, je suppose ! Tu te rappelles, rigola Takeru, on était dans la même situation … Une seule balle chacun. Pourtant, toi, tu ne m’as pas raté… Et le pire, c’est que tu as osé m’abandonner ! Moi, ton frère !  

 

- Mon frère ? se moqua Ryo, mon frère qui m’a lâchement tiré dans le dos! Je n’avais pas vu à quel point la cruauté te réjouissait ; la seule chose qui compte pour toi, c’est l’argent ! Et tu oses dire qu’on était frères alors que tu as tenté de me tuer? Tu prends tes rêves pour la réalité! Tu n’as jamais eu de réels sentiments et tu n'en auras jamais !  

 

- Tu en as peut-être toi ? Et ta chère partenaire qui doit désespérément t’attendre…lui as-tu dis ce que tu ressentais pour elle?  

 

- Arrête de dire n’importe quoi ! Je ne ressens rien !  

 

- Ce n’est pas bien de mentir ! Tu crois me duper. Je l’ai tout de suite vu, quand je t’ai annoncé que je lui avais rendu visite …je t’ai vu pâlir !  

 

- Laisse-la tranquille, elle n’a rien à faire dans cette histoire !  

 

- En effet, quand tu seras mort ta chère Kaori ne me sera plus d’aucune utilité. Je voulais l’utiliser pour te convaincre d’arrêter de fouiner dans mes affaires, mais elle a échoué. D’un côté, je la remercie, car maintenant, je peux te tuer et continuer de mener à bien mon trafic. Je ne pense pas qu’elle serait capable de venir nuire à mes plans ! se moqua-t-il.  

 

- Crève !!!!!!!! cria le nettoyeur.  

 

 

Ils tirèrent en même temps. La balle de Ryo percuta l’épaule de Takeru qui lâcha un cri de douleur, alors que ce dernier réussit à viser le torse de son ancien ami. Le nettoyeur fut déséquilibré, il recula et tomba dans l’eau.  

Falcon et Mick arrivèrent en courant et ne purent que voir la scène de loin, impuissants. Takeru les entendit venir, prit un bateau, et s’échappa. Les sirènes raisonnèrent au loin, Mick se précipita sur le rebord du ponton…  

 

 

- Ryyyyyyoooooooooo ! cria-t-il désespérément. Ça ne devait pas se passer ainsi ! Ce n’est pas ce qui était prévu! Rryyyyyyooooooooo !  

 

 

Saeko arriva alors et ordonna à ses amis de partir, mais voyant le regard de Mick, elle réalisa qu’une chose grave venait d’arriver. En effet, cette dernière ne voyant pas Ryo, elle secoua la tête comme pour faire échapper ses mauvaises pensées, mais elle réalisa rapidement que ce qu’elle redoutait n’était pas mirage. Elle mit une main sur sa bouche pour atténuer ses sanglots et s’effondra sur le sol. Falcon tourna la tête vers la mer et malgré ses lunettes, il était facile de discerner quelques gouttes étincelantes rouler sur sa joue.  

La tristesse envahissait l’atmosphère du port, leur intervention n’aurait pas dû se passer de la sorte. Ryo n’aurait pas dû mourir, seulement revenir blessé et tout reprocher à sa partenaire. Certes, c’était un plan diabolique, mais si Ryo l’avait mis en place, c’était surtout pour la protéger, même si son objectif premier était de terminer cette enquête. Il tenait beaucoup trop à elle et ne voulait pas que ce Takeru s’en prenne à toute cette pureté. Mais en réalité, tout avait tourné au drame … Même ses amis n’y croyaient pas, ils n’avaient pas été assez attentifs. Comment allaient-ils faire pour annoncer cette nouvelle à celle qui le chérissait le plus…Comment ?  

 

**********  

Appartement City Hunter  

Au même moment  

 

Kaori sortit de sa torpeur, sa respiration s’accéléra, elle laissa tomber la télécommande et mit sa main sur son cœur. Les larmes coulèrent sur son doux visage, la tristesse l’envahit soudain, une douleur lancinante lui arracha le cœur.  

Elle regarda l’heure de sa montre : minuit pile… Elle comprit alors … Elle fixa la porte d’entrée…et éclata en sanglots… Elle venait de comprendre : Son pressentiment n’en était plus un, il était devenu réalité.  

 

- Ryo … lâcha-t-elle entre deux sanglots.  

 

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de