Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: Flore

Status: Completa

Serie: City Hunter

 

Total: 11 capitoli

Pubblicato: 18-02-03

Ultimo aggiornamento: 17-01-04

 

Commenti: 25 reviews

» Scrivere una review

 

HumourRomance

 

Riassunto: Kaori qui est déprimée à l'approche de Noel, rencontre une de leur ex-cliente : Miyuki (la passeuse professionnelle de CH 30-31) qui exerce maintenant un métier de la nuit....

 

Disclaimer: Les personnages de City Hunter sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

How can I become a Beta Reader?

 

Just log in and change your Beta reader's profile, by agreeing to become one. Fill in the form to give some pieces of informations, like your strengthes (eg: grammar, spelling,...) or weaknesses (eg: continuity,...). Indicate if you accept all kinds of fics or refuse some, like NC-17 fi ...

Read more ...

 

 

   Fanfiction :: Au Lapin Bleu

 

Capitolo 9 :: Yume

Pubblicato: 24-07-03 - Ultimo aggiornamento: 24-07-03

Commenti: Bonjour tout le monde, ça fesait longtemps! J'ai un peu honte de mettre autant de temps pour faire un chapitre, quel escargot je fais! Qui veux me décerner la palme d'or de la lenteur? là j'crois que j'la mérite ^^ . Toujours est-il que la suite est là et bien là. A ceux qui l'attendait depuis longtemps (dieu qu'ils ont de la patience!) bonne lecture et j'espère que ça vous plaira.

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


 

 

20 décembre, entre 5 et 9h du mat  

 

Le cabaret était rempli de monde pourtant il ne distinguait pas les visages des hommes assis aux tables et des serveuses qui passaient. Tout était flou autour de lui, il n'entendait pas non plus les bruits de verres et le brouhahas des clients, il était seul au milieu de tout ce monde. Seul? pas tout à fait. De douces sensations envahissaient lentement son corps, une main glissait chaleureusement sur son bras, une femme était assise à côté de lui, une serveuse sans doute. Elle était sensuelle, audacieuse mais pas trop, il sentait maintenant ses lèvres le long de son cou, elle passa ses bras autour de sa taille, posant sa poitrine généreuse contre lui et continuait inlassablement de le titiller de baisers et de caresses, ce qui lui procurait un état de plénitude incroyable. Il se trouvait dans un eden de calme, de douceur et de chaleur ; quelle étrangeté, il avait l'impression d'être libéré de toutes ses préoccupations….. plus aucune inquiétude..… était-il au paradis?  

 

"Ryo….Ryo…." la jeune femme murmura tendrement ses quelques paroles et très rapidement ses baisers atteignirent ses lèvres. Ryo répondit à ses baisers avec la même douceur, ses mains couraient lentement sur son dos et elle semblait apprécier ce contact. Comme pour l'engager à continuer, elle se rapprocha de lui en s'asseyant sur ses genoux d'une façon très suggestive, le laissant ainsi admirer la beauté de ses jambes ; Ryo ne put s'empêcher de diriger sa main droite vers le bas de son dos, puis sur ses hanches puis délicatement le long de sa cuisse pour finir au niveau du genou. Il traça le même chemin en sens inverse et lorsque sa main atteignit à nouveau le dos de la belle il la serra un peu plus contre lui tout en continuant à l'embrasser dans le cou. Il était comme hypnotisé, il ne pouvait plus s'arrêter, il ne voyait même pas le visage de cette fille, il ne savait pas qui elle était. Seul son sens du touché semblait être resté en éveil et au fond ça ne l'inquiétait même pas.  

Leur petit jeu dura encore un moment, Ryo continuant de l'embrasser sur chaque parcelle de peau qui était nue, c'est à dire essentiellement son cou, ses épaules et surtout ses lèvres. Ses baisers étaient si envoûtants, ils n'avaient pas pour effet d'éveiller en lui un désir qu'il aurait été normal de ressentir dans une telle situation mais au contraire de le détendre, de l'apaiser, presque comme s'il faisait une séance de yoga ou quelque chose du genre. Il se sentait tout simplement bien.  

Ryo s'efforça de se concentrer sur le visage de cette femme, et tenta de rassembler ses esprits pour lui demander son prénom, l'étrangeté de la scène le perturbait. Il la prit par les épaules et l'obligea à s'écarter un peu de lui. Il la regarda avec intensité et enfin il put identifier cette adorable créature. Il aurait dû être choqué par ce qu'il voyait mais curieusement ce n'était pas le cas. Inconsciemment il le savait déjà ; oui bien sur qu'il le savait que c'était sa partenaire qu'il serrait amoureusement dans ses bras depuis tout à l'heure. "Kaori…" il se contenta de prononcer son prénom pour voir si elle lui répondrait. "Mmh… Ryo…" elle recommença à l'embrasser en lui souriant doucement. Ryo ne fut pas davantage perturbé par sa découverte, et il lui rendit ses baisers avec encore plus de ferveur. C'était normal que ce soit elle, ça ne pouvait être qu'elle pour lui procurer une telle sensation de quiétude.  

Kaori commença à détacher un bouton de la chemise de son partenaire, qui renversa la tête en arrière pour la laisser faire. Il sentait ses lèvres progresser de son cou vers son torse. Quelle sensation plaisante, le paradis n'était assurément pas mieux que cela ; il ferma les yeux et quelques instants après …..il ne ressentit plus rien, tout était devenu noir d'un coup…………  

 

20 décembre, 11h08 du matin  

 

Ryo cligna des yeux, gêné par les rayons du soleil qui filtraient au travers des volets. Il se tourna du côté opposé pour se rendormir mais quelque chose le fit se lever. Assis sur le lit, il s'étira et réfléchit un instant. Cette nuit, qu'est-ce qui s'était passé? Kaori… le cabaret… tout se mélangeait dans sa tête. Il avait fait un rêve étrange cette nuit mais il ne savait plus très bien qu'est-ce qui appartenait à la réalité et qu'est-ce qui appartenait à son rêve. Il se sentait tout bizarre.  

Une demi-heure plus tard il était dans la cuisine en train de prendre son petit déjeuner. Ses idées étaient maintenant plus claires, hier soir il avait pris Kaori sur ses genoux et cela avait suffit à son subconscient à lui faire faire un rêve débile cette nuit. Il soupira. Au fond il aurait aimé que ce rêve soit vrai, pouvoir l'embrasser sans se poser aucune question, voilà ce qu'il désirait. Mais la dure réalité était que sa Kaori travaillait en petit lapin dans un cabaret et que ça lui faisait complètement perdre la tête! Il jura contre son imagination débordante et ce rêve qui n'était que trop improbable. Maintenant il se sentait encore plus frustré et encore plus mal à l'aise face à cette situation. "Vivement que Noël soit passé!" se dit-il tout en buvant son café. Ce rêve l'avait mis de mauvaise humeur, il aurait préféré ne pas s'en souvenir en ce réveillant ce matin! En plus, ça s'était arrêté avant la fin, dieu sait ce qu'il aurait imaginé comme suite!  

 

Cependant la situation n'allait pas tarder à empirer car Kaori s'apprêtait à descendre prendre son petit déjeuner elle aussi. Ryo se raidit lorsqu'il l'entendit entrer en lui lançant un "Bonjour" avec un sourire radieux. Il ne lui répondit pas, se contentant de la fixer avec des yeux d'ahurit. Il se demandait si elle pouvait se montrer aussi audacieuse que dans son rêve ; il n'arrivait pas à chasser de son esprit les images de ce rêve. Et maintenant qu'il l'avait en face de lui il avait presque envie de lui sauter dessus! Ah, ses doux baisers, ses lèvres, sa peau si douce et … "Stop!! ça suffit! Revient à la réalité mon pauvre Ryo, je ne l'ai jamais embrassé et il ne s'est jamais rien passé entre nous. C'est impossible. Arrêtons de fabuler. Je dois me concentrer sur autre chose…"  

"Alors, est-ce qu'on a un message aujourd'hui?" lui lança-t-il nerveusement  

Kaori le regarda, inquiète, il avait un air bizarre ce matin. Il faisait un peu la même tête que lorsqu'il était venu la première fois au Lapin Bleu et s'était retrouvé nez à nez avec elle. Elle avait trouvé ça très comique en fin de compte.  

"Dis, ça n'a pas l'air d'aller ce matin, tu es malade?"  

"Mais non, pas du tout, je me souci d'avoir du travail, c'est tout" et en plus elle s'inquiétait pour lui!  

"Je viens juste de me lever, comment veux-tu que je sache si on a un message?"  

"Ah, ah, c'est vrai, oui!" Il se sentait de plus en plus gêné et ne voulait plus la regarder dans les yeux de peur qu'elle devine ses pensées. C'était stupide, comment pourrait-elle savoir qu'il avait rêvé d'elle et que c'était plutôt torride entre eux? Toujours est-il que là, c'était trop, il fini d'une traite sa tasse de café et s'empressa de quitter la cuisine sans rien ajouter de plus.  

Kaori se retrouva donc toute seule à prendre son petit déjeuner. "Ah, ça t'ennuie tant que ça de prendre le petit déjeuner en tête à tête avec moi? Ryo…" D'un air vide elle commença à manger en se demandant pourquoi il la fuyait autant. Ce matin, il ne restait pas grand chose de ses bonnes résolutions, elle se sentait découragée. Pourtant hier soir elle avait essayée de garder son calme et ça s'était révélé payant, il lui avait témoigné un minimum d'affection en la prenant sur ses genoux. Elle avait essayé de lui parler et il lui avait laissé bon espoir, mais là tout était redevenu normal, ce qui s'était passé hier soir n'était qu'une petite parenthèse, comme d'habitude. Elle ne se sentait pas d'attaque ce matin, il fallait qu'elle continue à lui faire comprendre qu'elle voulait changer les choses mais il était parti, la fuyant encore et toujours. Ils habitaient ensemble mais on ne peut pas dire qu'ils se voyaient souvent, lui, il était toujours dehors, ces derniers jours plus que jamais. "Comment je peux faire dans ces conditions?"  

 

Kaori passa la journée à se poser de nouveau des questions sur le comportement de Ryo, il avait littéralement disparu après le petit déjeuner et elle était certaine de ne pas le revoir avant ce soir, voir demain matin. Elle se sentait dans une impasse avec lui.  

Elle réfléchit toute la journée pour n'arriver à rien, elle soupira et se leva du canapé où elle regardait la télé pour aller se préparer. Elle arriva au Lapin Bleu où Miyuki l'accosta et remarqua toute de suite le manque d'enthousiasme de sa collègue.  

"Salut! …T'as pas l'air en forme Kaori. T'es pas malade au moins?"  

"Bonsoir Miyuki, ça va j'étais simplement perdue dans mes pensées"  

"Tu réfléchis trop! Aller viens on va se prendre un bon petit cocktail avant de bosser!"  

"D'accord…"  

Elles s'assirent au bar et sirotèrent tranquillement leur boissons.  

"Eh alors Kaori, tu finis ton boulot dans deux jours n'est-ce pas, t'en garderas de bons souvenirs ou pas?"  

"Oh oui bien sur. Je ne pensais pas que j'y arriverais mais au fond ça m'a beaucoup plus, même si…" elle s'arrêta  

"Si quoi? …..Kaori?"  

"Non rien, en fait je suis quand même contente d'arrêter, c'est fatiguant mine de rien!"  

"C'est vrai, oui. Tu vas pouvoir reprendre ton travail avec Ryo, il doit être content non?"  

"Mais je ne l'avais pas quitter, et puis je te l'ai déjà dit Ryo se fiche bien de ce que je fais"  

"Ah oui, j'avais plutôt l'impression que ça ne lui plaisait pas trop, il est quand même venu très souvent durant ces quelques semaines. Je pense qu'il était un peu inquiet de te voir faire ça, non?"  

"Ah (soupir) J'en sais trop rien, c'est bien ça le problème avec lui, pour savoir ce qu'il pense…"  

"C'est toi qui ne sais pas regarder"  

"Quoi? Qu'est-ce que tu veux dire?" Kaori n'appréciait guère la remarque de Miyuki, elle sous entendait qu'elle était idiote ou quoi?  

"Qu'il n'y a que pour toi que ça ne semble pas évident. Ça crève les yeux, il était inquiet que tu fasses ce job. Tous les soirs où il est venu il avait les yeux constamment posé sur toi. Quel ange gardien tu as ; tu n'avais pas remarqué?"  

"Euh, si…. mais il n'est pas venu si souvent que ça"  

"Je ne te comprends pas Kaori, qu'est-ce qui te gêne, je pensais que tu tenais à lui non? ça ne te fait pas plaisir de savoir ça?"  

"Si bien sûr mais je pense qu'il n'y a pas que ça. Il adore fréquenter les cabarets et celui là est nouveau alors il est venu plusieurs fois, c'est tout"  

"Pfff, toi vraiment tu aimes souffrir pour rien"  

"Sans doute…." son regard se perdit dans les différentes nuances colorées de son cocktail. Pourquoi diable tout le monde trouvait bon de se mêler de ses affaires?  

"Kaori, je ne voulais pas te faire de la peine en disant ça."elle fit une pause : "Parfois il faut se donner les moyens pour obtenir ce que l'on veut, si tu sais ce que tu veux alors fonce, si l'on attend trop on a des regrets après. C'est bête ce que je vais dire mais le temps qui passe ne se rattrape pas, c'est une évidence à laquelle on ne pense pas assez souvent"  

"Ouais c'est sur" répondit Kaori nonchalamment. Depuis quand Miyuki, vraie grippe-sous terre à terre, était-elle philosophe? Elle n'avait pas besoin d'entendre ce genres de choses, elle le savait trop bien.  

Elles finirent leur boissons en silence et se mirent au travail.  

Miyuki pensait que sa petite leçon de choses était passée à 3 km au dessus de la tête de Kaori et pourtant….  

Kaori n'arrêtait pas de repenser à ce qu'elle lui avait dit, c'était vrai, elle le savait déjà alors pourquoi ne faisait-elle rien? "Bon sang, je fais tout ça pour lui au fond, il ne faut pas que je m'arrête là, je dois lui parler et lui dire clairement que je veux passer le réveillon de Noël avec lui. Sinon je me serais donné beaucoup de mal pour rien" Elle essaya de se trouver à nouveau du courage pour continuer dans cette voie là.  

 

 

21 décembre  

 

Cette journée s'annonçait comme les autres, ni plus triste ni plus gaie, simplement pareil, encore….. Kaori n'arrivait pas à trouver un moment propice pour parler à son partenaire de ce fameux réveillon de Noël qu'elle souhaitait tant. Le seul moment où elle était sur de le voir c'était le matin lorsqu'elle allait le réveiller mais aujourd'hui, comme quelques fois depuis qu'elle travaillait au Lapin Bleu, Ryo s'était levé avant elle, n'ayant plus la patience de l'attendre comme tous les matins et puis son estomac criait trop famine. Il s'était donc fait son petit déjeuner tout seul et il était déjà parti (NdA : on se demande bien où d'ailleurs) quand Kaori se leva. Elle soupira une fois de plus, elle avait vraiment l'impression de vivre avec un courant d'air, on sent qu'il est là mais on ne le voit jamais, tant qu'à essayer de le saisir…. encore moins. C'était désespérant au plus haut point.  

Comme la veille elle passa la matinée à faire quelques courses, alla voir le tableau à message de la gare de Shinjuku et flâna une peu en ville. Son après midi se résuma à regarder la télé et lire un bouquin, passionnant en somme.  

 

 

Ryo flânait au hasard des rues depuis une bonne heure, il se sentait toujours autant dépassé par la situation ce qui était très rare et le dérangeait encore plus. Il n'allait pas tarder à péter les plombs si il continuait à voir Kaori travailler dans un cabaret. Même la nuit il en rêvait, il se sentait jaloux en fait, jaloux de tous ces types qui pouvait la regarder à loisir de 11h du soir jusqu'à 4h du mat dans une tenue plus que légère. Et lui, ça faisait plus de 7 ans qu'il vivait avec elle et il ne l'avait jamais vu comme ça, aussi sexy, adorable et incroyablement belle cependant tout ça ce n'était pas pour lui mais pour tous ces types qui ne pensaient qu'à boire en bonne compagnie. Dieu sait qu'il aurait aimé qu'elle s'habille comme ça pour lui et rien que pour lui, mais pourquoi ferait-elle une chose pareille, après tout il ne le méritait pas, mais alors vraiment pas, pas à sa façon de se comporter avec elle.  

Et pourtant elle lui avait avoué qu'elle en avait marre de leurs disputes incessantes ; si leur relation n'était plus basée sur des disputes sur quoi voulait-elle qu'elle repose? Sur quelque chose de plus stable, de plus honnête, de plus profond, sur leurs sentiments respectifs…… le pourrait-il? Quelques fois oui, quelques fois non….. et c'était bien ce qu'il lui laissait entendre : une fois oui, une fois non, re oui et re non ; allait-il finir par se décider un jour? quel égoïsme que d'agir ainsi mais paradoxalement il ne pensait qu'à son bonheur à elle et pas à lui, sans quoi le choix aurait été fait depuis longtemps : elle serait avec lui et point final. Mais sa préoccupation c'était sa vie à elle, il voulait qu'elle puisse avoir tout ce que n'importe quelle femme est en droit d'avoir, mais lui il ne pouvait lui donner, pas avec un métier comme le sien, si l'on peut appeler ça un métier…. Il ne pouvait pas non plus décider à sa place, il ne l'avait que trop fait dans le passé. C'était à elle de décider, de faire ses choix sans plus s'occuper de lui, ce qu'elle avait déjà commencé à faire d'ailleurs en travaillant dans ce cabaret. Il aurait du en être content mais ce n'était pas le cas, il n'aimait pas qu'elle lui cache des choses, il n'aimait pas la voir faire des choses dangereuses, il n'aimait pas la savoir seule dans ce cabaret avec tous ces types, il n'aimait pas qu'elle travaille la nuit, etc..etc… la liste pourrait être longue. Il ne s'en était pas rendu compte mais il était devenu très possessif et jaloux aussi ; ces derniers temps ces deux adjectifs le caractérisait particulièrement bien et il avait plus que du mal à l'admettre. Il se surpris à souhaiter qu'elle reprenne très vite ses habitudes et qu'elle s'occupe de lui comme elle le faisait avant ; parce qu'il faut bien dire qu'il se sentait franchement délaissé là!  

 

Heureusement que la situation dans laquelle il se trouvait n'était que provisoire, elle lui avait bien dit qu'elle finissait à Noël. Mais qu'avait-elle en tête en réalité? elle ne lui avait encore clairement rien dit sur ses intentions, elle voulait faire quoi avec l'argent qu'elle allait toucher? Lui faire un super cadeau de Noël? l'idée était tentante mais un peu naïve, elle lui en voulait sûrement encore pour la baston qu'il avait provoqué ce fameux soir où il avait découvert le Lapin Bleu. Il ne lui avait même pas demandé si elle lui avait pardonné ou non, ils n'en avaient pas reparlé. Décidément il y avait beaucoup de choses à éclaircir entre eux. Et si Kaori voulait essayer de désembrumer tout cela, il la suivrait ou du moins il n'irait pas contre comme toutes les autres fois où il avait fuit quand la situation devenait trop claire et que leurs sentiments apparaissaient au grand jour à l'un comme à l'autre.  

Voilà donc la conclusion à laquelle il avait abouti au bout d'une journée entière à errer dans les rues de Shinjuku sans but précis. Sa partenaire semblait tellement tourmentée lorsqu'elle lui avait dit qu'elle en avait assez de se disputer avec lui, qu'il n'aurait pas le cœur d'aller contre ses souhaits ; il se sentait aussi oppressé qu'elle au fond.  

 

Le soir venu  

 

Ryo était quand même rentré pour le dîner. Kaori entama la conversation :  

"Dis moi, qu'est-ce tu as fait de toute la journée dehors par un temps si froid?"  

"Oh rien, je me promenais à la recherche de jolies filles mais il fait trop froid je n'en ai pas trouvé une seule de bien" il lui disait ça avec un ton sérieux comme quelqu'un qui raconterait sa journée de travail à sa famille!  

"Ah, ah, ce n'est pas la bonne saison!!" Kaori ne pu s'empêcher de rire, pauvre Ryo, elle imaginait bien les déboires qu'il avait du essuyer avec le peu de filles qu'il avait du accoster!  

Mais Ryo ne réagit guère au rire moqueur de cet ange charmant qu'il avait en face de lui et qu'il aimait tant. En temps normal il aurait réagit aussitôt mais il continua de manger sans rien ajouter d'autre. Elle l'observa un moment et commençait à être sérieusement intriguée ; il avait l'air à des kilomètres d'ici et l'idée que quelqu'un veuille à nouveau la peau de City Hunter lui vint à l'esprit, quand il faisait cette tête c'était qu'il pensait au travail.  

Elle lui demanda de but en blanc :  

"City Hunter à des ennuis?…" Il la regarda un instant avec un air intrigué mais se rendit compte que sa question était légitime, il n'était pas encore sorti de ses réflexions de la journée et c'était rare qu'il se montre aussi renfrogné avec elle.  

"Non, pas à ce que je sache, pourquoi tu dis ça?"  

"Tu as l'air perdu dans tes pensées, et en général ce n'est pas bon signe, je commence à te connaître tu sais"  

"Tu te trompes, il n'y a rien. J'ai bien le droit de penser non?" et dieu sait qu'il n'arrêtait pas depuis ce matin!  

"Oui….." Kaori n'insista pas, il n'avait pas l'air de bon poil. Quelque chose le tracassait mais le message était clair : il n'avait pas envie de lui en parler!  

 

Devant tant de distance et de froideur elle ne réussit donc pas à lui faire part de son souhait. Le moment n'était visiblement pas bien choisit et elle était certaine d'essuyer un refus si elle lui sortait ça maintenant.  

 

 

22 décembre  

 

Kaori était d'humeur mélancolique ce matin, c'est que c'était son dernier jour au Lapin Bleu et qu'au fond ça allait lui manquer un peu. Cependant elle avait hâte de toucher sa paie et de pouvoir l'utiliser comme bon lui semblerait. Elle soupira. Elle imaginait déjà qu'elle allait passer un super réveillon seulement elle voulait le passer avec Ryo et elle ne lui avait encore rien demandé. Et si il refusait en disant qu'il préfère le passer dans des cabarets, Au Lapin Bleu justement comme elle n'y ait plus! C'était bien le genre à lui sortir ça!  

Elle ne savait pas du tout comment il réagirait si elle le lui demandait, ce qu'elle savait c'était qu'elle le prendrait mal et qu'elle serait à nouveau blessée s'il refusait sans plus de discours son invitation. Et s'il faisait ça elle lui dirait ses quatre vérités et s'en irait définitivement ; enfin c'était ce qu'elle disait mais elle ne le ferait sûrement pas. En revanche elle ne manquerait pas de l'asticoter tant qu'à son comportement envers elle plutôt ambiguë. Il pouvait lui répondre non ou l'envoyer balader, elle ne laisserait pas ça de là, il devra s'expliquer cette fois qu'il le veuille ou non et ne pourra pas se défiler.  

 

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de