Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: Flore

Status: Completa

Serie: City Hunter

 

Total: 11 capitoli

Pubblicato: 18-02-03

Ultimo aggiornamento: 17-01-04

 

Commenti: 25 reviews

» Scrivere una review

 

HumourRomance

 

Riassunto: Kaori qui est déprimée à l'approche de Noel, rencontre une de leur ex-cliente : Miyuki (la passeuse professionnelle de CH 30-31) qui exerce maintenant un métier de la nuit....

 

Disclaimer: Les personnages de City Hunter sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

How can I change my username?

 

I do not allow people to change their username on their own yet. Maybe later. So if you want to change your username, contact me and give me your old and new username with your password for authentification.

 

 

   Fanfiction :: Au Lapin Bleu

 

Capitolo 6 :: Tensions

Pubblicato: 20-02-03 - Ultimo aggiornamento: 20-02-03

Commenti: Chapitre le + long q j'ai fait : 8 pages! J'ai battu mon record là!

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


 

Mi-décembre  

 

Très vite, par l'intermédiaire de Mick, plusieurs personnes furent au courant de l'activité nocturne de la partenaire de Ryô. Ce fut donc tout d'abord avec Kazue puis Reika et Saeko que la nouvelle se propagea et en fin de compte, il ne restait plus que notre pauvre Ryô qui ne soupçonnait rien. Kaori attendait qu'il soit sortit pour aller au Lapin Bleu.  

 

Le soir 19h16, chambre de Ryô  

 

Dringgg ... "Voilà, voilà!" Ryô lâcha son magazine, se leva lentement de son lit où il était affalé et alla décrocher le téléphone. "Qui peut bien appeler directement sur le téléphone de ma chambre? ...uh, uh ... sans doute une jolie fille à qui j'ai laissé mon numéro personnel.", dit-il avec son air de pervers lubrique.  

"Ah, c'est toi.", répondit-il, son enthousiasme aussitôt envolé dès qu'il reconnut la voix à l'autre bout du fil.  

"Kazue n'est pas là ce soir, si on sortait s'amuser un peu?", lui proposa Mick d'un ton enjoué.  

"Ça fait longtemps oui, mais dis-moi, Kazue est au courant que tu t'amuses dès qu'elle a le dos tourné? Quel infidèle tu fais!" Il ne pouvait s'empêcher de taquiner son ami, tout comme il ne pouvait s'empêcher de taquiner sa partenaire. En fait, il adorait qu'on enrage après lui, c'était bête mais cela lui donnait l'impression de goûter pleinement à la vie.  

"Comment! Mais ça n'a rien à voir avec le fait d'être fidèle ou non! ...Et puis en quoi ça te regarde!?" Depuis qu'il vivait avec Kazue, Mick se montrait très discret et malgré qu'il habitait juste en face de chez Ryô, il ne le voyait plus souvent. De plus, celui-ci s'appliquait à la rééducation de ses mains, ce qui lui prenait beaucoup de temps.  

"Uh, uh ... mais si tu fais de la peine à Kazue, je me ferais un plaisir de la consoler et elle tombera sous mon charme ...hi, hi ..."  

" .....tu rêves ....."  

 

Le même soir 20 h23, dans le salon  

 

"Ryô! J'ai fait du thé." dit Kaori en entrant dans le salon, un plateau à la main où étaient posées deux tasses fumantes de thé vert. Ryô, qui était en train d'enfiler sa veste, passa devant elle en disant "Désolé, j'y vais, j'ai un rendez-vous!"  

Kaori le regarda l'air soupçonneuse: "Dis, il est pas encore un peu tôt pour emmener une fille à l'hôtel?"  

"Eh, c'est quoi cette ironie? T'as tout faux! Ce soir, je suis invité par un vieil ami (Mick: "Eh, j'ai pas dit que je t'invitais!"), ça ne se refuse pas." Sur ce, il sortit de la pièce en lui lançant un sourire amusé, voyant qu'elle ne le croyait pas alors que pour une fois c'était vrai! Kaori se contenta de soupirer.  

 

Toujours le même soir 22h47  

 

Mick et Ryô arrivèrent rapidement à l'entrée du quartier du Kabukichô.  

"Hey, alors par quoi on commence?", dit Mick  

"Eh bien par le début! Celui-là est très bien.", répondit Ryô en indiquant un cabaret au début de la rue.  

"Good! Let's go!", approuva Mick.  

Les filles sur le pas de la porte du cabaret reconnurent Ryô et eurent vite fait d'accourir vers lui.  

"Oh! Ryô, tu viens nous voir ce soir?"  

"Ouais mes mignonnes, ce soir je suis à vous!"  

"Hyaa! génial!" Elles le prirent par le bras et l'entraînèrent à l'intérieur.  

"Eh là! Attendez! et moi alors."  

"Dépêches Mick, qu'est-ce que tu fais?", lui lança Ryô avec son sourire de pervers. Il savait que Mick n'aurait aucun mal à trouver de la bonne compagnie pour ce soir, il ne prit donc pas la peine de le présenter aux jolies serveuses qu'il connaissait.  

Ils s'amusèrent ainsi une bonne partie de la nuit, s'échangeant des avis sur telles ou telles jolies filles. Ils venaient de quitter leur troisième cabaret et ils avaient déjà tous deux bien bu, mais n'étaient pas encore fin saoul. L'air froid du dehors leur fit du bien et les aidèrent à retrouver un peu de lucidité. Ils poursuivirent leur chemin jusqu'au cabaret suivant, c'est-à-dire quelques dizaines de mètres plus loin lorsque le regard de Ryô fut attiré par une lumière bleue clignotante.  

"Hey, c'est quoi ça?". Mick, ne regardant pas, avait déjà repéré un autre bon endroit.  

"Ryô, amènes-toi, celui-là est bien pour finir la soirée, j'y suis déjà allé."  

Ryô, qui ne l'écoutait pas non plus (quelle conversation de sourds!), commença à se diriger vers l'objet de sa curiosité.  

"Eh Mick! Regardse, c'est nouveau ça, non? Uh ... uh ... un nouveau cabaret, quelle bonne surprise!"  

Mick décida enfin de se tourner de l'autre côté de la rue, où était Ryô. Il s'approcha et ils restèrent tous deux à contempler cette enseigne tape à l'oeil qui illuminait de bleu une partie de la rue.  

"Au Lapin Bleu ... très alléchant ...", marmonna Ryô pour lui-même.  

Mick se raidit lorsque Ryô prononça le nom du cabaret. Son pauvre cerveau embrumé d'alcool venait tout juste de faire le rapprochement. Il ne s'était pas du tout rendu compte qu'ils se trouvaient quasiment au bout de la rue, c'est-à-dire là où était précisément le Lapin Bleu. Il se rappela la promesse qu'il avait faite à Kaori.  

Ryô s'apprêtait déjà à rentrer lorsque Mick essaya d'intervenir.  

"Hey, attends Ryô, l'autre est sans doute mieux tu sais, on essayera celui-là une autre fois, ça nous fera une bonne occasion."  

"Quoi ! T'as pas envie de voir de nouvelles jolies filles?! T'es malade ou quoi?"  

"Mais peut-être qu'elles ne sont pas si bien que ça, à l'autre au moins on les connaît, on va finir la soirée en beauté (NdA: avec des beautés serait plus juste: ) ). Allez viens!"  

Mais, il n'y avait rien à faire, Ryô était déjà décidé.  

"Moi j'veux l'essayer ce soir et si c'est pas bien, on se tire et puis voilà". Sur ce, il entra Au Lapin Bleu. Mick le suivit avec appréhension. Si jamais, ils tombaient sur Kaori ...... ah, il ne voulait même pas imaginer!  

 

 

Au Lapin Bleu 0 h45  

 

Une charmante hôtesse habillée en petit lapin les invita à entrer et les mit à une table dans la première salle. Discrètement, Mick scruta des yeux la salle du cabaret, Kaori n'était pas en vue. "Peut- être que c'est son jour de congé aujourd'hui." Soulagé, il se détendit un peu.  

Ryô, quant à lui, observait une à une toutes les filles qui passaient.  

"Ouh ... celle-là est canon, tiens, elle a les cheveux courts, comme Kaori.", pensa-t-il. En fait, le genre garçon manqué lui plaisait beaucoup (NdA: là j'extrapole peut-être un peu sur les goûts perso de Ryô!).  

Il la suivit un moment du regard, la voyant toujours de dos puisqu'elle servait dans la seconde salle en face. Son regard vagabondait maintenant sur d'autres filles.  

Enfin, deux serveuses acceptent de tenir compagnie à Ryô et Mick.  

"Bonsoir! Moi, c'est Yoko!"  

"Eh moi, Sonoko, on peut s'asseoir?"  

"Oh mais avec plaisir!!" Mick s'empresse de faire asseoir Yoko tandis que Ryô se jette sur Sonoko. La soirée s'écoule tranquillement, Mick et Ryô continuant à boire et plaisantant pour faire rire les filles.  

Le regard de Ryô est à nouveau attiré par la jeune femme aux cheveux courts, mais celle-ci est maintenant de profil et se rapproche. Il commence alors à distinguer son visage. D'un seul coup, Ryô se met à tousser bruyamment, ayant avalé de travers sa boisson. Sonoko le tapote dans le dos pour faire passer. Ryô reste les yeux fixés sur quelque chose puis demande à Mick de façon presque convulsive: "Mick, dis-moi ce que tu vois là-bas près du bar."  

Etait-il en train de rêver? Etait-ce un de ses fantasmes? Il était victime d'hallucinations parce qu'il avait trop bu? Il n'aurait su le dire, c'est pourquoi il venait de poser cette étrange question à Mick.  

"Hein, là-bas?", répondit ce dernier en se retournant machinalement, puis il se raidit, paniqué en émettant un "Aah ..."  

Ryô l'observa un peu surpris, n'obtenant pas de réponse de son ami, il insista:  

"Est-ce que tu vois ce que je vois?"  

"Quoi, la fille qui sert au bar est canon, hein?"  

"Non ... celle qui est devant, avec le plateau…"  

"Elle est canon aussi.", répondit Mick en ricanant, ne sachant plus quoi dire.  

Ryô s'en rendit compte. Mick avait visiblement l'intention de jouer à l'idiot. Puis se tournant vers Sonoko: "Comment elle s'appelle la fille aux cheveux courts, là-bas devant le bar?", il précisa bien sa question pour qu'il n'y est aucune ambiguïté possible.  

"Ah, elle te plaît, mais elle est un peu farouche tu sais, elle vient juste d'arriver et ..."  

Ryô qui commençait à s'impatienter et qui était vraiment persuadé d'être victime d'un de ses fantasmes l'interrompit: "Son nom!!"  

"Kaori ... je crois, c'est ça hein Yoko?" "Oui c'est bien Kaori."  

Ryô devint livide, il cligna des yeux puis continua à la suivre du regard.  

Mick, lui, se faisait tout petit et se taisait.  

Ryô resta hébété un moment, restant silencieux puis dans un murmure:  

"Non ... Kaori ... c'est pas possible .... pas ici .... non ...."  

Sonoko voyant l'air étrange de Ryô lui demanda: "Tu veux que je lui demande de venir?"  

"Non!!" intervint Mick instinctivement.  

Ryô le regarda étonné, intrigué par cette réponse un peu trop hâtive.  

"Tu la connais Mick?", lui demanda Sonoko.  

"Non!"  

"Bon alors, je lui fais signe de venir.", d'un geste de la main Sonoko appela sa collègue.  

"Eh Kaori, tu peux venir une minute?"  

Kaori arriva rapidement sans avoir remarqué les deux hommes à la table de Sonoko.  

"Kaori, je te présente Mick et Ryô, ils voulaient ...."  

Un cri de stupeur de la part de Kaori l'interrompit. Ryô l'avait regardé s'approcher et avait maintenant les yeux dans les siens. Tandis que Ryô pâlissait, Kaori virait au rouge tomate.  

"Kaori ... que ....que ...que ...." Ryô ne trouvait pas ses mots.  

"Ben qu'est-ce qu'il y a, vous vous connaissez tous les deux?", demanda Sonoko  

Kaori bégueilla un "oui" à peine audible.  

"Bon, vous devez avoir envie de discuter, je te laisse ma place Kaori". Sonoko se leva, obligeant Ryô à se lever par la même occasion puis fila, trouvant l'atmosphère curieusement oppressante. Yoko fit de même.  

Ryô se rassit, regardant désespérément sa partenaire les yeux remplis de questions. Celle-ci étant toujours debout à le fixer de la même façon.  

Mick prit la parole histoire de dédramatiser la situation: "Eh Kaori, comment ça va?"  

Mais, Kaori était toujours absorbée par les yeux de Ryô, attendant de lui une quelconque réaction. Ryô regarda alors Mick en disant "Dis donc toi, t'as pas l'air surpris de la trouver là, qu'est-ce que ça veut dire?"  

"Ça ... mais ce n'est pas à moi de te le dire." Sur ce, il se leva laissant sa place à Kaori.  

"A plus tard vous deux." Il alla s'installer au bar, préférant fuir avant la tempête.  

Kaori était toujours aussi embarrassée, cependant elle s'assit en face de Ryô, elle devait tout de même lui fournir une explication.  

Cette fois-ci elle baissa la tête n'osant plus croiser son regard.  

"Quelle surprise .... je ne pensais pas te voir ici.", dit-elle simplement.  

Ryô la fixa éberlué: "C'est tout ce que tu trouves à dire Kaori!"  

Elle sursauta. "Ah mais ne râles pas comme ça, s'il te plait"  

"Je ne râle pas mais vas-tu enfin m'expliquer ce que ça veut dire tout ça."  

"Ben, ça se voit pas ... euh .... je travaille ici, c'est tout."  

"TRAVAILLE!!? Mais ça va pas non, tu t'es regardée comme ça! Mais ... mais ... t'as perdu la tête ma parole!!"  

"Mais non voyons, je sais ce que je fais.", répondit Kaori de plus en plus embarrassée.  

Ryô ne pouvait y croire, ses yeux restaient fixés sur la tenue de sa partenaire qu'il trouvait vraiment trop indécente même s'il ne pouvait s'empêcher d'admirer son joli décolleté.  

"Bon .... eh bien .... Ryô, je te souhaite une bonne soirée. Il va falloir que je retourne travailler maintenant. A plus tard." Kaori se leva et retourna prendre son service. Elle n'avait pas envie de rester davantage avec lui, cela la gênait et elle n'avait plus aucun arguments à lui fournir.  

Ryô ne trouva rien à dire de plus. Apparemment, elle trouvait ça normal alors que pour lui c'était tout bonnement inimaginable. "Kaori travaille dans un ca-ba-ret.", se répétait-il dans sa tête. "Je suis en plein cauchemar, c'est pas possible."  

Il continua à ruminer tout ça dans sa tête un bon moment.  

 

Kaori arriva au bar près de Mick.  

"Alors, il n'a pas fait une crise cardiaque?", lui dit-il en riant.  

Kaori le fusilla du regard. "Pourquoi tu l'as amené ici, Mick?"  

"Hein! Mais je ne l'ai pas amené ici, c'est lui qui a insisté, j'ai pas pu faire autrement, je t'assure!"  

"Tu peux dire ce que tu veux, de toute façon je ne te crois pas.", puis elle se dirigea dans la salle où elle servait précédemment.  

Mick retourna finalement près de Ryô, leur confrontation s'était bien passée en fin de compte.  

 

Ryô avait les yeux dans le vague et ne se rendit même pas compte de la présence de son ami.  

"Eh Ryô ça va?"  

"Hein", lui répondit-il l'air hagard.  

"Eh remets-toi, c'est pas la fin du monde.", dit-il l'air enjoué  

"Tu le savais n'est-ce pas, qu'elle travaillait ici?"  

"Ah, et bien, oui. Par hasard je suis venu ici l'autre jour et je suis tombé sur elle, voilà."  

Ryô l'observa mécontent: "Et pourquoi tu ne me l'as pas dit?!"  

"Je lui avais promis de rien te dire, désolé."  

(NdA: pauvre Mick, il a pas le bon rôle dans cette histoire!)  

"Non mais je rêve là, c'est pas possible, mais qu'est-ce qui lui est passé par la tête à la fin.", marmonna Ryô pour lui-même.  

Ils restèrent au Lapin Bleu le reste de la soirée, discutant de chose et d'autre, Mick essayant de défendre la cause de Kaori auprès de Ryô. Mais Ryô paraissait de plus en plus excédé par le petit jeu de Mick et par l'indifférence totale que lui témoignait Kaori. Elle aurait tout de même pu lui fournir une explication autre que "je travaille ici". "Oui et alors, j'suis bien avancé avec ça", se dit Ryô. D'ailleurs, ce n'était même pas une explication ça! Comment peut-elle ne pas être gênée en étant dans cette tenue devant des hommes qu'elle ne connaît même pas. "Et tous ces types, ils avaient vraiment besoin de la regarder de cette façon. Bande de maniaques!", pensa-t-il.  

Mick ne disait rien, constatant que ça cogitait dur dans la pauvre tête de Ryô.  

 

Une demi-heure plus tard  

 

"Ça suffit maintenant!"  

Ryô se leva d'un coup, se dirigeant vers le type qui embêtait Kaori.  

Mick se dit à lui-même: "Ouh là, ça va tourner au vinaigre cette fois." et il avait raison .....  

 

Ryô s'approcha du type et de Kaori: "Désolé mais cette fille est avec moi pour ce soir." Tout en disant ça il passa un bras autour de la taille de Kaori.  

Cette dernière, surprise, ne trouva rien à dire ou à faire "Mais qu'est-ce qu'il lui prend à la fin? Ce type n'allait rien lui faire et elle s'apprêtait à s'en débarrasser alors de quoi il se mêlait?" pensa-t-elle.  

Le type n'appréciant pas l'intervention de Ryô réagit: "Alors ma belle, tu préfères rester avec moi ou aller avec ce taré?"  

"Ni l'un ni l'autre.", répliqua Kaori, puis à l'intention de Ryô: "Lâches-moi!"  

"Non, toi j'ai deux mots à te dire!", lui répondit-il d'un ton ferme sans la lâcher.  

"T'es sourd! Elle t'a dit de la lâcher", intervint le type tout en se levant.  

"Ta gueule toi!", puis se tournant vers Kaori "Toi tu viens avec moi!"  

"Pour qui tu te prends, le rigolo?" Le type semblait franchement énervé mais Ryô l'était sans doute encore plus. Il s'avança vers Ryô l'air menaçant. Mais il n'eut pas le temps d'aller plus loin. Ryô lâcha Kaori et envoya son poing dans la figure au type.  

"C'est clair comme ça!!", dit Ryô  

Le type tomba à la renverse. "Ryô!! Ça va pas non!!", l'engueula Kaori. Le type se remit debout et se jeta sur Ryô.  

Ryô, qui était saoul et qui ne parvenait plus du tout à se maîtriser, lui asséna un nouveau coup de poing qui fit valser l'autre au travers de la table. Des cris de stupeur commençaient à s'élever des quatre coins de la salle.  

Kaori resta un instant médusée, "mais qu'est-ce qui était en train de se passer là?"  

Elle regarda le type qui était KO par terre au milieu des débris de bois de la table puis Ryô. Elle se mit en face de lui pour essayer de la calmer.  

Il la regarda à son tour, les sourcils froncés, visiblement très irrité.  

Kaori lui dit: "Mais qu'est-ce qui te prend à la fin! Tu peux pas faire ça ailleurs, je risque ma place, moi! Abruti!"  

Voyant qu'il était saoul, elle lui envoya non pas une gifle mais un marron. Ryô, qui ne s'y attendait pas, se le prit en pleine figure. Mick qui observait la scène depuis le début avait presque envie d'éclater de rire car la situation était vraiment en train de dégénérer. Cependant, il se garda bien d'intervenir de peur de se prendre un marron de la part du type, de Ryô, voire même de Kaori.  

Ryô, hébété, regarda Kaori en mettant la main sur sa joue "la vache, elle frappait fort quand elle s'y mettait!"  

"Ça suffit, suis-moi.", dit-elle d'un ton froid en prenant Ryô par le bras et en l'entraînant dans les vestiaires.  

Miyuki qui était venue à la rescousse, aida le type à se relever en lui disant qu'il valait mieux qu'il s'en aille, ce qu'il fit sans demander son reste.  

 

"Tu vas me dire ce qui t'as pris à la fin?", demanda Kaori à Ryô.  

"Eh toi alors, qu'est-ce que ça veut dire tout ça? Depuis quand est-ce que tu travailles dans ce genre d'endroit?"  

"Depuis 2 semaines. De toute façon, ça ne te regarde pas, je n'ai pas de compte à te rendre!" Kaori était vraiment énervé après lui. Qu'est-ce que c'était que ce comportement? Pour qui se prenait-il donc? Il était toujours indifférent avec elle alors qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire?  

"T'as raison, si ça t'amuse de prendre du bon temps avec des types comme ça et accessoirement de servir un verre ou deux, ça te regarde!"  

"Quoi! Qu'est-ce que t'insinues là?"  

"Qu'on ne peut pas appeler ça un travail. Les filles qui font ça le font parce que ça les amuse ou bien parce qu'elles le sont obligés. Personne t'oblige toi ..."  

BANG. Elle le gifla à peine il eut fini sa phrase.  

"Comment tu peux dire ça!", dit-elle d'un ton méprisant  

Il se ravisa: "Pardon."  

"Je peux savoir pour quelle raison tu fais ça?", lui redemanda-t-il d'une voix plus douce. Il essayait désespérément de comprendre mais il n'y parvenait pas. Il avait vraiment l'impression d'être en plein cauchemar.  

"Pour arrondir mes fins de mois, comme on n'a pas de boulot."  

Il eut un rire sarcastique. "Ben voyons, t'en que tu y es, t'as qu'à faire le trottoir, ça te rapportera plus puisque apparemment t'es plus à ça près!"  

BANG deuxième baffe, encore plus forte que la première.  

Elle commençait à sentir les larmes couler sur ses joues. Là il allait vraiment trop loin, elle ne pouvait en entendre davantage.  

"Fiches le camp Ryô ..." Elle avait les poings serrés et était prête à le frapper une nouvelle fois s'il ne disparaissait pas de sa vue immédiatement.  

"Ouais, c'est ça, bonsoir. Pff. Idiote.", marmonna-t-il en partant avant qu'elle ne put lui flanquer une troisième baffe.  

Kaori continuait de pleurer. "Ryô, pourquoi tu me dis tout ça, c'est vraiment ce que tu penses de moi?" Elle éclata en sanglots.  

 

Mick, qui avait tout entendu (NdA: c'est pas bien d'écouter aux portes, Mick!), vit Ryô sortir de la pièce l'air encore plus énervé. Il passa devant Mick sans rien dire et se dirigea vers la sortie du cabaret.  

"Eh Ryô! Attends!"  

"Je rentre."  

"Moi aussi, attends-moi Ryô!"  

 

Quelque part dans Shinjuku 2h36  

 

Tout le long du chemin ils ne parlèrent pas. Mick finit enfin par rompre le silence:  

"Qu'est-ce qui t'arrive à la fin Ryô?"  

"Ah! Tu vas pas t'y mettre aussi! C'est pas moi qu'a un problème, c'est elle!"  

"Pourquoi? Tu lui reproches quoi au juste?"  

"Ce que je lui reproche?! Mais rien! Simplement elle fait n'importe quoi, elle ne se rend même pas compte que c'est dangereux ce genre d'endroit. Elle aime vraiment se mettre en danger toute seule!"  

Il était tellement énervé contre elle, il lui en voulait. Comment pourrait-il prendre soin d'elle si elle se comportait de cette façon et en plus en lui mentant? C'était suffisamment difficile comme ça, si elle provoquait le danger de la sorte, il finirait forcément par lui arriver quelque chose et il ne pourrait répondre de sa protection. Cela le rendait dingue.  

"C'est plus une gamine quand même, t'exagères."  

"Alors toi tu trouves ça bien!!"  

"Mais non j'ai pas dis ça ..."  

"Tu dirais quoi si un soir tu tombais sur Kazue en train de jouer les serveuses dans un cabaret?"  

Mick fut surpris de la comparaison qu'était en train d'établir Ryô. Etait-il en train de reconnaître, inconsciemment sans doute, que sa relation avec Kaori était comme la sienne avec Kazue?  

"J'vois pas le rapport, Kazue est avec moi et je ne la laisserais pas faire ça. Mais Kaori, elle, est libre et personne n'a le droit de l'empêcher de faire ce qu'elle veut." Mick savait que ce qu'il disait était vrai, en apparence seulement, et il aurait suffit que l'un et l'autre soient plus honnêtes pour que leur situation soit radicalement différente de celle qui était la leur aujourd'hui.  

"Ah ouais ... Eh bien j'vais l'prendre moi le droit, et ça va pas tarder!!"  

"On est arrivé. Allez, salut Ryô"  

"Ouais ...ouais ...", ronchonna Ryô.  

Il monta droit dans sa chambre, s'endormit tout habillé sur son lit.  

 

Kaori eu beaucoup de mal à finir la soirée sans pleurer. Ce que lui avait dit Ryô l'avait terriblement blessée, à vrai dire il n'aurait pas pu la blesser davantage. Enfin elle rentra chez elle. Elle s'arrêta en passant devant la chambre de Ryô, elle l'entendait ronfler. Elle ne pouvait plus retenir ses larmes, elle alla jusqu'à sa chambre et pleura une bonne partie du reste de la nuit.  

 

Le lendemain  

 

Elle se réveilla au matin les yeux gonflés et rouges, ça la brûlait encore. Elle se leva difficilement se matin là contrairement à son habitude. Après avoir pris une bonne douche, elle descendit à la cuisine préparer le petit déjeuner. Elle prit le sien rapidement et n'alla pas réveiller Ryô. Elle lui laissa un mot sur la table comme quoi elle était partie faire des courses et que son repas était dans le frigo. C'était évidemment une fausse excuse, elle n'avait tout simplement pas envie de le voir ce matin.  

 

Ryô se réveilla lui aussi difficilement. Il avait trop bu hier soir et avait mal au crâne. Il toucha sa joue droite et sa mâchoire qui lui était encore légèrement douloureuse.  

Il resta un bon moment sous la douche pour s'éclaircir les idées. Il n'avait que de vagues souvenirs de ce qui s'était passé hier soir. Bien sûr il se souvenait de Kaori dans ce cabaret, de la surprise qu'il avait eu à la trouver là, et aussi de sa tenue ... ah, comment aurait-il pu l'oublier? Tout à la fois, il adorait et il détestait. Bien sûr qu'elle était très sexy comme ça mais ça le dérangeait de savoir qu'il ne devait pas être le seul à penser ça et que tout ces types bavaient littéralement en la regardant.  

Il se rappela également une bagarre et l'air fâchée de sa partenaire mais ça s'arrêtait là. Il descendit à la cuisine, étonné de ne pas y trouver Kaori. Il lut son message et prit son petit déjeuner. Il se dirigea ensuite vers le salon où il décida de faire l'entretien de son arme.  

 

Quelques minutes plus tard, quelqu'un sonna à la porte. C'était Mick qui venait voir comment Ryô se sentait après cette soirée épique. Ryô se contenta de se plaindre de son mal de tête.  

"Tu te souviens de ce qui c'est passé au moins?" lui demanda Mick d'un air soupçonneux  

"Oui ... en gros. J'ai fichu un sacré bazar dans le cabaret où travaille Kaori, non?"  

"En effet. Mais ça encore c'est rien."  

"Hein?"  

"Quoi, tu ne te rappelles pas ce que tu as dit à Kaori?"  

"Ben ... non. J'ai dit quoi?"  

"Tu lui as dit des horreurs. Elle n'était pas fâchée contre toi ce matin?"  

"J' l'ai pas encore vu ce matin, elle est sortie lorsque je dormais encore."  

"Eh bien tu peux t'attendre à ce qu'elle t'en veuille, et pas qu'un peu ...."  

"Bon, dis-moi ce qui s'est passé.", demanda Ryô, un peu excédé par la façon dont son ami tournait autour du pot.  

"Rien, à part que tu lui as fait une belle crise de jalousie hier soir ..."  

"Quoi??"  

"Tu t'es quand même jeté sur un type qui ne lui faisait rien de mal, même s'il la draguait."  

Ryô sentit son mal de tête empiré tout d'un coup.  

"Racontes Mick."  

Mick s'exécuta. Il remarqua que Ryô était de plus en plus abasourdi par ce qu'il lui disait.  

Ryô resta silencieux une fois que Mick eu fini.  

Comment avait-il pu dire ça? Il était saoul, certes, mais ce n'était pas la première fois qu'il buvait un peu trop et jamais il n'avait insulté sa partenaire de cette façon. Qu'est-ce qui s'était passé dans sa tête hier soir pour qu'il en arrive à lui parler comme ça? Cela ne lui ressemblait pas du tout. Comment allait-il pouvoir s'excuser maintenant?  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de