Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: belo

Beta-reader(s): Cdm98, Nanou

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 20 capitoli

Pubblicato: 02-10-04

Ultimo aggiornamento: 22-03-08

 

Commenti: 224 reviews

» Scrivere una review

 

GeneralDrame

 

Riassunto: Je vais tenter de relever le défi de Kelly, qui propose une situation dramatique et douloureuse pour CH.

 

Disclaimer: Les personnages de "Traumatisme" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

I forgot my password

 

You just have to contact me by email and give me your login. You have to use the email address you gave me when you signed up.

 

 

   Fanfiction :: Traumatisme

 

Capitolo 3 :: ...

Pubblicato: 18-10-04 - Ultimo aggiornamento: 26-05-07

Commenti: Bonsoir à tous et merci pour vos revieuws qui me touchent beaucoup. Je tiens à dédier ce chapitre à une personne qui se reconnaitra. Je sais que tu souffres en ce moment et que rien n'apaisera ton chagrin mais sache que je suis là pour toi ma puce de moi. Life m'a dit un jour, "internet est magique parce qu'il efface les distances et que toutes les personnes se rencontrent et finissent par oublier les km qui les séparent" (merci Life). J'aimerai être physiquement présente pour toi ma chérie de moi mais ce n'est pas le cas, je partage ta peine et j'esperes que tout s'arrangera en attendant, je suis avec toi virtuellement. Tient bon ma K2M, tout ira bien tu verra, apres les nuages, le soleil. Prends soin de toi

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20


 

Ryo s’allongea sur son lit. Ses pensées étaient toujours tournées vers sa partenaire.  

 

« Oh Kaori, que vais-je faire ? »  

 

En fait, Ryo était perturbé par l’attitude de la jeune femme mais lorsque la porte de sa chambre s’entrouvrit, il attrapa son arme, aussi agile qu’un félin.  

 

A présent, le réveil affichait 3 h du matin.  

 

« Ryo ? » murmura Akane.  

 

« Que faites-vous dans ma chambre ? »  

 

« J’ai peur de dormir toute seule. Je peux rester avec vous ? »  

 

La jeune femme était à peine vêtue. Elle portait une petite nuisette noire qui ne cachait rien de ses formes ni de son intimité.  

 

Ryo s’allongea de nouveau sur son lit.  

 

« Allez dormir avec Kaori. Ca sera beaucoup plus sage pour vous et plus pratique pour moi »  

 

Une nouvelle fois rejetée, la jeune femme, furieuse, quitta la chambre non sans avoir claqué la porte ce qui fit vibré tout le bâtiment.  

 

Kaori dormait profondément lorsque la porte claqua, la faisant se redresser comme un soldat au garde à vous.  

 

Remettant peu à peu de l’ordre dans son esprit, elle se mit alors debout, alluma la lumière et se dirigea vers la porte pour allez voir ce qui se passait dans l’appartement.  

 

Elle posa sa main sur la poignée de la porte, puis complètement réveillée, stoppa son geste.  

 

« Et si c’était un tueur ? »  

 

Alors sans plus attendre, Kaori revint vers son lit et éteignit la lumière, son cœur battant à une vive allure.  

 

Doucement, elle se remit en marche vers la porte qu’elle ouvrit avec prudence.  

 

« Personne... »  

 

Elle se faufila dans le couloir telle un félin et , connaissant l’appartement par cœur, elle n’eut aucun mal à s’orienter et à rejoindre la chambre de son partenaire.  

 

Ryo était étendu sur son lit. Son ouie fine lui permettait d’entendre son associée se déplacée avec grâce et légèreté.  

 

« Elle a tout gagné cette idiote ! Elle a réveillé Kaori »  

 

Il fixa un point imaginaire sur la porte et, après quelques secondes, il se mit à sourire. La poignée se tourna légèrement et doucement.  

 

« Ryo ? »  

 

« Oui »  

 

« Tu dors ? »  

 

« Non, je ne dors pas. Entre ! »  

 

Kaori pénétra aussitôt dans la pièce. Son cœur était à présent apaisé : Ryo était dans sa chambre et il était en sécurité.  

 

« Elle t’a réveillée ? Je suis désolé, Kaori. »  

 

« Qu’est-ce qui s’est passé ? Et ne me dit pas que tu as profité que je dorme pour rendre une visite nocturne à notre cliente ??? »  

 

Kaori était à présent bien réveillée et, une massue en main, attendait la réponse de son partenaire.  

 

« Mais non ! Je te jure Kaori que j’ai pas quitté ma chambre ! C’est elle qui est venue me voir ! »  

 

Ryo s’était redressé et pour éviter la fureur de la jeune femme, s’était délibérément mis de l’autre coté de son lit.  

 

« C’est elle qui est venue ??? Tu me prends pour une idiote ? »  

 

« Non, Kaori ! D’ailleurs, qu’est-ce que tu fais dans ma chambre à 3 heures du matin ? Ne me dit pas que toi aussi tu es venue pour une visite nocturne ??? »  

 

A ces mots, Kaori lâcha sa massue. Son corps était en ébullition, ses joues s’empourprèrent, la gêne prenant ainsi le dessus sur la colère.  

 

« Mais non !!! Qu’est ce que tu vas imaginer ? Je pensais que tu… »  

 

S’amusant de la tournure que prenait la discussion Ryo interrompit sa partenaire.  

 

« Alors pour te faire pardonner de m’avoir rendu une visite nocturne, tu vas me laisser tranquille toute la nuit avec notre belle et douce cliente » la bave dégoulinant de sa bouche, il n’eut pas le loisir de s’imaginer avec la belle jeune femme qu’une massue vint s’écraser sur sa tête.  

 

« Espèce de malade, tu ne penses qu’à ça !!! »  

 

« Mais… »  

 

« Tais-toi !! Je veux plus rien entendre et moi qui pensais que tu étais en danger… »  

 

Kaori, en colère, envoya une massue embrasser son partenaire, et sortit de la chambre en claquant une nouvelle fois la porte qui tomba lourdement sur le sol. Kaori avait eu la main lourde cette fois-ci.  

 

Ryo, encastré dans le mur, attendit que la jeune femme sorte de la pièce et se dégagea sans mal.  

 

« Quel idiot ! Une visite nocturne ?!! Moi ?!! Mais il est malade !! »  

 

Les pas de Kaori n’étaient plus gracieux et léger et, à son passage, les murs tremblèrent sous ses démarche lourde. En fait, elle retourna dans sa chambre dans l’espoir de pourvoir dormir un peu.  

 

La jeune femme reprit place entre ses draps, gênée par les propos de son partenaire et énervée par ses allusions. Elle resta dans son lit à tourner, ne trouvant pas la position idéale pour s’endormir.  

 

« Allez, ça ne sert à rien que je reste là, mieux vaut que je m’occupe en attendant que le sommeil revienne. »  

 

Sur ce, Kaori se releva et descendit au salon pour astiquer ses meubles pourtant étincelants.  

 

Ryo n’arrivait pas à trouver le sommeil non plus. Sa cliente avait vraiment une aura dérangeante. Ce n’était pas une professionnelle mais son instinct qui ne le trompait jamais lui dictait de se méfier d’Akane.  

 

Entendant sa partenaire descendre, il se décida à la rejoindre pour voir ce qu’elle pouvait bien faire debout, à 3 h 30 du matin.  

 

Arrivé aux escaliers, il vit sa coéquipière transformée en Mary Poppins, astiquant dans un coin, revenant dans un autre. On aurait dit qu’elle dansait sur une mélodie qu’elle seule entendait.  

 

« Kaori ? »  

 

Cette dernière sursauta et se tourna vers la voix qui venait de la couper dans son élan.  

 

« Ryo ? Qu’est-ce que tu fais debout ? »  

 

« Tu fais trop de bruit ! Et puis je pourrai te retourner la question... Qu’est-ce que tu fais debout à 4 heures du matin ? C’est pas une heure pour faire le ménage. Ma pauvre Kaori, t’es vraiment irrécupérable !! »  

 

« Quoi ? »  

 

« C’est pas méchant, mais le ménage n’est pas la seule chose que tu saches faire alors arrête de faire comme si ta vie en dépendait et retourne te coucher. »  

 

« Mais… »  

 

« Pas de mais, partenaire ! »  

 

Honteuse d’avoir était prise sur le fait, Kaori posa son chiffon et retira son tablier, ses joues légèrement teintées et ses yeux fixant le sol.  

 

« Tu n’as pas réussi à te rendormir, c’est ça ? »  

 

Se rendant compte de ses paroles un peu sèche, Ryo tenta de la rassurer.  

 

« Allez, une bonne tisane nous fera du bien »  

 

« Tu as raison Ryo, attends je vais… »  

 

« Non, laisse ! Tu as assez fait de bruit comme ça ! Je vais m’en occuper »  

 

Ryo descendit les marches et, tout en passant devant Kaori, posa sur elle un regard plein de tendresse.  

 

Mais le jeune femme détourna aussitôt les yeux, ne voulant pas qu’il voit le trouble qu’il venait de laisser dans son esprit.  

 

Ryo pénétra donc dans la cuisine tandis que Kaori alluma la télévision pour voir s’il n’y avait pas un programme intéressant en cette heure avancée de la nuit.  

 

« Tiens Casablanca, c’est un beau film »  

 

Kaori prit donc le film déjà bien entamée et s’allongea sur le canapé pour être plus dans cette ambiance romantique et chaleureuse.  

 

Ryo avait fini de préparer les infusions mais alors qu’il s’apprêtait à entrer dans le salon, il s’arrêta net pour admirer sa partenaire.  

 

« Elle est si douce quand elle a l’esprit serein. »  

 

Puis il s’avança à pas de loup vers le canapé.  

 

« Tiens ! Mademoiselle est servie. »  

 

A ces mots, Kaori se redressa et prit la tasse fumante dans ses mains. Elle but de petites gorgées, toujours absorbée par le film. Ryo prit alors place à ses côtés.  

 

La jeune femme s’étendit de nouveau. Le sommeil la gagnait petit à petit mais alors que Ryo s’apprêtait la prendre dans ses bras pour sentir son corps contre le sien, il perçut la présence d’Akane en haut des escaliers.  

 

Son instinct ne le trompait pas. Elle les épiait.  

 

Sans se retourner, il se leva et secoua avec brutalité Kaori.  

 

« Lève toi ! J’ai pas envie de te porter alors retourne dans ta chambre. »  

 

« Quoi encore ? » la jeune femme se releva, les yeux plein de sommeil.  

 

« Allez Kaori, ne reste pas dans le salon ! J’ai des amis qui vont passer demain matin et j’ai pas envie qu’ils trouvent un homme sur mon canapé ! Tu imagines ma réputation après ? »  

 

C’en était trop pour Kaori ! Un réveil brutal, des paroles blessantes... Elle se leva donc, passa devant son partenaire et monta rapidement les escaliers pour rejoindre sa chambre.  

 

Akane, quant à elle, s’était mise sur le coté pour ne pas tomber nez à nez avec Kaori en pleurs.  

 

Ryo suivit sa partenaire.  

 

« Qu’est-ce que vous faites là ? J’espère que mon idiote de partenaire ne vous a pas réveillée ? »  

 

« Euh moi non... J’avais juste un petit creux. »  

 

« Je vous comprends ! Mon associée n’est pas douée en cuisine... La cuisine est en bas si vous vous sentez l’âme d’un grand chef »  

 

Akane resta perplexe face à cet étrange individu. Il venait de dire que sa partenaire n’était pas une bonne cuisinière mais pourtant il venait aussi de la mettre au défi de faire mieux.  

 

« Vraiment Ryo, vous êtes un personnage étrange. »  

 

Ryo pénétra à son tour dans sa chambre.  

 

« Je suis désolé Kaori mais tant que je ne sais pas qui est Akane, je dois rester prudent. J’ai la sensation que toute cette histoire n’est pas claire. Je prendrai contact avec Saeko demain pour savoir de quoi il en retourne. J’espère que tu me pardonneras mon geste, je t’expliquerai tout demain. »  

 

Chez CH, l’ambiance était lourde. Deux âmes s’endormirent, le cœur saignant.  

 

 

Jeudi 13 février.  

 

Kaori sortit peu à peu de son sommeil. Elle avait mal à la tête ce qui ne présageait rien de bon pour le reste de la journée.  

 

Elle resta quelques minutes dans son lit, remettant peu à peu de l’ordre dans les événements de la nuit. Une larme roula alors sur sa joue.  

 

« Ryo, qu’est-ce qui ne va pas ? Je ne te comprends plus ! Depuis l’arrivée de cette cliente, tu as changé. »  

 

Kaori enfonça sa tête dans son oreiller, tentant d’analyser la situation. Plusieurs hypothèses s’offrirent à elle.  

 

« Et si c’était une professionnelle ? Ca expliquerai son attitude... Ryo ne veut pas qu’elle se méprenne et nous prenne pour un couple. Mais oui, c’est sûrement ça ! » pensa Kaori qui venait de se redresser sur son lit, les yeux pétillants. Mais son regain de vitalité ne dura que quelques secondes.  

 

« Non, c’est pas logique ! Saeko ne nous enverrait pas un tueur. Oh non mon dieu ! Et si…. Ce n’est pas possible !! Quoi qu’en y repensant ça ne peut être que ça ! Si Ryo était vraiment tombé amoureux ? Cela expliquerait la visite d’Akane hier soir, et ce réveil brutal... Akane était là elle aussi, je l’ai sentie en passant. Il avait peur qu’elle se fasse des idées. Mon dieu pourquoi ça n’arrive qu’à moi ? Pourquoi dois-je éternellement souffrir ? »  

 

Kaori se jeta sur son oreiller et pleura toute les larmes de son corps puis finit par s’endormir de nouveau.  

 

Pendant ce temps, Ryo et Akane déjeunaient. La belle cliente avait préparé un véritable festin.  

 

Midi. Profitant qu’Akane soit occupée à la cuisine et s’inquiétant de ne pas avoir encore vu Kaori, Ryo monta discrètement dans la chambre de cette dernière.  

 

Il ouvrit doucement la porte et se faufila à l’intérieur. Kaori était là. Recroquevillée sur elle-même. Son visage était partiellement caché par ses bras.  

 

Alors Ryo s’avança lentement et prit place à ses cotés. Son visage était doux, serein et sa respiration était comme le champs d’une sirène, enivrante et apaisante.  

 

Il posa sa main sur son front.  

 

« Pas de fièvre, c’est déjà ça »  

 

Kaori bougea lorsqu’elle sentit la main glacée de Ryo se poser sur son front.  

 

De peur d’être découvert, Ryo se leva rapidement et quitta la pièce avant que la jeune femme ne se réveille définitivement.  

 

Kaori émergea lentement. Elle s’étira puis tourna la tête vers son radio réveil.  

 

« Quoi ?!!! 12 h 10 ? »  

 

A la vue de l’heure, elle se leva d’un bond et descendit les escaliers, s’arrêtant aussi soudainement devant la cuisine.  

 

Akane, qui avait cuisiné, rangeait et nettoyait à présent la pièce.  

 

« Pour qui elle se prend celle là ? C’est Ma Cuisine ! C’est Mon Domaine ! Déjà qu’elle me prend Mon Ryo, elle ne veut tout de même pas que je lui laisse aussi Ma Vie ?!! »  

 

En colère, Kaori fit demi tour et remonta dans sa chambre.  

 

Elle prit une douche rapide, s’habilla aussi vite et sortit de cet appartement dans lequel elle étouffait à présent.  

 

Kaori déambula dans les rues de Shinjuku. En fait, elle ne savait plus où aller. Au Cat’s Eye, elle risquait de trouver Ryo et Akane et Eriko était très occupée. Elle finit alors par trouver le seul endroit qui l’apaiserait et lui permettrait de mettre de l’ordre dans toute cette histoire. Elle se rendit à la sépulture de son frère.  

 

C’est donc d’une une allure rapide que Kaori gagna le cimetière. Elle resta tout l’après-midi au coté de son frère. En apparence, elle était silencieuse et sereine mais son cœur et son âme pleuraient. Elle raconta tous ses soucis à la seule personne qui la comprenait réellement.  

 

Pendant ce temps, Ryo et Akane venaient d’entrer au Cat’s Eye.  

 

Ryo laissa sa cliente quelques instants pour donner un coup de téléphone à Saeko.  

 

« Occupé, c’est bien ma chance ! Saeko, tu vas me le payer ! »  

 

Il revint prendre place sur un tabouret.  

 

« Ryo, où est Kaori ? »  

 

« Quoi ? » demanda Ryo. Le doigt pointa sur son visage.  

 

D’une voix mielleuse, Miki commença :  

 

« Ryo... »  

 

« Oui, Miki d’amour ? » commença Ryo la bave aux lèvres.  

 

« TRIPLE IDIOT !!! »  

 

« Quoi, encore ? » demanda-t-il surprit par la tournure que prenait la conversation.  

 

« Demain, c’est la Saint Valentin alors bouge toi vite pour faire une surprise à Kaori ! Et bouge-toi et MAINTENANT, tu m’entends RYO SAEBA ? Tu ne remettras plus les pieds ici tant que tu n’auras pas fait le nécessaire ! Compris ? »  

 

« Mais, Kaori n’est pas ma petite amie alors pourquoi… » tenta Ryo.  

 

« Falcon chéri, pourrais-tu mettre ce goujat à la porte stp ? » demanda Miki d’un ton calme.  

 

« Avec plaisir ! »  

 

Falcon afficha aussitôt un sourire sadique et s’approcha dangereusement de Ryo qui n’aimait pas la tournure que prenait la situation. Alors d’un geste rapide, il empoigna sa cliente et s’enfuit à toutes enjambées.  

 

Arrivés au parc quelques minutes plus tard, Ryo ralentit et s’arrêta. Il posa la main sur le tronc d’un cerisier et tenta de reprendre son souffle.  

 

Akane était tout aussi essoufflée par cette folle course puis, reprenant ses esprits, se tourna vers Ryo, le fusillant du regard.  

 

« Ryo, ça veut dire quoi tout ça ??? »  

 

« C’est un petit jeu entre nous » répondit Ryo.  

 

« Mais bien sûre ! Dis-moi ce qui se passe entre toi et… »  

 

« Allons-nous promener ! »  

 

Ryo se redressa prestement et passa son bras autour des épaules de la jeune femme.  

 

Ils passèrent alors l’après midi à se promener dans la ville.  

 

 

19 h.  

 

Kaori quitta lentement le cimetière. Ce petit tête à tête avec son frère lui avait permis de se ressourcer et elle se sentait de nouveau capable de soulever des montages.  

 

Elle marchait à travers les rues, croisant des amoureux, des couples, sans même se rendre compte qu’un voile de tristesse se posait sur son visage.  

 

Tout ces couples. Ces jeunes amoureux. Simplement heureux par le fait d’être dans les bras de l’être aimé.  

 

Kaori eut honte de les observer, de les envier mais son métier ne lui permettait pas de faire d’erreur.  

 

« Mademoiselle, tenez ! Un bon pour vous et votre valentin. Nous faisons des prix très intéressants et une coupe de champagne est offerte. »  

 

« Pardon mais je…. »  

 

Ne lui laissant pas le temps de répondre, Kaori sentit entre ses doigts le papier glacé qui présentait le restaurant.  

 

Machinalement, elle porta le carton à ses yeux.  

 

« Pour les amoureux... Venez fêter la saint valentin dans un cadre romantique et chaleureux, toutes les tables sont discrètes. Table bien dressée, bougies, musique d’ambiance et roses. N’hésitez pas si vous voulez passer une soirée mémorable et inoubliable. »  

 

« Tu parles, c’est juste une fête commerciale ! Je n’ai pas besoin de cette date pour me rappeler combien mon amour grandit et mûrit à son contact….. Arrête Kaori ! Ce n’est même pas une relation platonique ! Il est ton partenaire, rien de plus alors ne te mens pas. »  

 

Une larme roula sur sa joue.  

 

« Et si… oui voilà je vais préparer son plat préféré ! Comme ça, on passera la saint valentin ensemble. »  

 

 

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de