Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: belo

Beta-reader(s): Cdm98, Nanou

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 20 capitoli

Pubblicato: 02-10-04

Ultimo aggiornamento: 22-03-08

 

Commenti: 224 reviews

» Scrivere una review

 

GeneralDrame

 

Riassunto: Je vais tenter de relever le défi de Kelly, qui propose une situation dramatique et douloureuse pour CH.

 

Disclaimer: Les personnages de "Traumatisme" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

How can I correct a misplaced chapter?

 

It can happen that an author has several stories in process and that he adds a chapter of a story to another one. In this case, please don't add the chapter again and contact me (hojofancity@yahoo.fr) for modification. Indicate which chapter is misplaced and which is the correct story.

 

 

   Fanfiction :: Traumatisme

 

Capitolo 7 :: La confusion.

Pubblicato: 04-05-07 - Ultimo aggiornamento: 24-10-07

Commenti: Coucou tout le monde, pour commencer désolée pour cette longue absence. Me revoilà avec un nouveau chapitre, je remercie d’ailleurs ma bêta Lady Gaby pour avoir prit le temps de me corriger tout cela. Voilà Kelly, de retour pour ton défi. Je reviens bientôt avec la suite de l’indifférence, d’ailleurs qui se trouve entre les mains de mes bêtas. Voilà les news. Bonne lecture et merci,bisous.

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20


 

3 heures du matin de l’autre côté de la ville.  

 

Ryô et Akane entrèrent dans une des boites les plus branchés de la ville.  

 

La série de slows venait à peine de commencer que déjà tous les couples présents s’enlacèrent pour profiter de la nuit.  

 

Akane regardait Ryô en attendant que ce dernier l’invite mais Ryô ne bougea pas. Il n’avait pas envie de partager ces petits moments d’intimité avec elle.  

 

Attablé, il buvait son verre en observant les gens qui l’entouraient.  

 

« Vous ne m’invitez pas à danser ? » osa la jeune femme.  

 

Aucune réponse, elle regarda Ryô qui n’avait pas l’air de vouloir discuter avec elle.  

 

Un serveur arriva bientôt et posa deux cocktails sur la table.  

 

« Nous n’avons pas comm…… »  

 

« C’est le patron qui vous les offre. ».  

 

Akane prit son verre et le but d’une traite.  

 

Au bout de quelques minutes, Ryô se leva. Il prit la main d’Akane et la fit se lever.  

 

« Je connais un endroit plus calme. » lança t-il.  

 

Sans aucune hésitation, la jeune femme se leva et suivit Ryô.  

Ryô traversa la salle, il passa devant le bar et tourna à droite. Un homme était debout et semblait protéger une porte.  

 

A la vue de Ryô, l’homme s’écarta et les laissa passer sans dire un mot. Ryô passa la porte.  

 

Il longea le petit couloir et poussa une porte.  

 

C’était un petit salon privé composé d’un tapis sur le sol, de jolis canapés en cuir, d’une table basse en verre et d’un petit bar.  

« Nous serons tranquille ici. »  

 

Ryô laissa passer la jeune femme et entra à son tour, puis il referma la porte derrière lui.  

 

Il traversa la pièce et alla au bar se servir un verre, tandis que la jeune femme prenait place sur le canapé.  

 

« C’est vrai que c’est beaucoup plus intime. »  

 

Ryô resta debout, il but quelque gorgés d’alcool, tout en fixant la jeune femme.  

 

De longues minutes s’écoulèrent dans ce silence.  

 

« Qui êtes-vous ? » lâcha t-il sèchement.  

 

« …Moi, mais je ne comprends pas ? »  

 

« Ne me prenez pas pour un idiot ! Sinon dites-moi pourquoi vous avez besoin de mes services. » Le ton de Ryô s’était durci.  

 

« Mais… »  

 

Ryô s’impatienta tandis que sa cliente changeait de couleur, elle passa du rouge écarlate au blanc neige.  

 

« Je n’ai plus le choix, je vais vous dire la vérité mais promettez-moi de continuer à me protéger s’il vous plait. »  

 

Akane enfouit son visage dans ses mains et commença lentement à pleurer.  

 

Ryô s’approcha de la jeune femme et prit place à ses côtés.  

 

« Je vous protégerai mais dites moi la vérité sinon….. »  

 

Akane eut une seconde d’hésitation puis releva la tête.  

 

Elle posa ses mains sur ses genoux et commença son récit.  

 

« J’ai pas eu le choix. » commença t-elle par dire.  

 

« Mon frère vient d’être nommé juge….. »  

 

« Il y a deux mois, je suis sortie avec des amies pour fêter mon anniversaire……. »  

 

Elle s’arrêta quelques secondes et les larmes montèrent de nouveau.  

 

« J’avais beaucoup bu et j’ai rencontré un homme fort charmant…. »  

 

Elle s’arrêta de nouveau.  

 

Prenant une grande inspiration, elle continua dans l’espoir de ne plus s’arrêter.  

 

« Je ne me souviens plus de la nuit, mais je me suis réveillé le lendemain matin dans une chambre d’hôtel complètement nue. »  

 

« J’ai pris peur donc j’ai remis mes vêtements et je suis partie aussi vite que j’ai pu. »  

 

« Je n’ai pas revu l’homme et ma vie avait repris sa routine… Du moins, c’est ce que je pensais mais 3 semaines après cette escapade, j’ai reçu un petit paquet. C’était un DVD. J’ai d’abord cru que c’était un de mes amis qui me l’avait envoyé, mais… »  

 

Elle s’arrêta de nouveau mais plus longuement.  

 

Ryô posa sa main sur son bras pour l’encourager à continuer, cette dernière sursauta mais ressaisit.  

 

« Je l’ai mis et le dégoût me submergea, c’était moi et cet homme en plein ébats. »  

 

Les mains de la jeune femme se crispèrent à cette pensée. Elle poursuivit calmement, malgré la rage qui la gagnait.  

 

« J’ai arrêté le DVD et je l’ai détruit pour que personne ne me voit en train de faire autant de choses écoeurantes. »  

 

Les larmes de la jeune femme menacèrent de couler.  

 

« Je ne savais pas pourquoi il me l’avait envoyé ni comment il avait eu mon adresse mais il ne s’arrêta pas là. »  

 

« Tout les deux jours, je recevais la même chose. J’angoissais qu’une personne de mon entourage tombe dessus, j’en perdais l’appétit et le sommeil. »  

 

« Et il y a deux semaines, j’ai reçu le DVD comme toujours mais cette fois ci avec un portable ; à peine ai-je pris le portable qu’il se mit à sonner. J’ai répondu le cœur battant, les mains tremblantes, la peur au ventre. »  

 

« C’était un homme, il m’a dit que si je voulais que les envois cessent, je devais le rencontrer. »  

 

« J’ai accepté malgré la peur que je ressentais. Je l’ai donc rencontré dans un restaurant.»  

 

« Il m’a proposé un marché, je devais vous contacter et vous engager comme garde du corps…. »  

 

« Dans quel but ? » l’arrêta Ryô.  

 

« Il m’a dit qu’il en avait marre de vous et que je devais occuper City hunter pendant quelques jours, le temps qu’il termine ses affaires. »  

 

« Il m’a ajouté que si je ne le faisais pas ou si je n’y arrivais pas, il se servirait de l’enregistrement pour faire chanter mon frère. »  

 

« Je suis désolée d’avoir accepté mais mon frère a un poste qui ne lui permet pas d’avoir ce genre d’histoires. Imaginez qu’un meurtrier soit jugé par lui et que ce dernier fasse pression à cause de mes ébats, mon frère perdrait son intégrité et cela je ne peux m’y résoudre. »  

 

« Comment prend-il contact avec vous ? »  

 

« Il m’appelle sur ce satané portable qu’il m’a envoyé. »  

 

« Et vous pouvez le joindre ? »  

 

« Oui, je dois composer le numéro, laisser sonner et lui me rappelle. »  

 

Ryô se leva, s’approcha de la fenêtre, regarda du coin de l’œil sa cliente et réfléchit quelques secondes.  

 

« D’accord, je comprends, ne vous inquiétez pas, je vais récupérer la bande. »  

 

Ryô se rapprocha d’elle, il savait à présent pourquoi il n’arrivait pas à cerner la jeune femme.  

 

« Rentrons à présent, nous verrons ce que nous ferons demain. »  

 

La jeune femme passa sa main sur ses joues, elle se leva à son tour et ils quittèrent les lieux.  

 

 

4h 15.  

 

Ryô entra dans son appartement, d’instinct, il savait que Kaori n’était pas rentrée.  

 

Il avança dans le salon suivi de sa cliente qui n’avait plus prononcé un mot depuis le petit salon.  

 

Ryô se tourna vers elle et lui souhaita bonne nuit.  

 

Elle monta sans dire un mot et bientôt Ryô entendit la porte de sa chambre se refermer.  

 

Il regarda le répondeur qui clignotait toujours.  

 

A présent qu’il était seul, il pouvait écouter ses messages.  

 

Il n’y avait qu’un message reçu à 22h 15.  

 

« Espèce de limace sans cervelle, tu va continuer longtemps à nous la rendre malheureuse ? J’en ai marre de toi et de tes conneries Ryô, jamais tu grandiras et jamais tu ne seras capable de la rendre heureuse. En plus aujourd’hui, tu ne pouvais pas faire un effort espèce d’animal ? Tu n’as vraiment aucun savoir vivre, t’es juste capable de brouter de l’herbe et encore, il faudrait te la mettre sous le nez pour que tu comprennes comment il faut faire ! Je vais sortir Kaori et crois-moi ce soir, elle trouvera un homme. Ne l’attends pas parce que ce soir c’est une soirée pour les vamps. T’es qu’une ordure Ryô Saeba, bonne saint Valentin. »  

 

Eriko venait encore une fois de frapper et cette fois ci elle n’y avait pas été de main morte.  

 

Ryô sourit en pensant à cette énième tentative pour attiser sa jalousie. Il termina sa soirée sur le toit à observer la ville tel un gardien de la ville.  

 

 

 

Le lendemain matin.  

 

Ryô et Akane étaient assis dans le salon.  

 

« Vous allez appeler l’homme qui vous fait chanter. »  

 

Akane se redressa violemment.  

 

« Non, c’est de la folie…. »  

 

« Faites-moi confiance et prenez contact avec lui. Si tout se passe bien, ce soir vous serez chez vous. »  

 

« Que dois-je faire ? »  

 

« Dites-lui seulement que vous avez rencontré des difficultés et que vous voudriez le rencontrer pour lui expliquer tout ça. »  

 

Akane s’exécuta, quelques minutes passèrent et le portable sonna.  

 

Elle discuta quelques minutes et raccrocha.  

 

« Il a l’air furieux mais il a accepté de me voir cet après midi au centre ville. »  

 

Ryô s’allongea et ferma les yeux. Il devait se concentrer pour bien comprendre et anticiper ce qui se passerait dans ce café.  

 

Il devait régler cette histoire avant que Kaori ne revienne. Il ne tenait pas à garder sa cliente plus longtemps chez lui. Un pincement au cœur le prit soudainement ; la saint Valentin, il l’avait passée avec une étrangère. Il s’en voulut de ne pas avoir passé cette soirée avec Kaori.  

 

L’après midi arriva rapidement, Ryô et Akane sortirent de l’appartement séparément.  

 

Ryô arriva le premier sur les lieux du rendez-vous. Il inspecta les alentours et rapidement une voiture s’arrêta. Un homme en sortit, à première vue Ryô n’avait rien à craindre, c’était une simple petite frappe qui tentait de se faire un nom et une place.  

 

Akane arriva à son tour, elle pénétra dans le café. L’entretien ne dura que quelques minutes.  

 

L’homme sortit le premier, Ryô s’assura que sa cliente allait bien puis il se lança dans une filature.  

 

Il suivit l’homme jusqu’à un hôtel miteux. Il se débarrassa rapidement des hommes de main du malfrat. Il frappa à la porte de la chambre.  

 

La porte s’ouvrit.  

 

L’homme en serviette de bain ouvrit la porte. En voyant le visiteur, il changea de couleur et tenta de refermer la porte mais sans succès.  

 

Ryô sourit à l’homme et ferma la porte derrière lui.  

 

« L’enregistrement ou la vie ? »  

 

L’homme tenta t’attraper son arme mais Ryô fut plus rapide.  

 

L’homme s’effondra sur le sol et supplia Ryô de ne pas lui faire du mal.  

 

Ryô n’eut pas de mal à obtenir ce qu’il voulait. Il menaça une dernière fois l’homme et s’en alla.  

 

L’homme fit ses valises rapidement, la peur au ventre, et se décida à quitter la ville, sans perdre de temps.  

 

Ryô rentra à l’appartement et donna l’enregistrement à sa cliente.  

 

« Vous pouvez rentrer chez vous à présent, tous les enregistrements sont en votre possession. Je vous conseille de les détruire et d’éviter de vous retrouver dans une situation pareille. »  

 

« Je vous remercie Ryô, merci pour tout. »  

 

« Qu’allez vous faire à présent ? »  

 

« Je crois que je vais partir quelques jours en vacances. »  

 

« C’est une excellente idée. »  

 

« Je vais prendre mes dispositions et si tout va bien, je partirai ce soir. »  

 

La journée se termina dans le calme. Akane réserva une place pour Londres.  

 

Ryô l’accompagna à l’aéroport.  

 

« Affaire classée. » pensa-t-il.  

 

Après de rapides salutations, l’avion d’Akane décolla enfin. Soulagé, Ryô regagna son appartement.  

 

Il allait pouvoir s’occuper de Kaori et se faire pardonner cette soirée gâchée.  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de