Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: rory

Beta-reader(s): Kina

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 8 capitoli

Pubblicato: 27-02-05

Ultimo aggiornamento: 30-03-05

 

Commenti: 16 reviews

» Scrivere una review

 

General

 

Riassunto: Kaori tombe sous le charme d'un tableau et décide de prendre sa vie en main ... mais Ryô suivra-t-il ?

 

Disclaimer: Les personnages de "Le tableau" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

I haven't received the activation email.

 

If you didn't receive the activation email, you probably entered an incorrect email address or you are using Caramail (that refuses automatic emails). In this case, contact me using the email address you put in your profile or one that you want to use instead, and give me your pseudo and password.

 

 

   Fanfiction :: Le tableau

 

Capitolo 8 :: Ca cogite dur !

Pubblicato: 30-03-05 - Ultimo aggiornamento: 30-03-05

Commenti: Bon, je sais ce que vous vous dites, c'est bien joli tout ça mais à quand un peu d'action ! je vous rassure ça va pas tarder ...

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8


 

Assis dans la cuisine du petit pavillon, autour d'une pile de crêpes encore chaudes, Kaori et Yosh discutaient de tout et de rien. Boulot, amis, famille...  

 

Si quelqu'un avait jeté un coup d'oeil par la fenêtre à ce moment là, il en aurait sûrement conclu qu'ils étaient frère et soeur . Deux personnes que liait une grande complicité. Ils riaient des mêmes choses, se comprenaient à demi-mots et il n'était pas rare que l'un finisse les phrases de l'autre.  

 

C'était l’une des choses que Kaori aimait beaucoup chez Yosh, il lui rappelait son frère. Non pas qu'ils se ressemblent, non, mais elle avait l'impression de mieux comprendre Hide yuki maintenant qu'elle aussi avait quelqu'un dont elle devait prendre soin, quelqu'un qu'elle soutenait dans la vie quotidienne, qu'elle conseillait. Bien sûr, Yosh avait déjà une vie à lui, mais il avait besoin d'elle pour avancer, pour tenir le coup. Cela l'avait aidée à prendre confiance en elle et à mieux comprendre les questions et les doutes que pouvait impliquer une telle responsabilité.  

 

En passant de l'autre côté de la barrière, elle avait aussi commencé à cerner un peu mieux Ryô : Hideyuki était parti en lui demandant de prendre soin d'elle et de faire son bonheur, mais avait-il seulement pensé à tout ce que cela pouvait impliquer pour un homme qui n'avait jamais connu ses parents, qui avait été élevé dans le culte de la haine et de la mort, un homme pour qui les sentiments n'étaient qu'une faiblesse ? Même si elle ne les acceptait pas, elle comprenait mieux maintenant les doutes de son partenaire, sa peur d'aimer et d'être aimé.  

 

- Oui, quoi que tu en penses ou dises, je te comprends Ryô. Mais je ne te laisserai pas me tenir éloigné de toi plus longtemps... mumura-t-elle en tapant du poing sur la table.  

 

- Youhou, marraine.  

 

- Hum ?!  

 

Elle releva la tête et croisa le regard interrogateur de Yosh.  

 

- A quoi tu penses ?  

 

- Oui... heu... Rien. Rien du tout.  

 

- C'est Ryô qui a encore fait des siennes, hein ?  

 

- Non ... enfin si. C'est compliqué, soupira-t-elle  

 

- Raconte-moi.  

 

- Il n'y a rien à en dire, vraiment. Tu sais Ryô retera toujours Ryô, répondit-elle en haussant les épaules.  

 

- Tu l'as encore trouvé en train de draguer son traversin en allant le réveiller, c'est ça ? Rigola Yosh  

 

Dans un flash, elle se revit tendrement enlacée à son partenaire le matin même et le rouge lui monta aux joues.  

 

- Pas ce matin, non, murmura-t-elle avec un doux sourire.  

 

Yosh se pencha vers elle et lui demanda avec un clin d'oeil espiègle :  

 

- Ah bon ?! Et qu'est-ce quil s'est passé exactement ce matin ?  

 

Génée, elle jeta un coup d'oeil à sa montre.  

 

- Houlà, déjà ! Il va falloir que j'y aille, j'ai des tas de choses à faire aujourd'hui.  

 

Les bras croisés, Yosh la regardait, faussement exaspéré.  

 

- Si je ne te connaissais pasausi bien, je dirais que tu cherches à fuir la discussion.  

 

- Non, non. Mais qu'est-ce que tu vas imaginer ? Bredouilla-t-elle.  

 

- Mouais...  

 

Il resta quelques instants à la fixer pendant qu'elle se tortillait sur son siège, mal à l'aise, et éclata de rire.  

 

- C'est ça rigole ! J'aimerais bien t'y voir moi... bougonna-t-elle.  

 

- Ah oui ?! Et où exactement est-ce que tu voudrais me voir ? Demanda-t-il innocemment.  

 

- Avec quelqu'un qui...  

 

Elle s'arrêta net.  

 

- Alors là, non. C'est trop facile. Tu ne m'auras pas comme ça ! Lui lança-t-elle avec défi.  

 

Il leva les mains en signe de reddition.  

 

- Ok, c'est bon j'abandonne.  

 

Yosh se leva et lui tendit sa veste.  

 

- Allez file, vilaine fille, avant que je change d'avis.  

 

- C'est une menace ?  

 

- Non. Une promesse. Je finirai bien par savoir ce qui se passe dans ta petite tête, dit-il avec un sourire en posant l’index sur son front.  

 

- Même pas en rêve, répliqua-t-elle avant de l'embrasser et de sortir.  

 

Elle prit lentement la direction du cimetière.  

 

Cette visite lui avait fait le plus grand bien. Elle se sentait plus légère, comme délivrée d'un poids. Elle n'avait pas parlé à Yosh de ses problèmes, ni de sa résolution concernant Ryô. Non, cela n'aurait servi à rien de toute façon. Elle savait qu'elle devait arrêter d'attendre que les autres règlent ses problèmes à sa place. Elle ne voulait plus jouer le rôle de la jeune orpheline qu'il faut protéger des injustices de ce monde. Elle avait grandi, mûri. Elle était forte à présent, elle pouvait y faire face. Et ça, il faudra bien qu'il s'y fasse. Comment pouvait-elle espérer progresser si on ne la laissait pas faire ses propres expériences ? Peu importe si elle trébuchait ou tombait, on apprend plus de ses défaites que de ses victoires, non ?  

 

Oui, elle voulait se faire une place au soleil et quitter enfin l'ombre de ses amis. Elle ne leur en voulait pasde vouloir sans cesse la protéger. Ils faisaient ça en pensant que c'était le mieux pour elle. Mais qui à part elle-même pouvait savoir quel était le meilleur chemin à emprunter vers son bonheur ?  

 

Elle franchit les grilles du cimetière et se dirigea directement vers la tombe de son frère. Elle s'assit dans l'herbe et laissa son esprit vagabonder.  

 

Était-ce mal de vouloir prendre sa vie en main ? D'essayer de se trouver, de comprendre qui elle était vraiment ? De vouloir arrêter quelques instants la course du monde, de faire une pause, et contempler sa vie en se disant : est-ce bien moi, est-ce ce que je voulais, est-ce la bonne direction, ai-je fais le mauvais choix ?  

 

Bien sûr, elle avait des amis merveilleux, les meilleurs qui soient, un travail, un toit, et Ryô, mais tout ça pour quoi ? Miki, Falcon, Mick, tous vivaient avec une épée de Damoclès au-dessus de leur tête et pas des moindres : la mort. Rien que ça. Et quoi qu'ils en disent, plus le temps passait et plus cette dernière se rapprochait. Un travail... Oui, si on pouvait appeler comme ça le fait de devoir jour après jour tenir Ryô loin des clientes. Une secrétaire améliorée, voilà ce qu'elle était en réalité, ni plus, ni moins.  

 

Malgré tout, il lui restait Ryô... Ryô le solitaire, le tueur, l'homme de l'ombre, l'insaisissable, Ryô et ses remarques blessantes, Ryô et son amour des belles femmes, Ryô et la forteresse qu'il avait érigé autour de son coeur pour se protéger, Ryô qui refusait d'envisager l'avenir...  

 

Ses journées étaient plutôt chargées ces temps-ci et elle le voyait de moins en moins. Il lui manquait. Mais peut être que son éloignement avait été bénéfique après tout, son comportement était tellement différent : il était devenu plus gentil (enfin disons moins blessant), il se mettait à la cuisine et au ménage (une première en sept ans !) et comble du comble, se mettait à fouiner dans ses tiroirs, ses tiroirs à elle, la planche à pain, le garçon manqué !!! Elle finissait par penser qu'il lui avait joué la comédie toutes ces années et qu'en définitive, il la considérait peut être vraiment comme une femme. Pouvait-elle oser y croire ?  

 

Elle soupira et se releva.  

 

Cela faisait des jours qu'elle ressassait tout ça en vain. Malgré ce que lui soufflait sa raison, elle se savait entourée de gens extraordinaires qui l'aimaient et ça, rien ne pourait le lui enlever. Et puis, elle avait bien trouvé Ryô dans son lit ce matin, non ?! Alors tout n'était peut-être pas perdu...  

 

- Oh Hideyuki, j'espère vraiment que j'arriverais à faire avancer notre relation. Je sais que tu as toujours voulu mon bonheur et que tu me soutiendrais si tu étais encore là. Souhaite-moi bonne chance, murmura-t-elle avant de tourner les talons.  

 

Moins d'un quart d'heure plus tard, elle arrivait en vue de la gare et de son tableau à message.  

 

Elle le scruta durant une bonne minute, mais rien, pas la moindre trace d'un quelconque XYZ. À croire que les criminels aussi faisaient un break pour profiter des beaux jours. En un sens, tant pis pour le portefeuille de City Hunter et tant mieux pour elle. Tant qu'ils n'avaient pas de travail, elle pouvait se permettre de continuer à mener en toute tranquillité sa « double vie ».  

 

Finalement elle devait avouer que c'était plutôt excitant de mener de front deux vies parallèles. Elle avait parfois l'impression d'être un de ces agents en mission sous couverture dont regorgent les séries télévisées. La peur constante d'être découverte et la satisfaction d'avoir réussit à tromper tout le monde lui donnaient la sensation de vivre sur la corde raide. Cela l'épuisait et la ravissait en même temps. Chaque matin en partant travailler, chaque soir en rentrant, chaque fois qu'elle croisait une connaissance dans la rue ou le regard inquisiteur de Ryô, chaque fois, oui, chaque fois elle pouvait sentir l'adrénaline courir dans ses veines. C'était si grisant...  

 

Un homme passa près d'elle et la bouscula, la sortant de ses pensées. Elle le suivit des yeux jusqu'à ce qu'il disparaisse dans la foule. Tant de gens, tant de vies, tant de possibilités...  

 

Elle secoua la tête « Assez cogité pour aujourd'hui, maintenant place à l'action. Direction le Cat's Eyes.» se dit-elle en quittant la gare. 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de