Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated R - Prosa

 

Autore: sailor

Beta-reader(s): Rory

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 11 capitoli

Pubblicato: 10-04-05

Ultimo aggiornamento: 05-06-05

 

Commenti: 46 reviews

» Scrivere una review

 

RomanceDrame

 

Riassunto: Kaori se pose des questions sur son avenir au sein de city hunter....quand une autre personne vient s'immicer dans notre duo de charme. C'est ma premiére fic donc svp dites moi ce que vous en pensez.

 

Disclaimer: Les personnages de "Encore combien de temps?" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

I've signed in, but I cannot get access to the management section.

 

Please check that your browser accepts cookies. Please contact me with the email address you signed up and give me your login, password, ISP and localisation. Thanks.

 

 

   Fanfiction :: Encore combien de temps?

 

Capitolo 7 :: REVELATIONS

Pubblicato: 07-05-05 - Ultimo aggiornamento: 07-05-05

Commenti: Kikou tous le monde voici un nouveau chapitre comme promis et comme certaines de mes lectrices se sont plein car le précédent était trop cour j'ai essayer de le faire plus long pour leurs faires plaisir. En tout cas merci encore pour tous vos encouragements qui me donne envie de me donner à 200% sur cette fic. Voilà j'espère que ce nouveau chapitre vous plairas à toutes BONNE LECTURE Ps: Tu croyais pas que j'allais t'oublier ma petite Beta adorer, un gros Beco pour toi MOUAH!!

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


 

 

- Kaori, pouvez-vous m'apporter le dossier sur l’affaire Tachi, s'il vous plait. J’en ai besoin pour conclure la transaction avec Mr Hito.  

- Tout de suite.  

Kaori se leva de sa chaise et se dirigea vers son bureau.  

Cela faisait une semaine qu’elle avait pris son poste d'assistante auprès Yeoh et elle croulait sous la masse de travail qu’il lui demandait. La preuve, depuis qu’elle travaillait pour lui, elle n’avait pas eu le temps d’aller voire ses amis et ils lui manquaient énormément.  

Le problème c’est qu’à chaque fois qu’elle voulait se rendre au Cat’s eye, Yeoh lui trouvait une nouvelle occupation.  

Elle commençait à se poser de sérieuses questions sur le comportement de celui-ci.  

Hier, il c’était passé un événement plutôt bizarre : elle était dans l’ascenseur avec Yeoh en route vers leur appartement, quant elle avait sentie comme un souffle sur sa nuque. Elle s’était retournée pour apercevoir Yeoh qui la fixait avec un drôle de regard. Elle en avait eu des frisson dans le dos, mais son expression avait vite changé et il lui avait sourit chaleureusement.  

Depuis, sans bien savoir pourquoi, elle n’était plus autant rassurée de vivre seule avec lui.  

Elle lui ramena le dossier qu’il lui avait demandé.  

- Voici Mr Miazaki, il y a tous les papiers dont vous avez besoin.  

- Merci Kaori. Mr Hito, si vous voulez bien vous donner la peine de vous asseoir, nous serons plus à l’aise pour conclure cette affaire.  

- Bien sur Mr Miazaki. Pourrais-je demander un service à votre secrétaire, si cela ne la dérange pas ?  

- Bien sur que non, je suis à votre entière disposition, Mr Hito.  

- Ah merci Mademoiselle. Voilà, je devais aller chercher un cadeau que j’ai commandé pour l’anniversaire de ma fille qui a lieu ce soir, malheureusement mon entretient avec Mr Miazaki a prit plus de temps que prévu. Pourriez-vous y aller à ma place ? Bien sur, si Mr Miazaki est d’accord.  

Yeoh eu un sourire crispé. Depuis bientôt une semaine, il mettait tout en œuvre pour que Kaori n'est plus de contacts avec son ancienne vie et voilà que cet idiot voulait tous faire capoter. Mais il ne voyait pas quelle excuse il pourrait donner pour garder Kaori auprès de lui.  

- Non, bien entendu. Mais ne tardez pas trop, nous avons encore beaucoup de travail.  

- Bien Monsieur.  

Kaori sortit donc du bureau et se dirigea vers l’appartement pour prendre son sac et une veste, puis elle sortit enfin de l’immeuble sous le regard désespéré de Yeoh qui l’épiait par la fenêtre.  

- Ah, enfin un peu de soleil et d’air frais ! Cette semaine passée enfermé entre quatre murs a été un vrai supplice. Bon la boutique n’est pas très loin du Cat’s, je vais en profiter pour faire un saut et dire bonjour à tout le monde. J’espère que Ryo sera la aussi, il ma tellement manquer durant ces quelques jours... bien que je me demande comment se passeront nos retrouvailles après la façon dont nous nous somme quittés.  

 

 

La veille au Cat’s eye  

 

Ryo rentra dans le café et s’installa au comptoir.  

- Alors Umi, tu as du nouveau sur notre ami ? Tu as découvert comment il peut être aussi bien renseigné sur moi ?  

- Apparemment il a fait appel à l’un des meilleurs détective sur le marché actuellement. C’est lui qui lui a fournit un dossier complet sur toi, mais aussi sur nous tous. Il connaît tous ce qui touche de prés ou de loin à Kaori. Cet homme ne lésine pas sur les moyens.  

- Merde, mais que veut ce malade et pourquoi il est aussi obnubilé par Kaori !  

- En parlant de malade, j’ai réussi à faire la lumière sur les deux années où il avait disparu. Notre ami a passé deux ans dans une maison de repos pour millionnaire, histoire de soigner une dépression nerveuse très sérieuse et ce une semaine après le départ de Kaori et de son frère. Son père a réussi à garder secret ce petit séjour grâce à quelques pots de vin bien placés.  

- Je vois. On dirait qu’on a affaire à un malade qui n’a pas réussi à se défaire de son obsession de jeunesse. Je vais te le guérir, moi, et plus vite que ça, tu vas voir !  

Ryo s’apprêtait à sortir du café, quand Saeko poussa la porte.  

- Bonjour la compagnie, bonjour mon petit Ryochou ! Tu sais que je trouve que tu embellis avec les années, je te jure, tu me ferais presque craquer !  

- C’est bon abrège, Saeko, là j’ai pas le temps de faire mumuse, si c’est pour un travail, c’est non d’avance !  

Saeko tomba à la renverse, elle ne s’attendait pas à un tel accueil. Aurait-elle perdu de son sex appeal légendaire ? Elle commencer à sérieusement se poser la question.  

Elle regarda attentivement Ryo et vit qu'il arborait son air des mauvais jours. Il en fallait beaucoup pour qu'il affiche ainsi son inquiétude. Elle reprit immédiatement son sérieux.  

- Si quelque chose ne va pas, Ryo, tu sais que tu peux compter sur moi.  

- Oui je sais. Excuse moi pour tout à l’heure, j’ai été un peu dur.  

- C’est Kaori, c'est ça ?  

- Oui. Elle s'est encore fourrer dans de beaux draps, et têtue comme elle est, je vais devoir l'en sortir malgré elle.  

- Explique-moi ça.  

- Elle travaille pour un certain Yeoh Miazaki depuis peu et apparemment ce monsieur a pris soin de décortiquer toute sa vie, et la notre en passant, en faisant appel à un détective. Et tout ça avant même de la retrouver, par hasard bien sur, et de l'embaucher. Je trouve ça plutôt louche.  

- Yeoh Miazaki… Miazaki, j’ai déjà entendu ce nom quelque part, mais où j’ai du mal à m’en souvenir.  

- Tu connais cet homme ?!  

Saeko était plongée dans ses pensées, quand tout à coup elle se frappa sur le front.  

- Ca y est, je me souviens maintenant ! C’est Hideyuku qui m’avait parlé de lui à l’époque. Ca remonte à pas mal d’années maintenant.  

- Hideyuku ?! Tu te rappelles de ce qu'il en avait dit ?  

- Si je me fie à ma mémoire, alors Kaori a encore plus d’ennuis que tu ne le penses...  

Ryo ne pu s'empêcher de frissonner. Il reprit sa place au comptoir pour écouter Saeko remonter le fil de ses souvenirs.  

- C'était au début de notre collaboration au sein de la police. On était en planque depuis deux jours dans un appartement miteux et je dois dire qu'on s'ennuyait ferme alors pour tromper l'ennui que pour essayer de lancer la conversation, je lui demandais pourquoi il avait quitté son ancien poste, où il aurait pu très vite grimper les échelons, et était venu s’enterrer dans ce quartier mal famé qu'est Shinjuku. Sa réponse fut pour le moins dérangeante.  

 

« A l’époque où ma sœur allait encore en primaire, elle s'est liée d'amitié avec une fillette du quartier et comme elles s’entendaient plutôt bien, je la laisser souvent aller jouer chez elle. Après quelques années de ce bon voisinage, je fus invité à dîner par le père de celle-ci et c'est là que je fis connaissance de son fils, Yeoh Miazaki. Tout suite, j’ai trouvé ce garçon très étrange. Je ne savais pas pourquoi, mais il ne m'inspirait pas confiance du tout. Apparemment, Kaori s’était amourachée de lui. A son âge, c'était plus que normal, un amour de petite fille rien de plus. J'aurais trouvé ça mignon s'il n'y avait eu le regard tendre que lui lançait souvent Yeoh quant il pensait que personne ne le regardait. A la fin du repas, Yeoh s’absenta pour aller a un rendez vous et je profitais d'une communication téléphonique du maître de maison pour me glisser subrepticement dans la chambre du garçon.  

J’avais un mauvais pressentiment et je voulais en avoir le cœur net. A première vue, la chambre était celle d’un jeune garçon normal de 17 ans, des fringues sales un peu partout, un lit défait, des posters sur les murs... mais en ouvrant un de ses tiroirs, je fis basculer un gros cahier qui laissa échapper quelques photos sur le sol. Je me penchais pour les ramasser. Quelques unes s'étaient retournées et mon souffle se bloqua dans ma gorge. Chacune des photos montrait Kaori. Kaori, à la plage, sur une balançoire, entrain de manger une glace…C'est avec les mains tremblantes que j’ouvris alors le carnet sur une page, au hasard :  

 

« Ma petite Kaori, plus tu grandis, plus je te trouve irrésistible. J’ai hâte que tu atteignes tes 16 ans, pour que ton coeur et ton corps puissent enfin m'appartenir. Personne ne nous séparera jamais, tu l'as dit toi-même, avec ta petite voix d'enfant et à ce moment là, je me suis retenu pour ne pas t’embrasser. Tu est encore trop jeune pour ces jeux d’adule, mais ne t’en fais pas, je suis patient. Je t’aime déjà depuis si longtemps. Tu est à moi, rien qu’a moi et si je ne peux pas t'avoir alors personne ne t'aura. »  

 

Je te laisse imaginer le choc que j’ai eu en lisant ces quelques phrases... Je n’avais qu’une envie, c’était d'aller casser la figure à ce petit merdeux ! Mais je reste un flic avant tout et je ne voulais pas risquer de me retrouver en taule pour coups et blessures sur un mineur. En plus, je savais que même les preuves de la folie de ce gamin ne seraient pas prises en compte par un juge puisque j’avais fouillé la chambre sans avoir de mandat. Il ne me restait donc qu’une chose à faire pour mettre Kaori à l’abri de ce malade. Le lendemain, je demandais ma mutation et j’emmenais Kaori le plus loin possible. »  

 

- Voilà toute l’histoire, Ryo. Il faut absolument que tu sorte Kaori de là !  

- Ne t’en fais pas ce que Maki n’a pas pu faire à l’époque, je vais me faire un joie de la faire à sa place !  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de