Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated R - Prosa

 

Autore: sailor

Beta-reader(s): Rory

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 11 capitoli

Pubblicato: 10-04-05

Ultimo aggiornamento: 05-06-05

 

Commenti: 46 reviews

» Scrivere una review

 

RomanceDrame

 

Riassunto: Kaori se pose des questions sur son avenir au sein de city hunter....quand une autre personne vient s'immicer dans notre duo de charme. C'est ma premiére fic donc svp dites moi ce que vous en pensez.

 

Disclaimer: Les personnages de "Encore combien de temps?" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

How many words are necessary in a chapter?

 

For normal fanfictions, the minimum is 600 words. For poetry, the minimum is 80 words and for song fics, the minimum is 200 words. These values can be change at any moment, if we think it's necessary. The average is 1500 words per chapter, so you can see th ...

Read more ...

 

 

   Fanfiction :: Encore combien de temps?

 

Capitolo 8 :: RETROUVAILLES

Pubblicato: 07-05-05 - Ultimo aggiornamento: 07-05-05

Commenti: Et oui! c'est encore moi comme je vous aime beaucoup et quand plus je ne pouvais pas résister je vous est mis un nouveau chapitre. Attention grand moment entre notre Nettoyeur préférer et la belle Kaori Dit moi vite ce que vous en penser et pour le coup vous pouver remercier ma Beta car sans sa rapiditer vous auriez dut attendre encore quelque jour pour la suite. Bon trêve de bavardage Bisou a tout et bonne lecture

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


 

 

 

Le lendemain, Ryo alla au Cat’s pour réfléchir au moyen de sortir Kaori de ce mauvais pas sans pour autant acculer Yeoh au point où il pourrait vouloir s’en prendre à elle. Aller la chercher de force était la pire des solutions mais pour l'instant, rien d'autre ne lui venait à l'esprit. Quelle poisse !  

Il en était là de ses réflexions quand Kaori poussa la porte du café.  

- Salut tout le monde !  

Sous le coup de la surprise, tous se figèrent. Cela faisait plus d'une semaine qu'elle n'avait pas donné signe de vie et voilà qu'elle débarquait la bouche en coeur, comme si de rien n'était. Miki fut la première à reprendre ses esprits.  

- Kaori ! Comme je suis contente de te voir. Tu vas bien ? On commençait vraiment a se faire du soucis, tu sais !  

Et elle lui sauta au coup. Kaori, dépassé par les évènements, se mit à rire devant cet accueil plus qu'inhabituel. Quand elle eu fini de rassurer son amie, elle se retourna vers Ryo. Il n’avait pas bougé de sa chaise. Elle lui adressa un timide sourire et piqua un fard quand leurs regards se rencontrèrent. Ryo ne l’avait jamais regardée comme ça, il la dévorait littéralement des yeux comme un homme assoiffé devant un verre d'eau.  

- Bonjour Ryo, comment vas-tu ?  

- Mieux.  

- Ah… euh… je suis venue vous faire un petit coucou et il faudrait que je passe à l’appartement récupérer quelques affaires que j’ai oublié.  

Miki voulut protester et la mettre au courant de ce qu'ils avaient appris au sujet de Yeoh mais, d’un regard, Ryo l’arrêta.  

- Allons y alors.  

- Mais je dois retourner au travail, Yeoh m’attend !  

- Si tu veux tes affaires, c’est maintenant !  

Ryo prit la main de Kaori et la tira vers la porte, celle-ci ne voulant pas faire d’esclandre devant ses amis se laissa entraîner, ou peut être était-ce parce que l'attitude de Ryo l'avait troublée plus que de raison.  

- D’accord, je te suis, ce n’est pas la peine de m’arracher le bras ! Mais je ne pourrais pas rester très longtemps, je te préviens.  

« Si tu crois que tu vas m’échapper, tu rêves, mon sugar boy ! » pensa Ryo alors qu’ils arrivaient à proximité de leur immeuble.  

Ils pénétrèrent dans l’appartement et, avant que Kaori ait eu le temps de réagir, il l’avait enlacée pour la serrer contre lui. Aussitôt, sa chaleur naturelle imprégna le corps de Kaori, qui chancela sous le choc. Ryo la maintint fermement contre lui, tout en posant sur son visage un regard douloureux.  

- Kaori tu m'as tellement manqué…  

La vue de Kaori se troubla. De se retrouver dans ces bras-là, si fermes, si puissants, elle frémissait tout entière. Son corps, le traître, revenait à la vie, son cœur se liquéfiait déjà…  

Dans un violent effort pour se ressaisir, Kaori s’arracha à l’étreinte de Ryo. Le froid l’envahit, un froid bienvenu qui l’aida à lui tourner le dos pour se diriger vers sa chambre  

Qu’arrivait-il à Ryo, lui si peu enclins aux démonstrations d'affection ? Elle ne savait plus quoi penser. Depuis combien de temps attendait-elle qu’il la regarde ainsi, comme si il éprouvait un sentiment pour elle ?  

Le bruit d’une porte qu'on ferme la fit sursauter. Elle se retourna et se retrouva face à face avec un Ryo plus ravageur que jamais, accoudé au chambranle.  

Il la regardait de la même manière qu’au café, sauf que là, personne ne viendrait freiné ses ardeurs.  

- A quoi tu joues Ryo ? Ca ne m’amuse pas du tout !  

Ryo eu un petit sourire satisfait en voyant le rouge monter au joue de sa partenaire. Il pouvait sentir à quel point cette nouvelle intimité qu’il essayait d’instaurer entre eux la déstabilisait. Il commença alors à s’approcher tout doucement. Kaori écarquilla les yeux de stupeur et se mis à reculer vers le mur. Elle n’avait pas vraiment peur mais ce retournement de situation lui paressait tellement inimaginable qu'elle ne savait plus quoi faire. A chaque nouveau pas de Ryo dans sa direction, elle sentait ses pensées s'enfuir, son esprit se vider.  

Ryo l’accula au mur et posa ses mains de part et d’autre de sa tête.  

Il s’approcha jusqu'à frôler la joue de sa belle et lui murmura au creux de l’oreille :  

- Croyais-tu pouvoir m’échapper, mon sugar boy ?  

Kaori sentit son corps trembler de désir sous le souffle chaud qui caressait sa nuque. Elle ne savait plus si elle était dans un rêve ou dans la réalité, mais si c’était un rêve, elle voulait ne plus jamais avoir à se réveiller.  

- Ry…Ryo ! Que … Qu'est-ce que tu...  

- Ce que j’aurais du faire depuis bien longtemps mon coeur.  

Pressée contre lui, Kaori comprit vite qu’elle n’était pas la seule victime du désir.  

Elle releva la tête…  

Grossière erreur.  

Les prunelles sombres de Ryo l’appelaient, ses lèvres gourmandes la réclamaient. Elle sentit surtout combien Ryo la désirait. Elle. Kaori Makimura. La seule femme qu'il n'avait jamais daigné regarder comme telle. La planche à pain, le boulet, la furie. Elle...  

- Sans voix, murmura Ryo en souriant avant de fondre sur ses lèvres.  

A l’instant d’accueillir la bouche de Ryo sur la sienne, l'esprit Kaori vola en éclats.  

Cela faisait combien de temps, combien d'années qu’elle attendait ce moment ?  

- Embrasse-moi, chuchota-t-il contre ses lèvres  

A ces mots, Kaori se sentit happée par un désir plus fort que sa conscience, un désir si fort qu'elle y perdit pied. Le barrage qui retenait depuis si longtemps son coeur d'amante prisonnier vola en éclat et c'est avec toute la passion d'une femme amoureuse qu'elle s'empara de ces lèvres offertes.  

« Mon dieu, elle va me rendre fou » se dit Ryo avant de sombrer corps et âme dans cet étreinte.  

Ils laissaient enfin parler leurs cœurs.  

Ryo laissa glisser ses mains sur sa taille pour ajuster ses hanches contre lui, emporté par l’envie de la sentir de nouveau toute proche. Aucune autre femme, jamais, n’avait éveillé chez lui tant de passion. Levant une main en aveugle, il enfouit les doigts dans les cheveux soyeux de sa partenaire.  

Il songea brièvement qu’il devrait interrompre ce baiser, mais se ravisa aussitôt. Tout, dans l’attitude de sa compagne, le pressait au contraire de prolonger le sortilège…Il irait donc doucement, la laissant à chaque instant libre de ses choix.  

Kaori se sentait flotter dans un autre monde où tous ses sens étaient exacerbés. La douceur avec laquelle l’embrassait Ryo, la rendait euphorique et elle n’aurait pour rien au monde voulu que ça s’arrête.  

Insensiblement, Ryo se déplaça vers le lit. Il allongeât Kaori qui eu un bref moment d’hésitation vite dissipé par les baisers et le regard tendre de son amant. Elle pouvait y lire un tel amour et un tel respect, qu’il ne persista plus aucune peur ou appréhension dans son cœur.  

Ryo voulait goûter chaque parcelle de sa peau, en savourer la texture sous ses paumes, sous ses lèvres…  

Kaori glissa à son tour les mains dans ses cheveux. D’être ainsi touché par elle, Ryo sentit son pouls s’accélérer. Un long frémissement le parcourut de haut en bas. Rouvrant les yeux, il surprit le regard de Kaori plus ténébreux et plus intense que jamais. Mais déjà Kaori l’attirait à elle pour un nouveau baiser…  

Quand, tout à coup, ils entendirent de furieux coup de klaxon devant l’immeuble. Ils sursautèrent comme pris en flagrant délit de chapardage.  

La magie de l’instant venait d’être rompue et déjà, Kaori virait au cramoisie et ne savait plus ou poser ses yeux.  

Ryo se levât et alla jusqu'à la fenêtre pour essayer d'apercevoir celui qui avait eu le malheur d’interrompre ce délicieux tête à tête.  

Il eu un sourire carnassier en voyant Yeoh sortir de sa voiture et lever les yeux vers les fenêtres de l’immeuble et quand leurs regard se croisèrent, Ryo sentis une aura meurtrière d’une rare intensité l’atteindre de plein fouet.  

« Tant mieux. Il est grand temps que Kaori te voit tel que tu es vraiment, espèce d’ordure. »  

Il se retourna vers Kaori qui était encore assise sur le lit.  

- Fini de batifoler pour l’instant ma douce, c’est ton patron  

Kaori fronça les sourcils. Plus que de la surprise, c'était surtout de la colère qu'elle sentit monter en elle. Que venait faire Yeoh jusque ici ?  

Elle se leva et se dirigea rapidement vers la porte. Elle avait déjà la main sur la poignée quand Ryo se colla contre son dos pour lui chuchoter à l’oreille :  

- Ce n’est que partie remise, j’ai hâte de faire ton éducation, mon amour.  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de