Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: Kaori28

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 13 capitoli

Pubblicato: 20-11-05

Ultimo aggiornamento: 24-09-06

 

Commenti: 62 reviews

» Scrivere una review

 

General

 

Riassunto: City Hunter est à la croisée des chemins... Nos deux héros sauront-ils faire le bon choix quant au déroulement de leur destin ?

 

Disclaimer: Les personnages de "Le bon choix" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

I'm almost 18. Can I get access to the NC-17 section?

 

No. Legally, you are not major, before you are 18 years old. I don't care if it's in a day or a week. Make your request when you are actually 18.

 

 

   Fanfiction :: Le bon choix

 

Capitolo 13 :: Cruelle décision

Pubblicato: 24-09-06 - Ultimo aggiornamento: 24-09-06

Commenti: Après bien des déboires informatiques et personnels, me voici de retour avec une nouvelle maje ! Maintenant que mes fonctionnalités semblent s'être rétablies, je vais essayer de raccourcir le temps entre mes majes. Je ne promets rien, mais en tout cas je vais êssayer. Ce chapitre n'est pas des plus joyeux, et je sens que je vais me faire taper sur les doigts par certaines d'entre vous *-* Cependant, cela est nécessaire au bon déroulement de l'histoire ^^ De toute manière, que vous ayez aimé ou pas, laissez-moi quand même une pitite rewiew ^^

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13


 

Ne comprenant toujours pas ce que voulait dire son partenaire, Kaori vint se planter devant lui, essayant de lire quelque chose. Mais bon, lire à l’envers n’était pas vraiment son fort. En voulant interroger Ryô, elle se rendit compte que celui arborait un air lointain.  

 

Le nettoyeur semblait être parti dans un tout autre monde. En effet, il ne fit même pas attention aux gesticulations de sa partenaire. Le diagnostic présent sur le dossier médical de son ange, contrastait totalement avec les indications qu’avait pu faire le docteur, quelques minutes auparavant. Mais que pouvait bien signifier tout ceci ??  

 

-Ryô, qu’est-ce qui se passe ?  

 

La voix inquiète de Kaori le ramena sur terre. C’est alors qu’il remarqua l’air renfrogné qui avait saisi son visage. Devait-il lui mentir, pour sa sécurité ? Ou alors, lui dire la vérité, risquant par la même occasion, de réveiller le côté trop téméraire de la jeune femme ? Vu sous cet angle, il n’y avait pas photo, la première solution s’imposait.  

 

- N’y penses même pas ! lui dit-alors Kaori.  

 

Ryô sursauta sur le coup. Le ton brusque et sec de sa partenaire l’avait beaucoup surpris. Etait-il aussi transparent ? Il fallait bien croire que oui…  

Kaori avait tout de suite compris les intentions de son partenaire, avant même qu’il n’ouvre la bouche. Dans ce genre de situation, on ne pouvait certainement pas dire qu’il était imprévisible ! Mais cette fois-ci c’était différent, la menace n’était pas uniquement dirigée vers Ryô, mais bien vers le tandem City Hunter. Et jusqu’à ce jour, elle faisait encore parti du duo. Par conséquent, elle avait également son mot à dire.  

 

« - C’est pour ton bien Kaori, lui dit-alors Ryô, d’un air las.  

- Je ne veux pas le savoir Ryô, lui répondit-elle, en colère, je ne serais pas mise à l’écart cette fois. Je te préviens.  

- Est-ce que ce serait une menace ? demanda alors le nettoyeur, sur un air de défi.  

- Juste une petite précision, lui dit Kaori, sur le même ton, je n’accepterai pas que tu m’écarte.  

- Comment dois-je le prendre exactement ? voulut savoir Ryô, un brin de nervosité dans la voix.  

- Tu le sais très bien Ryô, tu n’as vraiment pas besoin que je te le précise, répondit Kaori, l’air attristé. »  

 

En effet, le nettoyeur n’avait pas besoin de renseignements complémentaires. Il avait bien saisi le message de sa partenaire. Mais allait-elle réellement mettre ses projets à exécution ? Elle n’oserait tout de même pas à l’abandonner !  

 

« Kaori…commença-t-il, tout ce que je veux, c’est te protéger.  

- Ryô, je le sais tout ça, mais il faut que tu comprennes que je ne suis pas un oiseau en cage. Je veux être à tes côtés, qu’il y a-t-il de mal à ça ? lui demanda-t-elle.  

- Je ne veux pas que tu me quittes Kaori… lui répondit-il alors, le regard triste.  

- Viens par là Ryô, lui dit-alors la jeune femme.  

 

Kaori le fit s’asseoir auprès d’elle et lui prit délicatement le visage entre ses mains. Elle chercha à percevoir son attention et, une fois qu’elle l’eut, elle poursuivit :  

 

- Je ne cherche pas à t’imposer quoique ce soit Ryô. Je te mets juste face aux faits. Il est clair que la situation actuelle n’est pas vraiment des plus drôles, mais ce sont dans des moments comme ceux-là qu’un amour se forge. Nous avons traversé tellement d’épreuves depuis ces 8 années… et nous sommes toujours là, toujours ensemble. Notre amour ne s’est pas et ne se consumera jamais. J’ai tellement attendu le moment où tu te dévoilerais enfin à moi… Je n’y croyais plus après tout ce temps. Au moment où je te parle, je suis sûrement la femme la plus heureuse du monde, grâce à cet amour infini que tu me portes.  

 

A présent, des larmes coulaient sur les joues de la nettoyeuse. Cependant, elle n’était pas la seule personne dont le cœur hurlait.  

Ryô pleurait, sûrement sans s’en rendre compte, mais il pleurait. Les paroles de son amour l’avaient touché au plus profond de lui-même. Mais s’il était ému aux larmes, c’était pour bien autre chose…  

 

- Oh Kaori, je t’aime tellement !  

 

Le nettoyeur s’empara violemment des lèvres de son ange. Il l’embrassa à en perdre haleine, un peu comme si c’était la dernière fois…  

Kaori n’en revint pas sur le coup, Ryô lui avait dit qu’il l’aimait. Même si elle l’avait toujours su, au fond d’elle, elle rêvait d’entendre Ryô prononcer ces trois mots. Cependant, contrairement au sentiment de joie qui aurait du l’emplir à cet instant, ce ne fut que tristesse et désolation qui s’emparèrent de son cœur. Son amour avait prononcé la sentence finale…  

 

C’est ainsi que Kaori s’accrocha désespérément à son partenaire, espérant ainsi lui faire entendre raison. Ils continuèrent cet échange brûlant, jusqu’à en perdre le souffle. Difficilement, Ryô se détacha de Kaori. Leurs larmes avaient redoublé d’intensité, et ne semblaient pas vouloir s’arrêter.  

Un silence lourd s’installa dans la pièce. Le duo se regardaient fixement, désirant imprimer chaque partie chaque parcelle du corps de l’autre.  

 

- Je suis désolé Kaori, dit-alors, la voix légèrement tremblante.  

 

La jeune femme s’approcha de lui et l’embrassa tendrement. Une dernière empreinte de Ryô sur ses lèvres.  

 

- Moi aussi Ryô.  

 

 

Quelques heures auparavant  

Appartement de City Hunter  

 

 

Ryô venait de claquer précipitamment la porte. Mick resta quelques secondes immobile, scrutant encore l’endroit où son ami était il y a quelques instants. Il était arrivé quelque chose à Kaori… et il n’avait pas pu le sentir. Ils étaient pourtant devenus très proche tous les deux. Mais apparemment, ce n’était pas suffisant pour créer un lien aussi fort, que celui qui existait entre Ryô et elle.  

Il se rabroua mentalement pour ses pensées idiotes. Ce n’était vraiment pas le moment de songer à ce genre de choses. Il espérait vraiment que Kaori n’ait rien et qu’elle soit saine et sauve.  

Il se dirigea lentement vers le canapé du salon, et se servit un verre de whisky. Il regardait le liquide ambré avec beaucoup d’attention, plus qu’il ne lui en avait jamais porté d’ailleurs. Il fut interrompu dans ses réflexions par une voix féminine :  

 

- Monsieur Angel ? Que faites-vous là ?  

 

Mick se retourna alors vers Sayuri. Il fut ébloui par sa beauté. Kaori et elle n’étaient pas sœurs pour rien ! Il ne se rendit pas compte de suite qu’il la mangeait carrément des yeux et que, le plus surprenant, il ne lui ait pas sauté dessus. Il revint sur terre lorsqu’il s’aperçut de son attitude. Il secoua la tête et lui répondit :  

 

- Ryô a dû s’absenter pour quelques heures. Il m’a demandé de veiller sur vous en son absence.  

- Est-il arrivé quelque chose à Kaori ? demanda-t-elle, visiblement inquiète.  

- Je ne chercherai pas à vous mentir Melle Tachiki, lui dit-alors, l’air des plus sérieux.  

 

Arrivée à hauteur du canapé, Sayuri s’agrippa au rebord pour ne pas flancher. Ce n’était pas possible, quand toute cette histoire allait-elle enfin s’arrêter ? Est-ce qu’on ne cesserait de s’en prendre aux gens qu’elle aimait ?  

Lentement, des larmes coulaient le long de ses joues… des larmes silencieuses et pourtant si éloquentes.  

 

Mick perçut la tristesse de la jeune femme et se leva, pour venir poser sa main sur celle de Sayuri. Celle-ci recula violemment et regarda le nettoyeur avec une tristesse infinie dans le regard. Soudainement, elle se précipita vers lui, et martela sa poitrine de toutes ses forces.  

 

- Pourquoi ? Pourquoi ? POURQUOI ? finit-elle par hurler.  

 

L’américain la prit dans ses bras pour la calmer. Pour le moment, il n’y avait que cela à faire.  

 

Au bout de quelques minutes, les pleurs de la jeune femme prit fin. Cependant, elle ne se détacha pas pour autant de Mick. Elle avait encore besoin de sa chaleur.  

Le nettoyeur ne fit aucun mouvement brusque, de peur de l’effrayer à nouveau. C’est ainsi qu’un long silence s’installa entre eux deux. Ce fut Sayuri qui le brisa en annonçant :  

 

- Je suis au courant, pour Yuki. J’ai entendu votre conversation, cachée dans les escaliers.  

- Je suis sincèrement désolé pour votre ami Melle…, commença-t-il  

- Sayuri, le coupa-t-elle, appelez-moi Sayuri.  

- Sayuri…, répondit-il, quelque peu surpris.  

- Et moi je m’excuse pour ce que vous avez dû être obligé de découvrir. Je suppose qu’on ne voit pas cela tous les jours, même dans votre métier…  

- Vous supposez bien, lui dit-il alors.  

 

Lentement, Sayuri se détacha de Mick. Elle fut quelque peu honteuse de s’être défoulée sur lui. Elle leva vers lui un regard désolé mais le nettoyeur lui répondit par un timide sourire. Apparemment, il ne lui en tenait pas rigueur. Elle lui sourit à son tour.  

 

- Vous devriez aller vous reposer quelques instants, vous n’avez vraiment pas bonne mine, lui dit-alors Mick.  

- C’est la deuxième fois qu’on me le dit aujourd’hui, répondit la jeune femme, je crois que je vais obéir cette fois.  

- Sage décision, Sayuri. Allez vous reposer, je viendrai vous réveiller si jamais j’ai des nouvelles de Kaori.  

- Merci Mick.  

- C’est tout naturel. »  

 

C’est sur ces dernières paroles que Sayuri prit congé du nettoyeur. Celui-ci la suivit du regard, jusqu’à ce qu’elle soit hors de vue. Il soupira et revint s’asseoir sur le canapé. Avec tout ça, il n’avait pas pu déguster son whisky. Il reprit la contemplation du verre pendant quelques minutes, puis finit par le reposer sur la table basse.  

Lentement, il s’allongea sur le canapé, et finit par s’en dormir à son tour.  

 

 

Appartement de City Hunter  

10h30  

 

Notre nettoyeur américain fut réveillé en sursaut par l’assourdissante sonnerie d’un téléphone. Un peu hagard, il se saisit du téléphone, juste avant que celui-ci ne déclenche le répondeur.  

 

« Mick Angel à l’appareil.  

- Salut Mick, c’est Ryô.  

L’américain retrouva tout de suite l’énergie qui le caractérisait si bien.  

- Alors ? demanda-t-il insistant, comment va Kaori ? Est-ce que c’est grave ?  

- Ne t’inquiètes pas, elle va bien, lui répondit avec une voix enrouée.  

- Qu’est-ce que tu as ? Tu es sûr qu’elle va bien ?  

- Elle est en vie, c’est le principal, lui dit-alors Ryô, d’un ton monocorde.  

Mick avait parfaitement compris que quelque chose, autre que la situation actuelle, clochait, mais il préféra ne pas s’attarder sur ce point.  

- Tu as des nouvelles de Kaibara ? lui demanda-t-il alors  

- Oui, répondit Ryô, le ton grave, et des plus inquiétantes. Il y a eu une explosion au Cat’s Eye et elle était dirigée contre Kaori. Apparemment, on cherche à la neutraliser coûte que coûte.  

Cette nouvelle glaça le sang de Mick. On cherchait à tuer Kaori ? Mais pourquoi ?  

- Tu connais les raisons de cette tentative ? parvint-il à demander, difficilement.  

- Pas au téléphone.  

- Compris, j’arrive »  

 

C’est avec peine que le nettoyeur raccrocha le combiné. Mais que se passait-il dans la tête de Kaibara ?  

 

Hâtivement, il prit sa veste sur le portemanteau et se dirigea vers la chambre d’amis. Quelle ne fut pas sa surprise en découvrant Sayuri, déjà habillée et l’attendant sur les marches de l’escalier.  

Il se dirigea vers elle, et lui tendit son bras.  

 

« Allons-voir Kaori. »  

 

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de