Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: laeti

Beta-reader(s): Kaori28, Saintoise

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 16 capitoli

Pubblicato: 24-02-06

Ultimo aggiornamento: 11-09-06

 

Commenti: 181 reviews

» Scrivere una review

 

RomanceDrame

 

Riassunto: Ryô décide de partir et de laisser Kaori vivre sa vie à la fois pour lui mais aussi pour Kaori. Que va-t-elle devenir sans lui ? Comment va-t-elle pouvoir continuer à vivre sans sa moitié ? Et ce départ est-il vraiment définitif ?

 

Disclaimer: Les personnages de "L'appel au secour" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

How can I post my fanfiction?

 

After signing up for your member account, you have to connect and in the section "Fanfictions/Challenges" of your account, there are 3 possibilities: - Add a new story - Add a new chapter - Modify a story or a chapter Fill in ...

Read more ...

 

 

   Fanfiction :: L'appel au secours

 

Capitolo 6 :: La choix de Kaori

Pubblicato: 26-03-06 - Ultimo aggiornamento: 26-03-06

Commenti: Je sais... la suite s'est fait attendre mais me revoila avec un tout nouveau chapitre. Promis, le prochain sera moins long à venir. Bisous à tous.

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16


 

Sa haine était sa meilleure compagne.  

 

Miki quitta l’appartement, encore toute retournée par ce qu’elle venait de vivre.  

 

Elle ne pouvait plus rien pour Kaori. C’était le seul constat qu’elle pouvait faire à l’heure actuelle.  

Elle se promit de revenir un peu plus tard avec l’espoir de retrouver son amie et non cette femme froide, emplie de rage et de ressentiment.  

L’ancienne mercenaire n’était pas naïve au point de s’être imaginée trouver une Kaori courageuse et souriante face à l’adversité mais jamais elle n’aurait pensé se retrouver face à « ça ».  

Elle repensait à la peur qu’elle avait ressenti un peu plus tôt et ne pût s’empêcher de frissonner devant ce souvenir. Elle, une ancienne professionnelle habituée à tuer de sang froid, s’était retrouvée tétanisée devant une femme qui, d’ordinaire, ne pouvait pas tenir une arme à feu entre ses mains sans provoquer automatiquement une catastrophe.  

Elle avait l’impression de naviguer dans la quatrième dimension.  

Mais son instinct l’avait prévenu au dernier moment et l’avait rarement trompé par le passé. Si elle avait fait un pas de plus dans l’appartement, elle ne savait pas dans quel état elle en serait ressortie. Et c’est bien ce constat qui l’effrayait le plus.  

Jamais elle n’avait pu ressentir une telle violence émanant d’un simple être humain. Même en temps de guerre, les soldats faisaient preuve de plus d’humanité.  

Elle voulait retrouver Falcon au plus vite pour lui raconter ce qu’elle venait de vivre. Elle avait besoin de s’épancher sur l’épaule de son mari. Elle voulait être rassurée sachant malgré tout que ce qu’elle avait vu ne pouvait signifier qu’une seule chose : Kaori, du moins, telle qu’elle la connaissait jusqu’à maintenant, n’était plus. Un être dénué de tout sentiment avait pris sa place. Seule la haine restait palpable et irradiait de tout son être.  

Cette même haine qui en avait conduit plus d’un à la mort.  

 

- Ryo, mais qu’as-tu fait ?  

 

 

Le café apparut au loin et elle s’empressa de s’y engouffrer.  

 

L’Eléph était derrière le comptoir, il avait senti la présence de sa femme qui se rapprochait. Au début, il avait hésité et avait eu du mal à la reconnaître. Elle était si désemparée et perdue que Falcon avait douté un instant. Il ne l’avait encore jamais vu dans cet état de nerfs.  

Il la regarda passer l’entrée en courant presque et la serra fort dans ses bras quand celle-ci s’y jeta ressentant intensément son désarroi. Il voulait la réconforter mais rien à faire.  

 

- Miki ma chérie, qu’est-ce qui se passe ?  

 

Elle leva son petit visage vers lui et essaya de lui sourire pour le rassurer mais n’y arriva pas. Ses yeux s’emplirent de larmes contenues qu’elle s’empressa de refouler. Elle devait garder son calme pour pouvoir expliquer l’étendue des dégâts à son mari. Mais comment lui faire comprendre ce qu’elle-même avait encore du mal à concevoir ?  

 

- J’ai vu Kaori... Falcon !!! Elle resserra son étreinte autour du cou de son homme. Des sanglots apparurent et sa diction devint difficile.  

- Je ne… l’ai… pas reconnue. Elle… elle a changé en si peu de temps.  

- Calme toi voyons.  

- Ce n’est plus la Kaori qu’on a connu.  

 

Et dans un souffle, elle lui avoua.  

 

- J’ai eu peur Falcon. J’ai eu peur de ma meilleure amie.  

 

Il resta figé devant cet aveu. Sa femme ne lui dirait jamais une telle chose si le choc n’avait pas été aussi violent.  

 

Tout à coup, il prit peur lui aussi mais pour une autre raison.  

Une idée venait de lui traversait l’esprit.  

Son instinct le trompait rarement et là, il lui disait que leur amie pouvait faire de grosses bêtises (mais non, c’est pas se que vous croyez ^^).  

Tout à coup, il lâcha Miki et se précipita vers le grand immeuble que sa femme venait de quitter quelques minutes plus tôt.  

Sa course fut rapide et il arriva bientôt devant le bâtiment de brique rouge. Il s’élança dans les escaliers, ouvrit la porte d’un large geste et ses yeux se figèrent devant le spectacle qui l’attendait.  

Kaori se tenait droite face à lui, le regard éteint. Comme le lui avait dit Miki, la jeune femme paraissait totalement ailleurs, dans un autre monde.  

Mais se qui inquiétait le plus le géant, c’était l’arme que Kaori enserrait fermement entre ses deux mains, l’arme de Makimura. Cette même arme se releva doucement pour se positionner à la hauteur du torse de l’homme qui lui faisait face.  

Falcon comprit à ce moment qu’il avait eu raison de s’inquiéter. Lui aussi eut peur mais pas de la même manière que sa femme. Il venait de comprendre, en présence de la jeune nettoyeuse, que les choses avaient indubitablement changé.  

Le pire cauchemar de Ryo venait de prendre vie.  

Kaori s’enfonçait inexorablement dans le monde cauchemardesque de son ex partenaire. Elle s’était laissée submerger par sa haine et quasiment plus rien ne pouvait changer cet état de fait.  

Il savait pertinemment ce qui allait se passait et l’appréhendait sachant qu’il ne pourrait rien faire pour l’empêcher.  

Il ne lui resterait plus qu’un pas à franchir pour rejoindre le monde sombre et glacé de la pègre. Et ce pas, il le savait, ne serait pas bien difficile à faire pour la jeune femme si cette dernière ne retrouvait pas rapidement un semblant de vie.  

Il fallait à tout pris qu’il la fasse réagir sinon il ne pourrait plus rien pour elle, et devrait accepter cet être froid et amer comme la nouvelle Kaori. Et ça, tout comme Miki tout à l’heure, il s’y refusait.  

 

- Kaori, pose cette arme s’il te plaît.  

 

Umi sentait le canon du Smith et Wesson pointé sur lui. Il pouvait percevoir les moindres détails de la scène malgré sa cécité.  

 

- Qu’est ce que tu comptes faire, hein ? Tu veux me descendre peut-être ?  

 

Il essayait de la provoquer en espérant une réaction mais rien. Rien ne transparaissait à travers ce regard vitreux.  

 

- Falcon…  

 

Cette voix complètement décharnée ne pouvait paraître plus inquiétante.  

 

- Tu sais ce que je veux… Alors ne me fait pas perdre mon temps.  

 

Il la fixait toujours sans réagir. Il voulait la provoquer mais en fin de compte c’était elle qui menait le jeu. Et il le savait. Il allait devoir se plier à ses règles s’il voulait la sortir de cet enfer.  

 

- Oui Kaori, je sais parfaitement ce que tu veux mais ne comptes pas sur moi.  

 

Son ton était ferme et décidé. Il voulait la pousser une dernière fois espérant malgré tout lui faire changer d’avis mais ce n’eut pas l’effet escompté.  

 

- Bien, alors tu peux partir. Je ne pense pas que nous ayons quoi que se soit à nous dire de plus.  

 

Ce ton froid et monocorde ne lui ressemblait décidemment pas et Falcon avait vraiment du mal à se contrôler. Il aurait voulu la secouait sans ménagement dans l’espoir de la réveiller mais il s’y refusa. La violence n’était pas une bonne option, pourtant ça le démangeait.  

 

- Qu’est ce que tu comptes faire maintenant, hein ?  

 

Il se doutait déjà la réponse mais voulait l’entendre de sa bouche.  

 

- Pourquoi poser des questions si tu connais déjà la réponse ?  

- Je veux te l’entendre dire.  

- Bien, si c’est ce que tu veux… Je vais continuer là où l’autre a voulu s’arrêter.  

Quel détachement dans ces paroles…  

- Tu sais que je ne t’aiderais pas tout comme Miki d’ailleurs.  

- Vous avez fait votre choix, j’ai fait le mien. Je trouverais quelqu’un d’autre. Vous n’êtes pas mes seules connaissances dans le milieu.  

- Tous ceux qui connaissaient Ryo t’empêcheront de tuer. Et tu le sais.  

 

Ca y est. Il l’avait dit. Il savait que la seule chose qui pouvait maintenir un être humain en vie lorsqu’il pense avoir tout perdu était la haine. Et cette haine si profonde soit-elle entraîne inexorablement la mort avec elle.  

Il le savait pour l’avoir vécu lui-même mais il en était revenu, grâce à l’amour de sa femme. Mais en ce qui concernait Kaori, plus personne ne pouvait empêcher l’irréparable. Son innocence, préservée de ce monde cruel et sans pitié jusqu’alors, était destinée à disparaître. Et sans aucun regret.  

 

Tout à coup, le bruit d’un chien que l’on arme se fit entendre. Falcon saisit automatiquement le message. Il se préparait à quitter la pièce quand il se retourna une dernière fois pour faire face à ce triste spectacle.  

 

- Kaori, tu n’es et n’as jamais été une tueuse. Tu vas te détruire si tu persistes dans cette direction. Cette vie n’est pas pour toi. Ne te sacrifie pas à cause d’une histoire d’amour qui a mal tourné. Tu ne mérites pas une fin comme celle-là.  

- Ne te méprends pas Falcon, je ne comptes pas mourir. Seulement continuer à vivre comme je l’ai fait pendant ces huit dernières années.  

Son visage avait repris un peu de couleur. Sa voix semblait moins froide mais son cœur était à jamais scellé par le désespoir.  

 

Falcon quitta l’appartement d’une démarche raide. Il avait échoué et le savait. Elle était décidée et plus rien ne l’arrêterait. Il savait pertinemment qu’elle trouverait quelqu’un pour l’aider à se perfectionner. Ce ne serait pas dur.  

Elle avait déjà énormément progressé ces dernières années. Son instinct s’était développé et ses capacités physiques également. Elle avait toujours eu un fort potentiel et il était bien placé pour le savoir lui ayant appris lui-même la pause et la manipulation des pièges. Il ne lui manquait que le maniement des armes et malheureusement c’était ce qui allait la tuer. Il en était persuadé. Sans Ryo pour la protéger, il ne lui accordait que quelques mois avant de disparaître.  

 

Kaori, de son côté, repensait aux dernières paroles de l’Eléph’.  

Son intention n’était pas de mourir mais plutôt d’apprendre à vivre sans le nettoyeur n°1 du Japon à ses côtés.  

Il lui avait toujours interdit d’apprendre à tirer ou à se défendre sérieusement. Il avait tout fait pour la préserver de ce monde jusqu’à maintenant, pour ne pas qu’elle est les mains tachées de sang comme lui. Mais les choses avaient changé. Elle savait parfaitement ce que s’était imaginé cet imbécile (pardon, mais là quand même…). Il avait tout simplement dût penser que puisqu’il partait de son côté, elle en ferait de même.  

En effet, qu’est-ce qui l’avait retenu, selon lui, jusqu’à maintenant si ce n’est les sentiments qu’elle avait pour lui ? Il n’avait pas pensé le moindre instant qu’elle pouvait véritablement aimer son travail. Il n’avait vu que le côté sombre du métier de nettoyeur pour elle et elle, elle avait toujours vu ce travail comme un moyen détourné de pouvoir aider des gens qui ne savait plus vers qui se tourner.  

La police ne voulait ou ne pouvait pas les aider alors que faire si ce n’est faire appel à des spécialistes. Elle voyait City Hunter comme un duo de redresseurs de tords.  

Mais Ryo ne l’avait jamais compris sinon il n’aurait peut être pas pris la décision de partir. Il aurait compris le danger que pouvait entraîner une telle situation.  

 

Kaori avait pris une décision ferme et définitive. Elle serait, à elle seule, le nouveau City Hunter. Que cela plaise ou non à son entourage.  

 

Maintenant, il lui fallait penser aux différents moyens de s’améliorer et aux personnes qui pourraient l’y aider, de leur plein gré ou non. Ca n’avait plus d’importance.  

 

Elle saurait se montrait convaincante…  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de