Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autore: sahar_f

Beta-reader(s): Cdm98, Kaori28

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 9 capitoli

Pubblicato: 10-05-06

Ultimo aggiornamento: 22-01-07

 

Commenti: 38 reviews

» Scrivere una review

 

ActionRomance

 

Riassunto: L'amour est parfois imprévisible ! (je ne peux pas en dire plus, faut lire la fic ;0) )

 

Disclaimer: Les personnages de "" Enlève-moi, s'il te plaît ! "" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo. sauf les méchants et le copain de Sayuri.

 

Tricks & Tips

How to put images in a fanfiction?

 

It’s simple. Just send the images to me and tell me where the images should be in the text. I’ll take care of the rest. Please log in to send me these images and use the email you gave me when you signed up.

 

 

   Fanfiction :: " Enlève-moi, s'il te plaît ! "

 

Capitolo 3 :: Sentiments nouveaux (1/2)

Pubblicato: 19-05-06 - Ultimo aggiornamento: 19-05-06

Commenti: et un 'tit chapit avant que je ne consacre la TOTALITE de mon temps à la révision... Souhaitez-moi bonne chance. Ah oui j'voulais vous dire : à partir de ce chapitre je parlerai bcp de Sayuri et de sa nouvelle situation, encore plus que de notre couple de nettoyeurs favoris. Vous voilà prévenues. Sinon biz @ tous et coucou spécial @ mon beta

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

Chapitre 3 :  

 

 

 

03h35 du matin, dans la planque du ravisseur  

 

 

Le jeune homme verrouilla la porte de la chambre derrière lui et se dirigea vers une autre pièce qui se trouvait seulement à une dizaine de mètres de celle où se trouvait Sayuri.  

 

-C’est un peu bizarre quant même !... d’abord, elle ne se souvient pas de moi.. Ensuite, elle ne reconnaît plus le visage de sa sœur ni celui de Saeba ! Alors là, je ne comprends plus rien !... soit c’est une parfaite actrice, soit elle a vraiment perdu la mémoire.  

 

Il pénétra à l’intérieur de la pièce et alluma les lumières. Contrairement à la précédente, cette chambre comportait des meubles plutôt récents mais il n'empêche que le désordre y est : les draps étaient roulés en boule sur le lit. Une épaisse couche de poussière couvrait la petite étagère sur le mur ainsi que la table de nuit à côté du lit, et sur le sol des restes de cartouches usées étaient éparpillés ici et là… la planque d'un tueur quoi !  

 

Il saisît son téléphone portable et composa un numéro. A peine cinq secondes plus tard, une voix rauque lui répondit :  

 

-Alors Johnny, ta mission s'est bien passée ?  

 

-Ly, tu devrais savoir que si on me confie une mission ce n'est sûrement pas une plaisanterie, répondit-il avec sa froideur habituelle  

 

-Je t'ai déjà dit mille fois de ne jamais m'appeler ainsi !  

 

-Ola ! j'avais complètement oublié ce "petit détail", fit Johnny ironiquement. Puisse votre grâce me pardonner un jour cet acte "inadmissible" ?  

 

-Arrête un peu de te moquer de moi ! Et puis d'abord, pourquoi ne m'as-tu pas appelé plus tôt ?  

 

-Disons que j'étais occupé…  

 

-Avec la journaliste ? Elle est où maintenant ?  

 

-Ici, chez moi. Qu'est-ce que tu veux que j'en fasse ? Demanda Johnny froidement.  

 

-Garde-la quelques temps, jusqu'à ce que la situation se stabilise par ici… si tu veux, tu peux t'amuser un peu avec elle mais surtout, garde-la intacte. C'est une pièce précieuse pour mon plan afin de nous débarrasser de City Hunter.  

 

-Compte sur moi.  

 

 

Il déposa son portable sur la table de nuit ainsi que son holster puis s'allongea sur le lit pour se reposer mais une pensée le traversa : il revit une fois de plus le visage de Sayuri, ravagé par les larmes et ses yeux noisette terrifiés qui l'imploraient de la laisser tranquille… il secoua la tête comme pour chasser ces pensées de son esprit. Il devait se reposer après la nuit agitée qu'il venait de passer… mais rien à faire, il n'arrêtait pas de penser à elle, depuis son arrivée ici... Qu'est-ce qu'elle faisait en ce moment ? Etait-elle toujours en train de pleurer ?  

 

Il ne résista pas longtemps à l'envie d'aller vérifier son état. Il marcha dans le couloir et nota bien l'absence de tout bruit. Déverrouillant la porte de la chambre de la prisonnière, il y pénétra à pas de loup. Il faut avouer que cette pièce est nettement plus sordide et plus froide que l'autre. La petite lampe de chevet sur la table de nuit était encore allumée. Johnny se rapprocha du lit et scruta l'endormie… la pauvre était tellement épuisée par la nuit cauchemardesque qu'elle venait de passer, qu'elle s'était endormie presque instantanément après s'être allongée sur le lit. Elle s'était recroquevillée sur elle-même pour essayer de se réchauffer. Son visage était pâle et les traces de sanglots étaient encore présentes sur ses joues.  

 

Sans pour autant comprendre ce qui le poussa à le faire, le jeune homme enleva son manteau de dessus ses épaules et vint la couvrir avec. Instinctivement, celle-ci attrapa le bout du vêtement et se couvrit avec tout entière, laissant néanmoins apparaître sa tête. La chaleur qui s'en émanait semblait avoir de l'effet car le visage de la jeune femme se décontracta peu à peu et elle reprit des couleurs. Elle ressemblait vraiment à une enfant comme ça... Il se surprit à sourire à cette dernière pensée. Mais qu'est-ce qui lui prend ? Il a complètement perdu la boule ma parole ?  

 

-"Ressaisis-toi, vieux ! C'est pas le moment de jouer les sentimentaux ! Tu es un tueur professionnel et c'est TA victime." Se dit-il, rageant contre lui-même.  

 

Ainsi, il se dépêcha de quitter la pièce en vitesse sans se rendre compte que Sayuri avait ouvert les yeux pendant deux trois secondes pour les refermer ensuite et se rendormir après avoir prononcé un "-pourquoi ?" à peine audible…  

 

 

**----------------**----------------**----------------**  

 

 

10h40, …  

 

Sayuri se réveilla péniblement, sa tête lui faisait encore mal. Elle descendit du lit et ouvrit la fenêtre. Il faisait frais dehors à cause de la pluie d'hier soir. Elle prit une grande respiration qui lui fit du bien… Elle réalisa à cet instant précis qu'elle se trouvait au premier étage dans une grande et ancienne villa apparemment désertée par ses occupants il y a bien longtemps. La demeure se trouvait à priori au beau milieu d'une sombre forêt. Mais comment a-t-elle pu atterrir ici ? Elle se souvint alors du visage de son ravisseur, de ses yeux aussi froids que la glace et surtout de son comportement envers elle. Pourtant, elle n'avait pas rêvé cette nuit ; il était bel et bien venu la couvrir, son manteau en est le témoin..  

 

-Il est vraiment étrange, ce gars ! Finit-elle par dire à mi-voix.  

Son regard était dans le vague quand elle entendit le grincement d'une clé dans la serrure puis la porte s'ouvrit sur Johnny (quand on parle du loup !). Celui-ci était venu lui apporter quelques croissants et un bol rempli de lait et de céréales. Il déposa le tout sur le lit :  

 

-Mange si tu veux reprendre des forces ! lui ordonna-t-il avant de se retourner pour quitter la pièce.  

 

La jeune femme s'étonna qu'il la tutoie à présent mais elle le rappela quant même :  

 

-Attendez ! Dites-moi au moins qui vous êtes ?  

 

-On m'appelle Johnny. Si tu veux tout savoir, je suis tueur professionnel et je suis contraint de te garder ici pendant quelques temps.  

 

-mais pourquoi me garder prisonnière alors que je ne vous ai rien fait ? je ne comprend pas !  

 

-on me l'a ordonné. Rappelle-toi ce qui s'est passé hier soir…  

 

Cette dernière phrase la fit taire immédiatement. Mais enfin, c'était ça le problème ! en ce qui concerne hier soir ou même les jours précédents.  

 

-Attendez une seconde je vous en prie ! On est où exactement ? Dans quel pays ?  

 

Le jeune homme manqua d’en tomber à la renverse. Il faudrait qu'il s'habitue à ce genre de questions idiotes de la part de la captive qui a perdu la mémoire, il en était sûr maintenant.  

 

-Quelque part au Japon. Pas d'autres questions ?  

 

Cette réponse a pétrifié notre pauvre Sayuri qui était restée là les yeux grands ouverts sans même pouvoir ouvrir la bouche pour prononcer une quelconque parole, alors que l'autre goujat sortait de la pièce en verrouillant la porte derrière lui.  

 

- Ça ce n’est pas normal ! Mais qu'est-ce que je fais au Japon, moi ? Oh Dieu du ciel !  

 

Elle se rassit sur le bord du lit en essayant tant bien que mal de se souvenir de quelque chose, n'importe quoi… mais en vain… c'était le trou noir… et ce malade qui la retenait prisonnière ! C'en était de trop pour elle..  

 

-OH MON DIEU ! J'VAIS DEVENIR FOLLE A LA FIN !  

 

Elle était au bord des larmes :  

 

-Je veux… je veux sortir d'ici.., Murmura-t-elle dans un sanglot. Puis ses pleurs reprirent de plus belle.  

 

L'homme était juste de l'autre coté de la porte, adossé à celle-ci. Là, il n'eut aucun doute : elle a perdu la mémoire, il en était certain à 1000 % maintenant. Il retourna vers sa chambre, tout aussi bouleversé qu’à son arrivée.  

 

Il s'assit sur le bord de son lit, songeur. Qu'est-ce qui lui prenait ? Cela ne lui ressemblait pas du tout d'être aussi "humain" avec ses victimes. D'habitude, gare à celui ou à celle qui lui tombe sous les griffes… et pourtant…cette femme, il se sentait incapable de lui faire le moindre mal. C'était incroyable l'effet qu'elle avait sur lui. C'est vrai qu'elle était mignonne et qu'il était partant pour une partie de jambes en l'air, mais en même temps, quelque chose le retenait de faire une quelconque bêtise avec elle.  

Cela fait combien de temps déjà qu'elle était ici ? A peine quelques heures. Et malgré cela, il n'arrêtait pas de penser à elle. Des images diverses lui revinrent alors à l'esprit.  

 

+++ Flash Back +++  

 

(Ce sera pour la prochaine fois. Biz et @ +)  

 

 

fin du chapitre  

 

 

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de