Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autore: sahar_f

Beta-reader(s): Cdm98, Kaori28

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 9 capitoli

Pubblicato: 10-05-06

Ultimo aggiornamento: 22-01-07

 

Commenti: 38 reviews

» Scrivere una review

 

ActionRomance

 

Riassunto: L'amour est parfois imprévisible ! (je ne peux pas en dire plus, faut lire la fic ;0) )

 

Disclaimer: Les personnages de "" Enlève-moi, s'il te plaît ! "" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo. sauf les méchants et le copain de Sayuri.

 

Tricks & Tips

Why isn't there HTML file of the NC-17 fanfictions?

 

Since it's impossible to check who's reading those fanfictions in the HTML format, the fanfictions NC-17 are only available in php version.

 

 

   Fanfiction :: " Enlève-moi, s'il te plaît ! "

 

Capitolo 4 :: FLASH BACK (1ière partie)

Pubblicato: 21-06-06 - Ultimo aggiornamento: 08-12-06

Commenti: bonjour tout le monde !! À ceux qui ont eu le courage de me suivre jusque là : me voilà de retour pour un nouveau chapitre de "Enlève-moi, stp". Et ouiii : LE BAC, Ç'EST TERMINEEEEEEE ! (Et ça c'est plutôt bien passé heureusement ! ^_____^ ). Je me suis dit qu'écrire un 'tit chap me fera le plus grand bien après cette période de GRAND stress (alors là je vous jure !) … Ben voilà : à partir de ce chapitre, je vous informerai sur le tout début, le commencement de l'histoire… ce flash back sera plus long que prévu, il s'étalera sur 3 ou 4 chapitres, peut-être même plus… alors patience car, comme d'hab, je suis trop bavarde et je ne peux m'empêcher de décrire toutes les réactions des personnages dans les moindres détails.. disons que c'est une manie (mauvaise ou bonne ?), je vais quant même essayer d’être brève sur certains détails. Au fait, vu que j'ai tout mon temps à présent pour écrire, ne vous inquiétez pas : les maj seront de plus en plus régulières. Le prochain chap est en cours d'écriture. Alors si quelque chose ne vous plaît pas dans la fic, n'hésitez surtout pas à me le signaler, je suis prête à accepter toutes les critiques ! Bon ben je crois que tout est dit… sinon coucou spécial à mon beta d'amouuuuuuuuur et à mes lectrices et lecteurs favoris ! Bonne lecture à tous.

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

Chapitre 4 :  

 

 

+++ Flash Back +++  

 

Deux semaines avant l'affrontement (le 13 novembre),  

 

Il était presque 11h30 du matin. Après un réveil plutôt mouvementé (si vous voyez ce que j'veux dire ;0) !), notre cher nettoyeur descendit les escaliers tout en remettant sa mâchoire en place ! (ben, celui-là, il a dû recevoir la massue du matin !) :)  

 

Il sentit tout de suite la bonne odeur de la cuisine de sa chère partenaire. Celle-ci se trouvait à présent dans le salon, faisant disparaître avec son plumeau le moindre grain de poussière qui traînait dans le coin, tout en chantonnant. Il la regardait alors qu'elle lui tournait le dos. Visiblement, elle était de bonne humeur aujourd'hui. Cela l'enchantait énormément de la voir heureuse. Alors, ne voulant pas l'agacer avec ses pitreries habituelles, il se dirigea vers la cuisine pour prendre son petit déjeuner. Juste un bon café serré pour bien commencer la journée !  

 

Kaori finissait de passer l'aspirateur quand le téléphone sonna. Elle décrocha alors et répondit avec enthousiasme :  

 

-Allô oui ?  

 

-Tiens t'as l'air de bonne humeur aujourd'hui !  

 

-Sayuri ! C'est toi ? Cela fait un bail que je n'ai pas entendu ta voix. Tu m'as tellement manqué, tu sais.  

 

-Toi aussi sœurette. En fait, j'étais occupée ces deux derniers mois par une affaire de scandale politique, si tu vois ce que je veux dire.. Enfin bref ! Si je t'ai appelée c'est pour t'annoncer que j'arrive au Japon après-demain dans la matinée.  

 

Kaori poussa alors un cri de joie :  

 

-SUPER !!! Et tu arrives quand exactement ?  

 

-Vers 10h, 10h05 au grand max.  

 

-Chouette alors ! Je serai là pour t'accueillir.  

 

-merci sœurette. Je savais que je pouvais compter sur toi !… à propos, j'aimerais que ton partenaire soit là lui aussi.  

 

-Ah bon ! Et pourquoi ?  

 

-J'ai quelque chose d'important à lui demander… Sinon comment vas-tu ? Et ce cher Ryô ?  

 

-Mais très bien, chère Sayuri !  

 

-Ryô !  

 

Notre nettoyeur s'était rapproché lentement de Kaori, suffisamment pour écouter les dernières paroles de Sayuri. Naturellement, Kaori était trop occupée à bavarder avec sa sœur pour se rendre compte de la présence de son partenaire. Celui-ci n'essaya même pas d'éviter de l'effleurer de son torse ni de lui prendre le combiné des mains.  

 

Il resta ainsi, le menton sur son épaule droite, à écouter Sayuri qui lui parlait encore à l’autre bout du fil. Il était bien conscient de l'effet que cette proximité produisait sur sa chère partenaire qui en avait du coup le souffle court. Néanmoins, elle lui tendit le combiné qu'il prit aussitôt mais ne changea guère sa posture :  

 

-Tu voulais me parler. Alors vas-y ! Je t'écoute !  

 

-Non, voyons ! Pas par téléphone !… Ah, au fait ! Je te préviens tout de suite : il y a deux jours seulement, j'ai reçu ma dernière livraison de massues "dernier cri". Alors tâche de rester sage pendant mon séjour chez vous !  

 

-Toujours aussi cruelle avec moi ! Dit-il, pleurnichard.  

 

-Et oui ! Si tu crois que je serai là pour m'amuser, tu te trompes complètement ! …Bon je dois te laisser maintenant, j'ai du pain sur la planche. Embrasse Kaori pour moi. A plus !  

 

-A plus.  

 

Et elle raccrocha. Quant à Ryô il remit l’appareil dans la main de sa partenaire qui n'avait pas l’air d’avoir bougé d’un pouce depuis tout à l'heure.  

 

-bizarre, tu ne trouves pas ? Lui demanda-t-il en fronçant les sourcils.  

 

-qu'est-ce qui est bizarre ?  

 

-ta sœur !  

 

-alors toi aussi tu l'avais remarqué ? Ce n'était donc pas qu’une impression !  

 

-Malgré ses efforts de me le cacher, elle m'avait l'air d'être…comment dire ?.. "troublée" par je ne sais quoi !  

 

-tu crois qu'elle court un danger ?  

 

-Je ne sais pas. En tout cas, on saura tout à son arrivée. En attendant,….  

 

 

Il se rapprocha du visage de sa partenaire et déposa un doux et bref baiser sur sa joue.  

 

-Ça, c'est de la part de Sayuri ! Lui dit-il, tout sourire, en voyant le visage de Kaori rougir violemment.  

 

Celle-ci ne savait plus où se mettre. C’était un peu bizarre cet acte de sa part, à moins qu’il ne veuille se moquer d’elle comme toujours ! … et non ; il affichait un air très sérieux et non celui qui s’apprêtait à sortir une de ses cochonneries habituelles. Elle sentit son regard posé sur elle ce qui la poussa à plonger ses yeux noisettes dans les ténébreuses profondeurs des prunelles de son coéquipier. Ce qu’elle y lut augmenta encore plus sa gêne. Quant à lui, se rendant compte des tourments de sa partenaire, détourna son regard qui le trahissait malgré lui. Il annonça d'une voix qu'il voulait neutre :  

 

-Bon ! Moi je sors ! Ne m'attends pas pour le dîner !  

 

Il quitta alors l'appartement, la laissant ainsi, encore debout au milieu du salon, à fixer la porte d'entrée d'où le nettoyeur était sorti. Elle fut réveillée de sa léthargie par la sonnerie de son téléphone portable. Elle décrocha alors : c’était Miki. Celle-ci voulait l’inviter à déjeuner au Cat’s Eye. Kaori hésita un moment puis accepta volontiers l’invitation de son amie qui fut assez perspicace pour percevoir le léger trouble dans la voix de son interlocutrice.  

 

-Qu’est-ce qui se passe Kaori ? demanda une Miki un peu inquiète.  

 

-quoi ? répondit Kaori, un peu surprise par la question.  

 

-tu m’a l’air un peu ailleurs, je me trompe ?  

 

-heu… non… non ! Pas du tout ! répondit nerveusement une Kaori toute rougissante.  

 

-n’essaie pas de me cacher des choses, Kaori ! Je te connais comme personne, tu sais. Il s’est passé quelque chose d’intéressant ce matin ? Insista Miki avec un air malicieux.  

 

 

Kaori savait très bien que son amie ne la lâcherait pas tant qu’elle ne lui aurait pas raconté ce qui la tourmentait tant.  

 

 

-et bien… il m’a … il m’a embrassée !  

 

-HEIN ? CE N’EST PAS VRAI ! Vociféra Miki, trop surprise pour y croire.  

 

-Si… mais ne va pas imaginer des choses ! C’était seulement un tout petit bisou sur la joue… et rien d’autre !  

 

-c’est tout ? pfff ! … je croyais que cet idiot s’était enfin décidé à changer votre situation. Quel lâche celui-là !… J’avais vu juste : je me disais bien que c’était trop beau pour être vrai… bon, tu peux au moins me dire à quelle occasion ? dit Miki avec beaucoup moins d’enthousiasme que tout à l’heure.  

 

-ben, c’est Sayuri qui le lui a demandé ! répondit Kaori qui trouva la réaction de sa meilleure amie un peu décourageante.  

 

-ta sœur ? Elle t’a appelée ?  

 

 

Kaori trouva l’occasion bonne pour changer de sujet :  

 

 

-oui, ce matin. Et elle arrivera au Japon après-demain. J’ai hâte d’y être !  

 

-je te comprends… bon ben, j’te laisse à présent. Il faut que j’aille aider mon mari à s’occuper des clients. A plus !  

 

-à plus !  

 

 

La conversation en resta là et notre petite Kaori retourna à ses tâches ménagères tout en chantonnant. Elle était heureuse même si l’acte de Ryô n’était (peut-être) pas un témoignage d’un quelconque sentiment qu’il lui porterait… mais au moment où elle avait croisé son regard, et bien que cette rencontre n’ait duré que quelques secondes, celui-ci portait comme une petite flamme… de désir ? Peut-être. Ou alors son imagination qui lui jouait encore des tours ? Elle poussa un soupir.  

 

-"Qui vivra verra !" songea-t-elle, tout en caressant du bout des doigts l’emplacement de la bise de Ryô sur sa joue.  

 

 

 

**----------------**----------------**----------------**  

 

 

 

15 novembre, 08h45  

 

 

-DEBOUT ESPECE DE FAINEANT ! IL EST DEJA 9 HEURES MOINS QUART ! ALLEZ DEBOUT !! Hurla Kaori en entrant en trombe dans la chambre de son partenaire qui dormait encore.  

 

-hein ? fit un Ryô à moitié endormi.  

 

Puis, après un effort surhumain, il réussit à tendre le bras pour attraper son réveil et voir l’heure.  

 

-Non mais ça ne va pas ! Qu’est-ce qui te prend de me réveiller aux aurores ? (NDA : j’adore ce mot "aurore" ! Savez-vous que c’est exactement la traduction de mon nom en arabe ?... bon, là j’divague, je sais !)  

 

-Ne me dis pas que tu as oublié : Sayuri arrive aujourd’hui !  

 

-ah ouiiii tu as raison !  

 

 

En un éclair il prit son air le plus idiot et sauta du lit tout en criant :  

 

 

-je dois être au TOP de mon élégance ! Patience, douce Sayuri ! …. J’ARRRRIVE…  

 

 

BOOOOOOOOM !!!!! (No comment ! ^___^)  

 

 

-… et n’essaie pas de tenter quoi que se soit avec ma sœur !  

 

 

 

**----------------**----------------**----------------**  

 

 

 

Trente minutes plus tard, ils quittèrent l’appart’ à bord de leur mini. La circulation était assez dense sur les routes de Tokyo à cette heure de la journée, ce qui eut pour effet de les retarder encore plus. Ils n’arrivèrent à l’aéroport que vers 10h10. À l’arrivée au parking, Kaori sauta littéralement de la voiture et pénétra en courant à l’intérieur de la bâtisse. A priori, l’avion qui portait Sayuri à son bord était arrivé depuis une bonne dizaine de minutes. Les passagers se comptaient par centaines.  

 

Kaori chercha des yeux sa sœur qui était l’une des derniers passagers qui descendirent de l’appareil. Leurs regards se croisèrent un instant et Kaori ne put s’empêcher de courir se jeter dans les bras de la jeune journaliste. Les retrouvailles furent chaleureuses … Mais Kaori remarqua bien vite la pâleur du visage de sa sœur.  

 

-qu’est-ce que tu as ? Tu es toute pâle. Tu es malade ?  

 

-Je te raconterai tout plus tard. Pour l’instant, il faut qu’on s’éloigne d’ici au plus vite. Je crois que je suis suivie par je ne sais qui. Murmura Sayuri à l’intention de sa sœur.  

 

-hein ? fit Kaori stupéfaite.  

 

-oui je vois ! Dit Ryô, alors qu’il fixait d’un regard noir un point derrière l’épaule de Sayuri. Kaori jeta un discret coup d’œil dans cette direction et comprit tout de suite ce qu’il voulait dire par sa réplique. Elle vit l'homme en noir sourire narquoisement déguisé derrière ses lunettes de soleil. Elle tourna son regard vers son partenaire et le vit tourner le dos et ajouter avec un ton des plus sérieux :  

 

 

-Venez allons-nous-en d’ici.  

 

 

Tous les trois sortirent du terminal et se dirigèrent vers leur véhicule. Aucun mot ne fut prononcé pendant tout le trajet jusqu’à Shinjuku. Arrivés à l’appartement de CH, ils s’installèrent dans le salon alors que Ryô jetait un coup d’œil discret par la fenêtre à la jeep garée juste devant l’immeuble. Le silence s'installa pendant quelques minutes. Kaori exploita ce temps mort pour aller chercher quelque chose à boire à la cuisine…  

 

 

-tu sais qui c’est exactement ? Demanda Ryô, tout en se dirigeant vers le sofa.  

 

-non, pas vraiment. Répondit Sayuri, tout ce que je peux te dire c’est que c’est un grand brun qui porte toujours des lunettes noires, c'est pourquoi je ne sais pas exactement à quoi il ressemble. Bref, il me suit partout où je vais depuis au moins une semaine.  

 

-c'est un américain alors ? Demanda Kaori qui était revenue de la cuisine avec quelques gâteaux et du jus de fruit.  

 

-Je n'en suis pas très sûre, répondit Sayuri avec un air un peu inquiet. D'ailleurs, je crois même que…  

 

 

Elle se tut un instant en contemplant le léger gonflement au niveau de l'aisselle de Ryô.  

 

 

-je crois qu'il est armé ! Finit-elle par dire.  

 

-s'il voulait te tuer, pourquoi n'a-t-il pas tenté quelque chose aujourd'hui ? Ryô avait posé la question presque comme s‘il se parlait à lui même.  

 

-ben… je ne lui ai pas laissé l'occasion de le faire, à vrai dire… toute la semaine dernière j'ai essayé de ne pas rester toute seule ou, au moins, avec un minimum de gens, quelques soient les circonstances... Je fréquentais tout le temps des endroits pleins de monde Je sentais continuellement qu'il était là, prêt à saisir la moindre occasion pour m'abattre sans que personne ne s'en aperçoive.  

 

Kaori pouvait à présent sentir le trouble de sa sœur. Instinctivement, elle vint l'entourer de ses bras pour la rassurer. Quant à Ryô, il sembla ne même pas l'avoir entendue.  

 

-il devait sûrement me connaître pour réagir ainsi durant tout le trajet depuis l'aéroport. En fait, je ne crois pas qu'il veuille te tuer.  

 

-comment peux-tu en être si sûr ?  

 

-il l'aurait déjà fait sinon… Bon cherchons d'abord pourquoi il te suit. J'imagine qu'il cherche quelque chose que tu possèdes ou peut-être as-tu vu quelque chose que tu n'aurais pas dû voir ?  

 

 

le silence qui suivit dura une bonne trentaine de secondes, avant que Sayuri ne le coupe par sa réplique :  

 

 

-c'est vrai…  

 

-qu'est-ce qui est vrai ? Demanda Kaori anxieusement.  

 

Sayuri affichait à présent un regard triste comme si elle revoyait la scène devant ses yeux :  

 

-En fait, j'ai… j'ai été témoin d'un meurtre !  

 

 

 

 

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de