Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: kaiko

Status: Completa

Serie: City Hunter

 

Total: 15 capitoli

Pubblicato: 09-03-04

Ultimo aggiornamento: 05-07-07

 

Commenti: 129 reviews

» Scrivere una review

 

DrameRomance

 

Riassunto: La maladie frappe douloureusement et à l'aveuglette. Personne n'est à l'abri. Pas même la douce Kaori...

 

Disclaimer: Les personnages de "Jusqu'à ce que la mort nous sépare" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

How to put images in a fanfiction?

 

It’s simple. Just send the images to me and tell me where the images should be in the text. I’ll take care of the rest. Please log in to send me these images and use the email you gave me when you signed up.

 

 

   Fanfiction :: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

 

Capitolo 14 :: Un espoir au delà de l'ombre?

Pubblicato: 09-04-07 - Ultimo aggiornamento: 09-04-07

Commenti: Et bien...Finir deux ans plus tard une histoire, c'est pas banal. Mais ça m'ennuyait de la laisser en plan, car elle me tenait vraiment à coeur. Je vous laisse juge d'en gouter la saveur à votre tour.

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15


 

Ryo…Je n’avais pas compris. Tu n’as pas compris. Le bonheur n’est pas une destination, mais une façon de voyager. J’ai longtemps lutté, mais je sais à présent. Je croyais te quitter pour te laisser vivre ta vie, pour t’épargner la vision douloureuse de ma déchéance, pour te faire croire enfin que tu m’avais rendue à la vie normale que tu souhaitais tant pour moi. Comme s’il pouvait y avoir une vie sans toi… Je ne voulais que hâter ma mort puisque vivre sans toi, c’est mourir un peu… Tout le long du voyage, je t’ai cherché des yeux. A chaque pas j’ai espéré te voir apparaître, à chaque trébuchement j’aurais voulu que ton bras me rattrape. Chaque douleur je l’ai supportée pour toi. Pour être digne. Ma force. Mon âme. Ma vie. Je ne veux pas mourir.  

 

La colline était si haute. Plus haute qu’une montagne. La montagne pesait sur mes membres tandis que je me hissais lentement à son sommet. Je dois savoir.  

 

Tant de souffrance pour un si faible espoir, pour une si grande résolution, une si tremblotante certitude. Je veux savoir.  

 

L’espoir… Quelle chose étrange… Car quel espoir pouvait-il me rester, à moi qui allais mourir ? Quelle certitude voulais-je avoir ? Quelle lumière brillait pour moi là-haut ? Une si grande douleur pesait sur moi, qu’il semblait si facile de renoncer, de se coucher là, sur le bord du sentier, et de me laisser mourir, dans l’espoir que le repos apaise mes souffrances, dans l’espoir que la mort vienne rapidement mettre un terme à mon agonie. Encore un pas. Un pas de feu dans tous mes membres, un pas de plus vers la connaissance.  

 

La seule lumière était celle des yeux de Ryo. Je dessinai mentalement son visage, ses lèvres, ses yeux, son regard torturé, désabusé, dangereux et tellement triste. Oh, mon Ryo. Je voudrais te le dire avant de mourir. J’ai été heureuse à tes côtés. Même sans te toucher. Même sans savoir. Je voudrais avoir la certitude que tu ne te jetteras pas dans un combat suicidaire dont l’issue te sera fatale. Quand j’étais ta partenaire, je pouvais croire que nous rentrerions sains et saufs à la maison. Ne serait-ce qu’à cause de cette stupide promesse faite à mon frère. La garantie que tu me protègerais te protégeait aussi.  

 

J’ai si mal. Je souffre tant. Le sommet est il encore loin ? Ou s’éloigne t’il comme l’horizon ? Echappe t’il à mon emprise comme ma propre vie, que je sens s’enfuir à chaque souffle ?  

 

Je n’ai plus peur de mourir. C’est plus facile. Je me concentre sur mon ascension. Le soleil m’éblouit. Il nimbe la silhouette qui me précède d’une lumière aveuglante et surnaturelle.  

 

Mes jambes sont de pierre, si les pierres peuvent avoir aussi mal. Mon cœur aussi, et il prétend s’extraire de mon corps à chaque seconde en déchirant mes chairs.  

 

Mais, Ryo, mon amour, me soutient. Je t’attends, Kaori.  

 

Quand je lève les yeux du chemin, il est là devant moi, qui marche, qui se retourne pour m’encourager du regard. J’y suis presque. Encore un pas. Lourd. Un autre. Lourd. Vers toi. Je te rejoins, Ryo.  

 

Parfois il est à mon coté et il me soulève à moitié par les épaules. C’est plus facile alors de grimper. Nous y sommes bientôt.  

 

Il y a un espoir au-delà de l’ombre. N’est ce pas, mon amour ? Il me sourit. Viens.  

 

Mais, soudain, je sursaute. Du sang s’écoule de la commissure de ses lèvres et son regard devient fixe. Une ruelle se dessine en arrière plan, par-dessus les arbres de la forêt. Ryo ?!  

 

Mon cœur se met à battre plus fort et l’angoisse me serre à la gorge. Un voile noir tombe sur mes yeux. Et s’il était trop tard ?  

 

Il rampe en dehors des arbres/de la ruelle. Où es tu ?  

 

Je le suis en titubant sur la tête chauve de la montagne, plus lourde, plus mourante, plus proche de la vérité que jamais. J’arrive.  

 

Je regarde le ciel d’un bleu pur, éblouissant, je me mets à sourire, mon regard se perd dans son immensité et un vertige me saisit en même temps que la certitude de déjà savoir.  

 

Les jambes me manquent et je m’écroule, serrant contre mon coeur oppressé le précieux portable, incapable pourtant de bouger, les yeux fermés sur les larmes, l’esprit déjà loin dans le ciel bleu, le corps douloureux ancré dans la terre, ne faisant déjà plus qu’une avec la montagne.  

 

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de