Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autore: phoenix2048

Beta-reader(s): ANGELIQUE

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 3 capitoli

Pubblicato: 30-06-10

Ultimo aggiornamento: 27-07-10

 

Commenti: 19 reviews

» Scrivere una review

 

RomanceSci-Fi

 

Riassunto: Après une banale mission, Kaori reçoit en guise de paiement un miroir qui sera à l'origine d'un bouleversement dans la vie des City Hunter...

 

Disclaimer: Les personnages de "Quand Ryô rencontre Ryô..." sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

What do the ratings mean?

 

- G: General Audience. All ages admitted. This signifies that the fanfiction rated contains nothing most parents will consider offensive for even their youngest children to see or hear. Nudity, sex scenes, and scenes of drug use are absent; violence is minimal; snippets of dialogue may go beyond polite conversati ...

Read more ...

 

 

   Fanfiction :: Quand Ryô rencontre Ryô...

 

Capitolo 1 :: Chapitre 1

Pubblicato: 30-06-10 - Ultimo aggiornamento: 29-08-10

Commenti: Bonsoir à tous et à toutes! Voici une nouvelle fic qui m'a été inspirée par une série... et je vous laisse deviner laquelle :) J'espère que cette histoire vous plaira. Un grand merci à ma Sunny qui a gentiment accepté d'être ma bêta pour cette nouvelle aventure... Bonne lecture et à bientôt! Bisous ;)

 


Capitolo: 1 2 3


 

« Allez, s’il te plaît !  

_ Nan ! Laisse-moi lire mes magazines tranquillement, bon sang !  

_ Ecoute ! Ma patience a des limites ! Je ne supporte plus de voir ce magnifique miroir relégué dans l'entrée comme un vulgaire paquet ! J'ai vraiment honte vis à vis de Mr Shibata à chaque fois que mon regard se pose dessus ! De toute façon je ne te laisse plus le choix alors tu as intérêt a bouger tes fesses ou tu vas tâter de ma massue ! » lui asséna-t-elle en espérant le convaincre.  

Il leva les yeux vers elle et vit à son air renfrogné qu’elle ne changerait pas d’idée.  

Alors, après avoir soufflé bruyamment pour exprimer son mécontentement, il se leva du canapé en disant :  

« C’est bon, t’as gagné ! Je vais t’aider à l’installer…  

_ Merci Ryô… »  

 

Flashback  

 

Deux semaines auparavant, City Hunter avait eu pour client un riche antiquaire, Mr Shibata, qui s’était rendu compte que des pièces de grandes valeurs avaient disparues, les voleurs n'ayant laissé aucun indice.  

Il avait alors fait appel à leurs services pour découvrir qui se cachait derrière ces mystérieux vols.  

Infiltrés dans la boutique, les deux partenaires avaient effectué une minutieuse enquête qui leur permit de découvrir que c'était Shibata junior lui-même qui avait été l'auteur du pillage ainsi que du trafic d'œuvres d’art au sein même de l'affaire familiale. D'ailleurs, il avait même essayé d’enrôler le nettoyeur dans ses sales combines mais Ryô en avait profité pour récolter des preuves en lui tendant un piège. Le vieil antiquaire avait été vraiment choqué et déçu d'apprendre qu'il avait été volé par son propre fils alors qu’il avait tout ce qu’il désirait.  

La mission terminée et le temps des adieux et des remerciements étant arrivé, Kaori avait alors décidé de faire le tour de la boutique avant de partir.  

Mr Shibata, qui l'avait discrètement observé s'extasier devant les magnifiques pièces de collection les yeux remplis d'étoiles, s'était approché d'elle la voyant soudain s'arrêter, attirée par un vieux miroir qu'elle admirait avec intérêt.  

Ne l'ayant pas entendu arriver, elle avait alors légèrement sursauté lorsqu'il lui avait demandé :  

« Il vous plaît , n’est-ce pas ?»  

« Euh… Oui… Beaucoup… » avait-elle dit en soupirant  

« Pourquoi ce soupir ?  

_ Oh simplement parce que je me demandais si un jour j’aurais assez d'argent pour pouvoir me payer un si bel objet… »  

Le vieil homme sourit.  

« Savez-vous qu’il est très particulier ?  

_ Ah oui ?  

_ La légende dit qu’il est magique… »  

Elle qui adorait toutes ces histoires de légendes, avait écarquillé les yeux de surprise, alors sans aucune hésitation, elle avait imploré le vieil homme de tout lui révéler au sujet de cette fabuleuse psyché.  

« Oh, s’il vous plaît, racontez-moi ! »  

Devant son enthousiasme presque puéril, il avait cédé, amusé.  

« Très bien… »  

 

Mr Shibata avait légèrement toussoté avant de commencer son récit.  

« On raconte que ce miroir aurait été sculpté dans de la pierre de Lune et qu’il possèderait des pouvoirs magiques. Durant les quelques jours qui précèdent la pleine lune, il serait possible d’ouvrir un passage vers un autre monde…  

_ Un autre monde ?  

_ Oui, parallèle au nôtre… Il serait alors possible, pour les personnes qui l’habitent, de venir dans le nôtre ou inversement…  

_ Mais alors n’importe qui peut le traverser ?  

_ Non… Seul le propriétaire d’un autre miroir dans cette autre dimension a cette faculté.  

_ Mais ne serait-ce pas dangereux pour lui, ou pour nous de le franchir ?  

_ Cela le deviendrait s’il y avait trop de différences entre la vie que la personne mène là-bas et celle de son double qui vivrait ici. Le voyageur qui viendrait dans notre dimension ne pourrait rester ici très longtemps sans subir des malaises ou des dommages irréversibles pour sa santé…  

_ Il aurait un temps limité…  

_ Oui… Il lui faudrait retourner dans sa dimension avant le jour de la pleine lune.  

_ Et pour qui ce fabuleux miroir a t-il été crée ?  

_ On raconte qu’un grand prince qui avait aimé sa défunte épouse d’un amour si profond et sincère, et incapable de surmonter sa mort, avait imploré un magicien pour qu’il l’aide à retrouver son grand amour tant il était désemparé…Il avait entendu dire que l'enchanteur avait le pouvoir de faire voyager les gens dans des dimensions parallèles où la vie était semblable à celle sur Terre. Et pour cela, il avait crée un miroir… Le pauvre veuf était persuadé que sa femme était encore en vie dans l’un de ces mondes… Un beau jour, il le traversa, quelques jours avant la pleine lune et en revint quelques jours plus tard… Il l'avait retrouvée en vie mais mariée à un homme qui n’était autre que son double. Il avait renoncé à l’emmener avec lui comprenant que rien ne pourrait les séparer. En un sens, cela lui remonta le moral, car pour lui, elle continuait à vivre quelque part même si c'était avec cet autre « lui ». A partir de ce jour, il reprit un peu goût à la vie en attendant le moment où il rejoindrait sa bien aimée dans les cieux… »  

Kaori avait attentivement écouté les paroles du vieil homme.  

Mr Shibata s'était arrêté lorsqu'il s'était rendu compte que la jeune femme pleurait, touchée par son récit.  

« Oh, mais il ne faut pas pleurer Mademoiselle !  

_ Je n’y peux rien… Les histoires qui finissent mal, je déteste ça ! »  

Le vieil homme posa sa main sur son cœur, pour donner plus de poids à ses mots.  

« Mais elle ne finit pas si mal que ça… Le prince sut ainsi que celle qu'il chérissait dans son cœur serait toujours là avec lui et que rien ne le séparerait d'elle… Et puis, ce n’est qu’une légende Mademoiselle Makimura… »  

Kaori fixa à nouveau le miroir :  

« Vous savez, Mr Shibata, il me plaît encore plus, maintenant que je connais son histoire…  

_ Alors s’il vous plaît tant que ça, laissez-moi vous l’offrir… »  

La jeune femme leva vers lui un regard surpris, soudain gênée par sa proposition qu'elle refusa d'abord vivement.  

« Mais vous n’y pensez pas ! C’est beaucoup trop ! Je ne peux accepter Mr Shibata !  

_ S’il vous plaît… »  

Il s'était saisi des mains de Kaori, pour mieux la convaincre.  

« Cela me ferait vraiment plaisir si vous me permettiez de m'acquitter de ma dette en l'acceptant comme prestation de vos services. »  

Elle finit par déposer les armes ne sachant que répondre devant cet argument plus convainquant à ses yeux.  

« Dans ce cas, je veux bien… Merci, Mr Shibata…  

_ De rien Mademoiselle… C’est moi qui vous remercie ! »  

Ryô avait choisi ce moment-là pour les rejoindre et il n’avait pas aimé le sourire de Kaori et du vieil homme. Son idée s’était confirmée quand sa partenaire lui dit :  

« Tiens te voilà, Ryô ! Tu ne devineras jamais ce que Mr Shibata vient de me donner en échange de notre travail…  

_ Non, mais je crois que je vais le savoir d’ici peu…  

_ Tu vois ce beau miroir ?  

_ Ne me dis pas… »  

Ryô s’était interrompu, pointant son index vers l’objet en question, devinant très bien la suite.  

« Eh ben si... Il est à moi maintenant et on le ramène à la maison ! »  

Et tout en disant cela, elle s'était mise à sautiller sur place en joignant ses deux mains.  

Complètement dépité, Ryô avait penché sa tête en avant, au moment où une libellule lui tombait dessus, lâchant un malheureux :  

« Nan, c’est pas vrai…»  

 

Fin du Flashback  

 

Kaori, ravie qu'il ait fini par accéder à sa requête, le devança, excitée comme une puce à l’idée de l’avoir enfin dans sa chambre.  

Ryô s’amusait de la voir bondir dans tous les sens : on aurait vraiment dit une gamine recevant le dernier jouet à la mode qu’elle aurait commandé au Père Noël !  

Le nettoyeur se dirigea vers l’imposant objet qui se dressait dans le couloir.  

Et dire qu’il allait devoir le transporter jusqu’à la chambre de sa partenaire !  

Il poussa un profond soupir.  

« Bon, allez… Viens m’aider, Kaori…  

_ Oui… Je fais quoi ?  

_ Attrape-le de ce côté et fais-le basculer vers moi…  

_ Ok… »  

La jeune femme s’exécuta mais le miroir était plus lourd qu’il n’y paraissait.  

« Pfff ! Il pèse une tonne ce machin !  

_ Ah ! Et que croyais-tu, Miss je-sais-tout ! Qu’il était léger comme l’air ?  

_ Ne commence pas tu veux !  

_ Et pourquoi tiens-tu à tout prix à avoir ce truc dans ta chambre ?  

_ Je te rappelle que ce «truc» est à moi déjà, donc cela va de soi. Et pour répondre à ta question, un miroir de cette taille me sera très utile parce qu'il me permettra d'avoir un meilleur aperçu de mes tenues lors de mes essayages  

_ Oh pour ce qu’il y a à voir… »  

Ryô regrettait déjà ses dernières paroles dès qu’il vit Kaori froncer les sourcils.  

Son aura se fit plus imposante, signe qu’elle allait exploser dans les secondes suivantes.  

Il voulut s’enfuir mais fut encastré sous une énorme massue.  

« Tiens, la voilà ma massue ! Tu l’avais oubliée, hein ?  

_ Mais, ve plaivandait…  

_ Ben tiens ! »  

Elle se retourna en boudant.  

Ryô qui avait déjà récupéré de ses blessures, s’approcha d’elle et la taquina :  

« Explique-moi comment tu fais pour soulever des massues de plusieurs tonnes sans efforts alors que tu n'arrives même pas à bouger ce machin comme tu dis ? Je t'écoute... »  

Soudain gênée et ne sachant que répondre, elle bredouilla ces trois mots :  

« Ben… Euh… Je…  

_ Bon allez, j’arrête de t’embêter, mais dépêche-toi avec ton miroir… J’ai d’autres choses à faire…  

_ Ok… On y va… »  

Les deux nettoyeurs réussirent à le déplacer après quelques efforts.  

Ryô l’installa près de la coiffeuse.  

« Voilà, on y est arrivés ! Enfin ! »  

Il s’allongea sur le lit de sa partenaire, pour se reposer un peu.  

Les yeux fermés, il lui demanda :  

« Alors, ça te convient là où je l’ai mis ? »  

Assise près de lui, elle lui dit :  

« Oui, c’est très bien… Je te remercie, Ryô…  

_ De rien, Kaori chérie… »  

Elle tourna la tête vers lui, quelque peu surprise par la façon dont il venait de s’adresser à elle.  

Il sentit le regard de sa moitié glisser sur lui mais ne dit rien.  

Il avait eu envie de lui dire cela, c’est tout…  

Et pour dissiper l’atmosphère gênante qui venait de se créer, il continua de lui parler, sans ouvrir les yeux.  

« Alors, que t’as raconté ce vieux fou de Shibata pour que tu l’adores à ce point ce fichu miroir ?  

_ Une vieille légende… Tu veux que je te la raconte ? »  

A la pointe d'excitation qu'il avait perçu dans sa voix, il sut qu'elle tenait vraiment à lui en dire plus alors il la laissa faire..  

« Ouais… Pourquoi pas… »  

A son tour, elle lui narra le récit du vieil antiquaire avec tant d'enthousiasme et de passion qu'il ne put s'empêcher d'ouvrir les yeux et sourire lorsqu'elle eut terminé, amusé par le plaisir qu'elle y avait pris.  

« Tu crois que c’est vrai tout ça, Ryô ?  

_ Je n’en sais rien… Il y a tellement de choses bizarres qui peuvent exister… Mais bon, la plupart du temps, les légendes sont faites pour être racontées comme telles, et cela ne veut pas forcément dire qu’elles soient vraies…  

_ … ni fausses…  

_ Tu n’en démordras pas, hein ? » dit-il, le sourire en coin.  

« J’en sais trop rien… » lui dit-elle, en souriant.  

« Allez, je vais aller préparer le repas… Sinon, tu vas encore me faire toute une histoire quand tu auras faim ! »  

Elle se releva d’un bond et se dirigea vers la cuisine.  

Ryô resta allongé encore un petit moment.  

Il n’était pas du genre à croire à tous ces contes de bonnes femmes !  

Mais bon…  

Et si c’était vrai ?  

Il tourna la tête vers l’objet et commença à l’observer.  

C’est vrai qu’il était vraiment beau !  

Il devait quand même avouer qu’il était intrigué.  

Le nettoyeur se leva, décidé à l’examiner sous toutes les coutures.  

La pierre qui composait le cadre était finement sculptée et formait de magnifiques arabesques.  

Il passa ses doigts sur le cadre, puis observa attentivement les dessins : certains ressemblaient plus à des mots en y regardant de plus près.  

Ryô essaya de déchiffrer l’écriture qui s’y trouvait mais sans succès, alors il laissa tomber et ouvrit la porte de la chambre afin de descendre rejoindre sa partenaire : le repas ne tarderait pas à être servi vu la bonne odeur qui régnait à l’étage.  

Et si ce miroir possédait réellement des pouvoirs magiques ?  

Non… Ce serait vraiment trop beau… Il secoua la tête, incrédule…  

Il claqua la porte et descendit les escaliers quatre à quatre, en pestant :  

« Ah ça m’énerve ce truc ! A cause de Kaori et de ses histoires à dormir debout, je suis en train de me prendre la tête pour confirmer ou infirmer ses stupides croyances ! »  

 

 


Capitolo: 1 2 3


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de