Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autore/i: Lifetree

Traduttore/i: kaori_hisaishi , CHANLYR

Status: In corso

Serie: Style Hojo

Original story:

The Traveller

 

Total: 1 capitolo

Pubblicato: 03-10-04

Ultimo aggiornamento: 03-10-04

 

Commenti: 9 reviews

» Scrivere una review

 

FantasyRomance

 

Riassunto: Histoire originale sur laquelle est basée ma fanfic "Ta Vie m'appartient". Voici l'histoire expliquant la création des Travellers, les origines de Sara, et ainsi de suite...

 

Disclaimer: Les personnages de "The Traveller" sont la propriété exclusive de Lifetree. Une ressemblance à une personne vivante ou ayant vécue est une coïncidence.

 

Tricks & Tips

What is an offline translation?

 

It’s the translation of a fanfiction that is not on HFC.

 

 

   Traduzione :: La voyageuse

 

Capitolo 1 :: prologue

Pubblicato: 03-10-04 - Ultimo aggiornamento: 03-10-04

 


Capitolo: 1


 

Il y a bien longtemps, j'ai été comme vous. Je me levais le matin, j'allais à l'école, en rentrant je faisais mes devoirs, jusqu'à l'heure d'aller me coucher. tous les jours la même routine, jour après jour après jour, et je n'avais jamais trouvé ça inhabituel, je n'avais jamais rêvé de quoi que ce soit d'autre. Ma vie scolaire a été la même depuis qu'elle a commencé à la maternelle et quand j'aurai mon diplôme, ma vie professionnelle sera probablement la même jusqu'à ce que je prenne ma retraite. Rien d'inhabituel, rien d'exotique, je serais le parfait citoyen modèle.  

 

Mais tout changea.  

 

Je venais de passer mon bac, j'avais eu mon diplôme et il me tardait d'aller à l'université. J'aurais étudié pendant les vacances d'été si mes parents ne m'avaient pas forcée à faire un voyage de deux mois en Europe avec des fonds illimités. Je suppose que j'aurais dû être reconnaissante pour cette opportunité. Je sais que tout autre adolescent aurait été fou de joie à l'idée du voyage, et encore plus à l'idée des fonds illimités. Mais moi j'étais ennuyée, je n'avais jamais été une fille du genre populaire, en fait j'étais plutôt du genre "ringarde" et les seuls amis dont je pensais avoir besoin étaient mes livres. A vrai dire, je ne m'étais jamais sentie à l'aise avec les gens.  

 

Je suis partie pour l'Europe en pensant qu'il serait facile une fois là-bas de trouver un endroit où m'enfermer et étudier pendant ces deux mois, mes parents n'en sachant rien. En tout cas c'était mon intention. Je n'avais pas prévu que l'Europe jouerait contre moi. Dès que j'ai atterri, j'ai été captivée par toutes les différentes cultures, vivant si près les unes des autres, et pourtant elles réussissaient à conserver leur identité individuelle. J'ai laissé mes livres dans mon sac et j'ai commencé à explorer les différences et similarités entre les européens.  

 

L'été se terminait quand mon voyage m'emmena dans le sud de la France. Satisfaite par mes recherches et les merveilles que j'avais vues, j'avais décidé de me détendre pour le restant de mes vacances. J'y ai visité Monter Carlo, Saint Tropez, Nice, et toutes les autres villes connues du Sud. Après la côte, j'ai passé du temps à l'intérieur des terres, découvrant la beauté de la campagne tout en me soulageant de la chaleur dans les forêts denses et fraiches qu'on y trouve. C'est à ce moment là que c'est arrivé . . .  

 

J'avais eu une merveilleuse mais fatigante après midi, appréciant la fraicheur de la forêt, quand une tempête éclata et la pluie tomba à verse du ciel, me trempant jusqu'aux os en quelques secondes. Comme j'étais déjà mouillée, j'avais décidé de continuer de marcher jusqu'à ce que j'atteigne ma voiture, ou jusqu'à ce que je trouve un abris sûr. Pendant que je marchais je me suis retrouvée dans un endroit découvert, juste au moment où un éclair frappait celui-ci. Je me suis jetée au sol, mais c'était trop tard. La foudre me frappa, me faisant perdre mon souffle ainsi que la conscience. Ma première pensée quand j'ai repris connaissance a été que j'étais morte, mais une petite voix demanda ironiquement comment je pouvais penser, si j'étais morte. J'ouvris mes yeux avec précautions, confirmant le fait que j'étais toujours vivante. je venais de survivre à une décharge électrique qui aurait pu alimenter une maison en électricité pendant une année entière. Doucement je me mis sur mes pieds, chancelant parce que j'avais du mal à retrouver mon équilibre au début. Je venais de me lever quand j'ai vu quelque chose en face de moi.  

 

Au début c'était si petit que je pensais que c'était un point lumineux s'accrochant toujours à ma rétine. Je clignai des yeux mais ce point de lumière subsistait, devenant de plus en plus grand au fur et à mesure que je le regardais. Tout en grossissant, il avait aussi commencé à tourner, me faisant penser à un disque hypnotique. Cette chose me mettant mal à l'aise, je commençais lentement à reculer mais eus la malchance de trébucher sur une pierre. Quand je me suis relevée, le disque avait désormais la moitié de ma taille et continuait de grandir. Je ne sais pas ce qui m'a poussé, mais mon instinct me souffla soudain de courir au loin, ce que je fis. Comme s'il lisait mes pensées, du disque sortit un "bras" qui m'attrapa par la taille et me traina cers celui-ci. Je paniquai, bien sûr, mais ma force, même augmentée par l'adrénaline, ne put rien pour m'aider à échapper à l'emprise de ce "bras". Alors que je n'étais plus qu'à un mètre du disque, une poussée de force arrêta momentanément mon avancée, mais ce fut finalement de trop. Epuisée et exténuée, je m'écroulai, respirant lourdement pendant que le "bras" me trainait à l'intérieur du disque.  

 

Une vague de désorientation me frappa et je pense que je suis tombée dans les pommes pendant un court instant. Quand j'ai finalement repris conscience et réussi à regarder autour de moi, je n'aurais pas pu dire où je me trouvais. Une chose était certaine, si c'était la Terre, ce n'était pas un endroit que j'avais déjà visité ou dont j'avais entendu parler. Il faisait noir mais ça ne m'empêchait pas de vpor autour de moi. Ma première pensée fut que j'étais dans une salle noire, ou quelque chose du genre, mais alors pourquoi je ne pouvais pas sentir de contact avec une quelconque partie de mon corps? J'essayais de bouger et je me suis rendue compte que je le pouvais, mais encore une fois je ne sentais aucune résistance d'un support. Je réalisais soudainement que je n'étais pas supportée, que je flottais comme si j'étais en chute libre. J'étais tellement stupéfaite par ma découverte que je ne sentis pas la douleur dès le départ, mais ça passa d'une démangeaison à une sensation de brûlure et je le remarquai. Ca venait de mon bras. Au début je n'ai rien vu qui aurait pu expliquer cette douleur, mais eu fur et à mesure que ça continuait et augmentait, j'ai vu des dessins apparaître sur mon avant-bras. Ma première réaction fut de les effacer de mon bras, mais je ne pouvais plus bouger. La douleur continua et les dessins augmentèrent de taille. Quand je crus que j'allais m'évanouir, ça s'est arrêté soudainement et je ne sentais plus la douleur. Baissant les yeux, je vis que les dessins s'étaient connectés ensemble pour créer une figure qui couvrait mon bras entier, de la main à l'épaule, même mes doigts et ma paume. J'essayais de l'examiner plus attentivement, mais le disque réapparut. Le "bras" en surgit et m'attrapa, mais cette fois je ne savais pas comment courir, ni même vers où. Une autre vague de désorientation me frappa quand le "bras" me traina à l'intérieur et je me suis évanouie. 

 


Capitolo: 1


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de