Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prose

 

Author: Miki

Beta-reader(s): Mikomi

Status: To be continued

Series: City Hunter

 

Total: 9 chapters

Published: 06-02-05

Last update: 06-05-06

 

Comments: 32 reviews

» Write a review

 

RomanceDrame

 

Summary: Etrangéïté. Il se peut que parfois, ce que vous pensez, soit loin de la réalité.

 

Disclaimer: Les personnages de "Pourquoi n'est-ce aussi simple..?" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

How can I count the number of words in my chapter?

 

You can use Microsoft Word. Go to Tools > Statistics.

 

 

   Fanfiction :: Pourquoi n'est-ce pas aussi simple..?

 

Chapter 1 :: Rien ne change.

Published: 06-02-05 - Last update: 14-02-05

Comments: Bonjour ^^ Alors.. - s'éclaircit la voix - hm.. C'est ma toute première fic.. et hm.. j'espère que bon, j'arriverai à être à la hauteur de beaucoup de belles choses que je vois ici !

 


Chapter: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

"Je rêve.. Une fois de plus."  

"Où es-tu..?! Réponds moi.. Je te perds.. Pourquoi..?"  

"Ce n'est qu'un rêve.. Une fois de plus."  

"Je t'en prie.. Ne pars pas. Ne me laisse pas.."  

 

Le silence. Foudroyant, terrifiant.. Plus un mot, plus un bruit, plus un geste.  

La jeune femme était étendue, dans un lit bien trop grand pour une seule personne.  

Lorsque Kaori ouvrit l'oeil, elle se sentit fiévreuse. Un mauvais pressentiment, une mauvaise atmosphère. Tout était calme, tout était si.. calme. Trop.  

 

"Ryô.."  

 

Son coeur battit la chamade, elle ne su trop dire pourquoi en cet instant.  

Un geste, elle se redressa et maladroitement, posa un pied sur le sol. Un sol gelé, froid comme la glace. Sans prendre garde, elle sortit de sa chambre et se dirigea vers celle de Ryô.  

Grincement.. Il dormait.  

Oui il dormait. Comme un enfant.. Si sage. Jamais quiconque n'aurait pu penser qu'il était le Nettoyeur numéro un du Japon. Jamais quiconque n'aurait pu penser que le sang ornait les mains de cet homme. Si beau.. dans son sommeil. Aucune agitation, rien qu'un visage aux traits fins et lisses. Aucune grimace, aucune pensée perverse.. Juste la sérénité d'un homme qui dort. Qu'aurait-elle donné pour être à ses côtés..? Pour ne serait-ce qu'entendre un compliment.. Pour ne serait-ce qu'entendre son nom s'échaper d'entre les lèvres de cet homme. Mais non.. Et c'était ainsi depuis tant de temps déjà. L'observant, elle se surprit à sourire rêveusement. Appuyée à la porte, cette rêverie dura quelques minutes, avant qu'elle ne recouvre ses esprits.  

"Que de peur pour rien.. tu divagues ma grande." pensa-t-elle, une main calée contre son front. Quelques pas et finalement, elle sortit.  

 

Marchant à pas de loup, elle regagna sa chambre, mais étrangement s'arrêta avant d'avoir posé un pied à l'intérieur. Non, elle ne pouvait pas entrer. Angoisse. Quelque chose qui la repoussait.. Quelque chose qui, intérieurement, lui disait de ne pas entrer.  

Alors, refermant la porte, elle se dirigea vers le salon, où, après avoir posé une couverture sur elle, elle s'endormit.  

 

----------------------  

 

Rayon de soleil, tendre lumière caressante, venant frôler la peau d'une jeune femme endormie. Le cauchemar était passé. Les nuages s'étaient en allés.. Et quelque chose l'observait. Secouant la tête, Kaori plissa les yeux. Plus rien.. Elle avait certainement du rêver.. Après tout. Se changer les idées, absolument. C'est pourquoi d'un geste elle se redressa, et après s'être étirée comme un félin, elle se dirigea vers la salle de bain.  

 

Grincement.. Il avait entrouvert la porte. Enfin elle s'était réveillée. Rassuré, il la referma d'un geste, et regagna l'immense lit.  

 

 

Allongé, bras croisés derrière sa nuque, Ryô Saeba observait un plafond terne. Que s'était-il passé cette nuit..? Elle était venue, il le savait. Il avait senti le regard sombrement envoûtant de la jeune femme se poser sur sa personne.. Et il avait feint. Il avait feint de dormir, pour qu'elle ne s'inquiète pas. Cependant cette mauvaise impression ne le quittait pas. Il devrait la surveiller dans les jours qui suivraient, il le sentait.  

 

----------------------  

 

De longs couloirs, sans aucune porte, sans aucune fenêtre, sans aucune entrée.  

"Je ne comprends pas !"  

Une musique, atrocement mélancolique, un mauvais présage.  

"Bon sang ! Mais où suis-je ?"  

Tout s'engourdit tout à coup, elle ne sentit plus rien. Son esprit s'envolait, tout allait mieux.  

"C'est fini, je vole.."  

Des étendues vastes, un soleil couchant, un rêve.. Une autre vie.  

 

"Kaori ! KAORI !"  

Des coups, quelqu'un frappait à la porte. Elle paniqua, et avala la tasse.  

Ouvrant les yeux, suffoquant, Kaori sortit la tête de l'eau. Seigneur, elle venait de manquer de se noyer dans la baignoire.. Si jamais Ryo savait ça.. Il la ridiculiserait.  

"KAORI NON DE...Ahem. Dépêche toi bordel, y'en a qui veulent se doucher ici !"  

Mince. Il s'impatientait, il fallait absolument qu'elle sorte. Fronçant les sourcils, elle hurla à son tour :  

"Eh ben tu attendras ! Tu n'avais qu'à te lever plus tôt crétin !"  

Un grognement, il s'était reculé, peut-être même était-il parti ?  

Sortant de la baignoire, elle observa la jeune femme qui était reflétée dans le miroir.  

"Suis-je vraiment si laide que ça ?"  

Secouant une fois de plus la tête, elle finit par s'habiller et sortir de la salle de bain.  

"Ah ben c'est pas trop tôt Kaoru" Lança Ryô avant de rentrer à son tour dans la pièce en jetant un bref " Je ne savais pas que les garçon manqués passaient autant de temps dans la salle de bain, on se demande franchement à quoi ça peut servir, vu le résultat."  

La porte se referma avec fracas devant une Kaori interdite.  

Poings serrés, elle ne releva même pas l'attaque de Ryô, bien que cette dernière lui fisse l'effet d'une flèche en plein coeur. La douleur fut si aigüe qu'elle en retint ses larmes.  

Il avait l'habitude de se comporter d'une façon odieuse, certes, mais là..  

Et dire qu'elle s'était inquiétée pour sa santé.  

"Et dire que je m'étais inquiétée pour cet imbécile.. Tu n'en vaux pas la peine Saeba."  

Fermant les yeux, elle se détourna et sortit directement. Pas un mot, juste une porte qui claqua.  

 

 

Dehors le soleil brillait, les oiseaux chantaient, et les couples défilaient dans les rues. Couples qu'elle maudissait. Si heureux, pourquoi avaient-ils besoin de l'afficher de la sorte ? N'avaient-ils pas mieux à faire ? Non. Ils étaient juste là pour se pavaner, l'air de dire "Oh tiens, regardez, je suis heureux !", insupportable.  

Sur le banc, la jeune femme trouva repos. Face à une fontaine, elle observa longuement l'eau couler. Que pouvait-il bien faire en cet instant ?  

"Tu t'en fiches Kaori ! Peu importe ! S'en ferait-il lui ? Non, pas pour un garçon manqué."  

Apprendre.. Apprendre à se contôler.. Apprendre à se maîtriser.. Apprendre à encaisser les coups durs. Telle était la vie, telle était SA vie. Cotoyer un homme qu'elle aimait tant.. Sans rien pouvoir faire. Le voir, l'admirer tous les jours durant.. Et ne rien pouvoir faire.  

Le voir partir, avoir peur de ne pas le voir revenir.. Et ne rien pouvoir faire.  

 

"J'en ai ASSEZ !" Un hurlement, une plainte, Kaori fondit en larmes. Ce n'était pas la vie.. c'était un cauchemar.  

 

Une jeune femme passa, et, voyant Kaori dans un tel état, l’observa longuement. N’importe quelle personne aurait pu penser qu’elle se serait approchée.. Qu’elle lui aurait tendu la main.. Ne serait-ce que passé un mouchoir. Mais non. Rien qu’un regard.  

Les yeux embués de larmes, Kaori releva la tête en direction de cette femme.  

L’espace d’un instant, leurs regards se croisèrent.  

Un regard froid, glacial.. tel l’hiver. Si froid, si.. indifférent qu’un frisson parcourut l’échine de la jeune femme encore toute chamboulée. Pourquoi la regardait-elle de cette façon ?  

"Suis-je si.. pitoyable.. ?" les pensées de la jeune femme firent tourner cette question dans tous les sens possibles. Ce regard l’avait paralysée. Une larme, que le temps semblait avoir figée, vint à s’écouler lentement sur la joue rougie de Kaori.  

Poings serrés, elle détourna finalement le regard. Que se passait-il ? Pourquoi ne se sentait-elle pas bien tout à coup ? Pourquoi se sentait-elle si.. vide.. ? C’était injuste.  

La femme en question continua son chemin, sans daigner lancer un regard de plus à la garçonne.  

Elle était belle, vraiment.. Une chevelure aussi noire que la nuit, cascadant allègrement sur des épaules dénudées en cette journée d’été. Tout dans son allure portait à croire qu’elle était de "haut rang" ou tout du moins, qu’elle l’avait été dans une autre vie peut-être. Les talons résonnèrent, et peu à peu la silhouette de la mystérieuse femme vint à se brouiller. De plus en plus floue.. De plus en plus lointaine.. Pour complètement disparaître.  

 

Quelle journée.. Depuis ce rêve, Kaori ne comprenait plus. Une sensation de malaise, quoi qu’elle fasse, quoi qu’elle dise, l’étreignait.  

Elle avait pensé qu’après avoir pris une douche, tout irait bien.. tout irait.. mieux. Mais non, rien n’avait changé, tout stagnait. Et rien ne changeait.. Tout restait exactement le même.  

Rien n’évoluait.  

Ramenant ses mains au niveau de son visage, elle chassa quelques mèches afin de mieux soupirer.  

L’eau non loin poursuivait son chemin.. continuait sa route..  

Triste tableau.  

 

Un souffle, une voix, qui, sans trop savoir pourquoi, dérailla:  

"Cela ne mène à rien. "  

 

 


Chapter: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de