Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: TOKRA

Beta-reader(s): Tenshi

Status: Completa

Serie: City Hunter

 

Total: 1 capitolo

Pubblicato: 21-06-11

Ultimo aggiornamento: 21-06-11

 

Commenti: 8 reviews

» Scrivere una review

 

GeneralSongfic

 

Disclaimer: Les personnages de "L'enfant" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

I didn't receive my confirmation email

 

Contact me. i will send you the confirmation email, with the activation link. Of course, you'll have to use the email you gave when you signed up. In case of an email mistake, cont ...

Read more ...

 

 

   Fanfiction :: L'enfant

 

Capitolo 1 :: L'enfant

Pubblicato: 21-06-11 - Ultimo aggiornamento: 21-06-11

Commenti: Coucou !!! Voilà un petit OS (d'un chapitre ! Eh oui les filles j'arrive à en faire parfois), pour fêter mes 3 ans de maje sur HFC. Eh oui déjà trois ans parmi vous ! Merci à tous ceux qui ont lu mes fics et ceux qui m'ont laissé des reviews ! Merci à Tenshi d'avoir pris sur son emploi du temps très chargé pour me corriger cet OS. Et quoi de mieux pour la fête de la musique que de vous poster une song fic. Bonne lecture à tous !

 


Capitolo: 1


 

Debout dans le salon, postée devant la fenêtre, Kaori attendait sans bouger le retour de son partenaire dans cette nuit noire et terriblement angoissante. Pourtant il lui avait bien dit qu’il n’en aurait pas pour longtemps, mais ça faisait maintenant plus de trois heures qu’il était parti et qu’il n’avait donné aucune nouvelle. Dépitée, la jeune femme jeta un œil sur la table de la salle à manger où étaient dressés deux couverts. Le repas, lui, refroidissait dans la cuisine. Elle avait dû arrêter la gazinière avant qu’il ne soit carbonisé.  

 

Pour éviter de se faire des films sur ce qui avait bien pu arriver à Ryo, elle se dirigea vers la chaine hifi et l’alluma. Aussitôt une douce musique envahit la pièce, rendant l’atmosphère plus chaleureuse. Kaori se surprit même à fredonner un air à la mode, mais bien vite ses pensées retournèrent vers Ryo. Elle l’imaginait bien lui répondre que si elle chantait c’est qu’elle voulait qu’il pleuve. Qu’elle rendrait millionnaires les vendeurs de parapluie et qu’elle serait à elle seule un remède à la sécheresse en Afrique…  

 

Kaori comprit que quoi qu’elle ferait, qu’importe ce qu’elle pourrait penser ou même écouter, tout lui rappellerait Ryo.  

 

- Où es-tu ? Que fais-tu ? murmura la jeune femme.  

 

Soudain une silhouette se dessina dans la nuit noire. Le cœur de Kaori se mit à battre plus fort : il était de retour ! Mais rapidement, elle dut se rendre à l’évidence : l’homme en question ne ressemblait en rien à son partenaire. Il fallait donc qu’elle soit vraiment inquiète pour avoir cru l’espace d’un instant que c’était Ryo. Inconscient d’avoir représenté pendant une fraction de seconde tous les espoirs d’une femme, l’individu disparut dans la nuit pour rejoindre son foyer.  

 

Une nouvelle chanson débuta sur les ondes. Kaori connaissait très bien cette musique qu’elle avait entendue à de nombreuses reprises. La première fois qu’elle l’avait écoutée, elle avait immédiatement fait le rapprochement avec la jeunesse de Ryo. Comme si la chanteuse avait connu le nettoyeur… Pourtant Kaori savait que Ryo ne se confiait pas facilement. Il lui avait fallu des années à ses côtés pour avoir un bref aperçu de son enfance. De plus, les événements les plus importants du passé de Ryô lui avaient été révélés par un tiers. Depuis l’affaire du général Kreutz, il lui avait pourtant confié d’autres choses, plus ou moins intimes. Cette affaire les avait rapprochés, plus que la jeune femme ne l’aurait cru. Bien sûr Ryo n’avait pas changé du jour au lendemain. Mais peu à peu, il avait montré une nouvelle facette de lui que Kaori appréciait au plus haut point.  

 

Prise par la chanson, elle repensa aux confidences de Ryo.  

 

 

C'est l'histoire  

D'un rêve troublant  

Un message  

L'histoire d'un enfant  

Qui marche seul  

Dans les villes en flammes  

Sans nom sans âme  

Epuisé de larmes.  

 

 

Quand son avion s’était écrasé dans cette jungle sud américaine, Ryo était trop jeune pour se rappeler qui il était… Il n’avait que de vagues souvenirs de ces instants. Kaori ne savait pas si c’était la vérité ou s’il ne voulait pas lui décrire l’errance d’un tout jeune enfant dans cet endroit hostile, à la recherche de signes de vie.  

 

Même s’il n’était pas entré dans les détails, elle imaginait très bien la scène et aurait tellement aimé être celle qui l’aurait sauvé de cet enfer, et donner à Ryo une vie emplie de joie et de tendresse. Essuyer les larmes qui coulaient sur ses joues enfantines et le prendre dans ses bras, lui disant que le pire était derrière lui, que plus jamais il ne souffrirait.  

 

 

 

 

C'est l'histoire  

Profonde et réelle  

D'un gosse blessé  

Qui cherche la lumière  

La chaleur  

Des bras de sa mère  

La grandeur  

La force de son père.  

 

 

 

Mais un homme s’en était chargé et l’avait recueilli. Ryô n’avait pas reçu l’amour d’une mère, ni la tendresse d’un père, mais Kaori était sûre que malgré tout le mal qu’il lui avait fait, Shin Kaibara avait éprouvé des sentiments paternels pour lui. Sinon jamais il n’aurait tout fait pour qu’il revienne à ses côtés.  

 

Mais Kaori savait que durant toutes ces années, Ryo avait manqué d’amour. Elle l’avait très bien senti quand elle avait fait sa connaissance quelques années plus tôt. C’était peut-être dû au fait qu’aucun d’eux n’avait eu la chance de connaitre la chaleur et la douceur d’une mère qu’ils s’étaient rapprochés à ce point. Mais également le fait d’avoir été élevé par un père adoptif. Kaori n’avait pas vécu de nombreuses années auprès de celui qu’elle croyait être son père, mais il avait fait preuve de tant de douceur et de gentillesse qu’elle ne pouvait s’empêcher de penser à lui avec tendresse. Elle regrettait même souvent de n’avoir pas passé plus de temps à ses côtés.  

 

Même si elle avait vécu une enfance plutôt heureuse et choyée auprès de son frère, elle savait comme Ryo ce que c’était de ne pas connaitre sa véritable famille. Bien qu’elle ne l’ait jamais avoué à Hide, elle avait appris très tôt qu’il n’était pas son frère de sang. Elle savait donc ce que Ryo ressentait quand il pensait à sa véritable famille…  

 

Elle avait eu la chance de retrouver sa sœur, même si elle ne lui avait jamais dit qu’elle savait qui elle était vraiment. Kaori était heureuse d’avoir retrouvé sa famille de sang mais en même temps elle savait qu’elle n’aurait pas pu quitter sa famille de cœur pour aller vivre aux Etats-Unis… Et en particulier Ryo… La personne qui comptait le plus à ses yeux… Elle n’imaginait pas sa vie loin de lui.  

 

 

 

Quand les lois dispersent les chemins  

Sans remède l'indulgence s'éteint  

Sous un ciel grisé de tourments  

"Mots des mots, ces accords joués,  

Sonnent trop faux".  

Pourquoi courent-ils,  

Où sont ceux qui portent mon sang,  

De quel côté est ce grand soleil puissant ?  

 

 

Kaori savait que Ryo avait perdu ses parents dans ce crash, mais il devait lui rester des membres de sa famille quelque part sur cette planète. Elle aurait bien fait des recherches pour retrouver ces personnes mais elle n’était pas sûre que c’était ce que Ryo souhaitait. Il ne lui en avait jamais parlé, et elle ne voulait pas commettre un impair en faisant une chose qu’il ne souhaitait pas.  

 

Elle se rappelait très bien ce qu’il lui avait dit une fois. Que si un jour il souhaitait avoir une famille, ça serait elle sa famille. Alors elle préférait respecter son choix et faisait tout pour qu’il ait ce qu’il souhaitait en restant auprès de lui.  

 

 

 

 

C'est l'histoire  

D'un enfant qui joue  

Avec des armes  

Avec des cailloux  

Inconscience  

Parmi les débris  

Il cherche l'Amour  

Qu'on lui a détruit.  

 

 

Kaori regarda une nouvelle fois par la fenêtre mais toujours aucune trace de son partenaire. Cette pluie lui faisait mal au cœur. Elle pensait à Ryo qui avait passé son enfance dans cette jungle hostile. A l’âge où tous les garçons jouaient aux petites voitures et aux gendarmes et aux voleurs, Ryo, lui, « jouait » à la guerre. Mais ses armes n’étaient pas en plastique, bien au contraire. Elle était sûre qu’il n’avait jamais eu de véritables jouets.  

 

Etait-ce à cause de cela qu’il était devenu un pervers qui sautait sur toutes les femmes ? Etait-ce parce qu’il n’avait pas vécu la jeunesse de tout adolescent qu’il était devenu un tel séducteur ?  

 

En tout cas, Kaori était sûre que cela y avait fortement contribué !  

 

 

 

Quand la nuit apaise les colères  

Et le blottit d'un souvenir amer  

Quand son cœur n'osera plus gémir  

"Mots des mots, ces accords joués,  

Sonnent trop faux".  

 

 

 

Les larmes coulaient sur les joues de Kaori. Elle sursauta quand elle se retrouva soudain enlacée par deux bras puissants. Ah elle était belle la partenaire de City Hunter ! Dire qu’elle venait se faire surprendre dans son appartement. Une chance pour elle qu’elle connaisse son « agresseur ».  

 

- Ne pleure pas Kaori ! murmura-t-il avant de resserrer son étreinte.  

 

- Tu es rentré ! répondit la jeune femme, en se plaquant encore plus contre Ryo, comme pour vérifier qu’elle ne rêvait pas, qu’il était bien rentré.  

 

 

 

Quand Ryo avait franchi la porte de l’appartement, il avait entendu les dernières notes d’une chanson qu’il connaissait bien, Kaori l’ayant écoutée à maintes reprises. Elle lui avait même une fois fait entendre les paroles, et il avait tout de suite compris qu’elle pensait à lui et son enfance quand elle écoutait cette chanson.  

 

Il était en retard, c’était un fait, mais il était sûr que c’était cette mélodie la responsable de ce chagrin. Kaori était vraiment une femme très sensible et en un sens ça faisait partie de son charme. Il connaissait également la raison de ce brusque accès de sensibilité et il s’empressa de la rassurer :  

 

- Ne t’en fais pas… Jamais il ne connaitra ce que j’ai connu… Il sera choyé et aimé par ses parents… mais aussi tous ses oncles et tantes qui ont hâte de faire sa connaissance !  

 

Comme s’il comprenait ses paroles, un petit être blotti bien au chaud donna un coup de pied faisant sursauter ses futurs parents. Mais le nettoyeur se reprit bien vite et poursuivit :  

 

- Tu vois notre fils est d’accord avec moi ! Mais n’en profite pas pour en faire un enfant gâté ! Notre fils sera un homme ! Un vrai…  

 

- Un vrai séducteur comme son père ? demanda la jeune femme amusée.  

 

- Un homme qui ne mettra pas des années à se déclarer à la femme qu’il aime…  

 

Ils restèrent enlacés sans dire un mot. La radio diffusait de douces mélodies, mais ils n’y prêtaient pas attention.  

 

Après un long silence, Kaori se décolla légèrement de son partenaire et s’exclama :  

 

- Mais dis-moi pourquoi as-tu été autant en retard ce soir ?  

 

Ryo se mit à se gratter la tête, avant de répondre :  

 

- C’est-à-dire… Comment t’expliquer… Mick m’avait parlé…  

 

Devant le comportement embarrassé de son homme, Kaori comprit immédiatement de quoi il en retournait. La tendresse laissa la place à une fureur que Ryo sentit monter. Depuis que Kaori était enceinte, ses colères étaient encore plus fortes, et il savait de quoi il parlait.  

 

- Tu as osé aller dans un cabaret ! Alors que moi je m’inquiétais pour toi ! Tu sais ce que tu es Ryo ?  

 

Il n’avait pas besoin d’entendre les mots, il savait très bien ce que Kaori pensait de lui. Pourtant, même si les apparences étaient contre lui, c’est pour le bien de la jeune femme qu’il avait agi comme cela. Il n’avait pas passé la soirée dans un cabaret, bien au contraire. Une fois de plus il avait risqué sa vie dans un duel. City Hunter avait encore plus besoin de montrer sa supériorité… Surtout depuis que le milieu avait appris la grossesse de sa partenaire. Mais après le traitement que l’homme avait reçu, il savait qu’ils allaient être un moment tranquilles.  

 

Pour l’instant, Ryo avait un problème beaucoup important à régler que s’occuper de yakusas ou autres criminels… Une furie à la massue, qui n’était autre que sa tendre moitié, menaçait de le tuer. Il fallait qu’il trouve un moyen de l’empêcher de faire de son fils un orphelin avant même qu’il ne soit né.  

 

En raison de sa grossesse, Kaori avait fabriqué de nouvelles massues, beaucoup plus légères, mais qui résonnaient toujours aussi fort sur le crâne de son partenaire. Cependant quand elle leva l’arme prête à massacrer le séducteur notoire, elle pâlit brusquement et murmura :  

 

- J’ai perdu les eaux…  

 

Ryo comprit qu’il était temps pour lui d’emmener sa femme à la clinique. Silencieusement il remercia son fils qui l’avait sauvé d’une violente punition, et avec tendresse conduisit Kaori jusqu’à la voiture.  

 

Ils allaient être trois maintenant ! Et qui sait… un jour prochain… Ils seraient peut être quatre… ou plus…  

 

 

 

 

 

L'enfant Jeanne Mas  

 

 


Capitolo: 1


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de