Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG - Prosa

 

Autore: Kaori28

Status: In corso

Serie: Style Hojo

 

Total: 2 capitoli

Pubblicato: 02-04-06

Ultimo aggiornamento: 02-04-06

 

Commenti: 7 reviews

» Scrivere una review

 

General

 

Riassunto: Fic très alternative. Autre lieu, autre action... Notre couple préféré ne se connaît pas. Leur mentalité est différente par rapport à celle qui leur a été attribuée par Hojo. Dans cette histoire, bon nombre de choses les éloignent, mais l'amour pourra-t-il les rapprocher ?

 

Disclaimer: Les personnages de "Quand l'amour peut attendre" sont la propriété exclusive de Kaori28.

 

Tricks & Tips

How can I correct a misplaced chapter?

 

It can happen that an author has several stories in process and that he adds a chapter of a story to another one. In this case, please don't add the chapter again and contact me (hojofancit ...

Read more ...

 

 

   Fanfiction :: Quand l'amour peut attendre...

 

Capitolo 2 :: La rencontre (Part 2)

Pubblicato: 02-04-06 - Ultimo aggiornamento: 02-04-06

Commenti: A la demande générale, le second chapitre de cette fic. J'espère qu'il vous plaira autant que le premier ^^ Merci pour les rewiews, continuez à en mettre plein ^^ A bientôt

 


Capitolo: 1 2


 

Elle avait déjà tenté de se débattre, mais ses forces s'épuisaient vite contre un tel géant Quant à crier, cela ne risquait-il pas d"exaspérer encore davantage son agresseur ?  

 

- Mademoiselle Makimura, commença-t-il d'une voix tendue. Ma soeur n'a que 17 ans. Elle a quitté le lycée il y a à peine cinq semaines, et à la rentrée, elle devra aller à l'université. Je ne veux pas que son avenir soit gâché : votre frère ne l'épousera pas...  

- Hideyuki? Votre soeur veut épouser Hideyuki? répéta-t-elle presque stupidement.  

- Ce n'est pas tout à fait cela, reprit-il d'un ton dur. Votre frère a convaincu ma soeur de se marier avec lui, et ils se sont enfuis ensemble. Apparemment, ce jeune homme ne manque pas d'ambition. Il a dû flairer le bon parti...  

 

De nouveau, Kaori sentit la colère monter en elle. De quel droit cet individu insultait-il son frère ?  

 

- Connaissez-vous Hideyuki ? s'enquit-elle sèchement.  

- Je sais tout de lui. J'ai engagé un détective privé qui m'a appris des choses à son sujet. Votre frère n'a pas d'argent, il a changé trois fois de travail en deux ans. Du reste, il sera bientôt à la recherche d'un nouvel emploi : je ne veux plus de lui dans ma société.  

- Votre société ? Vous mentez ! Hideyuki ne travaille pas pour vous, j'ai rencontré son employeur, un certain Hashimeto.  

 

A présent, cela ne faisait plus aucun doute pour elle : cet homme était fou. Pas un de ses actes, pas une de ses paroles n'avaient de sens !  

 

- La société s'appelle Hashimeto, Ashime et Kuryoto, précisa-t-il avec irritation.  

 

Cette fois, elle devait bien admettre qu'il disait vrai. Quand Hideyuki s'était fait engager dans cette agence de publicité, la jeune avait été soulagée. Depuis la fin de ses études, son frère n'avait cessé de changer de travail. Non qu'il fût incompétent, mais il ne s'estimait jamais satisfait. Or, Kaori savait très bien qu'en cette période de chômage, ce comportement tenait de l'inconscience. Aussi, quand Hideyuki avait déclaré être content de ce nouveau poste, s'était-elle sentie délivrée d'un grand poids.  

 

- Que faites-vous à l'agence ? demanda-t-elle à Ryô Saeba.  

- Bien sûr, j'oubliais ! Vous ignorez qui je suis ! lança-t-il d'un air faussement désolé.  

-Que vous pouvez être têtu ! Que faut-il que je vous dise pour vous convaincre de ma bonne foi ?  

Il haussa les épaules avant de répondre :  

- Eh bien, puisque vous tenez à poursuivre cette mascarade... Sachez, mademoiselle Makimura, que je ne travaille pas chez Hashimeto, Ashime et Kuryoto. Vous expliquer en détail ce qui me lie à cette agence serait trop long. Disons que je dirige un holding financier dont dépend Hashimeto, Ashime et Kuryoto.  

Il s'était exprimé d'une voix exagérément claire, comme pour signifier à Kaori l'inutilité de cet exposé.  

- Evidemment, reprit-il d'une voix doucereuse, vous ne pouviez pas vous douter que ma soeur serait un jour une riche héritière.  

 

Kaori, qui ne l'avait pas quitté des yeux pendant cet exposé, nota pour la première fois l'élégance de se tenue : un costume gris foncé d'une coupe irréprochable, qui s'ouvrait sur une chemise et une cravate en soie... Un ensemble visiblement coûteux, mais porté avec une désinvolture stupéfiante !  

Revenant au sujet de la conversation, la jeune femme déclara :  

 

- Si vous connaissiez mon frère, vous n'insinueriez pas de telles choses à sàon égard. Hideyuki ne s'intéresse pas à ce genre de chose.  

- Vraiment ? N'essayez donc pas de me duper, mademoiselle Makimura. Vos arguments seraient inutiles. Tout ce que je veux c'est retrouver ma soeur saine et sauve...  

- Saine et sauve ? répéta-t-elle éberluée. Qu'entendez-vous par là ?  

- Voyons, vous le savez aussi bien que moi ! Mitsuki a passé ces huit dernières années dans une institution privée, très stricte. Les seuls garçons qu'elle ait fréquentés jusque-là sont des garçons de bonne famille avec qui elle entretenait des relations amicales. Ma soeur est totalement inexpérimentée.  

 

Comprenant enfin là où il voulait en venir, Kaori sentit une vague d'indignation la submerger. D'ne voix vibrante de colère, elle déclara :  

- Si votre soeur est aussi innocente que vous le dites, vous n'avez rien à craindre ! Mon frère est tout sauf un séducteur. De plus, il ne court pas après votre héritage !  

- Pourtant les faits sont contre lui. Mitsuki m'a écrit pour m'apprendre qu'ils allaient se marier. Elle ne devait pas s'attendre à ce que je trouve la lettre si tôt, je suppose... J'étais à New-York, et par chance, je suis rentré à l'improviste. J'ai découvert alors que la famille à qui j'avais confié Mitsuki l'avait laissé seule pour partir en vacances...  

Ses traits s'assombrirent.  

- Evidemment, jamais je n'aurais imaginé qu'ils agiraiant ainsi.  

 

Kaori éprouva un brusque élan de compassion pour ces gens qui s'étaient exposées aux foudres de Ryô Saeba. Les explications qu'ils auraient avec lui ne manqueraient pas d'être fracassantes !  

 

- Comment Mitsuki a-t-elle rencontré mon frère ? demanda-t-elle.  

- A l'agence, bien sûr. Mitsuki voulait travailler pendant l'été et j'ai approuvé cette idée...  

Il remarqua le regard étonné de Kaori et s'arrêta net.  

- Qu'est-ce qu'il y a ? demanda-t-il.  

- Oh rien. Je suis seulement surprise que vous soyez capable d'approuver quelque chose, susurra-t-elle avec son plus beau sourire.  

- Très drôle ! Bref, passons... J'ai donc laissé ma soeur pendant à peine trois semaines, et voilà que j'apprends qu'elle veut se marier. Votre frère n'a vraiment pas perdu de temps !  

- Peut-être est-ce votre soeur qui a précipité les choses ? émit-elle d'une voix doucereuse.  

- Mitsuki n'est qu'une enfant !  

- Et Hideyuki ? Que croyez-vous qu'il soit ? Il a 22 ans, monsieur Saeba, et croyez-moi, avec lui votre soeur ne court aucun danger. Puis-je voir la lettre qu'elle vous a écrite ?  

 

A sa grande surprise, Ryô Saeba parut profondément choqué par cette éventualité. Ses yeux lançais des éclairs quand il déclara :  

- Non, c'est impossible. Cette lettre est personnelle. Mais je vous ai déjà dit ce qu'il y avait dedans.  

- Hideyuki est-il donc le premier petit ami de Mitsuki ? demanda-t-elle tout en réfléchissant à voix haute. Oui bien sûr... C'est étrange tout de même. Pourquoi votre soeur s'enfuit-elle avec le premier jeune homme qu'elle rencontre ? Et pourquoi veut-elle se marier si vite ?  

- C'est l'idée de votre frère, sans doute. Son colocataire m'a confié qu'ils avaient l'intention de se réfugier chez vous.  

Soudain, une lueur de menace passa dans ses yeux noirs tandis qu'il la scrutait de nouveau.  

-... Ce qui nous ramène au début de notre discussion, poursuivit-il. Où sont-ils ? Je vous avertis : si je n'ai pas retrouvé ma soeur d'ici à ce soir, j'appelle la police. Et votre frère risque de gros ennuis. Mitsuki est mineure, ne l'oubliez pas !  

- Je ne sais pas où ils sont !  

Elle avait martelé ces mots qui'il lui semblait avoir déjà répété des milliers de fois. Puis, vaincue par l'obstination de cet homme, la jeune femme attendit qu'il réagisse.  

- Comme vous vous voudrez. Mais faites passer le message à votre frère : soit Mitsuki rentre ce soir, soit c'est la police. Pour le persuader, dites-lui aussi que ma soeur n'héritera pas avant l'âge de 25 ans. Quoiqu'il arrive, il devra attendre sept ans pour profiter de sa petite manoeuvre. Est-ce bien clair ?  

 

Sans attendre de réponse, il tourna les talons et quitta la pièce. 

 


Capitolo: 1 2


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de