Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: Indiana

Status: Completa

Serie: City Hunter

 

Total: 3 capitoli

Pubblicato: 04-04-08

Ultimo aggiornamento: 06-06-08

 

Commenti: 38 reviews

» Scrivere una review

 

GeneralSongfic

 

Riassunto: Il faut savoir écouter les mots de ceux que l'on aime, Ryô va le comprendre mais peut-être est-ce déjà trop tard ?...

 

Disclaimer: Les personnages de "Comprendras-tu mes mots ?" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

The link to ask for access to the NC-17 section sends an email with the wrong email address.

 

That's because you haven't configured Outlook correctly. It uses the default email. In that case, send me an email with the correct email address and put in the subject "NC17-ID:" + your ID. And respect all the other instructions.

 

 

   Fanfiction :: Comprendras-tu mes mots ?

 

Capitolo 1 :: Au revoir

Pubblicato: 04-04-08 - Ultimo aggiornamento: 04-04-08

Commenti: Bonjour ! Voilà une nouvelle idée que j'ai eu en écoutant une chanson. Je ne suis pas particulièrement fan des télé-crochets mais les paroles de cette chanteuse m'ont touché et en bonne fan de City Hunter que je suis, il a fallu que j'en fasse une histoire! Au début, je pensais en faire une one-shot mais à en finissant de la taper je me suis aperçue que cela pouvait en faire deux chapitres alors je sera une two-shot!lol Enfin si cela vous plaît bien sûr! J'espère que vous apprécierez et je vous souhaite de toute façon une bonne lecture!

 


Capitolo: 1 2 3


 

- Voilà Mademoiselle Makimura, vous êtes prête !  

 

La jeune maquilleuse se décala pour laisser voir à Kaori le résultat : cette dernière ne pouvait que saluer le remarquable ouvrage. On ne voyait plus les horribles cernes qui lui soulignaient, ce matin-même, les yeux ainsi que la maigreur affolante de son visage. Kaori se rapprocha quelque peu du miroir et examina son pâle reflet : comment en était-elle arrivé là ?  

Des souvenirs douloureux lui revinrent en mémoire : une dispute, une porte qui claque et des pleurs. Cela allait faire maintenant deux ans qu'elle avait quitté son partenaire mais elle se rappelait de ce qu'elle nommait "la funeste journée" comme si c'était hier.  

 

Elle était sorti avec les filles pour aller au karaoké, trouvant en cela un moyen implicite de ne plus avoir à supporter son partenaire. Surtout qu'à cette époque, Ryô était devenu vraiment invivable: il se mettait sans cesse en colère, passait ses nuits dehors et ne rentrait que pour lui faire des remarques amères. La jeune femme avait de plus en plus de mal à supporter le comportement de Ryô et avait quitté l'appartement en claquant la porte à de maintes reprises. Mais comme toujours, ses absences ne duraient jamais longtemps et elle finissait par rentrer chez eux. Sauf que l'accumulation des mauvaises journées commençaient à peser sur le moral de Kaori, c'est pourquoi en dernier recours et alors que Ryô était encore plus exécrable qu'à l'accoutumée, elle avait décidé de sortir avec ses amies pour le temps d'une soirée oublier ses soucis.  

 

Elles étaient donc toutes allées chanter dans une boîte du centre-ville, Kaori se rappelait s'y être amusée comme une folle, elle avait complètement fait l'impasse sur ses problèmes et avait revis durant ce trop court moment . D'ailleurs à son retour à l'appart elle se sentait plus légère voir même prête à affronter son odieux partenaire. Mais à peine avait-elle passé le seuil de la porte, qu'elle avait du faire face à un homme excédé qui lui hurlait dessus. Ryô voulait savoir où elle était allé, ce qu'elle y avait fait et avec qui. Une banale crise de jalousie, sauf que chez cet homme les plus petites crises prenaient des ampleurs hallucinantes. Bien entendu, Kaori ne s'était pas laissé aussi facilement faire, le ton était monté très vite et finalement le coup était parti.  

Sous l'effet de la colère et certainement de l'alcool, Ryô venait de lever pour la première fois la main sur Kaori. Il se rendit immédiatement compte de son erreur quand il sentit sa main le brûler et quand il vit Kaori le regardait avec des yeux tristes. Il essaya de lui parler, de s'excuser, de lui expliquer mais elle ne voulu rien entendre, d'un geste de la main elle lui fit comprendre qu'il venait de casser les dernières résistances en elle. Elle ne pourrait plus le supporter, sans un regard pour cet être qui la dégoutait, elle s'était contentée de sortir de l'appartement calmement. Elle abandonna tout ce qui auparavant faisait sa vie et disparu dans la nuit.  

 

Ryô avait cru qu'elle reviendrait, au moins pour prendre ses affaires mais Kaori ne revint jamais. Dès le lendemain de l'incident, elle avait prit sa vie en main : s'était installée en périphérie de la ville et avait réussi à dégoter un job stable. Elle travaillait sans relâche en y mettant toutes ses forces : peut-être pour affirmer son existence dans cette vie ou tout simplement pour ne pas avoir à penser à sa situation. Elle veillait scrupuleusement à ne pas trop approcher son ancien quartier, pour peu qu'un des indics de Ryô lui dise qu'il l'avait vu et elle pouvait dire adieu à sa liberté. En réalité, Kaori était très partagée : une partie d'elle ne parvenait pas à pardonner à son partenaire mais l'autre le réclamait à corps et à cris. Finalement elle rencontra un jeune producteur de disques : cet homme l'avait entendu chanter durant sa dernière soirée karaoké et avait apprécié le grain de voix de la jeune femme. Sûr de la future réussite de cette dernière, il l'avait cherché dans toute la ville pour la faire signer un contrat avec son label. Sur le coup, Kaori fut surprise et hésitante mais en définitive, elle n'avait rien à perdre alors elle avait accepté. A partir de là, tout s'était accéléré pour elle : le public avait très bien reçu cette nouvelle chanteuse, en avait fait l'une des nouvelles révélations mais surtout la voyait comme une véritable idole. Kaori s'était mise a enchaîné les concerts, les émissions télévisées, les sorties publiques et les séances de dédicaces. Ses chansons devenaient rapidement cultes et les auteurs les plus en vue se pressaient pour lui en écrire des nouvelles. Bien évidemment, pour une jeune femme qui désirait se cacher de certaines personnes, ce nouveau métier n'était pas la meilleure des choses mais Kaori s'en contrefichait, se bornant à vivre pleinement cette nouvelle vie. Prise dans ce tourbillons d'euphorie, elle se détacha très rapidement de tout.  

Ses amies avaient tenté plus d'une fois de la recontacter mais elle ne se sentait pas la force de leur avouer la cause de son départ. Si Ryô ne leur avait rien dit, elle ne voyait pas pourquoi ce serait-elle qui le ferait.  

 

Voilà comment l'ex-nettoyeuse se retrouvait face à ce miroir, prête à monter sur scène. Aujourd'hui, elle donnait un concert à Osaka et demain à Tokyo : son rythme de travail était éreintant mais surtout son manager était éreintant. Lui qui s'était montré si doux et si compréhensif au début de leur partenariat, se révélait aujourd'hui être un véritable esclavagiste. Il faisait travailler Kaori sans relâche jusqu'à qu'elle en tombe de fatigue. Il lui interdisait de manger n'importe quoi et surveillait avec dureté son alimentation. Malheur à elle, si elle venait à prendre cinq-cents grammes! Il ne fallait que sous aucun prétexte, elle ne perde sa taille de guêpe qui à l'heure actuelle ressemblait plus à une taille de squelette. C'est simple, si elle n'avait pas du rembourrage sous son habit et une bonne dose de maquillage, on apercevrait facilement ses os sous sa peau.  

Se voir dépérir de la sorte, rendait la jeune femme encore plus malade. Elle si pleine de vie et possédant des formes généreuses, elle se retrouvait dans un corps amaigri mais surtout très affaibli. Elle n'avait de cesse de faire des malaises, ce qui la fatiguait encore plus. Mais son patron ne voulait pas qu'elle prenne des vacances, il fallait qu'elle assure car sa carrière n'avait pas encore atteint son apogée. Elle criait parfois mais se calmait rapidement, refusant de perdre ses dernières forces en discussion inutiles. Alors elle montait sur scène et donnait tout ce qu'il lui restait à ce public qu'il l'adulait.  

 

Maintenant elle en avait assez de tout cela : elle était malheureuse alors à quoi bon continuer. Elle n'avait même plus le goût de chanter : son manager ayant encore sévi de ce côté-là. Au début, Kaori composait ses chansons avec des personnes qu'elle affectionnait et en faisait la bande sonore. Mais elle avait du cesser cela car il avait décrété que les pop-stars n'écrivaient pas leur propre musique! Elle en était rendu à chanter de la guimauve pour préadolescentes : des trucs très "kawai" ou très "lolita" en tout cas bien loin de l'image de la jeune femme.  

Mais c'était bel et bien fini, ce soir elle chanterait une de ses chansons, une qu'elle avait écrit avec son cœur et ensuite disparaitrait à jamais de cette vie. En attendant qu'on lui fasse signe de rentrer sur le ring, elle prit sa guitare et répéta mentalement les accords du morceau.  

 

A l'entrée de la salle de concert, une altercation fit tourner la tête à quelques passants : un homme brun à forte carrure venait d'envoyer valdinguer les deux vigiles de l'entrée un peu plus loin sur la parking. L'homme rajusta sa sempiternelle veste bleue et marcha d'un pas décidé vers la scène. Non mais de quel droit ces chiens de garde voulaient-ils l'empêcher de voir son ange ? Il n'était pas encore né l'homme qui se mettrait entre Ryô Saeba et Kaori Makimura. S'arrêtant à la buvette pour prendre une bière, le nettoyeur regarda avec attention la foule qui commencer à s'acheminait vers l'avant. Ryô avait toujours était convaincu de l'image charme de Kaori mais de-là à faire venir une telle foule, il ne l'aurait jamais cru ?  

D'ailleurs lui même était venu la voir...enfin...plutôt essayer de la comprendre. Quand Kaori était apparue un beau jour sur son poste de télévision et avec cette voix envoûtante, il avait cru faire une arrêt cardiaque. Puis il avait était le témoin de l'intérêt que suscitait sa douce compagne et fut rapidement pris dans l'engrenage des fans. Il s'était mis à acheter tous les magazines où Kaori était, rien que pour lire une banale nouvelle sur elle. Car désormais ces maigres bouts de papiers étaient le seul lien qu'il pouvait avoir avec sa princesse. Depuis ce maudit soir, il n'avait plus eu de nouvelle d'elle et ce n'était pas faute de recherches. Il avait mis tout ses indics sur le coup mais la belle se protégeait bien et il n'avait pu la retrouver avant qu'elle devienne célèbre. Par la suite, il avait été tenté de l'approcher mais avait eu peur de la réaction de Kaori. Il ne savait si elle lui en voulait toujours ou si elle lui avait pardonnait. Alors il la suivait dès qu'il le pouvait, se rendant incognito à ses concerts, s'assurant qu'elle ne courait aucun danger et s'imprégnant de sa fugace présence. Sauf que ce soir, il ne comptait pas juste regarder le concert et partir : depuis quelques mois il s'était aperçu de l'état de sante plus que déplorable de son ange. Il ne supportait plus l'idée qu'elle soit aussi affaiblie, il fallait qu'il intervienne rapidement sinon il sentait que le pire pouvait arriver. Une vois dans les hauts parleurs annonça le début de la représentation et invita les spectateurs à rejoindre leurs places. Ryô suivi le mouvement et s'inséra dans la foule.  

 

Les lumières s’éteignirent, des projecteurs s'allumèrent et commencèrent une danse folle, laissant à Kaori le soin de s'installer sur scène. Soudain la lumière fut pleine et les cris s'élevèrent de la salle : enfin les fans voyait leur idole assise sur son haut tabouret. Ryô fronça les sourcils : son ange paraissait encore plus mal que sur les dernières photos qu'il avait vu et puis d'habitude elle ne jouait pas de guitare assise, elle chantait debout avec ses musiciens. Le jeune homme ne comprit pas le revirement de sa partenaire mais instinctivement senti qu'une catastrophe allait arriver. Fébrile, il attendit la suite. Kaori se saisit de son micro provoquant une nouvelle vague d'exclamations.  

 

- Bonsoir mes amis, lança t-elle d'une voix qu'elle voulait enjouée, comment allez-vous ? Tout d'abord je tiens à tous vous remercier car c'est vous qui me portait et qui me donnait l'envie de continuer ce dur métier ! Merci!  

Vous vous serez surement aperçu que mes musiciens sont absents et que j'ai ma guitare car ce soir je souhait vous interprétez un titre qui me tient à cœur. Je l'ai écrit en m'inspirant de ma situation actuelle et je crois que vous en comprendrez le sens.  

 

Les spots se firent plus discrets, la salle se retrouva plongée dans une ambiance bleutée et feutrée, des briquets s'allumèrent au dessus des spectateurs et Kaori commença les premières notes de sa chanson.  

 

Maman, je ne vais pas bien  

J'ai vu le médecin  

Je suis malade  

Et bien plus qu'un n'le pensait  

J'suis encore jeune  

Mais j'vais devoir vous quitter  

Maman, j'ai peur  

Dis-moi qu'ce n'est pas mon heure  

 

Rappelle le médecin  

Demande-lui de vérifier  

Pour me rassurer  

Peut-être qu'il s'est trompé  

Certains veulent partir, moi je préfère rester  

Ce long voyage, j'aimerais tant le repousser  

 

J'aurais tellement voulu te voir vieillir  

Te donner un petit-fils  

J'aurais tellement aimé vivre  

Aussi longtemps que toi  

Mais dans mon cas  

Tout cela semble impossible  

Car l'au-delà m'aspire  

Mon destin doit s'accomplir  

Au revoir  

 

Essuies tes larmes, s'il te plaît  

Faut que tu sois forte  

Je suis née en toi  

Je veux mourir dans tes bras  

J'n'ai rien accompli  

J'n'ai rien fait dans la vie  

On n'remarquera même pas  

Que je suis partie  

 

J'aurais tellement voulu te voir vieillir  

Te donner un petit-fils  

J'aurais tellement aimé vivre  

Aussi longtemps que toi  

Mais dans mon cas  

Tout cela semble impossible  

Car l'au-delà m'aspire  

Mon destin doit s'accomplir  

Au revoir  

 

Mais dans mon cas  

Tout cela semble impossible  

Car l'au-delà m'aspire  

Mon destin doit s'accomplir  

Au revoir  

 

Quelle chance de t'avoir pour mère  

Tu es unique, si magnifique  

Tout ton amour ne me fera pas guérir  

Maman, j'suis désolée  

Mais je vais devoir partir  

 

J'aurais tellement voulu te voir vieillir  

Te donner un petit-fils  

J'aurais tellement aimé vivre  

Aussi longtemps que toi  

Mais dans mon cas  

Tout cela semble impossible  

Car l'au-delà m'aspire  

Mon destin doit s'accomplir  

Au revoir  

 

Mais dans mon cas  

Tout cela semble impossible  

Car l'au-delà m'aspire  

Mon destin doit s'accomplir  

Au revoir  

 

Sheryfa Luna - Au revoir  

 

La voix de la jeune chanteuse se tut : cette chanson était à l'évidence la chanson la plus triste de son répertoire et le fait qu'elle ait dit avant que cela était sa situation actuelle, remua encore plus les esprits des spectateurs. Surtout l'un des esprits présents : Ryô cogitait à une vitesse hallucinante. La douleur qui s'émanait des mots de Kaori le touchait à un point inimaginable, de plus il savait pertinemment que Kao n'avait plus sa mère alors fallait-il qu'il comprenne que le malaise exprimé par ses mots, c'était à lui de le résoudre ? Son ange était-il tellement malade qu'elle voyait déjà sa fin arriver ?  

Le nettoyeur ne put réfléchir plus longtemps car Kaori s'évanouit sur scène, défaillance qui fut accompagnée par les cris de ses fans. Ryô réfléchit vite et bien: se frayant un chemin à travers la foule en délire, il parvint à rejoindre les coulisses tandis que des membres de l'équipe transportait la jeune chanteuse dans sa loge. Il savait que si quelqu'un pouvait empêcher le pire d'arriver c'était lui et il partit en direction de sa destinée. Il oublia cette appréhension qui le tenaillait, son ange avait besoin de lui et il serait là même si pour cela il devait mettre à terre tous les bodyguards qui se pressaient sur son chemin.  

 

 

 


Capitolo: 1 2 3


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de